L’apocalypse à la Ghouta : Pilonnage intensif par l’aviation du régime et de la Russie…


 

Témoignage: les habitants de Damas sont traumatisés par le bruit du pilonnage intensif et incessant de la Ghouta, située à proximité de la capitale, par l’aviation du régime syrien, peut-on imaginer un instant l’état psychologique des habitants civils se trouvant sous le déluge de ces mêmes bombardements ? Monstrueux

La-Ghouta---32-Bis

 

 

Advertisements

Les habitants de la Ghouta, dénoncent l’inaction de l’ONU


 

L'onu-responsable---Tous-complices

Les habitants de la Ghouta Est utilisent un tissu avec le logo de l’ONU comme linceul pour dénoncer l’inaction de l’Agence

 

Les habitants de la Ghouta orientale assiégée (banlieue de Damas) ont commencé à utiliser des sacs d’aide de l’ONU comme linceuls pour couvrir les enfants tués dans les bombardements dévastateurs du régime d’Assad afin d’exprimer leur frustration face à l’inaction de l’Organisation.
Le 24 février, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la Résolution 2401 demandant un cessez-le-feu national en Syrie pendant 30 jours, en particulier dans la Ghouta Est, et l’acheminement d’une aide humanitaire aux personnes dans le besoin.
Les mots ne peuvent pas décrire la situation dans la Ghouta orientale, a déclaré Amnesty International, notant que les massacres perpétrés là-bas sont une honte pour l’humanité, appelant à une action internationale pour mettre fin à l’assaut du régime d’Assad et de la Russie sur l’enclave révolutionnaire de la Ghouta orientale.
La Coalition Nationale Syrienne tient la Russie pleinement responsable du carnage dans la Ghouta Est, appelant les Etats-Unis à prendre des mesures pour mettre fin au monopole de Moscou sur la prise de décision en Syrie.
Le Réseau syrien pour les droits de l’Homme (SNHR) a déclaré lundi que la Russie a tué au moins 6019 civils syriens, dont 1708 enfants, depuis le début de son intervention directe aux côtés du régime d’Assad en septembre 2015. Dans un rapport intitulé “Stratégie de Meurtre et arrogance “, le Réseau rappelle que Moscou a commis des milliers de crimes en Syrie et a utilisé à plusieurs reprises son droit de veto au Conseil de sécurité de l’ONU pour protéger le régime d’Assad de toute punition.
Ahmad Ramadan, Chef du Département médiatique de la Coalition, a déclaré que le Président russe Vladimir Poutine se vante d’avoir utilisé 120 types d’armes en Syrie, le qualifiant de lâche.
M. Ramadan a décrit la situation humanitaire dans la Ghouta Orientale de catastrophique. Les habitants sont enfermés dans des abris souterrains depuis deux semaines, au milieu de graves pénuries de nourriture et de médicaments. Les secouristes travaillent dans des conditions extrêmement difficiles pour soulever les décombres et secourir les victimes.

http://fr.etilaf.org/all-news/nouvelles-locales/les-habitants-de-la-ghouta-est-utilisent-un-tissu-avec-le-logo-de-l-onu-comme-linceul-pour-denoncer-l-inaction-de-l-agence.html

Syrie: Linceul pour deux enfants de la Ghouta à l’emblème de l’ONU


Inhumaine, la boucherie réalisée par le régime du dictateur Bachar Al Assad et de son complice et protecteur le criminel Vladimir Poutine.

Les civils n’ont pas cessé d’attirer l’attention sur la barbarie de ce qu’ils subissent sous le regard de la communauté internationale aveugle et muette.

 

سكان الغوطة يكفنون طفلين شهيدين بشعار الأمم المتحدة

Les habitants d’Al-Ghouta couvrent deux enfants martyrs, tués suite au bombardement des forces du régime d’Assad, avec un linceul à l’emblème de l’ONU

deux enfants martyrs de AL Ghouta couverts par un drap mortuaire à l'emblème de l'ONU tués par les forces militaires du régime d'Assad

Couloirs humanitaire, pas de transfère ni de déplacement des civils


 

Couloirs-humanitaires-Ghouta

Couloirs pour faire parvenir les aides humanitaire, et non pas pour transférer ou déplacer la population civile de la Ghouta Orientale.

 

Le Crime à la Ghouta …


La Ghouta-Syrie_n

Ca se passe à la Ghouta – en Syrie, à 10 km de Dams

Syrie: Le massacre du XXIe siècle


Le massacre du XXIe siècle

TOPSHOTS

Tandis que la Ghouta orientale n’en finit pas de compter ses morts et ses blessés, au quatrième jour de l’offensive de l’armée de l’air syrienne sur cette enclave de la périphérie de Damas où sont assiégés, depuis 2013, quelque 400 000 habitants, la paralysie de la communauté internationale, qui ne parvient pas à adopter une position commune contre les massacres, faisait réagir la presse internationale.

Lire aussi :   Ghouta orientale : la communauté internationale indignée, mais paralysée

Une paralysie que dénonce le quotidien britannique The Guardian, dans une tribune intitulée « La Ghouta orientale est un autre Srebrenica, et nous détournons le regard une fois encore ». Consacrant sa « une » au sujet, le quotidien dresse un parallèle avec le siège de l’enclave de Srebrenica, durant la guerre de Bosnie, en juillet 1995, qui avait conduit au massacre de plus de 8 000 hommes et adolescents, sous les yeux d’une communauté internationale qui avait « détourné le regard ».

« Le Srebrenica syrien »

« Avec chaque enfant qui meurt, chaque acte de barbarie qui reste impuni, la Ghouta orientale ressemble de plus en plus à ce que Kofi Annan avait appelé un jour le pire crime jamais perpétré en Europe depuis 1945. La Ghouta orientale est en train de devenir le Srebrenica syrien », alerte le journaliste Simon Tisdall :

« A Srebrenica, quelque 8 000 hommes et adolescents musulmans furent massacrés en quelques jours. (…) Le tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie a plus tard déclaré que ces crimes constituaient un génocide. (…) La communauté internationale savait pourtant très bien ce que le général Radko Mladic [commandant en chef de l’armée de la République serbe de Bosnie] était en train de faire, et qu’un massacre était imminent. Elle a détourné le regard. L’agonie de la Ghouta orientale (…) est plus lente mais ignorée de la même façon. Encore une fois, des civils, dont de nombreux enfants, sont massacrés. Encore une fois, les pouvoirs occidentaux, avec des forces présentes dans le pays, refusent d’intervenir. Encore une fois, les Nations unies sont impuissantes. »

Et le journaliste de conclure : « Aujourd’hui, dans la Ghouta orientale, comme à Srebrenica en 1995, des crimes abominables qui pourraient constituer un génocide sont commis. En novembre, Mladic a enfin été reconnu coupable de génocide à La Haye. Cela a pris vingt-deux ans. Combien faudra-t-il encore que d’enfants meurent avant que justice ne soit faite en Syrie ? »

La chaîne américaine de télévision CNN reprend cette comparaison avec la situation en Bosnie dans une analyse intitulée « L’échec de la communauté internationale sur la Ghouta orientale », estimant qu’il s’agit d’un « tournant, comparable à d’autres moments critiques pour les droits de l’homme ces vingt-cinq dernières années ».

« Après trois ans d’horreur en Bosnie, il a fallu le massacre de Srebrenica pour pousser l’Occident à passer à l’action contre les Serbes de Bosnie », souligne CNN, avant de rappeler « l’appel désespéré » du haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme la semaine dernière :

« Au moins, la communauté internationale avait mis fin au conflit en Bosnie au bout de quatre ans. Mais après sept ans de conflit sanglant, le conflit syrien continue. Et l’échec à y mettre fin signe la faillite de la diplomatie internationale. »

Lire aussi :   En Syrie, tragédie humanitaire dans la Ghouta orientale

« Le massacre du XXIe siècle »

« Un massacre. Comment appeler autrement ce qu’il se passe dans la Ghouta, cette zone naguère agricole, ancien poumon vert de Damas, transformée ces derniers jours en enfer sur terre ? », s’alarme également le quotidien belge Le Soir, dans un article intitulé « Le massacre du XXIe siècle se déroule à un jet de pierre de Damas ».

« Si Srebrenica a été le massacre des années 1990, Sabra et Chatila et Halabja les massacres des années 1980, alors celui de la Ghouta orientale est celui de ce siècle… témoigne aussi dans le Guardian un médecin de la Ghouta orientale. Y a-t-il plus grand terrorisme que tuer des civils avec toutes sortes d’armes ? Est-ce une guerre ? Ce n’est pas une guerre. Cela s’appelle un massacre. »

« Ce régime et ses alliés reproduisent là les crimes dont ils s’étaient rendus coupables à Alep et cette sauvagerie est si atroce qu’on voudrait presque que ses auteurs l’emportent au plus vite, que ces monstres gagnent au plus vite, pour que cela cesse mais non, rien ne cessera », dénonce aussi le chroniqueur géopolitique Bernard Guetta, sur France Inter mercredi matin.

Lire aussi :   Syrie : dans la Ghouta orientale, chronologie d’un désastre humanitaire

« On veut terroriser la population, l’obliger à fuir »

« C’est un nouveau massacre, c’est pire qu’Alep », témoigne encore Raphaël Pitti, médecin de guerre qui s’est rendu de nombreuses fois en Syrie, au micro d’Europe 1 mercredi. En contact avec la population civile de la Ghouta, il atteste que « six hôpitaux ont été totalement détruits » au cours de la journée de mardi. « Ce ne sont pas des bavures. Les hôpitaux sont systématiquement détruits. On veut terroriser la population, l’obliger à fuir, à céder », dénonce-t-il :

« On est dans un état de siège déjà depuis plusieurs mois. La population est affamée, des enfants meurent. On est dans une situation épouvantable sur le plan humanitaire. »

M. Pitti se dit « effondré » par le silence de la communauté internationale, estimant qu’« on aurait dû prévenir cette situation, on la voyait arriver depuis plusieurs mois. Les convois de l’ONU ne pouvaient même pas rentrer à l’intérieur de la Ghouta pour approvisionner les populations ».

 

Eastern Ghouta is another Srebrenica, we are looking away again

 

بلجيكا تتعهد دفع 19 مليون يورو لـ«أونروا»٠ / Merci la Blegique


jerusalem_1

بلجيكا تتعهد دفع 19 مليون يورو لـ«أونروا»٠

الأربعاء، ١٧ يناير/ كانون الثاني ٢٠١٨

تعهدت بلجيكا اليوم (الاربعاء)، دفع 19 مليون يورو على ثلاث سنوات لـ«وكالة الامم المتحدة لغوث اللاجئين الفلسطينيين وتشغيلهم» (اونروا)، وأعلنت دفع 6.3 ملايين «فوراً» بعد العقوبة الأميركية في حق الوكالة٠

وقالت وزارة الخارجية البلجيكية في بيان ان بروكسيل: «قررت منح 19 مليون يورو لوكالة الامم المتحدة للمساعدة الانسانية للاجئين الفلسطينيين، خلال السنوات الثلاث المقبلة»، مشيرة الى انها «احد المانحين القلائل الذين يقدمون مثل هذا التمويل لسنوات عدة»٠

وأوضحت الوزارة انه «بالنظر الى المشاكل المالية التي تواجهها الوكالة حالياً، فان المساهمة السنوية البلجيكية تم صرفها على الفور»، مذكرة بان «الحكومة الاميركية قررت أمس (الثلثاء) تجميد نصف مساهمتها في اونروا»٠

وقال ناطق ان المساهمة السنوية لبلجيكا في 2018 تبلغ 6.3 ملايين يورو ومن المقرر ان تستكمل بتمويل طوعي خلال العام٠

وكانت بلجيكا دفعت في 2017 لـ«أونروا» تمويلاً إضافيا بقيمة 10.3 ملايين يورو٠

والاتحاد الأوروبي بكل اعضائه هو أكبر مساهم في الوكالة التي تمول بنسبة 30 في المئة من واشنطن٠

وقالت «اونروا» انها تواجه «اخطر ازمة تمويل» طوال 70 عاماً من وجودها بعدما أعلنت ادارة الرئيس دونالد ترامب أمس تجميد اكثر من نصف المساهمة المقررة للعام 2018 أي 65 مليونا من 125 مليون دولار٠

والاوروبيين هم أكبر جهة مانحة للسلطة الفلسطينية. وسيستقبلون الاثنين المقبل في بروكسيل الرئيس الفلسطيني محمود عباس الى غداء عمل مع وزراء خارجية دول الاتحاد الاوروبي الذين كانوا استضافوا في كانون الاول (ديسمبر) الماضي رئيس وزراء اسرائيل بنيامين نتانياهو٠

وفي صلب الاجتماع الاثنين المقبل الازمة التي اثارها اعتراف الادارة الاميركية بالقدس «عاصمة لاسرائيل» وسبل استئناف عملية السلام الفلسطينية الاسرائيلية في وقت يعتبر عباس ان الولايات المتحدة أخرجت نفسها من عملية السلام ولم تعد تتوافر فيها شروط الوسيط٠

وسيتم التطرق الى الدعم المالي للفلسطينيين في 31 كانون الثاني (يناير) المقبل في بروكسل خلال اجتماع دول المجموعة الدولية للمانحين لفلسطين برئاسة النروج٠

وتضم هذه المجموعة التي يفترض ان يرأسها الاتحاد الاوروبي والولايات المتحدة، ممثلين للسلطة الفلسطينية والاردن ومصر وتونس والسعودية وكندا واليابان وروسيا واسرائيل و«صندوق النقد الدولي» والامم المتحدة٠

وقال وزير التعاون والتنمية البلجيكي الكسندر دو كرو في البيان: «بالنسبة الى كثير من اللاجئين الفلسطينيين، تمثل اونروا طوق النجاة الاخير. وبفضلها يذهب نصف مليون طفل فلسطيني الى المدارس ما يبعدهم من السقوط في التشدد واعمال العنف المتطرفة»٠

إلى ذلك، أكد الأمين العام للجامعة العربية أحمد أبو الغيط في كلمة اليوم خلال مؤتمر الأزهر لـ «نصرة القدس» أن قرار تجميد المساعدات يستهدف «إلغاء قضية اللاجئين»٠

واعتبر ان هذا القرار «لا يأتي بمعزل عن قرار الاعتراف بالقدس، هذا القرار يستهدف التعليم الفلسطيني والصحة الفلسطينية وإلغاء قضية اللاجئين»٠

وانتقد المسؤول في منظمة التحرير الفلسطينية واصل أبو يوسف القرار وقال إنه «يؤكد أن هذه الإدارة الأميركية ماضية في شطب حقوق شعبنا الفلسطيني. أولاً كان قرار إعلان القدس عاصمة لإسرائيل، واليوم قضية اللاجئين»٠

وقال الأمين العام للأمم المتحدة أنطونيو غوتيريش، إنه «لا يعلم بأي خفض للمساعدات، لكنه قلق للغاية في شأن هذه الاحتمالية، لأن تمويل الوكالة عامل مهم من عوامل الاستقرار»٠

وذكر الأمين العام لأونروا بيير كراهينبول في بيان أن خفض المساهمة الأميركية «يهدد أحد أكثر مساعي التنمية الإنسانية نجاحاً وابتكاراً في الشرق الأوسط»٠

%d bloggers like this: