L’alliance surprise entre Assad et les kurdes…


C'est-l'époque-de-la-guerre

Le 16 octobre 2019 à 14h45

Sauver la population. Les Forces démocratiques syriennes – le nom officiel des forces armées kurdes – se sont résolues à signer un accord historique avec l’armée syrienne de Bachar al-Assad dans un seul et unique but : empêcher que les populations kurdes ne pâtissent de l’offensive turque à l’est du pays, dans les territoires jusqu’ici détenus par les FDS.

Le contenu de l’accord entre la SAA, l’armée arabe syrienne, et les FDS a fuité ce mardi soir. Il trace les lignes d’un choix plus que symbolique du mouvement kurde, qui donne accès aux troupes loyalistes syriennes à un territoire chèrement conquis, au prix de nombreuses pertes en vies humaines lors des combats contre Daech.

« Les FDS ont accepté l’entrée de l’armée arabe syrienne et son contrôle s’étendra à toute la région, depuis Ayn Diwar à l’Est, jusqu’à Jarablus à l’Ouest », précise l’accord entre les deux ex-belligérants. En clair, les Kurdes ont ouvert les portes d’accès à tout leur territoire à leurs anciens ennemis. Un séisme politique – mais aussi militaire – pour les Turcs. Le cadre de ce futur déploiement tactique a été fixé très précisément par les deux nouveaux alliés de circonstance.

L’armée syrienne va donc se déplacer dans le territoire kurde via trois axes. Un premier axe « depuis Tabqa en direction du Nord vers Ayn Issa et sa campagne ». Également en direction du Nord vers la frontière syro-turque à Tell Abyad et vers l’Ouest.

Le contenu de l’accord fait que l’armée du régime de Bachar al-Assad étendra sa souveraineté dans toute la région à l’est et au nord de 
l’Euphrate mais, détail d’importance, « en coordination avec les conseils militaires locaux ». La zone située entre Ras al Ayn et Tell Abyad est définie comme la zone de combat principale « en attendant sa libération », précisent encore les deux parties.

Retour de la souveraineté de Bachar al-Assad

Les mots les plus importants de ce texte, finalement assez court, sont ceux qui ont trait à la souveraineté sur le territoire. Ceux qui ont dû coûter le plus cher aux responsables kurdes. « Les FDS confirment qu’elles sont prêtes à préserver l’unité territoriale de la République arabe syrienne et qu’elles le font sous le drapeau de la République arabe syrienne », définit ainsi l’accord. « Les FDS se tiendront aux côtés de la SAA pour faire face aux menaces turques contre la terre syrienne sous la direction du président Bachar al-Assad », conclut le texte. Des mots qui redonnent au raïs syrien la souveraineté sur un territoire qui échappait à son contrôle depuis 2011.

Il y a deux manières d’analyser cette décision. C’est, pour certains, la fin du rêve d’un « Kurdistan syrien ». Pour d’autres, les victoires militaires kurdes du passé leur garantiront peut-être un avenir sous la souveraineté de Bachar al-Assad.

« Tout s’est écroulé comme un château de cartes pour les Kurdes »

« Avec le retrait américain, tout s’est écroulé comme un château de cartes pour les Kurdes. En réalité, les populations arabes sont majoritaires dans cette région, et les Kurdes n’en avaient qu’un contrôle militaire », explique Fabrice Balanche, maître de conférences à l’université Lyon-2, contacté par Le Parisien. Le géographe, spécialiste de la région, revient tout juste de la zone.

« Les Kurdes n’ont plus le choix que d’être loyaux car, sans l’intervention syrienne, un million de Kurdes auraient été déplacés par les Turcs, sans l’ombre d’un doute. Les populations ont très peur des supplétifs arabes d’Erdogan, car ils égorgent, ils pillent, ils violent, ce sont pour certains des anciens de Daech ou d’Al-Qaida. Le but avant tout c’était d’éviter un massacre », analyse encore le chercheur associé au Washington Institute.

« Les YPG (les unités de protection du peuple kurde) ont été largement surestimées par certains médias. La réalité est tout autre. Les forces kurdes se sont écroulées en quelques jours, sans le soutien des Etats-Unis », constate encore le spécialiste de la région. « Les FDS ont été surestimées car on oublie que les Arabes qui les constituent largement se battaient parce que des salaires étaient versés. Il fallait nourrir les familles. La principale motivation était là. Elle n’était pas idéologique », décrypte encore Fabrice Balanche.

« Ils devraient obtenir beaucoup plus que leur sort dans le passé »

« Les Kurdes ont préféré faire des concessions au régime syrien plutôt qu’aux Turcs », confirme Karim Pakzad, chercheur à l’IRIS (l’Institut de relations internationales et stratégiques). « Les Kurdes n’arrivaient plus à faire face aux forces d’Erdogan. Ils ont donc logiquement perdu leur souveraineté gagnée sur le terrain », constate-t-il.

« C’est faux de dire que les Kurdes dans leur ensemble sont des indépendantistes. La plupart étaient réalistes, car ils savaient que c’était impossible d’avoir trois Etats indépendants kurdes en Turquie, en Syrie et Irak », précise celui qui enseigne à l’université de Kaboul. « Mais je ne pense pas que les Kurdes ont tout perdu. Les Kurdes ont réagi dans l’urgence, pour se sauver du massacre », enchaîne l’enseignant.

« Après-demain, à mon avis, dans le cadre du processus d’Astana (NDLR, un ensemble de rencontres multipartites entre différents acteurs de la guerre civile en Syrie), les Kurdes obtiendront des concessions pour gérer de manière plus ou moins autonome une partie de la région. C’est aussi l’intérêt des Russes, le nouvel acteur fort de la région. À cause de la guerre en Syrie, les Kurdes sont tout de même apparus comme une force importante. Ils devraient obtenir beaucoup plus que leur sort dans le passé », tempère l’enseignant-chercheur.

Israël bombarde illégalement des cibles en Syrie,


Reflet-de-miroire-Etat-du-Kalifat-islamique

Israël-Daech-Assad: les épouvantails des peuples

Israël bombarde illégalement des cibles en Syrie, alors que le conflit avec l’Iran devient public

 

إسرائيل تضرب أهدافا بسوريا مع خروج الصراع مع إيران إلى العلن

OSDH – 20 janvier 2019 المرصد السوري لحقوق الإنسان

L’armée israélienne a bombardé des cibles iraniennes en Syrie

France info-20 janvier 2019

Tsahal a visé, dans la nuit de dimanche à lundi, la force Quds des Gardiens de la révolution iranienne en Syrie.

Israël a annoncé avoir frappé des positions iraniennes en Syrie, dans la nuit du dimanche 20 janvier au lundi 21 janvier. Dans un communiqué, l’armée israélienne dit viser la force Quds des Gardiens de la révolution iranienne en Syrie, sans davantage de précisions sur le nombre de tirs.

Elle a mis en garde les forces syriennes contre “toute tentative de frapper le territoire ou les forces d’Israël”, en référence à la roquette qu’elle dit avoir interceptée dimanche. Selon Israël, cette roquette a été tirée depuis le nord du plateau du Golan, territoire syrien.

Des dépôts d’armes visés

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), a fait état de frappes de missiles israéliens dans le secteur de l’aéroport de Damas et les environs de la capitale. Ces bombardements ont touché des dépôts d’armes vraisemblablement iraniens et appartenant au Hezbollah, la milice chiite libanaise soutenue par Téhéran, selon cette ONG. L’agence de presse officielle syrienne Sana a fait savoir que la défense anti-aérienne syrienne avait riposté, dans la nuit de dimanche à lundi, à de nouveaux tirs “ennemis” contre la Syrie.

 

Pétition: Libération des femmes victimes de viol dans les prisons du régime syrien


 

https://www.change.org/p/emmanuel-macron-appel-pour-la-lib%c3%a9ration-des-femmes-victimes-de-viol-dans-les-prisons-du-r%c3%a9gime-syrien
Pétition: Adressée à Emmanuel Macron

Appel pour la libération des femmes victimes de viol dans les prisons du régime syrien

Monsieur le Président de la République,

Le viol comme arme de guerre en Syrie est un crime passé sous silence depuis le début de la révolte syrienne en 2011.
Des dizaines de milliers de femmes syriennes en ont été les victimes. Des milliers sont aujourd’hui encore dans les prisons du régime syrien où elles subissent les pires exactions.
Le viol est un sujet tellement tabou en Syrie que ces femmes connaissent une double peine. Une fois sorties de prison elles sont rejetées par leurs familles ou victimes de crime d’honneur.Coupables d’être victimes.

Pour la première fois certaines de ces femmes osent parler, parfois à visage découvert, dans un documentaire « Syrie, Le Cri Etouffé » diffusé sur France 2 mardi 12 décembre 2017 à 23h. Ce film a été réalisé par Manon Loizeau (prix Albert Londres) et co écrit avec Annick Cojean (grand reporter au Monde et présidente du prix Albert Londres), avec l’aide de la chercheuse libyenne Souad Wheidi.

Dans ce film des femmes syriennes racontent douloureusement ce qu’elles ont subi en détention. Elles donnent les noms de leurs bourreaux et des lieux de torture. La politique du viol comme arme de guerre a été délibérée et systématique depuis le début du conflit pour briser la révolte et la société syrienne. Un crime parfait car les victimes ne parlent jamais.
Toutes les femmes qui témoignent sont des mères de familles. Un jour elles ont rêvé, elles ont eu l’immense espoir que la démocratie, la liberté puissent être à leur portée. Alors elles sont sorties dans les rues manifester avec leurs enfants, leurs familles. Elles ont parfois filmé le réveil de leur peuple. Et puis la répression est arrivée, vite, très vite, brutale très brutale. Alors elles ont pansé les plaies des blessés, parfois mêmes les plaies des soldats de l’armée du régime. Elles ont tenté de sauver des vies. Puis elles ont été arrêtées, et leur destin a basculé dans l’obscurité et la barbarie.
Si elles osent aujourd’hui briser le silence, avec tout les risques que cela comprend, c’est parce qu’elles veulent nous interpeller et que nous les aidions enfin, nous nations occidentales, à faire en sorte que le régime de Bachar Al Assad libère toutes les femmes qui sont encore détenues et que leurs bourreaux répondent un jour de leurs crimes.

Parce que nous ne pouvons rester sourds à leur souffrance et à leur appel, nous vous demandons, Monsieur le Président de la République, d’aider à ce que leurs voix soient entendues et à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour obtenir la libération des milliers de femmes encore en prison en Syrie.

Avec notre haute considération

Cette pétition sera remise à:

  • Emmanuel Macron

    Signez cette pétition

    90 808 signatures. Allez jusqu’à 150 000.

    ترجمة الرسالة التي كتبها الفيلسوف الفرنسي “فريديريك لونوار” إلى الرئيس الفرنسي “إيمانويل ماكرون” بعد عرض فلم الصرخة المخنوقة:
    السيد رئيس الجمهورية،
    الاغتصاب باعتباره سلاحا من أسلحة الحرب في سوريا، جريمة مرت بصمت (تم تجاهلها) منذ بداية الثورة السورية عام 2011.
    عشرات الآلاف من النساء السوريات كن ضحايا، ولاتزال الآلاف في سجون النظام السوري اليوم حيث يعانين من أسوأ الانتهاكات.
    الاغتصاب يمثل “تابو” (موضوعا محرما) في سوريا، وهؤلاء النساء يتعرضن لخطر مزدوج، وعندما يطلق سراحهن من السجن، يواجهن برفض أسرهن أو يبتن ضحايا جرائم الشرف.
    للمرة الأولى، تجرؤ بعض النساء على الكلام، وأحيانا مع وجه غير مغطى (مكشوف)، في الفيلم الوثائقي “سوريا، الصرخة المخنوقة” الذي بث على قناة “فرنسا 2” يوم الثلاثاء 12 كانون الثاني/ديسمبر 2017، الساعة 11 مساء، وهو فيلم من إخراج “مانون لوازو، والكاتب المشارك “إنيك كوجيان”، بمساعدة الباحثة الليبية “سعاد وحيدي”.
    في هذا الفيلم، تروي النساء السوريات بألم ما عانينه من الاعتقال، مع ذكر أسماء الجناة وأماكن التعذيب. لقد كانت سياسة الاغتصاب سلاح حرب متعمدا (مدروسا) وممنهجا منذ بداية الصراع لكسر الثورة والمجتمع السوري. (كان الاغتصاب) جريمة كاملة لأن الضحايا لا يتكلمن أبدا.
    جميع النساء اللواتي قدمن شهاداتهن كن أمهات وربات أسر، في يوم من الأيام كن يحلمنّ، كان لديهن أمل كبير في أن تكون الديمقراطية والحرية بمتناول أيديهن، فخرجن إلى الشوارع ليتظاهرنّ مع أولادهن وأسرهن، لقد قمن أحيانا بتصوير صحوة (هبة) شعبهن. ثم وصل القمع، بسرعة، بسرعة كبيرة، وحشية وحشية جدا. لذلك كن يتولين تضميد جروح المصابين، وأحيانا حتى جروح جنود جيش النظام، لقد حاولن إنقاذ الأرواح، ثم ألقي القبض عليهم، وتحول مصيرهن إلى الظلام (المجهول) والوحشية.
    إذا كن قد تجرأن اليوم على كسر الصمت، مع كل المخاطر التي ينطوي عليها ذلك، فلأنهن يردنّ تحدينا، ويردنّ أن نساعدهن في النهاية، نحن أمم الغرب، من أجل التأكد من أن نظام بشار الأسد أطلق سراح جميع النساء اللواتي ما زلن محتجزات، وأن الجناة سيتلقون يوما جزاء جرائمهم.
    ولأننا لا نستطيع أن نواصل صم آذاننا عن معاناتهن وندائهن، نطلب منكم، السيد رئيس الجمهورية، أن تساعدوا على إسماع أصواتهن وأن تبذلوا كل ما في وسعكم للوصول إلى تحرير آلاف النساء ممن لازلن رهن الاعتقال في سوريا.
    مع تقديرنا الفائق.

Enquête ouverte en France visant le régime Assad pour “crimes contre l’humanité”


*

Syrie: enquête ouverte en France visant le régime Assad pour “crimes contre l’humanité”

Un transfuge syrien connu sous le nom de "Cesar" (en veste bleue à cagoule au centre) informe la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants à Washington le 31 juillet 2014 au sujet du meurtre de quelque 10.000 militants de l'opposition syrienne (AFP/Brendan Smialowski)

Un transfuge syrien connu sous le nom de “Cesar” (en veste bleue à cagoule au centre) informe la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants à Washington le 31 juillet 2014 au sujet du meurtre de quelque 10.000 militants de l’opposition syrienne (AFP/Brendan Smialowski)

cette photographie fait partie d’un ensemble de 54 000 clichés de 11 000 détenus morts sous la torture et les privations dans un «centre» du régime de Bachar al ­Assad mars 2014

cette photographie fait partie d’un ensemble de 54 000 clichés de 11 000 détenus morts sous la torture et les privations dans un «centre» du régime de Bachar al ­Assad mars 2014

تقرير_يوثّق_مقتل_11_ألف_معتقل_تحت_التعذيب_في_سجون_النظام_السوري-i139025391523480053

Syria Torture Report - Cesar - 4

Syria Torture Report – Cesar – 4

معرض لصور الشهداء الذين قضوا تحت التعذيب في معتقلات التعذيب الأسدية، حيث يقام المعرض في مبنى الأمم المتحدة في نيويورك. mars 2015

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/syrie-enquete-ouverte-en-france-visant-le-regime-assad-pour-crimes-de-guerre-29-09-2015-5138785.php

Il faut sauver Alep


Une tragédie s’annonce, il faut sauver Alep !

En échec à Kobané, Da’ech accentue désormais sa pression sur Alep patrimoine de l’Humanité, deuxième ville de Syrie, objectif de la mortelle randonnée de cette organisation criminelle.

De son côté Bachar Al Assad ne cesse chaque jour de bombarder la population d’Alep à l’aide de barils de TNT.

Si l’on ne vient pas rapidement à leur secours 300 000 Aleppins vont être pris en tenaille entre les génocidaires de Bachar Al Assad et les massacreurs de Da’ech.

Bachar Al Assad et Da’ech sont les deux faces d’une même barbarie, la deuxième étant la créature de la première.

web_alep-

web_alep-

slider-02-5c42cf1d4f435fa2d13e0279c5fc7b35

Aleppo - Syrie 28 07 2014

Aleppo – Syrie 28 07 2014

النازيون الجُدد: ألا يخجلون من دفاعهم عن نظام الأسد المجرم ؟ – Les Nazis du régime syrien


Charif Chehadeh – Shut Up – شريف شحادة

النازيون الجُدد: ألا يخجلون من دفاعهم عن نظام الأسد المجرم ؟

Les nazis du régime syrien

qui le défendent, jusqu’au bout de l’idiotie…

ont-ils compris qu’ils sont dépassés

par la volonté du peuple 

Par la révolution du peuple en Syrie ?

**

داعل:هلع الاطفال في المدارس اثناء القصف على المدينة

Dael: les enfants en panique dans les écoles, pendant le bombardement de la ville – 15.10.2012

watch?feature=player_embedded&v=0zSotSssisA#!

دمار مدينة حمص العديّة – Panorama destructions de la ville de Homs par l’armée du régime Assad


دمار مدينة حمص العديّة

على أيدي ميليشيات جيش الأسد الهمجية

Destructions de la ville de Homs par l’armée du régime Assad

Nombre de victimes en Syrie au 6 juillet 2012 :  18 892

This slideshow requires JavaScript.

%d bloggers like this: