Rien ne se passe à Idleb


Rien ne se passe à Idleb

Omar Kaddour 10/12/2019

Seule la bonne pensée ou la naïveté, ou les deux, est ce qui pousse certains d’entre nous à penser que quelque chose se passe à Idleb. L’aviation russe et les forces d’Assad commettent des massacres les uns après les autres; cela n’est pas à la hauteur de l’événement, ce n’est qu’une petite nouvelle qui pourrait ne pas lui trouver une place, même tardive, sur la liste des nouvelles internationales. Elle manque, au sens de l’actualité, d’excitation. C’est juste un petit détail dans un événement qui à son tour est devenu vieux et ennuyeux, et plus important encore, il est sous contrôle externe et n’échappera pas à de nouvelles surprises.

Rien dans les développements de l’attaque d’Idleb n’attire l’attention d’aucun gouvernement occidental, pas plus qu’il n’attire l’attention des forces d’opposition en Occident. L’Occident n’est déjà pas à Idleb, comme c’était le cas dans les anciennes zones de la guerre contre l’Etat islamique, et Washington y a été redéployé, fournissant à Ankara et à Moscou de vastes zones malgré les objections de certaines puissances occidentales et malgré les objections des démocrates au Congrès qui ont trouvé une autre occasion rien que pour saper l’administration Trump.

Des craintes européennes surgissent et des voix s’élèvent lorsqu’il existe une menace sérieuse pour les vagues de réfugiés. À l’occasion de l’attaque d’Idleb, les responsables turcs n’ont pas encore fait entendre leur voix, menaçant l’Europe par les réfugiés, et une telle menace pourrait ne pas être juste avec les déclarations officielles turques indiquant le retour d’un grand nombre d’entre eux sur les terres contrôlées par Ankara dans le cadre du processus du « Source de paix”. En tout état de cause, la publication des déclarations est liée aux négociations sur la délimitation de l’influence entre Ankara et Moscou, et n’a rien à voir avec des considérations humanitaires de part et d’autre ou des Européens.

Il y a parfois des nouvelles de combats violents ou d’une résistance farouche de la part des défenseurs. La traduction de ceci est que les défenseurs ont obtenu de bonnes fournitures, et peut-être des renseignements, qui leur permettront d’infliger des pertes plus importantes aux forces d’Assad. Le niveau le plus important par la publication des déclarations est liée aux négociations sur la démarcation de l’influence entre Ankara et Moscou, et n’a rien à voir avec les considérations humanitaires de l’une ou l’autre partie ou des Européens.

Nous ne connaissons pas non plus les limites des accords provisoires russo-turcs et si la bataille actuelle ne vise qu’à contrôler la route internationale reliant Damas à Alep et ses environs. Nous ne savons pas non plus si les factions sous influence turque à Idleb sont au courant des accords et de l’horizon de la bataille, et si les accords sont conclus, pourquoi ne sont-ils pas mis en œuvre avec un minimum de pertes? Pourquoi au moins les civils ne sont pas renvoyés hors des champs de bataille? Ce qui est certain, c’est que l’aviation russe et les forces d’Assad veulent que la zone ciblée soit détruite et dépourvue de population, ce qui est tout aussi certain, c’est que le résultat de la bataille est déterminé par la supériorité militaire, et les défenseurs n’auront pas d’armes spécifiques qui feront la différence et donneront une protection qui n’a été accordée à aucune faction combattant Assad, quelle serait, alors, la situation lorsque l’on évoque une région dominée par le Front Al-Nousra, le siège de Hay’at Tahrir Al-Cham, qui figure sur la liste du terrorisme international?

Dans une bataille qui ne déclenche pas de controverse internationale, même en cas de défilé médiatique, Moscou n’a pas besoin de se concentrer sur la domination d’Al-Nousra sur la région, mais c’est une carte prête à l’emploi. Ce qui est surprenant, ou pas surprenant, dans le domaine des transactions, c’est que la Al-Nousra a consacré son hégémonie et exclu d’autres factions, et cela sous l’influence turque, et contrairement aux accords d’Astana, dont certains stipulaient sa limitation. Nous avons vu dans le reste de la sphère d’influence turque comment Ankara a interféré dans toutes les affaires, y compris les affaires administratives civiles, alors que des efforts similaires n’ont pas été faits à Idleb, comme si c’était un aveu préalable que d’autres régions se préparent à une présence plus durable.

Le terrain est pavé pour la bataille d’Idleb, et il le restera tant que la bataille se poursuivra ou sera reportée pour une raison quelconque. La référence aux victimes de ses massacres actuels ne provoquera pas un parti capable d’intervenir, car tous les accords sur le sol syrien ont passé les massacres. Dans ce qui semble être moins que des nouvelles, ces victimes ne sont pas considérées plus que comme des chiffres ajoutés à la tuerie syrienne, et elles entrent dans les archives des organisations internationales, qui peuvent être désignées plus tard comme références de dates et les réfugiés fuyant les bombardements, dans des conditions climatiques extrêmement rudes, ne trouveront devant eux que le vide au sens direct et humanitaire.

Les survivants peuvent être déplacés vers des zones précédemment occupées par la Turquie, comme Efrin ou la zone entre Ras al-Aïn et Tal Abyad, comme s’ils étaient des affaires faciles à jeter ici ou là. Et ceux qui sont impliqués dans la recherche d’une solution pour eux peuvent ne pas voir l’indignation que les forces d’Assad tueraient plus de ce qui est à leur disposition, car cela réduit leurs fardeaux. Par la suite, il n’est pas exclu qu’ils soient victimes de la traite dans le cadre de la vente aux enchères traitant de la question des réfugiés en général, et l’octroi de tout soulagement en dessous du niveau minimum pour eux devient un motif de fierté pour l’humanité des propriétaires.

Il convient de ne pas mentionner l’opposition, non pas en raison de son impuissance et de son manque de ruse, mais plutôt parce qu’elle est un partenaire dans la décoration des politiques régionales et internationales qui ont amené la situation jusqu’ici, au moins comme moyen de la promouvoir comme la meilleure option pour protéger les civils. Le chef du “gouvernement intérimaire” de la coalition a bien fait d’aller présider une réunion à Efrin, et d’afficher à côté de lui le drapeau turc avec une peinture qui serait l’arbre des sultans ottomans, donc son apparence de cette manière et à ce moment est la plus vraie conclusion.

Même les récits des Syriens sur les réseaux sociaux nous disent presque que rien ne se passe à Idleb, pas de cris de détresse “comme cela se passait avant” en demandant à l’inconnu de fournir de l’aide, et sans attendre un miracle qui ne se produira pas. Le silence des Syriens est compréhensible comme un signe de désespoir et d’impuissance ensemble, et il est libre, par exemple, de revendications qui ont été soulevées auparavant du type de manifestation dans les capitales de l’Occident pour véhiculer l’image du massacre. Pour faire pression sur ses gouvernements, cela semble très naïf aujourd’hui. En outre, la nouvelle idée avant un certain temps sur l’importance des médias sociaux et leur impact prouve qu’ils sont incapables d’influencer le monde réel, du moins pour ceux qui n’en ont pas d’autres.

Rien ne se passe à Idleb, c’est ce que dit la logique de la puissance et des puissants, et aucun Syrien ne peut pas s’y opposer.

 

لا شيء يحدث في إدلب

عمر قدور | 10/12/2019

فقط حسن الظن أو السذاجة، أو كلاهما، ما يجعل البعض منا يظن أن شيئاً ما يحدث في إدلب. يرتكب الطيران الروسي وقوات الأسد المجزرة تلو الأخرى؛ هذا لا يرقى إلى مصاف الحدث، هو مجرد خبر صغير قد لا يجد له مكاناً ولو متأخراً في قائمة الأخبار الدولية. وهو، بمفهوم الخبر، يفتقر إلى الإثارة. إنه مجرد تفصيل صغير ضمن حدث صار بدوره قديماً ومملاً، والأهم من ذلك أنه تحت الضبط الخارجي ولن ينفلت على مفاجآت جديدة.

لا يوجد في مستجدات الهجوم على إدلب ما يستقطب اهتمام أية حكومة غربية، ولا ما يستقطب اهتمام قوى معارضة في الغرب. الغرب أصلاً غير متواجد في إدلب على نحو تواجده السابق في مناطق الحرب على داعش، وهناك أعادت واشنطن انتشارها مقدِّمة لأنقرة ولموسكو مساحات شاسعة رغم اعتراضات بعض القوى الغربية، ورغم اعتراض الديموقراطيين في الكونغرس الذين وجدوا في الأمر فرصة أخرى ليس إلا للنيل من إدارة ترامب.

تبرز المخاوف الأوروبية، وترتفع معها الأصوات، عندما يكون هناك تهديد جدي بموجات لاجئين. لم يرفع بعدُ مسؤولون أتراك، لمناسبة الهجوم على إدلب، أصواتهم مهددين أوروبا باللاجئين، وقد لا يستقيم مثل هذا التهديد مع تصريحات تركية رسمية تشير إلى عودة عدد كبير منهم إلى الأراضي التي سيطرت عليه أنقرة في عملية “نبع السلام”. في كل الأحوال، صدور التصريحات متصل بعمليات التفاوض حول ترسيم النفوذ بين أنقرة وموسكو، ولا علاقة له بالاعتبارات الإنسانية لدى أي طرف منهما ولا لدى الأوروبيين.

ثمة أخبار عن معارك عنيفة أحياناً، أو عن مقاومة شرسة يبديها المدافعون. ترجمة ذلك أن المدافعين قد حصلوا على إمدادات جيدة، وربما على معلومات استخباراتية، تتيح لهم إيقاع خسائر أعلى بقوات الأسد. المستوى الأهم في موضوع الإمدادات توجيه رسالة خفيفة لموسكو، ربما رسالة عتب لأن الأخيرة تتجاوز التفاهمات، أو رسالة تذكير كي لا تتجاوزها.

نحن لا نعلم أيضاً حدود التفاهمات الروسية-التركية المؤقتة، وما إذا كانت المعركة الحالية تهدف فقط إلى السيطرة على الطريق الدولي الواصل بين دمشق وحلب ومحيطه. لا ندري أيضاً ما إذا كانت الفصائل الخاضعة للنفوذ التركي في إدلب على دراية بالتفاهمات وبأفق المعركة، وإذا كانت التفاهمات مبرمة لماذا لا تُنفّذ بأقل الخسائر؟ لماذا على الأقل لا يُرحَّل المدنيون خارج ساحات المعركة؟ ما هو مؤكد أن الطيران الروسي وقوات الأسد يريدان المنطقة المستهدفة مدمَّرة وخالية من السكان، وما هو مؤكد على نفس الدرجة أن نتيجة المعركة يحددها التفوق العسكري، ولن يحظى المدافعون بأسلحة نوعية تُحدث فرقاً وتمنح حماية لم يحظَ بها من قبل أي فصيل يقاتل الأسد، فكيف عندما يكون الحديث عن منطقة تهيمن عليها جبهة النصرة “هيئة تحرير الشام” الموضوعة على قائمة الإرهاب الدولية؟

في معركة لا تثير جدلاً دولياً، ولو على سبيل الاستعراض الإعلامي، لا تحتاج موسكو إلى التركيز على هيمنة النصرة على المنطقة، لكنها ورقة جاهزة للاستخدام. ومما يثير الاستغراب، أو لا يثيره ضمن عالم الصفقات، أن النصرة كرّست هيمنتها وأقصت فصائل أخرى، وقد فعلت ذلك تحت النفوذ التركي، وبخلاف تفاهمات أستانة التي نصّ بعضها على تحجيمها. رأينا في باقي مناطق النفوذ التركي كيف تتدخل أنقرة في كافة الشؤون، بما فيها الشؤون الإدارية المدنية، بينما لم تُبذل جهود مماثلة في إدلب، وكأنه إقرار مسبق بأن المناطق الأخرى تُعدّ لوجود أكثر استدامة من الوجود فيها.

الأرضية ممهدة لمعركة إدلب، وستبقى هكذا طالما بقيت المعركة مستمرة أو تخللها تأجيل لسبب ما. الإشارة إلى ضحايا مجازرها الحالية لن تستثير جهة قادرة على التدخل، لأن كافة الصفقات على الأرض السورية مرّت فوق المجازر. فيما يبدو أنه أقل من خبر، لا اعتبار لأولئك الضحايا أكثر من كونهم أعداداً تُضاف إلى المقتلة السورية الكبرى، وتدخل في أرشيف منظمات دولية يمكن الرجوع إليه لاحقاً على سبيل التأريخ. أُتخم العالم بقصص اللاجئين السوريين، واللاجئون الآن من تحت القصف في ظروف مناخية شديدة القسوة لن يجدوا أمامهم سوى العراء بالمعنيين المباشر والإنساني.

قد يُنقل الناجون إلى مناطق سبق لتركيا احتلالها، مثل عفرين أو المنطقة الواقعة بين رأس العين وتل أبيض، وكأنهم متاع يسهل رميه هنا أو هناك. وربما لا يرى المعنيون بإيجاد حل لهم غضاضة في أن تقتل قوات الأسد المزيد مما يتيسر لها، فهذا يخفف العبء عليهم. لاحقاً، لا يُستبعد أن يُتاجَر بهم في مزاد المتاجرة بقضية اللاجئين عموماً، ويصبح تقديم أية إغاثة دون الحد الأدنى لهم مدعاة للتفاخر بإنسانية أصحابها.

يُستحسن ألا نأتي على ذكر المعارضة، لا بسبب عجزها وقلة حيلتها، إنما لأنها شريك في تزيين السياسات الإقليمية والدولية التي أوصلت الحال إلى هنا، على الأقل من قبيل الترويج لها كأفضل الخيارات لحماية المدنيين. وقد فعل خيراً رئيس “الحكومة المؤقتة” التابعة للائتلاف بذهابه ليرأس اجتماعاً في عفرين، وليظهر إلى جانبه العلم التركي مع لوحة قيل أنها شجرة السلاطين العثمانيين، فظهوره بهذه الطريقة وبهذا التوقيت أصدق خاتمة.

حتى حسابات السوريين على وسائل التواصل الاجتماعي تكاد تقول لنا أن لا شيء يحدث في إدلب، لا صرخات استغاثة “كما كان يحدث سابقاً” تطلب من المجهول تقديم النجدة، ولا انتظار لمعجزة لن تحدث. صمت السوريين هذا مفهوم كدلالة على اليأس والعجز معاً، وهو يخلو مثلاً من مطالبات كانت ترتفع سابقاً من نوع التظاهر في عواصم الغرب لإيصال صورة المجزرة، فالكل يعلم أن العالم لا يحتاج من يوصل إليه صورة ما يحدث، والفكرة القديمة عن إيصال الحدث إلى الرأي العام الغربي كي يضغط على حكوماته تبدو ساذجة جداً اليوم. أيضاً الفكرة الطازجة قبل حين عن أهمية وسائل التواصل الاجتماعي وتأثيرها تثبت عجزها عن التأثير الواقعي، أقلّه للذين لا يملكون غيرها.

لا شيء يحدث في إدلب، هذا ما يقوله منطق القوة والأقوياء، ولا أحد من السوريين في وسعه معاندة

En Syrie, Ankara met ses menaces à exécution


La turquie lande son offensive contre les kurdes en Syrie - AFP - D. SOuleiman

La Turquie lance son offensive contre les forces kurdes en Syrie

AFP-09.10.2019

Premières salves de bombardements et premières victimes: la Turquie a lancé mercredi, comme elle s’y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, alliées des Occidentaux dans la lutte antijihadistes, faisant fi des mises en garde internationales.

Mercredi, des régions voisines de la Turquie, notamment les zones de Tal Abyad et de Ras al-Aïn, ont été bombardées par l’aviation et l’artillerie turques. Le ministère turc de la Défense a ensuite annoncé en soirée que des militaires turcs et leurs supplétifs syriens avaient pénétré en Syrie, marquant le début de la phase terrestre de l’opération.

Le président américain Donald Trump a estimé que l’opération d’Ankara était “une mauvaise idée”. En début de semaine, c’est pourtant le retrait des troupes américaines de secteurs frontaliers en Syrie et les déclarations contradictoires de la Maison blanche qui ont ouvert la voie à l’offensive.

Cette opération turque — dont l’objectif est d’éloigner de la frontière la puissante milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG)– a fait 15 morts dont 8 civils, a annoncé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), ajoutant que des “milliers de déplacés” fuient les zones bombardées.

AFP / Gal ROMA Offensive turque dans le nord de la Syrie

L’offensive a provoqué un tollé international. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira en urgence jeudi.

A Ras al-Aïn, un correspondant de l’AFP a entendu une forte explosion et vu s’élever de la fumée tout près de la frontière, ajoutant que des avions survolaient le secteur.

Des tirs d’artillerie visent en continu la ville, provoquant la fuite de dizaines de civils à bord de motos et voitures, partant même à pied, chargés de valises et dsacs, a-t-il constaté.

Equipés de lance-roquettes, des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes dominée par les YPG, se sont déployés dans la ville, selon le correspondant de l’AFP.

– “Mobilisation générale” –

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils fuient des bombardements turcs sur la Syrie, à Ras al-Ain le 9 octobre 2019

 

Les médias turcs ont rapporté que 8 projectiles tirés par les YPG étaient tombés sur les villes turques frontalières d’Akçakale et de Nusaybin, sans faire de victime.

L’offensive de la Turquie est la troisième en Syrie depuis 2016. Elle ouvre un nouveau front dans un conflit qui a fait plus de 370.000 morts et des millions de déplacés depuis 2011.

“Les Forces armées turques et l’Armée nationale syrienne (ANS, une coalition financée et entraînée par la Turquie soutenus par Ankara, ndlr) ont débuté l’opération +Source de paix+ dans le nord de la Syrie”, a annoncé M. Erdogan sur Twitter.

Au moins 18.000 combattants syriens supplétifs d’Ankara –faisant partie de factions regroupées au sein de l’ANS– ont été mobilisés pour participer à l’offensive, a affirmé mercredi un de leurs porte-parole.

L’offensive doit permettre la création d’une “zone de sécurité” destinée à séparer la frontière turque des positions kurdes et accueillir des réfugiés, a dit M. Erdogan. Le ministère turc de la Défense a assuré que tout était fait pour éviter les pertes civiles.

Alliées aux Occidentaux dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), les YPG sont considérées par Ankara comme une organisation “terroriste”, pour leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK).

“Les Etats-Unis ne soutiennent pas cette attaque et ont clairement indiqué à la Turquie que cette opération était une mauvaise idée”, a souligné M. Trump dans un bref communiqué.

AFP / Delil SOULEIMAN Des Kurdes de Syrie manifestent contre la menace d’offensive turque sur la ville de Ras Al-Ain, dans le nord syrien, le 9 octobre 2019

Il avait pourtant paru donner son feu vert à une telle opération, avant de nuancer ses propos et d’assurer que Washington n’avait “pas abandonné les Kurdes”.

Quelques heures avant le début de l’offensive, les Kurdes de Syrie, confrontés aux atermoiements de leur allié américain, avaient décrété une “mobilisation générale”, tout en appelant Moscou à intervenir pour faciliter un dialogue avec Damas.

– Tollé –

AFP/Archives / Vincent LEFAI Contrôle des territoires en Syrie

Le déclenchement de l’offensive a été fermement condamné par plusieurs pays qui craignent un chaos susceptible d’ouvrir la voie à un retour en force de l’EI, et qui fait planer l’incertitude sur le sort des jihadistes prisonniers des YPG.

Le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin, a appelé les pays européens à “reprendre” leurs ressortissants ayant intégré l’EI et aujourd’hui détenus par les forces kurdes.

Paris a “très fermement” condamné l’incursion turque. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exigé l’arrêt de l’offensive. L’Allemagne a estimé que l’opération risquait “de provoquer une résurgence” de l’EI et Londres a dit sa “sérieuse préoccupation”.

Aux Etats-Unis, un poids lourd des Républicains et proche de M. Trump, Lindsey Graham, a accusé le président américain d’avoir “honteusement abandonné les Kurdes” et s’est dit favorable à ce qu'”Erdogan paie très cher”.

Avant le déclenchement de l’offensive, le président russe Vladimir Poutine avait appelé M. Erdogan à “bien réfléchir”.

L’Egypte a pour sa part jugé cette “attaque inacceptable” et Ryad a condamné “l’agression” de la Turquie en Syrie.

Amnesty international a souligné qu'”à la fois les forces turques et kurdes” avaient, “dans le passé, mené des attaques aveugles en Syrie” ayant “fait de nombreuses victimes parmi les civils”. L’ONG a exhorté à faire en sorte que “cela ne se reproduise pas”.

Le pouvoir de Damas s’est engagé à “contrecarrer toute agression” de la Turquie, se disant prêt à “accueillir dans son giron” la minorité kurde.

Longtemps marginalisés et victimes des discriminations du pouvoir central, les Kurdes ont réussi à instaurer une autonomie de facto à la faveur du conflit qui ravage la Syrie depuis 2011.

La Turquie annonce le début de la phase terrestre de l’offensive, tollé international

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé le lancement d’une offensive dans le nord-est de la Syrie. Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira en urgence jeudi.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 15h39, mis à jour à 22h58

 

70da61e_5791983-01-06.jpg

 

En Syrie, Ankara met ses menaces à exécution

Libération – Par Hala Kodmani
Des habitants fuient Ras al-Ain bombardé par les Turcs mercredi. Photo Baderkhan Ahmad. AP

Ankara passe à l’attaque au nord de la Syrie

Deux jours après l’annonce du retrait américain, des blindés turcs ont passé la frontière.

La Turquie entame l’étape terrestre de son opération contre la milice kurde en Syrie

L’état-major turc a annoncé avoir entamé la phase terrestre de l’opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) qui avait débuté plus tôt dans la journée, dans le nord-est de la Syrie.

Des bataillons d’infanterie de l’armée turque ont traversé la frontière syrienne dans le cadre de la phase terrestre de l’opération Source de paix dont le lancement a été annoncé plus tôt dans la journée par Recep Tayyip Erdogan.

« L’armée » a coupé des milliers d’arbres fruitiers dans les zones reconquises à Idleb et Hama…


Armée du régime syrie-قوات-النظام166-دبابة-كاسحة-الغام-

« L’armée de la patrie/du régime » a coupé des milliers d’arbres fruitiers dans les zones reconquises récemment au sud d’Idleb et au nord de Hama

7/9/2019 – OSDH

L’observatoire syrien a appris de sources fiables que les forces du régime et les milicies loyales « Shabiha » avaient mené des opérations d’abattage forestière dans les villes de Khan Chaykhoun, Kafarzita, Morek, Latamneh, Zakat, Al-Sayyad et Latmine dans les campagnes du nord de Hama et du sud d’Idleb, après avoir été complètement dépouillées. Outre des dizaines d’éléments équipés de scies électriques, des dizaines de véhicules été prêts pour transporter les arbres abattus dans des centres de la ville de Hama afin d’en faire du commerce et vendre des tonnes de bois pour être utilisés comme matériaux de chauffage à l’approche de l’hiver. Des sources fiables ont confirmé qu’environ deux millions d’oliviers, pistachiers et autres arbres fruitiers de cette région sont menacés par des membres du régime pour être vendus comme bois pour le chauffage.

(…)

30-abattage-11.2010

“جيش الوطن” يقطع آلاف الأشجار المثمرة من المناطق التي سيطر عليها بريف إدلب الجنوبي وحماة الشمالي خلال الفترة الأخيرة

علم المرصد السوري من مصادر موثوقة قيام قوات النظام والشبيحة الموالية بعمليات قطع للأشجار المثمرة من مدن وبلدات خان شيخون وكفرزيتا ومورك واللطامنة والزكاة والصياد ولطمين بريف حماة الشمالي وريف إدلب الجنوبي، بعد أن جرى تعفيشها بالكامل وفي التفاصيل التي حصل عليها المرصد السوري انتشر عشرات العناصر حاملين مناشير آلية في تلك المناطق آنفة الذكر بالإضافة لعشرات السيارات المجهزة لنقل الأشجار إلى مراكز بمدينة حماة لبيع أطنان الحطب كمادة للتدفئة مع اقتراب فصل الشتاء وأكدت المصادر الموثوقة أن نحو مليوني شجرة من أشجار الزيتون والفستق الحلبي وغيرها من الأشجار المثمرة في تلك المنطقة مهددة بعمليات قطع وسرقتها من قبل عناصر النظام لبيعها كـ حطب للتدفئة.

البغدادي يهدد بعلوّ كعب الدواعش / Al Baghdadi menace les mécréants par Les hauteurs des talons des Daéchiottes !


 

توعد أبو بكر البغدادي خليفة تنظيم داعش البربري في تسجيلٍ صوتيٍ جديدٍ له نُشر في ٢٦ كانون الأول/ديسمبر ٢٠١٥ بعنوان «فتربصوا إنا معكم متربصون»، بهزيمة التحالفات (ضد التنظيم) و«علو كعب المسلمين «الدواعش» في كل مكان ولو بعد حين وبعد التمحيص «في اللون» والشدة»٠

Les-talons-des-Daechiottes

علو كعب المسلمين الدواعش… Al Baghdadi menace les mécréants par Les hauteurs des talons des Daéchiottes !

%d bloggers like this: