Cavusoglu rencontre une délégation du Conseil national kurde de Syrie


 

Cavusoglu rencontre une délégation du Conseil national kurde de Syrie

19 février 2020 – shaam

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a reçu une délégation de membres du Conseil national kurde de Syrie dans la capitale, Ankara.

Dans un tweet sur son compte “Twitter”, Cavusoglu a déclaré avoir rencontré dans la capitale, “la délégation du Conseil national kurde, le représentant légitime des Kurdes de Syrie”.

Il a souligné le soutien de son pays au rôle du Conseil dans le processus politique et au sein de la Coalition nationale syrienne, indiquant que l’organisation « YPG / PKK » fait plus que nuire aux Kurdes.

Le Conseil national kurde a été créé le 26 octobre 2011 dans la ville d’Erbil, dans le nord de l’Irak, avec 15 partis et factions des Kurdes syriens, sous les auspices de l’ancien président de la région du Kurdistan du nord de l’Irak, Masoud Barzani.

Depuis sa création, le Conseil et ses membres ont été soumis à de nombreuses répressions et violations par YPG, qui consistaient à brûler et à fermer ses bureaux, à arrêter et à enlever ses cadres et à recourir à la violence pour contrer les manifestations de partisans du Conseil.

أوغلو يلتقي وفدا من المجلس الوطني الكردي السوري

19.شباط.2020

استقبل وزير الخارجية التركي، مولود تشاووش أوغلو، وفداً من أعضاء المجلس الوطني الكردي السوري في العاصمة أنقرة.

وفي تغريدة له عبر حسابه على موقع التواصل الاجتماعي “تويتر”، قال تشاووش أوغلو إنه التقى في العاصمة، مع “وفد المجلس الوطني الكردي، الممثل الشرعي لأكراد سوريا.

وأشار إلى دعم بلاده لدور المجلس في العملية السياسية وضمن الائتلاف الوطني السوري، مبيناً أن تنظيم “ي ب ك/بي كا كا” هو أكثر من تسبب بالضرر للأكراد.

وتأسس المجلس الوطني الكردي في 26 أكتوبر/تشرين أول 2011، في مدينة أربيل شمالي العراق من 15 حزبا وفصيلا من أكراد سوريا، برعاية الرئيس السابق لإقليم كردستان شمال العراق مسعود البارزاني.

ومنذ تأسيسه تعرض المجلس وأعضائه لقمع وانتهاكات عديدة من قبل “ي ب ك”، تمثلت في حرق وإغلاق مكاتبه واعتقال واختطاف كوادره، واستخدام العنف للتصدي لمظاهرات مؤيدي المجلس.

Mazloum Abdi défend la présence militaire américaine au nord-est de la Syrie…


Combattants des FDS devant le drapeau américain 2019

Washington: le pétrole syrien « extrait par les autorités locales au profit des communautés locales »

Almodon – Jeudi 07/11/2019

Un haut responsable du département d’Etat a déclaré à la presse que l’extraction de pétrole dans l’est de la Syrie, dans la zone d’influence américaine, est « effectuée par les autorités locales au profit des communautés locales ».

« Au Département d’Etat, l’administration n’a donné aucune instruction de faire quoi que ce soit dans les gisements de pétrole. Je voudrais simplement souligner que certains de ces gisements sont très proches de la frontière turque et qu’il existe une mission de sécurisation des champs pour que d’autres ne viennent pas led contrôler ».

Les « FDS a besoin d’argent en vendant du pétrole à Assad, et les Etats-Unis disent qu’ils ne veulent pas que ce pétrole tombe entre les mains de Daech, du régime syrien ou d’autres forces, et les Américains devraient rester ici jusqu’à ce qu’ils fassent partie de cet équilibre », a-t-il ajouté.

« Tout le monde sait que l’Amérique n’a pas besoin de pétrole », a déclaré Mazloum Abdi, commandant en chef des FDS. « Ils disent qu’ils ne veulent pas que ce pétrole tombe aux mains de l’Etat islamique, du régime syrien ou D’autres forces, les Américains devraient rester ici jusqu’à ce qu’ils fassent partie de cet équilibre ».

Abdi a souligné deux conditions pour conclure un accord avec le régime syrien: « L’administration de l’autogestion existante devrait faire partie de l’administration générale de la Syrie, dans le cadre de la constitution ». La deuxième condition, les FDS, en tant qu’institution, ait son indépendance, « ou nous pouvons dire qu’elle a sa propre spécificité dans le système de protection général de la Syrie ».

En ce qui concerne le rôle des forces du régime syrien récemment entrées dans la région, Abdi a déclaré au média Rudaw que les forces, les armes et les préparatifs du régime ne ne sont pas là pour protéger la région ou contraindre la Turquie à s’arrêter, expliquant que l’entrée des forces du régime dans la région est politique, et non militaire, avec une garantie russe.

S’exprimant sur les revendications des FDS, Abdi a critiqué une partie des remarques récentes de Bachar al-Assad sur « la résolution de la question kurde », affirmant que sa position “n’était pas sous la forme requise, mais était incomplète et insuffisante pour trouver une solution ». Il a ajouté: « En fait nous attendions que la position du gouvernement syrien soit meilleure, plus positif, mais malheureusement, le contenu des propos du président syrien Bachar al-Assad n’était pas positif, il y a donc matière à critique ».

Abdi a souligné qu ‹ »il est nécessaire de prendre une décision historique, liée au sort du peuple », en exprimant son désir de « prendre avec tous les partis politiques du mouvement kurde la décision ensemble ». Il a ajouté que toutes « les parties doivent faire des concessions pour parvenir à un discours kurde commun et unifier la position et la décision des Kurdes en Syrie ».

Dans le même cadre, la vice-ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Hotovli, a déclaré mercredi qu’Israël « assistait les Kurdes de Syrie attaqués par la Turquie depuis un mois et les considérait comme un contrepoids à l’influence iranienne et les défendait lors de pourparlers avec les Etats-Unis ».

« Israël a reçu de nombreuses demandes d’assistance, en particulier dans les domaines diplomatique et humanitaire », a déclaré M. Hotovli à la Knesset. « Nous reconnaissons la grande épreuve des Kurdes et les aidons par de nombreuses voies ».

Hotovely n’a donné aucun détail sur l’aide israélienne, affirmant seulement que « lors du dialogue avec les Américains, nous exprimons ce que nous voyons réellement à propos des Kurdes et nous sommes fiers d’être aux côtés du peuple kurde ».

« Israël a en fait un intérêt majeur à préserver le pouvoir des Kurdes et des autres minorités dans le nord de la Syrie en tant qu’éléments modérés et pro-occidentaux », a déclaré Hotofly.

« Le possible effondrement du contrôle kurde dans le nord de la Syrie constitue un scénario négatif et dangereux pour Israël, at-elle ajouté. Il est clair qu’une telle démarche encouragerait des éléments négatifs dans la région dirigée par l’Iran ».

واشنطن:النفط السوري “تستخرجه سلطات محلية لصالح مجتمعات محلية”

المدن | الخميس 07/11/2019

قال مسؤول رفيع في وزارة الخارجية الاميركية، للصحفيين، إن استخراج النفط شرقي سوريا، في منطقة نفوذ الولايات المتحدة، يتم “من قبل السلطات المحلية لصالح المجتمعات المحلية”.

وأضاف: “ليس لدينا أي توجيه هنا في وزارة الخارجية من قبل الإدارة لفعل أي شيء في حقول النفط”، وأضاف: “أود فقط أن أشير في الخلفية إلى أن بعض هذه الحقول النفطية قريبة جداً من الحدود التركية، وأن هناك مهمة لتأمين منطقة الحقول من الآخرين كي لا يأتوا ويسيطروا عليها”.

وتابع: “قسد تحتاج إلى أموال عن طريق بيع النفط إلى الأسد، والولايات المتحدة تريد فقط إيقاف وصول داعش إلى تلك الأموال”، وأضاف: “لا يوجد توجيه من الإدارة العليا حول ما يفترض القيام به بالنفط”.

من جهته، قال القائد العام لـ”قوات سوريا الديموقراطية” مظلوم عبدي، عن الوجود الأميركي في مناطق آبار النفط: “الكل يعلم أن أميركا لا تحتاج إلى النفط. هم يقولون إنهم لا يريدون أن يقع هذا النفط في يد داعش، ويد النظام السوري أو القوات الأخرى، وينبغي أن يبقى الأميركيون هنا حتى يكونوا جزءا من هذا التوازن”.

وحدد عبدي شرطين لإبرام اتفاق مع النظام السوري؛ “أن تكون الإدارة القائمة حالياً جزءاً من إدارة سوريا عامّة، ضمن الدستور”، أمّا الشرط الثاني فهو أن يكون لقسد كمؤسسةٍ، استقلالية، “أو يمكننا القول أن تكون لها خصوصيتها ضمن منظومة الحماية العامة لسوريا”.

وعن دور قوات النظام السوري التي دخلت المنطقة مؤخّراً، أكّد عبدي لشبكة “رووداو”، إنّ قوات النظام وسلاحها واستعداداتها ليست من أجل حماية المنطقة وإجبار تركيا على التوقّف، موضّحاً أنّ دخول قوات النظام المنطقة سياسي لا عسكري وبضمانة روسية.

وفي معرض حديثه عن مطالب “قسد”، انتقد عبدي جانباً من تصريحات بشار الأسد الأخيرة، بشأن “حل المسألة الكردية” معتبراً أنّ موقفه “لم يكن بالشكل المطلوب بل كان ناقصاً ولا يكفي للحل”. وأضاف: “الحقيقة أننا كنا في انتظار أن يكون موقف الحكومة السورية أفضل، وأكثر إيجابية، لكن مع الأسف مضمون كلام رئيس سوريا بشار الأسد، لم يكن إيجابيا، لذلك ثمة مجال لتوجيه النقد إليه”.

وأشار عبدي إلى أن هناك “حاجة لاتخاذ قرار تاريخي، يتعلق بمصير الشعب”، مبدياً رغبتهم في أن “تكون كل الأطراف السياسية في الحركة الكردية معهم لاتخاذ القرار سوية”. مضيفاً أن على كل “الأطراف تقديم تنازلات بغية الوصول إلى خطاب كردي مشترك وتوحيد موقف وقرار الكرد في سوريا”.

وفي السياق، قالت نائبة وزير الخارجية الإسرائيلية تسيبي هوتوفلي، الأربعاء، إن إسرائيل “تساعد أكراد سوريا الذين يتعرضون لهجوم تركي على مدى شهر، وتعتبرهم ثقلا يوازن النفوذ الإيراني، كما تدافع عنهم في المحادثات مع الولايات المتحدة”.

وقالت هوتوفلي، أمام الكنيست، إن “العرض قوبل بالموافقة”، وأضافت “تلقت إسرائيل الكثير من الطلبات لتقديم المساعدة، لاسيما في المجال الدبلوماسي والإنساني.. ندرك المحنة الكبيرة التي يعانيها الأكراد ونساعدهم من خلال قنوات عديدة”.

ولم تذكر هوتوفلي أي تفاصيل بشأن المساعدات الإسرائيلية واكتفت بالقول إنه خلال “الحوار مع الأميركيين.. نعبر عما نراه حقيقة بشأن الأكراد.. ونشعر بالفخر لوقوفنا إلى جانب الشعب الكردي”.

وقالت هوتوفلي إن “إسرائيل لها مصلحة كبرى في واقع الأمر في الحفاظ على قوة الأكراد والأقليات الأخرى في منطقة شمالي سوريا باعتبارهم عناصر معتدلة وموالية للغرب”.

وأضافت أن “الانهيار المحتمل للسيطرة الكردية في شمالي سوريا يعد سيناريو سلبيا وخطيرا بالنسبة لإسرائيل.. واضح تماما أن مثل هذا الأمر سيؤدي إلى تشجيع العناصر السلبية في المنطقة بقيادة إيران”.

Daech S’attaque aux camions citernes pétroliers à Raqqa


20140724-Daech-chauves-souris-Hachémi-al-Qourachi

L’Organisation de « l’Etat » s’attaque aux camions citernes pétroliers propriétés de la famille d’Al-Qatarji à Raqqa

5.11.2019 – Enab Baladi

L’Organisation de l’Etat islamique (Daech) a annoncé qu’il a ciblé des ciblait des citernes appartenant à la famille Qatarji, fidèles au régime syrien, transportant du pétrole des zones des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Raqqa vers des zones sous le contrôle du régime syrien.
Hier, lundi 4 novembre, selon l’agence du média de l’organisation, ses combattants ont visé plusieurs citernes de transporter du pétrole dans des zones contrôlées par le régime syrien, près du village de Khas Ajeel, district de Karama, à l’est de la ville de Raqqa, avec des mitraillettes.
Ils ont également visé un citerne en lançant des grenades près du village de Mazraat al-Qahtaniya, à l’ouest de la ville de Raqqa, ce qui a entraîné l’incendie du citerne.
L’agence a souligné que les citernes visés appartenaient à la famille de Qaterji, en référence à l’homme d’affaires Hossam Qatarji, membre de l’Assemblée du peuple syrien.

تنظيم “الدولة” يستهدف صهاريج نفط لعائلة القاطرجي في الرقة

ألسنة النيران الناتجة عن احتراق صهاريج وقود في الشركة السورية للنفط بحمص - 1 من أيار 2019 (حيدر رزوق)

ألسنة النيران الناتجة عن احتراق صهاريج وقود في الشركة السورية للنفط بحمص – 1 من أيار 2019 (حيدر رزوق)

أعلن تنظيم “الدولة الإسلامية” استهداف صهاريج تابعة لعائلة القاطرجي، الموالية للنظام السوري، تنقل النفط من مناطق “قوات سوريا الديمقراطية” (قسد) في الرقة إلى مناطق النظام.

وبحسب وكالة “أعماق” التابعة للتنظيم أمس، الاثنين 4 من تشرين الثاني، فإن مقاتلي التنظيم استهدفوا عددًا من الصهاريج المخصصة لنقل النفط إلى مناطق سيطرة النظام السوري، قرب قرية خس عجيل التابعة لناحية الكرامة شرق مدينة الرقة، بالأسلحة الرشاشة.

كما استهدفوا صهريجًا بإلقاء قنابل يدوية عليه قرب قرية مزرعة القحطانية غرب مدينة الرقة، ما أدى إلى إحراق الصهاريج بالكامل.

وأوضحت الوكالة أن الصهاريج المستهدفة تعود ملكيتها إلى عائلة القاطرجي، في إشارة إلى رجل الأعمال حسام القاطرجي وعضو مجلس الشعب.

وتأتي العملية بعد اعتراف التنظيم بمقتل زعيمه، “أبو بكر البغدادي”، والمتحدث باسمه، “أبو حسن المهاجر”، خلال غارة أمريكية على ريف إدلب، الأسبوع الماضي، وتنصيب “أبو إبراهيم الهاشمي القرشي” زعيمًا جديدًا للتنظيم.

وبرز اسم عائلة القاطرجي خلال السنوات الماضية كوسيط بين تنظيم “الدولة الإسلامية” (في أثناء سيطرته على الآبار) و”قسد” من جهة، والنظام السوري من جهة أخرى لنقل المحروقات من المنطقة الشرقية.

حسامقاطرجي تعاون مع “داعش” وأسس شركة نفط في سوريا

وفرضت وزارة الخزانة الأمريكية عقوبات على شركة “القاطرجي” النفطية في سوريا، في أيلول عام 2018، كونها لعبت دور الوسيط بين النظام السوري وتنظيم “الدولة الإسلامية”، عبر تسهيلها نقل شحنات نفطية بين الطرفين، بالإضافة إلى تزويد النظام بالفيول وشحنات أسلحة وتقديم الدعم المالي.

ويأتي ذلك في ظل إعلان الولايات المتحدة الأمريكية هيمنتها على آبار النفط في المنطقة عبر إبقاء قوات حولها بهدف حمايتها.

وكان الرئيس الأمريكي، دونالد ترامب، أكد  الجمعة الماضي، في خطاب مع أنصاره في ولاية ميسيسيبي الأمريكية رغبته في عودة الجنود الأمريكيين الموجودين في سوريا إلى منازلهم، لكنه استدرك، “لقد قمنا بتأمين حقول النفط، فأنا أحب النفط”.

وجاء ذلك عقب تهديدات وجهها وزير الدفاع الأمريكي، مايك إسبر، بحسب ما نقلت وكالة “رويترز”، في 29 من تشرين الأول الماضي، إلى كل من روسيا والنظام السوري بالتصدي لأي محاولة انتزاع للسيطرة على حقول النفط من أي طرف كان.

Syrie: début des patrouilles turco-russes dans le nord-est


 

 

AFP-1 nov 2019

AFP / Delil SOULEIMAN Des véhicules militaires turcs et russes lors d’une patrouille commune dans la campagne aux environs de Darbasiyah, dans le nord-est de la Syrie, le 1er novembre 2019

Ankara a entamé vendredi des patrouilles conjointes avec Moscou dans le nord de la Syrie dans le but de s’assurer du retrait total des forces kurdes d’une zone frontalière conformément à un accord russo-turc conclu la semaine dernière.

Les patrouilles ont débuté à environ 09H00 GMT dans un village de la région de Derbassiyé, a constaté un correspondant de l’AFP depuis le côté turc de la frontière où l’armée turque a emmené des journalistes pour couvrir l’événement.

Aux termes d’un accord conclu le 22 octobre à Sotchi entre les présidents turc Recep Tayyip Erdogan et russe Vladimir Poutine, la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) avait jusqu’à mardi 15H00 GMT pour se retirer de ses positions frontalières de la Turquie. Cet accord avait permis l’arrêt d’une offensive turque contre les forces Kurdes dans la région.

Les soldats, à bord d’une dizaine de véhicules militaires turcs et russes se sont dirigés vers l’est de Derbassiyé pour patrouiller dans une bande longue de plusieurs dizaines de kilomètres, selon des sources militaires turques.

Un autre correspondant de l’AFP à Derbassiyé a indiqué que les véhicules ne portaient aucun drapeau russe ou turc à la demande de Moscou.

AFP / Nord-est de la Syrie

“Les premières patrouilles turco-russes avec des unités terrestres et aériennes sont en cours dans le nord-est de la Syrie conformément à l’accord de Sotchi”, a confirmé le ministère turc de la Défense dans un communiqué publié sur Twitter.

Le ministère a déclaré dans un tweet séparé qu’une réunion avec une délégation militaire russe était prévue à Ankara pour discuter de “questions tactiques et techniques”.

La Turquie entend mettre en place une “zone de sécurité” d’une trentaine de kilomètres de profondeur le long de sa frontière pour séparer celle-ci des YPG, qu’elle qualifie de “terroristes” mais qui sont alliées aux pays occidentaux dans la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

– Accord “temporaire” –

A Moscou, l’armée russe a aussi confirmé le lancement des patrouilles.

AFP / Delil SOULEIMAN Des véhicules militaires russes et turcs patrouillent ensemble dans la région de Derbassiyé à la frontière syro-turque, le 1er novembre 2019

“La patrouille comprend neuf véhicules blindés russes et turcs et la sécurité de la colonne est assurée par un BTR-82 (véhicule militaire blindé) de l’armée russe. L’itinéraire est de plus de 110 kilomètres”, a précisé l’armée russe dans un communiqué.

L’accord avec la Russie ainsi qu’un autre conclu le 17 octobre avec les Etats-Unis ont permis l’arrêt d’une offensive de la Turquie lancée le 9 octobre contre les forces kurdes et qui a fait des centaines de morts et déplacé des dizaines de milliers de personnes.

A la faveur de cette offensive, la Turquie –qui avait pris le contrôle sur des pans entiers du nord de la Syrie à l’issue de deux précédentes opérations à l’ouest de l’Euphrate– a pu étendre sa présence à l’est du fleuve, s’emparant d’une bande frontalière de 120 kilomètres entre les localités de Tal Abyad et Ras al-Aïn.

La présence de l’armée du régime syrien, appelée à la rescousse par les YPG, dans d’autres secteurs frontaliers, empêche toutefois Ankara d’étendre cette zone sur 450 kilomètres jusqu’à la frontière irakienne comme le souhaite M. Erdogan.

AFP / Delil SOULEIMAN Des soldats russes se tiennent près d’un véhicule militaire turc, durant des patrouilles conjointes dans la région de Derbassiyé à la frontière syro-turque, le 1er novembre 2019

Aux termes de l’accord de Sotchi, Moscou s’est engagé à faire partir les YPG de ces secteurs en coordination avec l’armée syrienne et à lancer des patrouilles conjointes avec l’armée turque sur une profondeur de 10 kilomètres en territoire syrien.

“L’entrée de l’armée syrienne (dans le nord) signifie l’entrée de l’Etat”, a affirmé jeudi le président syrien Bachar al-Assad, qualifiant l’accord russo-turc de “temporaire”.

– Frontière congestionnée –

A près de 100 kilomètres à l’est de Derbassiyé, un convoi américain de cinq véhicules blindés a été aperçu jeudi dans une zone frontalière au nord du village d’al-Qahtaniyah.

AFP / Delil SOULEIMAN Un convoi américain passe devant un âne dans le nord-est de la Syrie près d’al-Qahtanyiah, le 31 octobre 2019

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces américaines veulent maintenir une présence dans cette zone pour “empêcher la Russie et le régime d’atteindre des secteurs frontaliers à l’est de la ville de Qamichli”.

Le 7 octobre, le président américain Donald Trump avait ordonné le retrait de ses troupes du nord de la Syrie, perçu comme une trahison par les Kurdes car il avait ouvert la voie à l’offensive turque.

Le déploiement militaire américain, opéré jeudi en coopération avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) –dont les YPG constituent l’épine dorsale–, a laissé entrevoir une révision de cette décision et complique la situation sur le terrain, où interviennent de nombreux acteurs.

Washington “retire ses troupes du nord de la Syrie et repositionne des troupes dans la région de Deir Ezzor”, près de la frontière irakienne, a indiqué à l’AFP un porte-parole de la coalition anti-EI, dirigée par Washington, le colonel Myles B. Caggins.

“Les opérations militaires de la coalition n’entrent pas en conflit avec les autres forces opérant dans la région”, a-t-il ajouté.

M. Trump avait déclaré la semaine dernière qu’un “petit nombre” de soldats américains resteraient en Syrie pour sécuriser les champs d’hydrocarbures. Quelque 200 soldats américains sont actuellement postés à Deir Ezzor.

Syrie: début de retrait de l’armée américaine en prévision d’une offensive turque


AFP –

Les troupes américaines déployées dans le nord de la Syrie ont débuté lundi leur retrait de secteurs proches de la frontière turque, ouvrant la voie à une offensive militaire turque contre les forces kurdes pourtant alliées de Washington dans la lutte antijihadiste.

Après s’être longtemps opposés à une telle offensive, les Etats-Unis ont opéré une volte-face: la Maison Blanche a annoncé dimanche soir le retrait américain de régions où se trouvent les forces kurdes syriennes, les Unités de protection du peuple (YPG). Ankara a aussitôt dit qu’une opération pourrait intervenir à tout moment.

Le président Donald Trump a justifié ce revirement, intervenu après un échange téléphonique avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, en expliquant vouloir laisser aux protagonistes le soin de “résoudre la situation” par eux-mêmes.

“Il est temps pour nous de sortir de ces guerres ridicules et sans fin, dont beaucoup sont tribales”, a-t-il argué.

Cette décision a toutefois suscité une vague de réprobation aux Etats-Unis, y compris dans son camp.

L’élu républicain Lindsey Graham a appelé le président Trump à “revenir” sur ce choix, le jugeant “porteur de désastre”.

Fin 2018, Donald Trump avait déjà annoncé un retrait des militaires américains stationnés en Syrie, avant de préciser quelques mois plus tard qu’environ 400 d’entre eux resteraient finalement sur le terrain “pour un certain temps”.

AFP / Gal ROMA Retrait des troupes américaines

Lundi, M. Erdogan a averti que l’offensive turque pourrait désormais être lancée “sans prévenir”. Craignant une nouvelle crise humanitaire, l’ONU a aussitôt dit se “préparer au pire”.

Depuis 2011, le conflit en Syrie a fait des millions de déplacés et de réfugiés et coûté la vie à plus de 370.000 personnes.

L’Union européenne (UE) a de son côté estimé qu’une offensive pourrait exacerber “les souffrances du peuple syrien”.

Paris a appelé Ankara à la retenue et plaidé pour que la détention des jihadistes étrangers dans les camps du nord-est syrien sous contrôle kurde reste “sûre”.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces américaines se sont retirées de positions clés à Ras al-Aïn et Tal Abyad vers une base militaire située entre ces deux secteurs.

Selon un photographe de l’AFP, une base militaire à Tel Arqam était déserte lundi après le retrait américain.

Les forces kurdes ont creusé des tranchées et des tunnels dans ces zones ainsi que près de Kobané en prévision d’un assaut, d’après l’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays.

– “Détruire la confiance” –

Pour les FDS, les Etats-Unis “sont sur le point de détruire la confiance et la coopération” entre les forces kurdes et les militaires américains. “Les gens ici ont le droit à une explication”, a écrit sur Twitter Mustafa Bali, porte-parole des FDS.

AFP / Delil SOULEIMAN Des Kurdes manifestent contre la possibilité d’une offensive turque dans le nord de la Syrie, à Ras al-Aïn, le 6 octobre 2019

Les FDS ont largement contribué, avec l’aide de Washington principalement, à éradiquer le “califat” autoproclamé du groupe jihadiste Etat islamique (EI), prenant fin mars l’ultime bastion de Baghouz.

Lundi, ces Forces ont averti qu’une opération turque entraînerait une résurgence de l’EI et annulerait “des années de combats fructueux”.

Une offensive menacerait aussi les prisons et camps gérés par les FDS qui abritent de nombreux jihadistes et leurs familles, ont-elles prévenu.

La Turquie a au contraire assuré qu’elle “ne laisserait pas l’EI ressurgir.

En attendant, des dizaines de personnes ont manifesté à Al-Qahtaniya, une ville syrienne à majorité kurde près de la frontière turque, pour dénoncer le retrait américain.

“Nous n’avons d’autre choix que de défendre notre terre (parce que) les Américains peuvent vendre les Kurdes pour leurs propres intérêts”, a déclaré à l’AFP Abdel Salam Ali, un manifestant.

– “Se préparer à la guerre” –

A Ras al-Aïn, Mustefa Bozan, un commerçant de 79 ans, a dit “se préparer à la guerre”.

“Le sort de la région sera le même que celui d’Afrine”, a jugé un autre habitant, Issam Daoud, en référence à une enclave kurde conquise l’an dernier par Ankara au terme de combats qui ont fait 300 morts parmi les civils selon l’OSDH.

La Turquie, qui jouit d’une présence militaire dans plusieurs villes syriennes septentrionales avec le soutien de groupes rebelles alliés, a déjà mené deux offensives dans le nord de la Syrie, la première en 2016 contre l’EI et la deuxième en 2018, à Afrine, contre les YPG.

La semaine dernière, M. Erdogan a affirmé que la Turquie arrivait à bout de patience vis-à-vis des Etats-Unis au sujet de la création d’une “zone de sécurité” dans le nord de la Syrie, convenue entre les deux pays en août.

Cette zone tampon doit séparer la frontière turque et les régions syriennes contrôlées par les YPG, qualifiées de “terroristes” par Ankara.

Alors que les Kurdes syriens ont établi une région autonome dans le Nord à la faveur du conflit complexe en Syrie, la Turquie craint qu’un noyau d’Etat kurde à sa frontière ne galvanise les velléités séparatistes kurdes sur son propre sol.

Outre éloigner les YPG de sa frontière, M. Erdogan espère pouvoir utiliser la zone tampon pour y renvoyer jusqu’à deux des 3,6 millions de réfugiés syriens que la Turquie accueille.

 

Syrie: les forces américaines commencent à se retirer des abords de la frontière turque

Par AFP
un-vehicule-militaire-americain-lors-d-une-manifestation-de-kurdes-pres-de-ras-al-ain-aux-abords-de-.jpg
Un véhicule militaire américain lors d’une manifestation de Kurdes près de Ras al-Aïn aux abords de la frontière turque, le 6 octobre 2019 Photo Delil SOULEIMAN. AFP

Les forces américaines ont commencé lundi à se retirer de zones aux abords de la frontière turque dans le nord de la Syrie, selon des sources kurdes et une ONG, ouvrant la voie à l’offensive militaire promise par Ankara contre les forces kurdes.

L’ONU a déclaré ce lundi «se préparer au pire» dans le nord de la Syrie après que les Etats-Unis ont annoncé qu’ils ne s’opposeraient pas à une offensive turque contre une milice kurde. «Nous ne savons ce qui va se passer (…) Nous nous préparons au pire», a déclaré le coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Syrie, Panos Moumtzis, lors d’une conférence de presse à Genève.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes, ont indiqué dans un communiqué que les «forces américaines se retirent des zones frontalières avec la Turquie» tandis que l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a confirmé un retrait des forces américaines de positions clés à Ras al-Aïn et Tal Abyad.

Les Etats-Unis ont annoncé dimanche soir que la Turquie mènerait «bientôt» une incursion militaire «prévue de longue date dans le nord de la Syrie» et que les troupes américaines stationnées dans le pays quitteraient la zone. Les FDS ont averti qu’une telle opération militaire turque entraînerait une résurgence majeure du groupe jihadiste Etat islamique (EI), et annulerait «des années de combats fructueux» contre les jihadistes.

Les chefs de l’EI encore en vie pourraient sortir de leur cachette, selon les FDS, pour qui une opération turque menacerait aussi les prisons et les camps qu’elles gèrent et qui abritent de nombreux jihadistes et leurs familles. Les FDS, soutenus par la coalition internationale antijihadiste menée par Washington, ont combattu des années durant l’EI et ont reconquis en mars dernier son ultime bastion en Syrie, à Baghouz.

«Les forces américaines ne vont pas soutenir ou être impliquées dans l’opération et les forces américaines, qui ont vaincu le “califat” territorial de l’Etat islamique, ne seront plus à proximité immédiate», a précisé la Maison Blanche dimanche soir.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé mardi que la Turquie arrivait à bout de sa patience vis-à-vis des Etats-Unis au sujet de la création d’une «zone de sécurité» dans le nord de la Syrie. Et il avait menacé d’une opération militaire imminente. Cette zone tampon doit être créée entre la frontière turque et les zones syriennes contrôlées par la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), principale composante des FDS.

Ankara considère cette milice comme une organisation «terroriste» et voit d’un mauvais oeil le projet d’autonomie à sa frontière, par crainte qu’un noyau d’Etat kurde ne galvanise les velléités séparatistes sur son propre sol. Deux précédentes offensives turques ont été menées en 2016 et 2018 dans le nord syrien, la première en 2016 visait l’EI et la deuxième, en 2018, les YPG.

Dimanche, l’OSDH a indiqué que les forces kurdes ont creusé tranchées et tunnels en préparation d’une offensive turque dans les zones de Ras al-Aïn, Tal Abyad et Kobané.

 

Bande-de-sécurité-au-nord-de-la-Syrie-aout-2019

Une zone de sécurité réclamée par la Turquie sur les frontières syro-turques

%d bloggers like this: