Plus de 720 frappes terrestres et aériennes menées par le régime syrien et la Russie


bombardement-idlib-ruines-2018-2
Plus de 720 frappes terrestres et aériennes ont été menées par les avions de guerre du régime et russes dans la zone de « réduction de l’escalade », faisant encore plus de victimes civiles

18 juin 2019

5 victimes et 7 blessés
Le nombre de victimes s’élève à 1722 personnes tuées depuis le début de l’escalade la plus violente dans la zone de “réduction de l’escalade” le 30 avril et jusqu’au 18 juin.

أكثر من 720 ضربة برية وجوية نفذتها مقاتلات النظام الحربية والروسية على منطقة “خفض التصعيد” مخلفة مزيدا من الضحايا المدنيين

Advertisements

Avec le soutien des Russes … les forces du régime cherchent désespérément à reprendre le contrôle du village stratégique au nord-ouest de Hama


القتل-متواصل-في-سوريا-وسط-صمت-ولا-مبالاة-

Avec le soutien des Russes … les forces du régime cherchent désespérément à reprendre le contrôle du village stratégique au nord-ouest de Hama,
Environ 1 250 personnes ont été tuées et décédées depuis le début de l’escalade la plus violente.

8 juin 2019 – OSDH

بدعم وإسناد روسي… قوات النظام تستميت لاستعادة السيطرة على قرية استراتيجية شمال غرب حماة، والمزيد من الخسائر البشرية يرفع إلى نحو 1250 تعداد الذين استشهدوا وقتلوا منذ بدء التصعيد الأعنف

Idleb-risque-catastrophe-humanitaire_2_729_541

Les djihadistes et les factions combattantes étendent leur contrôle sur un village stratégique situé profondément dans les zones contrôlées par le régime, dans la campagne de Hama, au nord-ouest du pays, parallèlement à la poursuite des violents combats et au bombardement aérien et terrestre intense sur les axes  de combat

7 juin 2019 – OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a surveillé l’élargissement de zones de combats par les factions djihadistes et combattantes pour étendre son contrôle sur la campagne ouest de Hama, depuis hier soir et aujourd’hui. Elles ont réussi à faire incursion dans le village stratégique « al-Jalama » situé à proximité de la route de « Al-Suqaylabiyah – Mharda », et ont pu contrôler certaines parties du village, où des combats violents se poursuivent, dans une tentative contrôler toute le village, et d’élargir la portée de son contrôle sur cette route, parallèlement, les zones de Khan al-Sebl, Kafr-batikh et certains endroits ouest de Ma

‘arret al-Nouman (campagne sud et est dans la campagne d’Idleb) ont été cibles de bombardement du régime avec des missiles à sous-munitions, causant cinq blessés parmi les civil à Kafr-batikh, tandis que le nombre de raids effectués par l’avion de régime militaire sur la zone de « désescalade » a atteint vendredi 125 attaques, ciblant à la fois Khan Shaikhoun et les village de Naqir, Cheikh Mustafa, Al-habit, dans la campagne sud d’Idleb, ainsi que Kafr-Zeita, al-Arba’in, al-Lattamna, Hasraya, al-Zakat dans la campagne nord de Hama. Par ailleurs, le nombre de raids effectués ce vendredi, par des avions russes ont également augmenté à 38, sur les villages de al-Zakat, al-Arba’in, al-Lattamna, Hasraya, Latmine, Kafr-Zeita et Mork dans la campagne nord de Hama, et à Khan Chaikhoun dans la campagne sud d’Idleb. Le nombre de barils à l’explosifs lancés par des hélicoptères militaires ce vendredi a atteint 42 barils, lancés sur l’axe de Kabbana situé sur le Mont kurde au nord de Lattaquié, ainsi qu’à Khan Cheikhun, Al-habit, al-Naqir, al-Fatira, Kafr-Sajna et Arinba au sur d’Idleb, d’une part, et sur Kafr-Zeita, Mork et al-Sayad au nord de Hama. Le nombre de roquettes tirées par les forces du régime sur les axes de combats dans la campagne nord

et nord ouest ainsi que sur la campagne d’Idleb du sur et sur le Mont Kurd à 830 missiles.
Le nombre de roquettes et de missiles lancées par les factions armées 520, depuis midi du vendredi, ciblant al-Hamamiyat et Karnaz, Jalameh, al-Jadida, Kafr-houd, Cheikh Hadid, al-Karkat, al-Mustariha, Kafr-nbouda, Qassabiya et Tell-Houwash, sous le contrôle des forces du régime dans le nord et le nord-ouest de Hama.
Au moins 53 membres du régime et des forces armées qui lui sont fidèles ont été tués, parmi eux un certain nombre n’ont pas pu être retirés, et à l’école d’al-Dhahra à l’est de Jabine, des têtes ont été séparées de leurs corps après leur assassinat au cours des combats, tandis que le nombre de combattants tuée lors des bombardement aériens, terrestres et des batailles dans la campagne de Hama est porté à 48 combattants, dont au moins 21 combattants des factions islamiques.

الفصائل الجهادية والمقاتلة توسع نطاق سيطرتها في قرية استراتيجية بعمق مناطق النظام بريف حماة الشمالي الغربي، بالتزامن مع استمرار المعارك العنيفة والقصف الجوي والبري المكثف على محاور القتال

Raids-meurtriers-du-régime-dans-la-province-d'Idleb-et-Alep-28-mai-2019-4

Poursuite des combats sur les fronts du nord de Hama à la suite d’une tentative de bombardement aérien et terrestre menée par les forces du régime sur la “zone de réduction de l’escalade” par les factions jihadistes et des factions de combattants modérés, dans une tentative d’avancer vers de nouvelles zones contrôlées par les forces du régime,
par ailleurs, deux enfants sont morts à la suite de bombardements terrestres et aériens perpétrés par les forces du régime sur la “zone de réduction de l’escalade”

7 juin, 2019-OSDH

استمرار المعارك على جبهات ريف حماة الشمالي في محاولة من قبل الفصائل الجهادية والمقاتلة التقدم باتجاه مناطق جديدة بالتزامن مع ذلك استشهاد طفلين نتيجة قصف بري وجوي نفذته قوات النظام على “منطقة خفض التصعيد”

Les jeunes de la tribu « al-Bakkara » bloquent les route face aux FDS


FDS-raqqa-قوات-سوريا-الديمقراطية-قسد-

 

Des tensions dans la ville à l’Est de l’Euphrate, suite à l’arrestation d’une personne par les forces démocrates de la Syrie/FDS, conjointement au blocage des routes dans la région, par de jeunes de la tribu « al-Bakkara »

1er juin 2019

Deir Ez-Zor – OSDH : L’observatoire syrien des droits de l’homme est a appris que des tensions dans le village d’al-Hawayej, dans la campagne de Deir Ez-Zor, accompagnées de blocage de routes à l’ouest de la ville, dans les zones de contrôle des FDS, par des centaines de jeunes de la tribu al-Bakkara.
D’après les informations obtenues par l’OSDH, tout a débuté suite à la pourchasse des FDS d’un jeune homme à al-Hawayej, ce dernier s’est abrité dans la maison de l’un des cheikh de la région, où les éléments des FDS se sont pénétrés et ont insulté le Cheikh, puis elles ont arrêté le jeune homme et l’ont conduit vers une destination inconnue, ce qui suscitait un grand mécontentement au milieu de la tribu qui ont pris d’assaut et fermé les routes. Selon des sources informées de l’OSDH, les combattants d’origine arabe au sein de FDS ont annoncé leur position au côté de la tribu al-Bakkara.

Le 9 mai, l’OSDH a publié que des manifestations avaient lieu à al-Bassira, et dans les deux villages de Thibianz et al-Chouheil ainsi que dans le village d’al-Dhaman, en signe de protestation et de condamnation du massacre perpétré par la Coalition internationale un peu après minuit dans le village d’al-Chouheil, où 7 civils ont été tués. Les sources ont rapporté à l’OSDH que la tension était forte dans le village à la suite du meurtre d’un manifestant par les membres de FDS, lors d’une dispersion de la manifestation, suivi du retrait de tous les éléments de FDS de du village d’al-Chouheil, ça a poussait les habitants du village à attaquer les locaux des FDS et à allumer le feu dans des caravanes. L’Observatoire syrien a publié un peu plus tôt que la coalition internationale avait effectué une opération de débarquement dans le village d’al-Chouheil, dans l’est de la campagne de Deir Ez-Zor, la nuit du mercredi à jeudi, parallèlement au déploiement important des FDS des véhicules blindés sur le terrain, où elles ont commis avec la Coalition internationale un massacres faisant 7 victimes civils parmi lesquels un homme avec ses deux fils. L’opération, qui a duré environ trois heures, a abouti à l’arrestation de deux personnes, dont un ancien membre du bureau des « relations publiques » de l’organisation « Etat islamique ». Les activistes de l’OSDH ont appris que les 7 civils tués lors de la fusillade par les FDS et la Coalition internationale n’ont rien à voir avec l’organisation de « l’État islamique ». Ils résident dans cette région et n’ont jamais protégé les éléments de l’organisation EI, bien que des sources des FDS aient informé l’Observatoire que ce sont eux qui protégeaient les membres de l’organisation.
Le 25 avril dernier, l’OSDH avait publié que la Coalition international a procédé à une opération de débarquement dans le village de Machekh, près de la ville d’al-Bassira, dans la banlieue est de Deir Ez-Zor, près du domicile d’un civil, avec l’appui d’une force terrestre des FDS, le propriétaire de la maison et deux membres de sa famille ont été abattus, en plus de sa belle fille qui était enceinte.

توترٌ تشهده بلدة شرق الفرات عقب اعتقال شخص من قبل عناصر قوات سوريا الديمقراطية بالتزامن مع قطع شبان من عشيرة البكارة للطرقات في المنطقة

Statistiques : 1150 martyrs dont plus du tiers des civils tués en mai 2019


Le-Dictateur-donne-carte-blanche-2

Près de 1150 martyrs dont plus du tiers des civils ont été tués au cours du mois de mai 2019

 1er juin 2019

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a documenté les décès et les morts de 1149 personnes en mai 2019, répartis comme suit:
Martyrs civils: 392 dont 120 enfants de moins de 18 ans et 71 citoyens de plus de 18 ans répartis comme suit:

Près de 1150 martyrs, dont plus du tiers de civils ont été tués au cours du mois de mai 2019
 1er juin 2019

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a documenté la mort de 1149 personnes en mai 2019, répartis comme suit:

– Martyrs civils: 392 civils, dont 120 enfants de moins de 18 ans et 71 femmes de plus de 18 ans répartis comme suit:

Nombre de civils tués sous les bombes d’avions de guerre russes
45 civils, dont 15 enfants et 16 femmes

Nombre de civils tués sous les bombes d’aéronefs du régime militaire,
164 citoyens, dont 44 enfants et 35 femmes

Nombre de civils tués suite à l’attaques d’hélicoptères dur régime
36 citoyens, dont 4 enfants et 8 femmes ont été tués dans l

Nombre de civils tués suite aux bombardement du régime
49 citoyens, dont 4 enfants et 6 citoyens ont été tués

Nombre de civils tués par les factions
22 civils, dont 10 enfants, 4 femmes

Nombre de victimes mortes sous la torture, dans les centres de détention du régime,
2 citoyens martyrisés

Sous la torture dans les prisons des Forces démocratiques syriennes FDS
2 deux citoyens

Nombre de morts par les forces démocratiques syriennes et de la coalition internationale
9 citoyens

Par les bombardant les forces turques
1 citoyen

Nombre de morts à cause des explosion de mines et des grenades manuelles.
6 civils dont 1 enfant

Nombre de tués à cause de l’explosion de mines
2 civils

Nombre de morts dans les combats entre les factions
9 personnes dont 5 enfants

Assassinats
3 assassinats sporadiques sur le territoire syrien,

Explosion d’une bombe
1 citoyen

Nombre de tués dans des circonstances inconnues
4 dont deux 2 femmes

Conditions sanitaires
37 enfants ont perdu la vie à cause de mauvaises conditions de santé, d’un traitement inadéquat et d’autres conditions de vie.

236 personnes, combattants syriens des factions islamiques et des factions, des mouvement et d’autre organisation,

19 personnes des Forces Démocratiques Syriennes FDS

1 Dissidents/ déserteur des forces du régime

173 Forces du régime

140 Éléments de comités populaires, de forces de défense nationale et de forces armées fidèles au régime de nationalité syrienne

4 Soldats turcs

1 Anonyme

183 combattants des factions islamiques et de l’organisation de “l’État islamique” et du Front Nosra (Al-Qaïda), ainsi que l’armée des immigrés et les Ansar et le Parti islamique du Turkménistan, denationalités non syriennes

نحو 1150 شهيداً وقتيلاً على الأراضي السورية أكثر من ثلثهم من المدنيين خلال شهر أيار / مايو من العام 2019

 

Raids incessants du régime sur des secteurs jihadistes, 27 civils tués


Par AFP ,

Au moins 27 civils dont onze enfants ont été tués mardi par des bombardements du régime syrien contre des territoires aux mains des jihadistes dans les provinces d’Idleb et d’Alep, des secteurs pilonnés sans cesse depuis un mois, selon une ONG.

Rien que depuis dimanche, les frappes du régime et de l’allié russe ainsi que les tirs d’artillerie sur ces régions du nord-ouest du pays en guerre ont tué une cinquantaine de civils dont de nombreux enfants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Et les bilans meurtriers se succèdent quasi-quotidiennement, alors que plusieurs hôpitaux ou écoles ont été mis hors-service par les bombardements.

La grande partie de la province d’Idleb, ainsi que des secteurs des provinces voisines de Hama, d’Alep et de Lattaquié sont tenus par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda). Les prorégime contrôlent une partie du sud-est et de l’est d’Idleb, ainsi que la grande majorité des trois autres provinces.

Le régime de Bachar al-Assad n’a pas annoncé une offensive à proprement parler contre HTS, mais il a intensifié les bombardements contre les secteurs jihadistes et livré des combats au sol depuis fin avril, parvenant à reprendre plusieurs secteurs dans le sud de la province d’Idleb et dans le nord de Hama.

Mardi, au moins 27 civils dont onze enfants ont été tués dans les raids dans Idleb et Alep, selon l’OSDH. Dans la localité de Kafr Halab, dans l’ouest de la province d’Alep, onze civils ont péri sur une rue commerçante.

Celle-ci était bondée au moment de la frappe, selon un correspondant de l’AFP sur place. Des morceaux de chair gisaient au sol. Des voitures et des commerces ont été entièrement détruits, les rideaux de fer des devantures tordus au milieu des décombres calcinés.

Risque d’arrêt de l’aide

Des habitants ont enterré les victimes dans le cimetière de la localité, les hommes transportant les corps et récitant les prières avant l’inhumation.

Au milieu des champs, des champignons de fumée grise s’élèvent dans le ciel après les bombardements du régime.

Depuis fin avril, plus de 250 civils dont une cinquantaine d’enfants ont péri dans les bombardements, selon l’OSDH.

Devant le Conseil de sécurité, la responsable au département des Affaires humanitaires de l’ONU, Ursula Mueller, a affirmé mardi que quelque 270.000 personnes avaient été déplacées par les violences à Idleb depuis fin avril. Et des agences d’aide ont suspendu leur travail dans certains secteurs.

Selon elle, durant cette période, 22 hôpitaux et cliniques ont été touchés par les frappes ou les tirs d’artillerie. Une poursuite des opérations militaires pourrait provoquer l’arrêt total du travail des organisations d’aide, a-t-elle averti.

Mardi, dans le sud de la province d’Idleb, un hôpital de la localité de Kafranbel a été touché par des tirs d’artillerie, selon l’ONU.

“L’hôpital est totalement hors-service. Ses équipements, ses appareils” sont endommagés, a dit à l’AFP son directeur administratif, Majed al-Akraa. “Les générateurs ont pris feu, les bureaux” aussi.

“Attaque chimique ?”

La province d’Idleb est le dernier grand bastion jihadiste en Syrie qui échappe quasi-totalement au contrôle du régime.

Elle fait l’objet depuis septembre 2018 d’un accord entre Moscou et Ankara qui soutient certains groupes rebelles, sur une “zone démilitarisée” censée séparer les territoires insurgés des zones gouvernementales.

Partiellement appliqué en raison du refus des jihadistes de se retirer de la future zone tampon, cet accord avait permis d’éviter une offensive d’envergure du régime. Mais celui-ci a continué de mener des raids par intermittence avant de les intensifier à partir de fin avril.

Soutenu par la Russie mais aussi l’Iran et le Hezbollah libanais, le pouvoir syrien a multiplié les victoires face aux rebelles et aux jihadistes ces deux dernières années, jusqu’à reprendre le contrôle de près des deux-tiers du territoire.

Mardi, la France a dit, sans autres précisions, disposer d’un “indice sur l’usage de l’arme chimique dans la zone d’Idleb” mais sans “vérification” pour l’instant. Le 22 mai, les Etats-Unis avaient fait état aussi d'”indications” selon lesquelles le régime Assad aurait mené une “attaque” au chlore le 19 mai dans le nord-ouest de la Syrie, menaçant de représailles.

Le pouvoir syrien a démenti à chaque fois toute responsabilité dans des attaques chimiques qui lui ont été attribuées pendant le conflit.

Déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre qui s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de multiples acteurs, a fait plus de 370.000 morts, selon l’OSDH, et poussé à la fuite des millions de personnes.

28/05/2019 21:59:49 –          Kafr Halab (Syrie) (AFP) –          © 2019 AFP

Syrie: 23 civils tués dans des frappes du régime sur l’ultime grand bastion jihadiste


Statistiques-ٍRéfugiés-syrien-septembre-2017

Des raids aériens du régime syrien ont tué mercredi 23 civils, dont une dizaine sur un marché très fréquenté, dans le dernier bastion jihadiste du nord-ouest de la Syrie, selon une ONG.

La province d’Idleb et des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié, dominés par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d’Al-Qaïda), sont le théâtre depuis fin avril d’affrontements meurtriers entre jihadistes et forces loyales au président syrien Bachar al-Assad, soutenues par Moscou.

Depuis mardi soir, des combats intenses entre les deux camps autour de la ville de Kafr Nabuda ont tué 87 combattants, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), à savoir 51 soldats et 36 jihadistes.

En outre, 23 civils sont morts dans des raids aériens du régime menés dans la nuit, dont 12 sur un marché bondé dans la ville de Maaret al-Noomane, a indiqué l’Observatoire.

Selon des témoins sur place, de nombreux habitants se trouvaient à une heure tardive dans le souk après la rupture du jeûne du ramadan quand le bombardement a eu lieu.

Les façades de bâtiments adjacents ont été soufflées par l’explosion et les stands du marché pulvérisés, a constaté un correspondant de l’AFP mercredi.

“Beaucoup de magasins ont été détruits et le sol était jonché de morceaux de corps et de cadavres”, a déclaré à l’AFP Khaled Ahmad, propriétaire d’une échoppe dans le secteur visé.

“Les habitants ont toujours peur”, a-t-il ajouté. Au moins 18 personnes ont également été blessés, et “plusieurs sont dans une situation critique”.

Les 11 autres civils tués l’ont été lors de bombardements aériens du régime dans diverses zones du bastion jihadiste. Cinq d’entre eux sont morts lors d’une frappe visant la ville de Saraqeb.

– Accord russo-turc menacé –

Casques blancs évacuent des blessés après des frappes aériennes sur la ville de Maaret al-Noomane 22 mai 2019
 AFP / Abdulaziz KETAZ Des Casques blancs évacuent des blessés après des frappes aériennes sur la ville de Maaret al-Noomane, dans le dernier bastion jihadiste du nord-ouest de la Syrie, dans la nuit du 21 au 22 mai 2019

Idleb et ses environs ont fait l’objet en septembre 2018 d’un accord entre Moscou et Ankara sur une “zone démilitarisée” devant séparer les territoires aux mains des rebelles et jihadistes des zones gouvernementales attenantes.

Cet accord, partiellement appliqué, avait permis d’éviter une offensive d’envergure de l’armée syrienne.

Mais le régime et la Russie ont intensifié leurs frappes depuis la fin avril. Leurs forces se sont emparées de plusieurs villes dans le sud de la province d’Idleb et le nord de celle de Hama.

Mais HTS a contre-attaqué dans le nord de la province de Hama. D’après l’OSDH, le groupe jihadiste est parvenu à prendre la majeure partie de la ville de Kafr Nabuda, que les forces du régime avaient reconquise le 8 mai.

Les médias d’Etat ont eux affirmé que le régime avait repoussé l’assaut.

“Des unités de l’armée ont riposté à l’attaque menée par les terroristes” dans le nord de Hama et le sud d’Idleb, “tuant et blessant des dizaines” de combattants, a affirmé l’agence de presse officielle syrienne Sana.

Mardi, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a accusé le régime syrien de menacer l’accord russo-turc de cessez-le-feu à Idleb et ses environs.

“Le régime fait tout ce qui est en son pouvoir pour briser le statu quo, notamment en utilisant des barils d’explosifs, (et en menant) une offensive terrestre et aérienne”, a déclaré M. Akar.

– “Pires craintes” –

Les appels à un arrêt des hostilités se succèdent pour éviter un bain de sang.

Carte Syrie - Maaret al-Nooman
 AFP / Carte de localisation de Maaret Al-Noomane où des civils ont été tués mercredi dans des frappes aériennes contre le dernier bastion jihadiste en Syrie

Vendredi, l’ONU a sonné l’alarme sur le risque d’une “catastrophe humanitaire” à Idleb.

Depuis fin avril, au moins 200 civils ont été tués, selon l’OSDH, tandis que plus de 200.000 personnes ont fui les combats, d’après le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Selon l’Ocha, les frappes russes et syriennes ont déjà visé 20 centres médicaux– dont 19 sont depuis hors service– ainsi que 17 écoles et trois camps de déplacés.

La région abrite plus de trois millions de personnes vivant dans des conditions particulièrement difficiles.

“Malgré nos avertissements répétés, nos pires craintes se réalisent”, a regretté le porte-parole de l’Ocha, David Swanson.

Le pouvoir syrien, appuyé par ses alliés indéfectibles, Moscou et Téhéran, a multiplié ces dernières années les victoires jusqu’à asseoir son contrôle sur près de 60% du pays.

Mardi, les Etats-Unis ont fait état d'”indications” selon lesquelles Damas aurait mené une nouvelle “attaque” chimique deux jours plus tôt dans le bastion jihadiste, menaçant de représailles.

Le lendemain, l’OSDH a affirmé ne détenir “aucune preuve” d’une attaque présumée au chlore.

Parallèlement, l’otage italien Alessandro Sandrini a été libéré en Syrie après plus de deux ans de captivité, ont annoncé le gouvernement italien et un représentant des autorités locales d’Idleb.

La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 370.000 morts.

 

370 000 morts !!! Le compteur des victimes s’est arrêté depuis plus de 4 ans, lorsque l’ONU a annoncé l’arrêt total de recenser le nombre de morts en Syrie

Au 13e jours du bombardement, plus de 200 frappes aériennes, lance-roquettes et artillerie ont été tirés sur les zones de « réduction de l’escalade »


Baril d'explosif lancé par un hélicoptère-Syrie

Au 13e jours du bombardement, plus de 200 frappes aériennes, lance-roquettes et artillerie ont été tirés sur les zones de « réduction de l’escalade », une attaque jamais enregistrée depuis le début de l’offensive

13 mai 2019 – OSDH

Les avions du « garant » russes ont repris leurs bombardement dans les zones de « réduction de l’escalade », où l’Observatoire syrien des droits de l’homme a observé des avions de guerre russes effectuant davantage de raids sur des zones de la ville de Habit et du village de Cher Maghar, où est installé un point d’observation turc. Le nombre de raids aériennes russes sur la zone de « réduction de l’escalade » ont atteint dimanche 20 attaques, six sur Cher Maghar, quatre sur le Habit et quatre sur le terrain de Ghazal au mont Chahchabo, deux sur Kafra’in, Madaia et Lahaya dans le secteur sud d’Idleb, tandis que les hélicoptère ont lancé des barils d’explosifs dans les environs de Habit, Sahriya et Oum Zaytouné dans la campagne sud d’Idleb, pour comptabiliser 58 barils sur la campagne de Hama, Lattakié et Idléb, dont 32 barils sur le Habit, 14 sur Kabané, deux barils sur Abdine et CHeikh Mostafa, Oum Zaytouné, Sahriyé et Sarmanié dans la plaine d’al-Ghab. Ces bombardement parviennent parallèlement aux affrontements violents entre les forces du régime et ses fidèles partisans, et d’autre part, les factions opérant dans l’axe de Bab al-Taqa dans la plein d’al-Ghab dans la campagne nord ouest de Hama, tandis que les forces du régime ont visé le village de Latamné avec 135 obus d’artillerie, dans la banlieue nord de Hama, y compris la campagne de Latakié en passant par la campagne d’Idleb.

Avec ce 22ème jour d’escalade militaire violente, le nombre de victimes s’est élèvé à 452 personnes martyrs et tuées au cours de la période allant du matin du 20 avril au dimanche 12 mai, dont 168 civils, parmi lesquels 53 enfants et 41 femmes. Ils ont été tués dans les bombardements aériens russes et syriens. Les forces du régime ont, également, pilonné des zones à Alep, Hama, Lattakia et Idleb, tandis que des obus ont été tirés par les factions sur la ville d’Alep et la ville de Hadher au sud d’Alep, les village de Khandaq, de Skélbia dans la campagne de Hama…. dans la zone de « Réduction de l’escalades ».
(…)

أكثر من 200 ضربة جوية وقذيفة صاروخية ومدفعية على مناطق “خفض التصعيد” في اليوم الـ 13 من التصعيد الأعنف على الإطلاق

13 مايو,2019

عادت طائرات “الضامن” الروسي لتلقي حممها من جديد على مناطق “خفض التصعيد”، حيث رصد المرصد السوري لحقوق الإنسان تنفيذ الطائرات الحربية الروسية المزيد من الغارات على مناطق في بلدة الهبيط، وقرية شير مغار التي تتواجد فيها نقطة المراقبة التركية، لترتفع عدد الغارات الجوية الروسية على منطقة “خفض التصعيد” اليوم الأحد الى 20 غارة ، وهي 6 غارات على شير مغار، و4 على الهبيط، و 4 غارات على ميدان غزال بجبل شحشبو، وغارتين على كل من كفرعين، و مدايا، ولحايا ضمن القطاع الجنوبي من الريف الإدلبي، فيما ألقى الطيران المروحي المزيد من البراميل المتفجرة على مناطق في بلدة الهبيط، وقريتي الصهرية وأم زيتونة بريف إدلب الجنوبي، ليرتفع إلى 58 برميل متفجر على أرياف حماة واللاذقية وإدلب، وهي 32 براميل على الهبيط ، و14 على كبانة وبرميلين اثنين لكل من (عابدين والشيخ مصطفى وأم زيتونة والصهرية و السرمانية بسهل الغاب) يأتي هذا القصف الجوي بالتزامن مع اشتباكات عنيفة بين قوات النظام والمسلحين الموالين لها من جهة، والفصائل العاملة من جهة أُخرى في محور باب الطاقة بسهل الغاب في ريف حماة الشمالي الغربي, فيما استهدفت قوات النظام بالقذائف المدفعية مناطق في بلدة اللطامنة بريف حماة الشمالي ليرتفع إلى 135 عدد القذائف المدفعية والصاروخية التي شهدتها محاور ريف اللاذقية مروراً بريف إدلب وصولاً إلى ريف حماة الشمالي والشمالي الغربي.
ترتفع أيضاً حصيلة الخسائر البشرية في التصعيد الأعنف والمتواصل في يومه الـ 22، إلى 452 شخص ممن استشهدوا وقتلوا خلال الفترة الممتدة منذ صباح الـ 20 من شهر نيسان الجاري، وحتى يوم الأحد الـ 12 من شهر أيار الجاري، وهم 168 مدنياً بينهم 34 طفل و40 مواطنة، استشهدوا في القصف الجوي الروسي والسوري، وقصف قوات النظام على مناطق في حلب وحماة واللاذقية وإدلب، و قذائف أطلقتها الفصائل على مدينة حلب وبلدة الحاضر جنوب حلب وقرية الخندق وبلدة السقيلبية بريف حماة… في المنطقة منزوعة السلاح.

Syrie bombardement de la ville de Habit

%d bloggers like this: