Le régime syrien n’admet pas qu’une opposition puisse exister


 

Le-régime-nie-l'existence-d'une-opposition-2018

Advertisements

Cherchons la vérité mais surtout défendons nos âmes


Ghouta-Orientale---Extermination-organisée-par-le-régime-syrien-contre-la-population-civile-par-la-faim

Extrait

Catherine Coquio, professeure de littérature à l’université Paris-Diderot et membre du comité Syrie-Europe qui, sur l’idée de « parts égales » dans le conflit syrien, écrit sur les réseaux sociaux : « Ces mots sont eux-mêmes empoisonnés. Quelque chose se joue en ce moment parallèlement au crime en train de se dérouler. Le noeud du négationnisme est en train de se resserrer, et de s’installer pour longtemps dans la violence verbale en cherchant des appuis et relais institutionnels. (…) Une grosse machine s’est mise en marche et on ne va pas s’en sortir de si tôt. Préservons nos forces. Le négationnisme c’est la demande de preuve à l’infini et sa disqualification immédiate, la discussion infinie sur les chiffres et les sources sous condition d’un désintérêt absolu pour la réalité des faits. Un pur jeu de discours où s’embourbe celui qui croit qu’il suffira de prouver et de témoigner de bonne foi. Cette demande de preuve est perverse, comme son énergie folle, il ne faut pas engouffrer nos forces là dedans ni ratiociner avec eux. Faisons tout pour que d’un côté le travail juridique et une véritable enquête aient lieu un jour, ce qui suppose certes de garder trace, et de l’autre et surtout, que la destruction effective soit inscrite quelque part dans les mots, dans les âmes, que sa signification trouve une place pour se dire et que le monde en prenne pleinement acte. Et surtout, que le sens d’une révolution initiale à laquelle avaient travaillé des gens et des esprits magnifiques, héritage qui reste et restera d’un grand prix pour nous tous, ne soit pas effacé. Le discours qui dit ’équilibre des torts’ et ’balance des crimes’ quand un crime de masse est perpétré contre une population civile, ne fait rien d’autre que prolonger le crime et exterminer les survivants dans l’âme, ce qui suppose de débarrasser le monde de ce lourd fardeau d’un réel trop embarrassant pour poursuivre le cours de l’histoire.(…) Amis syriens, ne répondez pas aux demandes de preuve qui sont une machine à rendre l’autre fou. Ce n’est pas aux victimes de prouver qu’on les extermine. Battons-nous politiquement ensemble et protégeons nos âmes à chacun. Arrêtons de crier notre honte ou de la nier. Nous ne sommes pas les criminels. (…) Et on vient nous parler de ’conflit syrien’, de ’belligérants’ renvoyés dos à dos, comme aux plus beaux jours du négationnisme sur la Bosnie et le Rwanda. Ceux qui disent ’douter’ devant les films de maisons bombardées et d’enfants hurlant, devant les photos d’enfants écrasés par des bombes barils, devant les témoignages hallucinants de médecins qui arrivent chaque jour, aggravent les effets de la négation, sans parfois s’en rendre bien compte. Ceux qui orchestrent la négation comptent bien que notre doute, notre dégoût et notre effroi retourné en refus de voir, viendront grossir les effets de leur discours. Ceux qui parlent de parts égales ont perdu conscience ou leur conscience, lorsqu’ils ne sont pas des trolls payés par qui de droit, car tout un petit monde travaille de par le monde et en toutes langues à effacer le crime détruire les faits et à néantiser leur sens. Il y aura des chaires universitaires achetées, des diffamations publiques, des provocations, des organes de publication spécialisés, etc. Et si une vérité s’impose, ce ne sera jamais gagné, comme on le voit en Pologne. Lire ’ Vérité et politique’ de Hannah Arendt. Aucun régime politique n’est capable de produire ni abriter une vérité de fait, y compris la démocratie. Cela ne fait que commencer. Cherchons la vérité mais surtout défendons nos âmes. »

Opposition-2

“La main de fer” criminelle de Bachar al Assad


“Aucune solution ne peut être trouvée avec le terrorisme, excepté en le réprimant avec une main de fer” “La crise ne sera résolue que sur les champs de bataille”   Voilà com…

Source : “La main de fer” criminelle de Bachar al Assad

اسرائيل تفضل وجود بشار لتأمين مصالحها – l’intérêt d’Israël…est le maintien d’Al Assad au pouvoir


 

 

ميدفيديف”: “اسرائيل تفضل وجود بشار لتأمين مصالحها”

15032923_184911758634140_4926123568520389103_n

قال رئيس الوزراء الروسي “ديمتري ميدفيديف”: إن “إسرائيل تفضل وجود بشار الأسد على رأس النظام في سوريا لتأمين مصالحها”، وذلك في لقاء مع القناة الثانية في التلفزيون الإسرائيلي، عشية زيارته إلى تل أبيب، أمس الأربعاء.
وأوضح “ميدفيديف” أنه خلال أحد لقاءاته مع كبار المسؤولين الإسرائيليين، أبلغوه أنهم لا يؤيدون الأسد بشكل كامل، لكنهم يفضّلون وجوده لأنه يستطيع السيطرة على الوضع الميداني في سوريا، ولأن سيطرته أفضل من سيطرة الإرهابيين، على حد وصفه.
وأشار “ميدفيديف” إلى أن موقف المسؤولين الإسرائيلين –الذين لم يُّحدد ميدفيديف هويتهم- يتطابق مع الموقف الروسي.
ولفت “ميدفيديف” إلى أن الهجمات الإسرائيلية على الأراضي السورية، لا تُهدّد نظام الأسد وإنما هي رد على إرسال الشحنات التسليحية إلى ميليشيا حزب الله، بقوله “أنطلق من فرضية مفادها أنه ليس هناك دولة تريد القيام بخطوات من شأنها زيادة التوتر في المنطقة، وأظن أن سوريا تفهم ذلك جيدا”.
وكانت صحيفة “السياسة” الكويتية كشفت العام الماضي، نقلًا عن قيادي رفيع في تيار مقتدى الصدر، عن محادثات سرية تمت بين إسرائيل ونظام الأسد برعاية روسية قبل بدء العمليات العسكرية الروسية في سوريا في نهاية أيلول العام الماضي.
وأكد القيادي للصحيفة، على وجود تعاون حقيقي بين نظام الأسد وتل أبيب بدعم روسي، وأن اسرائيل لعبت دورًا مهمًّا في تشجيع موسكو على التدخل العسكري؛ لأنها لا تريد سقوط نظام الأسد، الذي يمثل لها صمام أمان.
وتجدر الإشارة إلى أن مصادر عسكرية إسرائيلية كانت قد أكدت في وقت سابق، على وجود إجماع في مراكز صنع القرار في تل أبيب على أهمية بقاء نظام الأسد بالنسبة لإسرائيل، عبّر عنها مسؤول في هيئة أركان الجيش الإسرائيلي بقوله: “رغم أنّ أحدًا في إسرائيل لا يمكنه قول ذلك بشكل علني وصريح، إلا أنّ أفضل الخيارات بالنسبة لإسرائيل هو بقاء نظام الأسد، وتواصل القتال الداخلي إلى أبعد مدى”٠

!!من دروس الاستبداد


 

 

*

Les Assadistes sont motivé pour protéger leurs privilèges. Il leur a été plus facile de les partager avec l’Occupation, que de la faire avec les autres Syriens. Ceci est une des leçons du despotisme.

syrie-et-loccupation

 

وهْم سورية بلا عدالة

http://www.alhayat.com/Opinion/Writers/17553384

في شأن حق تقرير المصير للكرد السوريين -La question de l’autodétermination des Kurdes Syriens


 

La-couleur-de-l'arc-en-ciel

سوريا لون الطيف الإنساني – Syrie couleur de l’humanité

(٠٠٠)

ما يغيب في كل هذه المقاربات التي خلقت أو أسهمت في خلق مشكلة عربية كردية هو دور الدولة الأسدية في تفجر هذه المشكلة في نطاق التفجر العام في البلد. كان الأسديون سهلوا عمل حزب البي كي كي الكردي التركي الذي كان زعيمه أوجلان ينفي في كتاباته وجود كردستان في سورية (كان يقول أن كرد سورية جاؤوا من كردستان الشمالية، أي من الدولة التركية الحالية)، مثلما سيسلهون في زمن لاحق عمل السلفيين الجهاديين في العراق. وبعد الثورة ارتدت التجربة السلفية الجهادية إلى سورية من العراق، مثلما ارتدت تجربة بي كي كي إلى سورية من تركيا. وبسبب خارجية التجربة في الحالين وغربتها عن الوقائع الاجتماعية المحلية، اقترنت بالفوقية والعنف والعدوان على السكان، وبتغيبب المشكلة الأساسية: تلاعب دولة السلالة الأسدية المديد بالنسيج الاجتماعي السوري، وتحريض تماهيات متباعدة ومتنافرة. هذا الدور المديد يتجاوز تأليب قطاعات من السكان على بعض خلال سنوات الثورة. يتعلق الأمر بالأحرى بسياسة “فرِّق تسُد” عمرها يقترب من نصف قرن، ولم يعرف غير أطرها الاجتماعية النازعة إلى التباعد والتنافر نحو 90% من مجتمع السوريين ذي التركيب العمري الفتي. ولا تظهر فاعلية هذه السياسة أكثر مما في واقعة أن الشرير النمطي في سردية القوميين الكرد في السنوات الثلاثة أو الأربعة الأخيرة هو العرب السنيون، وليس بحال الدولة الأسدية. وهذا في واقع الأمر لوم للضحايا الذين لم يكن لهم يوما قرار في شأن وضع الكرد، أو وضعهم هم بالذات. ويخطئ أي ناشطين سوريين، عرب بخاصة، الخطأ المقابل، حين يرون أن الشرير في قصة روجافا هو الكرد السوريون، وليس تنظيماً كردياً بعينه٠

http://aljumhuriya.net/35527

(…)

Ce qui disparait dans les approches citées, qui ont créé ou contribué à la création d’un problème kurdo-arabe (en Syrie) était le rôle jouait par l’État Assadiste dans l’explosion du problème et les éruptions générales dans le pays. Les Assadistes ont facilité le travail du parti du PKK Kurde de la Turquie, dont son leader Oçalan avait nié dans ses écrits la présence du Kurdistan en Syrie (il disait que les Kurdes de la Syrie sont venus du nord du Kurdistan, c’est-à-dire de la Turquie actuelle), comme ils ont, dans un temps ultérieur, facilité les activités des jihadistes salafistes en Irak. Après la révolution, l’expérience salafiste jihadiste rebondi en Syrie en partant d’Irak, comme l’expérience du PKK en Syrie a rebondi en provenance de Turquie. A cause de l’expérience extérieure dans les deux cas précédents, et son étrangeté à la réalité sociale  locale, elle a été timbrée par la supériorité, la violence et l’agression contre la population locale, et l’absence du problème fondamental: la manipulation prolongée de l’état du tissu social syrien, la provocation espacée et la discordance qui datent d’avant la révolution. Une politique dont le slogan «diviser pour mieux régner» vieille d’un demi-siècle (âge du régime actuel syrien), a aidé à l’instauration de la divergence et de la discorde envers 90% de la population de la société syrienne à majorité d’âge jeune. L’efficacité de cette politique se dévoile dans le discours nationaliste kurde notamment dans les trois ou quatres dernières années, contre les arabes sunnites (de la région) et nullement contre l’état assadiste. Ceci, en fait, blâme les victimes qui n’ont jamais eu une quelconque décision concernant la situation des Kurdes en Syrie, et encore moins dans leurs situations à eux-même. D’un autre côté, les militants syriens, en particulier les Arabes, ils se trompent quand il voient que les méchants dans l’histoire de Rojava sont les Kurdes syriens et non pas un parti kurde spécifique.

Comment le PKK de Cemil Bayik a trahi les Kurdes de Syrie


 

Comment le PKK de Cemil Bayik a trahi les Kurdes de Syrie

Les Kurdes de Syrie sont en train de payer le prix fort d’une nouvelle trahison. Mais c’est bel et bien la guérilla séparatiste du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) et son chef Cemil Bayik qui les ont sacrifiés à leurs folles ambitions régionales. Le PKK a d’ailleurs construit historiquement sa présence en Syrie sur un partenariat avec le régime Assad, dont l’idéologie panarabe niait la réalité kurde.

LE PKK ET LE REGIME ASSAD

Le PKK, fondé en 1978 sur une base marxiste-léniniste, lance en 1984 sa guérilla séparatiste en Turquie. Son chef et fondateur, Abdallah Öcalan, objet d’un impressionnant culte de la personnalité jusqu’à ce jour, s’installe alors à Damas, sous la protection des renseignements militaires d’Ali Douba. La dictature Assad, en contrepartie de ce soutien, enrôle le PKK comme force supplétive de quadrillage de la population kurde de Syrie, avec ses propres centres de détention. Ce partenariat se poursuit durant 14 ans, jusqu’à ce qu’un ultimatum d’Ankara à Damas, avec incursion ponctuelle de blindés turcs dans le nord de la Syrie, entraîne l’expulsion d’Öcalan vers Moscou en octobre 1998 (après une cavale complexe de plusieurs mois, le chef du PKK est kidnappé par les services turcs au Kenya en février 1999 ; il appelle peu après ses partisans armés à quitter la Turquie, puis à respecter un cessez-le-feu unilatéral).

Le PKK, qui perd de ce fait ses facilités en Syrie, se retourne contre Hafez al-Assad, auquel succède Bachar en juin 2000. Il participe dès lors, aux côtés des formations kurdes proprement syriennes, au « printemps kurde » durement réprimé de mars 2004. Mais, lors du déclenchement du soulèvement populaire de mars 2011, Bachar al-Assad décide de diviser l’opposition en jouant Kurdes contre Arabes. Le PKK est encouragé à sévir contre les partis kurdes syriens (c’est ainsi que l’opposant Mechaal Tamo est assassiné en octobre 2011). La branche syrienne du PKK, le PYD (Parti de l’Union démocratique), est légalisée par le régime Assad, qui autorise le retour d’exil de son chef, Salih Muslim, et la libération de 600 de ses cadres et militants. Surtout, 3000 combattants du PKK peuvent passer du Nord-Ouest de l’Irak au Nord-Est de la Syrie, échappant ainsi à la pression du Gouvernement régional kurde (GRK) d’Erbil.

LE TOURNANT DE KOBANE

En juillet 2012, le GRK tente de parrainer un accord entre le PKK/PYD, d’une part, et le Conseil national kurde (CNK), composante de la direction révolutionnaire syrienne (présidée alors par le Kurde Abdelbasset Sayda), d’autre part. Mais, plutôt que cette entente avec l’opposition syrienne, l’aile militaire du PKK, menée par Cemil Bayik depuis le massif de Qandil, dans l’extrême nord irakien, décide de renforcer son alliance avec Assad : une cogestion entre le PKK et la dictature s’instaure dans la Jazira, soit la portion de territoire syrien fichée entre la Turquie et l’Irak, d’une part, et la « Montagne des Kurdes », autour d’Afrin, au nord-ouest d’Alep, d’autre part. Les portraits d’Öcalan remplacent les portraits d’Assad, les différentes polices politiques du régime se font plus discrètes, sans pour autant se retirer, tandis que le PKK traque sans merci tous ses rivaux dans la population kurde.

A l’intérieur même du PKK, les tensions sont réelles entre les inconditionnels d’Öcalan, qui ouvre des pourparlers de paix avec Ankara à l’automne 2012, et les « faucons » regroupés autour de Bayik, convaincus du caractère inéluctable de la reprise des hostilités en Turquie. Bayik est formellement élu à la direction politique du PKK et confie la branche militaire à un de ses proches, originaire de Syrie. Dans un entretien accordé peu après au « Monde » en août 2013, il se fait l’avocat d’un « Etat autonome kurde syrien », prélude à l’établissement d’un Kurdistan indépendant, dont le coeur serait en Turquie. Ce sont les partisans de Bayik (en photo ci-dessous), qui poussent à la proclamation, en novembre 2013, d’un Rojava, ou « Kurdistan occidental », dans les zones syriennes sous contrôle partagé du PKK et du régime Assad.

Unknown

La prise de Mossoul par Daech, le bien mal-nommé « Etat islamique », en juin 2014, est suivie d’une campagne d’extermination à l’encontre des Yézidis. Les combattants du PKK en Irak s’illustrent dans une audacieuse opération qui brise le siège jihadiste du dernier refuge des Yézidis, la montagne du Sinjar. Ce coup d’éclat impressionne le Pentagone et la CIA, par ailleurs très déçus par le manque de pugnacité des « peshmergas » du GRK. C’est alors que se noue une collaboration de plus en plus étroite entre les forces spéciales américaines et le PKK, malgré les protestations d’Ankara. Cette collaboration n’est pas sans rappeler le soutien majeur accordé en 1999 par Washington à l’UCK (Armée de libération du Kossovo), elle aussi d’inspiration marxiste-léniniste, aux dépens de l’opposition kossovare modérée, jugée trop peu « efficace ».

Le pari des Etats-Unis sur le PKK devient clair lors de la bataille de Kobané, de septembre 2014 à janvier 2015, avec un soutien aérien sans précédent dispensé aux partisans d’Öcalan, en vue de reprendre à Daech cette ville frontalière de la Turquie. La direction du PKK en Irak joue sur l’émotion immense suscitée par le martyre de Kobané, afin de mobiliser les Kurdes de Turquie contre le gouvernement d’Ankara. Bayik ne cache plus depuis Qandil sa volonté de relancer la lutte armée en Turquie, même s’il doit ménager un « processus de paix » auquel Öcalan accorde toujours sa caution depuis sa prison. Le sort de Kobané est cyniquement instrumentalisé dans ce bras de fer interne au PKK. En revanche, les fidèles du parti s’entendent tous pour imposer leur vision de la « reconstruction » de Kobané à la population revenue dans le champ de ruines qu’est la ville « libérée ».

LE MIRAGE DU ROJAVA

La reprise du conflit entre le PKK et le gouvernement turc, à l’été 2015, s’accompagne d’une extension du « Rojava » le long de la frontière turco-syrienne. Cette progression s’effectue certes aux dépens de Daech, et avec un soutien multiforme des Etats-Unis, mais elle débouche sur une véritable « purification ethnique » à l’encontre des populations non-kurdes. En étendant son emprise territoriale, le PKK dissout en effet la majorité déjà relative des Kurdes dans la population sous son contrôle. Et c’est compter sans les voix dissidentes au sein même des Kurdes de Syrie, étouffées sans ménagement.

En décembre 2015, dans un nouvel entretien au « Monde », Bayik constate sans déplaisir excessif que « Öcalan est réduit au silence » et affirme que « la guerre civile qui sévit en Turquie va s’aggraver ». A ses yeux, « les évolutions en Turquie, en Irak et en Syrie relèvent d’un même conflit ». Son bras armé en Syrie est constitué par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), doux euphémisme pour une milice dominée par « les structures militaires kurdes syriennes », elles-mêmes « émanations du PKK », selon un tout récent article du correspondant sur place du « Monde ». L’objectif de Bayik est bel et bien de constituer une continuité territoriale à la frontière sud de la Turquie, afin d’intensifier la guérilla en Turquie même, son objectif stratégique.

C’est dans cette perspective qu’il faut lire les développements de ces derniers mois : les FDS, inféodées au PKK, loin de se lancer à l’assaut de Raqqa, la « capitale » de Daech en Syrie, se sont détournées vers Manbij, « libérée » en août 2016 à un coût exorbitant pour la population locale ; plus à l’ouest, les fidèles de Bayik ont contribué au siège par le régime Assad des quartiers révolutionnaires d’Alep, siège brisé par une contre-offensive des insurgés, là aussi en août 2016. J’avais déjà suggéré en mai dernier sur ce blog que le PKK avait épuisé sa capacité de contribuer efficacement à la lutte anti-jihadiste. Ses velléités expansionnistes ont retourné contre lui ses anciens partenaires de Moscou et ses nouveaux alliés de Washington, qui ont donné tous deux leur aval à l’offensive de la Turquie et de ses alliés syriens pour repousser les affidés du PKK à l’est de l’Euphrate.

La carte ci-dessous, élaborée par l’Institute for the Study of War (ISW) de Washington, fait figurer en jaune les positions au 30 août 2016 des SDF/FDS/PKK, en violet celles de la Turquie et de ses alliés, en vert celles des révolutionnaires syriens, en gris celles des jihadistes de Daech/ISIS et en rouge celles du régime Assad.

Military Situation in Northern Syria-30 AUG 2016_2

En conclusion, il est aussi réducteur qu’erroné de considérer « les Kurdes » comme des partisans exclusifs du PKK. En revanche, il est incontestable que les Kurdes de Syrie ont été trahis par Bayik et la direction militaire du PKK qui, depuis leur quartier général irakien, ont subordonné le front de la Syrie, à leurs yeux secondaire, à la priorité absolue accordée à la guerre contre l’Etat turc.

%d bloggers like this: