Le régime annonce la mise en liberté de 672 détenus


تقرير_يوثّق_مقتل_11_ألف_معتقل_تحت_التعذيب_في_سجون_النظام_السوري-i139025391523480053

Le régime annonce la mise en liberté de 672 détenus

24 juin 2017

Le Ministère de la justice du régime a annoncé samedi la libération de 672 détenu-es originaires de plusieurs régions de la Syrie. 

Le ministre de la justice, M. Al-Chaar, a ajouté que c’est un geste pour « promouvoir la réconciliation nationale ». 

A signaler que 588 détenus étaient emprisonnés dans la prison Centrale de Damas à ’Adra, parmi lesquels 91 femmes.

Le Ministère a déclaré que certains parmi eux seront jugés devant des tribunaux ordinaires (non militaires).

Selon un long rapport publié en 2016 par « l’Observatoire des droits de l’homme », depuis cinq ans, au moins 60 mille prisonniers ont été tués dans les branches de la prison du renseignement de Force aérienne, dans la prison de sécurité d’Etat et dans la prison de Sednaya, à cause de la torture physique pratiquée systématiquement contre les détenus et à cause de la privation de nourriture et de médicaments.

Le Réseau syrien des droits de l’homme a documenté avec les noms la présence de 117 mille détenus syriens, mais les estimations indiquent que le nombre dépasse la barrière de 215 mille prisonniers, dont 99% d’entre eux sont en détention dans les prisons du régime syrien.

Advertisements

Statistiques: أ75.000 آلف مختفٍ قسرياً في سوريا disparitions forcées en Syrie


 

53-ans-d'état-d'urgence

  أ75.000 آلف مختفٍ قسرياً في سورية  

وثّقت الشبكة السورية لحقوق الإنسان 75 ألف حالة اختفاء قسري في مختلف المحافظات السورية على مدى السنوات الست الماضية، وعلى يد الجهات الرئيسية الفاعلة في سورية٠

القوات الحكومية لنظام الأسد

وأوضحت الشبكة في تقرير صادر عنها، اليوم الثلاثاء، أن ما لايقل عن 71533 شخصا اختفى قسرياً على يد القوات الحكومية السورية، 7319 منهم من أفراد تنظيمات مخالفة للحكومة، و64214 مدنياً، بينهم ما لايقل عن 4109 أطفال، و2377 سيدة، مشيراً إلى أن العدد الأكبر منهم ينحدر من محافظات ريف دمشق ودرعا ودمشق٠

داعش وفتح الشام (جبهة النصرة سابقا)٠

كما قدّر التقرير وجود 1479 شخصاً اختفى قسرياً على يد عناصر تنظيم الدولة الإسلامية “داعش”، بينهم 118 طفلاً، و87 سيدة. و 892 شخصاً على يد تنظيم جبهة فتح الشام “جبهة النصرة سابقاً” بينهم 41 طفلاً، و3 سيدات. وأشار إلى 306 حالات اختفاء قسري على يد فصائل المعارضة المسلحة، بينهم 29 طفلاً، و14 سيدة٠

قوات الإدارة الذاتية الكردية

وحمّل التقرير قوات الإدارة الذاتية الكردية المسؤولية عن اختفاء 397 شخصاً، بينهم 61 طفلاً، و11 سيدة، مشيراً إلى اتباعها سياسة الإخفاء القسري تجاه خصومها في الأحزاب السياسية والمعارضين لسياستها في المناطق الخاضعة لسيطرتها، إضافة إلى اتباعها الخطف والإخفاء وسيلة لتخويف الناس من عواقب مخالفتها خاصة قوانين التجنيد الإجباري.

وبحسب المصدر نفسه، فإن النظام السوري هو أسوأ الأنظمة الممارسة لمنهجية الإخفاء القسري في العصر الحديث، منذ أحداث الثمانينيات في عهد الأسد الأب (حافظ)، حين قاربت حصيلة المختفين قسرياً 17 ألفا، إلى عهد ابنه (بشار) الذي بلغ عدد المختفين خلاله أكثر من 75 ألفاً.

75.000 disparitions forcées en Syrie

30 août 2015

Le Réseau syrien des droits de l’homme a documenté 75.000 cas de disparitions forcées dans diverses provinces syriennes au cours des six dernières années, effectuées par les principaux acteurs de la Syrie.

Les forces gouvernementales du régime syrien:

Dans un rapport publié mardi, le Réseau a déclaré que au moins 71,533 personnes ont été victimes de disparitions forcées exécutées par des troupes gouvernementales syriennes, dont 7319 membres opposants au gouvernement, et 64 214 civils, dont au moins 4109 enfants, et 2377 femmes, soulignant que le plus grand nombre d’entre eux est originaires des provinces de Damas, Deraa et Damas.

Daech et Fateh Al-Cham (ex Front al-Nosra):

Le rapport estime également la présence de 1479 personnes victimes de disparitions forcées effectuées par l’organisation de l’Etat islamique “Daech,” dont 118 enfants et 87 femmes. Et 892 disparu-e-s par Fatah al-Cham « anciennement appelé front al-Nosra », dont 41 enfants et 3 femmes. Il a fait remarquer 306 cas de disparitions forcées par les groupes armés d’opposition, dont 29 enfants et 14 femmes.

Les forces Kurdes PYD :

Le rapport a fait porté aux forces de l’auto-gestion kurdes la responsabilité de la disparition de 397 personnes, dont 61 enfants et 11 femmes, soulignant son recours à la politique de disparition forcée contre ses adversaires dans les rangs des partis politiques et les opposants à sa politique dans les zones sous son contrôle, pour effrayer les gens des conséquences de la violation des lois spécifiques.

Selon la même source, le régime syrien est le pire régime pratiquant systématiquement les disparitions forcées, ceci depuis les événements des années quatre-vingt à l’époque du père d’Assad (Hafez), dont le résultat du nombre de disparus s’approchait de 17.000 personnes, tandis qu’au temps du règne de son fils (Bachar) le nombre a atteint plus de 75000.

Statistiques de la révolution syrienne, du 1er janvier au 28 déc 2015


Rapport-du-réseau-des-droits-de-l'homme-syrien-déc-2015

Centre de documentation des violations des droits de l’homme en Syrie

Le réseau syrien des droits de l’homme a déclaré, lundi 28 décembre 15, que le total des victimes en Syrie en 2015 s’élève à environ 21.179 personnes,
Le régime d’Assad a tué à lui tout seul 75% du total annoncé.
Selon un rapport publié par le réseau, qui couvre la période du 1er janvier au matin du 28 décembre 2015, la majorité de victimes documentées ont été tuées par «les forces du régime Assad qui s’élève à 15.748 victimes,
dont 3.704 d’entre elles sont des combattants,
12.044 sont des civils, dont 2.592 enfants et 1.957 femmes,
et qu’au moins 1.546 personnes sont morts sous la torture, y compris 7 enfants et 4 femmes. ”

Le rapport a signalé que «les forces russes ont tué 849 civils, dont 199 enfants et 109 femmes.”

Le pourcentage des enfants et des femmes du nombre total de morts  civils perpétré par le régime d’Assad est d’environ 38%, avec une moyenne quotidienne d’environ 10 enfants tués chaque jour.

Le rapport enregistre également « l’assassinat de 132 civils, dont 32 enfants et 12 femmes, et 4 personnes suite aux tortures par des milices kurdes fidèles au régime Assad. »

Il a aussi documenté  « l’exécution de 2.265 personnes par des groupes extrémistes, dont 2.098 personnes tuées par l’organisation Daech, 732 d’entre eux sont des combattants, et 1.366 civils, dont 149 enfants, 188 femmes, et 8 hommes sous la torture.

Selon le rapport « l’organisation du Front al-Nosra a tué 167 personnes, dont 78 combattants de l’opposition, et 89 civils, dont 13 enfants et 11 femmes, et 9 personnes sous la torture.”

Dans le même contexte, le rapport a enregistré « 1.121 personnes tuées par des factions armées de l’opposition : 49 hommes armés, 1.072 civils, dont 258 enfants, 181 femmes, et 9 victimes sous la torture. »

« Les forces de la coalition internationale contre Daech ont également causé la mort de 277 civils, dont 87 enfants, et 46 femmes. »

Le rapport comprenait également « l’enregistrement du décès de 787 personnes, dont 168 combattants et 631 civils, dont 113 enfants, et 111 femmes, tués soit par noyade dans la vague de migration des bateaux vers l’Europe, ou lors de bombardements que le réseau n’a pas pu identifier l’identité des auteurs, parmi eux se trouvaient quatre personnes tuées à cause de la torture » .

Le rapport du réseau a fait remarquer qu ‘«il est presque impossible d’accéder à des informations sur les victimes des forces du régime, ou de l’organisation de Daech, et que le taux d’erreur est trop élevé concernant la documentation de ce type de victimes, en raison de l’absence systématique dans la documentation de ces victimes ».

Le réseau a également noté « les difficultés rencontrées par son équipe pour documenter les victimes de groupes armés d’opposition, parce que le grand nombre de tués sur les fronts de bataille, et non pas dans les villes, sont difficilement accessible et l’impossibilité d’obtenir des renseignements sur les noms et les photos des victimes, parce que les forces d’opposition gardent, pour des raisons de sécurité, ce type d’information secret ».

Enfin, le Réseau a signalé que le nombre de réfugiés syriens a dépassé 5.000.835 personnes, dont les enfants constituent plus de 50%, tandis que les femmes représentent 35%, et 15% d’hommes.

Statistiques-révolution-syrienne-déc-2015.3

Ca se passe en Syrie, depuis 5 ans, et le monde entier observe silencieux une guerre acharnée contre le peuple syrien, le privant de ses droits de vivre dignement en paix dans un état démocratique et libre… sans le clan d’Al-Assad et ses hordes…

“Daesh” contrôle la plupart des champs de pétrole en Syrie


الشبكة السورية لحقوق الإنسان:”داعش” يسيطر على أغلب حقول النفط في سورية
ركز التقرير الذي أصدرته الشبكة السورية لحقوق الإنسان وحمل عنوان”سلاح النفط في سوريا” على سيطرة تنظيم “داعش” على أغلب الحقول النفطية في سورية، الأمرالذي يسهل تمويل عمليات التنظيم العسكرية، من أجل بسط السيطرة على مزيد من الأراضي السورية وارتكاب المزيد من العمليات الإرهابية. وأشار التقرير في مقدمته إلى أن:” عدة مسؤولین منشقین أكدوا للشبكة السوریة لحقوق الإنسان أن القسم الأكبر من عائدات النفط في سورية لم تكن تدخل في الموازنة العامة للدولة، بل كانت تنھب من قبل نظام الأسد”٠

Réseau syrien pour les droits de l’homme: “Daesh” contrôle la plupart des champs de pétrole en Syrie
Le rapport de mise au point, publiée par le réseau syrien des droits de l’homme, intitulé «l’arme du pétrole en Syrie” souligne le contrôle de l’organisation de “Daesh« de la plupart des champs de pétrole en Syrie, ce qui facilite le financement de son armée, afin de prendre le contrôle de plus de territoire syrien et commettre davantage des opérations terroriste. Le rapport souligne également dans son introduction que: «Plusieurs responsables déserteurs ont assuré au Réseau syrien des droits de l’homme que la majeure partie des revenus du pétrole en Syrie n’ont pas été inclus dans le budget de l’Etat, mais était volé par le régime d’Assad.”

Les puits de pétrole dans le nord syrien sous la domination de Daech

Les puits de pétrole dans le nord syrien sous le contrôle de Daech

%d bloggers like this: