CoronaSyrie : Une hausse folle des prix … et des centaines en quarantaine


La majorité de syriens ont un travail journalier

AlModon | Lundi 27/04/2020

Les prix des denrées alimentaires dans les zones contrôlées par le régime syrien ont augmenté de 107% en un an seulement, selon une porte-parole du Programme alimentaire mondial, la Syrie est en pleine crise économique et financière aiguë dans le pays.

L’augmentation de la plupart des vivres et des fournitures est survenue à un moment où une grande partie de Syriens est sous le seuil de pauvreté, selon les Nations Unies.

« Au cours de l’année écoulée, le prix du panier alimentaire approuvé par le Programme alimentaire mondial (PAM) a augmenté de 107% dans toute la Syrie », a-t-elle déclaré, notant que cela signifie que les prix ont augmenté. « 14 fois de plus que le taux d’avant le conflit et c’est le plus élevé jamais enregistré ».

Selon « France Press », à Damas, le prix d’un kilogramme de tomates est passé de 500 à 1 000 livres syriennes, tandis que le kilogramme de citron est passé de mille livres à 2400 livres.

Le Programme alimentaire mondial a indiqué que l’augmentation des prix variait d’un gouvernorat à l’autre, et le gouvernorat de Suweida a enregistré 152% d’augmentation, suivi par chacun des gouvernorats de Hama et Homs de 133%. Quant à Damas, il a augmenté de 124%.

Face à la hausse des prix, le gouvernement du régime a commencé il y a environ trois mois à vendre des produits alimentaires de base à prix conventionnés via le système de la « carte à puce ».

Le plafond mensuel fixé par le ministère comprend la vente d’un kilogramme de sucre à une personne, à condition que la part de la famille ne dépasse pas quatre kilogrammes, et d’un kilogramme de riz par personne, à condition que la part de la famille ne dépasse pas trois kilogrammes. Quant au thé, il est au taux de 200 grammes par personne, à condition que la quantité n’excède pas un kilogramme pour la famille.

L’agence française a cité des analystes faisant référence à l’accélération de la crise économique due à la crise au Liban voisin, où les commerçants syriens déposent des millions de dollars dans des banques qui ont imposé de sévères restrictions sur les retraits à la lumière d’une crise de liquidité aiguë.

Entre-temps, le régime syrien a procédé au dé-confinement qu’il avait imposé le 1er avril au village d’Ayn Mnine dans la campagne de Damas, à la suite du décès d’une personne infectée par le coronavirus, originaire du village.
Le gouvernement du régime a affirmé que la procédure du levé de l’isolement était intervenue après s’être assuré qu’il n’y avait aucun cas de contamination ou soupçonné d’être infecté dans le village, et ceci après 25 jours de mis sous quarantaine.

Le gouverneur de la campagne de Damas, Alaa Munir Ibrahim, a annoncé que la quarantaine de la région de Sayyida Zaynab prendrait bientôt fin, expliquant qu’il y avait des cas d’infection et qu’il n’y a plus de nouveaux cas, et la quarantaine sera levée bientôt, étant donné que certains de ces cas étaient isolés chez eux.

Dans une déclaration au journal syrien Al-Watan, fidèle au régime, Ibrahim a déclaré que la quarantaine sur le village d’Ayn Mnine avait pris fin après que tous les échantillons prélevés sur les habitants s’est avérés négatifs, expliquant que les routes ont été ouvertes hier, tout en préservant les mesures préventives comme dans toutes les autres régions.

Ibrahim a souligné qu’il y a actuellement environ 700 personnes en provenance du Liban, dans le centre de Duwair qui sont en quarantaine et sont entièrement prises en charge.

Le gouvernement du régime a décidé de continuer à imposer un couvre-feu imposé aux zones sous son contrôle et à réduire les rassemblements, notamment dans les domaines de prestation de services dans les secteurs public et privé.

Les médias locaux ont rapporté que le confinement n’est en vigueur que dans certains cas et selon la patrouille de police dans la région, et les rassemblements sont très importants et nombreux, et il n’y a pas d’espacement sanitaire entre les civils, en particulier lors de la distribution des produits alimentaires et services humanitaires ou encore la distribution des salaires des fonctionnaires.

Et elle a confirmé que le couvre-feu qui avait été imposé avait entraîné une augmentation des vols et même que des militants accusaient les forces de sécurité syriennes de ces vols.
Dans ce contexte, les ministres du régime syrien ont exigé le démarrage progressif du travail progressivement, avec une poursuite de présence de 40% cette semaine, et une augmentation progressive du pourcentage de travail, et selon les directions les plus nécessiteuses pour achever les travaux, notamment en ce qui concerne les démarches civiles des citoyens.

* 70% de la population ont un travail journalier, se sont trouvé du jour au lendemain, à l’annonce des mesures sanitaires prises par le gouvernement syrien, sans ressource. Le taux de pauvreté est de 83%.

Syrie : 6 nouveaux cas de contamination au coronavirus et prolongation de la fermeture des universités et des écoles


COVID-19-Syrie

11 avril 2020

Syrie: Sans aucune autre précision, le ministère de santé syrien annonce 6 nouvelles infections au coronavirus… portant le nombre de contamination à 25 cas, dont 4 cas de guérison et deux décès

https://halabtodaytv.net/wp-content/uploads/2020/04/000000000-3.jpg

 

Syrie: Quarantaine et couvre-feu .. Six nouveaux cas de «Coronavirus» en Syrie


 

Coronavirus-Syrie-7

Enab Baladi-02/02/2020

Le ministère de la Santé du gouvernement syrien a annoncé la découverte de six cas de “Coronavirus émergent” (Covid-19).

Selon un communiqué du ministère de la Santé publié ce jeudi 2 avril, six nouveaux cas de Coronavirus ont été enregistrés, portant le nombre à 16, dont deux décès.

Ces contaminations se trouvent dans des zones sous contrôle du régime syrien, alors qu’aucune contamination n’a été annoncée à ce jour dans les zones d’opposition syriennes dans le nord, ou dans les zones sous “auto-administration” dans l’est de la Syrie.

Cela a coïncidé avec la décision du Ministère de l’intérieur du régime syrien d’imposer un couvre-feu dans tous les gouvernorats, deux jours par semaine, dans le cadre de ses mesures préventives visant à limiter la propagation du virus Coronavirus.

Aujourd’hui, la décision du ministère de l’Intérieur prévoyait un couvre-feu les vendredis et samedis chaque semaine, de midi à six heures du matin le lendemain.
Les forces de sécurité intérieure appliqueront le couvre-feu imposé, en coopération avec les services de sécurité et la police militaire, en plus des barrages routiers.

Cela a également coïncidé avec l’annonce par Ghassan Haji, le maire de Sayyida Zaynab près de la capitale syrienne (Damas), d’imposer une quarantaine sur un immeuble complet dans la région, sans en expliquer les raisons.

Haji a déclaré à Al-Watan Online que l’opération d’isolement (en quarantaine) avait été menée sur la base des recommandations de la Direction de la santé rurale de Damas.

Haji a ajouté que le bâtiment est habité par 50 personnes et que le processus de quarantaine inclut d’empêcher l’entrée et la sortie du bâtiment et des appartements.

Haji a souligné que la Direction de la santé rurale de Damas n’a pas expliqué les raisons, s’attendant à ce qu’une des personnes dans le bâtiment entre en contact avec un cas de “Coronavirus”, en attendant les résultats de l’analyse.

Le gouvernement du régime a annoncé, hier, l’isolement de la ville de Ayn Mnine dans la campagne nord de Damas, après la mort d’un habitant, un des cas infectés par le “Coronavirus”.

Le ministre de la Santé du gouvernement syrien, Nizar Yazji, a déclaré que le ministère avait demandé aux autorités concernées de resserrer et de mettre en œuvre l’isolement dans la ville d’Ayn Mnine après le décès d’une femme de la ville, qui est l’un des dix cas enregistrés en Syrie, en raison du manque d’engagement de sa famille en confinement, tout en continuant leur travail Commercial.
La quarantaine a été appliquée aux membres de la famille et à tous les contacts de la personne infectée, restés chez eux pendant 15 jours, et les déplacements des habitants de la ville ont été limités, car ils n’étaient autorisés à se déplacer dans la ville que pour subvenir à leurs besoins alimentaires de six heures du matin à six heures du soir.

Le gouvernement du régime syrien a pris des mesures pour empêcher la propagation du virus, à la lumière des informations des médias faisant état de la présence d’un nombre d’infections plus important que celui annoncé par le gouvernement du régime.

Le 29 mars dernier, le gouverneur de la ville de Karbala, dans le sud de l’Iraq, Nassif Al-Khattabi, a annoncé 11 nouveaux cas d’infections au virus dans la province, pour la plupart des visiteurs en provenance de la syrien.

Au milieu du mois dernier, le ministère de la Santé et du Bien-être de la population du Pakistan a déclaré que six personnes arrivées à Karachi, la capitale de la province du Sindh dans le sud-est du Pakistan, venaient de Syrie étaient contaminées par le coronavirus.

Procédures liées à Coronavirus de Damas à Alep… Couvre-feu le soir et files d’attente pendant la journée


Enab Baladi – 01/04/2020

Avec les routes exemptes de passants et de voitures, et le déploiement de  la sécurité pour l’application des couvre-feux partiel et des mesures de quarantaine en Syrie, laissent à penser que les restrictions et les mesures de prévention contre l’émergence du Coronavirus (COVID-19) sont les plus strictes et le plus efficaces dans le monde.

Mais avec les heures du matin, les files d’attente bondées devant les coopérations municipales de consommation, de boulangeries et de centres de paies pour percevoir les pensions de retraite et les salaires des fonctionnaires, nous racontent le contraire, car une seule personne infectée dans la foule signifie la propagation du virus à un grand nombre de personnes présentes aux rassemblements.

Files d'attente à Alep- Coronavirus syrie mars 2020

Files d’attente devant une boulangerie à Alep.

Enab Baladi a suivi les mesures imposées par le ministère de la Santé en Syrie depuis le début du mois de mars dernier, et nos correspondants, dans un certain nombre de zones contrôlées par le régime, ont surveillé la façon dont la population gère les mesures prises par les autorités syriennes.

Daraa .. Initiatives de sa jeunesse malgré le manque d’engagement de la population
Le gouvernement du régime a suspendu les heures de classe dans ses zones de contrôle comme l’une des mesures préventives pour empêcher la propagation du  “Coronavirus”, mais les élèves de Daraa ne sont pas restés confinés chez eux et leurs rassemblements se sont intensifiés pour jouer à l’extérieur, selon notre journaliste sur place.

Dans une interview avec Enab Baladi, un infirmier (anonyme) a déclaré que les habitants du gouvernorat sont indifférents à l’absence d’annonce de contaminés dans leur région, ajoutant: « S’il y a discrétion sur des contaminations, alors cela est très dangereux ».

Tandis que les jeunes de la ville d’Inkhil ont formé une équipe de bénévoles comprenant des médecins et des étudiants universitaires, dans le but de sensibiliser les résidents de la ville sur le danger de « coronavirus » et de mettre en œuvre les obligations sanitaires fixées par le ministère de la Santé, à travers des publications imprimées et le lancement de campagnes sur les réseaux sociaux.
La campagne a également distribué des désinfectants, de l’alcool et des fournitures médicales pour la prévention aux résidents en fonction des capacités disponibles, et au cas où la situation empirerait, l’équipe s’efforcera d’imposer une quarantaine dans la ville, selon notre correspondant.

Cela a été précédé d’une initiative dans la ville orientale de Karak, dans la campagne orientale de Daraa, lancée par les jeunes de la ville et les personnalités, qui ont convenu de la nécessité de prendre les précautions nécessaires pour prévenir le virus.

 

438

Les rues de la capitale Damas sont vides de piétons pendant le couvre-feu nocturne en raison de «Coronavirus» – 29 mars 2020 (Syrian News)

Damas et sa campagne … Les mesures resserrent les vis économiquement sur les populations

Certaines des mesures prises par le régime pour prévenir l’épidémie de «Coronavirus» ont accru les souffrances économiques des habitants de Damas et de la Ghouta orientale, notamment en forçant les propriétaires de petits magasins à fermer leurs commerces.

Les propriétaires aux revenus limités ne se sont pas conformés à la fermeture des magasins en raison des mauvaises conditions de vie, mais les forces de sécurité intérieure ont effectué des patrouilles pour fermer ces magasins et les sceller avec de la cire rouge et ont infligé des amendes aux contrevenants, ce qui a entraîné une quasi-absence de vie, en particulier dans les régions de la Ghouta orientale.

Muhannad (30 ans) de la population de Ghouta, a confirmé dans son témoignage à Enab Baladi, que sa situation financière est similaire à celle des centaines de familles à l’intérieur de la Ghouta, et il ne peut pas rester à l’intérieur de sa maison sans travail, et le régime ne contribue jamais à subvenir aux besoins de la population.

Zuhair (35 ans), l’un des propriétaires de magasins de télécommunications, a confirmé que les forces du régime ont fait une descente dans son magasin pendant son travail et lui ont infligé une amende financière, et il a également signer l’engagement de ne pas ouvrir le magasin à moins qu’une décision d’ouvrir les magasins n’ait été rendue.

Coronavirus - Rassemblement devant un four - Syrie Mars-2020-
File d’attente-Syrie mars 2020
Personnes en attente devant les caisses du paiement des pensions de retraites et salaires des fonctionnaires prof etc... Syrie mars 2020
Personnes en attente devant les caisses du paiement des pensions de retraites, et salaires des fonctionnaires, prof, etc… Syrie mars 2020

Bien qu’il n’y ait mené aucune campagne de sensibilisation sur le  « Coronavirus », le gouvernement s’est dit satisfait de la décision de fermeture et d’un couvre-feu nocturne et de la mise en place de patrouilles de nuit et de jour pour surveiller la situation sur les marchés et la violation de la décision.

Alors que les boulangeries de Douma et des quartiers de la capitale, Damas, sont très bondées, certains propriétaires de boulangeries ont profité de la situation actuelle en réduisant la vente directe pour les vendre sur des «étales» séparés et en augmentant deux fois le prix normal, dépassant ainsi les 200 livres syriennes alors qu’elles devraient être vendues à 50 livres.

La demande de produits sanitaires, médical et de désinfection a augmenté depuis que le régime a annoncé le premier cas d’infection par le virus en Syrie, ce qui a entraîné une hausse des prix des masques (de 30 à 280 livres syriennes), les désinfectants médicaux (de 200 à 3000 livres) et les gants (de 25 à 200 livres).

Situation économique faible et aucun soutien
L’imposition d’un couvre-feu et la fermeture de magasins de divertissement ou de services et de cafés, sans compensation pour les travailleurs concernés et les travailleurs quotidiens, est une crise majeure, dans un pays qui arrive en tête de la liste des pays les plus pauvres du monde, atteignant 82,5% de la population, selon les données du site international « Web World By Map ».

Le niveau de pauvreté est défini selon certaines critères comme le niveau de revenu le plus bas avec lequel un individu peut assurer un niveau de vie suffisant.

Les chiffres du site correspondent aux chiffres des Nations Unies, la proportion de Syriens sous le seuil de pauvreté étant estimée à 83%, selon son rapport annuel pour 2019, sur les besoins humanitaires les plus importants de la Syrie.

Le rapport indique que 83% de la population vit dans une pauvreté extrême et, par conséquent, a épuisé la résilience de nombreuses personnes dans les communautés les plus touchées de Syrie.

Le rapport indique que 33% de la population syrienne souffre d’insécurité alimentaire et on estime que 11,7 millions de Syriens ont besoin d’une forme d’aide humanitaire, comme de la nourriture, de l’eau, des abris, des soins de santé et de l’éducation.

Les données des Nations Unies indiquent que le plus grand nombre de personnes ayant besoin d’aide se trouve à Alep, suivie par la campagne de Damas, puis Idleb, et que plus d’un million de Syriens ont besoin d’aide mais vivant dans des endroits difficiles d’accès.

Les Nations Unies ont estimé cette année que trois millions de personnes ont besoin d’aide en Syrie pendant l’hiver.

Il est à signaler que le ministère syrien de la Santé a toujours nié tout cas avéré, infecté par le coronavirus jusqu’au 22 mars, date à laquelle il a annoncé un seul cas, puis a atteint dix cas actuellement.

Le coronavirus défie le déni officiel … et une folle demande de stérilisateurs


Graphity sur le mur - Protection de corona en se lavant les mains - mettre un masque - cuire suffisament la nourriture

 

Nour Awiti – 12/03/2020

Un état de terreur dans lequel des civils vivent dans des zones sous le contrôle du régime en Syrie, craignant un déclenchement de l’épidémie de Coronavirus, alors que le gouvernement du régime garde toute information sur la propagation du virus et lui évite d’assumer sa responsabilité de protéger les civils, en particulier après la confirmation de la propagation du virus en Syrie, par ce que Le journal “DAWN” a rapporté que les autorités pakistanaises avaient découvert neuf nouveaux cas de personnes infectées par le coronavirus de nouveaux arrivants à l’aéroport de Karachi, dont six étaient présents en Syrie avant d’arriver à l’aéroport.

Cependant, le régime syrien est toujours déterminé à le nier. Après que l’Observatoire syrien des droits de l’homme a publié des informations sur sa documentation concernant 62 cas de personnes infectées par le coronavirus dans quatre villes syriennes, Damas, Homs, Lattaquié et Tartous, le Ministère syrien de la Santé a publié une déclaration niant l’enregistrement de toute infection par le virus.

Au milieu de ces informations contradictoires, les civils syriens tentent de se protéger en prenant de simples précautions initiales, alors ils se précipitent dans les pharmacies pour acheter des détergents et des stérilisateurs médicaux, pour que cette catastrophe augmente de leurs difficultés économiques.

Une source a déclaré à “Al-Modon” travaillant dans une pharmacie de la capitale, Damas: « Il y a une demande folle de désinfectants médicaux, de masques, de vitamine C et de médicaments contenant du miel, ce qui augmente l’immunité. En raison du blocus économique en Syrie, il y a une pénurie de matières premières pour la fabrication de ces produits médicaux, ce qui a entraîné une augmentation significative de leurs prix ».

Il a expliqué que « le prix du masque en tissu, dont la demande a fortement augmentée, malgré qu’il n’est pas bénéfique pour la protection contre la maladie de Coronavirus, est aujourd’hui de 3 500 livres syriennes, alors que son prix il y a une semaine était de 300 livres syriennes. Quant aux nouveaux masques, ils sont très rares et ne sont pas disponibles chez la plupart des distributeurs, et le prix a atteint 9500 lires, dont son prix ne dépassait pas 1000 lires il y a quelques jours ».

“Depuis le début de la crise à Coronavirus et l’arrêt de l’importation de matières premières en provenance de Chine, y compris le miel propolis, qui est utilisé pour fabriquer des bonbons pour la gorge, la demande a également augmenté. Certaines usines de médicaments de haute qualité ont cessé la fabrication et ces matériaux ont été confinés à la société d’État appelée « Productivité », a ajouté la source. « Qui, à son tour, a exploité la situation et ne vend désormais ce type de médicament que dans le cadre de commandes importantes comprenant des médicaments dont nous n’avons pas besoin ».

Il a poursuivi: « Il n’est pas vendu aux pharmacies que grâce au mécénat et à l’achat de grandes quantités de médicaments auprès de ces laboratoires. Ils ont également augmenté le prix des désinfectants malgré leur disponibilité, le prix de la bouteille de désinfectant pour les mains est donc devenu 500 livres, après avoir était 250 livres la semaine dernière, et la bouteille d’alcool médical est devenue à 2 500 livres après avoir était à 500 livres une semaine auparavant.

Le problème n’est pas seulement lié aux prix élevés, mais à la rareté de ces matériaux, où la source dit: “La plupart des distributeurs ne sont plus en mesure de sécuriser l’approvisionnement de ces matériaux, d’autant plus que certains revendeurs de produits médicaux préfèrent exporter ces produits au Liban pour doubler leurs bénéfices, en particulier les masques, donc la plupart des pharmacies de Damas aujourd’hui ne sont pas en mesure de satisfaire les besoins des gens en masques et en produits de protection ».

Un état de panique a commencé à s’infiltrer parmi les citoyens de Damas, après qu’un groupe de militants à l’intérieur du pays a publié des articles sur des cas d’évanouissement dont ils ont été témoins dans les rues de la capitale, y compris ce qui a été rapporté sur la chute d’un jeune homme évanoui dans le café “Rawda” dans la rue Al-Abed à Damas, après avoir eu une crise de toux violente.

Une source a déclaré à “Al-Modon” qui était présent sur les lieux de l’événement : “L’ambulance a été contactée alors, et lorsqu’elle est arrivée, les ambulanciers ont rassuré les personnes présentes qu’il n’y a pas de coronavirus en Syrie, avant même d’avoir examiné le patient. Ils ont justifié ce qui lui arrivait comme une baisse soudaine de la pression artérielle due à son tabagisme des Chicha ».

Il est signalé que le ministère de la Santé n’a pas encore pris de mesures concernant les lieux publics qui proposent des chicha, qui est l’un des facteurs les plus importants contribuant à la transmission de la maladie.

D’un autre côté, certains civils qui présentent des symptômes similaires à ceux de la corona craignent l’intention des hôpitaux publics, sur fond de rumeurs sur les réseaux sociaux concernant la liquidation de civils porteurs du virus dans ces hôpitaux.

Il semble que les rumeurs sur les réseaux sociaux ne soient pas fictives, car une source a déclaré à “Al-Modon” que son frère avait été transféré par l’ambulance de l’hôpital Al-Mowasat il y a environ une semaine, après une toux aiguë, et qu’il a été admis aux soins intensifs et diagnostiqué comme une infection. Bronchite. Le lendemain, sa famille a été informée de sa mort et la sécurité de l’hôpital a empêché la famille du patient de voir le corps ou de le prendre pour l’enterrement, laissant ces procédures étranges avec de nombreuses questions sans réponse.

كورونا سوريا يتحدى الإنكار الرسمي..وإقبال جنوني على المعقمات

المدن – نور عويتي | الخميس 12/03/2020

حالة من الرعب يعيشها المدنيون في المناطق الخاضعة لسيطرة النظام في سوريا، خوفاً من تفشي وباء كورونا، وسط تكتم حكومة النظام على أي معلومات تفيد بتفشي الفيروس وتهرّبها من تحمل مسؤوليتها في حماية المدنيين؛ خاصةً بعد أن تم تأكيد انتشار الفيروس في سوريا، من خلال ما نشرته صحيفة «داون» عن اكتشاف السلطات الباكستانية تسع حالات جديدة لمصابين بفيروس كورونا من الوافدين الجدد إلى مطار كراتشي، ستة منهم كانوا متواجدين في سوريا قبل وصولهم إلى المطار.

لكن النظام السوري لايزال مصمماً على النكران، فبعد أن قام المرصد السوري لحقوق الإنسان بنشر معلومات عن توثيقه 62 حالة لمصابين بفيروس كورونا في أربعة مدن سورية، دمشق وحمص واللاذقية وطرطوس، أصدرت وزارة الصحة السورية بياناً تنفي فيه تسجيل أي إصابة بالفيروس.

ووسط هذه المعلومات المتضاربة، يحاول المدنيون في سوريا وقاية أنفسهم عبر اتخاذ احتياطات أولية بسيطة، فهلعوا إلى الصيدليات لشراء المنظفات والمعقمات الطبية، لتزيد هذه الكارثة من معاناتهم الاقتصادية.

وقال مصدر ل”المدن” يعمل في إحدى صيدليات العاصمة دمشق: “هناك طلب جنوني على المطهرات الطبية والكمامات وفيتامين سي والمنتجات الطبية التي تحتوي العسل؛ الذي يزيد من المناعة. وبسبب الحصار الاقتصادي الذي تعيشه سوريا، فهناك شح في المواد الأولية لصناعة تلك المنتجات الطبية، مما أدى إلى ارتفاع أسعارها بشكل كبير”.

وأوضح أن “سعرالكمامة القماشية، التي زاد الطلب عليها رغم أنها لا تفيد في التحصين من مرض كورونا، يبلغ اليوم 3500 ليرة سورية، بينما كان سعرها قبل أسبوع 300 ليرة سورية. أما الكمامات الجديدة فهي نادرة جداً وغير متوفرة عند أغلب الموزعين، ووصل سعرها إلى 9500 ليرة، بعد أن كان سعرها قبل أيام لا يتجاوز 1000 ليرة”.

ويضيف المصدر أنه “منذ أن بدأت أزمة كورونا وتوقف استيراد المواد الأولية من الصين، ومن بينها عكبر العسل، الذي يستخدم لصناعة سكاكر الحلق، التي زاد عليها الطلب أيضاً؛ توقفت بعض معامل الأدوية ذات الجودة العالية، وأصبحت هذه المواد محصورة بشركة “الإنتاجية” الحكومية؛ التي قامت باستغلال الموقف بدورها، وأصبحت لا تبيع هذا النوع من الأدوية إلا ضمن طلبيات كبيرة تتضمن أدوية لسنا بحاجتها”.

وتابع أنه “لا يتم بيعها للصيدليات إلا عن طريق المحسوبيات وشراء كميات كبيرة من الأدوية من تلك المعامل. وكذلك قاموا برفع سعر المطهرات رغم توافرها،
فأصبح سعر عبوة مطهر اليدين 500 ليرة، بعد أن كان سعرها 250 ليرة الأسبوع الماضي، وزجاجة الكحول الطبية أصبح سعرها 2500 ليرة بعد أن كان سعرها 500 ليرة الأسبوع الماضي”.

ولا تتعلق المشكلة بارتفاع الأسعار وحسب، وإنما بندرة هذه المواد، حيث يقول المصدر: “إن أغلب الموزعين لم يعودوا قادرين على تأمين هذه المواد، ولاسيما أن بعض تجار المنتجات الطبية يفضلون تصدير هذه المواد للبنان ليضاعفوا أرباحهم، ولاسيما الكمامات؛ لتعجر معظم صيدليات دمشق اليوم عن تأمين حاجة الناس من الكمامات وبعض المستحضرات الوقائية”.

وقد بدأت حالة من الذعر تتسرب إلى المواطنين في دمشق، بعد أن قامت مجموعة من الناشطين في الداخل بنشر قصص عن حالات إغماء شهدوها في شوارع العاصمة، ومن بينها ما ورد عن سقوط شاب مغمياً عليه في مقهى “الروضة” في شارع العابد في دمشق، بعد أن اجتاحته نوبة من السعال العنيف.

وأكد مصدر ل”المدن” كان متواجداً في موقع الحدث الرواية، وقال: “تم الاتصال بالإسعاف حينها، وعندما وصلوا طمأنوا المتواجدين بأنه ليس هناك كورونا في سوريا، حتى قبل أن يفحصوا المريض. وبرروا ما حدث معه على أنه هبوط مفاجئ بضغط الدم نتيجة لتدخينه الأركيلة”.

يذكر أن وزارة الصحة لم تأخذ حتى الآن أي تدابير بخصوص الأماكن العامة التي تقدم الأركيلة، والتي تعد من أهم العوامل المساهمة بنقل المرض.

ومن ناحية أخرى، فإن بعض المدنيين الذين أصابتهم أعراض مشابهة لأعراض الكورونا بتخوفون من قصد المشافي العامة، على خلفية ما أشيع على وسائل التواصل الاجتماعي حول تصفية المدنيين الحاملين للفيروس قي تلك المشافي.

ويبدو أن ما يشاع على مواقع التواصل الاجتماعي ليس من وحي الخيال، حيث أفاد مصدر ل”المدن” بأنه تم نقل أخيه إلى مستشفى المواساة بشكل إسعافي منذ ما يقارب الأسبوع، إثر نوبة سعال حادة أصابته، وتم إدخاله إلى العناية المشددة وتشخيص حالته على أنها التهاب قصبات حاد. وفي اليوم التالي تم إعلام أهله بوفاته، ومنع أمن المشفى أهل المريض من رؤية الجثة أو أخذها لدفنها، لتترك هذه الإجراءات الغريبة الكثير من علامات الإستفهام.

Trois messages remarquables de la délégation américaine au poste frontière syrien de Bab Al-Hawa avant la rencontre avec Erdogan-Poutine


Rencontre délégation américaine et des casques blancs de la défense civile syrienne 3 mars 2020

Hiba Mohammad – 4 mars 2020

Damas – “Al-Quds Al-Arabi”: au milieu d’une escalade majeure à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, où de violents affrontements ont lieu entre le régime syrien et l’opposition, tandis qu’hier, l’armée turque a abattu le troisième avion de guerre du régime syrien, après que des avions de guerre turcs du F-16 aient été interceptés avec des missiles ( Air-to-air) deux avions du type L-39, causant la chute du premier et des dégâts de l’autre. Washington a envoyé des messages politiques et humanitaires en soutien aux Syriens déplacés et à la position turque en Syrie.

Les premiers messages des États-Unis étaient la visite d’une délégation américaine qui comprenait l’Envoyé spécial des États-Unis en Syrie, James Jeffrey, et le représentant des États-Unis auprès des Nations Unies, Kelly Kraft, accompagné du Représentant permanent de la Turquie auprès des Nations Unies, Fereydun Senerlioglu, mardi, au passage de Bab Al Hawa à Idleb, en Syrie, et ont rencontré une délégation de la défense civile syrienne (casques blancs), à la suite d’une visite de la délégation américaine au Centre de logistique des Nations Unies dans le district de Rihanli, dans la province méridionale de Hatay, et des informations sur le travail du centre ont été rapportées par Mark Lukoc, Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les affaires humanitaires.

Le deuxième message était le soutien militaire à la Turquie, comme l’envoyé spécial américain en Syrie James Jeffrey a déclaré hier que les États-Unis étaient prêts à fournir à la Turquie des munitions et une aide humanitaire dans la région syrienne d’Idleb. “La Turquie est un partenaire de l’OTAN”, a déclaré Jeffrey aux journalistes. La plupart des militaires utilisent du matériel américain. Nous nous assurerons que le matériel est prêt et utilisable. » Par ailleurs, l’ambassadeur américain en Turquie, David Satterfield, a déclaré lors de la conférence de presse que Washington envisageait la demande d’Ankara pour des défenses aériennes. Les autorités turques ont demandé à Washington de leur fournir des missiles Patriot pour défendre leur espace aérien et de couvrir leurs avions, mais les responsables américains ont répondu que “tous les systèmes de missiles Patriot sont saisis en raison des développements au Moyen-Orient et qu’il y a une batterie Patriot à la base d’Incirlik”.

La visite de la délégation américaine à Hatay et le point de passage de Bab Al-Hawa est venue comme une visite officielle de représentants de l’administration américaine, conjointement avec l’opération militaire turque en Syrie, et la prochaine réunion entre les présidents turcs Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine, demain jeudi, qui lui a fait porter des références politiques selon Observateurs de “Al-Quds Al-Arabi”.

Le troisième message est humanitaire, venu du Représentant permanent des Nations Unies, l’Ambassadeur Kelly Kraft, qui a annoncé lors d’une déclaration officielle que c’était “au nom du Président Donald Trump et du Secrétaire d’État Mike Pompeo que je suis venu à la frontière turco-syrienne pour montrer la solidarité américaine avec le peuple syrien” et a annoncé sur la page officielle de l’ambassade de l’administration américaine à Damas a annoncé le don de 108 millions de dollars d’aide humanitaire supplémentaire au peuple syrien en réponse à la crise actuelle provoquée par le régime d’Assad et les forces russes et iraniennes. Cela comprend environ 56 millions de dollars du Bureau de la population, des réfugiés et des migrations du Département d’État et plus de 52 millions de dollars de l’Agence des États-Unis pour le développement international. “L’administration Trump est heureuse d’annoncer aujourd’hui qu’elle a fourni 108 millions de dollars supplémentaires d’aide américaine au peuple syrien. Les États-Unis ont ouvert la voie en donnant plus de 10 milliards de dollars depuis le début de la crise. Nous invitons d’autres pays responsables à se joindre à cet effort. »

Plus de 15 milliards

Selon le communiqué, le montant fourni “porte la réponse humanitaire totale des États-Unis à plus de 10,6 milliards de dollars depuis le début de la crise syrienne” et a ajouté: “Les États-Unis restent le plus grand donateur d’aide humanitaire – en Syrie et dans le monde”. Cette assistance est un élément de notre stratégie de sécurité nationale visant à donner la priorité à la réduction des souffrances humaines. Nous apprécions tous les donateurs qui se sont intensifiés et continuent d’encourager les donateurs traditionnels et les nouveaux donateurs à intensifier leurs efforts pour aider ».

Selon l’agence turque Anadolu, la délégation américaine s’est rendue au centre logistique des Nations Unies dans le district de “Rehanli” pour voir l’état d’avancement des distributions d’aide humanitaire aux Syriens déplacés fuyant le gouvernorat d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.
La représentante des États-Unis auprès de l’Organisation des Nations Unies, Kelly Kraft, a parlé, dans un communiqué, de l’importance de fournir une aide humanitaire dans cette situation aux Syriens déplacés, et de la nécessité de travailler à la réalisation d’un cessez-le-feu permanent, et a ajouté que son pays avait alloué 108 millions de dollars d’aide supplémentaire aux Syriens, appelant les autres pays à accroître leur aide. Kraft a également accusé le régime Assad de l’escalade de la crise humanitaire en Syrie, soulignant la nécessité pour la Russie et le régime de mettre un terme à leurs attaques brutales, exprimant sa gratitude à la Turquie d’avoir porté le poids du fardeau de répondre aux besoins des Syriens. La délégation américaine était arrivée à Ankara, la capitale turque, pour discuter des développements dans la province syrienne d’Idleb.

Demandes de protection civile

Le directeur de la défense civile en Syrie, Raed Al-Saleh, a déclaré à Al-Quds Al-Arabi qu’un membre du conseil d’administration de la défense civile, Ammar Salmou et son équipe, a rencontré la délégation américaine de haut niveau sur le sol syrien, à la frontière, où des discussions ont eu lieu sur la protection des civils et la garantie de leur retour dans leurs foyers en toute sécurité, en plus de faire pression pour l’arrêt des opérations militaires, le ciblage des installations médicales et l’augmentation des interférences dans le dossier d’intervention d’urgence des États-Unis. Al-Saleh a parlé de leurs demandes adressées à la délégation américaine, dont la principale était de soutenir les efforts de secours dans le nord de la Syrie, afin d’alléger les souffrances des civils, soulignant l’importance du rôle de la défense civile, qui continue jour et nuit pour répondre à la crise catastrophique d’Idleb et ses environs, en limitant et réduisant les dégâts.
Dimanche début mars, les avions de chasses turcs ont également frappé avec des missiles air-air avec des missiles les chasseurs Sukhoi 24 et les ont largués dans les zones de contrôle du régime, suite à l’attaque contre deux hélicoptères du régime visés avec des missiles sol-air les 11 et 14 février de cette année dans la campagne d’Alep ouest et Idleb de l’est, portant le nombre total à 5 depuis le début de l’opération turque en Syrie, dans le cadre de l’opération du « bouclier du printemps ».

ثلاث رسائل لافتة لوفد أمريكي عند معبر باب الهوى السوري قبل لقاء اردوغان ـ بوتين

4 mars 2020

هبة محمد

0
حجم الخط

دمشق – «القدس العربي»: وسط تصعيد كبير في إدلب شمال غربي سوريا حيث تجري مواجهات طاحنة بين النظام السوري والمعارضة وبينما أسقط الجيش التركي، أمس، الطائرة الحربية الثالثة، للنظام السوري، بعدما اعترضت مقاتلات حربية تركية من نوع «إف 16» بصواريخ (جو – جو) طائرتين للنظام من نوع «إل 39» ما تسبب بإسقاط الأولى وإعطاب الأخرى، وجهت واشنطن رسائل سياسية وإنسانية لافتة داعمة للنازحين السوريين والموقف التركي في سوريا.
أولى رسائل الولايات المتحدة، كانت زيارة وفد أمريكي يضم المبعوث الخاص للولايات المتحدة إلى سوريا جيمس جيفري، ومندوبة الولايات المتحدة لدى الأمم المتحدة كيلي كرافت، برفقة ممثل تركيا الدائم لدى الأمم المتحدة، فريدون سينرلي أوغلو الثلاثاء، معبر باب الهوى في إدلب السورية، والتقى وفداً من الدفاع المدني السوري، وذلك في أعقاب زيارة قام بها الوفد الأمريكي للمركز اللوجستي التابع للأمم المتحدة في قضاء ريحانلي في ولاية هطاي جنوبي تركيا، واطلع على معلومات حول عمل المركز من قبل مارك لوكوك، نائب الأمين العام للأمم المتحدة للشؤون الإنسانية.
الرسالة الثانية كانت دعم تركيا عسكرياً حيث قال المبعوث الأمريكي الخاص بسوريا جيمس جيفري أمس إن الولايات المتحدة مستعدة لتزويد تركيا بالذخيرة والمساعدات الإنسانية في منطقة إدلب السورية. وأضاف جيفري للصحافيين «تركيا شريك بحلف شمال الأطلسي. معظم الجيش يستخدم عتاداً أمريكياً. سنعمل على التأكد من أن العتاد جاهز ويمكن استخدامه». وعلى نحو منفصل، قال السفير الأمريكي لدى تركيا ديفيد ساترفيلد في المؤتمر الصحافي إن واشنطن تبحث طلب أنقرة للحصول على دفاعات جوية. وكانت السلطات التركية قد طلبت من واشنطن تزويدها بصواريخ باتريوت للدفاع عن أجوائها وتأمين غطاء لطائراتها لكن المسؤولين الأمريكيين ردوا «أن كل أنظمة صواريخ الباتريوت محجوزة بسبب التطورات في الشرق الأوسط وهناك بطارية باتريوت في قاعدة إنجرليك».
وجاءت زيارة الوفد الأمريكي إلى ولاية هطاي ومعبر باب الهوى، كزيارة رسمية من أشخاص يمثلون الإدارة الامريكية، وذلك تزامناً مع العملية العسكرية التركية في سوريا، واللقاء المرتقب بين الرئيسين التركي رجب طيب أردوغان، والروسي فلادمير بوتين، غداً الخميس، ما جعلها تحمل إشارات سياسية بحسب مراقبين لـ«القدس العربي».
والرسالة الثالثة إنسانية جاءت على لسان الممثلة الدائمة لدى الأمم المتحدة، السفيرة كيلي كرافت، التي قالت في بيان رسمي إنها «نيابة عن الرئيس دونالد ترامب ووزير الخارجية مايك بومبيو جئت إلى الحدود التركية السورية لإظهار التضامن الأمريكي مع الشعب السوري»، وأعلنت عبر الصفحة الرسمية للسفارة الأمريكية في دمشق عن التبرع بـ»108 ملايين دولار كمساعدات إنسانية إضافية لشعب سوريا استجابة للأزمة المستمرة التي تسبب بها نظام الأسد والقوات الروسية والإيرانية. ويشمل هذا ما يقرب من 56 مليون دولار من مكتب السكان واللاجئين والهجرة التابع لوزارة الخارجية وأكثر من 52 مليون دولار من الوكالة الأمريكية للتنمية الدولية». وأضافت «يسر إدارة ترامب أن تعلن اليوم عن تقديم 108 ملايين دولار إضافية من المساعدات الأمريكية لشعب سوريا. قادت الولايات المتحدة الطريق، حيث تبرعت بأكثر من 10 مليارات دولار منذ بداية الأزمة. ندعو الدول المسؤولة الأخرى للانضمام إلى هذا الجهد».

أكثر من 15 مليارات

وحسب البيان فإن المبلغ المقدم «يجلب إجمالي الاستجابة الانسانية الامريكية لأكثر من 10.6 مليار دولار منذ بدء أزمة سوريا» وأضافت «لا تزال الولايات المتحدة أكبر مانحة للمساعدة الانسانية – سواء في سوريا وفي جميع انحاء العالم. هذه المساعدة هي عنصر من استراتيجيتنا للامن القومي لتحديد أولويات الحد من المعاناة الإنسانية. ونحن نقدر جميع المانحين الذين كثفوا وما زالوا يشجعون على السواء المانحين التقليديين والجدد على زيادة جهودهم للمساعدة».
ووفقاً لوكالة الأناضول التركية، فإن الوفد الأمريكي زار المركز اللوجستي التابع للأمم المتحدة في قضاء «ريحانلي» للاطلاع على سير عمليات توزيع المساعدات الإنسانية للنازحين السوريين الفارين من محافظة إدلب شمال غربي سوريا
وتحدثت مندوبة الولايات المتحدة لدى الأمم المتحدة كيلي كرافت، في تصريح لها، عن أهمية تسليم المساعدات الإنسانية في هذا الوضع للنازحين السوريين، وضرورة العمل على تحقيق وقف دائم لإطلاق النار، وأضافت أن بلادها خصصت 108 ملايين دولار كمساعدات إضافية للسوريين، داعية الدول الأخرى لزيادة مساعداتها، كما حمّلت كرافت، نظام الأسد مسؤولية تفاقم الأزمة الإنسانية في سوريا، مشددة على ضرورة إيقاف روسيا والنظام هجماتهما الوحشية، معربة عن امتنانها لتركيا لتحملها العبء الأكبر في تلبية احتياجات السوريين. وكان الوفد الأمريكي قد وصل إلى العاصمة التركية أنقرة، لبحث تطورات الأوضاع في محافظة إدلب السورية.

مطالب الدفاع المدني

مدير الدفاع المدني في سوريا، رائد الصالح، قال لـ»القدس العربي» إن عضو مجلس الإدارة في الدفاع المدني، عمار سلمو وفريقه، التقى الوفد الأمريكي الرفيع المستوى على الأراضي السورية، عند البوابة الحدودية، حيث دار الحديث حول حماية المدنيين وتأمين عودتهم الى منازلهم بشكل آمن، إضافة إلى الضغط من أجل ايقاف العمليات العسكرية واستهداف المنشآت الطبية وزيادة التدخل في ملف الاستجابة الطارئة من قبل الولايات المتحدة. وتحدث الصالح حول مطالبهم التي وجهت للوفد الأمريكي، وعلى رأسها دعم جهود الإغاثة في الشمال السوري، من أجل تخفيف معاناة المدنيين مؤكداً على أهمية دور الدفاع المدني الذي يواصل الليل والنهار للاستجابة للازمة الكارثية في إدلب ومحطيها والحد منها.
كما كانت المقاتلات التركية ضربت بصواريخ (جو – جو) الأحد مطلع شهر آذار الجاري، مقاتلتين حربيتين من نوع سوخوي 24، وأسقطتهما ضمن مناطق سيطرة النظام، وذلك في أعقاب استهداف مروحيتين للنظام، بصواريخ أرض جو في 11 و14 شباط من العام الجاري في ريفي حلب الغربي وإدلب الشرقي، ليصبح العدد الإجمالي 5 طائرات منذ بدء العملية العسكرية التركية شمالاً.
وأعلنت وزارة الدفاع التركية إسقاط مقاتلة للنظام السوري من طراز «ال 39» في إطار عملية درع الربيع بمحافظة إدلب شمال غربي سوريا، جاء ذلك في بيان صادر عن الوزارة، الثلاثاء، قالت فيه: «تم إسقاط مقاتلة حربية تابعة للنظام في إطار عملية درع الربيع المتواصلة بنجاح».

خسائر النظام

وكشفت وزارة الدفاع التركية على تويتر؛ عن حصيلة خسائر النظام السوري، وبينت ان القوات التركية «دمرت اليوم طائرة واحدة لنظام الأسد، وطائرة بدون طيار و6 دبابات و5 مدافع هاوتزر ومنظومتي دفاع جوي و3 مركبات قتالية و5 شاحنات صغيرة و6 مركبات عسكرية ومستودع للذخيرة وحيدت 327 عنصراً للنظام».
من جهته، أعلن رئيس مؤسسة الصناعات الدفاعية التركية إسماعيل دمير، الثلاثاء، عن عزم تركيا على نشر منظومتي «حصار آ» و «حصار او» للدفاع الجوي في إدلب، واستخدامها في عملية «درع الربيع» العسكرية الأسبوع المقبل، قائلاً «سنراهما في ميدان المعركة خلال الأسبوع المقبل».
في غضون ذلك، تتواصل الاشتباكات بوتيرة عنيفة على محور آفس شمال غربي مدينة سراقب في ريف إدلب الشرقي، بين قوات النظام والميليشيات المحلية والأجنبية الداعمة لها من جهة، والفصائل ومجموعات جهادية مدعمة بالمدفعية التركية من جهة أخرى.
وقال المرصد السوري لحقوق الانسان ان قوات النظام تحاول استعادة السيطرة على القرية بغطاء جوي من قبل الطائرات الروسية، وذلك تزامناً مع مواصلة القصف التركي المكثف على مواقع قوات النظام في مدينة سراقب وقرى بريفها.
كما استهدفت طائرات مسيرة تركية رتلاً عسكرياً لقوات النظام في منطقة معرة النعمان، وسط معلومات أولية عن قتلى وجرحى جدد، لافتاً الى أن الضربات التركية الجوية والبرية تسببت بمقتل 119 عنصراً من قوات النظام والميليشيات المحلية، بالإضافة لمقتل 20 من القوات الحليفة للنظام السوري من جنسيات أجنبية بينهم 10 من حزب الله و4 إيرانيين.

193 raids par les avions de guerre russes et du régime… et les russes commettent un massacre dans la ville d’Al-Foah….


Intervention des casques blancs-Défense civile - Syrie

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
2 mars 2020
1h
9 civils ont été tués et d’autres blessés à la suite d’un tir ciblé par les avions de guerre russes dans le centre d’Al-Foah, au nord d’Idleb.
# Idleb_ sous le feu
# Casques blancs

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
1 mars 2020
4 civils, dont un enfant, ont été tués et 5 autres blessés à la suite d’une frappe aérienne d’avions de guerre russes, visant des terres agricoles à la périphérie du village de Batna près de Maarat Masrin dans la campagne d’Idleb, le dimanche matin 1er mars 2020.
# Idleb_ sous le feu
# Casques blancs

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
1 mars
Dimanche matin, 1er mars 2020, quatre civils, dont un enfant, ont été tués et d’autres blessés à la suite des bombardements aériens de deux avions de combat des forces du régime, visant des maisons civiles dans le village de Kafrantine
, près de Darat Azza, dans la campagne occidentale d’Alep.
# Casques blancs

 

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
29 fvr.
Au cours des 90 derniers jours, 597 civils ont été tués, dont 152 enfants, 94 femmes et 6 volontaires de la défense civile, et plus de 1573 ont été blessés, à la suite du ciblage des provinces d’Idleb, d’Alep et de Hama, par les forces aériennes russes et syriennes, des milliers d’attaques, dont 65 avec des bombes à fragmentation interdites au niveau international.
# Casques blancs

 

193 raids par les avion de guerre russes et du régime… et les russes commettent un massacre dans la ville d’Al-Foah….

2 mars 2020

9 citoyens ont été tués et 6 autres blessés à la suite de raids effectués par des avions de guerre russes sur la ville d’Al-Foah. Deux citoyens ont également été tués par une frappe aérienne russe sur un camp de personnes déplacées à proximité du village d’Adwan dans la plaine de Roge, à l’ouest d’Idleb. Cela porte le nombre de martyrs civils au cours de la journée à 11.

D’autre part, les forces du régime ont bombardé le point turc de l’aéroport militaire de Taftanaz, sans aucune information sur les victimes jusqu’à présent.
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a observé que les forces de l’ordre et du contrôle du village de Flaifel et al-Dar al-Kabira dans la campagne sud d’Idleb étaient soutenues par des avions de guerre russes après de violents affrontements avec des factions et des groupes jihadistes.

Les drones turcs continuent également de viser les emplacements et les points des forces du régime et des militants loyalistes dans la campagne orientale d’Idleb, où ils ont ciblé les forces des forces du régime dans les environs de Saraqeb, sans recevoir d’informations sur l’ampleur des pertes.

En revanche, des affrontements ont toujours lieu sur les axes des villages de Jobas et Al-Tarnaba, aux alentours de Saraqeb du côté sud-ouest.

Le nombre de raids d’avions de guerre russes est passé à 76, concentrés sur les axes de Saraqeb et la campagne sud d’Idleb. Le nombre de raids des avions de guerre du régime est passé à 117.
L’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé ce soir un violent prélude de l’artillerie turque sur les villes de Qabtan Al-Jabal, Anjara, Cheikh Aqil et Kafre Alep dans la campagne occidentale d’Alep, tandis que le bombardement s’est arrêté après quelques heures pour des raisons inconnues.

L’Observatoire syrien a recensé des victimes de bombardements aériens et terrestres et d’affrontements dans les zones rurales d’Idleb et de Hama au cours de la journée de lundi, alors que l’on recense 21 combattants qui ont été tués, dont 13 jihadistes, et 11 membres des forces du régime et des milices qui leur étaient fidèles.

%d bloggers like this: