Syrie : Macron


Remise-en-selle-d'Assad

Remise en selle du criminel Assad

Syrie : la nouvelle position d’Emmanuel Macron crée une polémique

18h04 , le 22 juin 2017

http://www.lejdd.fr/international/moyen-orient/syrie-la-nouvelle-position-demmanuel-macron-cree-une-polemique-3369275

Paris assouplit sa position sur la Syrie

YVES BOURDILLON Le 22/06/2017
https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/030403432249-paris-assouplit-sa-position-sur-la-syrie-2096716.php

Macron prévient que la France pourra frapper seule en Syrie

 21/06/2017
http://www.bfmtv.com/politique/macron-previent-que-la-france-pourra-frapper-seule-en-syrie-1191659.html

Face à Vladimir Poutine, Emmanuel Macron pose ses marques sur la Syrie

Le président russe nie la responsabilité du régime de Damas dans l’utilisation de gaz sarin, en avril.

LE MONDE |  31.05.2017

http://www.lemonde.fr/syrie/article/2017/05/31/face-a-vladimir-poutine-emmanuel-macron-pose-ses-marques-sur-la-syrie_5136410_1618247.html

Poutine d’accord avec “la ligne rouge” fixée par Macron sur la Syrie

Le président russe Vladimir Poutine lors de sa venue à Versailles pour rencontrer son homologue français Emmanuel Macron, lundi 29 mai 2017. [EPA/STEPHANE DE SAKUTIN – Keystone]
Dans une interview accordée au Figaro après sa rencontre avec Emmanuel Macron lundi à Versailles, Vladimir Poutine s’est dit d’accord avec “la ligne rouge” fixée par le président français dans le conflit syrien.
https://www.rts.ch/info/monde/8664130-poutine-d-accord-avec-la-ligne-rouge-fixee-par-macron-sur-la-syrie.html

Emmanuel Macron prône une intervention militaire internationale en Syrie contre Daesh et Assad

Syrie: Emmanuel Macron favorable à une “intervention militaire” 

 Par LEXPRESS.fr , publié le 06/04/2017
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/syrie-emmanuel-macron-favorable-a-une-intervention-militaire_1896611.html
Advertisements

Washington déploie un système d’artillerie sophistiqué dans le sud syrien


Hypocrite - Russie - ٍRussia - وقف كالديك وقد تدلت الأوسمة على دفتي صدره

Par AFP — 15 juin 2017

La Russie a accusé jeudi Washington d’avoir déployé des missiles pour viser l’armée du régime de Damas à Al-Tanaf, dans le sud de la Syrie, les Etats-Unis confirmant le déploiement de ces batteries mais sans en dévoiler l’objectif.

Dans un communiqué, l’armée russe a assuré que les Etats-Unis avaient acheminé de Jordanie vers la garnison d’Al-Tanaf «deux batteries de lance-roquettes multiples Himars», un système d’artillerie sophistiqué américain.

«L’installation de toutes sortes d’armes étrangères sur le territoire syrien, qui plus est de lance-roquettes multiples, doit faire l’objet d’un accord avec le gouvernement souverain du pays», a ajouté le ministère russe de la Défense.

Un responsable américain de la Défense a plus tard confirmé à l’AFP le déploiement du système Himars près d’Al-Tanaf, où Washington dispose d’une base, sans préciser le nombre des batteries déployées ni leur mission exacte.

Les Etats-Unis s’inquiètent de la présence à quelques dizaines de kilomètres d’Al-Tanaf de forces soutenant le régime et ont déjà annoncé qu’ils renforçaient leurs positions face à la «menace» qu’elles représentent.

Des avions américains ont bombardé à plusieurs reprises des éléments de ces forces, bénéficiant selon Washington de l’appui de l’Iran, qui s’étaient approchés de la base d’Al-Tanaf où les forces américaines entraînent les rebelles syriens à combattre les jihadistes.

Mais, d’après l’armée russe, «le rayon d’action des lance-roquettes multiples Himars ne permet pas de soutenir les unités des +Forces syriennes démocratiques+ sous contrôle des Etats-Unis qui luttent contre les terroristes de l’Etat islamique (EI) à Raqa», ville située bien plus au nord.

La coalition internationale menée par les Etats-Unis «a attaqué à plusieurs reprises les forces syriennes gouvernementales qui luttent contre l’EI près de la frontière avec la Jordanie», accuse encore le ministère russe de la Défense.

«Il n’est donc pas difficile d’imaginer que de telles attaques contre les unités de l’armée syrienne peuvent se poursuivre, mais cette fois avec l’aide des Himars», poursuit l’armée russe, avant de demander : «Quels sont les véritables objectifs des Etats-Unis en Syrie et contre qui comptent se battre les militaires américains ?»

Selon l’armée américaine, le système Himars, monté sur un camion, tire des roquettes guidées par GPS d’une portée de 70 kilomètres. Une autre version de ce système permet de tirer un petit missile lui aussi guidé par GPS, qui a une portée de 300 kilomètres. La version déployée à Al-Tanaf n’est pas connue.

Le système Himars permet notamment de continuer à effectuer des frappes de précision, même lorsque les conditions météorologiques empêchent avions et drones de le faire.

Al-Tanaf est située sur l’axe Damas-Bagdad, à la frontière avec l’Irak et non loin de la frontière jordanienne.

La coalition internationale a établi une zone dite «de désescalade» de 55 kilomètres autour de la base d’Al-Tanaf, décrétant que les forces russes et syriennes n’avaient pas le droit d’y pénétrer.

La région a été le théâtre de plusieurs accrochages ces derniers jours entre les forces du régime et celles soutenues par la coalition internationale. Ces tensions interviennent dans un contexte de rivalités grandissantes pour savoir qui va mener le combat contre l’EI dans l’est de la Syrie.

Le président syrien Bachar al-Assad essaie d’éviter ce ne soient les Etats-Unis.

Fidèle alliée de Bachar al-Assad, la Russie intervient pour sa part militairement en Syrie depuis septembre 2015 et s’est opposée avec fermeté aux toutes premières frappes aériennes américaines ordonnées par Donald Trump début avril contre une base aérienne du régime syrien.

 

http://www.liberation.fr/planete/2017/06/15/washington-deploie-un-systeme-d-artillerie-sophistique-dans-le-sud-syrien_1577204

 

Environ 25.000 Russes ont participé aux opérations militaires en Syrie


V.-Poutine-et-B.-al-Assad-aviation

V.-Poutine-et-B.-al-Assad-

Mercredi 22 juin 2016 – AFP – WWW.L’OrientLe Jour

Près de 25.000 militaires et civils russes ont participé à l’intervention militaire en Syrie depuis son déclenchement en septembre 2015, selon les détails d’une loi adoptée mardi par les députés russes sur la création d’un statut de vétéran pour cette guerre.

C’est la première fois qu’un chiffre officiel est publié sur le nombre de militaires et personnel civil ayant pris part aux opérations militaires en Syrie.

La loi confère le statut et les avantages sociaux l’accompagnant à près de 25.000 personnes ayant été déployé sur les bases russes de Syrie pendant les opérations, selon le vice-ministre de la Défense Anatoli Antonov.

La Russie intervient depuis le 30 septembre en Syrie par le biais de son aviation en soutien de son allié, le président Bachar el-Assad. Elle dispose d’un aérodrome militaire à Hmeimim, dans le nord-ouest du pays, et d’une base navale à Tartous.

Moscou a également reconnu que des forces spéciales russes opéraient sur le territoire syrien pour aider l’aviation russe à fixer les cibles des frappes effectuées contre les groupes “terroristes”.

Le président Vladimir Poutine a annoncé le 14 mars le retrait de la majeure partie du contingent russe en Syrie, mais la Russie y garde toutefois des installations et des hommes sur place pour surveiller le respect du cessez-le-feu, entré en vigueur le 27 février mais très peu respecté, et pour continuer à frapper des “objectifs terroristes” en Syrie.

 

UE: accord des 28 pour prolonger de six mois les sanctions contre la Russie

Mardi 21 Juin 2016 – http://www.nordeclair.be

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l’Union européenne ont approuvé mardi la prolongation, pour six mois, des lourdes sanctions économiques décrétées contre la Russie à l’été 2014 pour son implication présumée dans le conflit ukrainien, ont indiqué plusieurs sources européennes à l’AFP. La décision formelle doit encore être prise pour proroger jusqu’au 31 janvier 2017 ces sanctions qui arrivent à échéance fin juillet.

 

Des soldats russes tués en Syrie

Le soldat Anton Eryguine a été grièvement blessé par des tirs de combattants alors qu’il escortait un convoi du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes du conflit syrien. Il est mort le 7 mai à l’hôpital.

Il s’agit du neuvième soldat russe officiellement tombé en Syrie depuis le début de la campagne, le 30 septembre 2015. Un mois après le début des opérations, on apprenait le suicide, lors de ses heures de repos, du soldat sous contrat Vadim Kestenko, 19 ans. Le 24 novembre, l’armée faisait part de la mort du pilote Oleg Pechkov, après que son bombardier Su24 a été abattu par un avion turc, et de celle du fantassin de marine Alexander Pozynitch, lors de l’opération de sauvetage de ce même bombardier. En février, l’armée russe a perdu en Syrie le conseiller militaire Ivan Tcheremissine. Un peu plus tard, les autorités confirmaient la mort, remontant à novembre, du capitaine des forces spéciales Fedor Jouravlev dans un tir de roquette. Le 24 mars, le représentant de la base aérienne de Hmeimim a annoncé le décès de l’officier des forces spéciales Alexandre Prokhorenko, qui, encerclé par des combattants djihadistes, avait dirigé les tirs de son commandement sur sa propre position. Le 13 avril, enfin, deux autres soldats russes, Andreï Okladnikov et Viktor Pankov, sont morts dans le crash d’un hélicoptère de combat Mi-28N près de Homs.

روسيا تكشف ان عدد قتلاها ١٢ في سوريا بينما يقول مختصين ان العدد اكثر من ذلك

Troupes russes à l’aéroport de Lattaquié en Syrie. 2015

Troupes russes à l’aéroport de Lattaquié en Syrie. Crédits : ministère de la défense russe

%d bloggers like this: