« Source de paix » continue de faire des victimes parmi les civils


نزوح-الحسكة-

« Source de paix » continue de faire des victimes parmi les civils et les pousse au déplacement, portant à 52 le nombre de martyrs tués par les bombardements aériens et terrestres des factions turques depuis le début de l’opération

13 octobre 2019 – Observatoire syrien des droits de l’homme

Avec plus de victimes, le nombre de martyrs civils tués depuis le début de l’opération militaire turque le mercredi 9 octobre, s’élève à 52, dont un enfant et une responsable du parti exécutée sur le terrain par des factions pro-turques sur l’autoroute située au sud de la ville de Tal Abyad et les zones situées au nord d’Ain Issa, parmi eux 7 personnes, dont deux employés de la direction de l’autogestion, sur le périmètre de Tall Abyad, 6 autres victimes, dont un enfant, une femme et deux hommes âgés à la suite de tirs de roquettes sur les quartiers de Bachiriya, Qadrubak et Zaytouniya dans la ville de Qamechli, 4 victimes suite aux frappes aériennes turques sur le village d’Al-Bajiya dans la région de Tall Abyad, 4 victimes suite aux frappes aériennes turques visant le voisinage de la ville de Ras Al-Ain dans la campagne d’Al-Hassakah, 3 victimes à cause des opérations de tire sur les villages autour de Tall Abyad, et une enfant sous les frappes visant la campagne de Qahtaniyah, un homme ciblé par un tireur des forces turques dans la ville Al-Derbasiyah, une femme ciblée par un tireur d’élite turc de la ville d’Al-Qamechli, et un homme victime d’un tir de missile turc à la périphérie du village de Qasr Deeb, dans la campagne d’Al-Malekiyah.

D’autre part, la vague de déplacements continue de l’est de l’Euphrate. Selon les statistiques de l’Observatoire syrien le nombre de personnes déplacées de leurs villes et villages dépasse les 130 000 civils, fuyant les zones de Tal Abyad, Ras Al-Ayn, Derbassiyah et d’autres zones situées à l’est de la bande des frontières avec la Turquie,

“نبع السلام” تواصل حصد أرواح المدنيين وتشريدهم ليرتفع إلى 52 تعداد الشهداء الذين قتلوا بقصف جوي وبري تركي وعلى يد الفصائل منذ بدء العملية

Advertisements

Solidarité avec les civils partout en Syrie


Il n'avait que quelques jours ... lorsque les obus du régime criminel syrien l'ont tué

Solidarité avec les civils partout en Syrie
A bas le chauvinisme et le sectarisme


Toutes les forces d’occupation devraient quitter la Syrie: russes, turques, iraniennes et américaines.

 

Occupations-Russe-Iranienne-Turque-de-la-Syrie.jpg

Syrie: les forces kurdes résistent aux soldats turcs, les civils fuient


Syrie: les forces kurdes résistent aux soldats turcs, les civils fuient

AFP-11 octobre 2019

AFP / Nazeer Al-khatib Un char et des combattants syriens pro-Ankara traversent la frontière turco-syrienne et entrent en Syrie, le 11 octobre 2019

Les forces turques et leurs alliés tentent vendredi de progresser dans le nord de la Syrie mais font face à une farouche résistance des combattants kurdes, au troisième jour d’une offensive ayant provoqué un exode de civils.

Voisine de la Syrie en guerre, la Turquie a lancé mercredi une opération militaire, impliquant des forces aériennes et terrestres, contre une milice kurde syrienne qu’elle considère comme “un groupe terroriste” et qu’elle cherche à éloigner de sa frontière.

L’offensive a suscité un tollé international, plusieurs pays, notamment européens, s’inquiétant du sort des civils mais aussi des nombreux jihadistes détenus par les forces kurdes, qui contrôlent de vastes régions dans le nord syrien, et qui pourraient s’enfuir.

Selon un dernier bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), 41 combattants kurdes et 17 civils ont été tués dans l’assaut depuis mercredi. Ankara a annoncé la mort d’un de ses soldats dans les combats et de huit civils, dont un bébé et une fillette, dans la chute de roquettes kurdes tirées sur des villes frontalières en Turquie.

De violents combats continuent d’opposer les Forces démocratiques syriennes (FDS) -une coalition de combattants arabes et kurdes- aux troupes turques et leurs supplétifs syriens, a ajouté l’OSDH.

Les affrontements se concentrent dans une bande de 120 km, le long de la frontière syro-turque. “Il y a d’intenses combats (…) sur plusieurs fronts, principalement de Tal Abyad à Ras al-Aïn”, villes frontalières, d’après la même source.

– Tunnels et tranchées –

AFP / Offensive turque en Syrie

Les FDS, qui utilisent des tunnels et des tranchées pour se défendre, luttent pour freiner l’avancée des forces turques, qui ont pris le contrôle jeudi de 11 villages, dont deux ont été depuis repris par les forces kurdes, a poursuivi l’ONG syrienne.

Les forces turques et leurs alliés ont recours à des frappes aériennes, à l’artillerie lourde et à des tirs de roquettes, selon l’OSDH.

Les villes de Tal Abyad et Ras al-Aïn, presque entièrement désertées par leurs habitants, sont les plus touchées, selon un centre de presse affilié aux autorités kurdes locales.

Certaines tribus arabes ont rejoint les rangs des forces turques et mené des attaques à l’intérieur des lignes kurdes en activant des cellules dormantes, selon la même source.

L’ONU estime que 70.000 personnes ont fui les combats en direction de l’est, vers la ville syrienne de Hassaké, une ville épargnée par les combats.

“Que veut de nous Erdogan? (…) C’est juste parce que nous sommes kurdes?”, demande une femme qui a trouvé refuge avec sa famille dans une école de Hassaké.

Médecins sans frontières (MSF) a indiqué avoir été contraint de fermer un hôpital que l’ONG soutenait à Tal Abyad. Les bombardements ont obligé à fuir les patients et les membres du personnel soignant, selon MSF.

D’autres ONG ont mis en garde contre un nouveau désastre humanitaire en Syrie, où la guerre implique depuis 2011 plusieurs grandes puissances régionales et internationales.

– Résurgence de l’EI? –

AFP / Delil SOULEIMAN Des civils arrivent à Tall Tamr, dans le nord-ouest de la Syrie, après avoir fui les bombardements turcs sur le nord-est du pays, le 10 octobre 2019

D’après les médias turcs, Ankara souhaite prendre le contrôle de la bande entre Ras al-Aïn et Tal Abyad afin d’éloigner de la frontière la principale milice kurde syrienne, les Unités de protection du peuple (YPG), épine dorsale des FDS et principal acteur de la défaite du groupe Etat islamique (EI).

La Turquie espère via cette offensive créer une “zone de sécurité” où pourront être installés une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens vivant sur son sol.

En réponse aux critiques européennes contre l’offensive, le président turc Recep Tayyip Erdogan a d’ailleurs menacé d’envoyer en Europe des millions de réfugiés syriens accueillis par son pays.

“Nous n’accepterons jamais que les réfugiés soient utilisés comme arme et pour nous faire chanter”, lui a rétorqué vendredi le président du Conseil européen Donald Tusk.

Le feu vert donné de facto par les Etats-Unis à l’opération turque -en annonçant le retrait de soldats américains stationnés côté syrien de la frontière- a été perçu comme une trahison par les forces kurdes, étaient jusqu’alors alliées de la coalition internationale antijihadistes menée par Washington. Les Etats-Unis tentent cependant d’arranger un cessez-le-feu.

A New York, les cinq pays européens siégeant au Conseil de sécurité de l’ONU -Paris, Berlin, Bruxelles, Londres, Varsovie- ont exigé l’arrêt de l’offensive. La France a dit que les Européens examineraient “la semaine prochaine” la possibilité de sanctions contre Ankara.

Le président russe Vladimir Poutine, dont le pays est allié au régime syrien, a dit craindre que l’offensive ne provoque une résurgence de l’EI vaincus en mars dernier en Syrie par les FDS avec l’aide de la coalition internationale.

La guerre complexe en Syrie, où interviennent de nombreux acteurs régionaux et internationaux, a fait plus de 370.000 morts depuis 2011.

Al-Assad : 8 ans de massacres en Syrie


 

Régime-syrien-8-ans-de-massacres-Fausse-trêve-massacres-continuens

Vous avez dit Crimes de Guerre ?!


Plus de 8 ans de crimes de guerre !!…
Que deviennent les survivants face au silence de la communauté internationale ?
La terreur semée par le régime et la Russie marquera à jamais les esprits des Syrien.ne.s…

Que deviennent ceux qui ont perdu leur famille et leurs biens ?
Seraient-ils de futur projet de bombes à retardement ?

Syrie-Crimes-de-guerre--Destruction-des-habitations-des-civils

L’ONU dénonce !!!


 

Syrie : l’ONU dénonce une nouvelle vague de violences dans la région d’Idlib après l’effondrement de la trêve

PAM
Des immeubles endommagés dans la ville d’Idlib, en Syrie (archive – septembre 2018)
8 août 2019

 

Une haute responsable des Nations Unies a regretté profondément jeudi l’effondrement de la trêve qui avait été annoncée lundi dans la région d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, et la nouvelle vague de violences qui menace la vie de millions de civils.

« Lors de la pause dans les combats, de nombreux civils sont rentrés chez eux et se trouvent actuellement dans des zones où les attaques violentes ont repris, les exposant à de grands risques », a déclaré Najat Rochdi, Conseillère humanitaire principale auprès de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, dans une déclaration à la presse.

Plus de 500 civils innocents ont été tués et des centaines d’autres blessés depuis le début de l’intensification des combats à la fin d’avril. Le nombre de personnes déplacées a également augmenté à un rythme alarmant, quelque 400.000 hommes, femmes et enfants ayant été forcés de fuir, nombre d’entre eux à plusieurs reprises.

La très grande majorité des personnes se sont réfugiées dans des zones densément peuplées. 30.000 autres personnes ont été déplacées dans des zones contrôlées par le gouvernement. « Les bombardements dans les quartiers contrôlés par le gouvernement syrien doivent également cesser », a dit Mme Rochdi.

Les attaques aériennes et les tirs d’artillerie ont causé des dégâts considérables à des dizaines d’établissements de santé, d’écoles, de marchés, de points d’eau et à d’autres infrastructures civiles.

Lire aussi | Syrie : le chef de l’humanitaire de l’ONU dénonce l’inaction du Conseil de sécurité face au carnage à Idlib

L’ONU a officiellement demandé aux parties impliquées dans le système de désescalade de fournir des informations sur les incidents survenus au nord-ouest de la Syrie cette année. « La Turquie a répondu à certaines demandes. Nous attendons toujours des nouvelles de la Fédération de Russie », a souligné la responsable onusienne.

Elle a rappelé que les parties au conflit sont juridiquement tenues de respecter leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et les auteurs de violations du droit international humanitaire doivent rendre des comptes.

Mme Rochdi a par ailleurs pris note des discussions visant à établir une « zone de sécurité » dans le nord-est de la Syrie. « Les acteurs humanitaires sont de plus en plus préoccupés par les déclarations suggérant une éventuelle intervention militaire qui aurait de graves conséquences humanitaires dans une région qui a déjà connu des années d’activité militaire, de déplacements, de sécheresses et d’inondations », a-t-elle dit.

A la veille de la nouvelle tour de négociations : Plus de 400 frappes aériennes et d’artilleries menées par les forces du régime syrien et son allié Russe …


Plus de 400 frappes aériennes et d’artilleries menées par les forces du régime syrien et le « garant » de la « réduction de l’escalade » russe sur la région du désescalade, au 93ème jour de la campagne la plus violente

31 juillet 2019-OSDH

… dont 44 raids exécutés par l’aviation russe sur les région et alentour de la ville de Khan Cheikhoun, les alentour sud-est de Kafrsejna, Jabala, al-Amiriya, Tahtaya, et al-Tah, ainsi que dans le secteur sud de la campagne d’Idleb, Kafrzeita, Latmine, al-Arbain et al-Zakat au nord de Hama, à Sarmaniya dans la campagne nord-ouest de Hama, aussi sur l’ac-xe de Kabbana dans la montange des Kurdes, tandis qu’on a dénombré 60 raids exécutés par l’aviation militaire du régime syrien, depuis ce matin visant les zones de Latamna, Kafrzeita, Latmine, Douweir al-Akrad dans la campagne nor et nord-ouest, l’axe de Kabbana dans la montagne Kurdes, tandis le nombre de bombardement à l’artillerie a dépassé 300 frappe terrestre visant les campagnes du nord et nord-ouest de Hama, les les montange de la côte et de la campagne d’Idleb au sud, et la campagne dans la région d’Alep.
(…)

أكثر من 400 ضربة برية وجوية نفذتها مقاتلات النظام السوري و”الضامن” الروسي على منطقة “خفض التصعيد” خلال اليوم الـ 93 من حملة التصعيد الأعنف

ارتفع إلى 34 عدد البراميل التي ألقاها الطيران المروحي على كل من محور كبانة بجبل الأكراد، وبلدتي مورك واللطامنة وكفرزيتا بريف حماة الشمالي، بالإضافة إلى مدينة خان شيخون وترعي جنوب إدلب، بينما ارتفع إلى 44عدد الغارات التي نفذتها طائرات روسية على مناطق في محيط وأطراف مدينة خان شيخون وأطراف كفرسجنة الجنوبية الشرقية وجبالا والعامرية وتحتايا وأطراف التح بالقطاع الجنوبي من الريف الإدلبي، وكفرزيتا ولطمين والأربعين والزكاة شمال حماة والسرمانية بريف حماة الشمالي الغربي بالإضافة لمحور كبانة في جبل الأكراد، فيما ارتفع إلى 60 عدد الغارات التي نفذها الطيران الحربي التابع للنظام السوري منذ صباح اليوم مستهدفاً أماكن في كل من اللطامنة وكفرزيتا ولطمين ودوير الأكراد بريفي حماة الشمالي والشمالي الغربي، وكفرزيبا وخان شيخون ومحيطها وتحتايا والركايا وأطراف موقة وحيش بريف إدلب الجنوبي، ومحور كبانة في جبل الأكراد، في حين ارتفع إلى أكثر من 300 تعداد الضربات البرية التي قصفت خلالها قوات النظام مناطق في ريفي حماة الشمالي والشمالي الغربي، بالإضافة لجبال الساحل وريف إدلب الجنوبي وأماكن في ريف محافظة حلب.

%d bloggers like this: