La prostitution des politiques!!


 

*

20180809-Prostitution-des-politiques-2

*

Advertisements

#je_suis_contre_le_régime_assad


 

*

Le-Dictateur-donne-carte-blanche-2

*

Washington se déplace à l’est de la Syrie: aucun retour proche au régime dans la région


Photo Ocalan et Assad 2018

Washington bouge à l’est de la Syrie: aucun retour proche  au régime dans la région

Amin Al-Assi
6 août 2018

A peine la région de l’Euphrate orientale en Syrie s’éclipse de la scène syrienne, pour réapparaitre en état plus dynamique, avec des développements politiques et militaires confirmant le rôle central de cette région économique et stratégique la plus importante dans le contexte du conflit régional et international complexe sur la Syrie. Dans ce contexte, les États-Unis ont dernièrement commencé un mouvement politique dans la campagne de Raqqa, quelques jours après une première série de négociations entre les « forces démocratiques de la Syrie /FDS » soutenu par Washington, avec le régime, afin de déterminer le sort de la région. Des responsables de l’aile politique des FDS ont confirmé que « les négociations avec le régime ne signifie pas du tout le retour de ses troupes et de ses forces de sécurité dans les zones sous contrôle des FDS », notant en même temps que les « FDS » possèdent des cartes de négociation « forte » et qu’elles sont à la recherche de « l’autonomie » dans les régions kurdes, ce qui signifie l’abandon définitif de l’idée d’une Syrie fédérale, qui a été revendiqué par les partis kurdes syriens.

L’ancien ambassadeur des États-Unis à Bahreïn, William Rubak, a visité jeudi dernier, la ville de Tabqa dans la campagne de Raqqa ouest, et a rencontré, selon des sources kurdes de Syrie, un certain nombre de dirigeants de « FDS », y compris les coprésidents de la soi-disant « Conseil législatif » dans la ville, et les co-présidents du Conseil d’administration et des Membres de l’administration civile à Tabqa. Les sources ont indiqué que Rubak a donné une explication sur la directives du président américain, Donald Trump, de garder les forces américaines, avec les forces de la « coalition internationale » dans diverses régions du nord de la Syrie, y compris le sud de la région de l’Euphrate, afin d’éviter le vide militaire dans la région et pour empêcher le retour de l’organisation « Daech », en soutien à la sécurité et la stabilité dans la zone.

L’ambassadeur des États-Unis et sa délégation ont visité après la réunion, l’hôpital national de la ville al-Tabqa, puis ils ont quitté la ville vers la base de « Khrab el-‹Ichq » » située dans la campagne nord de Raqqa, considéré comme la première visite de sa genre pour un ambassadeur américain. La visite de Rubak parvient quelques jours seulement après le début des négociations entre le « Conseil de la Syrie démocratique » et le régime syrien, dans le cadre du retour de ce dernier dans la zone contrôlée par les FDS, ce qui a été considéré par le régime comme une restauration d’un « dépôt » donné auparavant à ces forces, que les unités kurdes forment le poids principal, dans le cadre de sa stratégie visant à embêter la Turquie et empêcher les factions de la révolution d’aller de l’avant pour conquérir davantage de régions.

Il est clair que la visite du responsable américain porte de nombreux messages politiques aux parties du conflit en Syrie, notamment que la présence américaine à l’Est  a une importance économique, que Washington ne compte pas abandonner les kurdes syriens actuellement. Depuis 2014, les États-Unis ont soutenu les unités kurdes, la branche militaire du Parti de l’Union démocratique, pour contrôler environ un quart de la Syrie. Ces forces contrôlent aujourd’hui la majeure partie de l’est de la région de l’Euphrate, qui est considérée « la Syrie utile » avec sa richesse en eaux, en agriculture et en pétrole, et ont pris le contrôle des zones qui étaient dominées par l’organisation « Daech » sur la majeure partie de la province de Raqqa et toute la campagne de Deir az-Zor au nord de l’Euphrate, ainsi que son contrôle sur la majeure partie de la province de Hassaka à l’extrême nord-est de la Syrie, à l’exception de deux carrées de sécurité du régime dans les villes de Qamichli et Hassaka, et dans certaines parties de la campagne de sa province. En outre, elles contrôlent une grande partie de la campagne d’Alep au nord-est, à l’est de l’Euphrate et une série de villages situés au sud de l’Euphrate, allant de la ville de Tabqa à l’ouest jusqu’à la ville de Raqqa à l’est, sur une distance de plus de 60 kilomètres.

(…)

Les Kurdes syriens ne cachent pas leurs craintes que leur alliance avec Washington se brise un jour, ce qui signifie les laisser seuls face à l’armée turque très motivée pour attaquer la zone orientale de l’Euphrate pour enterrer toute tentative d’imposer une région à caractère kurde dans le nord de la Syrie, considéré par Ankara comme une violation directe de sa sécurité nationale. Par conséquent, les Kurdes se sont rués pour tisser la toile d’un accord avec le régime, qui pourrait les aider à éviter une intervention militaire Turque semblable à celle parvenue dans le canton d’Afrin à majorité kurde au nord-ouest d’Alep, qui a fini par écraser les unités kurdes, et a ouvert la voie à une compréhension turco-américaine sur la ville de Manbej à l’ouest de l’Euphrate et devrait mettre fin à toute présence kurde militairement efficace à l’ouest de l’Euphrate, ce qui signifie la disparition de tout rêve kurde dans la formation d’une région kurde en Syrie, similaire à la région du Kurdistan d’Irak

واشنطن تتحرك شرقي سورية: لا عودة للنظام قريباً

أمين العاصي
6 أغسطس 2018

لا تكاد تتوارى منطقة شرقي الفرات في سورية عن واجهة المشهد السوري، حتى تعود بزخم أكبر، وبتطورات سياسية وعسكرية تؤكّد مركزية هذه المنطقة الأهم اقتصادياً واستراتيجياً في إطار الصراع المعقد إقليمياً ودولياً على سورية. وفي هذا الإطار، بدأت الولايات المتحدة أخيراً تحركاً سياسياً لافتاً في ريف الرقة، بعد أيام قليلة من جولة تفاوض أولية بين “قوات سورية الديمقراطية” (قسد) المدعومة من واشنطن، والنظام، لتحديد مصير المنطقة. ويؤكّد مسؤولون في الجناح السياسي لهذه القوات أنّ “المفاوضات مع النظام لا تعني على الإطلاق عودة قواته وأجهزته الأمنية إلى أماكن سيطرة هذه القوات”، مشيرين في الوقت ذاته إلى أنّ “قسد” تملك أوراق تفاوض “قوية”، وإلى أنّها تبحث عن “حكم ذاتي” في المناطق الكردية، ما يعني التخلّي نهائياً عن فكرة سورية الفيدرالية التي كانت تطالب بها أحزاب كردية سورية.

وزار السفير الأميركي السابق في البحرين، وليام روباك، الخميس الماضي، مدينة الطبقة بريف الرقة الغربي، والتقى، وفق مصادر سورية كردية، بعدد من قيادات “قسد”، بينهم الرئيسان المشتركان لما يسمى بـ”المجلس التشريعي” في المدينة، والرئيسان المشتركان للمجلس التنفيذي، وأعضاء الإدارة المدنية في الطبقة. وأشارت المصادر إلى أنّ روباك قدّم شرحاً حول توجيهات الرئيس الأميركي، دونالد ترامب، بإبقاء القوات الأميركية إلى جانب قوات “التحالف الدولي” في مختلف مناطق شمال سورية، بما فيها منطقة جنوب الفرات، وذلك منعاً لحصول أي فراغ عسكري في المنطقة، ولضمان عدم عودة تنظيم “داعش” إليها، ولدعم الأمن والاستقرار فيها.

وتوجه السفير الأميركي والوفد المرافق له عقب انتهاء الاجتماع إلى مشفى مدينة الطبقة الوطني، ومن ثمّ غادر المدينة نحو قاعدة “خراب العشق” بريف الرقة الشمالي، في زيارة هي الأولى من نوعها لسفير أميركي إلى مدينة الطبقة بريف الرقة. وتأتي زيارة روباك بعد أيام فقط من بدء مفاوضات بين “مجلس سورية الديمقراطية” والنظام السوري، لعودة الأخير إلى المنطقة التي تسيطر عليها هذه القوات، وهو ما اعتبر بمثابة استعادة النظام “وديعة” سبق له أن أعطاها لهذه القوات التي تشكّل الوحدات الكردية ثقلها الرئيسي، وذلك في إطار استراتيجيته لمناكفة تركيا ولمنع تقدّم فصائل الثورة نحو المزيد من المناطق.

ومن الواضح أنّ زيارة المسؤول الأميركي تحمل العديد من الرسائل السياسية لأطراف الصراع في سورية، لعلّ أبرزها أنّ الوجود الأميركي في الشرق ذي الأهمية الاقتصادية، ليس طارئاً، وأنّ واشنطن ليست في وارد التخلي النهائي عن الكرد السوريين في الوقت الراهن. ودعمت الولايات المتحدة منذ عام 2014 الوحدات الكردية، وهي الذراع العسكرية لحزب “الاتحاد الديمقراطي”، حتى باتت تسيطر على نحو ربع مساحة سورية. وتسيطر هذه القوات اليوم على أغلب منطقة شرق الفرات التي تعدّ “سورية المفيدة” بثرواتها المائية والزراعية والنفطية، كما انتزعت السيطرة من تنظيم “داعش” على أغلب محافظة الرقة، وكامل ريف دير الزور شمال نهر الفرات، إلى جانب سيطرتها على أغلب محافظة الحسكة، أقصى شمال شرقي سورية، باستثناء مربعين أمنيين للنظام في مدينتي القامشلي والحسكة، وأجزاء من ريف المحافظة. كذلك تسيطر على أجزاء واسعة من ريف حلب الشمالي الشرقي، شرق نهر الفرات، وسلسلة قرى جنوب نهر الفرات تمتد من مدينة الطبقة غرباً وحتى مدينة الرقة شرقاً، على مسافة أكثر من 60 كيلومتراً.

وكانت روّجت وسائل إعلام تابعة للنظام أنّ الوحدات الكردية سلّمت مشفى الطبقة وسدّ الفرات في المدينة لقوات النظام، ولكن مصادر محلية مطلعة أكدت في اتصال مع “العربي الجديد” أنّ هذا الكلام “عار من الصحة”، مشيرةً إلى أنّ الحوار في بدايته، ولن يتم تسليم النظام المنطقة في المدى المنظور. وكان عُقد في العاصمة السورية أخيراً لقاء بين وفد من “مجلس سورية الديمقراطية” (مسد)، ومسؤولين في النظام. وقالت الرئيسة التنفيذية لـ”مسد”، إلهام أحمد، في حديث تلفزيوني يوم الجمعة عن هذا الموضوع، إن هذا اللقاء يأتي “في إطار معرفة جهوزية دمشق للبدء بمرحلة التفاوض والحوار لحلّ الأزمة في سورية بالكامل”، مشيرةً إلى أنّه “تمّ الاتفاق مع دمشق على تشكيل لجان مشتركة من الطرفين مهمتها بالأساس بحث مسائل تتعلّق بنظام الحكم والإدارة في مناطق سورية المختلفة وخصوصاً في مناطقنا، إذ لم نلحظ أي اعتراض من جانب الحكومة في اتجاه الإبقاء على إدارة الحكم الذاتي في المناطق الكردية في البلاد”، وفق تعبيرها.

وشددت أحمد على أنّ “الملف الأمني لم يكن مطروحاً على طاولة المفاوضات مع وفد النظام”، لافتةً إلى أنّ غالبية الأحزاب الكردية المنضوية تحت “الإدارة الذاتية” ستكون ممثلة في الحوار مع دمشق. وأكدت أنّ “مسألة تسليم مناطق لدمشق غير واردة حالياً في المفاوضات”، وأن “معظم المسائل التي طرحت في اللقاء الأول مع وفد الحكومة السورية سيتم مناقشتها في مراحل مقبلة”، موضحةً أنّ “غالبيتها تتعلّق بالحكم في مناطق الحكم الذاتي وحقوق القوميات في سورية، وخصوصاً حقوق الشعب الكردي، وكذلك مسائل المكونات والقوميات الأخرى”، وفق أحمد التي رأست وفد “سورية الديمقراطية”.

وحول الموضوع ذاته، أكّد بسام اسحق، عضو “مجلس سورية الديمقراطية”، في حديث مع “العربي الجديد”، أنه “جرت جولة مفاوضات واحدة بطلب من النظام”، موضحاً أنها “تناولت المواضيع الخدمية كخطوة أولى، وتمّ الاتفاق على متابعة التفاوض، وتناول الملفات السياسية”. ونفى اسحق أن تكون نتيجة المفاوضات عودة قوات النظام إلى المناطق التي تسيطر عليها “قوات سورية الديمقراطية”، قائلاً “لو كان الأمر سيصل إلى تسليم شرقي الفرات للنظام، لما جرت مفاوضات ولا احتاج الأمر للتفاوض”.

وأضاف أنّ مفاوضات “مجلس سورية الديمقراطي” مع النظام “لا تجري حسب مفاوضات أستانة وسوتشي التي انتهت بتسليم مناطق للنظام. وتابع أن هذا المجلس ذو الغالبية الكردية “يملك أوراقاً قوية في التفاوض، فهو يسيطر على مساحة واسعة شرقي الفرات اكتسبها ليس بمحاربة النظام، بل بمحاربة تنظيم إرهابي مارق (داعش)، وبمساندة تحالف دولي. مسد يريد سورية جديدة، أي دستور جديد، ونظام سياسي جديد يعبّر عن تطلعاته لسورية تعددية تشاركية لا مركزية”، بحسب اسحق وهو رئيس المجلس السرياني الوطني السوري المنضوي سابقاً في المجلس الوطني قبل أن ينخرط في صفوف “قسد”.

وحول مخاوف المدنيين في محافظة الرقة من عودة قوات النظام وأجهزته الأمنية للمنطقة نتيجة المفاوضات، شدّد اسحق على أنّ مجلس سورية الديمقراطية “لن يقبل بدخول النظام إلى الرقة أو أي منطقة شرق الفرات ويكون له يد مطلقة كما حصل في المناطق الأخرى”، وفق قوله.

ولا يخفي الأكراد السوريون مخاوفهم من انفراط عقد تحالفهم مع واشنطن، ما يعني تركهم وحيدين في مواجهة الجيش التركي المتحفّز للانقضاض على منطقة شرقي الفرات لوأد أي مسعى لفرض إقليم ذي صبغة كردية في شمال سورية تعتبره أنقرة مساساً مباشراً بأمنها القومي. ومن هنا جاءت اندفاعة الأكراد لنسج خيوط تفاهم مع النظام ربما يجنّبهم تدخلاً عسكرياً تركياً شبيهاً بالتدخل في منطقة عفرين ذات الغالبية الكردية شمال غربي حلب، والذي انتهى بسحق الوحدات الكردية، ومهّد الطريق أمام تفاهم تركي أميركي حول مدينة منبج غربي الفرات ومن المتوقّع أن ينهي أي وجود عسكري فعّال للأكراد غربي نهر الفرات، وهو ما يعني تلاشي أي حلم كردي في تشكيل إقليم في سورية شبيه بإقليم كردستان العراق

La mort est un maître de Damas – الموت سيد من دمشق


Monsters

La mort est un maître de Damas

La guerre en Syrie a montré que le régime familial de Assad n’est rien d’autre qu’un grand appareil de sécurité doté de 100 corps et visages. La guerre a presque déraciné le régime, la majeure partie du territoire syrien est devenue incontrôlable et le pays s’est presque désintégré, mais une chose est restée efficace tout le temps: son appareil de sécurité. C’est le secret du régime syrien (plutôt Assadiste) et rien d’autre. Inutile de lui rappeler que ses “alliés” qui lui ont permis de “survivre” à ce jour n’ont pas été épuisés à cet égard: voici sa spécialité et il est donc capable de servir même l’homme du KGB à Moscou.

Amjad Nasser

قد بيّنت الحرب في سورية أن نظام عائلة الأسد ليس سوى جهاز أمني كبير بمئة جسد ووجه. كادت الحرب تقتلع النظام من جذوره، وخرجت معظم مناطق سورية من سيطرته، وكادت البلاد تتفكّك أجزاء، لكنَّ شيئاً واحداً ظل يعمل في كفاءةٍ طول الوقت: جهازه الأمني. هذا هو سرّ النظام السوري (الأسدي بالأحرى) ولا شيء غيره. ولا ضرورة للتذكير أن “حلفاءه” الذين مكَّنوه من “البقاء” حتى الآن لم يرهق كاهلهم على هذا الصعيد، فهنا اختصاصه، وبهذا هو قادرٌ على تقديم خدمةٍ حتى لرجل “كي جي بي” في موسكو.

Témoignages de survivants… Méthodes de tortures dans les prisons du régime syrien


 

Syrie-syria-Methodes-de-torture-

https://www.fidh.org/fr/regions/maghreb-moyen-orient/syrie/syrie-le-calvaire-des-detenus

https://www.amnesty.org/fr/latest/campaigns/2016/08/syria-torture-prisons/

شهادات ناجين… أساليب التعذيب في سجون النظام السوري

عبد الله البشير

Témoignages de survivants … Méthodes de torture dans les prisons du régime syrien

Abdullah al-Bashir
31 juillet 2018

« al-Arabi al-Jadid » présente ci-après les témoignages et histoires d’anciens détenus dans les prisons du régime syrien, où certains récits de ce qui se passe là-bas parlent de personnes mortes après avoir été battues à mort, d’autres mortes de faim et d’autres cas aussi tragiques

« Nous souhaitions la mort à chaque instant », c’est ce que est confirmé par Mu’tassim Abdul-Sater, le natif de la ville de Khan Chaikhoun (région d’Idleb),, en parlant de sa détention et de ses déplacements forcés entre plusieurs centres de détention et prisons du régime syrien du président Bachar al-Assad. Il ajoute:.. « Nous avons vu des scènes terrifiantes. Mon histoire a commencé quand on m’a emmené avec d’autres personnes à la branche de sécurité militaire à Damas. Nous sommes entrés, au début, dans la salle d’interrogatoire et on nous a demandé d’avouer des crimes que n’avons pas commis, mais j’ai refusé, on nous a, ensuite, emmené dans une cave au sous-sol, les yeux bandés avec un tissus. La première chose qu’ils nous ont fait c’est de nous déshabiller complètement. Ils ont commencé à nous frapper avec des tuyaux d’eau en plastique vert, partout sur nos corps. Nous étions frappés quotidiennement pendant des heures jusqu’à l’évanouissement perdant ainsi tout sens. C’est là où la souffrance a commencé, une personne, de mon âge, qui a la cinquantaine est décédée, à cause des coups impitoyables… Son corps était incroyablement enflé, et avait des côtes brisées. »

Demi-olive
Abdul-Sater continue: « Après une période de détention, ils m’ont emmené à l’interrogatoire et ont insisté pour que je confesse les crimes ». J’étais persuadé que la mort attend les 26 détenus qui ont étaient arrêtés au même lieu que moi. J’ai maintenu ma position, que j’étais innocent. Ils m’ont emmené dans la cave, il m’ont frappé et m’ont électrocuté, ils m’ont attaché à une chaise (Figure 6), puis m’ont suspendu, attaché avec mes mains et le corps suspendant sans appui (voir figure 2), ajoutant: « A cette époque, les détenus étaient torturés pendant un jour ou deux ou même des heures, mais ils m’ont complètement ignoré me laissant en état d’évanouissement la plupart du temps. J’ai appris ensuite que j’ai passé un mois entier dans cet état, nourri avec le peu qui peut me permet de rester en vie, c’est ainsi que j’ai pu m’en sortir, de retour au dortoir, j’ai constaté que 4 personnes sont mortes sous la torture, y compris une personne dont le corps est resté dans le dortoir sans aucun moyen pour couvrir son corps. Les gardiens de la prison ne répondaient pas à nos cris pour retirer le corps. Nous avons dormi plusieurs jours avec le cadavre, avant qu’il ne soit sorti plus tard. “

Abdul-Sater poursuit son témoignage: « A cette période, à cause de l’atrocité de la torture, de la faim et de la saleté dans laquelle nous nous trouvions, comme les toilettes qui se trouvent au même endroit que nous où nous dormons, une épidémie de gale commence à se répandre parmi nous. Nous rêvions d’eau propre, mais c’est resté un rêve, nous buvions du robinet des toilettes, quand les geôliers décidaient de l’ouvrir pour nous. Nous sommes restés des jours entiers sans eau. Ca nous a tous affecté, nous étions tous persuadés que le suicide était la seule façon pour nous en finir. J’ai demandé, un jour, à l’un des détenus de m’étrangler en même temps que je l’étrangle, mais nous en avons échoué. Il y avait un autre moyen pour nous suicider, qui consiste à frapper la tête contre les murs de la prison, mais le sang coulait et la tentative se termine par l’évanouissement, sans atteindre le but ». Il ajoute : « parmi les scènes les plus brutale, lorsque nous étions tous nus, ils ont demandé à un jeune homme de battre un autre homme malade, d’abord il a refusé, ils n’ont pas hésité à la battre, il est tombé par terre, ils ont continué à le battre lui donnant des coups de pieds, puis lui ont ordonné de nouveau de battre l’homme malade, il a exécuté, ensuite ils se sont mis à battre les deux ensemble; quelques heures après l’homme malade a complètement perdu la vue, ne pouvant plus marcher et s’est écroulé entre nous en passant dans le couloir, les geôliers ont pensé qu’il est en train de faire la comédie, l’un d’entre eux lui criait: bouge espèce d’animal, bouge… mais il est resté immobile, ils l’ont retourné pour s’assurer qu’il était mort. Ils se réjouissaient lorsque l’un d’entre nous meurt au sous-sol ».

Abdul-Sater dit: « Il y a une scène qui n’a jamais quitté mon esprit, comment nous divisions les olives entre nous. Nous les posons sur le sol, et nous nous éloignons un peu, puis les comparons pour voir s’il y avait une différence dans leurs tailles pour les partager équitablement entre nous. Dans les jours de prospérité nous avions chacun la moitié d’une olive. Quand ils nous ont emmenés dans une prison à Damas, un fois entrée au dortoir, une grande joie m’a pris, car il y avait une lumière jaune qui imprégnait le dortoir sombre, alors je suis allé immédiatement m’asseoir contre cette lumière, et y est resté plus de trois heures, mais la lumière n’a pas dévié comme il arrive au soleil, ici, j’ai compris qu’il s’agit d’une lumière d’éclairage du dortoir qui ne s’éteint pas, et qui vise à nous empêcher de dormir ».
Abdul-Sater termine son témoignage : « Ils m’ont fait sortir de la prison de Saidnaya sur un brancard après trois ans passées dans plusieurs centres de détention, je pesait alors 26 kg, j’étais plus proche de la mort que de la vie où 14 personnes sont morts sous la torture pendant ma période d’emprisonnement, tandis que les autres parmi ceux qui étaient avec moi au début, je n’en ai aucune information et je pense qu’ils sont également morts parce que ma sortie vivant est assez étrange ».

A propos de sa détention, le chercheur Sacha al’Allo du « Centre d’études Omran » explique, que son expérience est amère et douloureuse. Il a été arrêté dans la branche de la région connue sous le nom de la branche 227 à la fin de l’année 2013 pour être libéré en 2014. Il dit: « Nous entendons parlé de travail forcé dans les prisons comme servir périodiquement de la nourriture aux autres prisonniers, mais il y avait un autre type de travail forcé, transporter les cadavres, car nous devions déplacer les corps des personnes tuées sous la torture dans la cour en dehors de la prison à chaque fois qu’il y avait un détenu qui meurt d’entre nous. Nous avions l’habitude de mettre le cadavre du détenu sur une couverture, que nous portions des quatre coins et nous le déplacions jusqu’à la place, ensuite une voiture transportait les corps vers un endroit que nous ne connaissons pas. Les causes de la mort étaient nombreuses, parmi lesquelles la torture, certaine personnes ne supportant pas les passages à tabac sévères mourraient immédiatement, d’autres d’entre eux vivaient pendant des jours souffrant de complications liées à la torture sur la chaise allemande, où la victime est attachée à une chaise placée par dessus de son dos (voire figure n°4), ce qui cause ladéchirure des muscles et des ruptures des viscères, ce qui provoque la propagation des virus dans son corps et conduit ensuite à sa mort ».

al’Allo ajoute: « Pour ceux qui souffrent de maladie chronique, beaucoup d’entre eux meurent parce qu’il ne parviennent pas à tenir à cause de la situation tragique dans la prison, je me souviens de ce garçon de quatorze ans qui était diabétique, qui a eu une crise sévère après avoir été torturé et était sans nourriture, le médecin lui a donné une piqûre d’insuline pour le laisser mourir Immédiatement à cause du très faible taux de sucre dans le sang, nous avons été insultés par le médecin en nous disant: Pourquoi vous ne nous avez-vous pas prévenu qu’il était sans nourriture… bien qu’il le savait déjà.

Les scènes les plus horribles, dit al’Allo : « C’était les cadavres des détenus qui remplissaient les bains de prison, ils étaient entassés les uns par-dessus les autres, nous les mettons là-bas par manque d’espace dans le dortoir, qui ne nous suffisait même pas pour dormir. Il y avait un véritable combat pour la survie qui empêche le traitement de traumatisés, en particulier, les nouveaux détenus, qui, en débarquant, voyaient cette scène. Je me souviens que je suis entré un jour dans cette situation, lorsque j’étais en travaux forcés pour transporter les cadavres au lieu habituel, alors que nous déplaçons les corps, il me semblait que l’une des personnes respire encore, je n’ai pas pu me retenir, et j’ai décidé d’annoncer la nouvelle à l’agent de la prison, et lui ai dit que le jeune homme est encore en vie, il m’a répondu: laisse le, il va mourir plus tard dans la voiture de transport. je suis ensuite retourné au dortoir, en imaginant ce qu’il pourrait arriver à l’homme en reprenant conscience et vie, tandis que moi je suis entré dans un état de délire durant trois jours, mais dieu m’a aidé avec des personnes qui ont pris soins de moi, tout au long de cette période, pour reprendre ma raison et revenir à ma nature ».

(…)

Viol collectif
Amal, 33 ans, de Hama, dit que la scène de la mort lui est devenue familière à l’intérieur de la prison. Il n’y avait aucune ligne rouge dans le traitement des femmes, des insultes et jurons à des coups violents, au rasage des cheveux, jusqu’au viol collectif par les geôliers.

Amal ajoute: « Ce qui me terrorise jusqu’aujourd’hui, c’est la scène de la torture d’une des étudiantes de la Faculté de littérature, originaire de Dar’a. La jeunes fille était belle et digne. Elle s’appelait Hala. Quand elle est entrée au centre de détention elle était dans un état de choc, car on lui avait ôté son voile et tous ses vêtements, comme d’habitude, sous prétexte d’inspection, qui est un prétexte pour humilier les femmes. plusieurs jours après son incarcération, les insultes et la torture subi, un des éléments de sécurité est descendu dans sa cellule. Il était fier d’être originaire du village de Qabou sitié dans la campagne nord de Homs, il répétait toujours : « Bachar al-Assad est votre dieu ». Amal dit qu’il cherchait les jeunes et belles filles pour passer les soirées avec elles et certains membres du centre, et c’était sur Hala que son choix est tombé. Il l’avait pris par ses cheveux en lui disant « cette nuit est la tienne, tu seras ma hôte ».
Elle continue: « Plusieurs heures après, vers 4 heure du matin, ils sont redescendus en état d’ébriété, ils ont ouvert la porte de la prison et l’ont jeté en l’insultant et en riant. La jeune fille était vierge et avait vingt ans, elle était tachée de sang et saignait et incapable de marcher. Nous étions pas en mesure d’arrêter son hémorragie, nous ne pouvions pas non plus la retirer de l’état de choc, tous nos cris et frappes à la porte de la cellule n’ont pas servi à la sauver car elle est morte deux heures après. Quand ils sont venus pour retirer son corps, l’un d’entre eux a commenté avec ironie: elle était belle. Puis ils nous demandé de la porter jusqu’à l’arrivée des des agents pour la transporter à l’extérieur, et l’un d’eux nous a dit: « n’ayez pas peur, la soirée de la semaine prochaine, vous devriez être solide et forte pour que vous ne mourriez pas comme Hala ».
Ces personnes dépourvues de sentiments et ne tiennent pas dans le cœur de compassion ou de pitié … assassiner est la seule chose qu’ils maitrisent. »

547 personnes tuées sous la torture en Syrie au mois de juillet, dont 542 victimes par le régime – التعذيب في سجون النظام الأسدي في سوريا


Cesar-rapport---torture-en-Syrie-20

547 Individuals Died due to Torture in Syria in July 2018

547 personnes tuées sous la torture en Syrie au mois de juillet, dont 542 victimes par les forces du régime

 

مقتل 547 شخصاً بسبب التعذيب في سوريا في تموز 2018

 منهم 542 على يد قوات النظام السوري

Rapport-César-les-détenus-exécutés-dans-les-prisons-du-régime-d'Al-Assad.jpg

 

 

Un millier de victimes sous la torture ou exécutées : Assad cherche a enterrer le dossier des détenus


Ryan Mohammed
28 juillet 2018

Dans une liste considérée comme la plus importante depuis le début des fuites que le régime syrien laisse infiltrer portant des noms de détenus qu’il a liquidés silencieusement dans ses prisons, il remet à la Direction du registre civil de la ville de Daraya une liste de 1 000 noms de détenus originaires de Daraya (Ghouta orientale), tous morts dans les centres de détention. Il a demandé l’enregistrement de leur décès auprès des registres d’état civil, ceci au milieu des questions qui se posent sur l’accélération du rythme du calendrier du régime pour révéler le sort des milliers de détenus et les fuites délibérés des noms de victimes toutes mortes, il y a quelques années, sous la torture dans ses prisons, avant la tenu du 10e congrès des trois États garants de l’accord d’Astana qui aura lieu à Sotchi en Russie, en fin du mois de juillet.

Un certain nombre de familles des détenus de Daraya, ont confirmé à notre correspondant, que « la Direction d’état civil a procédé à l’enregistrement des décès des noms de la liste, ce qui est considéré comme un Acte officiel de décès, et c’est ce qui va permettre aux familles des détenus décédés l’obtention d’un acte individuel ou familial du détenu, indiquant la date du décès, dont la majorité remonte à l’année 2013.

Les mêmes sources ont attiré l’attention sur le fait que « la majorité des détenus enregistrés comme étant décédés était des participants actifs au mouvement pacifique rejetant la violence et réclamant la liberté et la dignité, en 2011 et 2012 »

La liste est la plus longue du genre, depuis que le régime a commencé à adopter le mécanisme d’envoi des listes de détenus décédés dans ses prisons à la direction de registre d’état civil des villes et villages de Syrie, alors qu’auparavant, il adoptait un mécanisme différent pour annoncer la mort du détenu à sa famille, qui consistait à contacter le maire ou directement la famille du détenu, par la police militaire, pour annoncer le décès, en leur remettant les objets personnels de la victime décédée, leur demandant de s’orienter vers la direction de registres d’état civils afin d’enregistrer sa mort et obtenir le certificat nécessaire.

Le Registre d’état civil a procédé auparavant à l’enregistrement de nombreux détenus morts dans les prisons, y compris à Daraya, avec le même mécanisme, parmi lesquels nous citons les deux frères Yahya et Maan Shurbaji, qui étaient connus à Daraya et en Syrie comme étant des militants pacifiques de non-violence.

Le Régime a commencé à livrer, à partir du mois d’Avril dernier,à la direction d’état civil dans les provinces syriennes des listes des détenus qui ont perdu leur vie en détention, après avoir été portés disparus depuis des années. Il a commencé par la province de Hassaka, avec un premier lot collectif de 100 noms, suivi d’une liste de 400 autres noms de détenus décédés, puis un autre lot de noms portant environ 45 noms de détenus originaires de Moadhamiyat al-Cham et une liste de détenus de la ville de Zabadani incluant 65 noms. L’expédition des listes a été poursuivi, à Yabroud dans la campagne de Damas, à Hama et d’autre région et villes. Le régime a donné comme cause du décès « mort naturelle » suite à une AVC ou à cause de crise cardiaque ou d’autres maladies, sans mentionner des cas de décès sous la torture ou au cours des interrogations des détenus ou à cause de l’exécution de la décision des tribunaux spéciaux, accusés, à leur tour, de délivrer des dizaines de milliers de condamnations à mort contre les militants syriens. Le régime refusait, d’autre part, de remettre les corps des victimes à leurs familles et n’a jamais déclaré son sort ou le lieu de la sépulture, par ailleurs, il a été frappant de constater dernièrement que le régime donne comme cause de mort accusant « des tireurs embusqués par des factions armées », ce qui semble être une cause inventée pour les détenus abattus.

Les observateurs expliquent que « le régime tente de se débarrasser de l’un des plus importants dossiers humanitaires qui a affecté la majorité des Syriens au cours des sept dernières années, à savoir le dossier des détenus, qui est parmi les dossiers le plus accablant contre le régime, ceci à l’approche de la réunion du groupe d’Astana composé de la Russie, l’Iran et la Turquie, avec la participation d’une délégation du régime et une autre représentante une partie des factions armées, ainsi que les Nations Unies et la Jordanie en tant qu’observateurs à Sotchi et à la lumière des nouvelles qui confirment que le dossier principal de la réunion sera le dossier humanitaire, qui contient aussi la question des détenus, que le régime cherche à se débarrasser d’un lourd fardeau, à savoir le sort de dizaines de milliers de détenus, retenus discrètement dans ses prisons depuis plusieurs années et à qui il a ordonné d’établir des certificats de décès de mort naturelle.

 

Lire aussi: Torture : les preuves par l’image

 

ألف قتيل تعذيباً وإعداماً: الأسد يريد وأد ملف المعتقلين

ريان محمد

28 يوليو 2018

في قائمة هي الأكبر منذ بدء تسريب النظام السوري لأسماء المعتقلين الذين قام بتصفيتهم داخل السجون، بعد سنوات من انقطاع أي أخبار بشأنهم، سلم النظام السوري لمديرية السجل المدني، قائمة بأسماء نحو ألف معتقل من أبناء مدينة داريا في الغوطة الغربية من ريف دمشق، قضوا في المعتقلات، وتدوين وفاتهم على السجلات، وسط تساؤلات حول توقيت تسارع وتيرة كشف النظام عن مصير المعتقلين وتعمّده تسريب عدد كبير من الأسماء الذين كانوا قد فارقوا الحياة منذ سنوات تحت التعذيب في معتقلات النظام، قبل أيام من عقد مؤتمر اللقاء العاشر للدول الثلاث الضامنة لأستانة في المدينة الروسية سوتشي نهاية الشهر الحالي. وعلمت “العربي الجديد”، أمس الجمعة، أن “النظام سلّم مديرية السجل المدني، قائمة بأسماء نحو ألف معتقل من أبناء مدينة داريا في الغوطة الغربية من ريف دمشق، قضوا في المعتقلات، ليتم تدوين وفاتهم على السجلات”.

وأفاد عدد من ذوي المعتقلين من داريا، في حديث مع “العربي الجديد”، بأن “مديرية السجل المدني، قامت بتوفية المعتقلين الواردين في تلك القوائم والتي تعتبر شهادة وفاة رسمية، في سجلاتها، فيحصل ذوو المعتقلين المتوفين في حال مراجعتهم أو أحد أقربائهم المديرية على إخراج قيد عائلي أو فردي للمعتقل، يسجّل عليه أنه متوفى ويبين تاريخ الوفاة، التي تعود غالبيتها إلى عام 2013”.

ولفتت المصادر نفسها إلى أن “غالبية المعتقلين الذين تم توفيتهم، هم من الناشطين والمشاركين في الحراك السلمي المطالب بالحرية والكرامة، عامي 2011 و2012، المعروفين بإيمانهم بالسلمية وعدم الانجرار وراء العنف”.

والقائمة هي الأضخم من نوعها منذ أن بدأ النظام اعتماد آلية إرسال قوائم بأسماء المُعتقلين في مدن وبلدات سورية عدة إلى مديريات السجل المدني في مناطقهم لتتم توفيتهم، إذ اعتمد النظام سابقاً آلية مغايرة لتبليغ عائلة المعتقل عن موته، وهي اتصال فرع الشرطة العسكرية أو مختار المنطقة بذوي المعتقل، للمراجعة وتسلم شهادة وفاة المعتقل وهويته الشخصية وأغراضه الشخصية إن وجدت، على أن يقوم ذوو المعتقل بعدها بمراجعة مديرية السجل المدني لتتم توفيته على السجلات، والحصول على شهادة وفاة باسم المعتقل.

وسبق للسجل المدني أن قام بتوفية العديد من المعتقلين السابقين في العديد من المناطق ومنها داريا، بذات الآلية بينهم الأخوان معن ويحيى شربجي، المعروفان في داريا وسورية بأنهما من الناشطين السلميين غير العنفيين.

وبدأ النظام تسليم مديريات السجل المدني في المحافظات السورية، قوائم بأسماء معتقلين فقدوا حياتهم داخل المعتقلات، بعد أن كان مصيرهم مجهولاً لسنوات، منذ شهر إبريل/نيسان الماضي إذ بدأ من محافظة الحسكة التي أُرسلت إليها أول دفعة من المعتقلين المتوفين تحت التعذيب كقائمة جماعية، وذلك بإرسال قائمة من 100 معتقل تلتها قائمة بأسماء 400 آخرين قضوا تحت التعذيب، وتبعها دفعة أخرى في معضمية الشام بنحو 45 معتقلاً تمت توفيتهم، ثم قائمة معتقلي مدينة الزبداني ضمّت 65 معتقلاً. وتتابعت القوائم من يبرود بريف دمشق وحماة وغيرها من المناطق والمدن. وأعاد النظام أسباب الوفاة إلى حالات طبيعية كتوقف القلب المفاجئ أو الجلطة الدماغية، وعدة أمراض أخرى، دون ذكر لحالات الموت أثناء التعذيب والتحقيق، أو إعدامه بقرار من المحاكم الخاصة كالمحكمة الميدانية، المتهمة بإصدار عشرات آلاف أحكام الإعدام بحق الناشطين السوريين. كما أن النظام امتنع عن تسليم جثامين المعتقلين لذويهم، ولم يصرح عن مصيرها أو أماكن دفنها؛ كما كان من اللافت للنظر أخيراً وضع النظام للمرة الأولى خلال هذه الفترة سبباً لموت المعتقلين، وهو القنص من قبل الفصائل المسلحة، والذي يبدو أنه سبب تم اختراعه لتوفية المعتقلين الذين تمت تصفيتهم بالإعدام بالرصاص.

ورأى متابعون أن “النظام حاول التخلص من أهم الملفات الإنسانية التي ألمّت غالبية السوريين طوال السبع سنوات الماضية، وهو ملف المعتقلين، والذي كان أشدّ أوراق الضغط عليه. وقد فاق ملف القصف والحصار والتجويع، وذلك مع اقتراب اجتماع مجموعة أستانة المكونة من روسيا وإيران وتركيا، وبمشاركة وفد من النظام وآخر يمثل جزء من الفصائل المسلحة، إلى جانب الأمم المتحدة والأردن كمراقبين في سوتشي، في ظل أنباء عن تصدر الملف الإنساني جدول أعمال اللقاء الملف الإنساني، والذي يعتبر لملف المعتقلين به حصة الأسد، إذ يعمل النظام على التخلص من عبء كبير هو مصير عشرات آلاف المعتقلين الذين تكتم عليهم منذ سنوات. بإصدار شهادات وفاة بأسباب طبيعية لهم”.

%d bloggers like this: