L’armée syrienne reconnue, pour la première fois, responsable d’attaques chimiques


 

OIAC--attaques-chimiques-régime-respnsable-des-Massacres

Une équipe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques pointe, dans un rapport, la responsabilité des soldats de Bachar al-Assad dans des attaques de 2017.

 

Le Monde avec AFP Publié le 08 avril 2020 à 18h26 – Mis à jour le 08 avril 2020 à 18h38

 

 

Devant le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye, le 20 avril.
Devant le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), à La Haye, le 20 avril. JOHN THYS / AFP

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a, pour la première fois, mercredi 8 avril, désigné l’armée du régime syrien de Bachar al-Assad comme responsable d’attaques chimiques dans le nord du pays en 2017.

« L’IIT [l’équipe d’identification et d’enquête de l’OIAC] a conclu qu’il existe des motifs raisonnables de croire que les auteurs de l’utilisation du sarin comme arme chimique à Latamné les 24 et 30 mars 2017 et de l’utilisation du chlore comme arme chimique le 25 mars 2017 étaient des individus appartenant à l’armée de l’air arabe syrienne », a indiqué le coordinateur de l’IIT Santiago Onate-Laborde, cité dans un communiqué. Il s’agit du premier rapport de l’IIT, chargée d’identifier les auteurs présumés d’attaques chimiques en Syrie.

Lire aussi : Le « faisceau de preuves » qui accuse le régime syrien

Selon l’OIAC, des avions et un hélicoptère de l’armée de l’air syrienne ont lâché des bombes contenant du sarin et du chlore dans ces trois attaques, qui ont « affecté » plus de 100 personnes au total.

Un autre rapport attendu dans les prochains mois

« L’IIT n’étant pas un organe judiciaire ayant le pouvoir d’attribuer la responsabilité pénale individuelle, il appartient maintenant au conseil exécutif de l’OIAC, au secrétaire général des Nations unies et à la communauté internationale dans son ensemble de prendre toute autre mesure qu’ils jugent appropriée et nécessaire », a, pour sa part, déclaré le directeur de l’OIAC, Fernando Arias, également cité dans le communiqué.

Lire aussi Attaque en Syrie au gaz sarin : le rapport de la France qui accuse Damas

Un autre rapport est attendu dans les prochains mois concernant une attaque qui avait fait une quarantaine de morts à Douma en avril 2018 après l’utilisation de chlorine, selon les enquêteurs de l’OIAC. Le gouvernement syrien nie constamment toute implication dans des attaques chimiques, affirmant avoir remis tous ses stocks d’armes chimiques sous supervision internationale après un accord conclu en 2013.

Le Monde avec AFP

La stagnation politique autour de la Syrie, réactivée par la Russie – التحريك الروسي للركود السياسي حول سوريا


Toxique---Gaz---Chimique

La stagnation politique autour de la Syrie, réactivée par la Russie

28/11/2018 – al-Qods al-Arabi

Bakr Sedqi

(…)

Il est clair que la Russie, suivie par l’Iran et leur allié chimique, veulent mettre fin à l’accord de Sochi et reprendre l’action militaire pour restaurer Idleb et les zones adjacentes à l’ouest d’Alep et du nord de Hama, afin de reprendre le contrôle des poches d’opposition restantes. En tout état de cause, avec Hay’at Tahrir Al-Cham (Al-Nosra) dans la province, il est difficile pour la Turquie de respecter ses engagements dans le cadre de la garantie tripartite des zones de désescalades (Russie, Iran et Turquie). En outre, le différend entre la Turquie et la Russie (et l’Iran) sur la formation du comité constitutionnel reste inchangé et l’architecte du « processus politique » quittera le représentant de l’ONU, Staffan de Mistura, sans réaliser ce « mince » exploit. Alors que Washington reprend ses activités dans le conflit syrien, la Russie semble avoir besoin d’une action pour reprendre son avance. Etant donné qu’elle ne maitrise que les bombardements, nous pourrions supposer que l’acte de frapper l’ouest d’Alep avec du gaz au chlore, afin de constituer une excuse pour revenir à ses compétences habituelles. Rien ne peut être fait si ce n’est d’ouvrir une nouvelle bataille, qui doit être très destructrice et conduirait à une grande vague de déplacements qui effraie les Européens qui ont refusé l’offre russe de contribuer à la reconstruction de ce que le régime et la Russie ont détruit sous l’ombre de faire perdurer le premier. La bataille reportée d’Idleb est, en partie, un chantage des États européens.

(…)

 

التحريك الروسي للركود السياسي حول سوريا

٢٨ تشرين الثاني ٢٠١٨
القدس العربي – بكر صدقي

هجوم بغاز الكلور على مناطق سيطرة النظام في غرب مدينة حلب، يرد عليه الطيران الروسي بغارات على المنطقة العازلة وفق اتفاق سوتشي بين تركيا وروسيا. كان الاتهام جاهزاً من روسيا والنظام للفصائل المعارضة بأنها وراء هذا الهجوم الكيماوي، وكأن الميزانسين الذي سبق لروسيا اتهام الغرب والمعارضة بتحضيره، قبل اتفاق سوتشي بشأن إدلب، وضعته موسكو موضع التطبيق لإيجاد ذريعة للتخلص من الاتفاق المذكور.
لن أدخل في نقاش غير مجدٍ بشأن مصدر القذائف المحملة بغاز الكلور، فلا أحد يملك، حالياً، أدلة كافية على هوية الجهة المنفذة، وإن كانت تحليلات قائمة على الملاحظة الأولية للمشاهد التي بثها تلفزيون النظام، تشير إلى تلاعب ما في هذه القصة. لكن الرد الروسي السريع يكفي وحده لتحديد صاحب المصلحة في الهجوم الكيماوي المزعوم. في حين أن روسيا نفسها أطلقت تصريحات نارية ضد الولايات المتحدة حين ردت الأخيرة على هجمات كيماوية للنظام، مرة في 2017، وثانية في 2018، بذريعة وجوب «انتظار نتائج تحقيقات» لن تحدث أبداً لأن روسيا بالذات عطلت الآلية الدولية المعنية بتحديد المسؤولين عن استخدام السلاح الكيماوي٠

واضح إذن أن روسيا، ومن ورائها إيران وتابعهما الكيماوي، يريدان إنهاء اتفاق سوتشي والعودة إلى العمل العسكري لاستعادة محافظة إدلب ومناطق ملاصقة غربي حلب وشمال حماة، لتكتمل استعادة السيطرة على جيوب المعارضة المتبقية. وعلى أي حال، بوجود جبهة تحرير الشام (النصرة سابقاً) في المحافظة، يصعب على تركيا أن تفي بالتزاماتها في إطار الثلاثي الضامن لمناطق خفض التصعيد (روسيا وإيران وتركيا). أضف إلى ذلك أن الخلاف بين تركيا وروسيا (وإيران) حول تشكيل اللجنة الدستورية، باقٍ على ما كان عليه، وسينصرف مهندس «العملية السياسية» المندوب الأممي ديمستورا في نهاية الشهر الحالي بدون تحقيق هذا «الإنجاز» الهزيل. ومع عودة واشنطن إلى النشاط في الصراع السوري، تبدو روسيا بحاجة إلى حركة تستعيد بها زمام المبادرة. وبما أنها لا تجيد غير القصف، أمكننا افتراض ترتيب مسرحية ضرب غرب حلب بغاز الكلور، لتشكل ذريعة للعودة إلى مهاراتها المألوفة. فلا شيء يمكن عمله غير فتح معركة جديدة، لا بد أن تكون شديدة التدمير، وتؤدي إلى موجة نزوح كبيرة تثير فزع الأوروبيين الذين رفضوا العرض الروسي بالمساهمة في إعادة إعمار ما دمره النظام وروسيا في ظل بقاء الأول. فمعركة إدلب المؤجلة هي، في جانب منها، مادة لابتزاز الدول الأوروبية٠

ومن المحتمل أن روسيا تراهن على تخلٍ تركي محتمل عن محافظة إدلب وجوارها، على غرار ما فعلت في شرقي حلب عام 2016، مقابل تعزيز نفوذها في كل من عفرين ومنطقة درع الفرات، إضافة إلى تهديداتها اليومية بشن هجوم على وحدات حماية الشعب في مناطق شرقي الفرات المحمية أمريكياً. عملت الولايات المتحدة على امتصاص تلك التهديدات من خلال إنشاء خمس نقاط مراقبة على طول الحدود، لتجعل أي هجوم عسكري تركي هناك بمثابة هجوم على القوات الأمريكية.
هذا التوتر الأمريكي ـ التركي الذي لا يحتمل أن يتراجع قبل الانتخابات البلدية في تركيا، في 31 آذار/مارس 2019، يمنح روسيا وحليفتيها الوقت الكافي لتحقيق انتصار عسكري في إدلب، أو هذا ما تأمله موسكو وطهران والنظام الكيماوي. وهو ما من شأنه أن يرحّل المفاوضات حول اللجنة الدستورية إلى أجل غير معلوم.
ولكن أي نصر مفترض للروس وحليفيه في إدلب سيعني مواجهة استحقاقات جديدة هي الأكثر صعوبة من كل ما سبقها. فهناك منطقتا نفوذ أمريكية وتركية خارج سيطرة التحالف المذكور، وسيكون عليه أن يختار بين مواجهة عسكرية غير مرغوبة مع الأمريكيين، أو الرضوخ للشروط الأمريكية المؤلمة: انسحاب القوات الإيرانية والميليشيات متعددة الجنسية المرتبطة بها من سوريا، والدخول في عملية سياسية حقيقية٠
لا شك أنه ليس من مصلحة الروس الوصول إلى تلك اللحظة حيث كل الخيارات سيئة بالنسبة لها. ولكن، بالمقابل، إبقاء الوضع الميداني في إدلب على ما هو عليه، يعني الاضطرار إلى الانتهاء من تشكيل اللجنة الدستورية، وهو ما يبدو أنه غير ممكن الآن بالطريقة التي يريدها النظام وروسيا. من المحتمل، في هذه الحالة، أنهم يراهنون على تنازلات من الأتراك والأمريكيين، في موضوع اللجنة الدستورية، على وقع انتصار مفترض يأملون بتحقيقه في إدلب. ولكن ماذا عن «الاستراتيجية الأمريكية الجديدة» بشأن سوريا؟
إذا اعتبرنا تصريحات المبعوث الأمريكي جيمس جيفري الذي تم تعيينه للتعامل مع الصراع في سوريا، سنرى أن الأفكار التي يطرحها قائمة على سذاجة غريبة، وكأن الأمريكيين على جهل مطبق بكل تفاصيل المشهد السوري. فقد ربط الأمريكيون انسحابهم من منطقتي شرق الفرات وحول معبر تنف في الجنوب بثلاثة شروط هي: القضاء التام على تنظيم الدولة الإسلامية (داعش) وطرد القوات الإيرانية من سوريا، وإنجاز حل سياسي للصراع الداخلي السوري. وعلى الصعيد العملي، شاعت أخبار عن مباحثات روسية ـ أمريكية فحواها مقايضة انسحاب إيراني من سوريا مقابل تخفيف العقوبات الأمريكية على إيران. مباحثات يبدو أنها متعسرة إلى الآن. بالمقابل يقوم الأمريكيون بتدريب مزيد من المقاتلين لـ«قوات سوريا الديمقراطية» من أجل زجها في صراع محتمل مع الميليشيات المرتبطة بإيران، بعد الانتهاء من الجيوب القليلة التي ما زالت داعش تحتفظ بها. أما بشأن «الحل السياسي» المفترض، فيرى جيفري أنه يتمثل في إقرار دستور جديد وإجراء انتخابات تحسم موضوع «الانتقال السياسي» وفقاً لقرار مجلس الأمن ذي الصلة. مع العلم أن التحالف الروسي ـ الإيراني ـ الأسدي قد بدأ العرقلة منذ موضوع تشكيل اللجنة الدستورية. وفي حال تم تشكيلها أخيراً، بعد ضغوط، سيبدأ الحلف المذكور بعرقلة صياغة الدستور، وهكذا… في غضون ذلك تكون واشنطن قد دخلت أجواء حملة انتخابية جديدة، وابتعد سراب «الحل السياسي» أكثر وأكثر. الخلاصة أن روسيا لا تملك أدوات الانتهاء من الحرب وفرض التسوية وفقاً لشروطها، في حين أن النظام الكيماوي لا يمكنه أن يحكم بلا حرب. وهو ما يعني استمرار الصراع إلى أجل غير معروف، وربما بأطوار جديدة لا يمكن التنبؤ بها٠

كاتب سوري

Comment les preuves disponibles en libre accès ont joué un rôle moteur dans la réponse à l’attaque chimique à Douma


 

20180408-Douma-Attaque-au-gaz-chimique-7-avril-2018


AMNESTY INTERNATIONAL

Par Sam Dubberley, Manager of Amnesty International’s Digital Verification Corps Berlin,

Les photos et les vidéos d’attaques chimiques ne manquent pas. Talmenes, Al lataminah, Kafr Zita, Khan Cheikhoun : ce sont tous des noms d’attaques à l’arme chimique en Syrie. Elles ont été recensées et vérifiées, mais ont rarement occupé une place aussi centrale dans la manière dont les États justifient publiquement leurs politiques.

L’attaque chimique présumée contre Douma, en périphérie de Damas, le 7 avril, a changé la donne. Afin de justifier les frappes militaires de représailles menées contre des cibles en Syrie, les discours officiels de la Première ministre britannique Theresa May ont fait spécifiquement référence aux « images bouleversantes d’hommes, de femmes et d’enfants gisant, morts, de la mousse dans la bouche », et la Maison-Blanche à des vidéos et des images montrant « les restes d’au moins deux bombes-barils contenant du chlore qui ont servi dans le cadre de l’attaque, dont les caractéristiques correspondent à celles utilisées lors de précédentes attaques ».

Nous ne mettons pas en doute la véracité de ces images. En effet, à Amnesty International, nous avons travaillé à en vérifier un grand nombre. Le cœur de notre travail dans les zones de conflit consiste à évaluer si les militaires et les groupes armés respectent les obligations juridiques internationales applicables. Les preuves disponibles en libre accès vérifiées peuvent s’avérer cruciales pour évaluer le respect des règles du droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

Toutefois, la particularité de ces images, c’est que ces États les ont placées au premier plan pour justifier leur intervention du 14 avril en Syrie. Oui, clairement, d’autres éléments viennent les corroborer. Le gouvernement français évoque des entretiens avec des personnes sur le terrain, les États-Unis « des renseignements fiables indiquant une coordination entre les officiers syriens avant l’attaque ». Mais il est vrai également que, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’ayant pas pu au départ se rendre sur le site à Douma, il fut difficile de trouver des preuves publiques faisant autorité. Cela contraste, par exemple, avec la frappe aérienne américaine menée au lendemain de l’attaque contre Khan Cheikhoun en avril 2017, avant laquelle le ministère turc de la Santé avait publié une déclaration pointant du doigt l’utilisation de gaz sarin, ce que l’OIAC a par la suite confirmé.

Le gouvernement ayant refusé ou ignoré ses multiples demandes pour se rendre en Syrie, Amnesty International s’est tournée vers les informations disponibles en libre accès ou « open source » – les vidéos et les photos postées sur Internet ou partagées sur les messageries de réseaux sociaux comme WhatsApp – pour étayer ses recherches et faire campagne en faveur de la protection des civils pris au piège du conflit. Sans cela, son travail s’en serait trouvé fortement limité.

Ayant moi-même passé de longues heures à trier, vérifier et analyser des photos et des vidéos montrant des attaques contre des civils et la destruction de biens civils, je suis certain que les images récentes de Douma recueillies et vérifiées par des organisations dignes de confiance, à l’aide de méthodologies bien établies, ne sont pas truquées.

Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il n’y a pas de fausses images en circulation. Il y en a – et cela fait partie d’un problème plus général. Encore et encore, se servant d’exemples de contenus falsifiés, des gouvernements, des groupes armés et leurs partisans ressortent l’argument éculé des fake news (fausses informations) pour masquer un acte horrible. Une violation des droits humains est commise et des images prises à un autre moment et dans un autre lieu apparaissent soudain sur les réseaux sociaux. Le gouvernement syrien exploite le mensonge de ces images pour discréditer d’autres matériels vérifiés – ainsi que la souffrance, le traumatisme et la détresse dont elles témoignent.

Au lendemain de l’attaque du 7 avril contre Douma, on a constaté un foisonnement de ce type de faux contenus – un porte-parole du Pentagone a cité une augmentation de 2 000 % de l’activité des « bots » (robots) russes. Exemple particulièrement frappant mis en avant par le collectif d’enquête en ligne Bellingcat : les images partagées censées « prouver » que les Casques blancs avaient orchestré les attaques. En fait, elles étaient tirées de Revolution Man, un film de fiction financé par le ministère syrien de la Culture qui raconte l’histoire d’un journaliste qui entre en Syrie et met en scène de fausses attaques à l’arme chimique. Si des informations publiques rigoureusement vérifiées ont permis de démonter ces récits trompeurs, le vieil adage selon lequel « un mensonge peut faire le tour de la terre le temps que la vérité mette ses chaussures » règne en maître sur la sphère numérique. En effet, une étude récente du MIT (Massachussets Institute of Technology) publiée dans la revue Science a conclu que, sur Twitter, les fausses nouvelles sont diffusées plus vite et plus loin que les vraies.

Si Amnesty International reconnaît que les renseignements disponibles en libre accès peuvent s’avérer utiles pour corroborer et vérifier des événements, ils sont rarement le fondement de notre recherche et de notre analyse. En Syrie, nous nous efforçons sans relâche d’obtenir des interviews directes de victimes, de témoins et d’experts sur le terrain. Nous ne pouvons pas toujours accéder à toutes les zones du pays de manière officielle ou sûre, mais nos équipes de recherche sont en contact permanent avec leurs réseaux dans la région. Les vidéos et les images disponibles en libre accès font désormais partie de ce processus, sans en être l’unique composante. Notre Service de vérification numérique – une équipe d’environ 120 bénévoles de prestigieuses universités dans cinq pays – emploie une méthodologie solide pour sourcer et vérifier ces informations. Nous ne pouvons utiliser un contenu que s’il répond à certaines normes rigoureuses ; sinon, nous l’écartons. Pourquoi ? Parce que si nous ne le faisons pas, nous sapons la crédibilité de notre équipe et de la communauté des droits humains en matière d’établissement des faits, à une période et dans un environnement informatif où cette tâche est cruciale.

À l’ère numérique, peut-être ne faut-il pas s’étonner que des contenus en ligne, disponibles en libre accès, occupent une place prépondérante dans la diplomatie publique des États, allant jusqu’à éclairer les décisions prises par les institutions internationales. Ainsi, un mandat d’arrêt décerné récemment par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre en Libye reposait en grande partie sur les preuves numériques vérifiées des crimes présumés. Lorsqu’elles sont le fruit d’un travail sérieux, les investigations menées à partir d’informations disponibles en libre accès peuvent constituer une voie essentielle vers la justice et l’obligation de rendre des comptes pour les victimes d’atrocités commises dans des lieux difficiles d’accès, où un téléphone portable est parfois l’unique témoin capable de partager l’événement avec le reste du monde.

À l’image du « brouillard de guerre » synonyme d’incompréhension et de doute, les États devraient s’adapter au fatras des récits contradictoires et concurrents qui prospèrent sur les plateformes numériques au lendemain d’atrocités telles que l’attaque contre Douma. Si nous voulons faire en sorte que les contenus disponibles en libre accès servent effectivement à traduire en justice les responsables, nous tous – États, institutions internationales, médias et organisations de la société civile comme Amnesty International – devons garantir la clarté, la transparence et la fiabilité de nos méthodologies de vérification. Sinon, c’est la porte ouverte à la diffusion de la désinformation et de la propagande qui met à mal la vérité – avec des conséquences potentiellement désastreuses pour les victimes de violations et de crimes avérés.

https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2018/04/how-open-source-evidence-took-a-lead-role-in-the-response-to-the-douma-chemical-weapons-attack/

 Douma-Attaque-au-gaz-toxique-7-av-2018

Frappes en Syrie


 

https://www.francetvinfo.fr/recherche/?request=frappes

Le président de la République, Emmanuel Macron, le 15 avril 2018 à Paris.

VIDEO. Frappes en Syrie : “Nous avons la pleine légitimité pour agir”, justifie Emmanuel Macron après l’intervention française

Le président a défendu sa décision d’intervenir en Syrie, en dehors d’un mandat de l’ONU.

Un nuage de fumée aux alentours de la ville de Douma en Syrie, le 8 avril 2018, au lendemain d\'une attaque chimique présumée.

Frappes en Syrie : les intentions de Bachar al-Assad

Après avoir repris le contrôle de la région de la Ghouta, le régime syrien semble déterminé à poursuivre les opérations contre les territoires rebelles.

Des soldats syriens inspectent un bâtiment en ruines situé dans le quartier de Barzeh, dans le nord de Damas, samedi 14 avril 2018.

Syrie : le régime affirme avoir détruit tout son stock d’armes chimiques

En direct de Damas (Syrie), Ayman Soussan, vice-ministre syrien des Affaires étrangères, explique la position du régime après les frappes commises par les Occidentaux sur son sol.

Le président américain, Donald Trump, annonce une série de frappes occidentales contre l\'arsenal chimique du régime syrien, le 13 avril 2018 à la Maison Blanche, à Washington (Etats-Unis). 

Frappes occidentales en Syrie : Donald Trump défend son controversé “Mission accomplie”

Cette expression, utilisée par le président américain après les frappes contre l’arsenal chimique du régime syrien, rappelle l’annonce prématurée de la fin de la guerre en Irak par George W. Bush, en 2003.

Les Occidentaux se félicitent d\'avoir réussi la destruction d\'une partie de l\'arsenal chimique du régime syrien. Retour sur la mission.

Syrie : les frappes, et après ?

Les Occidentaux se félicitent d’avoir réussi la destruction d’une partie de l’arsenal chimique du régime syrien. Retour sur la mission.

Jean-Luc Mélenchon, le 27 mars 2018, à l\'Assemblée nationale (Paris).

Syrie : débat au parlement sur les frappes françaises

Anne Bourse se trouve en direct de l’hôtel de Matignon à Paris où le Premier ministre reçoit ce dimanche 15 avril  les parlementaires à propos des frappes françaises en Syrie. Ces derniers sont divisés sur la question.

Un Rafale de l\'armée française se prépare à décoller sur la base aérienne de Saint-Dizier (Haute-Marne) pour frapper la Syrie, dans la nuit du 13 au 14 avril.

Syrie : témoignage d’un pilote de Rafale ayant participé aux frappes

Un colonel français qui pilotait l’un des Rafale qui a bombardé la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril a accepté de répondre aux questions de France 2. Rencontre à la base de Saint-Dizier (Haute-Marne).

Les députés débattront des frappes françaises en Syrie lundi 16 avril à partir de 17 heures à l\'Assemblée nationale.

Frappes françaises en Syrie : un débat sans vote au Parlement lundi après-midi

“Cela permettra au gouvernement de s’exprimer devant tous les députés et à tous les groupes parlementaires d’exprimer leurs positions”, se réjouit le président de l’Assemblée, François de Rugy.

La présidente du Front national Marine Le Pen à l\'Elysée, le 21 novembre 2017.

Syrie : pas d’unité nationale dans la classe politique française

En France, la classe politique s’est montrée très divisée après les frappes en Syrie. Hormis les élus de la majorité, beaucoup les ont condamnées.

Dans cette image du ministère de la Défense britannique, le pilote d\'un Tornado vérifie l\'armement de son avion après sa mission de soutien aux frappes aériennes dans le Moyen-Orient, samedi 14 avril 2018. Les quatres avions de combat on décollés de la base de la Royale Air Force d\'Akrotiri à Chypre.

Syrie : l’analyse de Pascal Boniface

Après les frappes contre la Syrie dans la nuit de vendredi à samedi, les Occidentaux ont apporté une réponse forte aux provocations de Damas. Pascal Boniface, directeur et fondateur de l’IRIS (Institut des relations internationales et stratégiques), analyse la situation.

Des soldats syriens inspectent un bâtiment en ruines situé dans le quartier de Barzeh, dans le nord de Damas, samedi 14 avril 2018.

Frappes en Syrie : comment la population réagit ?

Après les frappes coordonnées de la France, des États-Unis et de la Grande-Bretagne ce samedi sur la Syrie, les partisans de Bachar el-Assad ont été galvanisés. Le régime syrien a d’ailleurs savamment orchestré sa réponse aux Occidentaux dans la journée.

Le président russe, Vladimir Poutine, à Moscou, le 19 mars 2018.

Syrie : Moscou condamne les frappes

Moscou a condamné les frappes occidentales contre la Syrie. Seulement, Vladimir Poutine devrait se contenter d’invectives alors que la fin du conflit semble imminente en Syrie.

Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l\'envoi d\'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d\'armes chimiques en Syrie. 

VIDEO. Syrie : le film des frappes occidentales contre l’arsenal chimique du régime

Dans la nuit de vendredi à samedi, 105 missiles occidentaux ont été tirés sur les centres de recherche et de production de l’arsenal chimique en Syrie. Retour en images sur ces frappes occidentales.

Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l\'envoi d\'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d\'armes chimiques en Syrie. 

Syrie : “mission accomplie” pour les Occidentaux

Après les frappes en Syrie, les Occidentaux se sont félicités d’avoir réussi leur mission. Indignation en revanche du côté de la Russie.

François Delattre, ambassadeur de France aux Nations unies à New-York (Etats-Unis), donne un discours lors d\'une réunion du Conseil de sécurité, le 14 avril 2018, après les frappes aériennes coordonnées par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Statu quo, pressions ou craintes de représailles : les trois scénarios après les frappes en Syrie

L’opération coordonnée par la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni est terminée, mais quelle suite les différents acteurs concernés vont-ils donner à ces frappes ?

Des soldats syriens inspectent un bâtiment en ruines situé dans le quartier de Barzeh, dans le nord de Damas, samedi 14 avril 2018.

Armes chimiques, rôle de Damas : les “preuves” détenues par l’Occident étaient-elles suffisantes pour frapper la Syrie ?

La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont frappé plusieurs cibles syriennes dans la nuit du 13 au 14 avril, en réponse à l’attaque chimique présumée menée par le régime de Bachar Al-Assad à Douma.

La réunion du Conseil de sécurité de l\'ONU le 14 avril.

Frappes en Syrie : “La Russie n’a plus l’entière initiative en Syrie et dans les enceintes internationales”

Cyrille Bret, spécialiste de la Russie, a affirmé dimanche sur franceinfo que, pour l’instant, la Russie “échoue” à être “la puissance politique de résolution et de sortie de cette guerre” en Syrie.

Des soldats syriens inspectent un bâtiment en ruines situé dans le quartier de Barzeh, dans le nord de Damas, samedi 14 avril 2018.

Armes chimiques, rôle de Damas : les “preuves” détenues par l’Occident étaient-elles suffisantes pour frapper la Syrie ?

La France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont frappé plusieurs cibles syriennes dans la nuit du 13 au 14 avril, en réponse à l’attaque chimique présumée menée par le régime de Bachar Al-Assad à Douma.

Frappes en Syrie : la France a lancé pour la première fois des missiles de croisière navals

Frappes en Syrie – Emmanuel Macron, accompagné de la ministre des Armées Au total, l’armée française a tiré 12 missiles sur la centaine ayant visé la Syrie la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril 2018. Polynésie la 1ère d’après franceinfo & France 2
Au poste de commandement \"Jupiter\", situé dans le bunker du palais de l\'Elysée, Emmanuel Macron, la ministre des Armées et le reste de son staff ont les yeux tournés vers l\'écran de liaison et surveillent les opérations après le début des frappes occidentales en Syrie, dans la nuit du 14 avril 2018.

Syrie : Emmanuel Macron en chef de guerre, la classe politique divisée

L’implication de l’armée française dans les frappes de la nuit dernière en Syrie suscite déjà des réactions au sein de la classe politique. Comme le veut la Constitution, il y aura dans les trois prochains jours un débat au Parlement.

Le président russe, Vladimir Poutine, à Moscou, le 19 mars 2018.

Syrie : que compte faire Vladimir Poutine ?

Dominique Derda se trouve en direct de Moscou (Russie) afin de témoigner de la réaction du Kremlin sur les frappes occidentales en Syrie.

Des partisans du régime de Bachar al-Assad brandissent des drapeaux syrien, iranien et russes et chantent des slogans anti-Trump lors d\'une manifestation le 14 avril 2018. L\'Iran et la Russie ont dénoncé les opérations aériennes orchestrées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni.

Syrie : entre colère et fatalisme

Des Syriens ont manifesté ce samedi 14 avril leur soutien au régime de Bachar al-Assad après les frappes aériennes menées cette nuit par la France, les États-Unis et le Royaume-Uni.

Jean-Luc Mélenchon, le 27 mars 2018, à l\'Assemblée nationale (Paris).

Syrie : la classe politique française divisée sur les frappes occidentales

Les opérations militaires occidentales en Syrie ont beaucoup fait réagir la classe politique française. Pour cela, on ne peut pas vraiment parler d’union nationale.

Syrie : comment réagissent les pays du Proche-Orient aux frappes occidentales ?

Franck Genauzeau se trouve en direct du Proche-Orient afin de commenter la réaction des pays proches de la Syrie à la suite des frappes occidentales survenues ce 14 avril.

Le ciel de Damas (Syrie) traversé par les missiles pendant les frappes coordonnées par les Etats-Unis, la France et le Royaume-Unis, très tôt le samedi 14 avril 2018. La capitale de la Syrie a été secouée par de bruyantes explosions, au moment même où Donald Trump annoncait cette opération à Washington.

Syrie : les frappes occidentales ont-elles atteint leurs cibles ?

Sur le plateau du 20 heures de France 2, Alban Mikoczy nous explique l’ampleur et les effets des frappes occidentales menées ce 14 avril sur le stock d’armes chimiques en Syrie.

Une photo partagée par l\'armée syrienne montre une explosion aux abords de Damas (Syrie), samedi 14 avril 2018.

Damas : un jour presque comme les autres

Après les frappes aériennes de cette nuit, les habitants de Damas font globalement comme si de rien n’était. Une équipe de France 2 est allée à leur rencontre.

Le Conseil de sécurité de l\'ONU se réunit à New York (Etats-Unis), le 14 avril 2018. 

Syrie : réunion d’urgence aux Nations Unies

Le Conseil des Nations Unies s’est réuni en urgence, samedi 14 avril, après les frappes occidentales en Syrie.

Donald Trump, le 13 mars 2018, à la Maison Blanche, à Washington.

Donald Trump : “Mission accomplie”

Les États-Unis se montrent satisfaits au lendemain des frappes occidentales sur l’arsenal chimique syrien.

Le Conseil de sécurité de l\'ONU se réunit à New York (Etats-Unis), le 14 avril 2018. 

À l’ONU, la Russie échoue à faire condamner les frappes occidentales en Syrie

Lors d’un vote au Conseil de sécurité de l’ONU, samedi, Moscou n’a pas réussi à faire adopter son projet de résolution visant à condamner les frappes occidentales en Syrie.

Un nuage de fumée aux alentours de la ville de Douma en Syrie, le 8 avril 2018, au lendemain d\'une attaque chimique présumée.

Frappes en Syrie : quelles conséquences sur la guerre ?

La guerre en Syrie, c’est plus de 350 000 morts et un chaos qui se prolonge depuis 2011. Les nouvelles frappes de cette nuit vont-elles avoir des conséquences ? Le point avec France 2.

Le juteux business de la «reconstruction» en Syrie 


 

Le juteux business de la «reconstruction» en Syrie

03 septembre 2017

Le régime Assad, premier responsable des ravages infligés à la Syrie et à sa population, s’efforce avec constance de devenir le principal bénéficiaire de la « reconstruction ».

Homs en septembre 2016, plus de deux années après sa « libération »

Le bilan humain de six années et demi de conflit en Syrie donne tout simplement le vertige : sans doute un demi-million de morts pour 22 millions de Syriens, dont plus de la moitié ont été contraints de quitter leurs foyers, soit pour se déplacer ailleurs en Syrie, soit pour se réfugier à l’étranger. La Banque mondiale estime le coût des destructions cumulées à quatre fois l’équivalent du Produit intérieur brut (PIB) de la Syrie en 2010. Les pertes infligées au parc de logements sont terribles, mais encore plus effarantes s’agissant des institutions de santé et d’éducation, systématiquement visées. Deux Syriens sur trois vivent désormais sous la ligne d’extrême pauvreté. Mais des profiteurs de guerre ont accumulé des fortunes impressionnantes en reconfigurant la carte de la Syrie au service du régime Assad.

DETRUIRE, EXPULSER ET OCCUPER

Le rouleau compresseur de la dictature syrienne a partout opéré avec la même impitoyable simplicité. Les destructions infligées méthodiquement visaient à terroriser la population des zones sous contrôle révolutionnaire pour les contraindre à fuir. La population demeurée malgré tout sur place était ensuite assiégée, voire affamée, afin de pousser les milices insurgées à capituler. Ces accords de reddition s’accompagnaient généralement de l’évacuation des combattants vaincus, mais aussi d’une part importante des civils survivants. Ce processus à l’œuvre dans la vieille ville de Homs, tombée en mai 2014, a été poursuivi dans plusieurs banlieues insurgées de Damas, puis couronné par la reconquête gouvernementale d’Alep-Est en décembre 2016.

La contribution de l’aviation russe et, au sol, des milices pro-iraniennes a été déterminante dans ces processus qui ont partout conduit à la « libération » de champs de ruines et à des transferts importants de populations. Les offensives proprement dites ont permis d’intensifier et de systématiser des campagnes de démolition menées depuis 2012, au bulldozer et à l’explosif, contre des quartiers entiers associés à la contestation anti-Assad. Les opérations militaires ont ainsi amplifié une stratégie de longue haleine se déclinant selon le triptyque de la destruction, de l’expulsion et de l’occupation. Il en découle une profonde recomposition de la carte démographique de la Syrie, sur la base de déplacements massifs de populations, mais aussi de transfert tout aussi massif des titres de propriété.

L’ENJEU DU CADASTRE

Une des principales sources de transfert de propriété sous la contrainte a été la fuite de millions de réfugiés syriens à l’étranger. Leurs biens ont souvent été liquidés dans l’urgence pour faciliter le paiement des passages et la subsistance en exil. Tout un réseau de profiteurs a pu ainsi prospérer en étroite collaboration avec les différents services de « sécurité » du régime Assad, intermédiaires obligés pour l’obtention d’un passeport ou la dispense des obligations militaires. Ces cercles de prédateurs se sont élargis aux alliés étrangers de la dictature Assad, avant tout l’Iran et les milices sous son contrôle.

Des motivations religieuses ont parfois été mises en avant, comme dans la banlieue damascène de Sayyida Zeynab, qui abrite le mausolée de Zeynab, fille de l’imam Ali et sœur de l’imam Hussein, révérés dans le chiisme. Quant à Ahmad Kadyrov, le satrape de Tchétchénie, il s’est engagé à assurer la « reconstruction »des deux plus grandes mosquées de Homs et d’Alep, toutes deux détruites par le régime en 2013. Le sunnisme de Kadyrov et le chiisme des Gardiens de la révolution d’Iran importent moins que la volonté du régime Assad de récompenser ses partenaires étrangers en leur attribuant une part du marché de la « reconstruction ». La même logique est à l’œuvre entre hiérarques syriens avec la relance à Homs d’un vaste projet de « réhabilitation » de quartiers détruits pour leur ralliement à l’insurrection.

L’enjeu est considérable dans une ville comme Homs où 23% des habitations sont entièrement ou partiellement détruites. Ce chiffre, établi par la Banque mondiale, grimpe à 31% à Alep. C’est d’ailleurs en pleine bataille d’Alep que le régime Assad a décrété la nullité de tous les actes établis en dehors de son Office central du cadastre. La crainte de falsification des titres et de destruction des documents est d’autant plus forte que, en Syrie, près de la moitié des terres ne sont pas dûment enregistrées. A supposer que les réfugiés et les déplacés veuillent un jour retourner dans leurs foyers, tout est fait pour leur interdire de faire valoir leurs droits. « Reconstruction » rime alors trop bien avec « épuration ».

RECONSTRUIRE SANS COLLABORER

L’Union européenne a organisé avec l’ONU une conférence sur la reconstruction de la Syrie, en avril dernier à Bruxelles. Le bombardement chimique de Khan Cheikhoun, perpétré par l’aviation d’Assad à la veille de cette conférence, a souligné le caractère pour le moins prématuré d’une telle mobilisation internationale. L’UE s’est alors engagée à ne contribuer à la reconstruction de la Syrie que sur la base d’une « transition politique globale, véritable et inclusive »,ajoutant que « les coûts de reconstruction devraient plus particulièrement être pris en charge par ceux qui ont alimenté le conflit ».

Or ces parties pudiquement passées sous silence, au premier rang desquelles la Russie et l’Iran, ont justement « alimenté le conflit » pour épargner au régime Assad toute « transition » digne de ce nom. Et nous avons vu que la dictature syrienne s’accommode fort bien de la « reconstruction » menée sous son égide et au profit de ses alliés. Il est dès lors vain d’espérer appâter Bachar al-Assad et l’attirer dans une vertueuse transition, en lui faisant miroiter la manne d’une reconstruction en partie au moins financée par l’UE. En revanche, la plus grande vigilance est de rigueur pour éviter de cautionner une « reconstruction » en trompe l’œil, nouvelle étape de la guerre menée par les Assad père et fils contre leur propre peuple.

http://filiu.blog.lemonde.fr/2017/09/03/le-juteux-business-de-la-reconstruction-en-syrie/

Bombardement chimique en Syrie : les intox à l’épreuve des faits


Syrie, attaque chimique de l’aviation du régime contre la population civile à Khan Cheikhoun 4 avril 2017

Ce que l’on sait de l’attaque de Khan Cheikhoun du 4 avril, au-delà des manipulations diffusées notamment par le gouvernement russe et le régime syrien.

LE MONDE |  12.04.2017

Le 4 avril vers 6 h 30 du matin, quatre explosions secouent la localité de Khan Cheikhoun, située à une cinquantaine de kilomètres d’Idlib et à une vingtaine de kilomètres de la ligne de front du nord d’Hama, qui sépare forces du régime et groupes rebelles dans le nord-ouest de la Syrie. Quatre-vingt-sept personnes perdent la vie et 557 sont blessées après avoir été atteintes par des gaz chimiques, selon la direction de la santé de la province.
Une exposition aux gaz que plus personne ne conteste, pas même le gouvernement syrien. Mais plusieurs autres points font l’objet de controverses, parfois sur la foi d’arguments fallacieux. Explications.
Premières divergences : l’heure du raid aérien syrien

CE QUE DIT LE RÉGIME SYRIEN
Le gouvernement syrien a reconnu, le 6 avril, avoir conduit un raid aérien le 4 avril, mais plusieurs heures après l’horaire rapporté par les témoignages sur place, tout en niant avoir lui-même utilisé des armes chimiques et en mettant en doute le bilan avancé par les services de secours :
« Le premier raid aérien mené par l’armée de l’air a eu lieu à 11 h 30 ce jour-là et il a attaqué et détruit un dépôt d’armes chimiques appartenant au Front Al-Nosra. »

POURQUOI C’EST FAUX
Les premiers témoignages ont rapidement accusé un « Sukhoï 22 » des forces aériennes syriennes d’avoir bombardé la ville vers 6 h 30 heure locale. Une vidéo a notamment été postée deux heures plus tard (elle est datée du 3 avril car la plate-forme YouTube indique l’heure californienne).
L’heure du raid aérien – matinale et inhabituelle dans ce secteur – prend de court les équipes médicales et de la défense civile. Celles-ci s’appuient sur les réseaux d’alerte aérienne des zones rebelles, composés d’observateurs qui scrutent le ciel et les échanges radio et déterminent les caps empruntés par les avions qui décollent des bases aériennes gouvernementales.
Ces derniers repèrent bien, ce matin-là – à 6 h 28 heure locale –, le décollage d’un Sukhoï 22 de l’armée de l’air syrienne de l’aéroport militaire de Chayrat – qui sera bombardé en représailles par les Etats-Unis le 6 avril. Heure d’arrivée estimée sur Khan Cheikhoun (parmi une douzaine de cibles potentielles) : sept minutes plus tard.

A 6 h 28 le 4 avril, le réseau d’alerte aérienne des zones rebelles relève le décollage du Sukhoï 22 à Chayrat et alerte une douzaine de localités se trouvant sur sa trajectoire.
A 6 h 28 le 4 avril, le réseau d’alerte aérienne des zones rebelles relève le décollage du Sukhoï 22 à Chayrat et alerte une douzaine de localités se trouvant sur sa trajectoire.
Selon les coordonnées radar rendues publiques par le Pentagone, l’armée américaine repère, elle, le Sukhoï 22 au-dessus de Khan Cheikhoun entre 6 h 37 et 6 h 46 heure locale. Le réseau d’alerte des zones rebelles avait vu juste. La version officielle syrienne a du plomb dans l’aile.

Le régime syrien n’a pas simplement bombardé « des stocks d’armement » dans lesquels « il y avait du chimique »

CE QUE DIT LA RUMEUR
La chaîne YouTube Eurasie Express a publié, le 7 avril, une interview de Bassam Tahhan, présenté comme « spécialiste du Moyen-Orient et de la Syrie ». Dans cette intervention, relayée également sur le blog Les Crises, qui dénonce régulièrement la supposée « propagande » des médias occidentaux, M. Tahhan se montre pour le moins catégorique :
« Tout ça, c’est une mise en scène pour justifier des représailles qui n’ont pas lieu d’être, parce qu’il n’y a pas eu d’attaque chimique, enfin, je suis catégorique là-dessus. »
Et d’enfoncer le clou, affirmant que le régime syrien a en réalité visé des stocks d’armes chimiques des djihadistes du Front Al-Nosra, qui se fait désormais appeler Front Fatah Al-Cham :
« Tout ce qu’il y a eu, c’est que l’aviation syrienne a bombardé des stocks d’armement, et dans ces armements, il y avait du chimique. »
C’est aussi la version développée par le régime syrien et le porte-parole de la défense russe au lendemain de l’attaque.

POURQUOI CELA NE TIENT PAS
Le régime syrien a-t-il pu seulement bombarder un entrepôt d’armes chimiques ? Olivier Lepick, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, joint par Le Monde, réfute cette théorie :
« Si un tel stock existait, il serait très improbable qu’il soit sous le contrôle des groupes rebelles. Il s’agit indubitablement d’une attaque perpétrée à l’aide d’une arme chimique et non d’une fuite qui aurait été occasionnée par des dégâts collatéraux. Pour disposer d’une arme chimique, il faut non seulement posséder un agent toxique, mais il faut aussi que ce dernier soit couplé à un dispositif de dissémination spécifique (bombes, roquettes, aérosols). »
Compte tenu du nombre important de victimes recensées, services médicaux, organisations non gouvernementales, tout comme des sources françaises estiment – mais avec grande prudence – qu’il pourrait s’agir d’un neurotoxique organophosphoré de type sarin.
Des silos détruits par une attaque bien antérieure au 4 avril
Confirmant les scènes filmées dans la ville et les premiers constats médicaux dressés par les équipes de secours – blocage de l’appareil respiratoire, sécrétions buccales (bave), convulsions… – l’équipe de Médecins sans frontières dépêchée le 5 avril auprès de l’hôpital de Bab Al-Hawa, dans la province d’Idlib, décrit aussi « des symptômes concordants avec une exposition à un agent neurotoxique de type gaz sarin ». L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a fait savoir le 6 avril qu’une « enquête [était] en cours » sur l’attaque.
Le correspondant du quotidien britannique The Guardian, Kareem Shaheen, s’est rendu dans la ville, la zone où s’est abattu le missile : autour du « petit cratère noirci » où aurait explosé le missile chimique, « il n’y avait rien d’autre qu’un espace délaissé couvert de poussière et des silos à moitié détruits puant la céréale oubliée et le fumier »

Il s’agirait donc de silos à grains, une information corroborée par le journaliste syrien Hadi Abdallah, qui a visité ce même « entrepôt ».

Pourrait-il avoir contenu des stocks chimiques lors de la frappe du 4 avril ? D’une part, le point d’impact du projectile et sa taille expliquent difficilement le niveau de dégâts constaté dans les silos en question. D’autre part, et surtout, ils ont été détruits par un raid aérien antérieur au 4 avril – six mois auparavant, selon les habitants –, comme le signale Christiaan Triebert, membre du collectif d’investigation Bellingcat :

Un autre déroulé des faits ces jours-là, qualifiés d’« enchaînement de crimes qui dépassent l’entendement » par le directeur de la santé de la province d’Idlib lors d’un entretien au Monde, pourrait plaider en faveur de la thèse d’une attaque préméditée contre Khan Cheikhoun le 4 avril : celui des frappes qui ont visé les hôpitaux de la région avant et après l’attaque chimique.
Lundi 3 avril, l’hôpital national de Maarat Al-Nouman, principal établissement de la région et centre de coordination des services d’urgence, est entièrement détruit par une série de frappes. Vers 11 heures le lendemain à Khan Cheikhoun, c’est l’hôpital local qui est attaqué, puis le centre de la défense civile de la même ville.

Enfin la référence aux djihadistes du « Front Al-Nosra » par Bassam Tahhan, n’est pas anodine. Emanation d’Al-Qaida, son successeur, le Front Fatah Al-Cham, et son paravent Tahrir Al-Cham sont en effet actifs dans la région. Un détachement de Jund Al-Aqsa, un groupe djihadiste qui a depuis été expulsé de la zone et qui a rallié les territoires contrôlés par l’organisation Etat islamique, a également opéré dans la région.
De plus, les frappes aériennes se sont intensifiées depuis le lancement, par les rebelles, à la mi-mars, d’une offensive contre Hama, une capitale provinciale située à une trentaine de kilomètres au sud de Khan Cheikhoun. « Le régime veut casser le triangle Idlib-Jisr Al-Choghour-Khan Cheikhoun qui fait peser une menace sur la vallée du Ghab et la zone côtière, deux zones stratégiques. Pour ce faire, il s’efforce de briser la volonté de la population », confiait alors au Monde Samir Al-Taqi, un ancien conseiller du ministère des affaires étrangères syrien.
Assad « n’avait aucun intérêt à faire ces frappes », l’argument qui fait diversion

CE QUE DIT LA RUMEUR
Cet argument a été repris par le site russe Sputniknews, qui cite le politologue iranien Mosib Naimi, selon qui une telle attaque de la part du régime syrien serait « absurde ». Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la France ! à la présidentielle, est sur la même ligne : « Quand il s’agit de tomber dans le panneau d’éventuelles manipulations, tout le système est derrière. Assad n’avait aucun intérêt à faire ces frappes chimiques », déclare-t-il dans un entretien au Monde, estimant qu’« on part d’une fausse information, ou d’une information pas vérifiée ».

CELA NE CHANGE RIEN AU FOND
Certes, cette attaque ne semble pas servir les intérêts du régime syrien sur la scène internationale, en témoignent les frappes américaines qui ont suivi. Reste qu’il ne s’agit que d’un élément d’interprétation, pas d’un fait qui remettrait en question l’implication du régime syrien.
Or, ce dernier ne conteste pas être à l’origine du bombardement de Khan Cheikhoun, se contentant d’affirmer avoir bombardé des stocks d’armes chimiques et n’avoir pas lui-même employé d’armes chimiques. Version, on l’a vu, hautement contestable.
Clamer que le crime ne profite pas à Bachar Al-Assad ne change rien à ces faits.
« Les premiers résultats d’enquête de l’ONU » n’incriminent pas les rebelles

CE QUE DIT LA RUMEUR
Un article du site Algérie Network, repris sur plusieurs pages Facebook peu fiables comme Vladimir Poutine Fanclub ou Soutien national en Bleu Marine, affirme que les premiers éléments réunis par les Nations unies indiqueraient que « ce sont les rebelles qui ont utilisé du gaz sarin ».

POURQUOI C’EST FAUX
L’article en question, publié le 7 avril et qui a depuis été partagé plus de 20 000 fois sur Facebook, ne dit pas clairement qu’il traite de l’attaque de Khan Cheikhoun. Et pour cause : il s’agit en réalité d’une reprise d’un article et de vidéos YouTube qui datent de 2013 et n’ont rien à voir avec les faits en question.
Par ailleurs, il ne s’agissait pas d’un rapport des Nations unies, mais d’un rapport de Richard Lloyd, ancien inspecteur de l’ONU, pour le Massachusetts Institute of Technology. Il estimait que l’attaque au gaz sarin de la Ghouta, une banlieue de Damas, le 21 août 2013, ne pouvait être le fait des forces du régime syrien, et l’attribuait donc aux rebelles.
Cette thèse elle-même fait l’objet d’une controverse, puisque la contre-analyse d’Elliot Higgins sur le site d’enquête britannique Bellingcat a, par la suite, mis en doute les conclusions de M. Lloyd. Rien ne permet, selon M. Higgins, d’affirmer que les forces du régime ne pouvaient techniquement pas être responsables de l’attaque.
L’enquête des Nations unies, qui a établi l’usage à grande échelle de gaz sarin, n’a pas désigné de coupable car les inspecteurs n’avaient pas été mandatés pour établir la responsabilité de cet usage.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/04/12/bombardement-chimique-de-khan-cheikhoun-en-syrie-les-intox-a-l-epreuve-des-faits_5110175_4355770.html

Moscou reconnaît qu’il y a eu des survols. Ce sont des avions syriens (…) qui ont tiré des missiles au gaz Toxique


 

 

Les-Hypocrites

Les-Hypocrites

La Russie assure que le régime syrien n’a pas délibérément mené une attaque chimique mardi.

Des substances toxiques, oui, mais pas d’attaque chimique. Tel est le message que la Russie tente de faire passer ce mercredi après qu’une partie de la population de Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest du pays, a été intoxiquée par des gaz, mardi, après une frappe aérienne qui a fait de nombreux morts et blessés.

Un bilan revu à la hausse. Le bilan de cette frappe ne cesse de s’alourdir. Ce mercredi matin, les derniers chiffres font état de 72 civils tués, dont 20 enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). «Il y a également 17 femmes parmi les victimes et le bilan pourrait encore augmenter car il y a des personnes disparues», précise l’OSDH.

http://www.leparisien.fr/international/attaque-chimique-en-syrie-la-russie-evoque-une-frappe-du-regime-sur-un-entrepot-05-04-2017-6825828.php

Gazage-à-Khan-Cheikhoun-4-avril-2017-4

La conférence de Bruxelles sur la Syrie condamne l’attaque de Khan Cheikhoun

BRUXELLES (AFP) 05.04.2017 – 16:58

Mercredi, Moscou a affirmé qu’en fait, l’aviation syrienne avait bombardé près de Khan Cheikhoun “un atelier de fabrication de mines artisanales, avec des substances toxiques” aux mains des rebelles, sans préciser si elle avait connaissance de son contenu.

Mais, a fait valoir le ministre français Jean-Marc Ayrault, “Moscou reconnaît qu’il y a eu des survols. Ce sont des avions syriens (…) qui ont tiré des missiles”. “Donc il n’y a pas de doute sur la responsabilité du régime de Damas”, a martelé M. Ayrault.

http://www.courrierinternational.com/depeche/la-conference-de-bruxelles-sur-la-syrie-condamne-lattaque-de-khan-cheikhoun.afp.com.20170405.doc.na5i1.xml
Gazage-à-Khan-Cheikhoun-pès-d'Idleb-4-avril-2017-2

Attaques chimiques en Syrie : histoire d’un massacre de masse

      • Par Yohan Blavignat

Publié

le 05/04/2017

La «ligne rouge» édictée par Barack Obama en 2012 a été franchie à plusieurs reprises par le régime de Bachar el-Assad. Depuis 2011, Le Figaro a recensé au moins 11 attaques chimiques dont Damas serait responsable, et au moins une relève de la responsabilité de l’État islamique.
http://www.lefigaro.fr/international/2017/04/05/01003-20170405ARTFIG00266-attaques-chimiques-en-syrie-histoire-d-un-massacre-de-masse.php

 

Après l’attaque chimique en Syrie, Trump critique le régime Assad et met en cause Obama

Etats-Unis, France et Royaume-Uni proposent au Conseil de sécurité de l’ONU un projet de résolution condamnant le raid imputé au régime syrien.

LE MONDE |  05.04.2017 à 10h51 • Mis à jour le 05.04.2017 à 13h39 |
Par  Marie Bourreau (New York, Nations unies, correspondante) et Gilles Paris (Washington, correspondant)

 

L’attaque chimique du 4 avril imputée au régime syrien a contraint Washington à durcir soudainement le ton vis-à-vis de Bachar Al-Assad. « L’attaque chimique d’aujourd’hui en Syrie contre des personnes innocentes, y compris les femmes et les enfants, est répréhensible et ne peut être ignorée par le monde civilisé », a assuré Donald Trump dans un communiqué publié en début d’après-midi.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni proposent au Conseil de sécurité des Nations unies un projet de résolution condamnant l’attaque chimique, qui devrait être soumise au vote mercredi 5 avril. Elle demande qu’une enquête soit conduite par le mécanisme d’enquête conjoint ONU-OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques), et que le régime fournisse les plans de vol. « Le double défi est de convaincre les Russes mais aussi de ré-engager les Américains, explique François Delattre, le représentant français à l’ONU. Nous n’aboutirons pas – ni sur cette tragédie chimique ni sur un règlement politique en Syrie – si les Etats-Unis ne mettent pas tout leur poids dans la balance. Ils ne peuvent pas continuer ainsi à rester aux abonnés absents. »

 Lire aussi :   Attaque chimique en Syrie : le régime d’Al-Assad incriminé

Assad, « criminel de guerre »

Ce recours par Damas à des armes non conventionnelles ne pouvait pas plus mal tomber pour la diplomatie américaine. Au nom du réalisme, cette dernière s’était désengagée du débat sur le sort du président syrien une semaine plus tôt. En visite en Turquie, le 30 mars, le secrétaire d’Etat, Rex Tillerson, avait tout d’abord assuré que « le sort du président Assad, à long terme, sera décidé par le peuple syrien ». L’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley, avait ajouté le même jour : « Notre priorité n’est plus de rester assis là, à nous concentrer pour faire partir Assad » – Washington donnait ainsi l’impression de s’accommoder désormais officiellement d’un maintien au pouvoir du chef de l’Etat syrien, en dépit des atrocités qui lui sont imputées. Mardi, elle a qualifié le président syrien de « criminel de guerre ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/04/05/apres-l-attaque-chimque-en-syrie-trump-critique-le-regime-assad-et-met-en-cause-obama_5106227_1618247.html#fzVq8dEh2rQmlbX8.99

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/04/05/apres-l-attaque-chimque-en-syrie-trump-critique-le-regime-assad-et-met-en-cause-obama_5106227_1618247.html

 

The Syrian Regime has Breaches Security Council Resolutions 167 Times

Since the beginning of 2017, the Syrian regime has carried out several attacks using chemical weapons. SNHR team recorded nine chemical attacks by the Syrian regime between January 2017 and April 4, 2017 in Idlib, Hama, Damascus suburbs, and Damascus. These attacks resulted in the killing of 77 civilians, including 25 children and 16 women, in addition to one armed opposition fighter, and injured no less than 243 individuals. The most prominent attack was the one that took place in Khan Shaikhoun on April 4, 2017, which saw the death of 76 civilians, including 25 children and 16 women, who were suffocated to death after missiles loaded with poison gases were fired by fixed-wing Su-22 Syrian regime forces warplanes in the northern neighborhood of the city. The videos filmed by activists showed symptoms and signs of suffocation and heavy breathing.

Au moins neuf attaques chimiques depuis le début de 2017
Le régime syrien a enfreint les résolutions du Conseil de sécurité 167 fois

 

Toxique---Gaz---Chimique

Crimes de guerre : Bachar Al-Assad à la CPI / جرائم حرب: بشار الأسد إلى المحكمة الجنائية


*

Crimes-de-guerre-Bachar-Al-Assad-à-la-CPI-2015

Crimes-de-guerre-Bachar-Al-Assad-à-la-CPI-2015*

24 أكتوبر، 2015

ورد في بنود الحل الروسي للأزمة السورية التي تم إقرارها في فيينا

من أصل  البنود الــ 9
إثنان يقضيان بمايلي

البند الرابع
4- يتعهد الرئيس الروسي فلاديمير بوتين شخصيا بعدم ترشح الرئيس السوري بشار الأسد لهذه الانتخابات، لكن هذا لا يمنع ترشح مقربين منه أو شخصيات أخرى من النظام لهذه الانتخابات.

8- تحتفظ روسيا بقواعدها العسكرية داخل سوريا، بموجب قرار يصدر عن مجلس الأمن.

البند التاسع

9- اشترط الروس الإبقاء على بعض بنود الاتفاق سرية، ومن ضمنها مسألة مشاركة الأسد في الانتخابات خوفاً من فقدانه السيطرة على الجيش والقوى المسلحة الأخرى.

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bombardement hystérique, et attaques au “Napalm” contre les civils


La Ghouta de Damas… alerte médicale et la défense civile lance un SOS…

L’équipe de la défense civile syrienne du Rif de Damas a lancéو mardi soir, un appel de détresse à tous les influents dans le monde, pour un arrêt immédiat, à ce qu’elle a qualifié de « bombardement hystérique » dont subi « Daria » et diverses zones de la Ghouta.

L’équipe a signalé que la ville était exposée aux lancement de barils et cylindres explosifs contenant du « napalm » une matière inflammable interdit à l’échelle internationale.

En outre, la défense civile a souligné que “Daria” était, mardi, la cible de plus de 30 cylindres contenant le « Napalm », de 22 barils explosifs, de 8 roquettes, de plus de 40 cylindres explosifs et bombardement à l’artillerie.

L’équipe a déclaré que les récents bombardements ont causé d’énormes incendies, qui se sont largement répandues dans 15 points entre bâtiments, domiciles et entrepôts. Les groupes de défense civile ont annoncé leur incapacité à répondre à tous les appels de sauvetage et d’incendies, malgré la mobilisation de toutes les équipes et le travail à plein potentiel.

à quand l'insouciance de la communauté international face aux crimes de guerre du régime de BacharAl-Assad contre les civils ?

à quand l’insouciance de la communauté internationale face aux crimes de guerre du régime, de l’armée et du gouvernement de BacharAl-Assad contre les civils ?

غوطة دمشق.. استنفار طبي والدفاع المدني يستغيث
ريف دمشق – لبنى سالم
١٢ آب/أغسطس 2015

توجّه فريق الدفاع المدني السوري في ريف دمشق مساء أمس الثلاثاء، بنداء استغاثة إلى جميع الأطراف المؤثرة في العالم، لوقف فوري لما وصفه بالقصف الهستيري الذي تتعرض له “داريا” ومناطق متعددة من غوطة دمشق.
وأشار الفريق إلى أن المدينة تعرضت لوابل من البراميل المتفجرة والأسطوانات التي تحتوي مادة النابالم القابلة للاشتعال والمحرمة دولياً.
كما لفت الدفاع المدني إلى أن داريا تعرضت يوم أمس الثلاثاء إلى أكثر من 30 اسطوانة تحتوي على النابالم الحارق و22 برميلاً متفجراً و8 صواريخ وأكثر من 40 اسطوانة متفجرة وقذائف مدفعية.
إلى ذلك، ذكر أن القصف الأخير تسبب بحرائق ضخمة انتشرت على نطاق واسع، ونشبت في 15 نقطة بين منزل وبناء ومستودع، وأعلنت فرق الدفاع المدني عجزها عن الاستجابة لجميع حالات الإنقاذ والحرائق بالرغم من استنفار جميع طواقمها والعمل بكامل إمكانياتها.
وفي هذا السياق، أكدت مصادر إعلامية من داخل المدينة، أن حريقاً اندلع في مستودع للأخشاب لفترة طويلة، رغم الجهود الحثيثة للدفاع المدني التي عجزت عن إطفائه.
وقال المتحدث باسم الدفاع المدني، محمود آدم “عناصر من الفريق تعرضوا لإصابات، تراوحت بين الطفيفة والخطرة، وتم بتر الأطراف اليسرى لأحد العناصر، وكنا قد فقدنا عنصرين في اليوم السابق، وهما محمد حمود ورياض الضمان، اللذان قضيا خلال تأديتهم لواجبهم الإنساني في بلدة حرستا، حيث استهدفتهم غارة جوية خلال بحثهم عن مصابين وناجين من غارة سابقة”.
بدورها أعلنت النقاط والمكاتب الطبية في غوطة دمشق صباح اليوم، أنها استقبلت أعداداً كبيرة من الإصابات، وقال المكتب الطبي في مدينة دوما التي تتعرض منذ صباح اليوم لقصف مكثف، إنه استقبل خلال ساعات أكثر من 100 إصابة، بعد استهداف أسواق المدينة، وأن الطواقم الطبية فيه تستنفر جميع إمكانياتها وطواقمها لإسعاف الجرحى وإجراء العمليات.
كما أعلن فريق الهلال الأحمر السوري في دوما، أن طواقم الإسعاف استجابت لنداءات المدنيين، بعد سقوط عدد كبير من الجرحى في المدينة صباح اليوم، وقامت بنقل ما يزيد عن 50 جريحاً وأجلت العوائل من مكان الكارثة.
هذا واستقبل مركز دوما الإسعافي، ما يزيد عن 25 جريحاً، أكثر من 10 منهم بحالة حرجة، بينهم حالات تعرضت لحروق وإصابات بالغة، مشيراً إلى أن فريقه في دوما ما يزال مستنفراً حتى الآن.
يُذكر أنّ هناك نقصاً حاداً في المستلزمات والمواد الطبية، وانقطاعاً متكرراً في الكهرباء في مشافي غوطة دمشق، بسبب الحصار، ما يضطر الكادر الطبي لاستعمال طرق بدائية لإسعاف الجرحى وإجراء العمليات.

http://www.alaraby.co.uk/society/2015/8/12/غوطة-دمشق-استنفار-طبي-والدفاع-المدني-يستغيث

Bombardement hystérique des civils à la Ghouta aout 2015

Bombardement hystérique des civils à la Ghouta aout 2015

Bombardement des civils à Daria - Ghouta 12 aout 2015

Bombardement des civils à Daria – Ghouta 12 aout 2015

349

%d bloggers like this: