Quelle est la relation entre la comédie de retour à Khan Cheikhoun et l’amnistie présidentielle ?


Rencontre Assad-Poutine à Soutchi mai 2018

Quelle est la relation entre la comédie de retour à Khan Cheikhoun et l’amnistie présidentielle ?

Khaled Al Khatib Lundi 16/09/2019

Le régime à Hama a mobilisé ses services de sécurité et de parti pour promouvoir le retour des personnes déplacées dans les zones nord de Hama et d’Idleb, qui ont été contrôlées par ses milices en août. Les milices ont accusé l’opposition de faire obstruction au retour des personnes déplacées, via le passage d’Abou Dhour à l’est d’Idleb, et ont déclaré que la récente grâce présidentielle faciliterait le retour de milliers de personnes déplacées, ce qui embarrasserait la Turquie et rassurerait l’Europe.

Les dirigeants des milices russes du régime ont déclaré que l’amnistie présidentielle était venue rassurer le peuple et faire en sorte qu’ils ne soient pas poursuivis en justice notamment les déserteurs et réfractaires. L’amnistie est censée embarrasser la Turquie dans les négociations avec la Russie, lors d’une série de négociations à Astana lundi, et lui retire le prétexte de rassemblement des milliers de personnes déplacées près de la frontière. Cela accélérerait le lancement d’une nouvelle série de combats après l’achèvement de la réception des personnes déplacées à Idleb.

Pour le troisième jour consécutif, les milices russe du régime attendent toujours au poste-frontière d’Abou Dhour que les personnes déplacées d’Idleb retournent dans leurs zones situées au nord de Hama et du sud d’Idleb. Aucun civil ni personne déplacée n’est encore entré par le passage.

Mohamed Rachid, membre du bureau de presse du Front de libération nationale (FNL), a déclaré à Al-Modon que la majorité des habitants des zones récemment occupées par les milices résident dans les zones de l’opposition et ne font pas confiance aux assurances et garanties russes. Les campagnes publicitaires du régimes sur le retour et l’amnistie trompeuse ne réussiront pas.

Les médias fidèles ont diffusé des images et des vidéos de voitures privées et d’autobus transportant des centaines de civils dans la région passant par le passage de Morek. L ‘entrée de colonnes de personnes supposément déplacées et les festivités l’accompagnant ressemblent à des rassemblements en faveur du régime. Le retournés portant les drapeaux du régime et les images de Bachar Al-Assad. Le gouvernorat de Hama a déclaré que le secrétaire de la branche du parti Baath à Hama, Achraf Bachouri, et le gouverneur Mohammed Hazouri, ont participé à la célébration du retour des populations dans leurs foyers.

Les réunions avec les habitants étaient variées et mises en scènes et préparées à l’avance : le gouverneur et le secrétaire de section ont rencontré des enfants portant des drapeaux du régime et des images d’Assad devant leur maison, ainsi que des femmes et des hommes portant les uniformes traditionnels dans la ville et à l’entrée de la ville des membres des milices des « forces al-Némer » et du « cinquième corps », ainsi que la police militaire russe..

Le militant civil de Morek, Mohammed al Sayyed, a déclaré à Al-Modun que le régime mentait sur le retour des personnes déplacées dans la ville, les civils dont il a parlé reviennent de Hama et de ses campagnes du nord, certains sont des fidèles au régime natifs de la ville. Les services de sécurité et le gouvernorat ont réuni des familles fidèles dans la ville de Hama, les ont transportées par bus internes à Mork, puis les ont placés dans les quartiers les moins touchés, avant la tournée des responsables du régime dans la ville.

La tournée des responsables et le retour supposé des personnes déplacées ont duré quatre heures, avant que tout le monde ne soit renvoyé à Hama, Morek et Khan Cheikhoun étant insoutenables, les installations, les services et la plupart des maisons ont été détruits. Une partie des colonnes des rapatriés s’est rendue à Khan Cheikhoun, au sud d’Idleb, et a été reçue par les commandants du Cinquième Corps et la police russe. La propagande ressemblait à ce qui s’est passé à Mork.

Tim Abu Chams, directeur du bureau des médias au conseil local de Khan Cheikhoun, a déclaré à Al-Modon que le régime n’avait pas réussi à promouvoir le retour des personnes déplacées dans les régions du nord de Hama, ce qui s’est passé réellement une comédie flagrante.

Selon Abu Chams, le régime a commencé à préparer les marches de retour il y a environ une semaine et l’invitation n’a pas été reçue positivement par les loyalistes. Il a donc fait appel aux équipes et aux partisans de Hama et de ses environs pour participer à ces marches. Une circulaire du secrétaire de branche du Baath à Idleb a été divulguée, invitant les secrétaires du parti et les partisans à faire venir des familles de personnes déplacées dans la région de Khan Cheikhoun.

Selon la circulaire du secrétaire de section d’Idleb : « Chaque compagnon doit assurer un groupe de personnes pour lui fournir un ou deux bus. Il doit s’agir de familles avec enfants et de sacs à transporter pour les amener à Khan Cheikhoun, et les placer en un point spécifique afin que les bus soient sécurisés pour les conduire au Khan, c’est une notification officielle, et veuillez fournir le plus grand nombre de familles, de 200 à 300 familles.

Abu Chams a confirmé à Al-Modon que la population de Khan Cheikhoun déplacée à Idleb se rendrait lundi soir pour manifester avec colère au nom des « propriétaires du sol » afin d’exiger que les milices du régime quittent complètement la ville, de libérer le Khan et de faciliter le retour des personnes déplacées dans leurs foyers.

 

ما علاقة تمثيلية العودة إلى خان شيخون بالعفو الرئاسي؟

خالد الخطيب | الإثنين 16/09/2019

استنفر النظام في حماة أجهزته الأمنية والحزبية والخدمية للترويج لعودة النازحين إلى مناطق حماة الشمالي وجنوبي ادلب التي سيطرت عليها مليشياته في آب/أغسطس. واتهمت المليشيات المعارضة بعرقلة عودة النازحين المقيمين في مناطقها، مروراً بمعبر أبو ضهور شرقي ادلب، وقالت إن العفو الرئاسي الأخير سيسهل عودة آلاف النازحين ويحرج تركيا ويطمئن أوروبا.

وقال قادة في مليشيات النظام الروسية إن قرار العفو الرئاسي يأتي لطمأنة الأهالي والتأكيد على عدم ملاحقتهم وملاحقة أبنائهم من المتخلفين أو المنشقين، وعدم التعرض لهم. ومن المفترض أن يسهم العفو في إحراج تركيا في المفاوضات مع روسيا، خلال جولة مفاوضات الإثنين بين رعاة أستانة، ويسحب منها ذريعة احتشاد آلاف النازحين قرب الحدود، ومن شأن ذلك التعجيل في إطلاق جولة جديدة من المعارك بعد الانتهاء من استقبال النازحين القادمين من ادلب.

قادة في المليشيات شبهوا العفو الرئاسي بـ”عفو النبي محمد يوم فتح مكة”، وتداولوا جملة “اذهبوا فأنتم الطلقاء”.

ولليوم الثالث على التوالي ما تزال مليشيات النظام الروسية تنتظر في معبر أبو ضهور قدوم النازحين من ادلب للعودة إلى مناطقهم شمالي حماة وجنوبي ادلب. ولم يدخل المعبر أي مدني أو نازح حتى الآن.

عضو المكتب الإعلامي في “الجبهة الوطنية للتحرير” محمد رشيد، أكد لـ”المدن”، أن القسم الأكبر من أهالي المناطق التي احتلتها المليشيات مؤخراً يقيمون في مناطق المعارضة، ولا يثقون بأي تطمينات وضمانات روسية، ولن تنجح معهم حملات الترويج ودعاية النظام حول العودة والاستقرار والعفو المخادع.

وتداولت مواقع إعلامية موالية صوراً وفيديوهات تظهر أرتالاً من السيارات الخاصة والحافلات تنقل المئات من المدنيين إلى المنطقة مروراً بمعبر مورك. وبدا دخول أرتال النازحين المفترضين احتفالياً، وأشبه بمسيرات مؤيدة للنظام، ورفع العائدون أعلام النظام وصور بشار الأسد. وقالت محافظة حماة، إن أمين فرع حماة لحزب البعث أشرف باشوري، ومحافظ حماة محمد حزوري، شاركوا في احتفالية عودة الأهالي إلى منازلهم.

اللقاءات مع الأهالي بدت متنوعة وتمثيلية، ومُعدّة بشكل مسبق، إذ التقى المحافظ وأمين الفرع مع أطفال يحملون أعلام النظام وصور الأسد أمام منازلهم، ونساء ورجال يلبسون الزي التقليدي في المدينة، وفي مدخل المدينة تجمع عناصر مليشيات “قوات النمر” و”الفيلق الخامس”، والشرطة العسكرية الروسية.

الناشط المدني في مورك محمد السيد، أكد لـ”المدن”، أن النظام يكذب بشأن عودة النازحين إلى المدينة، والمدنيين الذين تحدث النظام عن عودتهم هم من الموالين من أبناء حماة وريفها الشمالي، وبعضهم من الموالين من أبناء المدينة. إذ قامت الأجهزة الأمنية والمحافظة بتجميع العائلات الموالية في مدينة حماة، ونقلتها بحافلات النقل الداخلي إلى مورك ومن ثم جرى توزيعها على الأحياء الأقل تضرراً، قبل جولة مسؤولي النظام.

جولة المسؤولين، وعودة النازحين المفترضة، استمرت لأربع ساعات، قبل إعادة الجميع إلى حماة، لأن مورك وخان شيخون غير صالحة للعيش، فالمرافق والخدمات والجزء الأكبر من المنازل مدمر. جزء من أرتال العائدين توجهوا إلى خان شيخون جنوبي ادلب، واستقبلهم قادة في “الفيلق الخامس” والشرطة الروسية، وبدت الدعاية مشابهة مع ما حصل في مورك.

مدير المكتب الإعلامي في المجلس المحلي لمدينة خان شيخون، تيم أبو شمس، أكد لـ”المدن”، أن النظام فشل في الترويج لعودة النازحين إلى مناطق حماة الشمالي، وما جرى بالفعل عبارة عن تمثيلية مكشوفة.

وبحسب أبو شمس، فإن النظام بدأ بالإعداد لمسيرات العودة قبل أسبوع تقريباً، ولم تلقَ الدعوة تجاوباً من الموالين لذلك استعان بالفرق والشعب الحزبية في حماة وريفها للمشاركة في المسيرات. وقد تسرّب تعميم لأمين فرع البعث في ادلب، دعا فيها أمناء الفرق والشعب الحزبية لإدخال عوائل من نازحي المنطقة إلى خان شيخون.

وجاء في تعميم أمين فرع ادلب: “كل رفيق يقوم بتأمين مجموعة من الأهالي حتى نأمن له حافلة أو حافلتين، ويجب أن يكونوا عوائل ومعهم أطفال ويحملون حقائب حتى يتم إدخالهم إلى خان شيخون، رفاقي الأعزاء يرجى تأمين أكبر عدد ممكن من عوائل خان شيخون وتجميعهم في نقطة محددة في كل حارة حتى يتم تأمين حافلات لنقلهم إلى الخان، ويعتبر هذا الكلام تبليغاً رسمياً، ويرجى تأمين أكبر عدد من الأهالي، من 200- 300 عائلة”.

أبو شمس، أكد لـ”المدن”، أن أهالي خان شيخون النازحين في ادلب سيخرجون، مساء الاثنين، في مظاهرة غاضبة باسم “أصحاب الأرض”، للمطالبة بخروج المليشيات من المدينة بشكل كامل، ومطالبة المعارضة بتحرير الخان وتسهيل عودة النازحين إلى منازلهم.

Advertisements

Syrie: les forces prorégime progressent vers une ville clé à Idleb


Syrie: les forces prorégime progressent vers une ville clé à Idleb

Combattants rebelles devant le débris d'un avion du régime abattu le 14 aout 2019
 AFP / Omar HAJ KADOUR Des combattants rebelles montrent les débris d’un avion du régime syrien abattu, près de Khan Cheikhoun, le 14 août 2019

Les forces du régime syrien ont repris jeudi plusieurs villages à Idleb, une province du nord de la Syrie dominée par des jihadistes, et se rapprochent de la ville clé de Khan Cheikhoun qu’elles veulent encercler, selon une ONG.

La majeure partie de la province d’Idleb ainsi que des segments de celles voisines d’Alep, Hama et Lattaquié échappent toujours au contrôle du président syrien Bachar al-Assad, huit ans après le début de la guerre.

Cette zone, dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) mais qui abrite aussi quelques groupes rebelles, est la cible depuis fin avril de bombardements quasi quotidiens du régime et de son allié russe.

Depuis plusieurs jours, les forces prorégime ont avancé aux dépens des jihadistes et des rebelles.

Elles se trouvent désormais à trois kilomètres au nord-ouest de la ville stratégique de Khan Cheikhoun après avoir pris le contrôle jeudi de cinq villages environnants, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Idleb-Ultime Grand bastion de l'Opposition

AFP / Sophie RAMIS Idleb, l’ultime grand bastion jihadiste

Khan Cheikhoun se trouve sur l’autoroute qui traverse Idleb et relie la capitale Damas à la métropole d’Alep (nord), toutes deux sous contrôle gouvernemental.

“L’objectif est d’encercler Khan Cheikhoun et d’atteindre l’autoroute”, a affirmé à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les combats sont toutefois acharnés. Mercredi, un avion de l’armée syrienne qui survolait une zone à l’est de Khan Cheikhoun a ainsi été abattu par les jihadistes et son pilote capturé, une première depuis le début de l’escalade militaire dans la région, selon l’OSDH. HTS a revendiqué l’attaque.

Jeudi, le groupe jihadiste a publié sur son site une vidéo montrant un homme, présenté comme le pilote, qui affirme s’appeler Mohammad Ahmad Sleiman et être lieutenant de l’armée de l’air syrienne.

– “L’horreur” –

Depuis la nuit de mercredi à jeudi, les combats ont tué 24 jihadistes et rebelles et 20 combattants prorégime.

Plus de 1.300 combattants jihadistes et rebelles et plus de 1.150 membres des forces prorégime sont morts dans les affrontements depuis fin avril, selon l’OSDH.

Du côté des civils, aucun mort n’a été déploré jeudi.

AFP / Muhammad HAJ KADOUR Une famille de Syriens aynt fui Khan Cheikhoun, le 14 août 2019

La veille, neuf civils avaient été tués dans des raids russes et syriens sur plusieurs localités et villages du sud d’Idleb, notamment à Maaret Hourma et ses environs.

Un secouriste des Casques blancs ainsi qu’un conducteur d’ambulance et un infirmier de l’ONG Syrian American Medical Society (SAMS) y ont péri dans des frappes russes, suscitant la réprobation de l’ONU.

“L’attaque de mercredi révèle à nouveau l’horreur (…) à Idleb et dans le nord de Hama, où trois millions de civils restent piégés et où les travailleurs humanitaires (…) continuent de sacrifier leurs vies pour sauver les autres”, a déploré dans un communiqué Mark Cutts un des responsables de l’ONU pour la coordination humanitaire en Syrie.

La province d’Idleb abrite de nombreux personnes ayant fui leur foyer dans d’autres régions de Syrie en raison des combats ou de la reprise par le régime de zones rebelles.

Depuis le début de l’escalade militaire, plus de 820 civils ont péri dans les bombardements, d’après l’OSDH. Et plus de 400.000 personnes ont été déplacées, selon l’ONU qui dit craindre une “catastrophe” humanitaire.

La région d’Idleb a fait l’objet d’un accord sur une “zone démilitarisée” conclu en septembre 2018 par Ankara, parrain des rebelles, et Moscou. Mais celui-ci n’a été que partiellement appliqué, les jihadistes ayant refusé de se retirer.

Déclenchée en 2011 après la répression meurtrière par le régime de Bachar al-Assad de manifestations prodémocratie, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et jeté sur les routes de l’exil des millions de personnes.

Les Russes brûlent la campagne de Hama en prévision de négociation d’Astana


Idleb-SYrie 2019

Les Russes brûlent la campagne de Hama en prévision de négociation d’Astana

Amin al-Assi – 30 juillet 2019

L’opération militaire lancée par les forces du régime syrien et des russes dans le nord-ouest de la Syrie est entrée dans sa 90e journée alors que des progrès limités ont été enregistrés dans la campagne du nord de Hama après une série de massacres contre des civils et une politique de terre brûlée de la part des Russes cherchant à installer la nouvelle carte de contrôle lors de la prochaine campagne de négociations à Astana (dans la capitale du Kazakhstan, Nur Sultan), début août, ce qui signifie permettre aux forces du régime de rester dans les 18 villes et avant-postes qu’il a pu contrôler au cours de ce processus, qui a été rejeté jusqu’à présent par la partie turque, garante de l’opposition dans ces négociations. Les forces du régime syrien ont pris le contrôle du village d’Al-Jabine dans les villages du nord-ouest de Hama lundi, quelques heures après avoir pris le contrôle du village voisin de Tal Meleh à la suite d’affrontements qualifiés de « violents » avec l’opposition syrienne, faisant des morts et des blessés des deux côtés. Des sources appartenant aux factions de l’opposition syrienne ont déclaré que « les forces du régime ont attaqué la zone dimanche soir, sous le feu nourri des avions de guerre russes et de l’artillerie de ces forces », soulignant que « les bombardements étaient intenses sur une petite zone ne dépassant pas un kilomètre Carré ».
(…)

L-histoire et le destin de « l’enfant suspendue » d’Ariha, de ses cinq soeurs et de leur mère


La photo de trois fillettes à l’agonie vient incarner le drame de la guerre en Syrie

La photo montre deux sœurs prises au piège de leur immeuble effondré après un raid aérien dans le nord-ouest de la Syrie.

Publié le 26 juillet 2019 à 20h01

 

قصة ومصير “الطفلة المعلقة” في أريحا وأخواتها الخمس وأمهم

25 juillet 2019

photo_2019-07-24_Riham et Rawan suspendu dans les décombres-Ariha-Syrie.jpgمحاولة انتشال الطفلتان رهام (5 سنوات) وروان (3 سنوات) تحت انقاض منزلهم في مدينة أريحا (إنترنت)

L’histoire et le destin de « l’enfant suspéndue » d’Ariha, de ses cinq soeurs et de leur mère

25 juillet 2019

Une photo d’un événement grave parvenu dans de la ville d’Ariha, au sud d’Idleb, a été diffusée massivement jeudi sur les réseaux sociaux, d’une fillette pendue entre les décombres et de sa sœur sous les décombres en train de l’attraper.
Dans une scène qui raconte l’histoire d’impuissance face aux flammes du feu russe, l’histoire « N’oublie pas ton frère », filmée par le journaliste syrien Anas Tricî.

Dans une bande vidéo publiée sur son compte Facebook, Al-Tressî a retracé l’histoire de la fille, ses soeurs et sa mère, dont la maison a été touchée par une missile de guerre lancé hier par l’aviation russe hier sur la ville d’Ariha, dans le sud du pays.

Le journaliste syrien raconte ce qui s’est passé: la maison de Majid al-Abdullah et de sa femme Asma Naqouh, âgée de 35 ans, et de leurs six filles, Amina, Dalia, Rimas, Riham, Rawan et Touqa est devenue un tas de décombres à cause de la frappe aérienne.

Bachar al-Cheikh, correspondant du média « Syrie 24 », a été le premier à arriver sur les lieux. Son objectif est celui qui a capturé l’image qui remplissait les médias sociaux d’un homme qui tentait de secourir les soeurs Riham (5 ans) et Rowan (3 ans). Photographie par al-Cheikh avant d’intervenir pour aider au sauvetage.

« Le corps faible de Rawan ne pouvait pas supporter le poids de sa sœur Rowan, mais elle ne l’a pas abandonné jusqu’à la fin. De quelle fin parlons-nous? »

« Les deux sœurs sont tombées ensemble et Riham est décédée. Elle a essayé de sauver sa petite sœur avant qu’elle ne soit transportée à l’unité de soins intensifs. Ses sœurs restantes n’avaient peut-être pas compris ce qui s’était passé après leur sortie du décombres de leur maison avec beaucoup de blessures. Leur père qui a perdu son épouse, sa fille et son domicile au moment où un meurtrier a décidé de survoler dans le ciel pour mettre fin à leurs vies ».

Riham al-Abdullah est décédé après avoir chuté alors qu’elle tentait de sauver sa petite soeur

Le Dr Ismael, de l’hôpital central d’Idleb, a déclaré à la télévision syrienne que la mère (Asma Naqouh) était décédée après son arrivée aux soins intensifs, puis que l’enfant était décédé des suites d’une grave lésion cérébrale, tandis que les trois sœurs étaient restées en soins intensifs, dans un état stable.

Le médecin a expliqué que le petit nourisson (Touqa) souffrait d’une lésion cérébrale et qu’il avait été placé sur le système respiratoire, tandis que Rawan souffrait d’une blessure à l’estomac et au foie, tandis que l’enfant Dalia (9 ans) avait subi une lacération et avait été opéré.

Le nombre total de civils tués hier dans les gouvernorats d’Idleb et de Hama, est de 17 personnes, et dans la ville de Ariha, madame Ikram Rustum et son enfant Mohammed Walid Hassan, madame Asma Naqouh (35 ans) et sa fille Riham Majid Al-Abdullah ont été tués, en plus d’un troisième enfant.

Les bombardements aériens et terrestres se poursuivent au nord-ouest de Hama


اشتباكات-قوات-النظام-السوري-و-الفصائل4-780x405

Les combats se poursuivent violemment sur l’axe Hawiz, au nord-ouest de Hama, en même temps que des bombardements aériens et terrestres massifs dans le contexte de l’attaque continue des factions dans la région.

27 juin 2019 – OSDH

Les combats se poursuivent à un rythme soutenu sur l’axe Hawiz dans la plaine d’El-Ghab dans la campagne du nord-ouest de Hama, entre les forces du régime et leurs fidèles partisans, et les factions islamiques et combattants (non islamiques) de l’autre, lors d’une attaque continue par des factions au milieu de bombardements intensifs d’avions et d’artilleries. L’OSDH a documenté des pertes humaines sur fond de bombardements aériens et de batailles terrestres, où il a été tué 7 éléments des forces du régime et des loyalistes armés, ainsi que 4 éléments des factions.

Avec ces nouvelles attaques, le nombre de victimes a atteint à 1964 personnes tuées depuis le début de l’escalade dans la zone de « Réduction de l’escalade » le 30 avril et jusqu’au jeudi 27 juin.

(…)

المعارك تتواصل بعنف في محور الحويز شمال غرب حماة بالتزامن مع قصف جوي وبري مكثف في إطار الهجوم المتواصل للفصائل على المنطقة

27. يونيو,2019 – OSDH

تتواصل المعارك بوتيرة عنيفة على محور الحويز بسهل الغاب في ريف حماة الشمالي الغربي، بين قوات النظام والمسلحين الموالين لها من جهة، والفصائل الإسلامية والمقاتلة من جهة أخرى، في هجوم متواصل من قبل الفصائل وسط عمليات قصف جوي وبري مكثف، بالتزامن مع غارات متواصلة من قبل طائرات النظام الحربية على قرى سهل الغاب، المرصد السوري وثق خسائر بشرية على خلفية القصف الجوي والبري والمعارك، حيث قتل ٧ عناصر من قوات النظام والمسلحين الموالين لها، كما قضى ٤ عناصر من الفصائل.
ومع سقوط المزيد من الخسائر البشرية فإنه يرتفع إلى (1964) شخص ممن قتلوا منذُ بدء التصعيد الأعنف على الإطلاق ضمن منطقة “خفض التصعيد” في الـ 30 من شهر نيسان الفائت، وحتى يوم الخميس الـ 27 من شهر حزيران الجاري،

(…)

Plus de 720 frappes terrestres et aériennes menées par le régime syrien et la Russie


bombardement-idlib-ruines-2018-2
Plus de 720 frappes terrestres et aériennes ont été menées par les avions de guerre du régime et russes dans la zone de « réduction de l’escalade », faisant encore plus de victimes civiles

18 juin 2019

5 victimes et 7 blessés
Le nombre de victimes s’élève à 1722 personnes tuées depuis le début de l’escalade la plus violente dans la zone de “réduction de l’escalade” le 30 avril et jusqu’au 18 juin.

أكثر من 720 ضربة برية وجوية نفذتها مقاتلات النظام الحربية والروسية على منطقة “خفض التصعيد” مخلفة مزيدا من الضحايا المدنيين

Plus de 600 frappes et raids ont ravagé les campagnes d’Idleb et Hama


Bombardements sur le gouvernorat d'Idleb 2019

Davantage d’attaques aériennes et de bombardements terrestres sans interruption, sur la zone de “Réduction de l’escalade”, plus de 600 frappes ont ravagé les campagnes d’Idleb et Hama

13 juin 2019 – OSDH

(…) Au premier jour de la trêve déclarée, l’OSDH a annoncé 7 victimes, dont 4 citoyens et une femme, sous les tirs de roquettes perpétrés jeudi matin par les forces du régime sur le village de Muqat, au nord de Khan Cheikoun, dans le secteur sud de la campagne d’Idleb, un enfant lors du bombardement de l’avion militaire sur le Joseph dans la montagne d’Al-Zaouia, un homme à Khan al-Sabil et ses environs au sud d’Idleb, et un citoyen dans le cadre d’une attaque à la roquette visant les environs de Kafrzeita dans la banlieue nord de Hama, par ailleurs, la ville de Kafranbel au sud d’Idleb était le cible de bombardements de roquette par les forces du régime, causant la blessure d’au moins de 4 civils. (…)

المزيد من الغارات الجوية والقصف البري المتواصل على منطقة “خفض التصعيد” يرفع الحصيلة لأكثر من 600 ضربة برية وجوية طالت ريفي إدلب وحماة

%d bloggers like this: