45 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 3 nouveaux décès en Syrie


Coronavirus-Syrie-7
Damas
Le 14/7/2020

Le ministère de la santé syrien, a annoncé que 45 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 3 nouveaux décès, ont été enregistrés en 24 heures, portant le nombre total d’infections à 439, dont 136 cas de guérison, 21 personnes décédées, et 280 cas actifs hospitalisés.

Le Ministère de la Santé syrien avait déclaré que les pourcentages de contaminations le plus élevé qui sont enregistrées dans le groupe d’âge entre 20 et 69 ans est de 77%, tandis que les cas les plus faibles concernent les personnes de plus de 80 ans, 2% et pour le moins de neuf ans est de 5%, tandis que les contamination sont plus élevées chez les hommes de 53% contre 47% pour les femmes.

Répartition de contaminations, les cas de guérison et les décès enregistrés aujourd’hui, le 14 juillet 2020, sont répartis par gouvernorats

# Contaminations
9 à Damas
9 au Rif de Damas
3 au Qouneitra
1 à Hama

# Guérison
2 au Rif de Damas

#Décès
2 à Damas.

Le nombre de personnes infectées par le coronavirus en augmentation dans le nord de la Syrie en 24heures.

14 juillet 2020

Dans le nord de la Syrie, le nombre d’infections confirmées à la Covid-19 est passé à 8 cas, après que trois nouveaux cas ont été enregistrés, aujourd’hui, mardi.

L’unité de coordination de soutien a déclaré dans un communiqué que le laboratoire de surveillance épidémiologique du programme EWARN Epidemic Warning and Response Network de l’unité de coordination de soutien avait enregistré 3 nouveaux cas le mardi 14 juillet dans le nord de la Syrie, portant le nombre total de contamination à 8 personnes.

Vidéo et photos .. Les FDS ont libéré 19 détenus de la famille Al-Chaddadi


https://i1.wp.com/www.jesrpress.com/wp-content/uploads/2020/07/%D8%A7%D8%B9%D8%AA%D9%82%D8%A7%D9%84-1.jpg?w=960&ssl=1

Vidéo et photos .. Les FDS ont libéré 19 détenus de la famille Al-Chaddadi

Le 12 juillet 2020

JesrPress

Samedi, les Forces démocratiques syriennes ont libéré 19 personnes grâce à la médiation des dignitaires des clans “Al-Chaddadi” à Hassaka et Deir Ez-Zor.

L’agence kurde «Hawar» a rapporté que «FDS» avait libéré 19 personnes appartenant à la Famille/Tribut «Al-Chaddadi» qui n’avaient pas de sang sur les mains, et où leur implication avec Daech n’a pas été prouvée. Ils ont été remis à leurs familles en présence des dignitaires de la région, après une étude de sécurité de leurs dossiers.

Selon le célèbre dignitaire de la tribut Al-Mahassen, Abdul Qader Al-Chaaban, à l’agence, qui a déclaré, « Après plusieurs réunions et consultations entre les notables d’une part et les Forces démocratiques syriennes et les autorités de sécurité d’autre part, ces organes ont exprimé leur coopération à la demande des notables de libérer les détenus dont les mains n’étaient pas tachées de sang, où il a été libéré 19, parmi les détenus arrêtés, en tant que troisième lot de détenus libérés de la campagne sud de Hassaka et de la campagne Deir Ez-Zor.

À son tour, le célèbre Hamza Al-Qaoud, de la faimille/Tribut Al-Mulhem, ce lot ne sera pas le dernier, et que les prochains jours verront la libération de nombreux détenus, et a indiqué que plus de 400 détenus ont été libérés récemment.

 

*Personnes arrêtées, suite aux raids ciblés et  arrestations aléatoires successives effectuées par les FDS dans les régions de Deir Ezzor et à Hassaka, sous prétexte de combattre des cellules de l’Etat islamique Daech

23 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 3 nouveaux décès en Syrie


COVID-19-Syrie
SYRIE
Le 13/7/2020

Le ministère de la santé syrien, a annoncé que 23 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 3 nouveaux décès, ont été enregistrés en 24 heures, portant le nombre total d’infections à 394, dont 136 cas de guérison, 19 personnes décédées, et 262 cas actifs

نحرس عودتكم


 

Crise-économie

نحرس عودتكم

١٣ يوليو/تموز ٢٠٢٠
القدس العربي- الياس خوري

سوف أروي لكم حكاية حقيقية، صحيح أنها تشبه الخرافة، لكنها حصلت، بحسب مالك ومدير صيدلية في بيروت.
دخلت إلى الصيدلية من أجل أن أشتري دواء، ففوجئت بعلامات الذهول مرتسمة على وجه الصيدلي ووجوه جميع العاملين معه، كانوا يتكلمون بأصوات منخفضة غير مفهومة.

سمعت الصيدلي يقول لمعاونيه إنه سيغادر الآن، وطلب منهم أن يتذكروا أمراً واحداً وهو أنه لا يريد دماً.
«إذا اجوا افتحوا الصندوق وخليهم ياخدوا شو ما بدهم، ما بدي ولا مشكل، المصاري فداكم بس ما لازم حدا منكم يتأذى».
تبعته وسألته ماذا يجري، فروى عن اللص الذي دخل إلى الصيدلية مع طفليه. «وصل الرجل الأربعيني، اقترب مني، ثم سحب مسدساً من وسطه ووضعه على الطاولة أمامي. طلب حفاظات وشامبو للأطفال، وحليباً، وقنينة اسبيرتو ومعقمات. وضعت طلباته في كيس وأعطيتها له. كنت أنتظر أن يتابع السرقة ويمد يده إلى الصندوق، ففتحت الصندوق ووقفت أنتظر. أخذ الرجل الكيس وأمسك بمسدسه، فعاجلته بالقول بأن الصندوق مفتوح ويستطيع أخذ ما يريد، لكن الرجل وضع المسدس على خصره، وقال لا.
«أنا مش حرامي، بس منشان الأولاد».
قال شكراً، ومضى وسط ذهولنا».

هنا تنتهي الحكاية، لكن حيرة الصيدلي رافقتني في طريق عودتي إلى المنزل، فتحت الكومبيوتر كي أكتب ما سمعت، وأحاول أن أقرأ علامات التحلل الاجتماعي في لبنان، التي تعبر عنها السرقات التي تجري في الشوارع، وصارت لا تعدّ.
لكنني قررت قبل أن أكتب، المرور على «فيسبوك» كي التقط شيئاً من أخبار هذه البلاد المنكوبة، فعثرت على شريط فيديو تتصدره صورة الممثل زكي محفوض. قلت أشاهد الشريط الذي وقعته ديمة صادق ونشرته على «يوتيوب» و«تويتر» ثم أعود إلى حكاية اللص.
رأيت ناتالي فلاحة تقول: «شحطونا، حرفياً شحطونا» (طردونا)، وشاهدت كيف بكى الفنان الجميل زكي محفوض واستبكانا، أما جيزيل خوري فاعتذرت من سمير وهي تغالب دموعها. رأيت وجوهاً أعرف بعضها ولا أعرف بعضها الآخر، وجوه التقيتها في ساحات انتفاضة 17 تشرين، وأراهم اليوم يعلنون قرارهم بالهجرة من لبنان، ويلقون نظرة وداع على «وطن يموت وحياة تهاجر»، بحسب عنوان الشريط.
أمام العيون التي يحترق فيها الدمع، رأيت صورة شعب يواجه الإفقار والإذلال، وهو متروك لمصيره بين ذئاب السلطة وضباع المافيات التي تنهشه وتريد أن تقتل روحه.

كنا نعرف أن انتفاضة 17 تشرين لم تكن عفوية إلا بمقدار ما يمكن أن تكون غريزة الدفاع عن البقاء عفوية ونابعة من أعماق الأعماق، وكنا نعرف أيضاً أننا أمام أحد خيارين لا ثالث لهما، إما أن نطرد مافيا السلطة والمصارف والميليشيات وإما أن نموت.
وأمام الشريط تذكرت تقليداً يعرفه جميع سكان القرى اللبنانية التي شهدت هجرات متواصلة منذ مجاعة الحرب العالمية الأولى. ففي كل القرى، هناك قطع من الأرض اسمها «العودة». كان المهاجرون اللبنانيون يبعثون المال لأقربائهم كي يشتروا لهم قطعة أرض من أجل الإعداد لعودتهم إلى بلدهم. البعض عاد إلى «عودته» وعمّر بيتاً، والأكثرية لم تعد، ولم يبق من ذاكرة الهجرة سوى «عودة» المهاجر، كحلم أو كفكرة أو كجرح وسم الأرض بميسم الفراق.
من سيكون عودتكم أيتها الصديقات والأصدقاء؟

أعترف وأعرف:
أعترف بأنني حين شاهدت هذا الشريط شعرت أنني أقف على حافة البكاء، وأحسست بالتعب، لقد تعبنا من الوداع، وأرهقنا فراق الأحبة. لكن هذا التعب سرعان ما تحول إلى مزيج من الاشمئزاز والغضب، اشمئزاز من عصابة التافهين التي تستخف بمصائر الناس، وغضب بلا حدود.
وأعرف أننا كشعب، نواجه عدوين:
عدواً داخلياً يتمثل في مافيا أحزاب السلطة وميليشياتها ونظام النهب المصرفي والفساد البلا حدود. منظومة تناهبت كل ما نملك وما لا نملك، وحولتنا إلى شعب من الرهائن والمتسولين.. وعدواً خارجياً يتمثل في صراع الوحوش الذي يدور على أجسادنا. صراع بين قوى إقليمية ودولية تمارس لعبة عض الأصابع، لكنها تعضنا نحن. أمريكا في لحظة توحشها الترامبي، وإيران وروسيا وتركيا وإسرائيل في لحظة نشوتها التوسعية.
والعدوان حليفان موضوعيان، هدفهما أن ينسى العرب أنهم عرب بعدما تحولت العروبة إلى مزيج من الاستبدادين النفطي والعسكري، وأن ننسى أن وطننا ملك لنا، وليس ملكاً لمماليك هذه اللحظة المنقلبة.

كنا نعي أن لا خيار أمامنا سوى الثورة، فاندفعنا إلى الشارع، لا لأننا نريد إسقاط النظام بل لأن النظام الأوليغارشي الفاسد الذي تديره مجموعة من الخاملين والأدعياء والطائفيين أسقط نفسه، وهو ممعن في السقوط، لأنه يتخبّط في المال المنهوب، ويعتقد أن هناك من سيأتي لإنقاذه.
وكان النظام يعي أن لا مجال أمامه سوى اللجوء إلى السلاح الوحيد الذي يتقنه: القمع والتهديد بالحرب الأهلية.
السقوط مستمر، أما اللغة الوحيدة التي يملكها هذا النظام فهي التفاهة.

هل هناك ما هو أكثر تفاهة من وزير يعلن أن دواء مرض السكري هو العمل في الأرض، أو من «زمك» يأخذ لنفسه صوراً وهو يبذر الأرض، أو من أحمق يدعونا إلى تربية الدجاج في منازلنا، أو من قائد يدعونا إلى جهاد زراعي وهو لم يفعل شيئاً للزراعة طوال سنوات تولي أعضاء من حزبه أو حلفائه الأقربين وزارة الزراعة، أو من دعيّ يعطينا دروساً في الصمود ويقول لنا إن الوطن ليس فندقاً من دون أن يسأل نفسه عن المسؤول عن تحويل لبنان إلى فندق ومرتع للفقر والجوع.

لص الصيدلية هو عنوان الانحلال الذي سيتحول إلى عنف، والهجرة التي أبكتنا هي بداية الهجرات التي ستحولنا إلى شعب يعيش في قوارب التهريب والموت.

نقول لكم أيها الأصدقاء إننا في بيروت وطرابلس والنبطية وصيدا وصور وكل لبنان، هنا باقون كي نحرس عودتكم. عودتكم لن تكون قطعة أرض لبناء بيت أو مقبرة، العودة هي عيوننا التي اقتلعت وشبابنا وشاباتنا الذين يتعرضون للتعذيب في الأقبية.
نمسح دموعكم ونقول لكم سنلتقي، فدموعكم غسلت قلوبنا بالحب، والحب يعطينا القوة والصبر كي نحتمل ما عجزت جبال لبنان عن حمله.
لكم الحب أينما كنتم، فأنتم معنا حتى في يأسكم، ونحن هنا كي نحرس عودتكم.

Système-corrompu

La santé du gouvernement intérimaire dément les allégations d’une agence de presse russe sur Coronavirus


 

COVID-19-Syrie

Agence Zeitoun
12 juillet 2020

Le ministère de la Santé du gouvernement intérimaire syrien a démenti les informations communiquées par les médias russes concernant l’enregistrement de 12 nouvelles personnes infectées par le « Coronavirus » dans le gouvernorat d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.

Selon l’agence « Spoutnik » russe, il existe 12 cas contaminés par le virus « Coronavirus » à Idleb, la plupart d’entre eux avaient contacté un médecin infecté par le virus à l’hôpital frontalier « Bab Al Hawa » avec la Turquie en plus de trois personnes se sont échappées du centre d’isolation de quarantaine dans le même hôpital.

À son tour, le ministre de la Santé du gouvernement provisoire, le Dr Maram Al-Cheikh, a déclaré à la « Zeitoun Media Agency », que les nouvelles étaient inexactes et que pour les personnes infectées par le virus jusqu’à présent à Idleb, seuls quatre cas ont été enregistrés au cours des trois derniers jours.
« Cheikh » a souligné l’inexactitude des informations selon lesquelles certaines personnes s’étaient échappées de la quarantaine de l’hôpital « Bab Al Hawa » dans la campagne d’Idleb, ajoutant que la Russie cherche à attribuer le caractère du terrorisme à la région et l’utilisation du dossier d’aide humanitaire pour des questions hors de ce contexte.

Le ministre a exprimé sa surprise devant les allégations de médias russes concernant l’utilisation du poste frontalier de Bab Al-Hawa avec la Turquie pour la contrebande, en particulier après l’approbation par le Conseil de sécurité d’un nouveau mécanisme pour acheminer l’aide humanitaire au nord de la Syrie.

Le ministère de la Santé du gouvernement intérimaire syrien a annoncé hier samedi que quatre nouveaux cas de Coronavirus « Covid-19 » avaient été enregistrés parmi le personnel médical du gouvernorat d’Idleb.

Et l’hôpital « Al-Chefa » à Idleb a annoncé la mise en quarantaine de tout son personnel, y compris les médecins, les infirmières et les consultants, après avoir confirmé la contamination d’une de ses infirmières.

L’aide humanitaire de l’ONU pour la Syrie contrainte d’arriver par un seul point de passage


L’aide humanitaire de l’ONU pour la Syrie contrainte d’arriver par un seul point de passage

Sur pression de la Russie, et après plusieurs jours de tractations, le Conseil de sécurité des Nations unies a réduit encore l’accès des convois d’aide extérieure vers le territoire syrien.

Par Publié aujourd’hui à 18h52, mis à jour à 19h38

12 juillet 2020 – Le Monde

 

 

Le point de passage de Bab Al-Hawa, en juillet 2019.

A l’ONU, la Russie a remporté une victoire pour son allié Bachar Al-Assad samedi 11 juillet, à l’issue d’une semaine de négociations, forçant le Conseil de sécurité à limiter les livraisons d’aide humanitaire dans le nord-ouest de la Syrie, tenu par les rebelles. Pourtant, plusieurs diplomates des Nations unies, différentes ONG, et la grande majorité du Conseil lui-même, avaient répété que les deux points de passage à ce jour situés sur la frontière turco-syrienne étaient essentiels pour apporter le soutien dont ont besoin les 4,3 millions de réfugiés – et ce, alors qu’un premier cas de Covid-19 aurait été dépisté dans la région.

Mais pour la deuxième fois de l’année, Moscou n’a absolument pas transigé, et continue à expliquer que l’aide humanitaire doit transiter par Damas, pour « respecter sa souveraineté ». En janvier déjà, sous pression russe, le Conseil avait été contraint de revoir le dispositif onusien à la baisse, passant de quatre points de passage, avec la Turquie, à deux.

Des mères donnent de l’herbe à leurs enfants

Le Conseil a été briefé sur l’état catastrophique de la situation. « Les mères expliquent qu’elles ne trouvent ni nourriture ni médicaments dans les marchés, et qu’elles dépendent entièrement des paquets de nourritures distribués à la frontière, a exposé le secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des affaires humanitaires (OCHA), Mark Lowcock, lundi 29 juin, lors d’un compte rendu régulier. Certaines cuisinent de l’herbe pour agrémenter les portions de nourriture. Tel est le niveau de désespoir. » Mark Lowcock avait alors émis le souhait que le mécanisme onusien conserve les deux points de passage à la frontière turque, et qu’on réactive également le point de Yaroubiya à la frontière syro-irakienne, pour pouvoir faire face à une éventuelle progression de la pandémie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Ankara renforce son influence dans les territoires syriens sous son contrôle

Cette semaine, une majorité écrasante du Conseil (13 membres sur 15) a voté deux fois le maintien de ce système de points de passage transfrontaliers, mais la Russie, ainsi que la Chine, ont opposé leur veto à deux textes successifs – les 15e et 16e vetos russes depuis le début du conflit syrien, en 2011. Les points de Bab Al-Hawa (à proximité d’Idlib) et de Bab Al-Salamah (près d’Alep) ont justement dû être fermés quelques heures samedi 11 juillet, faute d’avoir été de nouveau autorisés à temps par les diplomates : les treize membres du Conseil en faveur d’un dispositif maximal ont osé risquer la fermeture du dispositif quelques heures, le temps de tenter une ultime négociation. Le dernier texte, voté par 12 membres du Conseil, réinstalle Bab Al-Hawa, reconduit pour un an.

« Nous restons engagés auprès des victimes »

Ironiquement, cette bataille autour de la résolution 2504 intervient onze jours à peine après le vote du texte établissant une trêve humanitaire mondiale de quatre-vingt-dix jours en raison de la pandémie de Covid-19. « Nous avons finalement proposé un compromis pour préserver le mécanisme transfrontalier onusien, a expliqué le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, souvent en contact direct avec Moscou lors de ces négociations. Mais nous sommes convaincus que plus de points sont nécessaires. Nous restons engagés auprès des victimes de la guerre en Syrie. » Le secrétaire général, Antonio Guterres, a rappelé qu’il fallait assurer un accès à l’aide, selon le droit international humanitaire. « L’ONU et les Etats membres doivent explorer de nouveaux acheminements pour assurer que le plus d’aide possible atteignent ceux qui en ont besoin, au nord-est et au nord-ouest du pays », a déclaré, à l’issue du vote, Louis Charbonneau, directeur de Human Rights Watch (HRW) pour l’ONU.

Des Syriens manifestent contre la politique russe visant à faire fermer les points de passage permettant d’acheminer l’aide humanitaire, le 10 juillet à Idlib.

« Les négociateurs auraient pu offrir d’autres garanties aux Russes pour tenter un compromis, peut-être via une médiation turque », avance un observateur. Difficile de savoir si l’Allemagne et la Belgique auraient pu contourner la volonté de la Russie et de son veto.

La volonté de ménager la Russie

D’autant que les corédacteurs du texte ont essayé au contraire de la ménager : alors qu’ils avaient le projet de demander la réouverture du troisième point de Yaroubiya, ils ont préféré uniquement demander le simple renouvellement des deux points encore en activité la semaine dernière, pour que la Russie ne se sente pas « provoquée ». « L’Allemagne et la Belgique ont essayé de montrer du doigt la Russie le moins directement possible, analyse Richard Gowan, directeur ONU d’International Crisis Group. En janvier, elles l’avaient attaquée frontalement, et avaient dû capituler. » Les corédacteurs du texte ont dû se défendre sur un autre front également : diplomates russes et chinois ont tenté à plusieurs reprises de faire inscrire dans le texte que les sanctions américaines et européennes empêchaient un bon accès à l’aide humanitaire. Le Conseil ne les a pas laissés faire.

Lire aussi Syrie : l’ONU dénonce des crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité à Idlib

Depuis janvier, 8 486 camions ont traversé la frontière turque pour apporter de l’aide à 4,3 millions de personnes dans le nord-ouest, en grande majorité des personnes déplacées. A en croire un responsable d’ONG souhaitant rester anonyme, et qui travaille régulièrement avec le régime de Bachar Al-Assad, « pour l’instant, le transit exclusif par Damas ne fonctionne pas du tout. » « Certains chuchotent qu’un gentleman agreement” [accord informel] a été passé au cas où l’épidémie de Covid-19 s’étendrait en Syrie – ce qui n’est pour l’instant pas le cas, confie l’observateur. Ils pensent pouvoir alors redemander l’ouverture de Bab Al-Salamah en urgence. »

les «jeux de sabotage de Trump en Iran» -أوبزيرفر: ألعاب التخريب في إيران التي يمارسها ترامب “وشلّة البلطجية معه” لن تغير النظام بل ستشعل المنطقة


ETATS-VOYOUX

أوبزيرفر: ألعاب التخريب في إيران التي يمارسها ترامب “وشلّة البلطجية معه” لن تغير النظام بل ستشعل المنطقة

١٢ يوليو/تموز ٢٠٢٠- لندن – القدس العربي

حذّر المعلق سايمون تيسدال من الهجوم المتصاعد من إسرائيل والولايات المتحدة وغيرهما من الدول المتنمرة على إيران، وأنه يزيد من التوتر في الشرق الأوسط.

وقال في مقال نشرته صحيفة “أوبزيرفر”: ” يبدو من المؤكد الآن أن إسرائيل أو عملاءها قاموا بتدمير قسم لتخصيب الوقود في مفاعل نطنز يوم 2 تموز/ يوليو”.

ونقلا “عن مسؤول أمني شرق أوسطي” أخبر صحيفتين أمريكيتين أن إسرائيل هي وراء الانفجار. وكشف الإعلام الإسرائيلي في الأسبوع الماضي أن المسؤول هذا هو مدير الموساد يوسي كوهين، والمقرب من رئيس الوزراء بنيامين نتنياهو.

وبعد أن قللت إيران في البداية من الهجوم الذي كشف عن مظاهر الخلل الأمني الإيراني، قامت إيران بتحميل إسرائيل المسؤولية. وقال متحدث باسم الحكومة الإيرانية إن “الطريقة التي تستخدمها إسرائيل خطيرة وربما انتشرت حول العالم” مما أثار مخاوف من عمليات الانتقام. واستخدمت إسرائيل وأمريكا مجموعة غير معروفة وهي “فهود الوطن” باعتبارها المسؤولة عن التفجير.

ويقول الكاتب إن إسرائيل لو كانت المسؤولة عن الهجوم فلن تكون نفذته بدون معرفة أولية وتشجيع من إدارة دونالد ترامب. وتشترك الحكومتان بسجل معروف في الهجمات الإلكترونية على المنشآت النووية الإيرانية.

ويضيف الكاتب أن حملة “أقصى ضغط” دخلت مرحلة جديدة من خلال عمليات التخريب المتزايدة. وقال إن التفجير في نطنز هو واحد من سلسلة تفجيرات غامضة وتضم حوادث في منشآت صناعية تمت في الأسابيع القليلة الماضية، فيما سُجل تفجير آخر يوم الجمعة في شرق طهران.

وكان بعض هذه التفجيرات مجرد حوادث، إلا أن التفجير الشهر الماضي بمصنع للصواريخ الباليستية “خوجير” كان عملا مقصودا. فالولايات المتحدة وإسرائيل تعتبران البرامج الباليستية الإيرانية تهديدا عليهما.

وكتب المعلق يونا جيرمي بوب في صحيفة “جيروزاليم بوست”: “ما يشهده العالم الآن (أنه بمساعدة إسرائيل والولايات المتحدة والسعودية وربما المعارضة الإيرانية) هو ضرب المفاعلات النووية والأسلحة التقليدية ومؤسسات الحرس الثوري بشكل عملي وبدون مقاومة”.

(…)للمزيد

Observer : les «jeux de sabotage de Trump en Iran» et un «groupe de voyous avec lui» ne changeront pas le régime mais enflammeront la région

Le commentateur Simon Tisdale a mis en garde contre l’escalade de l’attaque d’Israël, des États-Unis et d’autres pays intimidateurs contre l’Iran, et qu’elle augmente la tension au Moyen-Orient.

Il a déclaré dans un article publié par le journal Observer: “Il semble désormais certain qu’Israël ou ses agents ont détruit la section d’enrichissement du réacteur Natanz le 2 juillet.”

Après que l’Iran ait initialement minimisé l’attaque, qui a révélé les manifestations du déséquilibre de sécurité iranien, l’Iran a tenu Israël pour responsable. Un porte-parole du gouvernement iranien a déclaré que “la méthode qu’Israël utilise est dangereuse et pourrait s’être répandue dans le monde”, ce qui fait craindre des représailles. Israël et l’Amérique ont utilisé un groupe inconnu, les “Panthers de la Nation”, comme responsable de l’attentat.

L’auteur dit que si Israël devait être responsable de l’attaque, il ne l’aurait pas menée sans la connaissance et les encouragements initiaux de l’administration Donald Trump. Les deux gouvernements ont un dossier connu d’attaques électroniques contre les installations nucléaires de l’Iran.

(…)

 

Des manifestations à Daraa et Deir Ez-Zor… et ces attaques ciblées et assassinats…


 

Une manifestation dans la ville de Jizah, à l’est de Daraa, exigeant la chute du régime syrien et l’expulsion des Iraniens et du Hezbollah libanais

Le 10 juillet 2020 – OSDH

Gouvernorat de Daraa – vendredi, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a suivi une manifestation dans la ville de Jizah, dans la campagne orientale de Daraa, au cours de laquelle les manifestants ont exigé la chute du régime syrien et la sortie des Iraniens et du Hezbollah libanais de Syrie.

L’Observatoire syrien a publié, jeudi, que les forces du régime ont mené une campagne d’arrestations et d’attaques surprises au cours des dernières heures, dans la ville de Qarfa, dans la campagne nord de Daraa, où plusieurs maisons de la ville ont été perquisitionnées et au moins 4 personnes ont été arrêtées, sans en connaître les raisons jusqu’à présent.

*

Manifestation dans la campagne nord de Deir Ez-Zor appelant au renversement du régime et à la sortie des Iraniens de Syrie et améliorant la situation générale dans les zones d’influence des « FDS »

Le 10 juillet 2020 – OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a suivi une manifestation dans la ville d’Al-Ezbah, dans la campagne nord de Deir Ez-Zor, dans les zones sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes, où les manifestants ont exigé ce qui suit:
« Renverser le régime et expulser les milices iraniennes de Syrie, et pour que « la composante arabe joue un rôle efficace dans l’administration au sein des FDS », en plus de « libérer les détenus, de changer les conseils civils, et d’appeler la coalition internationale à jouer un rôle dans la recherche de solutions aux problèmes de la région ».

Les manifestants ont également brandi des banderoles disant: « Les gens veulent du changement, nous voulons la bonne personne à la bonne place – le gouvernorat de Deir Ez-Zor a suffisamment de capacités et de ressources pour un État, mais à cause de la corruption, il ne suffit pas seulement aux corrompus – la liberté des détenus ».

*

Dans les 24 heures … environ 10 explosions et attaques armées ont lieu dans des zones distinctes du gouvernorat de Daraa, faisant des morts et des blessés

10 juillet 2020 – SDH

Gouvernorat de Daraa – Les bombardements et les assassinats se poursuivent dans le gouvernorat de Daraa, à la lumière de l’insécurité qui règne dans le gouvernorat, où l’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé davantage d’incidents, dont l’un était l’explosion d’un engin explosif à l’un des postes de contrôle de «quatrième division» à la périphérie de Sahm Al-Golan. Al-Sharqiya dans la campagne occidentale de Daraa, qui a provoqué des dégâts matériels, tandis que l’autre visait une personne non identifiée conduisant une moto sur la route d’Al-Mataiya, à l’est de Daraa, ce qui a entraîné sa mort immédiate et la calcination de son corps après l’incendie de la moto, ainsi, le nombre d’opération s’élève à 9 explosion et ciblages dans différentes zones dans le gouvernorat de Daraa, au cours des dernières 24 heures, causant des morts et des blessés.

Ainsi, le nombre d’attaques et de tentatives d’assassinat augmente sous de nombreuses formes et méthodes en faisant exploser des engins explosifs, des mines, des mécanismes piégés et des tirs perpétrés par des cellules armées au cours de la période allant de juin dernier à ce jour, touchant plus de 554, tandis que le nombre de ceux qui ont été martyrisés et tués à la suite de ces tentatives au cours de la même période est atteint 364 personnes, dont : 91 civils, parmi lesquels 9 femmes et 9 enfants, en plus de 178 des forces du régime et des combattants armés qui lui sont fidèles et collaborent avec les forces de sécurité, et 57combattants des factions qui ont effectué des «réconciliations et des rapprochements» avec le régimes, et sont restés dans les rangs des forces de sécurité, parmi lesquels d’anciens dirigeants, et 19 des des milices syriennes affiliées au «Hezbollah» libanais et aux forces iraniennes, en plus de 19 de la soi-disant « cinquième légion ».

« Coronavirus » se répand dans le nord-ouest de la Syrie … et les autorités médicales sont mobilisées


COVID-19-Syrie

Compte tenu de la faiblesse des capacités médicales … « Coronavirus » se répand dans le nord-ouest de la Syrie … et les autorités médicales sont mobilisées

10 juillet 2020 – OSDH

Des sources médicales ont rapporté qu’une nouvelle infection avait été enregistrée au «Coronavirus» dans le gouvernorat d’Idleb, où les résultats de l’examen ont confirmé qu’un médecin travaillant à l’hôpital Atama a été infecté, et qu’il a été isolé et mis en quarantaine.
Le nombre d’infection est passé dans le gouvernorat d’Idleb à 3 du personnel médical, où deux médecins ont été infectés au cours des dernières heures.

En revanche, le « North Doctors Syndicate » a publié une déclaration annonçant l’état d’alerte et reprenant l’application des instructions spécifiques à la maladie.

Les habitants du nord-ouest de la Syrie craignent que l’épidémie ne se propage en l’absence du rôle des agences gouvernementales et des autorités contrôlant les régions.

Les zones de contrôle des factions dans le nord-ouest de la Syrie connaissent une grave pénurie de matériel médical et de mesures pour empêcher la propagation de l’épidémie, en termes de nombre de lits dans les hôpitaux et les centres médicaux, car tous ces hôpitaux contiennent environ 200 lits dédiés aux soins intensifs et 95 « ventilateurs » pour les adultes, alors que tous ces équipements sont occupés à 100% par différentes maladies, alors que le nombre de lits d’hôpitaux est de 3065 lits, ce qui signifie que la part de 1592 personnes n’est que d’un lit seulement, ce qui laisse présager une véritable catastrophe imminente en cas d’apparition de la nouvelle épidémie de Coronavirus et de son arrivée dans ces zones.

Les équipes et les organisations médicales travaillent avec tous leurs efforts dans les limites des capacités dont elles disposent, et les hôpitaux ne disposent pas du personnel médical et d’équipement suffisants pour faire face à cette catastrophe qui frappe le monde.
Les points de soins médicaux et les hôpitaux ont connu une diminution du soutien médical qui leur a été fourni, coïncidant avec la récente campagne militaire à Idleb, tandis que la plupart des hôpitaux ont été mis hors service et que certains sont devenus à l’intérieur des zones de contrôle du régime.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme renouvelle son appel à toutes les parties concernées et aux organisations humanitaires et médicales pour qu’elles apportent toute leur aide et prennent toutes les précautions nécessaires pour empêcher la propagation de cette épidémie dans les zones qui comptent plus de 4 millions de civils, forcées par des opérations militaires d’être présentes dans une petite zone géographique qui ne dispose pas des éléments essentiels, les plus basiques, à une vie humain.

La répartition des infections au Coronavirus en Syrie


 

Coronavirus-Syrie-7

Le 11 juillet 2020

Le ministère de la Santé du gouvernement du régime a publié sur son site officiel des chiffres détaillés montrant la carte de la propagation du virus en Syrie et la répartition des cas actifs sur le territoire syrien.

– Damas a enregistré le plus grand nombre d’infections actives, où le nombre de personnes actuellement infectées par le virus dans la capitale s’élève à 141 cas, tandis que dans la zone rurale de Damas le nombre de personnes infectées a atteint 59 cas.

Qouneitra occupe la troisième place en termes de nombre d’infections actives, avec 25 personnes infectées par le Coronavirus.

Alep est classé quatrième avec 18 infections actives jusqu’à présent, suivi du gouvernorat de Hama avec 4 cas.

Daraa a enregistré 3 cas actifs,
le ministère a aussi surveillé un cas dans les gouvernorats de Homs et d’Al-Souwayda.

Il y a eu 12 décès au coronavirus à Damas et deux décès dans sa zone rurale, un à Alep et un à Qouneitra.

Selon les statistiques officielles, le nombre de cas de coronavirus a atteint 394, dont 252 actifs, 126 guérison, tandis que le nombre de décès était de 16.

Après les Russes .. Mazloum Abdi rencontre les Américains dans le nord-est de la Syrie


اتهامات-لـ-«قسد»-بانتهاك-«خطة-العمل»-

Enab Baladi – 11/07/2020

Le commandant en chef des «Forces démocratiques syriennes» (SDF) Mazloum Abdi, a rencontré le commandant des Forces centrales américaines, le général Kenneth McKinsey.

Abdi a déclaré dans un message via son compte sur « Twitter » que la réunion a discuté de questions communes avec le leader américain, dont la lutte contre « l’État islamique » et « la menace croissante du terrorisme qui menace notre monde et le règlement de la paix dans la région ».

Abdi a exprimé sa gratitude pour le soutien continu fourni par les forces américaines aux « FDS » dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

La réunion intervient quelques jours après la rencontre d’Abdi avec le commandant des forces russes en Syrie, Alexander Shoygu, dans la région.

Abdi a confirmé la conclusion d’un accord avec Shoygu pour élever le niveau de coordination et de travail conjoint entre les deux parties.

Cela a été suivi par la visite du général de brigade de l’armée du régime syrien, Souheil Al-Hassan, qui était soutenu par la Russie dans le nord-est de la Syrie, lundi, que les analystes militaires ont considéré comme le signe d’une bataille serrée.

L’analyste stratégique, le général de division Mahmoud Ali, voit la visite d’Al-Hassan comme un message aux États-Unis et aux acteurs du dossier syrien, en particulier dans la région orientale, que la Russie et l’Iran peuvent en bénéficier.

Ali, dans une précédente interview avec Enab Baladi, n’a pas asservi le fait que les forces du régime ont lancé des attaques spécifiques contre les « FDS », sous la pression de la Russie, pour obtenir des cartes dans d’autres domaines des zones « d’auto-administration ».

Au cours des derniers jours, les régions du nord-est de la Syrie, en particulier à Deir Ez-Zor, ont connu des mouvements russes « importants ».

Le réseau local, « Deir Ez-Zor 24 », a rapporté lundi dernier qu’un énorme convoi militaire russe est arrivé des zones où les forces du régime syrien et de la Russie se trouvaient dans la campagne du gouvernorat de Raqqa, et est entré dans une caserne dans la ville de Deir Ez-Zor.

Selon le réseau, le convoi militaire comptait 30 chars et 20 bus avec des voitures « pick-up » transportant des canons anti-aériens est le quatrième au cours de cette semaine.

22 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 2 nouveau décès en Syrie


Coronavirus-Syrie-7

Damas – 107/2020

Le ministère de la santé syrien, a annoncé que 22 nouvelles personnes infectées par le Coronavirus et 2 nouveau décès, ont été enregistrés en 24 heures, portant le nombre total d’infections à 394, dont 126 cas de guérison, 16 personnes sont décédées et 252 cas actifs.

Le Conseil de sécurité échoue à proroger le mécanisme d’acheminement de l’aide transfrontalière vers la Syrie


Photo OCHA
Des enfants dans un camp dans le nord de la Syrie.
9 juillet 2020
Aide humanitaire

Deux projets de résolution concurrents présentés au Conseil de sécurité pour proroger, à deux jours de son expiration, le mécanisme d’acheminement de l’aide humanitaire transfrontalière vers la Syrie ont été rejetés mercredi.

Des millions de Syriens dépendent de l’aide acheminée par camions depuis la Turquie, l’Iraq et la Jordanie.

Dans un premier temps, la Chine et la Russie ont opposé leur veto à un projet de texte présenté par l’Allemagne et la Belgique qui visait à proroger le mécanisme pour une nouvelle période de 12 mois, jusqu’au 10 juillet 2021.

Appuyé par les 13 autres membres du Conseil, ce texte, qui aurait maintenu la fermeture des points de passage de Ramta (à la frontière entre la Jordanie et la Syrie) et de Yaroubiyé (à la frontière entre l’Iraq et la Syrie), aurait autorisé les agences humanitaires des Nations Unies et leurs partenaires à continuer d’utiliser les routes franchissant les lignes de conflit ainsi que les postes frontière de Bab el-Salam et de Bab al-Haoua (à la frontière entre la Turquie et la Syrie).

Un texte concurrent, présenté par la Russie, a été rejeté par 7 voix contre, 4 voix pour et 4 abstentions.

Selon ce projet de résolution, le mécanisme, créé par la résolution 2165 (2014), aurait été reconduit pour une période de six mois, jusqu’au 10 janvier 2021, fermant le poste frontière de Bab el-Salam, en plus des points de passage de Ramta et de Yaroubiyé.

Le texte aurait également prié le Secrétaire général de présenter un rapport sur les effets directs et indirects qu’ont les mesures coercitives unilatérales imposées sur la situation socioéconomique en Syrie et l’acheminement de l’aide humanitaire depuis l’extérieur.

Du fait de l’impossibilité de se réunir au siège de l’ONU à New York à cause de la pandémie de Covid-19, le Conseil procède au vote par correspondance électronique. Les votes sont envoyés au Directeur de la Division des affaires du Conseil de sécurité, qui les transmet au Président du Conseil de sécurité lequel convoque ensuite les membres du Conseil par visioconférence, pour annoncer le résultat.

Les FDS détiennent des dizaines de membres de tribus … et des campagnes de recrutement forcé


اتهامات-لـ-«قسد»-بانتهاك-«خطة-العمل»-

Arabe 21 – Yaman Neama
09 juillet 2020

Mercredi, les FDS ont lancé une campagne d’arrestation massive contre des dizaines d’éléments arabes dans ses rangs dans ses zones de contrôle à Manbej et Al-Cheyoukh dans la campagne orientale d’Alep.

Des sources privées ont déclaré à « Arabi 21 » que les arrestations comprenaient des dirigeants arabes, dont Saïd Abdul-Razzaq, un chef de la « Brigade des révolutionnaires de Manbij » affiliée aux «  »FDS ».

Le journaliste, Adnan Al-Hussein, a confirmé l’arrestation de plus de 50 membres des tribus arabes dans la ville de Manbej et sa campagne, l’attribuant à « la crainte des FDS que les éléments arabes traitent avec les forces de l’armée nationale de l’opposition ».

Il a poursuivi dans son entretien, faisant référence à l’actualité concernant la possibilité pour l’armée nationale, soutenue par l’armée turque, de lancer une opération militaire sur des sites dans la campagne d’Ain al-Arab (Kobané) dans la campagne orientale d’Alep, qui est sous le contrôle de « FDS ».

Selon Al-Hussein, dès le début de sa formation, les « FDS » avaient l’intention d’exclure la composante arabe et de la marginaliser en l’excluant des articulations militaires importantes. Il a déclaré: « Ces arrestations ne sont pas les premières du genre, car « FDS » travaille de temps en temps pour lancer des arrestations contre des membres de tribus arabes, sachant qu’ils sont intégrés dans ses rangs ».

Une source locale de la ville de Manbej a confirmé que la majorité des détenus étaient membres du clan « Bani Saïd », et a dénoncé un état de colère qui régnait dans la communauté clanique à la suite des arrestations, soulignant la possibilité que le clan appelle à une grève générale dans la ville de Manbej.

Cela survient, un jour après que la Turquie a brandi une nouvelle opération militaire contre les « FDS » comme le ministère turc de la Défense a déclaré mercredi dans un communiqué que la Turquie n’autoriserait aucune activité d’unités terroristes kurdes visant à établir un couloir terroriste dans le nord de la Syrie.

La déclaration a poursuivi que la lutte contre le terrorisme se poursuivra résolument jusqu’à ce que la sécurité des frontières de la Turquie et de son peuple soit garantie, ainsi que la sécurité et la paix des frères syriens.

Intensification des campagnes de recrutement
En revanche, « FDS » a intensifié ses campagnes de recrutement forcé dans ses zones de contrôle, dans les gouvernorats de Hassakah, Deir Ez-Zor et Raqqa.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré qu’environ 4 000 jeunes hommes avaient été arrêtés par les « FDS » aux fins de recrutement forcé depuis le début de juillet.

Il a ajouté que la grande majorité des personnes arrêtées venaient de la ville de Hassakah et de sa campagne.

Selon le directeur du réseau « Al-Khabour », Ibrahim al-Habach, les arrestations dénotent de réelles inquiétudes des « FDS » contre le lancement d’une opération militaire contre lui, que ce soit de Turquie, ou de Russie et du régime.

Il a ajouté que « les campagnes de recrutement se poursuivent de manière intensive à Hassakah, Al-Raqqa et dans la campagne de Deir Ez-Zor, notant également les enlèvements d’enfants en vue du recrutement.

Syrie: Moscou échoue à l’ONU à faire réduire l’aide humanitaire transfrontalière


 

Syrie: Moscou échoue à l’ONU à faire réduire l’aide humanitaire transfrontalière

Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.
Le Conseil de sécurité de l’ONU à New York. Stephane LEMOUTON / POOL / AFP
Texte par : RFI

Deuxième manche du bras de fer au Conseil de sécurité ce mercredi soir 8 juillet soir sur la reconduction des points de passage transfrontaliers de l’aide humanitaire en Syrie. Russie et Chine avait refusé le renouvellement des deux points actuellement en service, par lesquels transitent l’aide vers le nord-ouest du pays, Moscou avait alors avancé une contre-proposition pour un seul point, qui a été rejetée.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Les vetos russe et chinois au renouvellement des deux points transfrontaliers, entre le nord-ouest de la Syrie et la Turquie, ont choqué ce mercredi soir à New York. Mais sept membres sur 15 du Conseil de sécurité ont décidé de ne pas capituler immédiatement face au cynisme russe.

Les ordres venus de leurs capitales ont été assez clairs : il fallait signaler qu’il était impossible de fermer le point d’accès vers Alep, où 300 000 civils ont été obligés de se réfugier après la dernière offensive du régime d’Assad.

Quatre pays se sont abstenus : la Tunisie, le Niger, l’Indonésie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Seuls le Vietnam et l’Afrique du Sud ont décidé de voter en faveur de la proposition russe.

Un peu plus tôt dans la journée, les États-Unis avaient été formels : laisser ces deux points de passage ouverts était une ligne rouge à ne pas franchir, particulièrement en ces temps de pandémie.

Le dispositif expire ce vendredi

Le Conseil s’est divisé ce mercredi et les observateurs pensent que certains pays négociant avec la Russie sur d’autres fronts n’étaient pas prêts à s’attirer ses foudres, ou que d’autres préfèrent simplement assurer au moins un point de passage d’aide humanitaire, que de voir les deux points fermés.

Le dispositif de passages transfrontaliers a été mis en place en 2014, trois ans après le début de la guerre en Syrie. Il est renouvelé régulièrement. Il expire ce vendredi 9 juillet.

À lire aussi : Syrie: le double veto russo-chinois à l’ONU, «un blocus contre la population»

Syrie .. un conflit identitaire à l’est de l’Euphrate


 

Carte SyrieCommunautes

Al-Arabi Al-Jadeed-Ali Al-Abdullah
08 juillet 2020

Quelques jours à peine se sont écoulés depuis que les nouvelles d’un accord entre les deux partie de négociation kurdes, les partis de l’unité nationale kurde, un rassemblement regroupant 25 petits partis récents opérant sous l’égide du Parti de « l’Union démocratique », et le « Conseil national kurde », un regroupement de 15 anciens partis kurdes, selon cinq principes généraux, des personnalités et des forces politiques arabes ont émergé et réagi en publiant une contre-déclaration à l’opinion publique le 7/6/2020, signée par 836 personnalités politiques, sociales et culturelles, suivie d’une décision de personnalités arabes de la Jazira et de l’Euphrate de lancer un « appel » le 26/06/2020 appelant à la formation d’une alliance arabe Démocrate dans la Jazira et l’Euphrate, signé par près de quatre cents personnalités politiques, sociales et culturelles. Le troisième mouvement, intitulé « Mouvement pour l’indépendance d’Al-Jazira », a appelé à la formation d’une entité politique indépendante, un État, à l’est de l’Euphrate; Il a été publié par des militants du gouvernorat d’Al-Raqqa.

Il est clair que le motif de cette décision politique et organisationnelle arabe a rejeté la décision kurde de former une position unie et a rejeté les principes consensuels qui avaient été annoncés; exprimant le manque de légitimité et de couverture des Arabes de l’est de l’Euphrate, qui sont majoritaires dans cette région, et refusant que les négociations kurdes et leurs résultats sur le caractère géopolitique de la région, à une époque où la première déclaration dénonçait simplement les ententes et rejetait ses résultats, sur fond « d’impossibilité d’imposer un accord – sur le terrain de la Syrie – que les Syriens ne l’acceptent pas », et d’appeler les Syriens de tous les gouvernorats à faire preuve de solidarité avec eux en « protégeant la région orientale des projets étroits », le deuxième appelant à l’instauration d’un cadre politique d’arabe de la Jazira et de l’Euphrate, sous le nom de « L’alliance arabe démocratique », de « croyants au danger de cette réalité, cela signifie le contrôle du Parti de l’Union démocratique kurde à l’est de l’Euphrate, et la nécessité d’une action urgente pour le changer », et considérant l’établissement comme « imposé de statu quo » sur tous ceux qui ont « un sentiment de jalousie et de préoccupation pour la région de l’est et ses habitants. à majorité arabe », et invitant tous les Arabes à s’opposer à l’oppression de leurs frères arabes dans la région du nord-est, contre toutes les formes de discrimination, de déplacement et de changement démographique imposées par le gouvernement de facto, et appelant les voisins arabes à « prêter attention aux Arabes du nord-est et les aider à résisterface aux politiques de déplacement, de dissolution et de persécution programmés », le troisième mouvement (le mouvement d’indépendance de la Jazira) a appelé à la formation d’une entité politique indépendante, un État à l’est de l’Euphrate, et a appelé ses partisans à montrer leur soutien au « droit à l’autodétermination » pour les résidents de la Jazira et du bassin de l’Euphrate combinés, indépendamment de leur race ou de leur appartenance ethnique Ou leur religion ou leur culture, et cela dans le contexte d’une identité spéciale différente de l’identité de l’État syrien créée par l’accord Sykes-Picot, et a formé un « Conseil de communication » pour collecter les signatures et rédiger les documents fondateurs identifiés par un membre du « Conseil de communication » avec
« Document d’identité »; c’est un document qui définit et explique l’identité des habitants de la région insulaire et du bassin commun de l’Euphrate, dans le cadre de la diversité des cultures et des sous-identités, et de sa richesse,
« le document de géographie et de population »; c’est un document qui confirme les frontières, les villes et les habitants de l’Etat insulaire et du bassin de l’Euphrate,
« le document de l’égalité et des droits des individus et des groupes »; Il s’agit d’un document qui définit les droits civils, politiques et économiques fondamentaux de la population, des individus et des groupes, d’une manière qui garantit les droits de tous les résidents, individus principalement, et groupes différenciés dans leurs cultures, religions et langues, deuxièmement, et empêche la transformation de toute autorité dirigeante en soumettant aux déterminants constitutionnels,
le « Document de droit au retour »’; c’est un document qui garantit le droit à la citoyenneté aux personnes dont les origines remontent à la Jazira, et qu’ils ont quittées depuis l’accord Sykes-Picot,
« le droit aux ressources et le document d’éradication de la pauvreté »; Il montre les ressources et la richesse de la région insulaire et du bassin de l’Euphrate et les moyens de les dépenser. Alors que la pauvreté est éradiquée en permanence pendant une période ne dépassant pas une décennie, car c’est l’une des régions les plus riches en ressources, citant le journal Al-Quds Al-Arabi (3/7/2020).
Les trois appels, avec leurs différences et leurs disparités, ont un seul objectif: combattre le mouvement kurde et élever le défi face à ce dernier.

Les attitudes des puissances à l’est de l’Euphrate ont construit une culture politique dominante, un mélange de politique identitaire, de récits et d’injustices

Il est possible, sans trop d’effort, de voir une tendance conflictuelle et sectaire dans «l’appel» à former une coalition démocratique arabe, alors qu’il s’oppose à la tendance spécifique kurde, il y fait face avec une démarche arabe particulière: l’arabisme de la Jazira syrienne, et la présentation de l’identité arabe devançant la caractéristique syrienne, les signataires de « l’appel » ont signé sous le nom « Arabes syriens dans la Jazira et de l’Euphrate », une formule identique à la formule des Kurdes syriens, la formation d’un corps politique purement arabe, appelant à « Comprendre les meilleurs talents, les personnes expertes et les personnalité patriotiques arabes syriennes, en particulier celles de l’est de la Syrie, avec les pouvoirs de la société civile, des notables, des représentants de tribus, des clans arabes et des dissidents militaires honorables qui sont jaloux de leur authenticité et de l’avenir de leur existence, et surtout des femmes de la région de l’Est qui ont payé le prix le plus cher sans hésitation, aux côtés des hommes, des vieillards et des enfants, en faisant des sacrifices pour le bien de leur pays et de leur peuple », et « l’objectif principal de former une alliance est de réaliser les aspirations et les intérêts des citoyens arabes dans la région orientale spécifiquement, en cherchant à incarner les valeurs de la démocratie et du dialogue pour instaurer la paix, le développement, la prospérité et la justice pour toutes les circonscriptions de la Jazira et l‹Euphrate, et toute la Syrie à l’avenir. « L’appel » a considéré les syriaques comme les sunnites, pareils aux Arabes. Il a déclaré: « Les partisans et appelant à la création de l’Alliance démocratique arabe ne font pas de distinction, selon eux, entre un Arabe et un Syriaque qui ont contribué à la construction de la Syrie au fil des ans, tirant l’unité du destin et de l’avenir de l’histoire unique des Arabes et des Araméens dans l’espace de la Jazira de l’Euphrate. La contribution de ses deux cultures en tant que trésor des anciennes civilisations orientales, surtout la civilisation arabe et islamique qui se sont abreuvés par les fontaines des mêmes valeurs dans le Coran et la Bible, à travers son long chemin. » A noter que les Syriaques cherchent à s’incarner comme étant nationaux, politiquement, socialement et culturellement, ainsi que les Arabes et les Kurdes. Il ressort clairement du texte qu’il vise à placer les Kurdes en dehors de la composition de la région. Ils sont l’oie noire, comme s’ils venaient de Mars, et ils n’ont aucun lien avec l’histoire de la région et le Coran et l’Evangile (? !!), comme cela est ressorti dans « l’appel » des conséquences de la formation de l’auto-administration kurde, une nette tendance contre les Kurdes en disant: « Et l’un de ses résultats a été l’émergence d’un fait accompli les a ciblés, c’est-à-dire les Arabes, au nom d’une fausse démocratie fondée sur le pouvoir des armes, qui leur a même volé le droit à l’autodétermination », tout en refusant aux Kurdes le droit à l’autodétermination. La position des «appelants» aurait pu être plus raisonnable s’ils avaient invité les Kurdes à s’asseoir à la table des négociations en tant que Syriens qui cherchent une solution syrienne égale à tous les Syriens, indépendamment de leur appartenance nationale, origine ethnique, religion ou croyance, afin de parvenir à la paix, au développement, à la prospérité et à la justice pour toutes les composantes de Al-Jazira et l’Euphrate, et toute la Syrie à l’avenir.

Il est possible, sans trop d’efforts, de voir une tendance conflictuelle et sectaire dans «l’appel» de former une coalition démocratique arabe.

Quant à ceux qui réclament l’indépendance de la Jazira, et la formation d’une entité politique indépendante, un État, à l’est de l’Euphrate, et justifiant leur appel à la couverture d’une injustice infligée à la région par les gouvernements syriens successifs depuis la formation de l’État syrien moderne, selon l’accord Sykes-Picot, et liant leur choix à l’existence d’une identité particulière pour la région, une identité agricole, selon ce qui a été publié dans les médias et sur le Web, leur logique est faible, car la séparation ne constitue pas une solution à l’injustice sociale, et les valeurs et traditions paysannes ne prennent pas l’identité politique, car l’identité politique est complexe et régie par des équilibres spécifiques et précis, surmontés et coordonnés entre eux, à chaque étape, un facteur principal dirigé et déterminant.

Les propriétaires des trois positions s’accordent dans leur rejet de l’approche kurde appelant à une solution qui donne aux Kurdes leurs droits nationaux en formulant un nouveau contrat social syrien, sur la base d’un État fédéral, et dans leur orientation nationale étroite, et en les consacrant, avec leurs appels et positions solides, à une division verticale qui sert le récit des défenseurs du manque de possibilités de coexistence dans la réunion syrienne, et en ignorant la nature du choix politique, qui impose l’octroi de l’égalité dans le droit de choisir pour chaque personne ou groupe, donc ce que tu réclames à toi-même tu devrais l’accepter pour les autres.

En conclusion, il convient de souligner que les positions des puissances à l’est de l’Euphrate ont construit une culture politique dominante, est un mélange de politique identitaire, de récits et d’injustices approfondis par les deux parties, des pratiques politiques discriminatoires, qui ont suscité une profonde méfiance. L’autogestion, qui est le pouvoir dominant, a dû se déplacer avec prudence et délibération, loin de la mentalité de représailles, obsessionnelle et coercitive et du pouvoir des armes, et non pour éveiller les craintes des partenaires de la nation en contrôlant de vastes zones et en les annexant à l’autogestion, et en recrutant de force leurs enfants, même si leurs résidents ne sont pas kurdes, et n’embrassent pas leurs options politiques, car la voie vers la réalisation des droits a besoin d’une administration souple et ouverte pour former des cœurs et combler le fossé et établir une solution consensuelle qui mettra la région hors de la congestion et des conflits ouverts vers un horizon de paix et d’harmonie.

سوريا صراع هويات

Les milices iraniennes dévalisent les vestiges archéologique d’Al-Boukamal en Syrie


 

Abdullah Al-Bashir – le nouvel arabe
08 juillet 2020

La ville d’Al-Boukamal, dans la partie sud-est du gouvernorat de Deir Ez-Zor, dans l’est de la Syrie, située près du poste frontière d’Al-Qaim avec l’Iraq, est un point focal stratégique pour les milices iraniennes et le « Hezbollah » iranien, et est considérée comme le principal centre d’approvisionnement pour elles. Ces milices, qui contrôlaient complètement la ville et ses environs, ont récemment commencé à y fouiller des antiquités, provoquant de grandes dévastations et effaçant des monuments historiques datant de milliers d’années dans la région, en plus de superviser la contrebande et le transport de ces antiquités hors de Syrie. Il y a environ deux mois, les milices iraniennes ont commencé des fouilles sur des antiquités dans la région d’Al-Boukamal, qu’elles ont ensuite développées et étendues à l’aide de bulldozers et de machines spécifiques des fouilles, et elles ont utilisé des habitants locaux pour le faire, conformément au système de roulement et à bas prix.

Du fouilles aléatoires au pillage
Dans le détail de ces opérations, le journaliste de Deir Ez-Zor, Zain Al-Abidin Al-Aqidi, a expliqué dans une interview à Al-Arabi Al-Jadeed que la question du pillage et de la contrebande des antiquités de la région est ancienne et était pratiquée par le régime syrien même avant 2011, ajoutant qu’après le début de la révolution, Des éléments et des groupes de civils non affiliés à aucune faction armée ont commencé à effectuer des fouilles individuelles, en utilisant des méthodes aveugles. Le journaliste syrien a souligné qu ‘”après que l’Etat islamique a pris le contrôle de la région, l’exploration et la recherche d’antiquités se sont développées, car l’organisation a créé un dispositif appelé le Diwan d’Al-Rikaz, pour cette mission uniquement ». Parmi les sites qui ont été fouillés, selon Al-Akidi, on trouve Al-Rahba dans la région d’Al-Mayadeen, la ville de Dora Europos à Salhiya, les reliques du Royaume de Marie près de la ville d’Al-Boukamal, et les effets de Halabiyya et de Zalabiya au nord-ouest de Deir Ez-Zor près du village d’Al-Tabanni, ainsi que le site de Door Catelimo dans le village de Cheikh Hamad, ainsi que dans divers site dans la région de Raqqa.

Il y a deux mois, des fouilles ont commencé dans la région d’Al-Boukamal et ses environs
Al-Akidi a ajouté que « fin 2017, les forces du régime prenant le contrôle de certaines parties du gouvernorat de Deir Ez-Zor, en particulier les zones de Al-Chamiya, le dossier de pillage et de contrebande d’antiquités a évolué, de sorte qu’il y a deux mois, les fouilles ont commencé en public ». À ce sujet, le journaliste a expliqué que « le 18 mai dernier, de vastes opérations de fouilles ont commencé par la milice des « Gardiens de la révolution iranienne » et le « Hezbollah », notant que « la ville d’Al-Boukamal est en fait sous le contrôle des milices iraniennes, tandis que les forces du régime de la 17e division sont déployées dans la Badia, et la quatrième division dans la campagne d’Al-Boukamal ». Al-Akidi a confirmé que les fouilles se concentrent actuellement sur les monuments du Royaume de Marie près de la région de Siyal et sur les site de Dora Europos. La fouille se déroule sous la forme de deux équipes (en rotation), la première commence à huit heures du matin et se termine à cinq heures du soir, tandis que la seconde (équipes) commence à cinq heures du soir et se termine à neuf heures du soir ». Le journaliste de Deir Ez-Zor a souligné à cet égard que les fouilles sont menées sous la supervision et la protection des milices iraniennes et qu’il est interdit à quiconque de s’approcher des sites de fouilles même s’ils sont militaires, et un chef du Hezbollah de la ville de Homs supervise ces opérations, appelé Abu al-Safi ». Selon al-Akidi, les chefs de milice comptent sur la prospection de civils vivant dans la région, et ils le font pour combler la pauvreté et les besoins, et ce sont des vieillards et même des enfants, qui gagnent en échange de travail 3 000 livres syriennes (1,17 $) ».

Les fouilles, comme expliqué par al-Akidi, ont été effectuées initialement manuellement, mais elles ont évolué en utilisant des explosifs, des bulldozers et d’autres équipements, qui ont complètement détruit les villes anciennes, y compris le site de Dora Europos qui s’est transformé en ruines, ainsi que les monuments du Royaume de Marie, y compris le palais. Le palais royal et « Zamri Lim ». Dans ce contexte, des sources privées qui se sont entretenues avec Al-Arabi Al-Jadeed ont confirmé que les caractéristiques du Royaume de Marie avaient été complètement effacées par les opérations de fouilles, après avoir été précédemment sabotées par l’Etat islamique, soulignant que la situation empire aujourd’hui.
Al-Akidi a souligné que les zones d’exploration sont étroitement surveillées par des éléments des milices iraniennes, car c’est une zone d’influence pour elles. Quant aux antiquités qui sont pillées, elles sont transportées par avion appartenant à une compagnie aérienne syrienne, qui transporte également des miliciens pour les remplacer tous les 8 jours. Selon les connaissances d’Al-Akidi, les antiquités de contrebande sont souvent transférées au Liban.

Les milices iraniennes est dominentes
Les milices iraniennes sont déployées à des endroits stratégiques de la région. Autour de ces zones, des sources privées ont déclaré que la plus importante d’entre elles était la base du champ de pétrole Al-Ward à proximité d’Al-Boukamal, qui est un rassemblement de milices irakiennes et iraniennes, et il y a le complexe du quartier général militaire à Al-Jala’, qui est un groupe de points militaires iraniens et de quartier général dans la région d’Al-Jala’, qui est près de la zone archéologique Dora Europos dans les environs d’Al-Boukamal.
Les milices iraniennes sont également concentrées dans la base “T2” ou « Al-Kam » dans le désert en face d’Al-Boukamal, qui est la plus proche des bases américaines, où il y a également une poche de l’Etat islamique. Parmi les sites contrôlés par ces milices figure également la base militaire de l’aéroport, qui est une base commune entre les groupes soutenus par l’Iran, dirigés par le « Hezbollah », et les forces de l’armée russe, où des experts militaires russes sont stationnés en permanence à l’aéroport, en plus des bases des camps Al-Sa’iqa et Tala’i. C’est le plus grand rassemblement de milices iraniennes dans la ville de Deir Al-Boukamal, situé près du bâtiment du gouvernorat et du quartier d’Al-Joura, et il est généralement un camp d’entraînement et de regroupement pour les combattants des milices et un point de départ vers la région centrale.

Parmi les bases militaires les plus importantes où sont stationnées les milices iraniennes se trouve la base d’Ain Ali, située dans la Badia de la ville d’Al-Qouria dans la campagne orientale, et la milice « Fatimiyoun » où existe un sanctuaire religieux. Outre l’importance militaire de ce point, c’est aussi un centre de rassemblement des pèlerins d’Iran et d’Irak vers la Syrie. Quant aux autres quartiers généraux militaires et de sécurité dans les principales villes, ils sont répartis entre des postes de contrôle concentrés à Mayadine et Al- Achara, et les quartiers des travailleurs et des employés au sein de Deir Ez-Zor, en plus d’une présence iranienne à l’intérieur des branches de sécurité du régime dans les quartiers d’Al-Joura, Al-Qousour et Al-Rowad à l’intérieur de la ville.

Les milices iraniennes supervisent, par l’intermédiaire d’un chef du Hezbollah, les opérations de fouilles et empêchent quiconque de s’approcher de leurs positions

Le 2 juin dernier, la Société syrienne pour la protection des antiquités a publié un rapport dans lequel elle surveillait l’étendue des dommages causés aux sites archéologiques et aux musées en Syrie, indiquant qu’il y avait environ 55 institutions culturelles (en Syrie) soucieuses de préserver le patrimoine culturel syrien, dont 49 musées, et un immense entrepôt pour la préservation des découvertes archéologiques et 5 lieux de culte contenant des découvertes archéologiques et historiques. Selon le rapport, 29 de ces institutions ont été endommagées par des opérations militaires, y compris les musées Palmyra, Maarat al-Nouman et Raqqa, qui ont été gravement endommagés, tandis que les musées de Daraa et Deir Ez-Zor ont été légèrement endommagés, de 2011 à aujourd’hui.

Selon le rapport, depuis 2011, 40635 découvertes archéologiques, historiques et patrimoniales ont été volées sur les sites susmentionnés, et ce chiffre est basé sur les rapports et informations documentés par l’association. Le rapport souligne que parmi les 29 institutions pillées, 10 musées et lieux de culte ont été dépouillés en raison de la méconnaissance du nombre d’objets pillés. Le nombre d’objets pillés n’inclut pas les milliers de pièces non enregistrées dans les listes et les cahiers de 19 musées qui ont été soumis au pillage et au vol, pas plus que des dizaines de milliers d’objets pillés sur des sites archéologiques syriens lors d’opérations de fouilles aléatoires depuis 2011, comme Apamea, Dora Europos, Palmyra et Ebla.

Le commandant des forces russes en Syrie visite les FDS et rencontre son commandant


Auto-Gestion-Kurde

Salam Hassan
Al-Arabi Al-Jadeed – 07 juillet 2020

Le commandant en chef des forces russes en Syrie a visité les milices des « Forces démocratiques syriennes » (FDS), au cours desquelles il a rencontré le commandant en chef des milices, afin de discuter de l’évolution de la situation dans la région et de l’accord signé entre Ankara et Moscou sur les zones de contrôle des « FDS » en octobre dernier.
Le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, a annoncé mardi qu’il avait eu des entretiens avec le commandant des forces russes en Syrie, qui ont notamment discuté de l’accord russo-turc sur les zones de contrôle des milices.
En octobre dernier, la Russie et la Turquie sont parvenues à un accord stipulant un cessez-le-feu et l’arrêt de l’opération militaire turque contre les « FDS », ce qui avait conduit l’armée turque à prendre le contrôle de vastes zones dans les provinces de Raqqa et Hassakah.

Le commandant en chef des Forces démocratiques syriennes, Mazloum Abdi, a déclaré sur son compte Twitter: « Aujourd’hui, nous avons reçu le commandant des forces russes en Syrie, le général Alexander Shoygu, pour discuter de questions communes, notamment des violations par la Turquie de l’accord du 23 octobre, en particulier de l’assassinat des trois militants kurdes à Kobané ».
Abdi a ajouté dans son tweet: « Il a été convenu d’élever le niveau de coordination et de travail conjoint, et nous avons remercié pour sa réponse en travaillant à relever les défis ».

Cette visite fait suite à des spéculations selon lesquelles la Turquie lancerait une nouvelle action militaire contre les « FDS » à Raqqa, en particulier avec la fréquence élevée des bombardements turcs sur les sites des milices dans la région d’Ain Issa, et l’armée turque continue d’apporter des renforts dans cette région.

Damas est plongé dans la pauvreté et la hausse des prix … et le régime trompe les Syriens


Crise-en-syrie-2020

Abdullah Al-Bashir
Al-Arabi Al-Jadeed-07 juillet 2020

La capitale syrienne, Damas, est devenue une ville pleine de pauvres, en particulier dans les quartiers populaires et informels, au milieu de la corruption généralisée du régime de Bachar al-Assad, après que la loi César est devenue un prétexte sur lequel sur le régime attache les causes de la détérioration des conditions de vie et de la pauvreté.
D’un autre côté, tous les moyens de bien-être, des principaux produits et services, sont disponibles aux personnes proches du régime et aux personnalités influentes, qui à leur tour invitent les citoyens à la recherche d’un moyen de subsistance à résister, répétant le discours du complot, selon ce que des citoyens ont indiqué à notre correspondant.
Salim Abu Azzam, 45 ans, s’est entretenu avec Al-Jadeed Al-Jadeed sur la situation à Damas, de ses souffrances dans l’approvisionnement alimentaire.
Il a déclaré: « Nous restons des heures à faire les files d’attente des établissements de consommation pour économiser sur le prix du sucre, qui s’élève à 1500 livres (0,6 $) sur le marché par kilo. Nous souffrons beaucoup et essayons d’économiser n’importe quelle somme même minime si elle est bon marché, et nous attendons parfois des heures pour économiser 50 ou 100 livres syriennes (0,02 – 0,04 dollar) en raison des faibles revenus et de notre situation difficile ».

Ibtisam, qui travaille comme enseignante et vit dans le quartier de Zahira à Damas, parle de la réalité difficile qu’elle vit actuellement avec sa famille. Elle a déclaré : L’augmentation des prix a tout atteint, et nous devons effectuer un calcul quotidien complexe pour choisir la nourriture qui doit être achetée ou les produits qui correspondent à notre faible pouvoir d’achat.

Coronavirus terrifie le marché syrien: les prix élevés des marchandises et la dévaluation de la livre

Ibtisam a ajouté: Aujourd’hui, au moins la famille syrienne a besoin d’environ 400 mille livres syriennes (160 dollars) par mois pour acheter uniquement des produits de base, et ce montant n’est disponible qu’en moins d’un quart pour de nombreuses familles de la capitale, Damas.

Selon des observateurs, le régime syrien cherche à manipuler les citoyens par des promesses lumineuses et des déclarations rassurantes des médias, afin d’absorber la congestion de la rue en raison de la détérioration des conditions de vie et du coût élevé des divers produits nécessaires.
Une source bien informée dans la capitale, Damas, a expliqué que: « Le régime nous trompe. Le directeur de la Syrian Trade Corporation, Ahmed Najem, a annoncé l’augmentation du prix d’un kilo de sucre de 300 (0,12 dollar) à 800 livres (0,32 dollar), et le kilos de riz de 400 livres syriennes (0,16 dollar) à 900 livres (0,36 dollar), après quoi le ministre du commerce Talal Al-Barazi a annoncé que plusieurs réunions, navettes et discussions avaient eu lieu pour réduire le prix d’un kilo de sucre, à 600 livres (0,24 dollar), et le kilos de riz à 700 livres (0,28 dollar).
La source a ajouté: « Les responsables ont estimé que cette affaire est honorée par le gouvernement, alors qu’il s’agit d’une tromperie du citoyen par ces personnalités, dont l’objectif principal est d’augmenter les prix et de mener la vie dure aux pauvres ».
Il a poursuivi: « Les gens ici se rassemblent devant les établissements de consommation affiliés à la General Trading Corporation pour obtenir leurs parts de sucre en fonction du nombre d’individus, où la part par habitant est estimée à un kilogramme par mois, tandis que la part de la famille est de 4 kilogrammes au maximum, même si le nombre de ses membres dépasse quatre personnes.”

Débat gouvernemental sur la propagation des produits contrefaits sur les marchés syriens

La source, qui a préféré de rester anonyme, a souligné que la situation est mauvaise à tous points de vue à l’heure actuelle, le pain est distribué à Damas via la carte à puce, ce qui a accru les problèmes d’obtention, tandis que dans les autres provinces, la quantité a été réduite de près de 20%, ce qui a provoqué un grand encombrement.
Il a poursuivi: « Les files d’attente des citoyens pour obtenir du pain commencent à se rassembler devant les boulangerie de la ville de Damas depuis le début de son ouverture tôt le matin, jusqu’à sa fermeture, car le prix a été augmenté auprès des magasins accrédités, de sorte que le prix du paquet estimé par le régime à 50 livres syriennes (0,02 dollar) est vendu au prix approuvé par 65 Livres (0,026 dollar), alors qu’elle est vendue sur le marché pour cent livres, et si elle est emballée dans un sac en plastique, le prix atteint 200 livres syriennes (0,08 dollar) et ce montant est égal au double du prix officiel.
Et le ministère du Commerce intérieur a précédemment annulé la fourniture de produits alimentaires via la carte à puce, y compris l’huile végétale, qui a un prix de marché d’environ 4000 mille livres syriennes (1,6 dollar) après que le prix d’un litre avait été estimé à 750 livres (0,3 $) il y a trois mois. Le ministère a également annulé les subventions au thé, dont le prix d’un kilogramme est actuellement à Damas entre 15.000 et 20.000 mille livres (6-8 dollars) selon la qualité, ce qui donne aux citoyens d’ici des charges supplémentaires.
Selon la source: « Beaucoup de familles à Damas dépendent de l’argent envoyé par les expatriés, sinon ils mangeront que du pain, la situation est très mauvaise.

Damas souffre actuellement d’une pénurie de gaz pour cuisiner, tous les deux mois, une famille à le droit à une seule bonbonne de gaz, ce qui est essentiellement suffisant pour 20 ou 25 jours seulement, et en plus ils ont réduit la contenance, sans l’annoncer officiellement, en plus de nombreuses familles attendent trois mois pour obtenir une bouteille de gaz à l’heure actuelle. La souffrance des Syriens a été encore aggravée par la détérioration de la livre par rapport au taux de conversion du dollar américain, en particulier après l’application de la loi américaine César.
La réalité de la vie à Damas qui est sous le contrôle du régime est considérée comme la pire du genre parmi les gouvernorats syriens, étant donné l’aggravation de l’état de corruption et les restrictions que le régime continue d’exercer sur les citoyens.

صندوق النقد: دول كثيرة قد تحتاج لإعادة هيكلة الديون بعد الجائحة


FMI-Dictature-Dictateur

صندوق النقد: دول كثيرة قد تحتاج لإعادة هيكلة الديون بعد الجائحة

07 يوليو 2020

أعباء الديون تقع بالنهاية على عاتق المصريين (فرانس برس)

كورونا يزيد من أزمات الدول الهشة (فرانس برس)

قالت جيتا جوبيناث، كبيرة الخبراء الاقتصاديين بصندوق النقد الدولي، اليوم الثلاثاء، إن دولا كثيرة قد تحتاج إلى إعادة هيكلة للديون في أعقاب جائحة فيروس كورونا العالمية وتداعياتها الاقتصادية.

وأبلغت جوبيناث ندوة عبر الإنترنت استضافتها جامعة أوكسفورد أنه لا توجد أزمة ديون في الوقت الحالي، لكن ستكون هناك “حاجة ملحة بشكل أكبر إلى تخفيف أعباء ديون الدول الأكثر فقراً في هذا العالم” بالنظر إلى الجائحة.

وأضافت أنه بالنظر إلى أن حوالي 40 بالمئة من الدول منخفضة الدخل تعاني بالفعل من ضائقة بشأن الديون أو تواجه خطرا مرتفعا لأن تصبح كذلك، فإنه مع تزايد العدد قد تكون هناك “حاجة إلى إعادة هيكلة الديون في دول كثيرة”.

وفي تحديث لتوقعات تقرير “آفاق الاقتصاد العالمي” الصادر في إبريل/ نيسان، قال الصندوق إن الركود العالمي الناجم عن تداعيات تدابير الإغلاق الهادفة إلى الحد من وباء كوفيد-19، سيكون هذا العام أشدّ مما كان متوقعاً سابقاً.

وتوقع صندوق النقد انكماشاً بنسبة 4.9% لإجمالي الناتج المحلي العالمي، فيما كان قد توقع في إبريل أن يبلغ هذا التراجع نسبة 3%. وتطاول هذه التوقعات السيئة مناطق العالم كافة، بحسب “رويترز”.
ويتوقع تراجع إجمالي الناتج المحلي في الولايات المتحدة، أكبر قوة اقتصادية في العالم، بنسبة 8%، مقابل 5.9% وردت في التقديرات السابقة.

فضلاً عن ذلك، اعتبر الصندوق الذي يتخذ واشنطن مقراً، أن الانتعاش المنتظر في عام 2021 سيكون أقل مما كان متوقعاً سابقاً، فقد يبلغ النمو 5.4%، مقابل 5.8% كانت متوقعة في السابق.
وستؤدي هذه الأزمة إلى خسارة تراكمية بقيمة 12 تريليون (ألف مليار) دولار في الاقتصاد العالمي على مدى عامين.
في التفاصيل التي نشرها الصندوق على موقعه الإلكتروني، من المتوقع أن يبلغ النمو العالمي -4.9% في عام 2020، بانخفاض قدره 1.9 نقطة مئوية عما تنبأ به عدد إبريل 2020 من تقرير آفاق الاقتصاد العالمي.
وقد كان تأثير جائحة كوفيد-19 في النشاط الاقتصادي في النصف الأول من عام 2020 أكثر سلباً من المستوى المنتظر، ومن المتوقع أن يكون التعافي أكثر تدرجاً مما أشارت إليه التنبؤات السابقة. أما في عام 2021، فمن المتوقع أن يبلغ النمو 5.4%.

وعلى وجه الإجمال، سيؤدي هذا إلى خفض إجمالي الناتج المحلي في عام 2021 بنحو 6.5 نقاط مئوية مقارنة بتوقعات يناير/ كانون الثاني 2020 السابقة على ظهور كوفيد-19.
ويتسم التأثير السلبي في الأسر منخفضة الدخل بالحدة البالغة، ما يهدد التقدم الكبير الذي تحقق في الحد من الفقر المدقع على مستوى العالم منذ تسعينيات القرن الماضي.

Deuxième tour du dialogue kurde: impulsions vers un accord pour préserver les acquis


Boussole-بوصلة-سوريا

Al-Arabi Al-Jadeed – 07 juillet 2020
Amin Al-Assi

L’attention des Kurdes en Syrie se concentre actuellement sur la confrontation des différences entre les deux plus grandes entités politiques kurdes du pays, le Conseil national kurde et les partis d’unité nationale dirigés par le « Parti de l’Union Démocratique », qui a récemment engagé un dialogue parrainé par les États-Unis afin de combler le fossé entre eux, qui est apparu au début de la révolution syrienne et s’est développé plus tard en raison d’une différence d’attitudes et de vision politique. Le différend est lié à la question de la concurrence pour le contrôle de la rue kurde syrienne, qui, pour sa part, espère que les interlocuteurs parviendront à un accord qui consolidera les acquis politiques, militaires et culturels obtenus par les Kurdes syriens avec le soutien américain, après une longue guerre que la « Coalition internationale » a menée contre Daech dans ce pays, dont ils étaient l’ogive.
Il est prévu que le deuxième cycle de dialogue entre « l’auto-administration » et les partis du Conseil national kurde syrien, qui sont les deux plus grandes entités politiques de la scène kurde syrienne, commence aujourd’hui ou demain, après un premier tour (qui a débuté en avril dernier et s’est terminé le 17 juin). Il a été qualifié de « réussi », bien que ses interlocuteurs ne se soient pas engagés dans une discussion sur les dossiers les plus importants et les plus controversés.

Des sources bien informées ont déclaré à Al-Arabi Al-Jadeed que l’ordre du jour du deuxième tour du dialogue inter-kurde « comprend des dossiers administratifs, militaires et économiques », soulignant que l’accord de Duhok (Irak – 2014) constituera également le terrain de ces discussions, selon ce que les parties ont convenu lors du premier tour. Les sources ont indiqué que le « Conseil national kurde » a assuré au chef des « Forces démocratiques syriennes » (FDS) Mazloum Abdi, qui était celui qui a appelé à ce dialogue, et à la partie américaine, que « le dossier des détenus chez l’auto-administration parmi les partisans du Conseil national kurde est l’un des dossiers de base importants, et sans compromis ». Les sources ont ajouté que « le Conseil national » exige « de mettre fin au service militaire obligatoire imposé par un parti, c’est-à-dire les FDS dominé par le Parti de l’Union démocratique, le parti le plus important de l’autogestion ».

L’accord de Dohuk, parrainé par les dirigeants de la région du Kurdistan d’Iraq, et conclu en octobre 2014, prévoyait la formation d’une référence politique kurde, avec un pourcentage de représentation du « Mouvement de la société démocratique » (par la suite les partis de l’unité nationale kurde -25 partis) 40%, le Conseil national kurde 40% et 20% aux partis et forces non impliqués dans les deux organes politiques. Il a également été convenu que le nombre de membres de l’autorité compétente de 32 personnes, représentées comme suit: 12 membres du Mouvement pour une société démocratique, 12 membres du Conseil national et 8 membres des forces politiques n’appartenant pas aux cadres susmentionnés. La mission de cette référence est « d’élaborer des stratégies générales, d’incarner la position commune, de former un véritable partenariat dans les instances d’autogestion, une orientation vers l’unité politique et administrative et la participation de toutes les autres composantes ».

Depuis le début de la révolution syrienne, les Kurdes syriens se sont scindés en plusieurs courants politiques, dont certains sont devenus partie intégrante du système du Parti des Travailleurs de Kurdistan/PKK comme le Parti de l’Union démocratique, tandis que d’autres partis ont choisi de former un « Conseil national kurde » proche de la direction de la région du Kurdistan irakien, qui fait partie de la « Coalition nationale syrienne de l’opposition. Alors que des personnalités kurdes syriennes ont choisi de former une association indépendante basée en Turquie, et ont finalement rejoint la « Coalition nationale », qui est l’un des organes politiques les plus importants de l’opposition syrienne.
L ‘ « Union démocratique » a monopolisé la décision kurde en Syrie au moyen des « Unités de protection du peuple » et, en conséquence, des « FDS », en resserrant les vis sur les partis qui violent son orientation, ce qui a conduit à une scission dans la rue kurde syrienne, qui espère aujourd’hui que ses politiciens parviendront à un accord, ce qui peut contribuer à former une référence unique pour eux en défendant les droits des Kurdes dans toute future négociation qui déterminera l’avenir du pays après plus de 9 ans de guerre qui ont poussé la Syrie au bord de la fragmentation.

Les Kurdes contrôlent, pratiquement, par les « FDS» la majeure partie de la riche région orientale de l’Euphrate, qui constitue environ un tiers de la superficie de la Syrie, en plus de leur contrôle des zones à l’ouest de l’Euphrate, notamment la ville de Manbij dans la campagne nord-est d’Alep. À la fin de l’année dernière, Abdi, qui est aujourd’hui l’une des personnalités kurdes syriennes les plus en vue, a appelé à un dialogue qui reviendrait à des négociations entre le « Conseil national » et « l’auto-administration », après l’opération militaire turque à l’est de l’Euphrate, dans le but d’aménager la maison kurde afin de faire face aux défis Imposé par ce processus.
Le dialogue kurdo-kurde a commencé en avril dernier avec la poussée de Washington, qui est considéré comme le plus grand partisan des Kurdes syriens en raison de leur implication dans la guerre contre « Daech » depuis 2014, qui s’est terminée début 2019 avec le contrôle de son dernier bastion dans la ville d’Al-Baghouz, à l’extrême est de la Syrie.

L’Accord de Dohuk constitue une plate-forme de dialogue, comme convenu par les deux parties
Le membre de la présidence du Conseil national kurde syrien, coordinateur général du mouvement de réforme kurde, Faisal Youssef, dans une interview accordée à Al-Arabi Al-Jadeed, a indiqué qu’il a été convenu lors du premier cycle de dialogue « d’une vision politique commune avec une dimension nationale syrienne et un engagement dans le processus politique dans le pays, y compris la reconnaissance des droits du peuple kurde en Syrie », indiquant que le conseil « cherche une position unifiée kurde-syrienne qui a un rôle dans le processus politique, y compris l’élaboration d’une constitution moderne qui définit la forme de l’État et son système démocratique ».

Et sur les lignes rouges du Conseil national qui ne sont pas négociables, il a déclaré: « Tout accord ne doit pas affecter notre position au sein de la « Coalition nationale pour les forces révolutionnaires et d’opposition et de l’organe de négociation, et doit préserver notre spécificité kurdo-syrienne dans toutes les conditions de l’accord ». Concernant le rôle de Washington dans les négociations kurdo-kurde, Youssef a expliqué que « le rôle américain cherche à ce jour à résoudre les divergences existantes pour parvenir à une position kurde unifiée dans le cadre de l’unité de l’opposition, du processus politique et du maintien de relations de bon voisinage ». Il a également souligné que « le Conseil national kurde occupe sa position au sein de l’organe de négociation », parlant de chercher à élargir le cercle de la représentation kurde dans le processus politique. Youssef a expliqué que les puissances internationales « soulignent l’importance et la nécessité de résoudre les divergences kurdes et la participation de chacun au processus politique », notant qu ‘ « après l’achèvement de ces divergences, la composante arabe et syriaque-assyrienne seront impliqués dans le processus de dialogue ». Il a souligné que cette question « est l’une des priorités de notre travail dans la prochaine étape, car nous pensons que nous sommes partenaires dans la vie et le destin dans la patrie Syrie ».
Pour sa part, le chercheur et politique kurde-syrien proche de l ‘«auto-administration», Ibrahim Muslim, a déclaré que le « Conseil national kurde » et les partis de « l’auto-administration » ont certainement fait de grands progrès sur la voie du dialogue existant entre eux, exprimant sa conviction que le statu quo dans la zone à l’est de l’Euphrate, en particulier en ce qui concerne la présence de ce qu’il a appelé « l’occupation turque », en plus de l’arrivée des forces du régime dans la région, « les obligent (les Kurdes) à se mettre d’accord ». Il a souligné que l’absence d’accord en retour signifie risquer ce qui a été accompli jusqu’à présent. Il a également constaté que « le manque d’accord entre les interlocuteurs signifie laisser la place aux régimes syrien et turc de saper leurs expériences sous prétexte de ne pas représenter tous les courants kurdes ». Enfin, il a estimé que « malgré la présence de voix dissonantes entre les deux partis kurdes, les circonstances existantes les obligeront à s’entendre ».

 

Une « tempête » en gestation en Syrie déchirée par la guerre et confrontée au coronavirus


© UNICEF/Omar Albam
Une jeune fille dans une tente d’un camp de Syriens déplacés dans le nord d’Idlib, en Syrie.
7 juillet 2020

Une « tempête » se prépare maintenant que la région syrienne d’Idlib déchirée par la guerre est confrontée à la pandémie mondiale de Covid-19, a alerté mardi la Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie qui dénonce aussi les violations des droits de l’homme et les crimes de guerre commis dans cette région.

Portail sur le coronavirus et mises à jour

Les lecteurs peuvent trouver des informations et des conseils sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV) fournis par l’Organisation mondiale de la santé et les agences des Nations Unies ici. Pour les nouvelles quotidiennes d’ONU Info, cliquez ici.

« Il est tout à fait odieux qu’après plus de 9 ans, des civils continuent d’être attaqués sans discernement, voire pris pour cible, alors qu’ils vaquent à leurs occupations quotidiennes », a déclaré mardi le Président de la Commission, Paulo Pinheiro.

Sur le terrain, près d’un million de civils déplacés sont maintenant confrontés « à un avenir incertain ». Comme si les souffrances qu’ils ont endurées n’étaient pas suffisantes, l’émergence de la pandémie du nouveau coronavirus a amplifié la situation humanitaire déjà désastreuse en Syrie, notamment à Idlib et dans l’ouest d’Alep.

En écho à l’appel du Secrétaire général pour un cessez-le-feu durable et à la lumière de la pandémie de Covid-19, la Commission d’enquête recommande à toutes les parties d’assurer la protection des personnes déplacées qui souhaitent retourner dans leurs foyers. Il s’agit surtout d’empêcher « le pillage ou la destruction des biens civils, en protégeant la jouissance sur une base non discriminatoire des droits socio-économiques et culturels fondamentaux tels que la santé et l’éducation.

En pleine pandémie de Covid-19, les enquêteurs indépendants invitent les différentes parties à garantir le respect des droits civils et politiques, y compris la protection contre la détention arbitraire. « Aujourd’hui plus que jamais, les civils ont besoin d’un accès soutenu et sans entrave à l’aide humanitaire, qui ne doit être ni politisée par les États membres ni instrumentalisée par les parties au conflit », a affirmé l’un des membres de la Commission, Hanny Megally. « Les pandémies ne connaissent pas de frontières, pas plus que l’aide qui sauve des vies ».

A la date du 6 juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recensé près de 358 cas confirmés de Covid-19 dont13 décès.

En plus de l’impact du nouveau coronavirus, ce nouveau rapport de 29 pages publié mardi a couvert la période de novembre 2019 à juin 2020 dans la région d’Idlib. Une période au cours de laquelle la Commission d’enquête a fait état de 52 attaques emblématiques de toutes les parties qui ont fait des victimes civiles ou causé des dommages aux infrastructures civiles.

Des raids aériens du gouvernement ont visé les enfants à l’école, des marchés et des hôpitaux

Parmi ces attaques, 17 ont touché des hôpitaux et des installations médicales, 14 des écoles, 9 des marchés et 12 des maisons. « Des enfants ont été bombardés à l’école, des parents au marché, des patients à l’hôpital…, et des familles entières ont été bombardées même pendant leur fuite », a fustigé M. Pinheiro. « Ce qui ressort clairement de la campagne militaire, c’est que les forces pro-gouvernementales et les terroristes désignés par l’ONU ont violé de manière flagrante les lois de la guerre et les droits des civils syriens », a-t-il poursuivi.

Le bombardement généralisé et aveugle effectué par les forces pro-gouvernementales sur Ma’arrat al-Nu’man et Ariha (gouvernorat d’Idlib) ainsi que sur Atarib et Darat Azza (ouest d’Alep) à partir de la deuxième quinzaine de décembre et de la mi-février, a vraisemblablement entraîné des déplacements massifs, les civils n’ayant d’autre choix que de fuir. Les enquêteurs onusiens estiment que cela peut constituer « un crime contre l’humanité sous forme de transfert forcé, de meurtre et d’autres actes inhumains ».

« Les enfants, les femmes et les hommes syriens ont enduré des souffrances insondables pendant la campagne militaire lancée fin 2019 par les forces pro-gouvernementales pour reprendre les dernières zones encore sous le contrôle des groupes armés en Syrie », ont-ils fait valoir. Une façon de rappeler ces « dangers mortels » qui attendaient les civils à chaque tournant de leur vie : des bombardements aériens et terrestres aveugles, aux arrestations et tortures, aux pillages et aux conditions de déplacement désastreuses à la frontière.

Les crimes de guerre de Hayat Tahrir al-Sham

Lors de cette campagne militaire pour reprendre Idlib et certaines parties de l’ouest d’Alep, les forces du gouvernement syrien, aux côtés des forces aériennes russes, ont ainsi mené des attaques aériennes et terrestres qui ont « décimé les infrastructures civiles, dépeuplé les villes et les villages et coûté la vie à des centaines de femmes, d’hommes et d’enfants syriens ».

« De nombreux hôpitaux, écoles, marchés et maisons ont été détruits par des attaques aériennes et terrestres, ces dernières incluant l’utilisation de bombes à sous-munitions, dans des actes équivalant à des crimes de guerre consistant à lancer des attaques sans discrimination, et des attaques délibérées contre des objets protégés », a dénoncé la Commission d’enquête.

Lorsque les civils ont fui, les groupes terroristes de Hayat Tahrir al-Sham (HTS) ont pillé leurs maisons. Au fil des combats, les groupes djihadistes ont détenu, torturé et exécuté des civils exprimant des opinions dissidentes, y compris des journalistes.

De plus, HTS a bombardé sans discernement des zones civiles densément peuplées, semant la terreur parmi les civils vivant dans les zones gouvernementales. « Les actes commis par les membres de HTS constituent des crimes de guerre », a déclaré Karen Koning AbuZayd, membre de la Commission.

En conclusion, les enquêteurs indépendants onusiens ont exhorté la communauté internationale à s’inscrire dans une politique de reddition des comptes pour ces crimes décrits dans ce rapport, qui sera présenté les 14 et 15 juillet à Genève lors d’un dialogue interactif de la 44e session du Conseil des droits de l’homme.

Les forces du régime bombardent les villages de Jabal Az-Zawiya


La-tuerie-a-trop-duré-Assad-Dégage

Avec les violations quotidiennes continues dans la région « Poutine-Erdogan » … les forces du régime ont bombardé les villages de Jabal Az-Zawiya

Le 6 juillet 2020-OSDH

Ce soir, les forces du régime et les forces armées qui leur sont fidèles ont bombardé les villes de Kansafsra et Al-Barrah et le village d’Al-Mozarah à Jabal Az-Zawiya dans la campagne sud d’Idleb.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé ce matin, les nouvelles violations dans la zone « Poutine-Erdogan », où au cours des dernières heures, les forces du régime ont bombardé des sites dans les villages d’Al-Fateera, Safouhan et Flaifel, au sud d’Idleb.
Des avions russes ont également effectué de nombreux survols dans l’espace aérien de la campagne occidentale d’Alep et du sud d’Idleb.

Les travailleurs des champs pétroliers de Deir Ez-Zor sont en grève


Auto-Gestion-Kurde

Pour la quatrième journée consécutive, les travailleurs des champs pétroliers de Deir Ez-Zor sont en grève, exigeant que « FDS » augmente leurs salaires et améliore la gestion des champs

Le 6 juillet 2020-OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a appris que les travailleurs des champs pétroliers « Omar, Tanak, Koniko et Al-Jafra » sous la direction des Forces démocratiques syriennes dans le gouvernorat de Deir Ez-Zor poursuivent leur grève pour la quatrième journée consécutive, exigeant que leur salaire soit augmenté et calculé en dollars américains, ou l’équivalent en « livres syriennes ». En plus de leur demande d’améliorer le traitement des travailleurs du pétrole et d’exclure les chefs militaires de la gestion des champs pétroliers et de leur remise à l’administration civile.

Il y a quelques jours, l’Observatoire syrien a suivi une manifestation au cours de laquelle des dizaines d’habitants du village de « Granige », qui est sous le contrôle des Forces démocratiques syriennes, dans la campagne orientale de Deir Ez-Zor, ont exigé « de révéler le sort des détenus des villageois dans les prisons des FDS », et ont brandi des banderoles disant « Avec notre sang, nous vous sauvons, oh détenus, et ont porté des photos de certains des détenus des prisons des FDS ».

Des crimes sauvages en croissance en Syrie ces derniers jours … viols, massacres et incendies…


Opposition-2

5 – juillet – 2020 – Kamel Saqr
Damas – «Al-Quds Al-Arabi»:

Les nouvelles des crimes, des meurtres et de viols ont dominé la scène sociale en Syrie ces derniers jours, à la lumière d’incidents sanglants sans précédent de cette récurrence et de cette violence.

Les victimes de ces délits sont pour la plupart des enfants, dont trois ont été victimes du même délit. Il est également remarquable que des adolescents de moins de 18 ans soient les tueurs de l’un de ces délits.

Dans un village de la province côtière de Tartous, deux jeunes adultes, l’un âgé de 15 ans et l’autre de 17 ans, ont attiré et violé une fille de 13 ans, et ils l’ont tuée par suffocation en utilisant un cordon électrique autour de son cou jusqu’à sa mort, puis l’ont jetée dans l’une des terres agricoles après avoir brûlé ses vêtements pour laissé son corps se décomposer et pourrir avant que la police n’y arrive sur place.

Deux jours plus tôt, des habitants du sud de Damas s’étaient réveillés avec le meurtre de trois enfants et de leur mère par suffocation, des coups de poignards et des brûlures, et les auteurs ont tenté de tuer le père en le poignardant avec plusieurs coups dans le dos et le cou.

Les agresseurs ont violé la mère après l’avoir menottée, lui ont bandé les yeux et lui ont poignardé plusieurs coups de couteau sur tout le corps. Après cela, ils ont tué les trois enfants, les ont poignardés avec un objet pointu (un couteau), volé une somme d’argent, puis brûlé toute la maison.

Parallèlement à cela, une personne a massacré sa sœur avec un couteau après l’avoir violée dans la ville d’Al-Thiabiyéh, dans la campagne de Damas. Selon ce que la police locale a déclaré dans un communiqué, que le tueur avait tenté de s’échapper vers la ville d’Idleb, qui échappe au contrôle du gouvernement syrien, avant d’être arrêté.

Dans la ville de Masyaf, dans le centre de la Syrie, une femme a mis du poison à son mari dans la nourriture et les boissons, car il avait découvert une relation qu’elle avait avec une autre personne, de sorte que le mari est décédé immédiatement.

Cette nouvelle croissante de meurtres répétés est une préoccupation populaire pour son incidence et sa laideur croissantes.

%d bloggers like this: