Le mouvement de « l’Autogestion » à l’est de l’Euphrate: une autorité de facto


coalition-delegation

Bases US en Syrie 7

Syrie--Séparatistes-!!---2019

Le mouvement  de « l’Autogestion » à l’est de l’Euphrate: une autorité de facto

Ryan Mohammed – 10 juillet

L’autogestion dans l’est syrien de l’Euphrate, relevant du Conseil démocratique syrien (CDS), branche politique des « Forces démocratiques de Syrie/FDS » à domination kurde, déploie des efforts vigoureux et rapides pour imposer sa présence en tant que fait accompli, avec le soutien des pays occidentaux dirigés par les États-Unis et l’Arabie saoudite la plus en vue. L’objectif de l’administration semble maintenant être de se consolider en tant qu’autorité de facto et de renforcer sa position de négociation, que ce soit au niveau de son inclusion dans le processus politique syrien en cours ou en cas de nouvelles négociations avec le régime de Bachar Assad.
Le soutien logistique à « l’autogestion », qui est effectivement dirigé par le Parti de l’Union démocratique kurde, continue d’être soutenu par ses alliés. La dernière aide est arrivée des États-Unis dimanche dernier: des dizaines de camions chargés d’assistance logistique et de mécanismes de reconstruction sont entrés dans les zones de contrôle de FDS en provenance du territoire irakien, précédés d’un convoi similaire au début du mois et d’un autre le 24 du mois dernier. Où les convois d’aide se connectent presque chaque semaine.
En parallèle, il semble que le CDS et les FDS intensifient leurs efforts pour renforcer l’autorité de facto par le biais d’une restructuration militaire, avec la formation de nouveaux conseils militaires dans certaines zones au cours des dernières semaines, ainsi que d’autres mesures visant à renforcer le contrôle militaire et social.
Dans ce contexte, on assiste depuis quelques jours à une intensification des mouvements laissant apparaitre « la direction de l’autogestion » avec «les « FDS » comme un pouvoir d’un « Etat », en signant un accord avec les Nations Unies sur la prévention du recrutement d’enfants dans ses forces militaires ou en organisant des forums internationaux dans leurs zones de contrôle.
(…)

 

حراك “الإدارة الذاتية” شرقي الفرات: فرض أمر واقع

ريان محمد – 10 يوليو 2019

يبدو أنّ الإدارة الذاتية في منطقة شرق الفرات السورية، عبر غطائها “مجلس سورية الديمقراطية” (مسد)، الجناح السياسي لـ”قوات سورية الديمقراطية” (قسد)، ذات الغالبية الكردية، تبذل جهوداً حثيثة وبشكل متسارع، لفرض وجودها كأمر واقع، بدعم من قبل دول غربية على رأسها الولايات المتحدة، وعربية أبرزها السعودية. ويبدو هدف “الإدارة” في الوقت الحالي، تكريس نفسها كسلطة أمر واقع، وتعزيز موقعها التفاوضي، إن كان على مستوى ضمها لمحادثات العملية السياسية السورية الحالية، أو في حال بدأت مفاوضات جديدة مع نظام بشار الأسد.
ويتواصل الدعم اللوجستي لـ”الإدارة الذاتية”، التي يقودها فعلياً حزب “الاتحاد الديمقراطي” الكردي، من قبل حلفائها. وقد وصلت آخر تلك المساعدات من الأميركيين، يوم الأحد الماضي، إذ دخلت عشرات الشاحنات المحمّلة بالمساعدات اللوجستية وآليات إعادة الإعمار، إلى مناطق سيطرة “قسد” آتية من الأراضي العراقية، وكانت قد سبقتها قافلة مشابهة بداية الشهر الحالي، وأخرى في الـ24 من الشهر الماضي، حيث يكاد يسجل دخول قوافل المساعدات تلك بشكل شبه أسبوعي.
في موازاة ذلك، يبدو أنّ “مسد” و”قسد”، يكثفان جهودهما، لتعميق سلطة الأمر الواقع، عبر إعادة الهيكلية العسكرية، مع تشكيلهم مجالس عسكرية جديدة في بعض المناطق خلال الأسابيع القليلة الماضية، فضلاً عن خطوات أخرى، تهدف لتعزيز السيطرة عسكرياً واجتماعياً.
وفي هذا السياق، شهدت الأيام القليلة الماضية، تكثيفاً لتحركاتٍ تُظهر “الإدارة الذاتية” وكأنها مع “قسد” سلطة “دولة”، أكان بتوقيعها مع الأمم المتحدة اتفاقاً حول منع تجنيد الأطفال ضمن قواتها العسكرية، أو من خلال تنظيم منتدياتٍ دولية في مناطق سيطرتها.
وكان مركز “روج آفا للدراسات الاستراتيجية”، وهو أحد أذرع “الإدارة الذاتية”، نظّم قبل أيام “المنتدى الدولي حول داعش: الأبعاد والتحديات، واستراتيجيات المواجهة”، بحضور عدد من الباحثين والسياسيين من نحو 15 دولة عربية وغربية، على رأسها الولايات المتحدة. ويُعتبر هذا المنتدى الأول من نوعه في المنطقة، وجاء عقب الإعلان الرسمي عن قضاء “قسد” بدعم من التحالف الدولي، الذي تقوده الولايات المتحدة، على تنظيم “داعش” في مناطق شرق الفرات، وإن ما تزال هناك عمليات أمنية يقال إنها ضدّ خلايا نائمة تتبع للتنظيم في المنطقة.



وعلى هامش المنتدى، قال القيادي في “الإدارة الذاتية” آلدار خليل، في تصريح صحافي نشر يوم أمس الثلاثاء، بأنهم “لا يرون حتى هذه اللحظة أي بوادر لحلّ الأزمة السورية في الأفق، وأنّ نيّة حلّ الأزمة ليست مطروحة لدى الأطراف التي تشارك فيها”، مضيفاً “إن كان هناك أي قرار في هذا الشأن، فلن يتحقّق بلا مشاركة الأكراد الممثلين في الإدارة الذاتية، وهذه ليست منّة منهم علينا أو على الشعب الكردي، لأنه لا حلّ للأزمة السورية بدون كُردها”. وأكّد أنّ “دول التحالف وبعض الدول الأخرى” تعمل على أن تشارك “الإدارة الذاتية” في مباحثات الحلّ السياسي في سورية.
وحول المفاوضات مع النظام، قال خليل، إنهم يرغبون في أن تكون هناك مفاوضات، وإنهم لا يغلقون الباب من طرفهم أمام اللقاءات مع النظام السوري، “ومن الجيد” أن يكون هناك حلّ للمشاكل العالقة بين الطرفين “على الرغم من نظرة النظام الضيقة والذي لا يريد أن يدخل في حلّ مع الإدارة الذاتية”، على حد تعبير خليل.
وكانت صحيفة “الوطن” السورية التابعة للنظام، هاجمت هذا المنتدى، وقالت يوم الأحد الماضي، إنه “في إطار سعيها لكسب تأييد دولي لمشروعها الانفصالي، والإبقاء على سيطرتها في المناطق التي استولت عليها، أطلقت المليشيات الكردية ما سمته (منتدى دولي) حول تنظيم داعش الإرهابي في الحسكة بمشاركة 15 دولة، عربية وأوروبية بالإضافة إلى الولايات المتحدة الأميركية”.
وتزايدت وتيرة تكريس الإدارة الذاتية سلطتها شرق الفرات، عقب فشل مباحثاتها مع النظام في دمشق، وسط أنباء عن خلافات حول الاعتراف دستورياً بما سمي حينها الإدارة اللامركزية الديمقراطية، والإبقاء على “قسد” كقوى عسكرية تتبع قوات النظام في شرق الفرات، وشكل توزيع الثروات الباطنية ضمن مناطق سيطرتها. فعملت الإدارة الذاتية منذ شهر مايو/أيار الماضي على إعادة تقديم نفسها عبر دمج العشائر العربية في المجالس المحلية والعسكرية، وعقدت لهذا الهدف في مدينة عين عيسى في محافظة الرقة “ملتقى العشائر السورية”.

Advertisements

Mazloum Abdi « FDS »: la Syrie est un État défaillant sans nos régions


La réalpolitik kurdes en Syrie

Carte SyrieCommunautes

Le Commandant de « FDS »: la Syrie est un État défaillant sans nos régions

■ Damas – DBA: Le commandant en chef des forces démocratiques syriennes « FDS » Mazloum Abdi a estimé que « l’Etat syrien sans les régions du nord et de l’est de la Syrie sera un Etat en faillite ». Abdi a révélé, au cours de la réunion du Conseil exécutif du nord et de l’est de la Syrie dans la ville de Ayn Issa dans la campagne nord de Raqqa, les conditions de la direction d’autogestion pour négocier avec le régime syrien, qui se résument dans la « reconnaissance des départements existants y compris la direction de l’administration générale du nord et de l’est de la Syrie, et la reconnaissance de la spécificité des forces démocratiques de la Syrie et sa pleine responsabilité du dossier militaire et sécuritaire dans les régions d’autogestion ». Abdi a ajouté que les forces démocratiques de la Syrie « a prouvé qu’il est sorti plus fort après la défaite de Daech à l’inverse de tout ce qui a été dit au sujet de la propagation possible de l’organisation dans les régions du nord et de l’est de la Syrie et qu’il représente un danger sur l’administration ».

Le Conseil général de l’autogestion avait approuvé, hier, une loi sur le devoir à l’autodéfense et le règlement intérieur du Bureau de la Défense dans le nord et l’est de la Syrie, où le commandant de « FDS » a appelé le gouvernement syrien à reconnaître les institutions de « FDSt et son administration ».
A la suite d’une réunion tenue hier à Ain Issa (campagne de Raqqa), le Conseil général a déterminé la durée du service militaire et l’âge de la mise en service.
Les FDS contrôlent des zones situées dans la campagne est d’Alep, ainsi que celles de l’est de l’Euphrate, notamment les régions de Raqqa, de Has et la campagne de Deir Ez-Zor est et nord, qui représentent environ 27% de la Syrie.

Alquds.co.uk-Syrie-FDS-Mazloum

قائد «قسد»: سوريا دولة فاشلة بدون مناطقنا

24 juin 2019 – القدس العربي
دمشــق – د ب أ: اعتبر القائد العام لقوات ســوريا الديمقراطية «قسد» مظلوم عبدي بأن «الدولة الســورية بدون مناطق شــمال وشــرق ســوريا ستكون دولة فاشلة». وكشــف عبدي خلال اجتماع المجلس التنفيذي لشمال وشرق سوريا في بلدة عين عيســى بريف الرقة الشمالي عن شروط الإدارة الذاتية للتفاوض مع النظام السوري والتي تتلخص في «الاعتراف بالإدارات الموجودة بما فيها الإدارة العامة لشمال وشرق سوريا والاعتراف بخصوصية قوات سوريا الديمقراطية ومســؤوليتها الكاملة عن الملف العسكري والأمني في مناطق الإدارة الذاتية». وأضاف عبدي بأن قوات سوريا الديمقراطية «أثبتت أنها خرجت أقوى بعد هزيمة داعش عكس كل ما كان يقال حول احتمال انتشــار التنظيم في مناطق شمال وشرق سوريا وتشكيلها خطورة على الإدارة»٠

وكان المجلس العام في الإدارة الذاتية لشمال وشرق سوريا قد صادق أمس على قانون واجب الدفاع الذاتي والنظام الداخلي لمكتب الدفاع في شمال وشرق سوريا، حيث دعا قائد «قسد» الحكومة السورية للاعتراف بمؤسسات «قسد وإدارتها». وحدد المجلس عقب اجتماع عقد في بلدة عين عيسى في ريف الرقة الشمالي أمس مدة الخدمة العســكرية وسن التكليف. وتسيطر «قسد» على مناطق في ريف حلب الشرقي إضافة إلى مناطق شرق الفرات التي تضم محافظات الرقة والحســكة وريف دير الزور الشمالي الشرقي والتي تشكل حوالي 27 في المئة من مساحة سوريا٠

 

REALPOLITIK – الواقعية السياسية


Realpolitik-Russe

 

Syrie : “La violence est dans les gènes de la famille Assad depuis 1970”


 

Syrie : “La violence est dans les gènes de la famille Assad depuis 1970”

Pour le politologue libanais Ziad Majed, le revirement de Macron sur Assad est immoral et dangereux, car la dictature alimente le terrorisme.

PAR LOUIS CHAHUNEAU

Modifié le 12/07/2017 à 11:09 – Publié le 11/07/2017

9413038lpw-9414874-article-syriaconflict-jpg_4417191_660x281

À Alep le 24 juillet 2016, dans la zone rebelle. 200 000 civils ont été assiégés et bombardés pendant des mois par le régime d’Assad avec le soutien russe. © AFP/ AMEER ALHALBI

Le 21 juin,

dans une interview accordée à huit journaux européens, Emmanuel Macron déclarait que la destitution de Bachar el-Assad en Syrie n’était plus la priorité de la France, faute de « successeur légitime », suscitant l’inquiétude de l’opposition syrienne. Le président de la République ajoutait : « Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien. » La semaine suivante, il accueillait à l’Élysée Riad Hijab, le coordinateur du Haut Comité de l’opposition en vue des négociations, et réaffirmait son soutien « au peuple syrien », brouillant la diplomatie française au Proche-Orient.

Le politologue libanais Ziad Majed, spécialiste de la Syrie et enseignant à l’American University of Paris, a cosigné une tribune dans le quotidien Libération du 3 juillet pour dénoncer « ce revirement diplomatique majeur ». Pour Le Point.fr, il explique pourquoi ces propos sont ambigus et placent la France « dans la position d’un État complice ».

Le Point.fr : La politique française envers la Syrie a-t-elle vraiment changé entre François Hollande et Emmanuel Macron ?

Ziad Majed : Oui, en tout cas au niveau du discours. La vision de Macron, défendue par le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, consiste à s’allier avec la Russie dans une lutte plus virulente contre le terrorisme en Syrie. Cela rompt avec la politique de Hollande qui considérait que la lutte contre le terrorisme devait aller de pair avec une solution politique en Syrie, qui destituerait Assad. Macron n’y est pas opposé, mais explique que ce n’est pas la priorité et qu’Assad n’est pas l’ennemi de la France.

Emmanuel Macron a-t-il raison de dire qu’« Assad n’est pas l’ennemi de la France », mais « du peuple syrien » ?

Cette formule est dangereuse parce qu’elle exclut le peuple syrien de la communauté internationale. Un dictateur pourrait donc tuer, massacrer ? Cela alimente le terrorisme et la vengeance. Allez dire aux habitants là-bas que c’est de la « realpolitik ». Ça ne marche pas. Admettre que Bachar el-Assad est l’ennemi de son peuple, c’est reconnaître qu’il est criminel. Donc, il ne peut pas être légitime. L’argument ne tient ni au niveau pragmatique, ni au niveau éthique, ni même au niveau du droit international. Je comprendrais une coopération avec les Russes, mais avec des objectifs clairs et négociés à l’avance.

Entre 2005 et 2007, la plupart des djihadistes qui partaient combattre les Américains en Irak étaient manipulés par le renseignement syrien.

La France n’a-t-elle pas intérêt à ce qu’Assad reste au pouvoir, notamment pour reprendre la coopération entre les services syriens et ainsi améliorer son renseignement antiterroriste ?

Non, c’est un mythe, une illusion. Il y a eu quelques moments de coopération entre les services secrets français et syriens, mais cela a toujours fonctionné de manière très politique. Le régime syrien, quand il souhaite normaliser avec un État, lui fournit des listes, des noms, pour lui montrer qu’il est indispensable dans la lutte antiterroriste. Mais cela indique en réalité qu’il est impliqué dans les réseaux de terrorisme. D’ailleurs, ce n’est pas un secret qu’entre 2005 et 2007 la plupart des djihadistes qui partaient combattre les Américains en Irak passaient par Damas et étaient manipulés par le renseignement syrien, et en particulier par le beau-frère de Bachar el-Assad, Assef Chawkat, qui est mort en 2012 dans une explosion mystérieuse. Hafez el-Assad est également soupçonné d’avoir commandité l’attentat rue des Rosiers en 1982, ainsi que l’assassinat de l’ambassadeur français au Liban Louis Delamare à Beyrouth en 1981 (sa mort n’a jamais été élucidée, NDLR). Et le régime n’a plus les mêmes capacités au niveau du renseignement qu’il y a dix ans. Il est extrêmement épuisé. Les trois quarts du pays échappent à son contrôle. Il n’a pas de réseau dans la zone que contrôle Daech. Enfin, le terrorisme qui frappe la France a surtout été l’œuvre de citoyens français.

Le bombardement d’une base aérienne du régime par l’armée américaine s’inscrit-il dans une stratégie de long terme ?

C’était un acte isolé. Donald Trump a voulu marquer sa différence avec Obama : montrer que l’usage des armes chimiques entraînera une riposte immédiate des États-Unis. Mais la priorité des Américains en Syrie reste de détruire Daech en soutenant les Kurdes du côté de Raqqa.

Selon les renseignements américains, le régime serait sur le point de mener de nouvelles attaques chimiques. Quel serait l’intérêt pour Assad ?

Je ne pense pas qu’il y aura un énorme scandale si le régime réutilise le gaz sarin. Il l’a utilisé hier, et aujourd’hui, c’est le chlore. Il y a eu une telle banalisation de la mort en Syrie que plus rien ne surprend. Et s’il y a bien un domaine que maîtrise parfaitement le régime, c’est le dosage de la violence. En 2011, le régime ne s’attaquait pas aux manifestations dans les quartiers bourgeois où les gens s’habillent comme en Occident. En revanche, la mort s’est abattue dans les zones rurales, pauvres, sunnites, où les femmes sont voilées et les hommes barbus. Leur mort ne suscite pas la même réaction chez les Occidentaux. De plus, il y a un excès de violence incroyable dans les prisons de l’État. Ces histoires sont tellement inhumaines que beaucoup n’y croient même plus. La violence est dans les gènes de la famille Assad depuis 1970. Le régime pense qu’il survivra en humiliant sa population. Tous ceux qui veulent marcher la tête haute doivent être frappés jusqu’à la soumission. En arabe, on dit : « La mort ou la soumission. »

Penser que seul un dictateur est en mesure de tenir ce pays est totalement faux. On est en train de répéter les mêmes erreurs chaque décennie.

Dans quel état se trouve l’opposition syrienne ?

Après août 2013, et la volte-face d’Obama, l’opposition s’est sentie démunie et trahie, de sorte que beaucoup ont abandonné la lutte. Ce n’est pas une coïncidence si Daech est devenu puissant à partir de ce moment-là. Les forces islamistes de l’opposition se sont aussi renforcées, et les pays du Golfe leur ont rapidement apporté leur soutien. Au niveau international, l’opposition est représentée dans le Haut Comité en vue des négociations. Mais sur le terrain, il y a une fragmentation des forces : l’Armée syrienne libre, les forces islamistes et Fatah al-Cham. Ce dernier groupe n’est pas représenté dans la délégation au Haut Comité puisqu’il est considéré comme un mouvement terroriste.

Le problème, c’est que tous ces groupes très différents n’ont pas le même objectif politique. En Europe, on veut que l’opposition soit représentée par un seul homme, mais on oublie qu’elle est constituée d’acteurs de gauche, de droite, de libéraux, de communistes, d’islamistes, de tribaux, de féodaux… Ce morcellement est le fruit de 47 ans de dictature. La Syrie vit sous l’état d’urgence depuis 1963, et la prise du pouvoir par le parti Baas. Celui-ci a dissous les partis politiques, interdit les associations, la vie publique, monopolisé les médias. Et l’opposition politique, qui a depuis vécu en prison ou en exil, n’a jamais eu les ingrédients pour reconstruire un modèle politique.

L’opposition possède-t-elle encore la capacité nécessaire pour renverser Assad ?

Depuis l’intervention des Russes en septembre 2015, la chute du régime est devenue militairement impossible. Les Russes ont mené des dizaines de milliers de raids aériens. Certes, le régime ne contrôle que 24 % du territoire syrien, mais 65 % de la population vit dans ces zones qui concentrent les grandes villes comme Damas, Alep, Homs et Hama. Beaucoup de civils se sont réfugiés dans ces territoires, sous le contrôle du régime, pour éviter les bombardements. Bachar el-Assad a tout fait pour pourrir la vie des gens qui vivent dans les autres régions : les hôpitaux sont bombardés, et il n’y a pas d’eau ni d’électricité. Avant 2013, les gens documentaient les massacres pour témoigner au monde entier leur quotidien. Mais, depuis, ils le font pour leur mémoire parce qu’ils ont senti que tout le monde les avait abandonnés. Les islamistes avaient prédit cela. La relation quotidienne avec la mort a fait monter le poids de l’islam dans la société.

Les négociations de paix reprennent à Genève le 10 juillet. Peuvent-elles encore aboutir ?

Non. Les négociations ont commencé en juin 2012 avec l’idée d’une transition politique en Syrie. Puis, les Russes ont commencé à utiliser des termes comme « coalition » avec Assad, alors que les négociations visaient à mettre de côté le régime. Et les Nations unies ont ajouté une autre clause : « la lutte contre le terrorisme ». Or, les Russes considèrent toute l’opposition comme terroriste. Depuis, tout est bloqué. Les discussions à Astana, qui visaient à convenir de cessez-le-feu, ont abouti à la création de cinq zones de « désescalade » (celui de la ville de Deraa n’est pas respecté, NDLR). La moitié des groupes d’oppositions boycottent aujourd’hui les négociations, car les cessez-le-feu ne sont pas tous respectés.

Quelle solution préconisez-vous pour la paix ?

Ce ne sont plus les Syriens qui décident. La Russie et l’Iran gèrent leur diplomatie et veulent qu’Assad reste au pouvoir moyennant quelques réformes. Les Iraniens veulent garder le contrôle de Damas pour rester en contact avec le Hezbollah au Liban, la mer Méditerranée et la frontière israélienne. Les Russes veulent se poser comme les protecteurs du régime syrien tout en conservant leurs bases militaires à Tartous et Hmeimim. Mais penser que seul un dictateur est en mesure de tenir ce pays est totalement faux. On est en train de répéter les mêmes erreurs chaque décennie, sans apprendre des leçons du passé ni trouver les solutions. Ce n’est pas une coïncidence si Daech est apparu en Irak, en Syrie et en Libye. Il s’agit des régimes les plus atroces de la région. Saddam Hussein et Hafez el-Assad possèdent tous deux la même mentalité : des guerres, tout le temps, avec un écrasement des voix de l’intérieur. Et lorsqu’un État n’arrive plus à tout contrôler, la situation explose et, en l’absence de vie politique, ceux qui sont le plus structurés pour prendre la relève demeurent les djihadistes. L’intervention militaire en Libye (2011) n’est pas la première cause du chaos actuel, c’est surtout le non-accompagnement de la transition politique qui a mené à l’échec. L’Irak aussi a souffert d’une gestion défaillante après Saddam Hussein. En Syrie, il faut dès maintenant travailler à une transition politique.

http://www.lepoint.fr/monde/syrie-la-violence-est-dans-les-genes-de-la-famille-assad-depuis-1970–11-07-2017-2142309_24.php
%d bloggers like this: