“Pourquoi nous Haïssent-ils?”


Khamenei-outside-Syria

“Pourquoi nous Haïssent-ils?”

Hussam Kanafani – 12 janvier 2020

Après les attentats du 11 septembre 2001, une question a circulé parmi les milieux culturels, médiatiques et politiques des États-Unis: pourquoi nous détestent-ils? En référence au choc provoqué par les attaques à l’intérieur des États-Unis, qui sont complètement éloignées des pratiques coloniales des États-Unis, sur la base desquelles Al-Qaïda a justifié son attaque terroriste. La question a rouvert les yeux de certains Américains à ces pratiques, mais, en fin de compte, elle n’a pas conduit à un changement de politique américaine après les attentats, mais plutôt à plus d’ingérence à l’étranger, en particulier dans la région arabe. Mais poser simplement la question à l’époque était un revirement dans l’intérieur américain et a déclenché sans limite la voix à un groupe appelant à la fin des ingérences.

L’occasion de retrouver cette question maintenant ce sont les scènes qui ont circulé dans de nombreuses régions, arabes, à la suite de l’assassinat du commandant de la Force Al-Qouds au sein de la Garde révolutionnaire iranienne, Qassem Soleimani, et de ses accompagnateurs par les américains. Des scènes qui comprenaient des cas de réjouissance et de distribution de gateaux pour célébrer l’assassinat de Soleimani, tandis que les sites de réseaux sociaux, et même certains médias, étaient remplis de nombreux écrits portant le sens de jubiler sur l’Iran après l’attaque américaine. La même chose a été répétée, en particulier en ce qui concerne les écrits, après ce qui aurait été la réponse de Téhéran à l’assassinat de Soleimani, qui a provoqué des missiles qui n’ont entraîné que la mort de 180 personnes, pour la plupart des Iraniens, après qu’un avion ukrainien a été abattu par erreur, ce que Téhéran a reconnu. Outre les nombreuses condamnations pour la responsabilité de l’Iran d’abattre l’avion, le consensus était de ridiculiser et de réduire la réponse iranienne, même si, dans la stratégie et la tactique, elle était censée être réalisée de cette façon, et ne conduirait pas à des morts américaines, et à être entraînée dans une guerre d’attrition où l’Iran serait perdant, ce n’est pas le sujet de l’article.

Après toutes ces scènes et écrits, qui ont atteint les Iraniens directement ou par l’intermédiaire de leurs mandataires dans la région, les Iraniens doivent retrouver, sur les plans politique, social et culturel, une question: pourquoi nous haïssent-ils? La question n’est certainement pas exagérée. L’état de colère contre l’Iran dans la région arabe, en particulier au niveau local, est allé au-delà des rivalités politiques en cours entre Téhéran et certains régimes du Golfe. L’ironie, c’est que pendant ces contradictions passées, la situation populaire en général était favorable à l’Iran et y voit une base libérale pour les questions des peuples. Mais c’était dans le passé, avant que l’Iran ne décide de suivre la même approche impérialiste qu’il disait la combattre, étendant son influence dans la région et détruisant certains de ses pays. Ce qui est devenu la situation aujourd’hui au Liban, en Syrie, au Yémen et en Irak, est en grande partie le résultat de l’idée impériale iranienne qui voulait étendre ses capacités et mener ses guerres par procuration, même si c’était au détriment des habitants de cette région, ce qui se voit clairement en Syrie, où les forces iraniennes et les milices alliées ont commis des massacres contre le peuple syrien, pour s’assurer que Bachar al-Assad reste dépendant du régime iranien et de ses objectifs dans la région. La situation en Irak, au Yémen et au Liban ne diffère pas beaucoup du résultat, même si c’est à travers d’autres pratiques.

“Pourquoi nous détestent-ils?” C’est peut-être une question iranienne nécessaire, en particulier au niveau de la base, qui peut également être classée comme victime de ce régime et de ses pratiques, et c’est lui qui souffre des conséquences du blocus économique étouffant et fait face à des mesures répressives dans toutes ses tentatives pour élever la voix de la protestation. Le régime se cache toujours derrière ses pratique, chez lui et à l’étranger, derrière la soi-disant confrontation de «conspiration», oubliant qu’il peut en faire partie pour les autres peuples de la région.

“لماذا يكرهوننا؟”

12 يناير 2020

بعد اعتداءات “11 سبتمبر” عام 2001، تم تداول سؤال بين الأوساط الثقافية والإعلامية والسياسية في الولايات المتحدة: لماذا يكرهوننا؟ في إشارة إلى الصدمة التي أحدثتها الاعتداءات في الداخل الأميركي البعيد كلياً عن الممارسات الكولونيالية للولايات المتحدة، والتي على أساسها برّر تنظيم القاعدة هجومه الإرهابي. أعاد السؤال فتح أنظار بعض الأميركيين على هذه الممارسات، لكنه، في النهاية، لم يؤدّ إلى تغيير في السياسة الأميركية بعد الاعتداءات، بل أوصل إلى مزيد من التدخل في الخارج، سيما في المنطقة العربية. ولكن مجرد طرح السؤال في ذلك الوقت كان تحولاً في الداخل الأميركي، وأطلق العنان لمجموعةٍ من الأصوات المطالبة بكفّ اليد عن التدخلات.

مناسبة استعادة هذا السؤال الآن المشاهد التي تم تداولها في مناطق كثيرة، عربية، في أعقاب اغتيال الولايات المتحدة قائد فيلق القدس في الحرس الثوري الإيراني، قاسم سليماني، ومن معه. مشاهد شملت حالات ابتهاج وتوزيع حلويات احتفالًا باغتيال سليماني، فيما حفلت مواقع التواصل الاجتماعي، وحتى بعض وسائل الإعلام، بكتابات كثيرة تحمل معنى الشماتة بإيران بعد الضربة الأميركية التي تلقتها. وتكرّر الأمر نفسه، سيما في ما يخص الكتابات، بعد ما قيل إنه رد طهران على اغتيال سليماني، والذي جاء عبر صواريخ لم تؤد إلا إلى إسقاط 180 قتيلاً، معظمهم إيرانيون، إثر إسقاط طائرة أوكرانية بالخطأ، وهو ما اعترفت به طهران. فإضافة إلى القناعة المسبقة لدى كثيرين بمسؤولية إيران عن إسقاط الطائرة، كان الإجماع على السخرية والتقليل من الرد الإيراني، على الرغم من أنه، في الاستراتيجية والتكتيك، كان مقصوداً أن يكون بهذا الشكل، ولا يؤدي إلى سقوط قتلى أميركيين، والانجرار إلى حرب استنزاف تكون إيران خاسرة فيها، وهذا ليس موضوع المقال.
بعد كل هذه المشاهد والكتابات، والتي وصلت إلى الإيرانيين مباشرة أو عن طريق وكلائهم في المنطقة، لا بد أن يستعيد الإيرانيون، على المستويات السياسية والاجتماعية والثقافية، سؤال: لماذا يكرهوننا؟ الأمر بالتأكيد ليس مبالغة، فحالة الغضب ضد إيران في المنطقة العربية، ولا سيما على الصعيد الشعبي، تجاوزت المناكفات السياسية، المستمرة، بين طهران وبعض الأنظمة الخليجية. وللمفارقة أنه في أثناء هذه المناكفات سابقًا كانت الحالة الشعبية بشكل عام متعاطفة مع إيران، وترى فيها سندًا تحرّرياً لقضايا الشعوب. ولكن هذا الأمر كان في السابق، قبل أن تقرّر إيران السير على النهج الإمبريالي نفسه الذي كانت تقول إنها تحاربه، وتمدّد نفوذها في المنطقة، وتدمر بعض دولها، فما آل إليه الوضع اليوم في لبنان وسورية واليمن والعراق، في جزءٍ كبير منه، هو نتيجة الفكرة الإمبراطورية الإيرانية التي أرادت أن توسّع مدى قدرتها، وتخوض حروبها بالوكالة، حتى لو كان ذلك على حساب شعوب تلك المنطقة، وهو ما يمكن تلمّسه بوضوح في سورية، حيث ارتكبت القوات الإيرانية والمليشيات المتحالفة معها مجازر بحق الشعب السوري، لضمان بقاء بشار الأسد تابعاً للنظام الإيراني وأهدافه في المنطقة. ولا تختلف الأوضاع في العراق واليمن ولبنان كثيرا بالنتيجة، وإنْ تمت عبر ممارسات أخرى.
“لماذا يكرهوننا؟” قد يكون سؤالاً إيرانياً واجباً، خصوصاً على المستوى الشعبي، والذي يمكن أن يصنّف أيضاً ضمن ضحايا هذا النظام وممارساته، وهو الذي يعاني تبعات الحصار الاقتصادي الخانق، ويواجه إجراءات القمع عند كل محاولات رفع صوت الاحتجاج. يتلطّى النظام دائماً في ممارساته، في الداخل والخارج، خلف مسمّى مواجهة “المؤامرة”، متناسياً أنه قد يكون جزءاً منها بالنسبة لبقية الشعوب.

La milice des “Gardiens de la Révolution  iranienne” ouvre la porte au volontariat à Deir Ez-Zor


 

Non-au-Sectarisme-iranien-au-Moyen-Orien-2019

La milice des “Gardiens de la Révolution  iranienne” ouvre la porte au volontariat à Deir Ez-Zor

Adnan Ahmed
11 janvier 2020

La milice «Garde révolutionnaire iranienne» a ouvert la porte au volontariat dans ses rangs dans le gouvernorat de Deir Ezzor et a confié à un certain nombre de personnes de la région la tâche d’adapter les nouveaux éléments.
L’agence Smart locale a cité une source de la Défense nationale à Albukamal disant aujourd’hui, samedi, que le nombre de volontaires a atteint 20 membres au cours de la semaine dernière, qui ont rejoint le cours de formation jeudi dernier, et ont reçu des salaires allant jusqu’à 55 mille livres syriennes, qui peuvent être augmentés, en plus de régulariser les conditions. Jeunes hommes des zones contrôlées par les “Forces démocratiques syriennes” (SDF) dans le gouvernorat.
La source a ajouté que le volontaire obtient également une maison dans la zone où il sert (les maisons des déplacés), et les nouveaux volontaires suivent une formation d’une semaine dans la ville de Deir Al-Zour, après quoi les éléments sont triés au sein du gouvernorat, indiquant que l’objectif de ce processus est de protéger la zone selon la “Garde” Révolutionnaire. “

مليشيا “الحرس الثوري” تفتح باب التطوع في دير الزور

عدنان أحمد11 يناير 2020
العربي الجديد

فتحت مليشيا “الحرس الثوري الإيراني” باب التطوع ضمن صفوفها في محافظة دير الزور، وكلفت عدداً من أبناء المنطقة بمهمة تطويع العناصر الجدد.

ونقلت وكالة “سمارت” المحلية عن مصدر من الدفاع الوطني في البوكمال قوله، اليوم السبت، إن عدد المتطوعين بلغ خلال الأسبوع الماضي 20 عنصراً، انضموا للدورة التدريبية الخميس الماضي، وقُدّمت لهم رواتب بحدود الـ 55 ألف ليرة سورية قابلة للزيادة، إضافة إلى تسوية أوضاع الشبان القادمين من المناطق الخاضعة لسيطرة “قوات سوريا الديمقراطية” (قسد) في المحافظة.
وأضاف المصدر أن المتطوع يحصل أيضاً على منزل في المنطقة التي يخدم فيها (بيوت النازحين المهجرين)، ويخضع المتطوعون الجدد لدورة تدريبية بمدينة دير الزور مدتها أسبوع واحد، وبعدها يتم فرز العناصر ضمن المحافظة، مشيراً إلى أن الهدف من هذه العملية حماية المنطقة وفق ” الحرس الثوري”.

«Aucun pays arabe n’est aujourd’hui à l’abri d’une contestation»


 

_A-qui-le-Tour-2019-2

«Aucun pays arabe n’est aujourd’hui à l’abri d’une contestation»

INTERVIEW avec l’écrivain et philosophe palestinien Azmi Bishara
Par Hala Kodmani — 7 janvier 2020 à 19:36

Palestinien d’Israël, l’analyste politique Azmi Bishara voit les fronts de révolte en Irak, au Liban ou en Algérie comme des répliques du printemps arabe de 2011. Il est persuadé qu’il y en aura d’autres, jusqu’à la démocratisation complète de la région.

«Aucun pays arabe n’est aujourd’hui à l’abri d’une contestation»
Ecrivain et philosophe palestinien, Azmi Bishara, 63 ans, est une figure de la pensée politique arabe actuelle. Directeur du Centre arabe de recherche à Doha, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, notamment sur les aspirations démocratiques depuis le printemps arabe. Palestinien d’Israël, il a été député à la Knesset de 1996 à 2007, avant d’être exilé par les autorités israéliennes.

Quel effet peut avoir l’escalade entre les Etats-Unis et l’Iran sur les révoltes en Irak ?

Avant même l’assassinat de Soleimani [puissant général iranien chargé des opérations extérieures au sein des Gardiens de la révolution tué vendredi, ndlr], l’Iran avait lancé la confrontation par procuration avec les Etats-Unis en Irak, à travers les milices du Hachd, dans le cadre de sa stratégie pour briser le blocus qui l’empêche d’exporter son pétrole. Mais dans son escalade lancée en Irak, l’Iran cherchait également à faire dévier la protestation contre son influence sur place vers un conflit contre la présence américaine. Le mouvement de révolte irakien accusait les milices pro-iraniennes, ainsi que les services de sécurité du gouvernement, d’être responsables de la mort de centaines de manifestants. Il est clair que l’assassinat relègue la révolte au second plan. La demande de retrait des forces américaines d’Irak s’est faite sous pression de Téhéran. Mais la réaction encourageante du mouvement de protestation a été le rejet des tutelles américaine et iranienne.

La vague protestataire dans plusieurs pays arabes en 2019 est-elle compromise ?

L’événement fondamental dans le monde arabe s’est produit en 2011. Les graines de la liberté ont alors été semées et le mur de la peur est tombé. Malgré les crimes commis contre les civils et tandis que les régimes ont cru s’imposer, la contagion contestataire a repris chez les peuples. Cette seconde vague est porteuse d’espoir pour nous, démocrates arabes, parce qu’il s’agit d’une réaction plus rapide que prévu à la défaite en Syrie. On pensait que celle-ci avait entraîné un traumatisme au Moyen-Orient et une peur de toute nouvelle révolte qui mènerait à une guerre communautaire. A l’inverse de ce qu’avaient prévu les pessimistes, c’est justement dans les pays qui ont un régime communautaire que la révolution a éclaté. Ce qui s’est produit ces dernières semaines en Irak, au Liban et peu avant au Soudan et en Algérie n’est que la suite du printemps arabe de 2011. Je prévois d’ailleurs d’autres vagues à venir, semblables à ce qui s’est produit en Europe entre 1789 et 1848 et qui a conduit à asseoir la démocratie à la fin du XIXe siècle. Nous sommes au début d’un processus de transition qui va probablement s’étaler sur cinquante ans.

Le rejet du communautarisme est donc un moteur de la mobilisation en Irak et au Liban…

L’accumulation de la corruption, de la répression et de la tyrannie de la part des régimes a conduit au déclenchement de la révolte. Les révolutions ont éclaté et c’est une source d’optimisme, même si cela ne va vraisemblablement pas aboutir à un changement de régime rapide, notamment au Liban et en Irak. Car dans ces deux pays, il n’y a pas de pouvoir central fort avec un président qu’on peut renverser, mais aussi parce qu’ils sont dotés d’une certaine pluralité politique et d’un régime parlementaire. Il ne s’agit pas de dictatures mais de régimes, certes corrompus et conservateurs, mais avec une démocratie communautaire, fondée sur la répartition des pouvoirs. Le problème, c’est que l’Etat est défaillant : les politiques sont occupés à se partager les postes et les richesses plutôt qu’à assurer les services à la population. On remarque au Liban et en Irak que la revendication première est : «on veut un Etat», une identité nationale et non communautaire.

Ces révoltes sont-elles débarrassées de l’influence religieuse ?

Le point très important tant pour l’Irak, le Soudan, l’Algérie ou le Liban, c’est l’absence du courant islamiste dans les mouvements actuels. Celui-ci traverse une crise profonde après ses tentatives de récupérer et d’étouffer les révolutions de 2011. Ainsi l’expérience des Frères musulmans en Egypte a été avortée par le coup d’Etat militaire avant que leur échec ne soit patent et qu’ils ne soient sanctionnés dans les urnes. En Irak, où la colère gronde, ce sont des partis islamistes qui gouvernent. L’islamisme n’est pas réservé aux sunnites, ce sont des formations chiites qui y sont au pouvoir. Il reste que le visage des révolutions actuelles est complètement civil, revendiquant la citoyenneté, des élections, l’anticommunautarisme et la transparence. Clairement un programme démocratique.

Mais pour l’instant, on est dans la pure protestation, on ne voit pas de programme émerger…

Il est difficile d’attendre des révolutions populaires spontanées qu’elles présentent un véritable programme. Cela ne s’est jamais produit. Une révolution spontanée demande une chute d’un régime global. C’est pourquoi on l’appelle soulèvement ou «Hirak» révolutionnaire. Il finira par produire des représentants. La spontanéité est une force face à un régime répressif parce qu’il ne peut viser un groupe en particulier pour le faire taire ou disparaître. Mais au bout d’un ou deux ans, la spontanéité devient une faiblesse et il faudrait non pas un, mais plusieurs courants politiques qui émergent et puissent se présenter à des élections. Pour cela, un changement de la loi électorale, surtout au Liban et en Irak, est nécessaire pour mettre fin au communautarisme.

Et dans le cas de l’Algérie ?

En Algérie, on voit une volonté aussi bien de la part du régime que du peuple de tirer les leçons du passé et d’éviter de retomber dans des années noires. C’est devenu un élément constitutif de l’identité nationale, tout comme la guerre civile a forgé l’identité libanaise. Il en sera de même en Syrie, où ce qui s’est passé depuis 2011 fondera l’identité nationale. Le rejet de la violence par les Algériens est fondamental. Bouteflika, malgré l’usure et le pourrissement de son pouvoir, avait accompli une démarche importante en soumettant l’armée au corps politique et non l’inverse. Alors que ce sont les militaires qui l’ont amené au pouvoir, il a réussi à les marginaliser. Mais dans le même temps, il a lâché la bride aux hommes d’affaires, y compris les plus corrompus. Aujourd’hui, l’armée se retrouve en position de force. Reste à savoir si elle veut céder le pouvoir aux civils ou le garder. A en croire son discours, elle a cherché à combler le vide constitutionnel en organisant des élections parce qu’elle ne veut pas gouverner. Mais on ne peut pas être sûr de sa sincérité. En tout cas, le peuple algérien n’en est pas convaincu. D’autant que l’armée n’a pris aucune initiative pour rassurer la population sur ses intentions ni proposé d’ouvrir le dialogue.

Et le Hirak algérien n’a pas de direction…

Si le Hirak avait une direction ou des représentants, il aurait pu présenter un candidat à l’élection présidentielle, dont le programme aurait été d’organiser la transition. La seule solution est d’évoluer vers une représentation. Je persiste à croire toutefois que l’Algérie a de grandes chances de réussir. D’abord parce qu’il y a consensus sur l’Etat, ensuite parce que c’est un pays riche qui peut supporter une période de transition (contrairement à la Tunisie et l’Egypte), et enfin grâce au niveau d’éducation des Algériens, notamment des diplômés de l’enseignement supérieur. Il est certain que les conditions dans le pays sont réunies et si l’Algérie se met sur les rails de la démocratie, ce serait un encouragement pour l’ensemble du monde arabe.

Les démocraties européennes sont-elles embarrassées face à la contestation des régimes arabes ?

Pour certains pays européens, avec les révolutions, c’est le spectre de l’islamisme qui plane car par le passé les élections libres, à commencer en Algérie en 1990, ont bénéficié aux mouvements islamistes. En Egypte, on ne savait pas ce qu’allait donner le président Morsi, issu des rangs des Frères musulmans. Mais ces derniers n’ont pas joué la violence. Et si des erreurs ont été commises, on savait que l’Egypte n’allait pour autant pas être transformée en émirat islamiste. Mais certains pays occidentaux ont joué un rôle négatif en soutenant le coup de force d’Al-Sissi et en le légitimant. La France en particulier l’a appuyé en pensant pouvoir l’influencer, mais cela n’a pas servi à grand-chose puisque son régime s’est tellement renforcé qu’il a pu envoyer balader Macron qui lui demandait de respecter les droits de l’homme. La leçon, c’est que le soutien donné à un dictateur brutal conduit celui-ci à se rebeller en s’émancipant. Il faut ajouter qu’il y a un problème de crédibilité des Européens lorsqu’ils soutiennent les dictateurs face aux peuples.

Quel aboutissement prochain aux révoltes arabes ?

Des révoltes contre la tyrannie éclatent et d’autres vont encore surgir. Je crois qu’aucun pays arabe n’est aujourd’hui à l’abri d’une contestation. Les régimes actuels sont constitués comme des sultanats, avec un président autour duquel gravite une cour ou un clan soudé. La démocratie n’est pas un système politique idéal en soi, mais elle est l’alternative à la tyrannie. Le problème, c’est que les oppositions n’ont pas réussi à construire les bases de cette démocratie ni à s’unir, notamment en Egypte, dans un front commun entre islamistes et laïcs face à la dictature. On a même vu des laïcs préférer la dictature militaire aux islamistes.
Il faudrait que ces derniers renoncent à imposer aux gens leur façon de s’habiller, de manger ou de se comporter. Le respect des libertés individuelles doit figurer en haut des programmes de gouvernement islamistes. Ils peuvent recommander ce qu’ils veulent mais pas imposer leurs lois à la tête de l’Etat. Il est temps que cette question soit réglée. Certains courants islamistes ont d’ailleurs commencé à revoir leur attitude sur ces sujets. En somme, il faut s’entendre d’abord sur la nécessité de la démocratie, puis se différencier et voir qui en prend la tête. Autrement dit, décidons comment gouverner avant de savoir qui doit gouverner.
Hala Kodmani

Patriotisme irakien…


A-bas-les-collaborateurs-avec-l'Iran-et-ses-milices-Iraq-2020

!! صناعة الأصنام – La Fabrique des Idoles


La Fabrique des Idoles

!! صناعة الأصنام

تعددت الأصنام والهدف واحد

تأجيج المشاعر والسيطرة على العقول

La-fabrique-des-idoles-Suleimani-2020

عن عبادة العجل… بيكابيا
L’adoration du veau – d’après F. Picabia

 

 

مقتل سليماني، وحلم الامبراطورية الفارسية


Prédateurs-s'entredéchir

سليماني كان يمثل العقيدة العسكرية المنفذة لمخطط إيران في إحياء حلمها بالسيطرة على المنطقة وإشادة مشروع الامبراطورية الفارسية ؟

ما الذي كان مسؤول العمليات العسكرية والعمليات السرية خارج الحدود الإقليمية لإيران، قاسم سليماني، يفعله باستمرار ومنذ عقدين وهو يتنقل ما بين لبنان والعراق و سوريا وإيران ؟

لم يكن سليماني داعية سلام، هو عسكري، يعمل لمصلحة إيران، يدعم عسكريا مجرمي الحرب المتعاملين مع إيران في العراق وفي سوريا على حساب وضد مصلحة الشعبين

Soleimani représentait la doctrine militaire de l’Iran, qui mettait en œuvre le plan du système iranien pour relancer son rêve de contrôler la région et de louer le projet de l’Empire perse…

Qu’est-ce que Qassem Soleimani, qui était responsable des opérations militaires et secrètes en dehors des frontières de l’Iran, faisait depuis deux décennies, en se déplaçant entre le Liban, l’Irak, la Syrie et l’Iran?

Soleimani n’était pas un défenseur de Paix, mais un militaire, travaillait pour l’intérêt de l’Iran, il soutenait militairement les gouverneurs corrompus et criminels de guerre, qui ont choisis d’être les alliés de l’Iran, notamment en Irak et en Syrie, aux dépens et contre les intérêts et la volonté des deux peuples syrien et irakien.

 

Statistiques-2019

Soleimani: une opération sans précédent pour l’armée américaine


Non-à-lingérence-iranienne-dans-le-monde-arabe

Suleimani-apparait-dans-les-décombres-de-la-ville-d'Alep-17-décembre-2016Soleimani-apparait-dans-les-décombres-de-la-ville-d’Alep -à-côté-d’un-gradé-de l’armée-du régime-de-Bachar-Al-Assad-17-décembre-2016

Soleimani: une opération sans précédent pour l’armée américaine

AFP-3 janv 2020

AFP / AHMAD AL-RUBAYE Un slogan en arabe “mort à l’Amérique” est dessiné sur le sol à Bagdad, le 3 janvier 2020

Le raid américain sans précédent dans lequel le général iranien Qassem Soleimani a été tué vendredi à Bagdad ouvre une période d’incertitude pour les Etats-Unis et leurs alliés dans la région, et suscite de nombreuses questions.

Comment l’opération a-t-elle été menée?

Le Pentagone est resté vague sur l’opération elle-même lorsqu’il a reconnu dans un communiqué avoir mené cette action sur ordre du président Donald Trump. Mais selon plusieurs médias américains, elle a été menée par un drone américain qui a frappé deux véhicules convoyant Soleimani, dirigeant des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la république islamique, sur une route d’accès à l’aéroport international de Bagdad.

Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l’Etat irakien, est également mort dans ce bombardement.

Ce style d’assassinat de militaires étrangers fait davantage penser aux méthodes de l’armée israélienne qu’à celle des militaires américains, qui organisent d’habitude avec précision des opérations de leurs forces spéciales quand ils veulent éliminer des personnes recherchées comme Oussama Ben Laden ou, plus récemment, le leader du groupe Etat islamique Abou Bakr Al-Baghdadi.

Pourquoi aujourd’hui?

Les Etats-Unis suivaient depuis des mois les déplacements du général Soleimani de près et auraient pu le tuer bien avant. Le Pentagone a expliqué que le général iranien “préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région”.

AFP / Janis LATVELS Mini bio du général Qassem Soleimani, en charge des opérations extérieures de la République islamique, tué à Bagdad dans un raid américain.

Plus tôt, le ministre américain de la Défense Mark Esper avait prévenu que les États-Unis n’hésiteraient pas à prendre des mesures “préventives” s’ils avaient vent de nouvelles attaques en préparation.

Il avait prévenu que la mort la semaine dernière d’un sous-traitant américain dans une attaque à la roquette sur une base de Kirkouk (nord) attribuée à une faction pro-iranienne avait “changé la donne”.

Quelles conséquences?

D’ores et déjà, les prix du pétrole ont bondi de plus de 4% après l’annonce de la mort de Soleimani, les marchés craignant une escalade des tensions dans la région.

AFP / Les relations et interventions de l’Iran au Moyen-Orient

L’Iran a promis de se venger, de même que le mouvement chiite libanais Hezbollah qui s’est engagé à “apporter le juste châtiment aux assassins criminels (…) dans le monde entier”.

Les nombreux groupes pro-iraniens de la région, pourraient lancer des attaques contre des bases américaines dans les Etats du Golfe, ou contre des pétroliers ou des navires marchands dans la région du détroit d’Ormuz que Téhéran peut fermer à tout moment

Ils pourraient viser les nombreuses bases où l’armée américaine est déployée en Irak, en Syrie, d’autres ambassades américaines dans la région, ou s’attaquer à des alliés des Etats-Unis comme Israël ou l’Arabie saoudite, voire des pays européens.

Pour Kim Ghattas, du Carnegie Endowment for International Peace, il est difficile de savoir comment la situation va évoluer.

“Une guerre? Le chaos? Des représailles limitées? Rien? Personne ne sait vraiment, ni dans la région, ni à Washington, parce que ceci est sans précédent.”

Quelles mesures de sécurité?

Les États-Unis ont envoyé plus de 14.000 militaires en renfort dans la région ces derniers mois, et ils ont annoncé l’envoi de 500 hommes de plus après l’attaque contre leur ambassade à Bagdad.

Jeudi, M. Esper a indiqué qu’un bataillon de 4.000 hommes avait reçu l’ordre de se tenir prêt et qu’ils pourraient être déployés dans les prochains jours.

AFP / Ali DIA Des véhicules des Nations Unies patrouillent dans la région du Golan, frontalier avec le Liban et la Syrie, le 3 janvier 2020

Les Etats-Unis ont actuellement 5.200 militaires déployés en Irak, officiellement pour “assister et former” l’armée irakienne et pour éviter une résurgence du groupe Etat islamique. Leurs effectifs globaux au Moyen-Orient s’élève à 60.000 personnes.

L’ambassade américaine a appelé les ressortissants américains résidant en Irak à quitter le pays au plus vite.

Israël a fermé une station de ski sur les flancs du Golan, une région annexée à la frontière de la Syrie et du Liban.

%d bloggers like this: