تقرير حقوقي يوثّق بالأدلة تجنيد روسيا مقاتلين سوريين بينهم أطفال للقتال في ليبيا – Un rapport sur les droits de l’homme attestant que la Russie a recruté des combattants syriens, y compris des enfants, pour combattre en Libye


 

En collusion avec le «gouvernement syrien», une société de sécurité russe recrute des milliers de Syriens comme mercenaires pour combattre en Libye aux côtés de «Haftar»
Ce rapport spécial complète celui qui traite du recrutement de combattants affiliés à l’opposition comme mercenaires par la Turquie pour combattre aux côtés du gouvernement d’accord national / GNA, dirigé par Fayez al-Sarraj

تقرير حقوقي يوثّق بالأدلة تجنيد روسيا مقاتلين سوريين بينهم أطفال للقتال في ليبيا

مقاتلون من “لواء القدس” الذي تشرف عليه القوات الروسية، يتدربون على القتال في البادية السورية- أيار 2020 (وكالة الأنباء الفدرالية الروسية)

وثقت منظمة “سوريون من أجل الحقيقة والعدالة” تجنيد ما يزيد على ثلاثة آلاف سوري بينهم أطفال، على يد شركة أمنية روسية للقتال في ليبيا إلى جانب قوات اللواء المتقاعد خليفة حفتر، بمواجهة حكومة “الوفاق الوطني” التي يترأسها فايز السراج.

واستعرض التقرير الذي صدر أمس، الثلاثاء 28 من تموز، أدلة وشهادات موسعة تؤكد ضلوع مجموعة “فاغنر” الروسية للتعاقدات العسكرية، بتواطؤ من النظام السوري، بتجنيد آلاف السوريين من محافظات عدة، إلى جانب “الجيش الوطني الليبي” الذي يقوده حفتر، وفق عقود تجنيد برواتب.

وأجرت المنظمة لقاءات مع 17 شاهدًا ومصدرًا مطلعًا، بينهم خمسة مقاتلين تم تجنيدهم للقتال في ليبيا، وآخر لا يزال ينتظر نقله إلى هناك، وذوي طفلين ممن أُرسلوا للقتال، إلى جانب شهادات ناشطين إعلاميين، وسيدة كانت على متن طائرة مسافرة إلى ليبيا تقل مقاتلين.

ومنذ كانون الأول من عام 2019، بدأت عمليات التجنيد في محافظة السويداء، لتنتقل بعدها إلى دمشق وريفها، ودرعا والقنيطرة وحماة وحمص ودير الزور والرقة والحسكة.

وقد لاحظ معدو التقرير تسارع وتيرة عمليات التجنيد في أيار الماضي مع اشتداد حدة القتال في ليبيا وهدوئها في سوريا، مؤكدين تواصلها حتى لحظة إعداده.

وطالت عمليات التجنيد مقاتلين في صفوف قوات النظام السوري، منهم من كانوا عناصر سابقين مع قوات المعارضة قبل إجرائهم “تسوية” مع النظام، إضافة إلى مدنيين لم يسبق لهم حمل السلاح، فضلًا عن حالات تجنيد أطفال دون 18 عامًا، تم بعضها دون علم ذويهم.

وتتم عمليات نقل المقاتلين إلى ليبيا عبر طائرات مدنية تابعة لشركة “أجنحة الشام” السورية، أو على متن طائرات عسكرية تنطلق من قاعدة “حميميم” العسكرية في اللاذقية، ينتهي بها المطاف في قاعدتي “الخادم” أو “الجفرة” العسكريتين في ليبيا، أو في مطاري “بنينا” أو “بني وليد” الدوليين.

ضلوع شخصيات تابعة للنظام

مدير منظمة “سوريون من أجل الحقيقة والعدالة”، بسام الأحمد، أكد في حديث لعنب بلدي، تواطؤ النظام السوري في عمليات تجنيد المقاتلين إلى ليبيا، من خلال ضلوع شخصيات تابعة له في تلك العمليات، ومنهم مدير مكتب حزب “الشباب الوطني السوري” المرخص من قبل النظام، ومسؤولون في صفوف قوات “الدفاع الوطني” التابعة له في محافظة السويداء، وقيادات في قوات “الفيلق الخامس” الذي أسسته روسيا.

وأشار الأحمد إلى أن هذا التواطؤ تم بسبب ضعف وهشاشة حكومة النظام، والجيش السوري، وعدم قدرتهما على مسك زمام الأمور في جميع المناطق السورية، ووجود شخصيات نافذة لديها سلطات وامتيازات.

مقابل ماذا؟

ولفت الأحمد إلى أن هؤلاء استغلوا الظروف الاقتصادية التي يمر بها السوريون وما يكابده بعضهم من حاجة وفقر، وأغروهم برواتب تتراوح ما بين 800 و1500 دولار أمريكي، وهو ما يعد مبلغًا جيدًا بالنسبة للأشخاص الموجودين في الداخل.

وأضاف أنه يمكن اعتبار الأموال هي الشيء المغري الوحيد لهؤلاء المقاتلين، فهم ذاهبون إلى نزاع لا يمت لهم بصلة وفي دولة بعيدة، وهو ما يأخذنا إلى سبب انطباق لفظ “مرتزقة” عليهم.

وتحدث تقرير المنظمة عن حالات تم فيها شطب أسماء ضالعين في قضايا أمنية ومطلوبين للنظام، لقاء التجنيد، إضافة إلى إعفاءات من الخدمة الإلزامية والاحتياطية في صفوف قوات النظام.

ولتوثيق مسارات نقل المقاتلين السوريين ووصولهم إلى ليبيا، اعتمدت المنظمة على مطابقة المعلومات التي حصلت عليها من الشهود عن تاريخ وموعد السفر، مع البيانات التي توفرها تطبيقات ومواقع مراقبة رحلات الطيران مثل “flight radar”، بحسب الأحمد.

كما حصلت على معلومات حول أماكن تدريب هؤلاء المقاتلين، ومراحل تحضيرهم للقتال والسفر، من الشهود الذي قابلتهم.

موقف القانون الدولي

اعتبر الأحمد أن القانون الدولي لا يزال غير قادر على تحديد موقف صارم من هذه العمليات، فالدول تعمل حاليًا على إعادة فكرتها الاستعمارية لكن بطرق جديدة، وذلك عبر خلق شركات أمنية توظفها لهذا الغرض في محاولة لخلق “قوننة مقنعة” لتصرفاتها، والهروب من محاذير القوانين الدولية.

وبيّن أن الأمور ليست واضحة تمامًا، فنحن لا نتحدث عن “جهاديين” لديهم أيديولوجيات يدخلون بطرق غير شرعية إلى الدول من أجل القتال، أو عن تحالف دولي لقتال تنظيم “الدولة الإسلامية”، بل إن عمليات التجنيد تتم من خلال شركة أمنية ضالعة تعاقدت مع حكومة دولة، ومع أشخاص يقاتلون فقط لأجل الحصول على الأموال، وهنا يجب على المشرّعين وفقهاء القانون الدولي ملاحظة هذه الثغرات، ومحاولة وضع عقوبات مناسبة، وتطوير القوانين المتعلقة بذلك.

أما مسؤولية تجنيد الأطفال السوريين وإرسالهم إلى ليبيا، فيتحملها الأطراف الذين يقومون بذلك، وهم سيكونون مسؤولين أيضًا عن أي انتهاك يقوم به هؤلاء الأطفال في ساحة القتال.

وأكد الأحمد أن تجنيد الأطفال في أي نزاع مسلح يعتبر انتهاكًا و”جريمة حرب” يعاقب عليها القانون الدولي.

وتشهد ليبيا صراعًا على الشرعية والسلطة بين حكومة “الوفاق” المعترف بها دوليًا غربي ليبيا، والتي تتخذ من مدينة طرابلس عاصمة لها، تحت قيادة رئيس الوزراء، فايز السراج، منذ عام 2016، وبين اللواء خليفة حفتر، المدعوم من مجلس النواب بمدينة طبرق شرقي البلاد.

وتدعم كل من تركيا وقطر والأمم المتحدة حكومة “الوفاق”، بينما تقف كل من مصر والإمارات وروسيا وفرنسا بصف حفتر.

وكانت عنب بلدي سلّطت الضوء، في تحقيق سابق، على تجنيد المقاتلين السوريين في ليبيا من قبل روسيا وتركيا، وهذه الأخيرة نجحت بنقل مئات المقاتلين من الشمال السوري للقتال إلى جانب قوات حكومة “الوفاق”.

Syrie : l’envoyé de l’ONU demande aux belligérants la libération unilatérale de détenus


Nations Unies
L’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, s’exprimant en visioconférence devant le Conseil de sécurité depuis Genève
23 juillet 2020

L’Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Geir O. Pedersen, a réclamé jeudi aux parties en conflit dans ce pays de procéder à la libération unilatérale de détenus, regrettant le manque de progrès sur la question des personnes détenues, enlevées ou disparues et notant la frustration de nombreux Syriens.

« Beaucoup de Syriens sont toujours détenus, enlevés ou portés disparus, et beaucoup de familles cherchent toujours désespérément des informations sur le sort de leurs proches », a déclaré M. Pedersen par visioconférence devant les membres du Conseil de sécurité.

« Et donc aujourd’hui, je veux commencer par un appel fort et clair au gouvernement syrien et à toutes les autres parties syriennes pour qu’ils procèdent à la libération unilatérale des détenus et des personnes enlevées, et à des actions significatives en ce qui concerne les personnes disparues », a-t-il ajouté. Selon lui, cela est nécessaire pour permettre une véritable réconciliation et à la société de guérir ses blessures.

L’envoyé de l’ONU a également alerté le Conseil de sécurité sur l’effondrement économique de la Syrie.

« Nous assistons à une spirale descendante : une inflation galopante, un chômage en hausse, une demande affaiblie, une augmentation des fermetures d’entreprises, une insécurité alimentaire accrue avec des familles qui sautent des repas et une pénurie de médicaments », a-t-il souligné.

« Nous constatons également maintenant une augmentation des cas signalés de Covid-19, exacerbant le malaise économique de la Syrie et limitant davantage la réponse humanitaire. Les tests restent extrêmement limités, en particulier dans les zones hors du contrôle gouvernemental », a-t-il ajouté.

Dans ce contexte, l’accès humanitaire est de plus en plus impératif, a-t-il estimé.

Un cessez-le-feu à l’échelle nationale

Geir Pedersen a rappelé que pour mettre fin aux souffrances des Syriens, il faut mettre fin au conflit, par un cessez-le-feu à l’échelle nationale.

« Il y a eu des progrès vers cet objectif. Ces derniers mois, nous avons assisté à un calme relatif dans toute la Syrie, sans escalade majeure et les lignes de front étant pour la plupart gelées. Mais nous continuons à voir des flambées de violence à l’intérieur et à travers ces lignes de front, ce qui nous préoccupe », a-t-il dit.

L’envoyé de l’ONU a noté que la situation dans le sud-ouest de la Syrie restait tendue. Dans le nord-ouest, le calme induit par les efforts russes et turcs continue de se maintenir en grande partie. Le nord-est de la Syrie reste globalement stable mais a connu des incidents inquiétants.

« Dans le même temps, l’activité continue de l’EIIL reste une grave préoccupation – dans le sud, le centre et l’est de la Syrie – avec des émeutes signalées parmi les détenus de l’EIIL à al-Hasakeh », a ajouté Geir Pedersen en référence au groupe terroriste Etat islamique d’Iraq et du Levant, appelé aussi Daech.

S’agissant du processus politique, l’envoyé de l’ONU a indiqué qu’il prévoyait de convoquer le 24 août à Genève une troisième session du Comité constitutionnel syrien chargé de rédiger une nouvelle Constitution.

M. Pedersen a souhaité également que les principaux acteurs internationaux s’emploient à faire progresser le processus politique au sens large.

« Ce n’est que par le dialogue international que nous pourrons commencer à relever bon nombre des innombrables défis auxquels la Syrie et les Syriens sont confrontés, qu’il s’agisse des besoins humanitaires, des détentions, des déplacements, de la violence et de la terreur, mais aussi de la misère économique et de la violation de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance de la Syrie », a-t-il ajouté.

« J’espère que, étape par étape, nous pourrons tracer la voie pour mettre fin aux souffrances du peuple syrien et lui permettre de façonner son avenir », a-t-il conclu.

Nombre choquant d’arrestations effectuées par le régime d’Assad à Daraa


Libération-des-détenus-dans-prisons-du-régime

17 juillet 2020
agence zaitun

Le site « Ahrar Houran » a révélé, dans un rapport publié jeudi 16 juillet, le nombre d’arrestations effectuées par les services de renseignement du régime Assad contre la population de Daraa depuis la conclusion de « l’accord de règlement » fin 2018.

Le site a dénombré 1144 arrestations effectuées par les services de renseignement du régime d’Assad contre les habitants de Deraa depuis juillet 2018, dont 453 civils et 691 anciens éléments des factions rebelles.

Il a déclaré que parmi les détenus se trouvaient 38 femmes, 24 enfants et 1082 hommes, dont la plupart avaient réglés leurs situations auprès du service de sécurité, ainsi que l’arrestation de 11 médecins et infirmières, et 9 militants des médias.

Le site Web a confirmé que le régime Assad a libéré 307 détenus sur 1144 personnes depuis qu’il a pris le contrôle de l’ensemble du gouvernorat en juillet 2018, tandis que les directions de l’état civil ont déclaré à 54 familles de détenus, qu’ils avaient été martyrisés sous la torture dans des centres de détention.

Il a souligné que les renseignements du régime d’Assad reposaient sur ses points de contrôle disséminés à Daraa, sur les routes reliant les villes et les villages, et sur les descentes surprises, les arrestations et parfois les enlèvements.

Les services de renseignement du régime d’Assad continuent de procéder à des arrestations de familles et d’anciens membres des factions rebelles dans le gouvernorat de Daraa malgré l’accord de règlement sécuritaire.

Le rassemblement « Ahrar Houran » a documenté 23 arrestations, en juin dernier, effectuées par les services de renseignement du régime d’Assad contre les habitants de Daraa, dont 5 ont été libérés au cours du même mois.

Le régime d’Assad a pris le contrôle de toute la province de Daraa en juillet 2018, après qu’un « accord de règlement sécuritaire » a été conclu avec les factions rebelles syriennes, sous les auspices de la Russie et le déplacement de ceux qui l’ont refusé, à Idleb, vers le nord syrien.

« Mouvement d’indépendance d’Al-Jazira/la Mésopotamie »


Mouvement-d'indépendance-de-la-Mésopotamia-juil-2020“Mesopotamia Independence Movement‎

Déclaration du « Mesopotamia Independance Mouvement »

3 juillet 2020

Dans une clarification de la presse publiée par le Conseil de communication du mouvement d’indépendance d’Al-Jazira, le mouvement a déclaré: « Commentant l’article publié dans Al-Quds Al-Arabi le 2 juillet 2020 intitulé {« Mouvement d’indépendance d’Al-Jazeera » est une idée lancée par des militants syriens sur les sites de communication} et la confusion créée par certaines phrases, ainsi que l’organisation du contexte du rapport, en commençant par le titre; nous tenons à préciser que le mouvement d’indépendance de la Jazira est établi depuis plusieurs années et lors de fréquentes rencontres personnelles entre ses fondateurs et principaux partisans, et rien dans nos documents n’indique qu’il s’agit d’une idée lancée par des militants dans l’espace de la communication du réseau social, mais il existe des publications pour les membres fondateurs du mouvement proposant une idée d’indépendance de la Jazira bien avant le lancement du mouvement. Ce que nous avons écrit, c’est que nous avons recueilli les signatures sur le document d’indépendance par le biais des moyens de communication sociales. Nous avons également appelé les partisans du mouvement à soutenir la diffusion de l’idée d’indépendance dans les médias, et ce ne sont que des outils et des moyens utilisés par la plupart des mouvements.

Nous tenons également à souligner que le mouvement ne se présente pas comme un mouvement arabe, ni même un mouvement dirigé par les Arabes, comme le suggère le rapport, mais plutôt comme un mouvement pour l’ensemble de la population de la Jazira et du bassin de l’Euphrate avec toutes ses composantes, races, ethnies, religions et groupes. C’est un mouvement basé sur l’identité commune de la population quelles que soient ses identités subsidiaires.

Nous affirmons également que nous n’avons pas été une réponse au dialogue inter-kurde que nous saluons et saluons tout dialogue entre l’une des composantes de la Jazira. Nous voudrions ajouter que nous nous considérons d’abord comme un mouvement social. Nous ne discutons pas de la politique sous sa forme actuelle dans le bourbier syrien, et cela ne constitue aucune de nos priorités. Nous sommes une idée fondamentale basée sur la société qui lui permet de formuler sa propre voix qu’elle exprime ».

Conseil de communication
Mouvement pour l’indépendance de la Jazira
3 juillet 2020

 

« Mouvement d’indépendance d’Al-Jazira/la Mésopotamie » est une idée lancée par les militants syriens sur les réseaux sociaux

2/7/2020

Antakya – Deir Ez-Zor – «Al-Quds Al-Arabi»: après un accord politique entre le Parti de l’Union Démocratique (PYD) – la branche syrienne du Kurdistan Parti Démocratique des travailleurs (PKK) et le Conseil National Kurde (SNDS), sous le patronage américano-français, de nombreux journalistes syriens kurdes ont exprimé leur bénédiction pour cette étape, et certains d’entre eux ont parlé de l’approche de la déclaration de la fédération kurde de l’est et du nord de la Syrie, «Rojava», dans les gouvernorats de Hassaka, Raqqa et les régions de la Jazira syrienne dans la province de Deir Ez-Zor. De l’autre côté, des voix arabes ont émergé de la région orientale gouvernée par « FDS », appelant à l’indépendance ou au fédéralisme arabe dans les régions de l’est de la Syrie, dirigé par des chefs Arabes et non Kurdes.

Le premier de ces appels a commencé sur la page Facebook, appelée « Raqqa notre peuple », et c’est l’une des plus grandes pages spécialisées du gouvernorat de Raqqa sur Facebook, où il a commencé par un « Post » parlant du manque d’avantages des résidents de Raqqa, Hassaka et Deir Ez-Zor de « Syrie » à travers l’histoire de l’État syrien, et que la région orientale n’était pas, selon la description de l’auteur, qu’une région où les gouvernements successifs profitent du pays et épuisent ses ressources, en particulier pendant la période du règne du parti Baas, une région marginalisée et son peuple oublié, perçu de façon inférieure par le reste des composantes du peuple syrien selon l’article qui a motivé des milliers de commentateurs, la plupart des commentaires étaient en faveur de l’idée de sécession ou de fédéralisme avec les dirigeants arabes, et non comme le veut « FDS ».

En réponse aux appels kurdes à la séparation de l’Est

Les réponses, même si elles sont sur un post simple sur Facebook, mais elles suggèrent beaucoup, l’idée a des oreilles attentives, et pas absurdes, d’autant plus que les commentateurs venaient des trois provinces de l’est, de classes et d’âges différents, et il n’y a que quelques jours pour qu’un nouveau mouvement apparaisse sur les sites de communication sous le titre « Le mouvement pour l’indépendance de la Jazira » appelle à la création d’un État indépendant pour tous les habitants de la région al-Jazira et du bassin de l’Euphrate.
Le mouvement a déclaré « qui n’est toujours actif que sur le réseau social », selon un communiqué, « Cette terre est devenue une partie des terres syriennes selon l’accord Sykes-Picot de 1916 », le mouvement a appelé ses partisans à manifester leur soutien au « droit à l’autodétermination » pour les résidents de la Jazira et du bassin de l’Euphrate réunis. Indépendamment de leur race, origine ethnique, religion ou culture, le mouvement a appelé les militants à transférer leurs photos et couvertures de leurs comptes personnels sur les plateformes de communication dans la langue de leur choix, tout en promouvant ce qu’il a appelé le « document d’indépendance » que le mouvement a lancé, en mobilisant et rassemblant des signatures de tous les habitants de la région qui paient le coût le plus élevé du pillage et de la marginalisation, comme décrit.

«Al-Quds Al-Arabi» a contacté l’un des promoteurs de ce projet, au sein du conseil de communication « Mouvement pour l’indépendance d’Al-Jazira et le bassin de l’Euphrate », qui a refusé de révéler son nom, et a déclaré que le motif de la création du « Mouvement pour l’indépendance » est le fait de l’exclusion de la population locale de tout développement symbolique depuis la création de l’entité syrienne moderne, à savoir il y a cent ans, le militant ajoute: « Nous avons une identité différente de l’identité syrienne, où aucune identité syrienne n’a été formée qui rassemble ce mélange hétérogène formé par Sykes et Picot. Notre identité est enracinée et basée sur des traditions agricoles qui ont produit des valeurs et des traditions communes pour la population générale à Al-Jazira, nous sommes une identité basée sur une fondation géographique qui accepte et coexiste avec l’autre, aucune identité nationale ethnique, religieuse ou même fermée qui n’accepte que son peuple, nous avons vécu l’histoire comme des identités contiguës et l’État moderne ne nous a apporté autre que la haine. Il est vrai que l’idée est choquante mais la réponse est bonne et plus élevée que prévu, en particulier de la jeune génération qui a découvert l’exclusion et la marginalisation, et n’accepte plus de rester sur la touche et veut décider de son sort sans tutelle. Un membre du Conseil de la communication de ce mouvement estime que l’avenir du « mouvement d’indépendance d’Al-Jazira »  dépend de la foi et de la compréhension des gens à son égard, en particulier de la jeune génération, qui est toujours la créatrice du changement, et le jeune militant explique ce qu’il a décrit comme le calendrier pour l’achèvement des documents fondateurs comprenant:

– Le document d’identité, qui est un document qui définit, fixe et explique l’identité des habitants de la région al-Jazira et du bassin commun de l’Euphrate, dans le cadre de la diversité et de la richesse des cultures et des sous-identités,
– le document de géographie et de population, un document qui confirme les frontières de l’État de la Jazira et du bassin de l’Euphrate, ses villes et ses résidents et leur répartition géographique,
– le document d’égalité et les droits des individus et des groupes, ce document fixe les droits civils, politiques et économiques fondamentaux de la population, des individus et des groupes, d’une manière qui garantit les droits de l’ensemble de la population en tant qu’individus en premier lieu, et en tant que groupes distincts dans ses cultures, religions et langues en second lieu, et interdit la transgression de toute autorité dirigeante par sa soumission à des déterminants supra-constitutionnels.
– Le document sur le droit au retour, un document qui garantit le droit de citoyenneté des résidents dont les origines reviennent sur Al-Jazira et sont partis depuis l’accord Sykes-Picot jusqu’à présent.
– Le document sur le droit aux ressources et l’élimination de la pauvreté; c’est un document qui montre les ressources et les richesses de la région insulaire et du bassin public de l’Euphrate, et les moyens de les dépenser pour que la pauvreté soit finalement éradiquée dans une période ne dépassant pas une décennie car c’est l’une des zones les plus riches en ressources.

Ces appels à l’indépendance dans l’est de la Syrie peuvent être considérés par certains comme des tentatives vaines, tandis que d’autres le voient comme le résultat de la discrimination kurde contre la population arabe dans les provinces orientales, dans un pays déchiré par la guerre, et a exacerbé la fracture ethnique et religieuse entre les composantes de la population.

Coronavirus Syrie:47 infections enregistrés au 8 mai 2020


COVID-19-Syrie

Le ministère de la Santé a indiqué aujourd’hui que deux nouveaux cas de coronavirus avaient été enregistrés en Syrie pour que le nombre de cas d’infection enregistrés en Syrie s’élevait à 47 jusqu’à présent, dont 27 cas de guérisons et 3 décès.

Les mosquées rouvrent leurs portes devant les fidèles pour effectuer la prière du vendredi après sa suspension depuis mars dernier

les mosquées ont rouvert leurs portes devant les fidèles pour effectuer la prière du vendredi, avec un plein engagement aux réglementations de santé requises pour lutter contre le coronavirus.

La prière du vendredi a eu lieu aujourd’hui selon des règles de santé spécifiques qui obligent les fidèles à porter des masques, à laisser une espace suffisant entre eux et à les stériliser devant les portes des mosquée.

prière

Pière 36/5/2020

Le groupe gouvernemental concerné par les mesures de la lutte contre le coronavirus a approuvé la vision du ministère de l’enseignement supérieur sur la réouverture des universités et des instituts à partir de 31-05-2020.

Le groupe gouvernemental a, de même, discuté du redémarrage des moyens de transport en commun et de l’importance de s’engager aux mesures de sécurité sanitaire suivies.

Le groupe gouvernemental a décidé de redémarrer tous les moyens de transport en commun des deux secteurs public et privé et les bus des entreprises de transport touristique et les bus de transport dans chaque gouvernorat entre les villes et les banlieues à partir de dimanche prochain, le 10 mai en cours et pour trois mois.

Le groupe gouvernemental a également examiné la vision du ministère du Tourisme de rouvrir partiellement les installations touristiques et les restaurants après l’Aïd d’al-Fitr.

En outre, le groupe gouvernemental a permis au ministère de l’Intérieur de redémarrer un certain nombre de services dans les domaines des affaires civiles, l’immigration et des passeports.

Le groupe gouvernemental a décidé de reporter à l’année prochaine toutes les expositions et conférences périodiques publiques et privées, y compris le salon du livre et la Foire internationale de Damas.

La région de Sayida Zaynab en quarantaine : chaos et favoritisme


 

https://www.almodon.com/File/GetImageCustom/d2a60890-5233-482f-bfb0-eddf93c62a70/769/438

Ahmed Al-Chami – 04/04/2020

Des sources locales de la région d’Al-Sayida Zaynab, dans la campagne de Damas, ont déclaré à Al-Modon que le ministère de la Santé du gouvernement du régime syrien avait transformé les hôtels d’Al-Safir et d’Al-Jamayell Palace, situés dans le centre de la ville, en deux centres de quarantaine pour ceux venant de l’extérieur du pays.

Selon des sources, le ministère a mis en quarantaine à l’hôtel « Al-Jamayell Palace » plus de 60 personnes qui revenaient par avion de Moscou fin mars.

Les services de la santé ont procédé à un examen médical de l’équipage de l’avion et lui a permis de repartir 48 heures après le séjour de son personnel à l’hôtel, deux jours après, ils ont effectué des examens médicaux des agents de bord qui étaient dans l’avion et leur a permis de repartir, après un appel du Syndicat des travailleurs des transports aériens et maritimes, pour raison de santé.

Les passagers qui étaient à bord de l’avion sont toujours en quarantaine dans l’hôtel en l’absence de services de base par le ministère de la Santé, et le manque des normes les plus basiques requises pour la quarantaine, car les confinés partagent les chambres entre elles, ce qui augmente la transmission de l’infection en cas de contamination, en plus elles n’étaient pas soumises au dépistage de coronavirus, pour vérifier s’ils sont positifs ou négatifs.

La santé a également transféré une famille de 3 personnes de Sayida Zaynab, récemment arrivée d’Iran, soupçonnée d’être infectée par le Coronavirus, à l’hôtel lui-même. Après avoir effectué une analyse médicale, il a été constaté qu’elle était infectée par le virus et ses membres ont été transférés à l’hôpital sous la surveillance de la santé.

Après que le ministère de l’Intérieur du gouvernement a rendu sa décision d’isoler la région de Sayida Zaynab par peur de la propagation du Coronavirus, les marchés de la ville sont devenus presque vides de nourriture, de désinfectants et de matériel de nettoyage, et des besoins quotidiens les plus importants qui répondraient aux besoins des citoyens isolés.

Le gouvernement a rendu la décision soudainement d’isoler la région, sans avoir un plan prêt pour le répondre aux besoins de la région, qui vit bien avant la décision d’isolement une très mauvaise réalité de service, par rapport aux zones voisines.

Des sources ont déclaré à Al-Modon que des militants locaux proches du parti Baas dans la région avaient divulgué un plan qui aurait été préparé par le gouvernement syrien pour soulager la région, conformément à la décision de mise en quarantaine, promettant que du pain, des légumes, des fruits et des fournitures médicales devraient arriver dans la ville, mais depuis la mise en œuvre de la décision d’isolement aucune voiture n’a pu entrer ou sortir de la ville. Preuve que tous les essaims ne sont que des rumeurs pour anesthésier et calmer les habitants.

La source a souligné que les habitants de la région ont exprimé leur colère face à la décision non étudiée du gouvernement du régime syrien via des sites du réseau social, et ont commencé à accuser et à critiquer tout le mon partant du maire jusqu’au Premier ministre.

الحجر في السيدة زينب:فوضى ومحسوبيات

أحمد الشامي | السبت 04/04/2020

قالت مصادر محلية من منطقة السيدة زينب في ريف دمشق ل”المدن”، إن وزارة الصحة في حكومة النظام السوري حولت فندقي “السفير” و”الجميل بلاس” الواقعين وسط البلدة، الى مركزين للحجر الصحي للقادمين من خارج البلاد.

ووفقاً لمصادر “المدن”، حجرت الوزارة في فندق “الجميل بلاس”، أكثر من 60 شخصاً كانوا عائدين على متن رحلة جوية من موسكو آواخر آذار/مارس.
فندق الجميل السيدة زينب
وأجرت الصحة فحصاً طبياً لطاقم قيادة الطائرة وسمحت له بالمغادرة بعد مرور 48 ساعة من مبيت افراده في الفندق، وبعد مرور يومين أجرت فحصاً طبياً للمضيفات اللواتي كن على متن الطائرة وسمحت لهن بالمغادرة، وذلك بعد مناشدة من نقابة عمال النقل الجوي والبحري، للصحة.

المسافرون الذين كانوا على متن الطائرة، لا يزالون محجورين ضمن الفندق في ظل غياب الخدمات الأساسية من قبل وزارة الصحة، وعدم توفر أدنى المعايير اللازمة للحجر، حيث أن المحجورين يتقاسمون الغرف في ما بينهم ما يعزز انتقال العدوى في حال وجود إصابة، بجانب أنهم لم يخضعوا لفحص كورونا.

كما نقلت الصحة عائلة مؤلفة من 3 أشخاص من السيدة زينب وصلت حديثاً من إيران، مشتبه بإصابتها بفيروس كورونا الى الفندق نفسه، وبعد إجراء التحليل الطبي لها تبين أنها مصابة بالفيروس وجرى نقل افرادها الى مشفى بإشراف الصحة.

وبعد اصدار وزارة الداخلية في حكومة النظام قرارها بعزل منطقة السيدة زينب خوفاً من انتشار فيروس كورونا، باتت أسواق البلدة شبه خالية من المواد الغذائية والمعقمات ومواد التنظيف، وأبرز الاحتياجات اليومية التي من شأنها تلبية حاجات المواطنين المعزولين.

الحكومة أصدرت قرار العزل بشكل مفاجئ ومتأخر أيضاً، من دون أن يكون لديها خطة جاهزة لإغاثة المنطقة، التي تعيش من قبل قرار العزل واقعاً خدمياً سيئاً للغاية، إذا ما تمت مقارنتها بالمناطق المجاورة.

وأوضحت مصادر ل”المدن”، أن نشطاء محليين مقربين من حزب البعث في المنطقة، سربوا خطة قيل إنها من إعداد الحكومة السورية لإغاثة المنطقة تزامناً مع قرار العزل، تتعهد بوصول الخبز، والخضار، والفواكه، والمستلزمات الطبية بشكل يومي الى البلدة، لكن منذ تطبيق قرار العزل لم تدخل او تخرج أي سيارة من البلدة. ما يدل على أن كل ما سرب هو مجرد إشاعات لتخدير الشارع.

وأشارت المصدر إلى أن سكان المنطقة عبروا عن غضبهم إزاء الخطوة غير المدروسة من قبل حكومة النظام السوري من خلال مواقع التواصل الاجتماعي، وبدأوا بتوجيه الاتهامات، والانتقادات من رئيس البلدية حتى رئيس الحكومة.

La compagnie « Ajnihat Al-Cham/Syrian Wings Company » transportent des combattants de Syrie pour soutenir les milices de Haftar…


Milices libiennes

Tripoli – Al-Arabi Al-Jadeed
18 mars 2020

Le porte-parole de l’armée libyenne affilié au gouvernement d’Al-Wefaq, Muhammad Qanounou, a déclaré aujourd’hui, mercredi, que les forces armées ont traité depuis le matin une nouvelle violation du cessez-le-feu de la milice Haftar dans l’axe d’Ain Zara, au sud de Tripoli, tandis que le ministère de l’Intérieur du gouvernement de réconciliation a prévenu un désastre sanitaire en cas de transfert continu de la compagnie de Ajnihat Al-Cham « Syrian Wings Company » pour des combattants syriens à Benghazi pour soutenir la milice de Haftar en provenance des zones infectées par le virus Corona.

Kanounou a expliqué, dans un point de presse publié par l’opération « Volcan de colère », que les milices de Haftar ont de nouveau violé la décision du cessez-le-feu aujourd’hui, en utilisant des obus de mortier dans la région d’Ain Zara, notant que les obus ont atteint des zones résidentielles derrière les positions des forces gouvernementales dans l’axe Ain Zara.

Les deux parties aux combats sont convenues depuis le 12 janvier de conclure une trêve temporaire, avant que le Conseil de sécurité n’annonce à la mi-février sa décision d’un cessez-le-feu permanent dans le pays.

Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé OMS a appelé à un cessez-le-feu en Libye afin de faire face à la possible propagation du virus Corona.

L’OMS a annoncé aujourd’hui, mercredi, de joindre sa voix à la Mission d’appui des Nations Unies en Libye pour arrêter les combats et permettre aux autorités locales en Libye de répondre à la possible propagation de Coronavirus.

Hier, mardi, la mission des Nations Unies en Libye a partagé une déclaration de neuf pays, appelant les parties libyennes à cesser le feu en réponse à des fins humanitaires pour permettre aux autorités locales du pays de répondre aux efforts visant à empêcher la propagation du Coronavirus.

Dans sa déclaration d’hier, la mission a appelé toutes les parties en Libye à mettre en place un mécanisme unifié pour faire face au virus dans le pays en coordination avec l’Organisation mondiale de la santé.

Selon le porte-parole du Bureau d’information militaire de l’opération « Volcan de colère », Abdel-Malik Al-Madani, la milice de Haftar tente de profiter des situations d’urgence déclarées pour faire face au risque de fuite du virus en Libye pour tenter de faire des progrès militaires.

Al-Madani a nié dans une interview à “Al-Arabi Al-Jadeed” que “la milice de Haftar n’a fait aucun progrès ces derniers jours”, notant que le calme règne dans la plupart des positions des axes de combat.

Lors des affrontements d’aujourd’hui, Al-Madani a nié qu’il y ait eu des affrontements directs, indiquant que les forces de Haftar avaient bombardé sans discrimination la zone d’Ain Zara, tandis que les forces gouvernementales ont répondu aux sources de tires et contrecarré une tentative avancée en affectant la force et la cohésion des combattants de l’axe.

La compagnie “Cham Wings” ouvre un bureau à Benghazi

D’autre part, le ministère de l’Intérieur a averti le gouvernement Al-Wefaq d’une catastrophe sanitaire au cas où la Syrian Wings Company of Syria continuerait de transférer des combattants syriens à Benghazi pour soutenir la milice de Haftar.

Le ministère a déclaré mercredi dans un communiqué que la société syrienne avait ouvert un bureau à Benghazi pour faire venir des combattants syriens “des zones d’endémie de Corona”.

La déclaration a souligné que le bureau de la société à Benghazi mène des activités suspectes, y compris le recrutement de personnes non seulement pour les combats, mais pour des activités commerciales, soulignant que les personnes amenées par la société sont des personnes qui se sont mélangées avec les Iraniens qui contrôlent réellement la capitale syrienne, Damas, selon le communiqué.

Le ministère a confirmé qu’il était au courant de l’arrivée de vols dans lesquels des combattants syriens, le Hezbollah et les gardiens de la révolution iraniens, ainsi que des experts liés à la compagnie russe Wagner, sont arrivés à Benghazi.

Alors que le ministère a demandé aux citoyens de Benghazi de ne pas traiter avec ces recrues, et a averti les banques de la région orientale de ne pas traiter avec eux, en particulier ceux qui sont récemment arrivées à Benghazi.

Le ministère a également appelé les Nations Unies et le Conseil de sécurité à documenter ces actes, qu’il a qualifiés de “criminels”, soulignant la nécessité de punir les auteurs, d’autant plus que la compagnie syrienne est une entreprise inscrite sur les listes de sanctions du ministère américain.

Le gouvernement du Wifaq a accusé Haftar, depuis octobre dernier, d’avoir transporté des combattants syriens à Benghazi dans le but de soutenir ses forces combattantes présentes au sud de Tripoli sur des vols opérés par la compagnie aérienne, détenue par un proche associé du régime Assad.

حكومة الوفاق الليبية: “أجنحة الشام” تنقل مقاتلين من سورية لدعم مليشيات حفتر

طرابلس – العربي الجديد
18 مارس 2020

قال الناطق باسم الجيش الليبي التابع لحكومة الوفاق، محمد قنونو، اليوم الأربعاء، إن قوات الجيش تعاملت منذ الصباح مع خرق جديد لوقف إطلاق النار من مليشيا حفتر بمحور عين زارة، جنوب طرابلس، فيما حذّرت وزارة الداخلية بحكومة الوفاق من كارثة صحية في حال استمرار نقل شركة أجنحة الشام السورية لمقاتلين سوريين إلى بنغازي لدعم مليشيا حفتر من مناطق موبوءة بفيروس كورونا.

وأوضح قنونو، في إيجاز صحافي نشرته عملية بركان الغضب، أن مليشيات حفتر خرقت مجدداً اليوم الأربعاء قرار وقف إطلاق النار مستخدمة القصف بالهاون في منطقة عين زاره، مشيراً إلى أن القذائف وصلت إلى مناطق سكنية خلف مواقع قوات الحكومة في محور عين زاره.

ووافق طرفا القتال منذ 12 يناير/كانون الثاني الماضي على الدخول في هدنة مؤقتة، قبل أن يعلن مجلس الأمن منتصف فبراير/شباط الماضي عن قراره القاضي بوقف دائم لاطلاق النار في البلاد.

من جانبها، طالبت منظمة الصحة العالمية بوقف إطلاق النار في ليبيا من أجل مجابهة الانتشار المحتمل لفيروس كورونا.

وأعلنت منظمة الصحة العالمية، اليوم الأربعاء، عن ضم صوتها إلى نداء بعثة ‎الأمم المتحدة للدعم في ليبيا من أجل وقف القتال والسماح للسلطات المحلية في ليبيا بالاستجابة للانتشار المحتمل لكورونا.

وكانت البعثة الأممية في ليبيا شاركت بياناً لتسع دول، أمس الثلاثاء، دعت فيه الأطراف الليبية إلى وقف إطلاق النار استجابة لأغراض إنسانية لتمكين السلطات المحلية في البلاد من الاستجابة لجهود منع وصول فيروس كورونا.

ودعت البعثة، في بيانها أمس، جميع الأطراف بليبيا إلى تطبيق آلية موحدة لمواجهة الفيروس في البلاد بالتنسيق مع منظمة الصحة العالمية.

وبحسب المتحدث الرسمي لمكتب الإعلام الحربي لعملية بركان الغضب، عبد المالك المدني، فإن مليشيا حفتر تحاول استغلال أوضاع الطوارئ المعلنة بشأن مواجهة خطر تسرب الفيروس لليبيا لمحاولة إحراز تقدمات عسكرية.

ونفى المدني في حديث لــ”العربي الجديد” أن “تكون مليشيا حفتر أحرزت أي تقدم يذكر خلال الأيام الماضية”، مشيراً إلى أن الهدوء يسود في أغلب أوضاع محاور القتال.

وحول مواجهات اليوم، نفى المدني أن تكون قد حدثت أي اشتباكات مباشرة، مشيراً إلى أن قوات حفتر قصفت بشكل عشوائي منطقة عين زاره، فيما ردت قوات الحكومة على مصادر النيران وأحبطت محاولة تقدم من خلال التأثير على قوة وتماسك المقاتلين في المحور.

شركة “أجنحة الشام” تفتح مكتباً ببنغازي

على صعيد آخر، حذرت وزارة الداخلية بحكومة الوفاق من كارثة صحية في حال استمرار نقل شركة أجنحة الشام السورية لمقاتلين سوريين إلى بنغازي لدعم مليشيا حفتر.

وأوضحت الوزارة، في بيان لها اليوم الأربعاء، أن الشركة السورية فتحت مكتباً لها في بنغازي لاستقدام مقاتلين سوريين “من مناطق موبوءة بكورونا”.

ولفت البيان إلى أن مكتب الشركة في بنغازي يقوم بأنشطة مشبوهة منها استقدام أشخاص ليس للقتال فقط، بل لأنشطة تجارية، مؤكدة أن من جلبتهم الشركة أفراد اختلطوا بالإيرانيين الذين يتحكمون فعلاً بالعاصمة السورية دمشق، بحسب البيان.

وأكدت الوزارة أنها على علم بوصول رحلات فيها مقاتلون سوريون وعناصر من حزب الله والحرس الثوري الإيراني بالإضافة لخبراء على صلة بشركة فاغنر الروسية، إلى بنغازي.

وبينما طالبت الوزارة المواطنين في بنغازي بعدم التعامل مع هؤلاء المستقدمين من قبل الشركة، حذرت البنوك في المنطقة الشرقية من التعامل معهم، سيما الواصلين حديثا لبنغازي.

كما طالبت الوزارة الأمم المتحدة ومجلس الأمن بتوثيق هذه الأفعال التي وصفتها بــ”الإجرامية”، مشددة على ضرورة معاقبة مرتكبيها، ولا سيما أن “أجنحة الشام” شركة مدرجة على لوائح عقوبات وزارة الخزانة الأميركية.

وكانت حكومة الوفاق قد اتهمت حفتر، منذ أكتوبر/تشرين الأول الماضي، بنقل مقاتلين سوريين إلى بنغازي بهدف دعم قواته التي تقاتل جنوب طرابلس عبر رحلات تسيرها شركة أجنحة الشام المملوكة لأحد المقربين من نظام الأسد.​

Syrie : les besoins de la population augmentent sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest (ONU)


© UNICEF/Baker Kasem
Le 12 février 2020, des familles s’abritent dans un établissement informel récemment créé qui continue de recevoir des familles nouvellement déplacées du sud d’Idlib et des gouvernorats ruraux d’Alep dans le nord-ouest de la Syrie.
27 février 2020

La cheffe adjointe de l’humanitaire des Nations Unies a prévenu jeudi le Conseil de sécurité que les besoins de la population en Syrie restaient immenses et continuaient d’augmenter sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest du pays.

« Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a augmenté en 2019 de 1,3 million, atteignant 7,9 millions de personnes en 2020 », a expliqué Ursula Mueller, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, devant les membres du Conseil. « Le terrible bilan humain de la situation dans le nord-ouest de la Syrie exige l’attention et l’action de ce Conseil ».

« Je fais écho à l’appel renouvelé du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu immédiat pour mettre fin à la catastrophe humanitaire et éviter une escalade incontrôlable », a-t-elle ajouté.

Selon les dernières données dont dispose l’ONU, près de 950.000 personnes ont fui les combats dans le nord-ouest depuis le 1er décembre. La plupart se sont installées dans le nord-ouest du gouvernorat d’Idlib, une petite zone le long de la frontière syrienne avec la Turquie qui abrite déjà des centaines de milliers de personnes déplacées.

Une opération humanitaire massive est en cours dans le nord-ouest de la Syrie. En janvier, une aide alimentaire a été fournie à quelque 1,4 million de personnes via le mécanisme transfrontalier, de même que des fournitures médicales pour près d’un demi-million de personnes et des articles non alimentaires pour plus de 230.000 personnes.

« Le mécanisme transfrontalier est absolument essentiel à notre réponse dans le nord-ouest », a dit Mme Mueller.

La rue turque et les déplacés d’Idleb pressent Erdogan pour prendre la décision difficile


SYRIA-SECURITY-IDLIB

La rue turque et les déplacés d’Idleb pressent Erdogan pour prendre la décision difficile

Ismail Jamal – 19 février 2020

Istanbul – «Al-Quds Al-Arabi»: les options pour le président turc Recep Tayyip Erdogan à Idleb diminuent progressivement, le régime syrien continuant d’avancer très rapidement et la date limite pour l’annonce de la date limite annoncée pour le retrait du régime aux frontières des points de contrôle selon l’accord de Sotchi est devenue proche de l’option pour une opération militaire contre le régime syrien une option unique et fatidique, à moins qu’un miracle ne se produise dans les derniers instants, permettant un nouvel accord avec la Russie.

De nombreuses raisons qui ont fait que l’opération militaire et l’engagement direct avec le régime syrien interfèrent avec une option difficile mais fatidique pour la Turquie politiquement et militairement malgré les efforts vigoureux d’Ankara pour éviter cette option en raison des risques importants qu’elle comporte et des possibilités d’un affrontement militaire avec la Syrie et de ses coûts politiques, militaires et économiques.

La Turquie demande le retrait du régime syrien aux frontières des points de contrôle et de l’accord de Sotchi à Idleb, et elle a tenté diplomatiquement avec la Russie d’y parvenir, mais une série de pourparlers politiques à Ankara et à Moscou et des contacts au niveau des chefs de cabinet et des ministres des Affaires étrangères et même des présidents n’ont pas réussi à persuader la Russie de forcer le régime à se retirer, Moscou a insisté pour ajuster les frontières de l’accord de Sotchi et de retirer les points d’observation turcs.

La Turquie a également tenté par la pression militaire sans engagement direct et a enrôlé de grandes forces de l’armée turque à Idleb pour former une sorte de bouclier militaire qui arrête les progrès du régime qui a poursuivi ses progrès, contournant les forces turques qui ont perdu 14 de leurs soldats lors des frappes du régime.

Dans ce contexte, Erdogan se trouve obligé de mettre à exécution ses menaces de rétablir l’ordre aux frontières de Sotchi militairement au cas où cela échouerait à travers des discussions qui ont déjà échoué jusqu’à présent et qu’il n’y a aucun signe de pénétration à l’horizon dans les prochains jours et avant la date limite d’Erdogan qui se termine à la fin de ce mois, afin de maintenir sa crédibilité dans la rue turque et la communauté internationale en général.

La position et la crédibilité de la Turquie mettent également directement la capacité d’Erdogan à respecter ses obligations en vertu de l’accord d’Astana et de Sotchi en protégeant les civils à Idleb et en empêchant le régime de contrôler cette région dans l’équilibre, à la lumière de la colère grandissante des près de 4 millions de Syriens vivant dans cette région et des millions de Syriens déplacés en Turquie et le monde entier qui accusent la Turquie d ‘”échec” à les protéger.

Cette colère ne se limite pas aux Syriens, mais elle est apparue fortement dans la rue turque, qui voit que leur pays n’a pas réagi fortement aux attaques du régime qui ont conduit au meurtre de 14 soldats et à la blessure de dizaines d’autres, et ils exigent de « rétablir la considération à l’armée turque », tandis que des experts et des écrivains exigent la nécessité de répondre fermement au régime pour maintenir le prestige et la réputation de l’armée turque au pays et à l’étranger.

Le contrôle du régime et des milices kurdes et iraniennes sur la zone frontalière d’Idleb, est un prélude à faire pression sur l’armée turque pour qu’elle se retire du « Bouclier de l’Euphrate », de « Rameau d’olivier » et du « Source de paix » sans que la Turquie atteigne ses objectifs pour lesquels elle s’est battue: sécuriser les zones de retour des réfugiés syriens et parvenir à une solution politique qui sécurise le retour des réfugiés et prévienne le danger de mise en place d’une entité séparatiste kurde, qui sont des risques jugés stratégiques et qui affecteraient l’avenir politique d’Erdogan dans le pays.

Les experts et responsables turcs considèrent que la retraite de la Turquie à Idleb d’une manière qui apparaît comme une retraite devant le régime syrien et la pression russo-iranienne est préjudiciable à la position régionale et internationale de la Turquie et se reflète largement sur le rôle pivot turc dans le conflit en Libye et en Méditerranée orientale, et l’un des tweeters a écrit: «Si nous battons en retraite à Idleb, nous reculerons dans tous les dossiers .. en Libye et en Méditerranée orientale, avec la Grèce et d’autres dossiers pivots pour la Turquie », ce qui serait considéré comme une perte «stratégique» pour la Turquie.

En plus de cela, la question des réfugiés qui trouble officiellement et publiquement la Turquie, car la Turquie ne prend pas de mesures réelles pour arrêter les progrès du régime vers le reste d’Idleb et la frontière turque, ce qui signifie inévitablement l’exode de près de 4 millions de nouveaux Syriens sur le territoire turc, ce qui porte le nombre de réfugiés à 8 millions, ce qui est une figure historique Il se reflétera sur l’intérieur de la Turquie sur les plans politique, sécuritaire, économique et humain.
Toutes ces raisons conduiront Erdogan à perdre sa popularité dans la rue turque et ses chances de succès aux prochaines élections prévues pour 2023, qui peuvent être anticipées en cas de difficultés croissantes pour l’économie turque et les politiques du pays à l’intérieur et à l’extérieur.

الشارع التركي ونازحو إدلب يضغطان على اردوغان لاتخاذ القرار الصعب

19 février 2020
إسماعيل جمال

إسطنبول – «القدس العربي»: تتضاءل الخيارات أمام الرئيس التركي رجب طيب اردوغان في إدلب تدريجياً، فمع تواصل تقدم النظام السوري بسرعة كبيرة وقرب انتهاء موعد المهلة التي أعلن عنها لانسحاب النظام إلى حدود نقاط المراقبة واتفاق سوتشي، بات خيار القيام بعملية عسكرية ضد النظام السوري خياراً وحيداً ومصيرياً ما لم تحصل معجزة في اللحظات الأخيرة تتيح عقد اتفاق جديد مع روسيا.

وتتداخل الكثير من الأسباب التي جعلت من العملية العسكرية والاشتباك المباشر مع النظام السوري خياراً صعباً ولكنه مصيري لتركيا سياسياً وعسكرياً رغم محاولات أنقرة الحثيثة لتجنب هذا الخيار لما يحمله من مخاطر واسعة واحتمالات الصدام العسكري مع سوريا والتكلفة السياسية والعسكرية والاقتصادية له.

وتطالب تركيا بانسحاب النظام السوري إلى حدود نقاط المراقبة واتفاق سوتشي في إدلب، وحاولت دبلوماسياً مع روسيا دبلوماسياً لتحقيق ذلك، لكن سلسلة جولات من المباحثات السياسية في أنقرة وموسكو واتصالات على مستوى رؤساء الأركان ووزراء الخارجية وحتى الرؤساء فشلت في اقناع روسيا بإجبار النظام على الانسحاب، بعدما أصرت موسكو على تعديل حدود اتفاق سوتشي وسحب نقاط المراقبة التركية.

كما حاولت تركيا من خلال الضغط العسكري دون الاشتباك المباشر، فأدخلت قوات كبيرة من الجيش التركي إلى إدلب لتشكيل ما يشبه الدرع العسكري الذي يوقف تقدم النظام الذي واصل تقدمه متجاوزاً القوات التركية التي فقدت 14 من عناصرها في ضربات للنظام.

وفي هذا الإطار، يجد اردوغان نفسه مضطراً لتطبيق تهديداته بإعادة النظام إلى حدود سوتشي عسكرياً في حال فشل ذلك من خلال المباحثات التي فشلت بالفعل حتى الآن ولا يلوح بالأفق أي مؤشرات على إحداث اختراق فيها خلال الأيام المقبلة وقبل تاريخ مهلة اردوغان التي تنتهي آخر الشهر الجاري، وذلك للحفاظ على مصداقيته في الشارع التركي والمجتمع الدولي بشكل عام.

مكانة تركيا ومصداقيتها تضعان أيضاً بشكل مباشر قدرة اردوغان على تطبيق تعهداته بموجب اتفاق أستانة وسوتشي عبر حماية المدنيين في إدلب ومنع سيطرة النظام على تلك المنطقة في الميزان، وذلك في ظل غضب شعبي متزايد في أوساط قرابة 4 ملايين سوري يعيشون في تلك المنطقة وملايين السوريين المهجرين في تركيا وحول العالم الذين باتوا يتهمون تركيا بـ»الفشل» في حمايتهم.
هذا الغضب لا يقتصر على السوريين، وإنما ظهر بقوة في الشارع التركي الذي يرى أن بلادهم لم ترد بقوة على هجمات النظام التي أدت إلى مقتل 14 جندياً وإصابة العشرات، ويطالبون بـ»إعادة الاعتبار إلى الجيش التركي»، فيما يطالب خبراء وكتاب بضرورة الرد بقوة على النظام للحفاظ على هيبة الجيش التركي ومكانته في الداخل والخارج.

كما أن سيطرة النظام والمليشيات الكردية والإيرانية على المنطقة الحدودية في إدلب، مقدمة للضغط على الجيش التركي للانسحاب من مناطق درع الفرات وغصن الزيتون ونبع السلام دون تحقيق تركيا أهدافها التي حاربت من أجلها وهي تأمين مناطق لإعادة اللاجئين السوريين والوصول إلى حل سياسي يؤمن عودة اللاجئين ومنع خطر إقامة كيان كردي انفصالي، وهي مخاطر تعتبر استراتيجية ومن شأنها التأثير على مستقبل اردوغان السياسي في البلاد.

ويعتبر خبراء وكُتاب ومسؤولون أتراك أن التراجع في إدلب بشكل يظهر وكأنه تراجع أمام النظام السوري والضغط الروسي الإيراني يضر بمكانة تركيا إقليمياً ودولياً وينعكس بدرجة كبيرة على الدور التركي المحوري في الصراع في ليبيا وشرق المتوسط، وكتب أحد المغردين «إذا تراجعنا في إدلب سوف نتراجع في كل الملفات.. في ليبيا وشرق المتوسط ومع اليونان وغيرها من الملفات المحورية لتركيا»، وستعتبر بمثابة خسارة «استراتيجية» لتركيا.

يضاف إلى ذلك، مسألة اللاجئين التي تؤرق تركيا رسمياً وشعبياً، فعدم اتخاذ تركيا إجراءات حقيقية لوقف تقدم النظام نحو ما تبقى من إدلب والحدود التركية يعني بشكل حتمي لجوء ما يقارب 4 ملايين سوري جديد إلى الأراضي التركية ما يرفع عدد اللاجئين إلى 8 ملايين وهو رقم تاريخي سوف ينعكس على الداخل التركي سياسياً وأمنياً واقتصادياً وإنسانياً.

هذه الأسباب بمجملها ستؤدي إلى خسارة اردوغان شعبيته في الشارع التركي وتراجع حظوظه في النجاح في الانتخابات المقبلة المقررة عام 2023 والتي يمكن أن يجري تقديمها وإجراء انتخابات مبكرة في حال تزايد الصعوبات التي يواجهها الاقتصاد التركي وسياسات البلاد داخلياً وخارجياً.

MSF sur Idleb: le pire reste à venir


Casque blanc-opération de sauvetage-Syrie 2020

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
15/2/2020
11h
7 civils, dont 4 enfants, ont été tués et 22 blessés, dont 4 enfants et 5 femmes, à la suite des frappes aériennes et des bombardements d’artillerie poursuivis par les forces du régime et son allié russe hier 14 février dans la campagne d’Idleb et d’Alep, et nos équipes ont documenté 13 zones ciblées, avec 25 frappes aériennes, 443 obus Artillerie et 43 lance-missiles.
# Casques blancs

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
13h
Quatre personnes ont été tuées et un volontaire de la défense civile a été blessé par une frappe aérienne russe qui a visé la ville du Sahara dans la campagne occidentale d’Alep, ce matin, samedi 15 février 2020, lorsque notre équipe a été prise pour cible tout en récupérant les victimes et en inspectant les lieux.
# Casques blancs

SYRIA-SECURITY-IDLIB

MSF sur Idleb: le pire reste à venir

15/02/2020

Médecins Sans Frontières-Syrie a signalé que des milliers de Syriens sont arrivés dans des camps et des villes surpeuplés et confinés entre les fronts des combats d’une part et la frontière syro-turque d’autre part, notant que la situation humanitaire est critique dans la région.

L’organisation a ajouté dans une série de tweets sur son compte sur la plateforme Twitter, citant un médecin vendredi soir: «Nous ne savons pas ce qui se passera dans un avenir proche. Tout ce que les civils savent, c’est que les bombardements se poursuivent et que les forces gouvernementales (les forces du régime syrien) avancent.

À son tour, la chef de la mission de l’organisation en Syrie, Juliane Deluzan, a déclaré: “La situation humanitaire est très critique dans le gouvernorat d’Idleb. Des centaines de milliers de civils fuient des bombes et recherchent la sécurité dans les rudes conditions hivernales. Cependant, le pire reste à venir. »

En deux mois, environ 390 000 personnes ont été déplacées à cause obus, des frappes aériennes et des opérations au sol à Idleb, selon un rapport de l’OMS publié le mois dernier.

Soutenues par la Russie et l’Iran, et avec la milice multinationale, les forces du régime syrien continuent d’entrer dans la campagne d’Idleb et d’Alep, tandis que les grandes vagues de déplacements continuent de se diriger vers la frontière syro-turque.

Bien qu’il y ait plus de 8 points d’observation pour les forces turques dans les zones de contrôle du régime syrien qu’elles ont été étendues en partant de Hama, puis d’Idleb et d’Alep, un rapport russe a révélé aujourd’hui que les forces russes livraient le matériel nécessaire aux Turcs à ces points.

Le rapport, publié par une chaîne russe, a souligné que l’approvisionnement des points d’observation turcs, décrits par les médias du régime syrien comme «assiégés», arrivait par les forces russes.

Depuis août 2019, les forces du régime syrien, avec le soutien de la Russie, contrôlent Khan Cheikhoun dans la campagne d’Idleb et la campagne du nord de Hama, y compris la ville de Morek, située sur la route internationale Alep – Damas, où est stationné le neuvième poste d’observation.

Ce point reste dans la ville de Morek, mais l’arrivée continue de fournitures par le biais des Russes dément les déclarations des médias du régime concernant son blocus.

Fin août dernier, les forces russes stationnées sur la route internationale (Damas – Alep), à Morek, qui était contrôlée par le régime à la même période, devaient être, selon des militants des médias, en protection du point d’observation turc, à seulement 1 km.

Des civils ont été blessés par le bombardement des forces du régime syrien par une artillerie lourde visant les camps de déplacés dans la zone de Bab Al-Hawa à la frontière syro-turque, vendredi soir, dans le prolongement du bombardement “systématique” des camps suivi par le régime, qui a été révélé par la publication de l’un des “éléments de renseignement” les plus en vue “connu sous le nom de” Le parrain de réconciliation ».

Omar Al-Rahmon a déclaré dans un post sur son compte sur la plateforme Facebook: « A Tous les camps de Bab Al-Hawa et à l’est de Bab Al-Hawa, vous devez quitter immédiatement ».

Après environ une heure et demie, l’artillerie du régime a ciblé des camps pour personnes déplacées, près de Sarmada, dans la région de Bab al-Hawa et dans la région de Maarat Masrine.

Le bombardement a blessé 3 civils, une femme et deux hommes, selon un correspondant de Brokar Press.

Rahmon, qui a occupé des postes dans des factions militaires contre le régime et a posté parmi les officiers dans leurs camps désignés en Turquie, est une composante du renseignement du régime, selon des opposants syriens.

Rahmoun travaille actuellement en tant que «parrain des réconciliations » pour le régime, car il favorise le retour des réfugiés syriens et les met ensuite au service des forces du régime.

Syrie: les derniers habitants de Saraqeb  font leur adieu à leur ville


Avec l’approche des forces du régime syrien… les derniers habitants de Saraqeb  font leur adieu à leur ville

al-Sharq al-Awsat – 1 فبراير,2020

Wael Cheikh Khaled fait ses adieux avec tristesse à sa rue noyée par la destruction, avant de se préparer à quitter la ville de Saraqeb, qui est presque vide à l’approche des forces du régime syrien, selon l’Agence de presse française.

Assis sur les décombres, soufflant la fumé de sa cigarette, Wael (38 ans) dit : “Je suis retourné prendre certaines affaires et voir ma rue une dernière fois, car je ne pourrai peut-être plus la revoir », après avoir été déplacé avec sa femme et leurs quatre enfants il y a dix jours.

« J’aurait souhaité ne pas la voir dans cet état », a-t-il ajouté avec un soupir. “C’est une scène qui brise le cœur.”

Semblable à plusieurs villes et villages des environs, Saraqeb est vidée de ses habitants à cause de l’impact de l’avancement des forces du régime dans la campagne sud d’Idleb et le contrôle en milieu de semaine de Maarat al-Noumane, la deuxième plus grande ville d’Idleb, dans le contexte d’une escalade continue dans la région. Aujourd’hui, samedi, les forces du régime sont à environ cinq kilomètres de Saraqeb.

Hier (vendredi), les rues de la ville sont apparues désolées, des bâtiments fissurés et d’autres complètement détruits par les raids, tout comme la scène dans de nombreuses villes qui ont connu une escalade dans le gouvernorat d’Idleb et ses environs, où résident trois millions de personnes, où siège Hay’at Tahrir Al-Cham (anciennement le Front Al-Nousra) qui contrôle plus de la moitié de la zone d’Idleb, avec d’autres factions d’opposition moins puissantes.

Dans un marché désolé, à l’exception des animaux errants dans certaines ruelles, les caisses de fruits et légumes semblent vides tandis que les façades sont fermées. Le silence qui règne n’est dissipé que par le bruit des fenêtres et des portes qui sont soufflées, de temps en temps, par le vent.

Avant de décider de quitter l’endroit où il a grandi, Wael a déclaré: «C’est ma rue, je la connais par coeur. Elle a été détruite et il n’en reste rien ». Puis il ajoute: « C’est une véritable tragédie, et nous les civils en payons le prix, et personne ne nous ressent. »

Compte tenu de l’escalade militaire des forces du régime avec le soutien de la Russie, les Nations Unies ont compté le déplacement de 388 000 personnes depuis début décembre, en particulier depuis Maarat al-Noumane et ses campagnes vers des zones plus sûres dans le nord d’Idleb, près de la frontière turque.

L’ONU et d’autres organisations humanitaires ont averti à plusieurs reprises d’une catastrophe humanitaire si les combats se poursuivaient. ” La situation dans le nord-ouest de la Syrie est devenue insupportable pour les civils”, a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge.

Il y a des mois, Saraqeb a formé un abri pour les familles déplacées des villes qui étaient sujettes à l’escalade, et sa population dépassait 110 000 personnes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, avant de devenir aujourd’hui une ville vide.

Pour exprimer cette tragédie du déplacement, Aziz Al-Asmar, un peintre de graffitis de la ville voisine de Benneche, a peint sur un mur de Saraqeb un cœur peint en rouge, et une femme avec deux enfants, l’un d’eux agitant une main pendant que la jeune fille tenait sa poupée. Il a ajouté à la peinture un commentaire: “J’ai pris mon cœur avec moi mais ses racines racines sont à Saraqeb.”

Abdo Bakri, volontaire dans les Casques blancs (Défense civile dans les zones contrôlées par les factions), insiste pour aider le peintre à réaliser sa peinture murale. Et il explique: “Un être humain ne peut pas décrire ce que vous ressentez lorsque vous quittez votre pays, votre famille et votre peuple.”

Tout en exprimant sa confiance absolue que «le futil ne peut pas gagner», Abdou dit avec émotion: «Assez de ténèbres, ils nous ont brûlé nos souffles et ont utilisé toutes les roquettes et les armes, toutes sortes de force jusqu’à ce qu’ils atteignent les environs de la ville ».

Aggravé par les pleurs, appuyé sur sa moto, sur laquelle il a chargé une armoire en plastique avec les vêtements de ses enfants, Abdo a quitté la ville sous de faibles averses de pluie.

Dans l’une des ruelles de la ville, un homme d’une cinquantaine d’années était occupé à parler à ses proches directement via le service vidéo sur son téléphone portable. Alors qu’il leur montrait des immeubles et des rues, sa voix s’est élevée, leur expliquant: «Écoutez, Saraqeb est toujours avec nous. “J’y suis et je me promène dans ses rues.”

Dans un endroit pas très loins, un groupe de combattants d’une faction syrienne d’opposition, armés de leurs armes, est assis autour d’une poêle pour se réchauffer. Ils sirotent des tasses de thé et discutent pendant une pause avant de se diriger vers le front.

“C’est une sale guerre … toutes les nations du monde se sont rassemblées contre le pauvre peuple », explique l’un d’eux, qui se présente comme Abu Trad, à la presse française, en enroulant un keffieh rouge et blanc autour du cou.

Abu Trad est un descendant de Saraqeb, dont des centaines de ses jeunes ont été tués lors de leur combat contre les forces du régime, depuis le début de la guerre il y a près de neuf ans, qui, selon lui, « nous a déplacé, séparé le frère de son frère et l’enfant de sa mère et l’épouse de son mari ».

La guerre en Syrie, depuis son déclenchement en 2011, a tué plus de 380 000 personnes et déplacé plus de la moitié de la population à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

Le jeune combattant, père de trois enfants, explique que lui et ses compagnons sont restés en ville « pour défendre notre terre ».

Avec une grande insistance, Abu Trad dit: « Nous resterons dans ce pays, la terre de nos ancêtres et de nos enfants, jusqu’à la dernière goutte de sang ». Il a ajouté: « Nous nous battrons et si nous manquons de munitions, nous nous battrons avec des pierres et tout ce que nous avons entre nos mains ».

Source: Al-Sharq Al-Awsat

مع اقتراب قوات النظام… آخر سكان سراقب السورية يودّعون منازلهم

المصدر:الشرق الاوسط – 1 فبراير,2020

يودّع وائل شيخ خالد بحزن شديد حارته الغارقة في الدمار، قبل أن يستعدّ لمغادرة مدينته سراقب، التي باتت شبه خالية مع اقتراب قوات النظام السوري منها، وفقاً لوكالة الصحافة الفرنسية.

ويقول الرجل (38 عاماً) بينما ينفث دخان سيجارته عالياً وهو يجلس فوق الركام: «عدت لآخذ بعض الأغراض وأرى حارتي لآخر مرة، لأنني ربما قد لا أتمكن من رؤيتها مجدداً» بعدما نزح مع زوجته وأطفالهما الأربعة قبل عشرة أيام.

ويضيف بحسرة: «ليتني لم أعد وأراها بهذه الحال، إنه لمشهد يفطر القلب».

على غرار بلدات وقرى عدّة في محيطها، فرغت مدينة سراقب من سكانها على وقع تقدم قوات النظام في ريف إدلب الجنوبي وسيطرتها منتصف الأسبوع على مدينة معرة النعمان، ثاني كبرى مدن إدلب، في إطار تصعيد مستمر في المنطقة. وباتت قوات النظام اليوم (السبت) على بعد نحو خمسة كيلومترات من سراقب، بعد تراجعها ليلاً إثر معارك عنيفة ضد الفصائل المقاتلة.

وبدت شوارع المدينة أمس (الجمعة) مقفرة، أبنية متصدّعة وأخرى مدمّرة بالكامل جراء الغارات، كما هو المشهد في العديد من المدن التي طالها التصعيد في محافظة إدلب ومحيطها، حيث يقيم ثلاثة ملايين نسمة. وتسيطر هيئة تحرير الشام (جبهة النصرة سابقاً) على أكثر من نصف مساحة إدلب، حيث تتواجد فصائل أخرى معارضة أقل نفوذاً.

في سوق مقفر، إلا من حيوانات شاردة تجوب بعض الأزقة، تبدو صناديق الفواكه والخضراوات فارغة بينما الواجهات مقفلة. ولا يبدد الصمت الذي يسود إلا دوي نوافذ وأبواب تصفقها الرياح بين حين وآخر.

وقبل أن يهمّ بمغادرة المكان الذي نشأ فيه، يقول وائل: «هذه حارتي، أعرفها بالشبر. تدمّرت ولم يبق شيء منها»، ثم يضيف: «إنها مأساة حقيقية ونحن المدنيون ندفع الثمن ولا أحد يشعر بنا».

على وقع التصعيد العسكري لقوات النظام بدعم روسي، أحصت الأمم المتحدة نزوح 388 ألف شخص منذ مطلع ديسمبر (كانون الأول) خصوصاً من معرة النعمان وريفها باتجاه مناطق أكثر أمناً في شمال إدلب قريبة من الحدود التركية.

وحذرت الأمم المتحدة ومنظمات إنسانية أخرى مراراً من كارثة إنسانية في حال استمرار المعارك. وقالت اللجنة الدولية للصليب الأحمر إن «الوضع في شمال غربي سوريا بات لا يطاق بالنسبة إلى المدنيين».

قبل أشهر، شكلت سراقب ملجأ لعائلات نازحة من بلدات طالها التصعيد، وتجاوز عدد سكانها 110 آلاف نسمة وفق المرصد السوري لحقوق الإنسان، قبل أن تتحوّل اليوم مدينة خالية.

وتعبيراً عن مأساة النزوح هذه، رسم عزيز الأسمر، وهو رسام غرافيتي من بلدة بنّش القريبة، على أحد جدران سراقب الخميس قلباً طلاه باللون الأحمر، وقربه سيدة مع طفلين، يلوح أحدهما بيده بينما تمسك الطفلة بلعبتها. وذيّل اللوحة بتعليق: «أخذت قلبي معي وجذوره في سراقب».

ويصرّ المتطوع في الخوذ البيضاء (الدفاع المدني في مناطق سيطرة الفصائل) عبدو بكري على مساعدة الرسام في إتمام جداريته. ويوضح أنه «لا يمكن لبشري أن يصف شعورك وأنت تترك بلدك وأهلك وناسك».

وبينما يبدي ثقته المطلقة من أنه «لا يمكن للباطل أن ينتصر»، يقول عبدو بتأثر: «كفانا عتمة، لقد حرقوا أنفاسنا واستخدموا كل الصواريخ والأسلحة، كل أنواع القوة حتى وصلوا إلى محيط المدينة».

وبعد أن يجهش بالبكاء، متكئاً على دراجته النارية التي حمّل خزانة بلاستيكية عليها فيها ثياب أطفاله، يغادر عبدو المدينة تحت زخات مطر خفيفة.

في أحد أزقة المدينة، انهمك رجل في الخمسينات من عمره في التحدث إلى أقربائه مباشرة عبر خدمة الفيديو على هاتفه المحمول. وبينما كان يظهر لهم الأبنية والشوارع، ارتفع صوته وهو يشرح لهم قائلاً: «انظروا سراقب ما زالت معنا. أنا فيها وأجول في شوارعها».

في مكان ليس ببعيد، وداخل غرفة يتخذونها مقراً لهم في المدينة، تجلس مجموعة من المقاتلين المنضوين في صفوف فصيل سوري معارض، مدججين بأسلحتهم، حول مدفأة. يحتسون أكواب الشاي ويتبادلون أطراف الحديث خلال استراحة قبل انطلاقهم إلى الجبهة.

ويقول أحدهم ويعرّف عن نفسه باسم أبو طراد لوكالة الصحافة الفرنسية بينما يلفّ كوفية حمراء وبيضاء حول عنقه: «إنها حرب قذرة… أمم الدنيا كلها اجتمعت ضد الشعب المسكين».

ويتحدّر أبو طراد من سراقب التي قتل المئات من شبانها خلال قتالهم ضد قوات النظام، منذ اندلاع الحرب قبل نحو تسع سنوات والتي يقول إنها «شردتنا، فرّقت الأخ عن أخيه والطفل عن أمه والزوجة عن زوجها».

وتسببت الحرب السورية منذ اندلاعها في عام 2011 بمقتل أكثر من 380 ألف شخص وبتشريد ونزوح أكثر من نصف السكان داخل البلاد وخارجها.

ويوضح المقاتل الشاب وهو أب لثلاثة أطفال أنه بقي ورفاقه في المدينة «لندافع عن أرضنا».

وبإصرار شديد، يقول أبو طراد: «سنبقى في هذه البلاد، أرض أجدادنا وأبنائنا، حتى آخر نقطة دم»، مضيفاً: «سنقاتل ولو نفدت ذخيرتنا، سنقاتل بالحجارة وبأي شيء توفر بين أيدينا».

Des syriens survivant à la torture demandent au pouvoir judiciaire en Norvège d’engager des poursuites contre leurs tortionnaires…


Victory-Syria-Revolution

 

Dans un acte sans précédent en Norvège, les Syriens survivant à la torture demandent au pouvoir judiciaire d’engager des poursuites et de demander des comptes à leurs tortionnaires

30 novembre 2019 – Al Jazeera Net

Un certain nombre d’immigrants syriens en Norvège ont déposé plainte dans un dossier conjoint contre 17 hauts responsables des services de sécurité du régime syrien, affirmant que les accusés étaient responsables de les avoir torturés dans les prisons du régime avant leur départ du pays.

Des responsables Norvégiens ont confirmé avoir reçu des plaintes de survivants à la torture déposées devant le parquet et l’unité d’enquêtes sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre en Norvège.

Les organisations de défense des droits de l’homme ont sympathisé avec les plaignants, et le sous-secrétaire général du Comité d’Helsinki, Gunnar Slidal, a déclaré avoir contribué à la plainte pour que les responsables d’actes de torture systématique en Syrie soient tenus pour responsables des militants pacifiques.

Ces dernières années, de nombreux militants syriens ont tenté de faire pression sur le pouvoir judiciaire des pays occidentaux pour poursuivre les responsables du régime dans leur pays. L’espoir s’est renouvelé cette année lorsque la police allemande a arrêté deux anciens agents de la sécurité syriens qui avaient émigré en Allemagne en 2012. Ils ont été identifiés par des militants migrants qui ont confirmé qu’ils ont été torturés par ces agents.
Le même jour, un autre agent de sécurité a été arrêté aux alentours de Paris et la justice française a annoncé qu’il était inculpé de crimes contre l’humanité entre 2011 et 2013 alors qu’il travaillait dans les services de renseignements du régime, un an après le début de l’enquête par le parquet de Paris, dans le cadre d’une enquête conjointe avec l’Allemagne.

Torture dans les prisons du régime des forces sécuritaires

Torture dans les prisons des forces de sécurité du régime syrien

في سابقة بالنرويج.. سوريون ناجون من التعذيب يطالبون القضاء بملاحقة ومحاسبة جلاديهم

٣٠ نوفمبر ٢٠١٩ – الجزيرة نت

تقدم عدد من المهاجرين السوريين في النرويج بشكوى في ملف مشترك بحق 17 مسؤولا رفيع المستوى في أجهزة أمن النظام السوري، وقالوا إن المتهمين كانوا مسؤولين عن تعذيبهم في سجون النظام قبل هجرتهم.

وفي سابقة جديدة في النرويج، أكد مسؤولون تلقي الشكوى التي قدمها ناجون من التعذيب إلى مكتب الادعاء العام ووحدة التحقيقات بالجرائم ضد الإنسانية وجرائم الحرب في النرويج.

وتعاطفت منظمات إنسانية ناشطة في مجال حقوق الإنسان مع مقدمي الشكوى، وقال مساعد الأمين العام في لجنة هلسنكي غونار سليدال إنهم ساهموا في تقديم هذه الشكوى
لمحاسبة المسؤولين عن التعذيب الممنهج في سوريا ضد الناشطين السلميين.

وسبق أن حاول العديد من الناشطين السوريين في السنوات الماضية دفع القضاء في دول غربية لملاحقة مسؤولي النظام في بلادهم، وتجدد الأمل هذا العام عندما اعتقلت الشرطة الألمانية في فبراير/شباط ضابطين سابقين في أجهزة أمن النظام السوري كانا قد هاجرا إلى ألمانيا في 2012، وذلك بعدما تعرف عليهما ناشطون مهاجرون ممن أكدوا تلقيهم التعذيب على أيديهما.

وفي اليوم نفسه، اعتقل عنصر أمني آخر في محيط باريس، ثم أعلن القضاء الفرنسي أنه متهم بارتكاب جرائم ضد الإنسانية بين عامي 2011 و2013 أثناء عمله في مخابرات النظام، وذلك بعد سنة من بدء التحقيقات معه في النيابة العامة بباريس، في إطار تحقيق مشترك مع ألمانيا.

مسيحيون عرب ضد “حلف الأقليات”٠


Non-au-sectarisme - لا للطائفية

Les arabes chrétiens contre l’alliance des minorités

Mahmoud al-Rimawi – 23 nov 2019

Notre région a toujours été témoin de dialogues entre clercs, en particulier entre musulmans et chrétiens, ainsi que de rencontres entre chefs spirituels et dirigeants fidèles à la même religion, par exemple entre représentants de sectes islamiques et confessions chrétiennes. Cependant, ces événements étaient principalement cérémoniels et de courtoisie, en mettant l’accent sur des généralités, telles que la démonstration des valeurs d’harmonie, de fraternité, de coexistence et de paix sociale, ainsi que d’inspiration, de mise en valeur et de plaidoyer pour la construction de l’histoire et du patrimoine. Enfin, se concentrer sur la lutte contre l’extrémisme et le terrorisme, sur la promotion des valeurs de modération, sur le respect des convictions religieuses et des lieux de culte, et sur le rejet de l’incitation contre les convictions des autres, partenaires de la société et de la patrie.

Pour la plupart, ces instances se sont éloignées des questions politiques et des affaires politiques en général pour tenter de séparer les sphères spirituelle, religieuse et la politique (à la manière d’une séparation entre économie et politique), à l’exception de quelques approches timides ici et là. Cela est dû au fait que ces événements sont sponsorisés par le responsable et que les participants ne jouissent pas d’une autonomie, leurs noms précèdent leurs positions officielles et leur classement dans un pays brillant non-arabe. Par conséquent, ces forums ont rarement eu leur propre impact, loin de réglementer les politiques publiques.

En dehors de cela, la convocation d’une conférence arabe chrétienne à Paris (ce samedi, aujourd’hui) est un événement spécial, car elle cherche, comme le montrent ses titres et ses orientations, à aborder la situation des chrétiens face aux défis politiques.
“Chrétiens et chiites partagent avec d’autres composantes du Liban pour exiger un ordre non confessionnel”
Le destin auquel beaucoup de sociétés et de pays sont confrontés, l’accent étant mis sur le fait que le caractère religieux n’est que sociologique et procédural, c’est une question de pleine citoyenneté, à l’instar des autres religieux, mais ils ne sont pas une minorité. Ils appartiennent à l’arabisme, comme d’autres, à un panarabisme ouvert, affilié à l’époque, tout en conservant ses racines tout au long de l’histoire, puisque les chrétiens sont les premiers Arabes. Cela contraste avec les conférences qui consistaient presque en une évaluation numérique montrant aux chrétiens une minorité, contrairement à la logique ou à la coutume établie dans les constitutions, à savoir qu’elles sont un élément inhérent, comme le reste des éléments, et ont les mêmes droits et devoirs.

La conférence est organisée par le Centre libanais d’études et de recherche et comprend des participants chrétiens et musulmans. Ce droit est dévolu au droit et à l’ordre public, garanti par la participation politique et sociale, et à tous les niveaux au sein de leur État national moderne. L’ancien député libanais et l’un des organisateurs de la conférence, Fares Said, a clairement indiqué que la destination de la conférence visait à dissiper les revendications des chrétiens qui cherchaient à se protéger de quiconque, en particulier de toute partie extérieure ou de toute force armée interne. Les chrétiens arabes ressentent les mêmes dangers qui menacent le reste de leurs sociétés.

Dans une autre exposition, Saïd a déclaré que la conférence “vise à reformuler un discours chrétien arabe face à une alliance minoritaire dirigée par des groupes qui considèrent que cette alliance est le meilleur moyen de garantir la présence de chrétiens dans la région”.

مسيحيون عرب ضد “حلف الأقليات”٠

محمود الريماوي  – 23 نوفمبر 2019

لطالما شهدت منطقتنا حواراتٍ بين رجال الدين، وبالذات بين المسلمين والمسيحيين منهم، إضافة إلى لقاءاتٍ بين قيادات وزعامات روحية تتبع الدين نفسه، كالحوارات بين ممثلي المذاهب الإسلامية والطوائف المسيحية. غير أن هذه المناسبات غلب عليها الطابع الاحتفالي والمجاملات، مع التركيز على العموميات، مثل إظهار قيم الوئام والتآخي والتعايش والسلام الاجتماعي، واستلهام محطات مضيئة في التاريخ والتراث والدعوة إلى إحيائها والبناء عليها. وأخيرا، التركيز على مناوأة التطرّف والإرهاب، وتزكية قيم الاعتدال والوسطية واحترام المعتقدات الدينية وأماكن العبادة، ونبذ التحريض والتعريض بمعتقدات الآخرين، وهم الشركاء في المجتمع والوطن.

وفي غالب الأحوال، كانت هذه المحافل تنأى بنفسها عن الخوض في الموضوعات السياسية وعن الشأن السياسي عموما، في محاولة للفصل بين المجالين، الروحي والمعتقدي والمجال السياسي (على طريقة الفصل بين الاقتصاد والسياسة)، باستثناء بعض مقاربات خجولةٍ هنا وهناك لهذا الشأن. ومردّ ذلك أن هذه المناسبات تتم برعايات رسمية، ولا يتمتع المشاركون باستقلالية ذاتية، إذ تسبق أسماءهم مواقعهم وتصنيفاتهم الرسمية في غير بلد عربي مشرقي. ولهذا، قلما كانت هذه المحافل تترك أثراً خاصاً بها، بعيداً عن السياسات العامة المرعية للأنظمة.

بعيدا عن ذلك، يبدو انعقاد مؤتمر مسيحي عربي في باريس (هذا اليوم، السبت) حدثا مميزا، إذ يسعى، كما تكشف عناوينه وتوجهاته، إلى مقاربة وضع المسيحيين أمام التحدّيات السياسية المصيرية التي تجابه مجتمعاتٍ وبلدانا عديدة، مع التركيز على أن الصفة الدينية سوسيولوجية وإجرائية فحسب، فالأمر يتعلق بمواطنين كاملي المواطنية لهم مثل غيرهم صفة دينية، لكنهم ليسوا أقلية. وأنهم ينتمون إلى العروبة شأن غيرهم، العروبة المتفتّحة الجامعة المنتسبة للعصر، مع احتفاظها بجذورها عبر التاريخ، كون المسيحيين هم من العرب الأوائل. هذا خلافا لمؤتمرات كانت تضمر وتكاد تجهر بتقييم عددي يُظهر المسيحيين أقلية، خلافا للمنطق أو العرف الذي يجد له سندا في الدساتير، الذي يقضي بأنهم مكون أصيل شأن بقية المكونات، ولهم الحقوق نفسها وعليهم الواجبات ذاتها.

ينظم المؤتمر المركز اللبناني للدراسات والأبحاث، ويضم إلى المشاركين المسيحيين مشاركين مسلمين، والهدف سحب وضع المسيحيين من منطقة الظل إلى دائرة الضوء، ودعوتهم إلى عدم النظر إلى أنفسهم أقلية، وما ينسحب على ذلك من خصوصيات مفتعلة، يُراد بها في واقع الأمر تهميشهم، وإلحاقهم بمشاريع غيرهم بزعم حمايتهم، فالحماية حقٌّ لكل مواطن بصرف النظر عن معتقده وعرقه، ويُناط هذا الحق بالقانون والنظام العام، وتضمنه المشاركة السياسية والاجتماعية، وعلى جميع الأصعدة في ظل دولتهم الوطنية العصرية. وقد كان النائب اللبناني السابق وأحد المنظمين البارزين للمؤتمر، فارس سعيد، واضحاً في تحديد وجهة المؤتمر بأنه يهدف لتبديد أزعومة سعي المسيحيين إلى الحماية من أحد، وخصوصا من أي طرفٍ خارجي أو قوة داخلية مسلحة. وأن المسيحيين العرب يستشعرون الأخطار نفسها التي تهدّد بقية مكونات مجتمعاتهم. وفي معرض آخر، صرّح سعيد بأن المؤتمر “يهدف إلى إعادة صياغة خطاب مسيحي عربي في مواجهة تحالف الأقليات الذي تديره مجموعاتٌ تعتبر أن التحالف في ما بينها الطريق الأفضل لضمان وجود المسيحيين في المنطقة”.

وهنا بالذات، يلامس هذا المحفل الجانب السياسي، فلئن كان الإرهاب المنفلت يهدّد المسيحيين، كما هدد المسلمين وبقية المكونات، فإن أطروحات، مثل تحالف الأقليات، تشكل خطوة انعزالية محفوفة بالمخاطر، علاوة على ما يكتنفها من خطل في الرؤية. إذ إن تحالفاً كهذا ينتصب في واقع الحال في وجه الأكثرية الإسلامية السنية. ولئن كان هذا التحالف غير ظاهر في أدبياتٍ معلنة، إلا أن الوقائع تدل عليه في سورية ولبنان خلال العقد الأخير. سواء بالتحالف بين حزب الله والتيار الوطني الحر (تيار ميشال عون ولاحقا جبران باسيل) أو بدعم هذا التيار وحزب الله الحرب في سورية التي يُراد بها، بين أمور أخرى، إضعاف المكوّن السني في سورية، وتحقيق تغيير ديمغرافي يعيد تشكيل الهندسة الاجتماعية والمناطقية. وقد أمكن، خلال السنوات الماضية، استدراج فئات واسعة من المسيحيين إلى التيار العوني، والاستيلاء على الرأي العام الشيعي (بمنع وتخويف مرشحي الشيعة لانتخابات مجلس النواب مثلا)، إلا أن الانتفاضة اللبنانية كسرت هذه التقسيمات، فتشارك المسيحيون مع الشيعة مع بقية المكونات في المطالبة بنظام لاطائفي، أو الإصرار على الإعلان عن هويتهم الوطنية، لا الطائفية. ووقع الشيء نفسه في العراق عبر الانتفاضة الشجاعة، حيث تشارك الجميع تحت الراية الوطنية، رافضين خطط النظام هناك في التقسيم الطائفي للمواطنين والمناطق، وهو تقسيمٌ أريد به تعزيز نفوذ زعماء المليشيات المسلحة التي تدين بالولاء لإيران، وبناء أمر واقع، يقوم على التغليب الطائفي مع حرمان أغلبية الشيعة من حقوقهم السياسية والاجتماعية.

وليس سرّاً أن هذا الحلف القائم على أرض الواقع يجد رعاية من النظام الإيراني في حربه المذهبية لاختراق العالم العربي، وتهتيك نسيجه الاجتماعي، وإضعاف منعته الذاتية، مع إيهام المسيحيين بأن مثل هذا الحلف يحميهم، علماً أنه لا خطر خاصاً يهدّد المسيحيين سوى الإرهاب (ونسبة ضحاياه بين المسلمين أكبر بكثير مما هي بين المسيحيين) وأنظمة الاستبداد والطغيان، والأطماع الإسرائيلية والإيرانية، والهيمنتين الأميركية والروسية، وهي أخطار تهدّد المجتمعات والأوطان جميعا بغير تمييز بين المواطنين. وكل ما في الأمر أنه يُراد للمسيحيين (لنخبهم الروحية والسياسية والثقافية) أن يكونوا شهود زور وأدوات لتنفيذ المشاريع الخارجية، وإثارة البغضاء بينهم وبين باقي المواطنين.

من هنا، يرتدي المؤتمر المسيحي العربي أهميته في هذه المحطة التاريخية الفارقة، وذلك بمبادرة شخصياتٍ مسيحيةٍ إلى إعادة صوغ توجهات الجماعات العربية المسيحية، بما ينسجم مع دورها المشهود: شريكة في الوطن والمواطنية، وحارسة للوحدة الوطنية، ومنافحة عن منعة الأوطان في وجه التهديدات الخارجية من أي مصدر كان. ومن حسن الطالع والتدبير أنه جرى ترقيم هذا المؤتمر بالأول، بما يفيد أن هذا الملتقى سيكون له ما بعده من ملتقيات ومحافل، تشدّد على أن العرب المسيحيين يستأنفون دورهم رواداً للعروبة، ومكافحين ضد أنظمة التبعية والظلام، كما ضد مختلف مظاهر الإرهاب والتطرّف، أيا كان المصدر والرايات المرفوعة.

صواريخ النظام السوري تتصدى للهجوم الصهيوني… لتحصد مزيدا من أرواح المدنيين السوريين – L’armée de l’air syrienne … victime des armes de diversion massive israélienne !!


صواريخ أجهزة النظام السوري لا تزال فعّالة حين تُصوَّب ضد أبناء الشعب السوري المنتفض ضد حكم الفساد الأسدي لتحصد المزيد من أرواح الآلاف منهم منذ قريب العقد٠٠٠

في حين أنها تُصبح معدومة الفعّالية حين تصديها للعدوان الخارجي الصهيوني، فتتهاوى حاصدة أرواح المزيد من المواطنين السوريين المدنيين

L’armée de l’air syrienne … victime des armes de diversion massive israélienne

al-Modon – Jeudi 21/11/2019

L’armée de l’air syrienne … victime de la diversion massive israélienne.

La plupart des roquettes lancées par les systèmes de défense antiaérienne dans la capitale Damas et ses environs, « engagées » contre les raids israéliens, n’ayant trouvé aucune cible, se sont effondrées peu après le lancement, selon notre correspondant, Ahmed al-Shami.

(…) l’un des missiles sol-air, a atterrit dans la ville de Sa’sa’, tuant une famille entière, et une des missiles tirées par le système de défense antiaérienne a atterri près de Damas, dans la banlieue de Qudsaya, causant la destruction d’une maison et des blessé.e.s.

L’une des unités de la défense antiaérienne s’est dépêchée de ramasser des débris et des fragments de missiles antiaériens tombés à Sa’sa et dans les banlieues de Qudsaya et Beit Saber. Le gouvernorat de la région rurale de Damas a fait circuler des informations, que les bureaux des conseils municipaux affiliés, assureront l’indemnisation de toutes les personnes touchées par «l’agression israélienne».

Des missiles anti-aériens ont également atterri près de l’aéroport international de Damas et de l’aéroport militaire de Mezzeh, du quartier général de la 1re division à Al-Kiswah et du quartier général de la défense aérienne déployé à grande échelle sur l’autoroute internationale Damas-Beyrouth à Saboura, Dimas et Yafour.

Une source militaire informée a déclaré que les défenses anti-aériennes du régime étaient utilisées pour “contrer” les missiles israéliens sont des anciens systèmes de missiles russes Volga, ainsi que des systèmes plus sophistiqués “Bock” et “Pancier”.

La source a démenti l’information selon lesquelles le système aurait utilisé les lanceurs des missiles “S-200”, car la majorité des bases aériennes où les batteries “S-200” sont placées, n’avaient pas participé à des “contrer » les raids israéliens car elles se trouvent (…) dans le Triangle de la Mort, entre Damas, Daraa et Quneitra.

La source a affirmé que la cause la plus probable de la chute des anti-missiles syriens peu de temps après son lancement était due au brouillage électronique israélien avant les raids, causant un grave échec technique dans la gestion des unités de défense anti-aérienne.

 

المضادات الجوية السورية… ضحية التشويش الإسرائيلي

المدن – عرب وعالم | الخميس 21/11/2019
المضادات الجوية السورية... ضحية التشويش الإسرائيلي Getty ©

أكدت مصادر عسكرية لـ”المدن”، أن معظم الصواريخ التي أطلقتها منظومات الدفاع الجوية في العاصمة دمشق ومحيطها، “متصدية” للغارات الإسرائيلية، فجر الأربعاء، لم تعثر على أي هدف، وتهاوت بعد اطلاقها بلحظات، بحسب مراسل “المدن” أحمد الشامي.

وانتشرت في مواقع التواصل الاجتماعي مقاطع مصورة من ريف دمشق الجنوبي الغربي، تُظهر إطلاق صواريخ من منظومة دفاع جوية بالقرب من زاكية، لصواريخ أرض-جو، وسقوط أحدها في بلدة سعسع متسبباً بمقتل عائلة كاملة. وسقط أحد الصواريخ التي أطلقتها منظومة الدفاع الجوي بالقرب من دمشق في ضاحية قدسيا، ما تسبب بدمار منزل وسقوط جرحى.

وأضافت مصادر “المدن”، أن وحدات هندسية تتبع للدفاع الجوي سارعت إلى جمع حطام وشظايا صواريخ المضادات الجوية التي سقطت في سعسع وضاحية قدسيا وبيت سابر. وعممت محافظة ريف دمشق عبر مكاتب مجالس البلدية التابعة أنها ستتكفل تعويض كل شخص تضرر نتيجة “الاعتداء الإسرائيلي”.

كما تهاوت صواريخ المضادات الأرضية في محيط مطار دمشق الدولي ومطار المزة العسكري، ومحيط مقرات “الفرقة الأولى” في الكسوة، ومقرات الدفاع الجوي المنتشرة بكثافة على أوتوستراد دمشق بيروت الدولي في الصبورة والديماس ويعفور.

مصدر عسكري مطلع، قال لـ”المدن”، إن الدفاعات الجوية للنظام استخدمت في “التصدي” للصواريخ الإسرائيلية منظومات صواريخ روسية قديمة من طراز “فولغا”، بالإضافة إلى منظومتي “بوك” و”بانسير” الأكثر تطوراً.

ونفى مصدر “المدن”، أن يكون النظام قد استخدم منصات إطلاق صواريخ “اس-200″، إذ أن اغلب القواعد الجوية التي تتواجد فيها بطاريات “أس-200” لم تشارك في “التصدي” للغارات الإسرائيلية. وأهم مواقع تواجد “أس-200” هي في “الفوج 16″ شرقي العتيبة، و”الفوج 150” شمالي مطار خلخلة، بالإضافة إلى وحدات الدفاع الجوي ضمن مثلث الموت، بين دمشق ودرعا والقنيطرة.

وأشار مصدر “المدن” إلى أن الاحتمال الأبرز لتهافت صواريخ المضادات السورية بُعيد إطلاقها بلحظات، هو بسبب التشويش الإلكتروني الإسرائيلي قبل الغارات، ما تسبب بحصول فشل فني جسيم لدى إدارة وحدات الدفاع الجوي.

وكانت مواقع إعلامية قد أشارت إلى أن فشل الدفاعات السورية يعود إلى استخدام بعض وحدات الدفاع الجوية لصواريخ قديمة منتهية الصلاحية و”منسقة” من المستودعات الفنية التابعة لألوية الدفاع الجوي. وكذلك لاحتمال حصول أعطال فنية في الصواريخ المستخدمة للتصدي للهجمات، ما تسبب بانفجارها في السماء بشكل تلقائي، نظراً لخاصية “التفجير الذاتي” ضمن صواريخ منظومات الدفاع الجوية وصواريخ أرض-أرض طويلة المدى.

Assad: les manifestations au Liban et en Irak ne ressemblent pas à ce qui s’est passé en Syrie


Le président, qui a tué près d’un million de Syriens, causant avec sa guerre de millions de blessés et d’invalides, le déplacement plusieurs millions de Syriens, et plusieurs millions de réfugiés, parle de PATRIOTISME !!!

من قتل قرابة المليون من الشعب سوري والملايين من الجرحى والمعاقين، وهجّر عدة ملايين من السوريين داخل سوريا وخارجها، يتحدث عن الوطنية !!!٠

Statistiques-ٍRéfugiés-syrien-mars-2018

 

Assad: les manifestations au Liban et en Irak ne ressemblent pas à ce qui s’est passé en Syrie

Vendredi 15 novembre 2019 11:28

Le président syrien Bachar al-Assad a souligné que “les manifestations au Liban et en Irak ne ressemblent pas à ce qui s’est passé en Syrie”.
Dans une interview accordée à « Russia 24 » et à l’agence russe Sigodnia, Assad a déclaré en réponse à une question de savoir si “les manifestations au Liban, en Irak et en Jordanie le mois dernier rappellent le début des événements en Syrie”. « Ce qui s’est passé en Syrie au début, de l’argent a été versé à des groupes de personnes, et une petite partie de la population pour participer aux manifestations parce qu’ils avaient pour objectif de changer quelque chose dans la situation générale ».

Il a souligné que “les tirs et les assassinats ont commencé dès les premiers jours des manifestations, ce qui signifie qu’ils n’étaient pas spontanés, car l’argent était présent et l’arme préparée et ne pouvaient donc pas être comparées entre ce qui s’était passé en Syrie et la situation d’autres pays”.

Il a souligné que “si les manifestations dans les pays voisins sont spontanées et sincères et expriment un désir patriotique d’améliorer les conditions politiques, économiques et autres du pays, elles doivent rester nationales. Parce que l’intervention d’autres pays dans toute chose dans le monde, tels que l’Amérique et l’Occident, notamment la Grande-Bretagne et la France, profitent de cette situation pour jouer un rôle et prendre les choses d’une manière qui serve leurs intérêts ».

Il a souligné qu ‘”il est plus important de garder les choses dans le cadre patriotique parce qu’elles auront des résultats positifs et parce qu’elles reflètent la volonté du peuple, mais lorsque le facteur étranger entre, ce sera contre l’intérêt de la patrie et c’est ce que nous avons essayé en Syrie”.

الأسد: التظاهرات في لبنان والعراق لا تشبه ما حصل في سوريا

الجمعة ١٥ تشرين الثاني ٢٠١٩   11:28سياسة

أكد الرئيس السوري ​بشار الأسد​ أن “​التظاهرات​ ​لبنان​ و​العراق​، لا تشبه ما حصل في ​سوريا​”٠
وفي مقابلة أجراها مع “قناة ​روسيا​ 24″ و”وكالة روسيا سيغودنيا”، أوضح الأسد ردا على سؤال حول ما إذا كانت “التظاهرات في لبنان والعراق و​الأردن​ الشهر الماضي تذكر ببداية الأحداث في سوريا”، اوضح الأسد أن “ما حصل في سوريا، هو أنه في بداية الأمر كان هناك أموال تدفع لمجموعات من الأشخاص لكي تخرج في مسيرات، وكان هناك جزء بسيط من الناس الذي خرج مع التظاهرات لأن لديه أهدافا في تغيير ما في الحالة العامة”.
ولفت الى أنه “بدأ ​إطلاق النار​ والقتل منذ الأيام الأولى من التظاهرات، مما يعنى أنها لم تكن عفوية، حيث أن الأموال كانت موجودة و​السلاح​ كان محضرا، وبالتالي ليس بالإمكان التشبيه بين ما حصل في سوريا وحالة الدول الأخرى”٠
وشدد على أنه “إذا كانت التظاهرات التي خرجت في الدول المجاورة عفوية وصادقة وتعبر عن رغبة وطنية بتحسين الأوضاع السياسية والاقتصادية وغيرها في البلاد، فلا بد أن تبقى وطنية، لأن الدول الأخرى التي تتدخل في كل شيء في ​العالم​ ك​أميركا​ ودول الغرب لا سيما ​بريطانيا​ و​فرنسا​، لا بد أن تستغل هذه الحالة من أجل لعب دور وأخذ الأمور باتجاه يخدم مصالحها”٠
وأكد أن “الأهم أن تبقى الأمور في الإطار الوطني لأنها ستكون لها نتائج إيجابية ولأنها تعبر عن الشعب، لكن عندما يدخل العامل الأجنبي، فستكون ضد مصلحة الوطن وهذا ما جربناه في سوريا”٠

La solidarité arabo-kurde est la base du projet national syrien


Boussole-بوصلة-سوريا

La solidarité arabo-kurde est la base du projet national syrien


La responsabilité nationale oblige les élites arabes et kurdes à intervenir pour faire face à cette situation artificielle imposée par la volonté des autres.

َalarab.co – Abdelbasset Sida* – 2019/11/03

*Syrien Kurde, ancien président du CNS

Pendant des décennies, le régime syrien, malgré sa politique et ses mesures de persécution adoptées contre les Kurdes, en les privant de leurs droits et exposés à toute une série de projets discriminatoires, n’a pas pu créer un fossé entre les communautés arabe et kurde, autant qu’aujourd’hui.
Cette politique oppressive reste au niveau de la superstructure autoritaire et n’affecte pas la structure des relations profondes entre les cercles kurde et arabe, en particulier dans les régions de la Jazirah, Damas et Alep, où le mélange de la population et le chevauchement des relations à divers niveaux social, économique et culturel et même au niveau politique appartenant aux mêmes partis politiques, en particulier le Parti communiste, puis les partis communistes et de gauche avec leurs différentes orientations.
Ceci en dépit du fait que le régime essayait, par tous les moyens, de briser le tissu social national afin de pouvoir contrôler tout le monde. Son approche a été clairement reflétée dans les événements survenus au stade Qamechli en 2004 et dans son traitement du soulèvement kurde, qui visait à protester contre le fait que le régime ait tiré de sang-froid sur des civils manifestant et non armés.
Face à l’escalade des manifestations, le régime a donné le feu vert à une poignée de membres de la sécurité de la région qui ont détruit les magasins appartenant aux Kurdes, pillé et volé leurs biens, causant des blessures au tissu social, mais grâce à l’intervention et à l’influence des sages des deux côtés, la situation ne s’est pas détériorée selon le désir et la planification voulu du régime.

Le régime a passé un accord avec le Parti de l’Union démocratique (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), afin de lui céder les régions kurdes, et puisse les contrôler et empêcher son interaction avec la révolution par tous les moyens et à tout prix.
Dès le début de la révolution syrienne, des jeunes kurdes de diverses régions, en particulier de ceux qui n’étaient pas affiliés à des partis politiques, participaient à la révolution dès ses débuts. Des manifestations dans les régions kurdes étaient actives et remarquables. Mais ce qui s’est passé, c’est que le régime l’ait prévu et qu’il était conscient que son intervention directe pour réprimer les manifestations dans les zones concernées entraînerait une escalade de l’interaction entre les Kurdes et la révolution et renforcerait la cohésion des Syriens face à lui.
Cela s’ajoutait à la crainte de positions internationales qui auraient sans doute été différentes, et il lui était alors difficile de faire passer sa stratégie consistant à lier la révolution et le terrorisme et à tenter de dépeindre ce qui se passe en Syrie comme un conflit entre les courants islamistes sunnites extrémistes et le système laïc « protecteur des minorités» face au sectarisme et nationalisme en Syrie.
Pour éviter tout cela, le régime a passé un accord avec le Parti de l’Union démocratique (PYD), la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), afin de céder les zones kurdes afin qu’elles puissent les contrôler et empêcher à tout prix leur interaction avec la révolution, les détails de ce sujet sont connus de tous.

Avec l’émergence de Daech, qui est essentiellement un cocktail de renseignements fabriqué par les services de sécurité multinationales, y compris le régime lui-même, à travers lequel, le régime a cherché à créer le chaos et à placer le monde devant deux options corrompues: soit le régime corrompu et tyran, soit l’extrémisme radical qui menace la région voire même terrorisant le monde entier.
Il était clair que des partis travaillaient sous diverses formes pour faire éclater les relations entre Arabes et Kurdes, comme en témoignaient les attaques perpétrées par les forces du PYD contre certaines villes et villages arabes tels que Tall Hamis et Tall Barak sans raisons convaincantes. Certains militants ont également attaqué la ville de Tal Maarouf, où le siège du tribu du cheikh Al-Khaznawi, et des factions affiliées à l’opposition ont attaqué la ville de Ras al-Ayn, où ses membres ont volé des biens publics et privés et commis plusieurs violations contre des citoyens.

Par la suite, l’attaque par Daech sur Senjar et les régions yézidis environnantes a résulté de massacres horribles, d’enlèvements massifs d’enfants et de femmes et de pillages de biens. Des partisans et des bénéficiaires ont tenté de relier les Arabes sunnites à cette organisation, ce qui a profondément choqué la conscience populaire kurde, donnant un pretexte supplémentaire aux Kurdes indécis, à ceux qui s’étaient alignés sur des intérêts opposés avec le régime, pour justifier leurs positions et même à accuser d’autres Kurdes, ceux qui s’étaient engagés dès le début dans la révolution, de s’opposer à leur peuple, de s’allier aux islamistes radicaux, ce qui coïncidant littéralement avec la stratégie adoptée par le régime depuis le début, comme mentionné ci-dessus.

Avec l’attaque de Kobané et de sa région par Daech, les partisans de l’isolement des Kurdes de la révolution syrienne et des efforts de ceux qui envisageaient et envisagent encore de créer une rupture de la communauté entre Kurdes et Arabes se consolident, et même enracinent les causes de la haine et de l’hostilité entre eux.
Les choses ont évolué et l’intervention américaine en Syrie est intervenue en coordination avec l’intervention russe. On s’est appuyé sur les forces du PYD pour lutter contre le projet « Daech », après l’échec de l’expérience de formation des factions de l’Armée Syrienne Libre (ASL) en raison de l’insistance de la partie américaine selon laquelle le but est de combattre Daech sans le régime.
L’implication des forces (Kurdes) impliquées dans les combats dans les zones arabes, à Raqqa, à Deir Ez-Zor, et dans la campagne méridionale d’Al-Hassakah, a entraîné une escalade du discours de haine entre Arabes et Kurdes, un discours basé sur des crimes programmés par des partis qui ne veulent pas le bien ni pour le Kurdes ni pour les Arabes, mais souhaitent que les deux parties s’entretuent, afin qu’ils puissent appliquer leurs plans et parvenir à leurs objectifs.

Les abus commis par les factions militaires introduites par les forces turques dans Efrin sous le nom d’Armée Libre, ou ceux qui ont accompagné la récente campagne turque dans les régions de Tall Abyad et Ras al-Ayn sous le nom d’Armée nationale, ont encore aggravé la situation et suscité des tensions, des tensions entre Kurdes et Arabes. Dans le même temps et dans diverses régions, tout cela ne sera pas dans l’intérêt des Syriens, mais dans l’intérêt du régime et des forces qui altèrent le sort de la Syrie et des Syriens.

La responsabilité nationale oblige les élites arabes et kurdes à intervenir pour faire face à cette situation artificielle imposée à tous par la volonté des autres. Rester silencieux dans ce cas ne sert que les extrémistes, des deux côtés, et finalement, sert le régime syrien.

(…)

 

التضامن العربي الكردي أساس المشروع الوطني السوري

المسؤولية الوطنية تلزم النخب العربية والكردية بالتدخل لمواجهة هذه الوضعية المصطنعة التي فرضت على الجميع بإرادة الآخرين.

Abdelbasset Sida – الأحد 2019/11/03

لم يتمكن النظام السوري على مدى عقود من اعتماده سياسة اضطهادية رسمية مبرمجة مزدوجة ضد الأكراد، تمثلت في الحرمان من الحقوق، والتعرض لجملة من المشاريع التمييزية، من إحداث شرخ بين المجتمعين العربي والكردي مثلما هو حاصل في يومنا الراهن.

فالسياسة الاضطهادية تلك تبقى في المستوى السلطوي الفوقي، ولا تؤثر في بنية العلاقات العميقة بين الوسطين الكردي والعربي، خاصة في مناطق الجزيرة ودمشق وحلب، حيث الاختلاط السكاني، وتداخل العلاقات على مختلف المستويات الاجتماعية والاقتصادية والثقافية، وحتى على المستوى السياسي عبر الانتماء إلى الأحزاب السياسية ذاتها، لاسيما الحزب الشيوعي، ومن ثم الأحزاب الشيوعية واليسارية بتوجهاتها المختلفة.

هذا رغم أن النظام كان يحاول، بكل السبل، تفتيت النسيج المجتمعي الوطني من أجل التمكن من السيطرة على الجميع. وقد تجسّد توجهه هذا بصورة واضحة في أحداث ملعب القامشلي عام 2004، وتعامله مع الانتفاضة الكردية التي كانت احتجاجاً على إقدام عناصر النظام على إطلاق الرصاص الحي على المدنيين العزل المتظاهرين بدم بارد.

ومع تصاعد الاحتجاجات والمظاهرات، أعطى النظام الضوء الأخضر لحفنة مرتبطة به أمنيا من أبناء العشائر في المنطقة الذين حطموا المحلات العائدة بملكيتها للأكراد، ونهبوا وسلبوا ممتلكاتها، الأمر أحدث جروحاً في النسيج المجتمعي، ولكن بفضل تدخل وتأثير العقلاء والحكماء من الجانبين، لم تتطور الأمور نحو الأسوأ الذي كان النظام قد خطط له، ويريده.

عقد النظام صفقة مع حزب الاتحاد الديمقراطي، الفرع السوري لحزب العمال الكردستاني، من أجل تسليمه المناطق الكردية، ليتمكن من ضبطها، ومنع تفاعلها مع الثورة بكل الوسائل وبأي ثمن

ومع انطلاقة الثورة السورية شارك الشباب الكردي في مختلف المناطق، خاصة من غير المنتمين إلى الأحزاب السياسية، في الثورة منذ أيامها الأولى؛ وكانت المظاهرات في المناطق الكردية فاعلة، ولافتة للانتباه. ولكن الذي حصل هو أن النظام كان قد تحسّب للأمر، فهو كان يدرك أن تدخله المباشر لقمع المظاهرات في المناطق المعنية سيؤدي إلى تصاعد التفاعل الكردي مع الثورة، وسيعزز تماسك السوريين في مواجهته.

هذا إلى جانب الخشية من المواقف الدولية التي كانت ستختلف من دون شك، وكان من الصعب حينئذ بالنسبة إليه أن يمرر استراتيجيته التي كانت تقوم على الربط بين الثورة والإرهاب، ومحاولة تصوير ما يجري في سوريا وكأنه صراع بين التيارات الإسلامية العربية السنية المتشددة، والنظام العلماني “الحامي للأقليات” المذهبية والقومية في سوريا.

ولتحاشي كل ذلك، عقد النظام صفقة مع حزب الاتحاد الديمقراطي، الفرع السوري لحزب العمال الكردستاني، من أجل تسليمه المناطق الكردية، ليتمكن من ضبطها، ومنع تفاعلها مع الثورة بكل الوسائل وبأي ثمن؛ وتفاصيل هذا الموضوع قد باتت معروفة من قبل الجميع.

ومع ظهور داعش، الذي هو في الأساس كوكتيل مخابراتي أسهمت في صناعته وترويجه أجهزة أمنية متعددة الجنسيات، ومن ضمنها أجهزة النظام نفسها، سعى النظام لخلق حالة من الفوضى العاتية، ووضع العالم أمام خيارين فاسدين: إما النظام بفساده واستبداده أو التطرف الإسلاموي المتشدد الذي يهدد المنطقة، بل والعالم بإرهابه.

وكان من الواضح أن هناك جهات تعمل بمختلف الأشكال من أجل تفجير العلاقات العربية- الكردية، وقد ظهر ذلك واضحا من خلال الهجمات التي قامت بها قوات حزب الاتحاد الديمقراطي على بعض المدن والقرى العربية مثل تل حميس وتل براك دون أسباب مقنعة. كما هاجم بعض المسلحين بلدة تل معروف حيث مقر مشيخة آل الخزنوي، وهاجمت بعض الفصائل التي كانت محسوبة على المعارضة مدينة رأس العين، حيث قامت عناصرها بسرقة الممتلكات العامة والخاصة، وارتكبت جملة من الانتهاكات بحق المواطنين.

بعد ذلك كان الهجوم الداعشي المفاجئ على سنجار والمناطق الإيزيدية المحيطة بها، وهو الهجوم الذي أسفر عن مجازر مروعة، وحالات خطف جماعية للأطفال والنساء، ونهب متوحش للممتلكات. وكانت هناك محاولات مشبوهة من قبل الداعمين والمستفيدين للربط بين العرب السنة والتنظيم المذكور؛ الأمر الذي أحدث صدمة عميقة في الوجدان الكردي الشعبي العام، ومنح ذريعة إضافية للكرد المترددين، أولئك الذين كانوا قد اصطفوا بناء على المصالح مع النظام، لتسويغ مواقفهم، بل واتهام الكرد الآخرين الذين كانوا قد التزموا خط الثورة منذ البدايات بأنهم ضد شعبهم، يتحالفون مع الإسلاميين المتشددين، الأمر الذي كان يتطابق حرفياً مع الاستراتيجية التي اعتمدها النظام منذ البداية كما أسلفنا.

الربيع المنتظر يظل هدف الأكرادالربيع المنتظر يظل هدف الأكراد

ومع الهجوم الداعشي على كوباني ومنطقتها، توفر المزيد من الحجج لأنصار عزل الأكراد عن الثورة السورية، وتعززت جهود أولئك الذين كانوا يخططون، وما زالوا، لإحداث قطيعة مجتمعية بين الكرد والعرب، بل وترسيخ أسباب الكراهية والعداوة بينهم.

وتطورت الأمور، وجاء التدخل الأميركي في سوريا بالتنسيق مع التدخل الروسي، وتم الاعتماد على قوات حزب الاتحاد الديمقراطي في محاربة مشروع داعش، وذلك بعد إخفاق تجربة تدريب فصائل الجيش الحر بسبب إصرار الجانب الأميركي على أن يكون الهدف محاربة داعش من دون النظام.

وكان إقحام القوات المعنية في القتال ضمن المناطق العربية سواء في الرقة أو في دير الزور، وريف الحسكة الجنوبي، من الأسباب التي أدت لاحقاً إلى تصاعد وتيرة خطاب الكراهية بين العرب والكرد؛ خطاب مبني على جرائم خططت لها الأطراف التي كانت، وما زالت، لا تريد الخير للكرد وللعرب، وإنما تريد إشغال الطرفين ببعضهما البعض، لتتمكن من تنفيذ خططها، والوصول إلى أهدافها.

وقد أسهمت انتهاكات عناصر الفصائل العسكرية التي أدخلتها القوات التركية إلى عفرين تحت مسمى الجيش الحر، أو تلك التي رافقت الحملة التركية الأخيرة في منطقتي تل أبيض ورأس العين تحت اسم الجيش الوطني، في تفاقم الأمور بصورة أسوأ، ورسخت حالة من التوتر والتشنج والترقب لدى الأكراد والعرب في الوقت ذاته، وفي مختلف المناطق؛ وكل ذلك لن يكون في مصلحة السوريين، بل سيكون في مصلحة النظام ومصلحة القوى التي تعبث بمصير سوريا والسوريين.

المسؤولية الوطنية تلزم النخب العربية والكردية بالتدخل لمواجهة هذه الوضعية المصطنعة التي فرضت على الجميع بإرادة الآخرين. التزام الصمت في هذه الحالة لا يخدم سوى المتطرفين، سواء في هذا الجانب أو في ذاك، وفي المحصلة النهائية يخدم النظام.

ما نحتاج إليه هو أن نلتزم الصبر والهدوء، ونتناول الموضوع من جوانبه بجرأة وحكمة بعيدة النظر. نبحث بموضوعية عن الأسباب التي أدت إلى ما نحن فيه، ونعمل على تجاوز النتائج السلبية التي لا تخدم قطعاً المشروع الوطني السوري الذي ثار الشعب السوري لتحقيقه، هذا المشروع الذي تمكنت القوى المضادة بفعل عوامل عدة لسنا بصدد الإسهاب في شرحها بتفاصيلها هنا، من عرقلته، حينما دفعت بالثورة نحو مسارات لا تتقاطع من بعيد أو من قريب مع تطلعات السوريين، بل تتناقض معها بالمطلق.

ولكن مهما يكن، فإن الربيع المنتظر سيظل هو هدف السوريين، كل السوريين، رغم كل ما حصل ويحصل.

وما تشهده عدة دول عربية في أيامنا هذه من تحركات شعبية تطالب بإبعاد الفاسدين عن الحكم ومحاسبتهم، بل تدعو إلى تفكيك الأنظمة الفاسدة المفسدة، واحترام إرادة الشعوب، يؤكد أن التغيير بات خياراً استراتيجيا بالنسبة إلى شعوب المنطقة، وكل الأدوات التي استخدمت، وتستخدم لمنع أنصار التغيير لن تتمكن من منع حصول المنتظر المطلوب.

ربما تمكنت من تشكيل عرقلة هنا أوهناك، أو أفلحت أحيانا في تكريس إحباط هنا وهناك، ولكن في نهاية المطاف ستكون الكلمة للشعوب بعد أن تحررت من أوهامها؛ أوهام الأيديولوجيات التي لم تتناسب يوماً مع طبيعة مجتمعاتها وحاجاتها الحقيقية، كما تحررت تلك الشعوب من مخاوفها بعد أن وصل السكين إلى العظم كما يقول المثل، نتيجة تراكمات الفساد والاستبداد.

لقد أثبتت العقلية الماضوية النكوصية بكل توجهاتها فشلها الذريع، الأمر الذي يفتح الطريق أمام الجهود المتوجهة نحو مستقبل أفضل، يضمن لمجتمعنا وأجيالنا المقبلة حياة إنسانية كريمة، ويوفر أسباب نمو مستدام، أساسه الاستثمار الرشيد لمواردنا البشرية والطبيعية.

Libération immédiate des 128000 détenu.e.s syrien.ne.s en détention arbitraire


Libération-des-détenus-dans-prisons-du-régime

Les camps syriens, «bombes à retardement» jihadistes


Par Cyril Roussel , géographe et chercheur CNRS-Institut français de Proche-Orient (Ifpo, UMIFRE 6 – USR 3135) Citadelle d’Erbil, Irak et Aimad Hesso , docteur en Géographie

Camps dans le nord -infographie-populations-deplacees-en-syrie-libe-des-geographes

La population qui a fui les territoires en guerre sans quitter la Syrie vit dans des camps où se rassemblent aussi les derniers fidèles de l’Etat islamique. Ces zones pourraient devenir les nouvelles bases arrières du «califat».

Tribune. Ils sont six, installés dans le nord-est de la Syrie, sur le territoire des Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par la coalition internationale. Six camps, qui hébergent près de 100 000 personnes. Surtout des déplacés, c’est-à-dire des Syriens qui ont fui les régions les plus marquées par le conflit dans leur pays pour trouver refuge dans des zones plus calmes. On en compte au total 6,5 millions. Les réfugiés – ceux qui ont quitté la Syrie – sont quant à eux 5 millions, principalement installés dans les pays voisins : la Turquie, le Liban, la Jordanie et l’Irak surtout. En tout, un Syrien sur deux a déjà connu une migration.

Les camps de déplacés en Syrie du Nord-Est trouvent leur origine en 2014, lorsque commence la guerre contre l’Etat islamique. Dans le nord du pays, les Kurdes autoadministrent une région alors nommée «Rojava» où ils gèrent l’arrivée des populations arabes fuyant les zones perdues par le régime de Damas. L’administration kurde met en place un contrôle des flux : la création de camps de filtrage et de transit, où le passage demeure obligatoire pour entrer dans le territoire contrôlé par les forces armées kurdes (YPG), permet de sécuriser les zones. Les déplacés, contraints de rester dans les camps jusqu’à trouver un garant, subissent un contrôle à l’intérieur même de leur pays, comme s’ils avaient franchi une frontière internationale. Une fois sous la responsabilité d’un garant local (famille, ami ou employeur), ils s’installent en ville ou, via un réseau de passeurs, poursuivent leur parcours vers la Turquie et potentiellement l’Europe.

Des centaines de milliers de personnes transitent par ces camps, qui rythment les parcours migratoires en deux temps : la phase où ils s’y rendent ; puis celle où ils se réinstallent, soit en Syrie sous administration kurde, soit dans un pays étranger. Dans les six principaux camps sous contrôle de l’administration autonome, on a compté 551 500 entrées et 499 000 sorties d’août 2014 à décembre 2018, selon l’administration locale. Entre mars 2018 et septembre 2019, près de 41 000 personnes se seraient réinstallées en Syrie ou en Irak ou à l’étranger.

Des six camps sous contrôle des FDS, celui d’Al-Hoz est le plus peuplé et le plus difficile à gérer. Sur 68 000 habitants, il abrite 41 % de déplacés syriens, mais aussi 45 % d’Irakiens, qui ont fui le conflit dans leur pays au cours des années précédentes. Tous poursuivent leur existence en côtoyant les familles des combattants étrangers engagés dans le jihad et qui n’ont pu quitter le pays. Car l’idéologie de l’EI y est prédominante : après la bataille d’Al-Baghouz, dernier secteur jihadiste à être tombé en mars, Al-Hoz a servi de lieu de rassemblement des derniers fidèles du «califat», les combattants et leur famille. Le camp devenant une «petite ville jihadiste», qualifiée de «bombe à retardement» par l’administration autonome. L’afflux de dizaines de milliers d’habitants issus des ex-territoires contrôlés par l’EI dans la zone sous contrôle des FDS pose la question sécuritaire, vu les risques d’infiltration de membres de l’organisation. Contrôler et gérer ces populations, parfois fidèles au califat jusqu’à la dernière heure, est un gage de stabilité. Sans l’aide financière de la communauté internationale, l’administration locale pourrait rencontrer des problèmes de gestion, et le risque est élevé que l’EI, qui se reconstitue déjà localement en Irak et en Syrie dans des zones désertiques (Anbar et Deir ez-Zor), fasse de ce lieu une base pour ses opérations dans les deux pays (1).

L’autre difficulté demeure la gestion des populations déplacées hors camps. Dans certains secteurs, comme autour de Manbij dans le nord de la Syrie, ils représentent la moitié de la population. Or, l’administration autonome manque de moyens pour leur assurer l’accès aux services primaires (santé, éducation, électricité). C’est dans la capacité à intégrer ces populations sans les faire basculer dans les rangs de l’EI que se joue la légitimité même du système administratif autonome et fédéral des territoires du nord de la Syrie, et à moyen terme son devenir.

(1) L’administration autonome sous contrôle des FDS utilise ce camp comme moyen de pression sur la communauté internationale pour obtenir financements et soutiens politiques.

Amnesty: Les autorités doivent cesser immédiatement d’expulser des réfugiés syriens


Liban-Réfugiés-Amnesty-Internationa-2019

Liban. Les autorités doivent cesser immédiatement d’expulser des réfugiés syriens


En réaction à une communication officielle obtenue par Amnesty International selon laquelle les autorités libanaises ont expulsé de force quelque 2 500 réfugiés syriens vers la Syrie au cours des trois derniers mois, Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« Nous engageons les autorités libanaises à mettre un terme à ces expulsions de toute urgence et invitons le Conseil supérieur de la Défense à annuler sa décision à ce sujet.

Nous engageons les autorités libanaises à mettre un terme à ces expulsions de toute urgence et invitons le Conseil supérieur de la Défense à annuler sa décision à ce sujet.
Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient à Amnesty International

« Tant que des organismes de surveillance indépendants, comme la Commission d’enquête des Nations unies sur la Syrie, ne sont pas autorisés à se rendre en Syrie en vue d’évaluer la situation en termes de sécurité pour le retour des réfugiés, il est impossible de déterminer si ceux qui rentrent seront exposés à de graves violations des droits humains une fois arrivés.

« Il faut permettre cet accès et créer un mécanisme de surveillance en Syrie, une première étape en vue d’amorcer le processus des retours. En attendant, tant qu’il n’est pas possible d’évaluer les risques en cas de retour, toute tentative visant à renvoyer de force des réfugiés constitue clairement une violation du principe de non-refoulement que le Liban est tenu de respecter.

Tant qu’il n’est pas possible d’évaluer les risques en cas de retour, toute tentative visant à renvoyer de force des réfugiés constitue clairement une violation du principe de non-refoulement.
Lynn Maalouf

« Nous demandons une nouvelle fois à la communauté internationale de partager la responsabilité des réfugiés avec les pays hôtes, notamment le Liban, principalement en réactivant leurs programmes de réinstallation et en usant de leur influence pour faire en sorte que des observateurs indépendants puissent se rendre en Syrie. »

Complément d’information

Le 13 mai, la Direction de la Sûreté générale libanaise a commencé à appliquer la décision prise par le Conseil supérieur de la Défense, un organe interministériel chargé de la politique de défense nationale et dirigé par le président de la République, s’agissant d’expulser les réfugiés entrés au Liban « illégalement » après la date du 24 avril 2019. Entre cette date et le 9 août 2019, selon les chiffres de la Sûreté générale et du ministre des Affaires présidentielles, communiqués dans le cadre d’une correspondance officielle avec Amnesty International, 2 447 Syriens ont été expulsés vers la Syrie.

Au 31 juillet, 926 717 réfugiés syriens se trouvaient au Liban, enregistrés auprès du HCR, ainsi que 31 000 réfugiés palestiniens venus de Syrie, enregistrés auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). En outre, l’État libanais affirme qu’environ 550 000 réfugiés vivent sur son territoire sans être enregistrés.

Vous avez dit Crimes de Guerre ?!


Plus de 8 ans de crimes de guerre !!…
Que deviennent les survivants face au silence de la communauté internationale ?
La terreur semée par le régime et la Russie marquera à jamais les esprits des Syrien.ne.s…

Que deviennent ceux qui ont perdu leur famille et leurs biens ?
Seraient-ils de futur projet de bombes à retardement ?

Syrie-Crimes-de-guerre--Destruction-des-habitations-des-civils

AMNESTY: Une vague d’hostilité contredit l’idée que les réfugié·e·s syriens rentrent de leur plein gré


 

Amnesty---Liban-et-les-réfigié.e.s-syrien.ne.s-rentrer-de-leur-plein-grès-2019

Liban. Une vague d’hostilité contredit l’idée que les réfugié·e·s syriens rentrent de leur plein gré

L’attaque qui a forcé des centaines de réfugié·e·s syriens à quitter Deir al Ahmar, un camp informel de la plaine de la Bekaa la semaine du 3 juin 2019 illustre clairement l’escalade des hostilités qui amène de nombreuses personnes réfugiées au Liban à rentrer en Syrie, malgré les violations du droit international humanitaire qui ont cours dans ce pays, a déclaré Amnesty International le 12 juin.

Depuis juillet 2018, les autorités libanaises organisent le retour de réfugié·e·s en Syrie et soutiennent qu’il s’agit d’une démarche totalement volontaire. Cependant, l’analyse réalisée par Amnesty International montre que des personnes sont poussées vers la Syrie sous l’effet conjugué de politiques gouvernementales restrictives, de conditions humanitaires déplorables et d’une discrimination endémique.

« Pour de nombreux réfugié·e·s syriens, la vie au Liban est marquée par la peur, les manœuvres d’intimidation constantes et un sentiment de désespoir. Bien que l’État libanais affirme que les retours en Syrie sont volontaires, des événements comme l’attaque de Deir al Ahmar montrent que le quotidien des réfugié·e·s devient insoutenable, ce qui ne laisse d’autre choix à beaucoup d’entre eux que de rentrer dans leur pays », a déclaré Lynn Maalouf, directrice de la recherche sur le Moyen-Orient à Amnesty International.

Pour de nombreux réfugié·e·s syriens, la vie au Liban est marquée par la peur, les manœuvres d’intimidation constantes et un sentiment de désespoir.
Lynn Maalouf, directrice de la recherche sur le Moyen-Orient à Amnesty International

L’organisation a constaté que les expulsions forcées, les couvre-feux, les raids constants dans les camps et les arrestations collectives rendaient la vie insupportable à de nombreuses personnes réfugiées au Liban, obligeant nombre d’entre elles à retourner en Syrie malgré les dangers.

« En ne protégeant pas les réfugié·e·s des attaques, du harcèlement ni des manœuvres d’intimidation et en appliquant des politiques iniques et restrictives qui leur rendent la vie plus difficile, les autorités libanaises alimentent une situation qui, de fait, contraint des réfugié·e·s à rentrer en Syrie, où ils risquent d’être interrogés dès leur arrivée, torturés et victimes de disparition forcée ou d’autres violations », a déclaré Lynn Maalouf.

Pour que le retour de réfugié·e·s en Syrie soit véritablement volontaire, il doit reposer sur un consentement libre et éclairé. Or, Amnesty International est convaincue que de nombreux réfugié·e·s syriens qui émettent le souhait de quitter le Liban ne sont pas en mesure de prendre une décision libre et éclairée, ce pour plusieurs raisons : les conditions déplorables dans lesquelles ils vivent au Liban, notamment la difficulté d’obtenir ou de renouveler leur visa de résidence, ce qui les empêche d’accéder pleinement aux services essentiels, et l’impossibilité d’obtenir des informations objectives et à jour sur la situation des droits humains en Syrie.

Par conséquent, les autorités libanaises ne respectent pas leur obligation de ne pas renvoyer de réfugié·e·s dans un endroit où ceux-ci risqueraient de subir des persécutions ou d’autres graves violations des droits humains (obligation de non-refoulement) car elles leur imposent des conditions qui, en réalité, les forcent à quitter le Liban.

Deir al Ahmar

Le 5 juin, les autorités libanaises ont ordonné l’évacuation du camp de Deir al Ahmar, qui accueillait 600 réfugié·e·s, car la situation était tendue depuis qu’un incendie avait eu lieu. Les personnes qui y vivaient s’étaient plaintes de l’arrivée tardive des secours, ce qui avait donné lieu à une altercation avec la population locale. Les travailleurs et travailleuses d’organisations non gouvernementales (ONG) qui étaient présents ont indiqué à Amnesty International que des hommes de Deir al Ahmar avaient menacé de brûler des réfugié·e·s dans leur tente, poussant nombre d’entre eux à fuir immédiatement.

Plus tard dans la soirée, au moins 50 hommes avaient attaqué le camp : ils avaient incendié trois tentes et en avaient démoli deux autres au bulldozer. Ils avaient hurlé des menaces aux réfugié·e·s : « Vous souillez notre sol – dégagez d’ici – brûlez ici et en enfer. » Aucun agent des forces de sécurité en faction n’était intervenu pour arrêter l’attaque. Un jour plus tard, les municipalités de Deir al Ahmar, de villages environnants et de la ville voisine de Baalbek avaient publié une déclaration ordonnant aux réfugié·e·s syriens de quitter Deir al Ahmar « pour leur propre sécurité ».

Aucun village des alentours n’a accepté d’accueillir les réfugié·e·s mais quelque 90 familles sur 120 ont finalement été autorisées, le 10 juin, à s’installer dans le village reculé de Mekna. La grande majorité d’entre elles vivent dehors dans les champs, sans électricité, eau, nourriture ni tentes, et sans aucun service essentiel à proximité.

En ne protégeant pas les réfugié·e·s des attaques, du harcèlement ni des manœuvres d’intimidation et en appliquant des politiques iniques et restrictives qui leur rendent la vie plus difficile, les autorités libanaises alimentent une situation qui, de fait, contraint des réfugié·e·s à rentrer en Syrie.
Lynn Maalouf

Des conditions déplorables

Autre élément illustrant à quel point l’atmosphère est devenue hostile aux personnes réfugiées au Liban, le Courant patriotique libre, un parti politique libanais, a organisé une réunion le 8 juin pour mobiliser l’opinion publique contre les réfugié·e·s et demander leur retour dans leur pays. Il a distribué des tracts portant le slogan « La Syrie est un pays sûr et le Liban ne peut plus faire face » et des affiches exhortant la population à « protéger les travailleurs et travailleuses libanais en dénonçant les réfugié·e·s qui violent le droit du travail ».

En avril, le Haut Conseil de défense, un organe militaire libanais, a fixé la date butoir du 10 juin pour la démolition de « toutes les structures semi-permanentes » en ciment et d’une hauteur supérieure à 1,5 mètre construites par des réfugié·e·s syriens dans des camps informels à Arsal, une ville du nord du pays. Selon un travailleur humanitaire en poste à Arsal, les autorités font pression sur les réfugié·e·s pour qu’elles démolissent elles-mêmes ces structures afin d’éviter les images de militaires détruisant de force des logements. Une vidéo examinée par Amnesty International semble montrer une réfugiée en train de démolir à la masse un mur en béton.

Par ailleurs, un document publié le 10 juin par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a révélé que les autorités libanaises avaient durci les restrictions imposées aux réfugié·e·s syriens et aux enfants de moins de 15 ans sollicitant un titre de séjour. Elles ont également émis un nouveau décret ordonnant l’expulsion de toute personne de nationalité syrienne entrée au Liban de façon irrégulière après le 24 avril 2019.

Environ 73 % des réfugié·e·s de Syrie vivent au Liban sans visa de résidence valable, soit parce qu’ils n’ont pas les moyens de payer les 200 dollars de frais, soit en raison d’un retard de traitement des demandes par les autorités locales. Les réfugié·e·s en situation irrégulière risquent d’être placés en détention et de se voir imposer des restrictions d’accès à des services comme l’éducation et la santé.

Mettre fin aux « retours volontaires »

Amnesty International estime que, compte tenu du contexte coercitif dans lequel les retours en Syrie s’inscrivent, ils ne peuvent être volontaires. Par conséquent, les autorités libanaises ne respectent pas leur obligation au regard du droit international de ne pas renvoyer de réfugié·e·s dans un endroit où ils risqueraient véritablement de subir des persécutions ou d’autres graves violations des droits humains.

À ce jour, les civils qui rentrent chez eux doivent se soumettre à une « vérification de sécurité » qui comprend notamment un interrogatoire par les forces de sécurité syriennes, responsables de violations des droits humains généralisées et systématiques constituant des crimes contre l’humanité, y compris d’actes de torture, d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions forcées.

« Il faut que l’État libanais élimine de toute urgence l’ensemble des facteurs coercitifs, comme l’impossibilité pour les réfugié·e·s d’obtenir des documents de résidence officiels et d’autres restrictions, ou cesse purement et simplement de renvoyer des réfugié·e·s en Syrie. La communauté internationale, pour sa part, doit mettre à disposition des fonds et des ressources suffisants pour réinstaller les réfugié·e·s et faire pression sur les autorités libanaises pour qu’elles ne renvoient pas de réfugié·e·s en Syrie tant qu’il ne sera pas établi clairement que le pays est sûr et que les droits des personnes qui rentrent seront protégés », a déclaré Lynn Maalouf.

Complément d’information

Le Liban accueille actuellement 938 531 réfugié·e·s syriens enregistrés auprès du HCR et 31 000 réfugié·e·s palestiniens venus de Syrie et enregistrés auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

En outre, l’État libanais affirme qu’environ 550 000 réfugié·e·s vivent sur son territoire sans être enregistrés.

En mars 2019, la Direction générale de la sécurité a annoncé que 172 046 réfugié·e·s étaient rentrés en Syrie depuis décembre 2017 du fait de l’assouplissement des restrictions administratives et de la facilitation et de l’organisation des retours.   

للجدران آذان: أدلة تفضح الإجراءات الداخلية للمخابرات السورية


Les murs ont des oreilles: Des preuves révélant les procédures internes du renseignement syrien

Rapport César les détenus exécutés dans les prisons du régime d'Al-Assad 10

Dans un nouveau rapport analysant les documents des services de renseignement syriens, le Centre syrien pour la justice et la responsabilisation SJAC a déclaré que « les plus hauts responsables du gouvernement syrien étaient au courant de la détention injustifiée de femmes et d’enfants, ont autorisé le recours à la force meurtrière contre des civils et ont délibérément discriminé la minorité kurde ».

Le Centre syrien pour la justice et la responsabilisation SJAC est une organisation de la société civile syrienne à but non lucratif qui œuvre pour « un État syrien où la population jouit de la justice, du respect des droits de l’homme et de la loi, où des citoyens de toutes les composantes de la société syrienne vivent dans la paix et sans crainte ». La mission du Centre est de « promouvoir la justice et la responsabilisation en Syrie en veillant à ce que les violations des droits de l’homme soient bien documentées et à ce que les données de documentation soient gardées en sécurité, cataloguées et analysées afin de promouvoir la justice transitionnelle et la consolidation de la paix ».

Le rapport, « les murs ont des oreilles : est l’analyse de documents confidentiels du secteur de la sécurité syrien », est basé sur une analyse du Centre syrien de 5 000 pages de documents provenant de bureaux de renseignements abandonnés par le gouvernement pendant la guerre en Syrie. Les documents analysés fournissent un registre unique et synchronisé des processus de prise de décision dans les services de renseignement syriens, qui révèle non seulement de graves violations des droits de l’homme, mais également la mesure dans laquelle ces dispositifs pénètrent tous les aspects de la vie en Syrie.

« Alors que les Syriens connaissent les pratiques des services de sécurité, c’est la première fois dans l’histoire de la Syrie que des preuves concernant les plus hauts niveaux du gouvernement syrien sont révélées », a déclaré Mohammed al-Abdullah, directeur exécutif du Centre syrien pour la justice et la responsabilisation. Dans des violations flagrantes des droits de l’homme, comme en témoigne l’écriture de ces mêmes responsables ».

Le rapport de 52 pages, accompagné d’exemples de documents de renseignement originaux, décrit comment, après mars 2011, les services de renseignement syriens ont activé des réseaux d’informateurs qui créaient une frénésie collective de suspicion. « Les officiers ont commencé à se dénoncer et les soldats ont commencé à moucharder contre les officiers, voire même les membres de la famille commencent à dénoncer leurs proches ». Les services de renseignement ont publié de nombreuses listes de personnes recherchées et de nombreux noms ont été radiés, ce qui signifie que certains ont été tués. Les documents ont également permis de mieux comprendre les pratiques de détention, notamment les informations et les ordres passés entre les bureaux de renseignements.

Le rapport met en évidence de solides preuves de l’implication du gouvernement syrien dans des crimes de guerre et de graves violations des droits de l’homme. Les hauts responsables des services de renseignement qui figurent dans ces documents admettent que des enfants ont été arrêtés, que des minorités ont été persécutées et que les envois d’aide ont été retardés ou délibérément détournés. Il est clair que les Kurdes sont la cible de mauvais traitements, de surveillance et d’intimidation. Enfin, le rapport identifie la manière dont le gouvernement a utilisé sa propagande pour inciter à la panique et à la méfiance et pour publier un récit selon lequel un complot international est né pour saper le gouvernement syrien.

« L’Envoyé spécial des Nations Unies devrait donner la priorité à une véritable réforme du secteur de la sécurité en intégrant un contrôle civil sur les institutions du secteur de la sécurité et en l’éloignant des aspects quotidiens de la vie civile », Abdullah a ajouté : « Les gouvernements doivent également en faire une condition préalable à la mise à disposition de fonds de reconstruction ».

للجدران آذان: أدلة تفضح الإجراءات الداخلية للمخابرات السورية

المدن – عرب وعالم | الثلاثاء 21/05/2019

قال ” المركز السوري للعدالة والمساءلة”، في تقرير جديد يحلل وثائق المخابرات السورية، إن “أعلى مستويات الحكومة السورية كانت مطلعة على الاحتجاز غير المبرر للنساء والأطفال، وسمحت باستخدام القوة المميتة ضد المدنيين، وميّزت بصورة متعمدة ضد الأقلية الكردية”٠

المركز السوري للعدالة والمساءلة منظمة مجتمع مدني سورية غير ربحية، تعمل من أجل “دولة سورية ينعم فيها الناس بالعدالة واحترام حقوق الإنسان وسيادة القانون، حيث يعيش المواطنون من جميع مكونات المجتمع السوري بسلام ودونما خوف”. وتتمثل رسالة المركز “في تعزيز العدالة والمساءلة في سوريا من خلال ضمان توثيق انتهاكات حقوق الإنسان بشكل شامل، وحفظ بيانات التوثيق بشكل آمن ومأمون، وفهرستها وتحليلها للنهوض بالعدالة الانتقالية وبناء السلام”٠

ويستند تقرير “للجدران آذان: تحليل وثائق سرية من قطاع الأمن السوري”، إلى تحليل المركز السوري لخمسة آلاف صفحة من الوثائق التي تم الحصول عليها من مكاتب أجهزة الاستخبارات التي هجرتها الحكومة خلال الحرب السورية. وتوفر الوثائق التي تم تحليلها سجلاً فريداً ومتزامناً لعمليات صنع القرار في أجهزة المخابرات السورية، والذي لا يكشف عن انتهاكات خطيرة لحقوق الإنسان فحسب، بل وأيضاً عن مدى تغلغل هذه الأجهزة في كل جانب من جوانب الحياة السورية٠

وقال المدير التنفيذي لـ”المركز السوري للعدالة والمساءلة” محمد العبدالله: “في حين أن ممارسات الأجهزة الأمنية معروفة لدى السوريين، إلا أن هذه هي المرة الأولى في تاريخ سوريا التي يتم فيها الكشف عن أدلة متعلقة بأعلى مستويات الحكومة السورية. وإن الحكومة السورية متورطة بعمق في انتهاكات جسيمة لحقوق الإنسان كما يظهر بخط يد هؤلاء المسؤولين أنفسهم”٠

ويصف التقرير الذي يرد في 52 صفحة، مصحوباً بأمثلة من وثائق المخابرات الأصلية، كيف أنه بعد آذار/مارس 2011، قامت المخابرات السورية بتنشيط شبكات من المخبرين الذين يخلقون جنون ارتياب جماعي، إذ “بدأ الضباط يشون ببعضهم البعض وبدأ الجنود يشون بالضباط، بل حتى أن أفراد الأسر بدأوا يشون بأقربائهم”. وأصدرت أجهزة المخابرات قوائم عديدة بالأشخاص المطلوبين وقد تم شطب العديد من الأسماء، مما يدلّ على أن البعض قد قُتل. كما ألقت الوثائق الضوء بشكل كبير على ممارسات الاعتقال حيث تضمنت معلومات وأوامر تم تمريرها بين مكاتب المخابرات٠

ويسلط التقرير الضوء على أدلة قوية على تورط الحكومة السورية في جرائم الحرب والانتهاكات الخطيرة لحقوق الإنسان. ويعترف مسؤولون رفيعو المستوى في أجهزة المخابرات في هذه الوثائق بأن هناك أطفال تم اعتقالهم، وأن هناك أقليات تم اضطهادها، وأن شحنات المساعدات تم تأخيرها أو تحويلها عن مسارها عن قصد. ويوجد أدلة واضحة على استهداف الأكراد بسوء المعاملة والمراقبة والترهيب. وأخيراً، يحدّد التقرير كيفية استخدام الدعاية الحكومية المغرضة لغرس الذعر وعدم الثقة ونشر رواية تفيد بوجود مؤامرة دولية لتقويض الحكومة السورية٠

وقال العبدالله: “على المبعوث الخاص للأمم المتحدة إعطاء الأولوية لإصلاح حقيقي لقطاع الأمن من خلال دمج السيطرة المدنية على مؤسسات القطاع الأمني وإبعاد القطاع الأمني عن الجوانب اليومية للحياة المدنية”. وأضاف: “على الحكومات أيضاً أن تجعل هذا شرطاً مسبقاً لتقديم أموال إعادة الإعمار”.

 

Les syriens au quotidien


Le quotidien des Syriens sous les bombes

Chefs d’oeuvres russes en Syrie:

voler la jeunesse des enfants

Jeunes syriens à l'école militaire russe à Saint Petresbourg oc 2018-TAS

Militarisation: Jeunes syriens lors d’une visite à l’école militaire russe à Saint Petersbourg. oct 2018-TAS

 

Destruction à la Ghouta orientale-east-ghota

Syrie : Destruction à la Ghouta orientale – east-ghota

 

Pénurie de gaz en Syrie 2019

Syrie: Pénurie de gaz

 

Syria civil défence said five people were killed in the village of Ras al-Ain

Syria civil defence said five people were killed in the village of Ras al-Ain

 

Les frappes aériennes avaient visé des infrastructures civiles - The UN said ground-based attacks and air strikes had targeted civilian infrastructureLes frappes aériennes avaient visé des infrastructures civiles – The UN said ground-based attacks and air strikes had targeted civilian infrastructure

L’ONU a déclaré que les attaques au sol et les frappes aériennes avaient visé des infrastructures civiles

l’enfant Khadija al-Hamdan survivante du bombardement du régime syrien – mai 2019

 

A medical facility in Kafranbel was among those destroyed in reported air strikes

Syrie- A medical facility in Kafranbel was among those destroyed in reported air strikes

Un établissement médical à Kafranbel (Syrie) faisait partie des installations détruites lors de frappes aériennes

 

Après son arrestation depuis 7 ans.. il meurt sous la torture dans le centre de détention de sécurité du régime


Cesar-rapport---torture-en-Syrie-20

Après son arrestation il y a 7 ans .. La mort d’un civil sous la torture dans le centre de détention de sécurité appartenant au régime, vient d’être annoncée…

24 avril 2019 – OSDH

L’OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l’Homme) a documenté le décès d’un jeune homme de la ville d’Idleb sous la torture à l’intérieur du centre de détention de sécurité du régime, après son arrestation depuis près de sept ans.
L’OSDH a, par ailleurs, publié le 16 avril dernier des informations selon lesquelles un officier de police dissident serait mort sous la torture dans les cellules souterraines du renseignement du régime. Selon les détails obtenus par l’OSDH, le martyr a été convoqué par les forces de sécurité « branche Palestine ». L’homme qui a déserté et avait rejoint les factions combattantes avant le déclenchement du plan de « réconciliation » suite au retour des forces du régime dans la ville de Dara’a. Il est resté emprisonné environ deux mois avant de mourir sous la torture, suivi d’une remise à ses parents de ses papiers d’identité.
Alors que l’OSDH a documenté la mort de deux hommes de la ville de Ma’arat al-Nu’man, dans la campagne du sud d’Idleb, torturés dans des centres de détention de sécurité après leur arrestation depuis près de six ans.
Le 9 avril, l’OSDH a annoncé qu’il avait documenté le martyre d’un jeune homme du village de Kafr Zeita, dans la banlieue nord de Hama, sous la torture dans centre de détention de sécurité des forces du régime, après son arrestation il y a environ un an.
L’OSDH a, aussi, publié le 5 avril que les prisons continuaient à rejeter plus de victimes syriennes que celles qui se trouvaient dans des sous sols de détentions, qui ne connaissent que la « mort ». Malgré la libération de détenus et de prisonniers, les meurtres se poursuivent dans ces prisons et centres de détention, qui contiennent des dizaines de milliers de détenus et disparus et a rejeté des dizaines de milliers de victimes tuées par le pouvoir du régime et par ses services secret et ses alliés.
L’OSDH a documenté la mort d’un résident du camp de réfugiés de Yarmouk, d’origine palestinienne, mort sous la torture après son arrestation.
L’OSDH a recensé le 7 mars dernier plus de martyrs sous la torture dans les lieux de détention des services de sécurité des forces du régime. Selon les détails obtenus par l’Observatoire syrien, les noms de 10 personnes, la plupart appartenant à une même famille, Parmi les habitants de la ville de Rastan dans le nord de Homs, où leurs proches ont été informés par le décès de leurs enfants détenus dans les cellules du régime après leur arrestation à différentes périodes depuis le début de la révolution syrienne en 2011.
L’annonce fait suite à la poursuite des assassinats dans les caves de la mort qui ont vu l’assassinat depuis 2011 pour les dizaines de milliers de citoyens syriens arrêtés sous diverses accusations pendant la révolution syrienne en raison de leur opposition au régime et de leurs manifestations contre le régime syrien.

 

عقب اعتقاله منذ 7 أعوام.. استشهاد مدني تحت التعذيب داخل المعتقلات الأمنية التابعة لمخابرات النظام

24 avril 2019 – OSDH

Un espoir de justice après l’arrestation de suspects de crimes contre l’humanité en Syrie


53-ans-d'état-d'urgence

Un espoir de justice après l’arrestation de suspects de crimes contre l’humanité en Syrie

Trois Syriens ont été arrêtés, en Allemagne et en France, qui appartiendraient aux services de renseignements de Damas. Premier résultat d’une enquête à long terme et promesse d’un procès pour les victimes.

La recherche de la justice d’une poignée de victimes du régime syrien vient d’aboutir à un résultat à la fois inédit, concret et symbolique: l’arrestation en Europe, mardi 12 février, de trois anciens membres de la machine répressive de Damas, soupçonnés de crimes contre l’humanité. Point culminant après plusieurs années d’enquête, mais aussi espoir de procès alors qu’en Syrie, Bachar al-Assad a pris le contrôle de la plus grande partie du territoire.

Membres des services de renseignement

L’identité des trois suspects reste pour le moment fragmentée. L’un d’eux a été arrêté en région parisienne, les deux autres en Allemagne à Berlin et à Zweibrücken en Rhénanie-Palatinat. Anwar R., 56 ans, dirigeait une unité d’enquête dans une division du renseignement dédiée à la répression de l’opposition, rapporte le journal. Der Spiegel “. Eyad A., 42 ans, était responsable d’une section chargée d’arrêter les détenus et de les transférer dans les locaux des services de renseignement de Damas affectés à la torture. L’un d’entre eux, selon nos informations, aurait le grade de colonel.

Les atrocités de Daesh ont oublié les crimes de masse de Bachar al-Assad

En ce qui concerne les accusations, Anwar R. est accusé de complicité dans quatre affaires de torture, tandis qu’Eyad A. aurait contribué à 2 000 affaires de torture et à quatre affaires de meurtre, indique le rapport. ” Der Spiegel “. Tous deux ont fui la Syrie en 2012, un an après le début de la révolution – en mars 2011 – pour ensuite demander l’asile en Allemagne.

Le suspect arrêté en France en garde à vue, les informations le concernant sont pour le moment moins nombreuses. Selon l’AFP, il aurait environ trente ans et serait également un ancien service de renseignement.

Juridiction universelle

Ces trois arrestations ont été rendues possibles par le ” juridiction universelle Qui est disponible dans plusieurs pays européens. Cela permet à leurs tribunaux de poursuivre un suspect indépendamment du lieu où il a agi, de sa nationalité et de celle de la victime lorsque les faits constituent des crimes contre l’humanité. Avec cette compétence, l’Allemagne et la France ont ouvert des enquêtes – en France, pour la première fois en septembre 2015, puis en janvier 2018, par le pôle “crimes contre l’humanité, crimes et crimes de guerre”.

“Qui sait, Bashar pourrait être jugé un jour?”

Les tribunaux fédéraux allemand et parisien, travaillant ensemble, alimentent leur enquête sur “ Dossier César Le nom de code d’un photographe de la police militaire qui, en 2013, a fui la Syrie avec 45 000 coups de feu montrant, entre autres, près de 6 600 prisonniers torturés à mort (1). Ce dossier, transmis aux autorités puis à la justice française, a joué un rôle déterminant pour arriver aux arrestations du mardi 12 février. ” C’est un dossier structurel, qui a permis de reconstituer un grand nombre de témoignages explique Clémence Bectarte, avocate à la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), qui assiste plusieurs victimes. Ensuite, si l’application de la loi peut être établie, c’est par l’intermédiaire de témoins, car ils permettent d’affiner les responsabilités.. “

Ce qui suit: mandats d’arrêt et procès

Alors que la délivrance de nouveaux mandats, dans d’autres affaires concernant la Syrie, pourrait suivre en France comme en Allemagne, les trois arrestations du mardi 12 février rendent réaliste la possibilité d’un procès. Sur le même horizon que l’Allemagne, le procureur fédéral dispose d’un délai de six mois après son arrestation pour produire un acte d’accusation, dans une perspective plus lointaine en France. ” Cela ouvre de nombreuses possibilités de fenêtres de vérité judiciaire, se félicite de l’avocat de la FIDH, Clémence Bectarte, qui entend devenir partie civile. Jusqu’à présent, cela n’a jamais été le cas en Syrie. “

Marianne Meunier

Le Syrien arrêté en France mis en examen et écroué pour «complicité de crimes contre l’humanité»

Publié le 15/02/2019 à 22:32

Un Syrien arrêté en région parisienne a été mis en examen vendredi et écroué pour «complicité de crimes contre l’humanité», une première en France dans la traque des responsables d’exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad, a appris l’AFP de source judiciaire. Interpellé mardi, Abdulhamid A., né en 1988, est soupçonné d’avoir participé aux exactions commises contre les populations civiles par le régime syrien entre 2011 et 2013, alors qu’il était membre des services de renseignement, selon une source proche du dossier.

 

Arrestation en Allemagne de 2 Syriens soupçonnés de crimes contre l’humanité

Paris Match |

La Rédaction, par AFP

سوري موقوف بفرنسا سيحال على قاضي تحقيق بشبهة جرائم ضد البشرية

15 فبراير 2019

أعلنت النيابة العامة في باريس أن سورياً تم توقيفه الثلاثاء في فرنسا، للاشتباه في اقترافه جرائم ضد الإنسانية، تمت إحالته الجمعة أمام قاضي تحقيق قد يوجه إليه الاتهام.

وقال مصدر قريب من الملف إن الموقوف كان عمل سابقا في جهاز مخابرات النظام السوري، ويشتبه في أنه شارك في تجاوزات بحق مدنيين بين 2011 و2013.

وأوضحت النيابة العامة أنه تم فتح ملف اتهامي بشأن أعمال تعذيب وجرائم ضد الإنسانية والتواطؤ في هذه الجرائم.

وتم توقيف الرجل الثلاثيني في المنطقة الباريسية الثلاثاء.

وتم في اليوم ذاته توقيف مواطنين سوريين آخرين في برلين وزوبروكن (غرب ألمانيا) في إطار عملية يتولاها فريق تحقيق مشترك بين البلدين.

والسوريان الموقوفان في ألمانيا يشتبه في أنهما عنصران مفترضان في المخابرات السورية، بحسب النيابة الاتحادية في كارلسروهي بألمانيا.

ويشتبه في تواطؤ أنور.ر (56 عاما) في عمليات تعذيب في السجن. كما يشتبه في مشاركة إياد.أ (42 عاما) في قتل وعمليات تعذيب طاولت ألفي شخص على الأقل بين يوليو/ تموز 2011 ويناير/ كانون الثاني 2012.

واعتمد المحققون خصوصا على شهادات ضحايا عمليات التعذيب.

وبحسب النيابة الألمانية، فإن الرجلين غادرا سورية منذ 2012 قبل أن يصلا إلى ألمانيا حيث طلبا اللجوء.

وارتكب النظام السوري، منذ بداية الثورة في 2011، انتهاكات لحقوق الإنسان، بينها حالات تعذيب واغتصاب وإعدامات تعسفية.

(فرانس برس)

%d bloggers like this: