171 Civilians, including Two Media Workers, Documented Killed in October 2019


171 Civilians, including Two Media Workers, Documented Killed as a Result of the Conflict in Syria in October 2019

SNHR Documented One Massacre and 27 Persons Who Died due to Torture

SNHR

Press release:
The SNHR announced in its monthly report released today that at least 171 civilians, including two media workers, were documented killed as a result of the conflict in Syria in October 2019 at the hands of the main perpetrator parties to the conflict in Syria, in addition to 27 persons who died due to torture.
The 17-page report states that the crime of murder has become widespread and systematic, mainly at the hands of Syrian regime forces and their affiliated militias, adding that the entry of several parties into the Syrian conflict has increased the importance and complexity of documenting the victims killed in Syria.
The report notes that since 2011, the Syrian Network for Human Rights has created complex electronic programs to archive and categorize the victims’ data, enabling the network to catalogue victims according to the gender and location where each was killed, the governorate from which each victim originally came, and the party responsible for the killing, and to make comparisons between these parties, and identify the governorates which lost the largest proportion of residents. The report catalogues the death toll of victims according to the governorate in which they were killed, rather than by the governorate they originally came from.

This report records the death toll of victims documented killed by the main perpetrator parties to the conflict in Syria in October 2019, particularly focusing on the victims amongst children and women, those who died due to torture, and victims amongst media and medical personnel, paying particular attention to the massacres committed by the main perpetrator parties to the conflict over the past month.

The report includes the distribution of the death toll of victims killed by each of the main perpetrator parties in the Syrian conflict, noting that in regard to joint attacks, when SNHR is unable to definitively assign responsibility for specific attacks to one specific party, as in the case of air strikes by Syrian or Russian warplanes, Syrian-Iranian attacks, or attacks by the Kurdish-led Syrian Democratic Forces and International Coalition forces, we indicate that responsibility for these attacks is held jointly by the parties in question until we are able to establish with a high degree of probability which one of the parties was responsible, or it’s proved that the attack was a joint initiative carried out in coordination between the two parties. In addition, in cases where we are unable to definitively assign responsibility for a particular killing to one of two possible parties because of the area’s proximity to the lines of engagement, the use of similar weapons, or other reasons, the incident is categorized among ‘other parties’ until we have sufficient evidence to conclusively assign responsibility for the violation to one of the two parties.

The report draws upon the ongoing daily monitoring of news and developments, and on an extensive network of relations with various sources, in addition to analyzing a large number of photographs and videos.

The report records the deaths of 171 civilians in October, including 28 children and 18 women (adult female). This figure is broken down according to the perpetrators in each case, with 52 civilians, including eight children and five women, killed at the hands of Syrian Regime forces, while three civilians, including one woman, were killed at the hands of Russian forces, and three civilians were killed at the hands of ISIS, and two others were killed at the hands of Hay’at Tahrir al Sham.
The report also documents in October the deaths of 30 civilians, including six children and two women, were killed at the hands of Syrian Democratic Forces. The report also documents 81 civilians, including 14 children and 10 women, killed at the hands of other parties.
The report records that among the victims were two of the media workers, with the report being unable to identify the party responsible for their killing up until the preparation of this report.

According to the report, the SNHR’s working team documented at least 27 persons died due to torture in October; all died at the hands of Syrian Regime forces.

The report also documents one massacres in October committed by Syrian Regime forces, using the term ‘massacre’ to refer to an attack that caused the death of at least five peaceful individuals in the same incident.

The report stresses that the Syrian government has violated international humanitarian law and customary law, and all UN Security Council resolutions, particularly resolution 2139, resolution 2042, and resolution 2254, all without any accountability.
The report notes that there is no record of any warnings being issued by the Syrian Regime or Russian forces prior to any attack in accordance with the requirements of international humanitarian law. This has been the case since the beginning of the popular uprising for freedom, providing another blatant demonstration of these forces’ total disregard for the lives of civilians in Syria.

According to the report, Extremist Islamist groups have violated international humanitarian law by killing civilians, while the indiscriminate and disproportionate bombardment carried out by an alliance of forces comprising International Coalition forces and Syrian Democratic Forces is considered a violation of customary international humanitarian law, inadvertently causing loss of civilian lives or injuries to civilians.

The report calls on the Security Council to take additional steps following its adoption of Resolution 2254, and stresses the importance of referring the Syrian case to the International Criminal Court, adding that all those who are responsible should be held accountable including the Russian regime whose involvement in war crimes has been repeatedly proven.
The report also requests that all relevant United Nations agencies make greater efforts to provide food, medical and humanitarian assistance in areas where fighting has ceased, and in internally displaced persons camps, and to follow up with those States that have pledged voluntary contributions.

The report calls for the implementation of the ‘Responsibility to Protect’ after all political channels have proved fruitless through all agreements, the Cessation of Hostilities statements, and Astana agreements that followed, stressing the need to resort to Chapter VII, and implement the norm of the ‘Responsibility to Protect’, which was established by the United Nations General Assembly.

The report calls on the Independent International Commission of Inquiry (COI) and the International, Impartial, and Independent Mechanism (IIIM) to launch investigations into the cases included in this report and previous reports, and confirms the SNHR’s willingness to cooperate and provide further evidence and data.

The report also calls on the United Nations Special Envoy to Syria to condemn the perpetrators of crimes and massacres and those who were primarily responsible for dooming the de-escalation agreements to failure, to re-sequence the peace process so that it can resume its natural course despite Russia’s attempts to divert and distort it, and to empower the Constitutional Commission prior to the establishment of a transitional governing body.

The report emphasizes that the Russian regime must launch investigations into the incidents included in this report, make the findings of these investigations public for the Syrian people, and hold the people involved accountable, as well as demanding that the Russian regime, as a guarantor party in Astana talks, should stop thwarting de-escalation agreements.

The report also stresses that the Syrian regime must stop the indiscriminate shelling and targeting residential areas, hospitals, schools and markets, as well as ending the acts of torture that have caused the deaths of thousands of Syrian citizens in detention centers, and complying with UN Security Council resolutions and customary humanitarian law.

The report stresses that the states supporting the SDF should apply pressure on these forces in order to compel them to cease all of their violations in all the areas and towns under their control, adding that all forms of support, military and all others, should be ceased unless the SDF stops all its violations of international human rights law and international humanitarian law.

The report calls on the Armed Opposition factions to ensure the protection of civilians in all areas under their control, and urges them to investigate incidents that have resulted in civilian casualties, as well as calling on them to take care to distinguish between civilians and military targets and to cease any indiscriminate attacks.

As the report states, Operation Peace Spring alliance should investigate the incidents that resulted in civilian victims and determine the causes behind them, apologize for these, compensate the victims and hold those responsible accountable, as well as working to prevent the recurrence of such incidents. The report adds that the committee established by the Defense Ministry of the Syrian Interim Government to investigate abuses and breaches should publish the findings of its investigations into violations on a dedicated website, update this data regularly, issue recommendations and follow up on their implementation.

Lastly, the report stresses the need for international organizations to develop urgent operational plans to secure decent shelter for internally displaced persons.

View full Report

Des familles livrées à elles-mêmes pour découvrir ce qu’il est advenu de leurs proches disparus


Détenus-Syrie-Ne-nous-oubliez-pas-2019

Syrie. Des familles livrées à elles-mêmes pour découvrir ce qu’il est advenu de leurs proches disparus

Les familles de dizaines de milliers de personnes victimes de disparitions forcées ou d’enlèvements depuis le début de la crise en Syrie en 2011 vivent depuis des années dans une angoisse insupportable face aux dénégations du gouvernement et au manque de soutien de la communauté internationale, a déclaré Amnesty International le 30 août 2019.

À l’occasion de la Journée internationale des personnes disparues, Amnesty International appelle à une action internationale unifiée afin de soutenir les familles qui, depuis des années, sont livrées à elles-mêmes pour chercher leurs proches, en s’exposant bien souvent à de grands risques, ce qui s’ajoute au fait de devoir endurer les répercussions de la disparition.

Huit ans après le début la crise, le gouvernement syrien, les groupes armés d’opposition et les États jouissant d’une grande influence sur eux – la Russie, la Turquie et l’Iran – manquent à leur devoir envers les familles des personnes portées disparues ou victimes de disparitions forcées qui s’efforcent depuis des années de savoir si leurs proches sont morts ou encore en vie.
Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty Internationa

Selon l’ONU, environ 100 000 personnes ont été détenues, enlevées ou ont disparu en Syrie depuis 2011. Au moins 90 000 d’entre elles auraient été victimes d’une détention arbitraire et d’une disparition forcée entre les mains des forces gouvernementales, d’après le Réseau syrien pour les droits humains (SNHR).

Les familles des personnes disparues en Syrie se retrouvent sans appui pour rechercher leurs proches, et prennent souvent de gros risques.
Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty International

Amnesty International s’est entretenue avec 24 proches de personnes disparues, qui tous – à l’exception d’un homme – sont des femmes, réfugiées au Liban et en Turquie ou déplacées à l’intérieur de la Syrie. Tous ont relaté les profondes conséquences émotionnelles et psychologiques dues à l’incertitude durable, qui aggravent l’impact économique dévastateur.

« Les familles des personnes disparues en Syrie se retrouvent sans appui pour rechercher leurs proches, et prennent souvent de gros risques. Huit ans après le début la crise, le gouvernement syrien, les groupes armés d’opposition et les États jouissant d’une grande influence sur eux – la Russie, la Turquie et l’Iran – manquent à leur devoir envers les familles des personnes portées disparues ou victimes de disparitions forcées qui s’efforcent depuis des années de savoir si leurs proches sont morts ou encore en vie », a déclaré Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty International.

Amnesty International estime que les disparitions forcées en Syrie depuis 2011 s’inscrivent dans le cadre d’une attaque généralisée et systématique contre la population civile et, à cet égard, s’apparentent à des crimes contre l’humanité.

« Nous leur demandons [Russie, Turquie et Iran] d’user de leur influence en Syrie afin de permettre, au strict minimum, la création d’un Bureau central d’information chargé de rechercher les personnes disparues en Syrie, d’enquêter et de déterminer quel sort leur a été réservé et où elles se trouvent. »

Parmi les personnes victimes de disparitions forcées figurent des opposants pacifiques au gouvernement, dont des manifestants, des militants des droits humains, des journalistes, des médecins et des travailleurs humanitaires. D’autres ont été pris pour cibles parce qu’ils étaient perçus comme déloyaux à l’égard du gouvernement ou parce que certains de leurs proches étaient recherchés par les autorités. Les groupes armés d’opposition ont eux aussi enlevé des civils, dont des défenseurs des droits humains, et la plupart d’entre eux sont toujours portés disparus.

Nous leur demandons [Russie, Turquie et Iran] d’user de leur influence en Syrie afin de permettre, au strict minimum, la création d’un Bureau central d’information chargé de rechercher les personnes disparues en Syrie, d’enquêter et de déterminer quel sort leur a été réservé et où elles se trouvent.
Lynn Maalouf

Il incombe au gouvernement syrien et aux groupes armés d’opposition de prendre toutes les mesures possibles en vue de faire la lumière sur le sort réservé aux personnes portées disparues dans le cadre du conflit armé et de fournir aux familles toutes les informations qu’ils détiennent sur le sort réservé à leurs proches et le lieu où ils se trouvent.

Des familles traumatisées

*Sawsan, réfugiée et mère de quatre enfants vivant au Liban, a déclaré que son époux originaire de Daraya, dans le gouvernorat de Rif Dimashq, a été arrêté de manière arbitraire par les forces de sécurité des services de l’immigration et du contrôle des passeports à la frontière entre la Syrie et le Liban pour des raisons inconnues. Il a « disparu » depuis juin 2014.

Ils prévoyaient de quitter la Syrie et d’entrer au Liban, après la mort de leur fille décédée d’une maladie chronique du foie. « Ma fille est morte trois mois avant que son père ne soit arrêté. Il avait le cœur brisé. Aujourd’hui, c’est nous qui avons le cœur brisé pour lui, a-t-elle déclaré à Amnesty International.

« L’ONU a suspendu l’aide qui nous était destinée il y a deux ans, juste comme ça, ils ont stoppé sans poser de questions. Ils savent que j’ai trois enfants qui ont besoin de médicaments [pour traiter la même affection qui a coûté la vie à sa fille]… Je veux retourner en Syrie, où la vie est moins chère et où je peux séjourner chez des parents, mais ils [le gouvernement syrien] m’enlèveront mes fils, même s’ils sont malades et ne peuvent pas effectuer le service militaire. Ils s’en fichent. »

*Fida, mère de trois garçons et d’une fille, originaire de la Ghouta occidentale, dans le gouvernorat de Rif Dimashq, a raconté que son fils et son époux ont été arrêtés en 2014 et sont portés disparus depuis lors, et que son second fils a disparu depuis 2018.

Début janvier 2014, le gouvernement syrien a annoncé sa réconciliation avec les groupes armés de la Ghouta occidentale, jusqu’alors assiégée, et a affirmé que les civils seraient autorisés à quitter la zone. Pourtant, lorsqu’ils ont tenté de partir, l’époux et le fils de Fida ont été arrêtés par les forces de sécurité syriennes à un poste de contrôle à Sayyeda Zaynab, à l’est de Damas. Ils ne furent pas les seuls. Alors que les familles évacuaient la zone, les forces gouvernementales ont arrêté tous les hommes et contraint les femmes et les enfants à retourner dans la zone assiégée.

Le deuxième fils de Fida est resté dans la zone que le gouvernement syrien a assiégé jusqu’à ce qu’il en reprenne le contrôle en mai 2018 à la suite d’un accord de « réconciliation » avec les groupes armés d’opposition. Le jeune homme a obtenu une habilitation de sécurité, ce qui ne l’a pas empêché d’être arrêté et de « disparaître ».

Fida et sa famille ont cherché leurs proches auprès de plusieurs branches des services de sécurité, mais tous ont nié les détenir. Elle n’a pas vu ses deux fils et son époux depuis leur disparition, et n’a eu aucune nouvelle d’eux. Elle a confié avoir peur, si elle rentre depuis le Liban où elle s’est réfugiée en 2014, que les autorités syriennes ne lui prennent aussi son [troisième] fils.

*Fatma, une réfugiée syrienne qui vit en Turquie, a déclaré que son époux, dentiste à Alep, a été arrêté le 1er décembre 2012 à un poste de contrôle dirigé par la section de la Sécurité militaire, d’après des témoins qui se trouvaient avec lui dans un taxi. Elle est allée le chercher à la section de la Sécurité militaire de la ville d’Alep, mais ils ont nié qu’il s’y trouvait. Sa famille a payé une forte somme d’argent à plusieurs intermédiaires, qui se sont avérés être des escrocs.

Ma plus grande souffrance, c’est de ne rien savoir au sujet de mon mari. Si je savais qu’il est mort, ce serait préférable au tourment engendré par l’ignorance. Mes quatre enfants souffrent également.
Fatma, une réfugiée syrienne qui vit en Turquie

« Ma plus grande souffrance, c’est de ne rien savoir au sujet de mon mari. Si je savais qu’il est mort, ce serait préférable au tourment engendré par l’ignorance. Mes quatre enfants souffrent également. Ils ne cessent de me demander si leur père reviendra un jour et je ne sais quoi leur répondre. Je porte le fardeau de la guerre, le fardeau de la disparition de mon époux et le fardeau de mes enfants, toute seule. »

Tout comme Fida, *Laila, réfugiée syrienne originaire de Damas qui vit aujourd’hui au Liban, a raconté que son époux a disparu à un poste de contrôle en 2014, alors qu’il tentait de quitter la zone assiégée en Ghouta occidentale.

Avant de s’enfuir au Liban, Laila a désespérément tenté de retrouver son époux. Puis elle a renoncé, par peur des représailles des services de sécurité.

« Ma famille n’a pas d’argent pour me venir en aide. Je dépends de la carte du HCR pour une aide humanitaire. Ma maison à Boueida [dans le gouvernorat de Rif Dimashq] a été détruite, donc je n’ai nulle part où rentrer. Je suis forte, mais chaque jour est une lutte pour survivre. J’entends les gens parler et dire des choses comme : ” Elle est seule, elle n’a pas son mari avec elle “, a raconté Laila à Amnesty International.

Elle a aussi décrit les effets négatifs pour ses enfants : « Les enfants ont besoin de soins et d’argent. C’est difficile pour moi d’être leur mère et leur père. C’est impossible d’être les deux à la fois, car je ne peux pas combler tous les manques. J’ai beaucoup sacrifié. »

Une manière peu digne de révéler le sort des disparus

Jusqu’à présent, le gouvernement syrien n’a pas révélé les noms des personnes arrêtées de manière arbitraire et victimes de disparition aux mains des forces de sécurité syriennes, pas plus que le sort qui leur a été réservé ni le lieu où elles se trouvent. Certaines familles ont été informées de la mort de leurs proches en détention ou ont fini par découvrir qu’ils étaient morts en détention. Celles qui reçoivent un certificat de décès – unique élément de « preuve » fourni – sont légalement tenues de faire enregistrer le décès à l’état civil, afin d’obtenir un certificat officiel.

Le gouvernement syrien continue de manquer à ses obligations s’agissant de garantir le droit des familles de connaître la vérité, même lorsque les familles ont fini par apprendre la mort de leurs proches.
Lynn Maalouf

Amnesty International a examiné des copies de deux certificats de décès, qui comportent le nom du défunt, des informations relatives à deux témoins confirmant le décès et la cause de la mort, généralement une « crise cardiaque » ou un « accident vasculaire cérébral ». Les certificats portent le tampon de l’hôpital et la signature d’au moins un représentant de l’État.

En mai 2018, le gouvernement syrien a délivré des avis de décès officiels concernant des centaines de personnes qui avaient été victimes de disparitions forcées, sans informer leur famille ni fournir de certificat de décès délivré par un hôpital ou un médecin légiste. Amnesty International a examiné les copies de deux de ces avis délivrés par l’état civil à Damas, qui comportent le nom et le numéro national du défunt, le nom du père et de la mère et leurs numéros nationaux respectifs, la date de naissance, le lieu et la date du décès.

Le gouvernement syrien fait barrage activement et sciemment au droit des familles de connaître le sort réservé à leurs proches, prolongeant ainsi la douleur liée à l’incertitude qui taraude ceux qui restent, le plus souvent des femmes et des enfants.
Lynn Maalouf

Elle a interrogé quatre familles qui ont reçu une confirmation écrite de la mort de leurs proches disparus. *Samar a déclaré que son neveu, qui travaillait dans une institution gouvernementale à Damas, a été arrêté de manière arbitraire lors d’un raid effectué par les forces de sécurité du renseignement militaire mi-2015 et a par la suite disparu. « Il a deux filles. Ma sœur et son épouse l’ont cherché partout, mais tous ont nié le détenir. Elle s’est rendue à plusieurs reprises au tribunal militaire et dans les locaux de la police militaire, mais son nom ne figurait pas dans le registre [des personnes décédées]. »

« L’an dernier, elle [sa mère] s’est rendue à l’état civil pour obtenir un livret de famille afin d’inscrire ses enfants à l’école. C’est comme ça qu’elle a vu que son statut avait été changé en ” décédé “. Le certificat indiquait qu’il était mort en juin 2016 [la date exacte n’était pas mentionnée pour des raisons de sécurité]. »

« Le gouvernement syrien continue de manquer à ses obligations s’agissant de garantir le droit des familles de connaître la vérité, même lorsque les familles ont fini par apprendre la mort de leurs proches. Il ne révèle jamais les circonstances du décès de manière crédible – lorsqu’il le fait. Il ne restitue jamais les dépouilles des défunts pour qu’ils soient inhumés dignement et ne révèle pas le lieu où ils sont enterrés. Il fait barrage activement et sciemment au droit des familles de connaître le sort réservé à leurs proches, prolongeant ainsi la douleur liée à l’incertitude qui taraude ceux qui restent, le plus souvent des femmes et des enfants », a déclaré Lynn Maalouf.

Des familles plongées dans l’incertitude

Du fait de l’absence d’informations crédibles, même les familles qui ont obtenu un certificat de décès émanant d’un hôpital ou des registres de l’état civil ont bien du mal à croire à la mort de leur proche et à l’accepter, sans aucune autre preuve, notamment sans voir le corps. L’obligation de faire enregistrer le décès de leur proche, sans cette certitude ni cette preuve, ajoute à la cruauté à l’égard des familles et ne fait qu’appuyer l’idée que la divulgation d’informations doit absolument se faire de manière crédible et digne.

Nous n’arrivions pas à croire qu’il avait été tué. Nombre de nos amis et de nos parents ont reçu un certificat de décès et ont appris par la suite que leur proche détenu était en vie. Je veux le corps. C’est la seule façon pour moi de croire à sa mort.
Sana, une réfugiée syrienne qui vit en Turquie

*Wafa, une réfugiée syrienne qui vit au Liban, a déclaré que son époux et son fils avaient disparu en mai et juillet 2012 respectivement. Lorsqu’elle a cherché des réponses, la police militaire lui a dit qu’ils avaient été tués, sans qu’elle n’obtienne aucune autre information – aussi Wafa garde-t-elle l’espoir qu’ils sont encore en vie.

*Sana, une réfugiée syrienne qui vit en Turquie, a déclaré que son époux a disparu en octobre 2012 après s’être rendu au poste de police à Damas pour signaler le vol de son portefeuille. « Ma belle-mère est morte l’an dernier. Durant tout ce temps, elle n’a jamais renoncé à le chercher. Elle a déposé une requête pour disparition à plusieurs reprises, même après avoir reçu un certificat de décès de l’hôpital Tishreen confirmant son décès en date du 13 octobre 2013, a-t-elle déclaré à Amnesty International.

« Nous n’arrivions pas à croire qu’il avait été tué. Nombre de nos amis et de nos parents ont reçu un certificat de décès et ont appris par la suite que leur proche détenu était en vie. Je veux le corps. C’est la seule façon pour moi de croire à sa mort. »

* Les noms ont été modifiés pour protéger l’anonymat de ces femmes.

Any State that Contributes to the Reconstruction Efforts While the Current Syrian- أيَّــة دولة تُساهم في إعادة الإعمار في ظلِّ وجود النِّظام السوري الحالي تُعتبر


Sanctions-contre-le-régime-criminel-syrien-de-Assad

SNHR Calls for Sanctions to be Imposed on Russian and Iranian Companies and Urges that they should be Prohibited from Contributing to Reconstruction Efforts in Syria

Any State that Contributes to the Reconstruction Efforts While the Current Syrian Regime Remains in Power is Considered to be Supportive of the Regime and of all the Crimes against Humanity for which it is Responsible

SNHR Calls for Sanctions to be Imposed on Russian and Iranian Companies and Urges that they should be Prohibited from Contributing to Reconstruction Efforts in Syria

The Russian regime’s role in Syria has had a catastrophic impact on the Syrian people and the Syrian state since the start of the popular uprising in Syria which aimed to change the oppressive system of one-family rule. This can be shown in three main ways:
First: the Russian and Iranian regimes have stood by the Syrian regime which has been responsible for thousands of violations that constitute crimes against humanity since the first months of the popular uprising against the Assad family’s brutal dynastic rule that broke out in March 2011. This has been well-documented in the Commission of Inquiry’s reports, as well as in numerous other reports by international human rights groups and in statements by SNHR. Under international law, Russia’s and Iran’s support for the Syrian regime directly implicates them in a series of sustained and egregious violations which the regime has perpetrated and continues to perpetrate, thanks to Russian and Iranian support, with Russia using its veto powers at the Security Council to shield the Syrian regime for the first time on October 4, 2011, while the popular uprising that aimed for a democratic change was in its first months.

Second: Russian forces have directly perpetrated hundreds of violations that constitute war crimes since Russia’s military intervention began on September 30, 2015, whether by indiscriminate or deliberate bombardment. SNHR has worked diligently to build an extensive database documenting the most notable violations by Russian forces since the start of Russia’s military intervention in Syria and the violations that ensued, including killing, destruction, and displacement. In this task, we relied on continuous monitoring of incidents and on news reports, as well as cross-checking information and eyewitnesses’ accounts, and analyzing photos, videos, figures, and remnants of weapon and munitions.

The toll of most notable violations of human rights perpetrated by Russian forces in Syria between September 30, 2015, and September 30, 2018
• 6,239 civilians have been killed, including 1,804 children, 92 medical personnel, and 19 media workers.
• No fewer than 321 massacres.
• No fewer than 954 attacks on vital civilian facilities, including 176 attacks on schools, 166 attacks on medical facilities, and 55 attacks on markets.
• No fewer than 232 attacks using cluster munitions and 125 attacks using incendiary munitions in populated areas.
• Approximately 2.7 million people have been displaced as a result of attacks carried out by the Syrian-Russian-Iranian alliance.

الشبكة السورية لحقوق الإنسان تُطالب بفرض عقوبات على الشركات الروسيَّة والإيرانية ومنعها من أيـَّـة مساهمة في إعادة الإعمار

أيَّــة دولة تُساهم في إعادة الإعمار في ظلِّ وجود النِّظام السوري الحالي تُعتبر داعمة له ولجميع الجرائم ضدَّ الإنسانية التي مارسها

547 personnes tuées sous la torture en Syrie au mois de juillet, dont 542 victimes par le régime – التعذيب في سجون النظام الأسدي في سوريا


Cesar-rapport---torture-en-Syrie-20

547 Individuals Died due to Torture in Syria in July 2018

547 personnes tuées sous la torture en Syrie au mois de juillet, dont 542 victimes par les forces du régime

 

مقتل 547 شخصاً بسبب التعذيب في سوريا في تموز 2018

 منهم 542 على يد قوات النظام السوري

Rapport-César-les-détenus-exécutés-dans-les-prisons-du-régime-d'Al-Assad.jpg

 

 

L’OHCHR a cessé de compter les victimes du conflit armé en Syrie en 2014


 

Le SNHR critique le rapport de l’ONU sur les enfants syriens ; il ne reflète pas fidèlement la réalité atroce en Syrie

Le SNHR critique le rapport de l'ONU sur les enfants syriens ; il ne reflète pas fidèlement la réalité atroce en Syrie

Dans son nouveau rapport, le Réseau syrien pour les droits de l’Homme (SNHR) a dénoncé une grande différence entre les informations fournies par les Nations Unies sur la Syrie et ce qui se passe réellement sur le terrain, critiquant les performances du personnel de l’ONU couvrant le conflit en Syrie.
Dans son rapport publié jeudi «La Syrie est le pire pays au monde en termes de mortalité infantile», le SNHR a déclaré que le rapport du Secrétaire général des Nations Unies ne reflète pas exactement la gravité des atrocités commises pendant la crise syrienne.
Les chiffres publiés récemment par l’ONU ne reflètent pas la réalité sur le terrain en Syrie ; pire pays du monde en termes de mort infantile.
Le rapport du SNHR souligne qu’il y a une grande différence entre ce que le rapport du Secrétaire général des Nations Unies a dit et ce que le SNHR a pu documenter.
Alors que l’ONU a enregistré la mort de seulement 652 enfants, le SNHR a documenté, noms et détails à l’appui, 3923 enfants morts en 2016 seulement – soit six fois plus que ce que les Nations Unies ont enregistré en Syrie.
Le Réseau a déclaré que ces chiffres reflètent une négligence flagrante dans la documentation des enfants victimes, et les violations en Syrie en général. Cela peut être dû à la pénurie de main-d’œuvre dans l’équipe travaillant sur la Syrie à l’ONU.
Le site web du OHCHR a complètement cessé de compter les victimes du conflit armé en Syrie en 2014, sans établir d’autre option pour documenter séparément le nombre de morts pour chaque nouvelle année.
Pas moins de 251 cas d’arrestation d’enfants par les forces du régime syrien ont été documentés en 2016, contre seulement 12 cas documentés dans le rapport du Secrétaire général des Nations Unies, ajoute le rapport.
Le SNHR a enregistré pas moins de 1926 cas d’enrôlement d’enfants par les unités de protection du peuple kurde, dépassant tous les autres partis.
Le rapport du Secrétaire général des Nations Unies n’a pas permis de faire face au nombre d’enfants victimes des attaques chimiques menées par les forces du régime syrien qui ont fait 21 morts et 35 blessés dans 25 attaques aux produits chimiques différents en 2016 seulement.
Le SNHR a également déclaré que le rapport du Secrétaire général des Nations Unies ne prend pas en considération les enfants tués dans les attaques des forces gouvernementales et de leurs alliés russes aux armes à sous-munitions et aux mines terrestres. Pas moins de 171 attaques aux armes à sous-munitions ont été menées par les forces de l’alliance syro-russe, tuant 113 enfants.
Le rapport du SNHR a appelé le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les enfants et les conflits armés à coordonner et travailler avec les groupes syriens de défense des droits de l’Homme travaillant dans le domaine de la documentation et de l’archivage des violations en Syrie et à tout faire pour obtenir des informations et des données plus complètes et plus précises sur la Syrie.

Where are They ? أين المعتقلون


 

Enforced-Disappearance is a Weapon of War in Syria, no less than 85,000 are Forcibly Disappeared

Les disparitions forcées, la tragédie oubliée du conflit Syrien

https://www.amnesty.fr/conflits-armes-et-populations/actualites/les-disparitions-forcees-la-tragedie-oubliee-du-conflit-syrien

 

%d bloggers like this: