Soleimani: une opération sans précédent pour l’armée américaine


Non-à-lingérence-iranienne-dans-le-monde-arabe

Suleimani-apparait-dans-les-décombres-de-la-ville-d'Alep-17-décembre-2016Soleimani-apparait-dans-les-décombres-de-la-ville-d’Alep -à-côté-d’un-gradé-de l’armée-du régime-de-Bachar-Al-Assad-17-décembre-2016

Soleimani: une opération sans précédent pour l’armée américaine

AFP-3 janv 2020

AFP / AHMAD AL-RUBAYE Un slogan en arabe “mort à l’Amérique” est dessiné sur le sol à Bagdad, le 3 janvier 2020

Le raid américain sans précédent dans lequel le général iranien Qassem Soleimani a été tué vendredi à Bagdad ouvre une période d’incertitude pour les Etats-Unis et leurs alliés dans la région, et suscite de nombreuses questions.

Comment l’opération a-t-elle été menée?

Le Pentagone est resté vague sur l’opération elle-même lorsqu’il a reconnu dans un communiqué avoir mené cette action sur ordre du président Donald Trump. Mais selon plusieurs médias américains, elle a été menée par un drone américain qui a frappé deux véhicules convoyant Soleimani, dirigeant des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la république islamique, sur une route d’accès à l’aéroport international de Bagdad.

Abou Mehdi al-Mouhandis, numéro deux du Hachd al-Chaabi, coalition de paramilitaires majoritairement pro-Iran désormais intégrés à l’Etat irakien, est également mort dans ce bombardement.

Ce style d’assassinat de militaires étrangers fait davantage penser aux méthodes de l’armée israélienne qu’à celle des militaires américains, qui organisent d’habitude avec précision des opérations de leurs forces spéciales quand ils veulent éliminer des personnes recherchées comme Oussama Ben Laden ou, plus récemment, le leader du groupe Etat islamique Abou Bakr Al-Baghdadi.

Pourquoi aujourd’hui?

Les Etats-Unis suivaient depuis des mois les déplacements du général Soleimani de près et auraient pu le tuer bien avant. Le Pentagone a expliqué que le général iranien “préparait activement des plans pour attaquer des diplomates et des militaires américains en Irak et à travers la région”.

AFP / Janis LATVELS Mini bio du général Qassem Soleimani, en charge des opérations extérieures de la République islamique, tué à Bagdad dans un raid américain.

Plus tôt, le ministre américain de la Défense Mark Esper avait prévenu que les États-Unis n’hésiteraient pas à prendre des mesures “préventives” s’ils avaient vent de nouvelles attaques en préparation.

Il avait prévenu que la mort la semaine dernière d’un sous-traitant américain dans une attaque à la roquette sur une base de Kirkouk (nord) attribuée à une faction pro-iranienne avait “changé la donne”.

Quelles conséquences?

D’ores et déjà, les prix du pétrole ont bondi de plus de 4% après l’annonce de la mort de Soleimani, les marchés craignant une escalade des tensions dans la région.

AFP / Les relations et interventions de l’Iran au Moyen-Orient

L’Iran a promis de se venger, de même que le mouvement chiite libanais Hezbollah qui s’est engagé à “apporter le juste châtiment aux assassins criminels (…) dans le monde entier”.

Les nombreux groupes pro-iraniens de la région, pourraient lancer des attaques contre des bases américaines dans les Etats du Golfe, ou contre des pétroliers ou des navires marchands dans la région du détroit d’Ormuz que Téhéran peut fermer à tout moment

Ils pourraient viser les nombreuses bases où l’armée américaine est déployée en Irak, en Syrie, d’autres ambassades américaines dans la région, ou s’attaquer à des alliés des Etats-Unis comme Israël ou l’Arabie saoudite, voire des pays européens.

Pour Kim Ghattas, du Carnegie Endowment for International Peace, il est difficile de savoir comment la situation va évoluer.

“Une guerre? Le chaos? Des représailles limitées? Rien? Personne ne sait vraiment, ni dans la région, ni à Washington, parce que ceci est sans précédent.”

Quelles mesures de sécurité?

Les États-Unis ont envoyé plus de 14.000 militaires en renfort dans la région ces derniers mois, et ils ont annoncé l’envoi de 500 hommes de plus après l’attaque contre leur ambassade à Bagdad.

Jeudi, M. Esper a indiqué qu’un bataillon de 4.000 hommes avait reçu l’ordre de se tenir prêt et qu’ils pourraient être déployés dans les prochains jours.

AFP / Ali DIA Des véhicules des Nations Unies patrouillent dans la région du Golan, frontalier avec le Liban et la Syrie, le 3 janvier 2020

Les Etats-Unis ont actuellement 5.200 militaires déployés en Irak, officiellement pour “assister et former” l’armée irakienne et pour éviter une résurgence du groupe Etat islamique. Leurs effectifs globaux au Moyen-Orient s’élève à 60.000 personnes.

L’ambassade américaine a appelé les ressortissants américains résidant en Irak à quitter le pays au plus vite.

Israël a fermé une station de ski sur les flancs du Golan, une région annexée à la frontière de la Syrie et du Liban.

واشنطن:بشار الأسد.. العقبة الرئيسية أمام السلام في سوريا – Washington: Bachar Al-Assad… un obstacle principal pour la paix en Syrie


Assad-Criminel-de-guerre---2017

Washington: Bachar Al-Assad… un obstacle principal pour la paix en Syrie

واشنطن:بشار الأسد.. العقبة الرئيسية أمام السلام في سوريا

المدن – عرب وعالم | الثلاثاء 10/12/2019

في الوقت الذي اختتم فيها رعاة مسار أستانة، يومهم الأول، من الجولة الـ14، صدرت مواقف أميركية متعددة تجاه الملف السوري تشير إلى تململ واضح من مسار الأحداث وطريقة الحل الروسية.

وقال الممثل الأميركي الخاص بشأن سوريا السفير جيمس جيفري، بمناسبة “يوم حقوق الإنسان”: “إننا نقدّر ونكرّم ملايين السوريين الذين دُمّرت حياتهم بسبب حملة الأسد الوحشية المتمثلة في العنف الممنهج وانتهاكات حقوق الإنسان وكرامة الشعب السوري، والتي يصل بعضها إلى مستوى جرائم الحرب والجرائم ضد الإنسانية. وعلاوة على ذلك، فإننا نشيد بالجهود الشجاعة التي يبذلها المدافعون السوريون عن حقوق الإنسان الذين عملوا بلا كلل على المطالبة بتحقيق العدالة للضحايا وبمساءلة جميع مرتكبي انتهاكات حقوق الإنسان والاعتداءات التي ارتُكبت في سوريا”.

وأضاف في بيان نشره موقع السفارة الأميركية في دمشق: “نظام الأسد، وبدعم من حلفائه الروس والإيرانيين، يواصل استخدام الأسلحة والأساليب الهمجية التي تُعرّض السكان المدنيين للخطر، بما في ذلك من خلال الهجمات بالأسلحة الكيماوية؛ والغارات الجوية والمدفعية التي تدمر المستشفيات والمدارس وغيرها من البنى التحتية المدنية؛ وحجب المساعدات الإنسانية؛ والاستيلاء غير المشروع على الأراضي والممتلكات والعنف الجنسي والجنساني (ضد النساء)؛ والاعتقال الممنهج والتجنيد الإجباري والتعذيب وقتل المدنيين. لقد أدت جهود النظام الرامية لإسكات الدعوات المشروعة للإصلاح إلى موت ومعاناة ملايين السوريين وتدمير البنية التحتية المدنية الحيوية. وحتى اللاجئين السوريين العائدين تحت رعاية اتفاقات المصالحة مع النظام قد تأثروا”.

وانتهى إلى القول: “ندعو النظام وحلفاءه إلى إنهاء حملة العنف الوحشية في إدلب فوراً. كما نطالب النظام بالإفراج الفوري عن السوريين القابعين رهن الاعتقال التعسفي – بمن فيهم النساء والأطفال وكبار السن – وبمنح الكيانات المحايدة والمستقلة حق الوصول إلى أماكن الاحتجاز، وتقديم معلومات عن الأشخاص المفقودين، وإعادة جثث المتوفين إلى أسرهم. والأهم من ذلك، إننا نحث جميع أطراف النزاع على ضمان أن تقوم قواتهم بمراعاة حقوق الإنسان ومحاسبة أي انتهاكات لحقوق الإنسان. إذ يجب على المجتمع الدولي أن يتضافر لتسليط الضوء على هذه الانتهاكات، ودعم المعتقلين السابقين والناجين من التعذيب، بمن فيهم الآلاف من السوريين الذين أرهبهم تنظيم داعش، وتعزيز جهود العدالة والمساءلة في سوريا والتي تعد جزءًا لا يتجزأ من حماية حقوق الإنسان والمصالحة والتوصل لحل سياسي ذي مصداقية على النحو المبين في قرار مجلس الأمن رقم 2254”.

من جهته، دعا “المجلس السوري الأميركي”، الثلاثاء، المعارضة السورية للتخلي عن محادثات أستانة واصفاً المحادثات بـ”الفاشلة وينقصها المصداقية”.

وأوضح المجلس في بيان له، أن محادثات أستانة التي تقودها روسيا “ينقصها المصداقية كما أنها تضغط على المعارضة لقبول الجرائم بحق السوريين”، وأشار إلى أن روسيا هي واحدة من “الجناة الرئيسيين في ذبح المدنيين السوريين”، وأنه “لا ينبغي التلاعب بالمعارضة لإعطاء غطاء ومصداقية للإبادة الجماعية المدعومة من قبل روسيا وإيران من خلال المشاركة في محادثات أستانة”.

واختتمت، الثلاثاء، فعاليات اليوم الأول من الاجتماع الـ14 للدول الضامنة لمسار أستانة، حول سوريا، مساء الثلاثاء، في العاصمة الكازاخية نور سلطان.

وكان الاجتماع قد بدأ صباح الثلاثاء، بمشاركة تركيا وروسيا وإيران، ووفدين من النظام ومن المعارضة. وشهد اليوم الأول، عقد لقاء بين الوفدين الروسي والإيراني لمناقشة الجوانب التقنية، عقبه لقاء بين الوفد الروسي، ووفد النظام السوري. كما عقد الوفد التركي، لقاءات مع الوفدين الروسي والإيراني، إضافة إلى وفد الأمم المتحدة.

من جهة أخرى، كشف “معهد دراسات الحرب–آي.أس.دبليو”، في تقرير صدر في واشنطن، أن بقاء الرئيس السوري بشار الأسد، في السلطة سيظل العقبة الرئيسية أمام تحقيق السلام في سوريا.

وأضاف تقرير “آي.أس.دبليو”، الذي يُعتبر من أبرز مراكز الأبحاث علاقة بوزارة الدفاع الأميركية “البنتاغون”، أن الأسد والخلية المقربة منه تُفسد أي مسعى دولي لمعالجة الأزمة السورية بالطرق الدبلوماسية والتي من الممكن أن تشرك مستقبلا لاعبين أساسيين في ساحة النزاع السوري.

وقال التقرير، الذي وزع على الصحافيين في البنتاغون، أن “تصرفات الأسد وخليته” تظهر أنه لن يقبل سوى بالهزيمة الكاملة لخصومه، وهو يتجه إلى القضاء على أولئك الذين تحدّوه من قبل، على غرار ما قام به في محافظتي حلب ودرعا.

وأشار تقرير المعهد، الذي يضم كبار الجنرالات الأميركيين المتقاعدين، أن على واشنطن إعادة إحياء استراتيجية إخراج الأسد من السلطة، لأنه، وحسب للتقرير، لن يتمكن هو ونظامه “المفكك” من الفوز في الحرب على المدى الطويل فيما لو قُطعت عنه المساعدات ومنعت دول الغرب بقاءه أو حالت دون إعلان انتصاره.

ويعترف التقرير أن الرئيسين الأميركيين الحالي دونالد ترامب وسلفه باراك أوباما، راهنا على فكرة أن تُجبر روسيا الأسد على قبول العملية الدبلوماسية والخروج من السلطة، إلا أنه بدا واضحا أن الكرملين لم يقم بذلك لا بل نجح في إحباط أي جهد غربي لاستبدال الأسد والتوصل إلى “تسوية سياسية” لا تضفي الشرعية على نظامه.

ويلفت التقرير الى أن الدور الروسي قوّض المصالح الأميركية من خلال شن القوات الروسية حملة متطورة من الجهود العسكرية والدبلوماسية في آن، الأمر الذي عزّز موقع الأسد العسكري لا السياسي ولا الوطني.

وكشف التقرير أن تقارير أمنية أميركية متعددّة رُفعت في الآونة الأخيرة، وتحدثت أنه لايزال لدى الولايات المتحدة فرصة كبيرة لإبعاد روسيا عن مركز الدبلوماسية السورية.

ووصف قرار مجلس الأمن رقم 2254 بأنه يضرّ أكثر مما ينفع في ظل الظروف الحالية، كونه يدعو إلى وقف النار وصوغ دستور سوري جديد تتبعه انتخابات تخضع لمراقبة دولية، وهي كلها مطالب لا تفي بتطلعات المعارضة السورية في الخارج.

ورأى معهد “آي.أس.دبليو”، في تقريره، أن صانعي السياسة الأميركية متحيزون نحو النظر إلى وقف الأعمال القتالية أولا باعتباره أهم علامة على التقدم الدبلوماسي في سوريا، إلا أن ذلك لن يتحقق طالما الأسد في السلطة.

وبالتالي يتابع المعهد في تقريره بأنه يجب على الولايات المتحدة توسيع مقاربتها للأزمة السورية وإبقاء الفضاء مفتوحا للمنافسة السياسية والعسكرية داخل سوريا، مع إعادة تنشيط عملية دبلوماسية جديدة تترافق مع ضغط اقتصادي وتقييّد وصول الأسد إلى مصادر الأموال ومنعه من اختلاس المساعدات الإنسانية.

ويختم التقرير بأنه يخطئ من يظن أن ما حققته الآلة العسكرية السورية، المدعومة من موسكو وطهران، ستؤمّن لنظام دمشق الطمأنينة والاستقرار، لا بل فإن الخيارات ستبقى مفتوحة على مفاجآت متعددة.

Moscou consolide sa présence sur une sixième base militaire proche des positions américaines à l’est de l’Euphrate


Les-forces-russes-s'installent-à-la-base-du-barrage-Tichrine-sur-l'Ephrate-.jpg

Damas – Jérusalem arabe
Hiba Mohamad – 19/11/2019

Selon des accords tacites entre les puissances internationales, Moscou a augmenté le nombre de ses bases militaires dans le nord-est de la Syrie, dans la région dite “à l’est de l’Euphrate”, et a pris le contrôle de la ville de Tal Tamer dans la campagne du gouvernorat d’al-Hasaké, conformément à un accord conclu avec les Forces démocratiques syriennes « FDS » et concurrence, désormais, en termes d’influence, les forces turques qui se sont déployées via plusieurs bases militaires entre les villes de Tal Abyad et Ras al-Aïn, et les forces américaines, qui se limitaient aux sources de pétrole dans les campagnes d’al-Hasaké et de Deir Ez-Zor, à l’est du pays.

Alors que Tal Tamer passe sous l’influence russe, Moscou dispose de six bases aériennes et terrestres, dont certaines ont été remises par les forces FDS et d’autres la Russie y est entrée après le retrait des forces américaines, à savoir l’aéroport Qamechli, l’aéroport militaire de Tabqa et la base d’Ain Issa 93 blindés, face aux lignes au nord de la ville Raqqa à l’intérieur de la 17e brigade entre «l’armée nationale» et les « FDS », et la base de la division d’infanterie au nord-est de la ville de Raqqa et la base du village de Sabbat au nord de Serrine.

Les médias kurdes ont annoncé hier que les FDS avait conclu un accord avec les régimes russe et syrien concernant la ville de Tal Tamer dans la campagne d’al-Hasaké. Le site kurde « Basnews » en citant une source informée que « les forces démocratiques syriennes et le régime se sont mis d’accord avec les Russe et le régime syrien de livrer la ville de Tal Tamer au côté russe et syrien et de se retirer vers le sud de la route international pou empêcher le passage de Tal Tamer sous le contrôle des factions de l’armée nationale soutenues par la Turquie ». Selon la source, l’accord prévoit le retrait de l’armée turque et de l’armée nationale dans les villages de la ville de Ras al-Ain, parallèlement au retrait de « FDS » au sud de la route internationale sur une distance estimée à un kilomètre, précisant que « des forces russes et du régime vont se déployer officiellement dans la ville de Tal Tamer et de sa campagne sur les zones de contact avec les forces loyales à l’armée turque dans la campagne de Ras al-Aïn », confirmant que « des éléments de la Russie et du régime sont présents dans la ville de Tal Tamer ».

La région autour de Tal Tamer, qui est une plaque tournante du transport, avec la M4 reliant Alep à al-Hasaké et al-Qamechli, traversée par la route Ras al-Aïn-al-Hasaké, a été témoin de violents combats il y a quelques jours entre FDS, soutenu par les forces du régime. Et les factions «Armée nationale», soutenues par les forces turques, qui ont tenté de contrôler la ville, après avoir étendu son influence sur les fermes et les villages situés à proximité de Tal Tamer, les villages les plus importants de Mahmoudiya et Aricha.
L’expert des affaires russes, M. Mahmoud Al-Hamza, a estimé que le conflit entre les principales puissances se poursuivrait au sein de la région riche en ressources naturelles située à l’est de la Syrie, dans le but de renforcer l’influence de ces forces « occupées par la Russie et l’Amérique, ainsi que par les FDS et le régime », mais différant dans les détails ». Al-Hamza a déclaré qu ‘”il existe dans le monde des forces fondamentales telles que l’Amérique, Israël et des forces de deuxième classe telles que la Russie, tandis que les puissances régionales sont de troisième classe, et la décision commence à Washington avec la distribution des rôles, mais la victime est notre peuple et les peuples de la région. Il a souligné dans une déclaration à «Al-Qods al-Arabi» que la Russie essayait de s’implanter à l’est de l’Euphrate, mais qu’elle ne pouvait imposer son contrôle sur un pouce à l’est de l’Euphrate et dans la région nord-est, sans feu vert américain. “Ils se partagent le gâteau syrien et ne sont pas d’accord sur leur part”.

Selon l’expert russe, la petite ville de Tal Tamer est importante du point de vue démographique. La plupart de ses habitants sont des Assyriens. Elle est distincte de Hasaké, à 40 km, par sa population syriaque. Elle est également le centre du gouvernorat, mais le conflit n’a pas lieu en raison de son importance dans cette petite région. Ceci est important pour le régime afin que Tal Tamer ne soit pas soumis aux Turcs ou à l’armée syrienne qui le soutient, ajoutant que « les joueurs font de la comédie jusqu’à ce que les conditions soient réunies et qu’ils obtiennent certaines approbations et plans et ils déclarent une réalité internationale”, a-t-il déclaré.

La Russie, qui soutient le régime syrien, n’est pas opposée à la création d’une entité dirigée par « FDS» et les milices nationales affiliées au PKK, parce que, selon le porte-parole, elle veut jouer cette carte en Syrie, en Turquie et en Irak. Il a ajouté: “Tout le monde joue et il y a des instruments mis en œuvre tels que le régime et les FDS et certaines forces régionales et même internationale ». Ce qui se passe en Syrie du point de vue de l’expert des affaires russes est « l’image la plus horrible de la coopération des forces internationales et de son occupation d’un pays tel que la Syrie » Hamza justifie son appellation des pays d’occupation car : « Ces pays servent leurs agendas et leurs décisions vont à l’encontre des intérêts du peuple syrien ».

Après la décision du retrait américain et de la levée de la couverture politique et militaire des Forces démocratiques syriennes connues sous le nom de FDS, les Unités de protection kurdes PYD, qui dirigent l’alliance des milices, ont cherché un moyen de renforcer la coordination avec le régime syrien afin de se protéger, puis d’arrêter l’opération turque, en négociant avec le régime et la médiation de la Russie a autorisé le mois dernier les forces russes et syriennes à pénétrer dans la région orientale de l’Euphrate et à occuper des positions importantes le long du fleuve afin d’empêcher l’expansion de l’armée nationale soutenue par la Turquie, ce qui aurait pour effet de faire pression sur leur ancien allié, Washington. Les FDS s’est penché vers la Russie, facilitant son contrôle et entrant dans des positions adjacentes au déploiement de l’armée américaine dans le nord-est..

موسكو ترسخ وجودها بقاعدة عسكرية سادسة قرب مواقع أمريكية شرق الفرات

دمشق – القدس العربي
هبة محمد – ١٩/١١/٢٠١٩

وفــق تفاهمات غير معلنــة بين القوى الدولية، زادت موســكو عــدد قواعدها العســكرية شــمال شــرقي ســوريا، فــي المنطقة المعروفة باســم «شرقي الفرات» وســيطرت على بلدة تل تمر في ريف محافظة الحسكة، وفق اتفاق مع قوات سوريا الديمقراطية «قســد»
وأصبحت تنافس من حيث النفوذ، القوات التركية التي تنتشر من خلال قواعد عسكرية عدة بين مدينتي تل أبيض ورأس العين، والقوات الأمريكية التي اقتصر انتشارها على منابع النفط في ريفي الحسكة ودير الزور شرقي البلاد.

ومع دخول بلدة تل تمر تحت النفوذ الروسي، تصبح لموسكو ســت قواعد جويــة وبرية، تســلمت بعضهــا من قوات «قســد» والبعض الآخر دخلته بعد انســحاب القوات الأمريكية منه، وهي مطار القامشــلي، ومطار الطبقة العســكري، وقاعدة عين عيسى 93 مدرعات، مقابــل خطوط شــمال مدينة الرقــة داخــل اللــواء 17التماس بين «الجيش الوطني» وقوات «قسد»، وقاعدة الفرقة مشاة في شمال شرقي مدينة الرقة، وقاعدة قرية السبت شمال ناحية صرين.

وقالت وســائل إعلام كرديــة، أمس، إن «قســد» توصلت إلى اتفاق مع النظامين الروســي والســوري، بخصوص بلدة تل تمر في ريف الحســكة، ونقل موقع «باســنيوز» الكــردي عن مصدر مطلــع قولــه «إن قــوات ســوريا الديمقراطية اتفقت مــع الروس والنظام على تسليم بلدة تل تمر إلى الجانب الروسي والسوري، والانســحاب إلى جنوب الطريق الدولــي للحيلولة دون وقوع تل تمر تحت ســيطرة فصائل الجيش الوطنــي المدعومة من تركيا». وحســب المصدر فإن الاتفاق ينص على انسحاب الجيش التركي والجيش الوطني إلى القــرى التابعة لمدينة رأس العين، بالتوازي مع انســحاب «قســد» إلى جنــوب الطريق الدولي بمســافة تقدر كيلومتر واحد، لافتــا إلى أن «القوات الروسية وقوات النظام سوف تنتشر بكشل رسمي في بلدة تل تمر وريفها على مناطق التمــاس مع القوات الموالية للجيش التركي في ريف رأس العين»، مؤكدا أن «عناصر روســيا والنظام موجودون فــي بلدة تل تمر حالياً».

وكانت المنطقة المحيطة بـ «تل تمر» والتي تكتســب أهميتها إلى كونها عقدة مواصلات هامة، يتفــرع عنها طريق «حلب إم ٤» إلى الحســكة والقامشــلي، ويقطعها طريق رأس العين – الحســكة، قد شــهدت معارك عنيفــة قبل أيام، بين «قســد» المدعومة بقوات النظام، وفصائل «الجيش الوطني»، المدعوم من القوات التركية، والذي حاول السيطرة على البلدة، وذلك بعدما بسط نفوذه على مزارع وقرى في محيط تل تمر، أهمها قرى المحمودية والعريشة.
الخبيــر في الشــؤون الروســية، د.محمود الحمــزة اعتقد أن الصراع بين القوى الكبرى ســوف يســتمر ضمــن المنطقة الغنية بثرواتهــا الطبيعيــة شــرقي الســوريا، بهــدف الحصــول علــى نفــوذ أكبر مــن قبل هذه القوى «المحتلة روســيا وامريكا وقسد والنظــام» مؤكــدا«لكنهــم يختلفون بالتفاصيــل». واعتبر الحمــزة أن «هناك قوى أساســية فــي العالم مثــل امريكا وإســرائيل وقوى مــن الدرجة الثانية مثل روسيا أما القوى الاقليمية فمن الدجة الثالثة والقرار يبدأ في واشنطن وبيدها توزيع الأدوار، أما الضحية فهو شعبنا وشــعوب المنطقة». ولفت في تصريح لـ»القــدس العربي» إلى ان روســيا تحاول إيجاد موضع قدم لها في شرقي الفرات، ولكنها لا يمكن ان تفرض ســيطرتها على شبر واحد شرقي الفرات وفي المنطقة الشــمالية الشــرقية، بــدون ضوء أخضــر أمريكي. «فهم يقسمون الكعكة السورية ويختلفون حول حصة كل منهم».

وبــرأي الخبيــر في الشــأن الروســي ان لبلدة تمــر الصغيرة أهميــة ديموغرافيــة فمعظــم ســكانها مــن الآشــوريين، وتتميز عن الحسكة ً40 كيلومترابتواجد سكاني سرياني، كما أنها تبعد مركز المحافظة، لكن الصراع في رأيه لا يدور بســبب أهميتها هذه المنطقة الصغيرة، فلا توجد خطط استراتيجية هناك، وكل ما في الأمــر هو إيجاد نقاط ارتــكاز للروس وهذا مهــم للنظام بحيث لا ًتخضع تل تمر للأتراك أو الجيش الســوري الذي تدعمه، مضيفا«أن اللاعبــين يمثلــون علينا مســرحيات إلى أن تنضــج الظروف مرسومة ويحصلون على موافقات ً وخططاً معيناً ويعلنون واقعادولية».

روســيا التي تدعم النظام الســوري، ليســت ضد انشاء كيان تقــوده «قســد» والميليشــيات القوميــة التابعــة لحــزب العمال الكردســتاني، لانها بــرأي المتحدث تريــد ان تلعب بهــذه الورقة في ســوريا وفي تركيا وفي العراق. مضيفــا، «الكل يلعب وهناك أدوات منفذة مثل النظام وقســد وبعــض القوى الاقليمية وحتى الدوليــة». ومــا يجــري فــي ســوريا من وجهــة نظــر الخبير في الشــؤون الروســية هو «أبشــع صورة لتعــاون القــوى الدولية واحتلالهــا لبلد مثل ســوريا» وعــزا الحمزة لـ «القــدس العربي» سبب تســمية الدول بالمحتلة إلى ان «هذه الدول تخدم أجنداتها، وتصب قراراتها ضد مصلحة الشعب السوري».

وبعــد قــرار الانســحاب الأمريكي، ورفــع الغطاء السياســي والعسكري عن قوات سوريا الديمقراطية المعروفة باسم «قسد» فعت وحــدات الحماية الكردية التي تقود تحالف الميليشــيات، للبحــث عن مخرج تمثــل بتعزيز التنســيق مع النظام الســوري، من أجل حماية نفســها، ثم إيقاف العمليــة التركية، حيث عقدت مع النظام بوساطة روسية، سمحت بموجبه ًالشهر الفائت اتفاقاللقوات الروسية والسورية، بالدخول إلى منطقة شرقي الفرات، وبعــض المواقــع الهامة علــى ضفة النهــر، لوقف تمــدد الجيش الوطني المدعوم من تركيا، في خطوة من شأنها ممارسة الضغط على حليفهم السابق واشنطن بحيث تميل «قسد» باتجاه روسيا وتســهل ســيطرتها ودخولــه لمواقــع محاذية لانتشــار الجيش الأمريكي شمال شرقي البلاد.

روسيا تنشر قواتها في قاعدتين جديدتين أخلتهما الولايات المتحدة بسوريا

15 – نوفمبر – 2019حجم الخط

جرابلس: تمركزت قوات روسيا، الداعمة لنظام بشار الأسد في سوريا، في قاعدتين كانت أخلتهما الولايات المتحدة الأمريكية، جنوبي مدينة عين العرب (كوباني) شرق نهر الفرات.

وقالت مصادر محلية، الجمعة، إن روسيا نشرت قواتها في قاعدتي “صرين” و”السبت”، بعدما انسحبت منهما القوات الأمريكية مؤخرا.

وكانت الولايات المتحدة أجلت قواتها من القاعدتين، مع بدء عملية “نبع السلام” التي أطلقتها تركيا ضد المقاتلين الأكراد، ومن ثم عادت إلى قاعدة صرين إثر تعليق العملية، وأخلتها تماما أمس الأول.

وتزامنا مع عملية نبع السلام، التي انطلقت في 9 أكتوبر/ تشرين الأول، سحبت الولايات المتحدة قواتها من 16 قاعدة ونقطة عسكرية من أصل 22 في سوريا، وعادت إلى 6 منها مع تعليق العملية.

** النظام ينتشر على الشريط الحدودي شرق القامشلي

من ناحية أخرى، انتشرت قوات النظام في نقاط عديدة على الحدود السورية مع تركيا، شرق مدينة القامشلي.

وتمركزت قوات النظام مساء الخميس في العديد من النقاط على الشريط الحدودي، الممتد من مدينة القامشلي إلى قرية عين ديوار -التابعة لمدينة المالكية- المتاخمة للحدود العراقية.

وفي 9 أكتوبر الماضي، أطلق الجيش التركي بمشاركة الجيش الوطني السوري، عملية “نبع السلام” في منطقة شرق نهر الفرات لتطهيرها من مقاتلي “ي ب ك/ بي كا كا” و”داعش”، وإنشاء منطقة آمنة لعودة اللاجئين السوريين إلى بلدهم.

وفي 17 من أكتوبر الفائت، علق الجيش التركي العملية بعد توصل أنقرة وواشنطن إلى اتفاق يقضي بانسحاب المقاتلين من المنطقة، وأعقبه باتفاق مع روسيا في الـ22 من الشهر ذاته.

(الأناضول)

روسيا تستنكر تفكير تركيا بعملية عسكرية جديدة في شمال سوريا

منذ 8 ساعات

موسكو: ذكرت وكالات أنباء روسية أن وزارة الدفاع نددت الثلاثاء بمقترح تركيا القيام بعملية عسكرية جديدة في شمال سوريا إذا لم يجر تطهير المنطقة ممن تصفهم أنقرة بالإرهابيين.

ونقلت الوكالات عن الوزارة قولها إن الفكرة التركية أثارت دهشة موسكو.

وقالت الوكالات نقلا عن الوزارة إن ذلك رد على تصريح أدلى به وزير الخارجية التركي الإثنين، قال فيه إن بلاده ستشن عملية عسكرية جديدة في شمال شرق سوريا ما لم تُخل المنطقة من وحدات حماية الشعب الكردية السورية.

(رويترز)

Les États-Unis et Israël ne sont pas au-dessus des lois


niWJ1nYD

L’annonce de Mike Pompeo sur les colonies israéliennes accroît les risques pour les Palestiniens dans les territoires palestiniens occupés

En réaction à l’annonce du Secrétaire d’État des États-Unis Mike Pompeo, qui a déclaré que les États-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes en Cisjordanie comme illégales au titre du droit international, Philippe Nassif, directeur du plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré :

« Aujourd’hui, le gouvernement des États-Unis a annoncé au reste du monde qu’il pense que les États-Unis et Israël sont au-dessus des lois et qu’Israël peut continuer de violer le droit international et les droits fondamentaux des Palestiniens, les États-Unis lui apportant leur ferme soutien.

Aujourd’hui, le gouvernement des États-Unis a annoncé au reste du monde qu’il pense que les États-Unis et Israël sont au-dessus des lois et qu’Israël peut continuer de violer le droit international et les droits fondamentaux des Palestiniens, les États-Unis lui apportant leur ferme soutien.

Philippe Nassif, directeur du plaidoyer pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International

« Cette annonce ne modifie et ne modifiera pas la loi qui est tout à fait limpide : la construction et le maintien des colonies en Cisjordanie occupée, notamment à Jérusalem-Est, enfreignent le droit international et s’apparentent à des crimes de guerre. Toutefois, cela fait courir des risques accrus aux Palestiniens en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, en donnant à Israël le feu vert pour poursuivre sa politique d’implantation et d’expansion des colonies qui se trouve au cœur de la crise des droits humains dans la région.

« L’annonce des États-Unis va à l’encontre du consensus international sur l’illégalité des colonies israéliennes, mais aussi de l’obligation légale qui incombe aux États-Unis de respecter et de faire respecter les Conventions de Genève.

L’annonce des États-Unis va à l’encontre du consensus international sur l’illégalité des colonies israéliennes, mais aussi de l’obligation légale qui incombe aux États-Unis de respecter et de faire respecter les Conventions de Genève.

Philippe Nassif, Amnesty International

« Nous n’avons pas peur de dire clairement et sans ambiguïté : aucune annonce des États-Unis ne peut modifier la loi et nous continuerons d’œuvrer afin que le droit international et les droits humains soient respectés et protégés, et que les auteurs présumés de violations soient amenés à rendre des comptes. »

Informations générales et contexte

La situation dans les territoires palestiniens occupés est principalement régie par deux régimes juridiques internationaux : le droit international humanitaire (notamment les règles du droit relatif à l’occupation) et le droit international relatif aux droits humains. Le droit pénal international s’applique également, car certaines violations graves sont susceptibles de constituer des crimes de guerre.

La politique israélienne qui consiste à installer ses civils dans les territoires palestiniens occupés et à déplacer la population locale viole les dispositions fondamentales du droit international humanitaire.

Tous les États parties à la Quatrième Convention de Genève, y compris Israël et les États-Unis, sont tenus de « veiller au respect » de la Convention. Cette obligation est largement interprétée comme nécessitant une action positive de la part des États individuels. Tous les États sont également tenus au titre du droit international coutumier de ne pas conférer de reconnaissance à une situation illégale, comme celle créée par les colonies israéliennes en Cisjordanie.

Amnesty International demande à Israël de cesser immédiatement toute activité de colonisation à titre de première mesure, en vue de démanteler toutes les colonies israéliennes et les infrastructures liées dans les territoires palestiniens occupés et de réinstaller les civils israéliens vivant dans ces colonies en dehors des territoires palestiniens occupés.

Drapeau-Vive-la-résistance-palestinienne

Les troupes américaines poursuivent leur retrait du nord de la Syrie vers l’Irak voisin


 

Retirés de Syrie, des soldats américains ont rejoint une base en Irak

AFP – 21 octobre 2019

AFP / SAFIN HAMED Des véhicules militaires américains arrivent dans la ville de Bardarach, dans la province kurde irakienne de Dohouk, le 21 octobre 2019

Des dizaines de blindés américains avec à leur bord des soldats sont arrivés lundi dans une base américaine du nord-ouest de l’Irak, après être entrés sur le territoire depuis la Syrie, par le Kurdistan irakien, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les troupes américaines sont d’abord passées sur le pont du poste-frontière de Fichkhabour, aux confins des territoires irakien, syrien et turc avant de traverser la province kurde de Dohouk et de rejoindre une base américaine près de Mossoul (nord-ouest).

Le 13 octobre, les Etats-Unis avaient annoncé le retrait de quelque 1.000 militaires américains déployés dans le nord et l’est de la Syrie en guerre, cinq jours après le début d’une offensive turque dans ce secteur contre une milice kurde, les Unités de protection du peuple (YPG), considérée comme “terroriste” par Ankara.

C’est un premier retrait, le 7 octobre, de soldats américains des abords de la frontière turque dans le nord de la Syrie, après une annonce du président américain Donald Trump en ce sens, qui avait ouvert la voie à l’offensive de la Turquie contre les combattants kurdes.

L’offensive d’Ankara est suspendue depuis jeudi par une trêve négociée par Washington, qui expirera mardi à 19H00 GMT.

Dimanche, plus de 70 véhicules blindés arborant un drapeau américain, transportant du matériel militaire et escortés par des hélicoptères sont passés par la ville syrienne de Tal Tamr (est), a constaté un correspondant de l’AFP.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), ce convoi s’était retiré de la base de Sarrine, près de la ville de Kobané, plus à l’ouest, et se dirigeait vers la province de Hassaké, frontalière du Kurdistan irakien.

Ces derniers jours, les Américains se sont retirés de trois autres bases en Syrie, dont celle de la ville clé de Minbej et d’une autre située aussi près de Kobané, près de la frontière turque.

Les Etats-Unis ont actuellement 5.200 militaires postés en Irak, déployés dans le cadre de la coalition internationale antijihadiste emmenée par Washington. Leur présence sur plusieurs bases dans le pays fait débat en Irak alors que de nombreuses forces politiques et armées chiites pro-Iran réclament régulièrement leur expulsion.

 

Les troupes américaines poursuivent leur retrait du nord de la Syrie vers l’Irak voisin

Au départ de ce convoi des forces américaines, les Kurdes de Syrie ont manifesté leur mécontentement en brandissant des pancartes accusant le président Donald Trump de les avoir trahis.

 

Le Monde avec AFP, AP et Reuters Publié aujourd’hui à 15h31

 

Des véhicules blindés américains arrivent dans la ville de Bardarash, dans le Kurdistan irakien, lundi 21 octobre.
Des véhicules blindés américains arrivent dans la ville de Bardarash, dans le Kurdistan irakien, lundi 21 octobre. SAFIN HAMED / AFP

Un convoi de l’armée américaine d’une centaine de véhicules jusqu’ici stationnés en Syrie a pénétré, lundi 21 octobre, dans le nord de l’Irak par le poste-frontière de Sahela, dans la province de Dohouk, selon des journalistes de l’Agence France-presse sur place. Un responsable des services de sécurité du Kurdistan irakien a confirmé que les troupes américaines étaient arrivées dans le territoire autonome.

Au départ de ce convoi, les Kurdes de Syrie ont manifesté leur mécontentement en brandissant des pancartes remerciant les soldats américains mais accusant le président Donald Trump de les avoir trahis. D’autres ont lancé des projectiles sur les véhicules américains. L’annonce du retrait des troupes américaines du nord de la Syrie a ouvert la voie à une offensive turque dans la région, contre les alliés kurdes de la coalition internationale de lutte contre l’Etat islamique. Les forces kurdes des Unités de protection du peuple sont considérées comme des terroristes par Ankara.

« Des moments déchirants alors que les forces américaines ont ordre de quitter le nord de la Syrie, laissant derrière elles des Kurdes, des Arabes, des syriaques et des yézidis sans défense », commente Mutlu Civiroglu, un expert des affaires kurdes.

« Lorsque les troupes américaines sont arrivées pour la première fois dans le nord de la Syrie, les Kurdes les ont accueillies comme des héros avec des fleurs et des ululations. Aujourd’hui, des Kurdes de Syrie terrifiés lancent des tomates et des pierres sur les forces américaines qui s’en vont », écrit Jenan Moussa, journaliste de la chaîne de télévision Al Aan TV, à Dubaï.

Cessez-le-feu temporaire

Carte de situation de l’offensive turque en Syrie, au mercredi 9 octobre.
Carte de situation de l’offensive turque en Syrie, au mercredi 9 octobre. Infographie Le Monde

Jeudi, un accord de cessez-le-feu temporaire a été annoncé par la Turquie et les Etats-Unis, prévoyant la suspension pour cent vingt heures (jusqu’à mardi 21 heures, heure de Paris) de l’offensive pour permettre un retrait des combattants kurdes de zones frontalières du nord syrien.

Dimanche, plus de 70 véhicules blindés arborant un drapeau américain, transportant du matériel militaire et escortés par des hélicoptères sont passés par la ville syrienne de Tell Tamer, au nord du pays, à près de 200 km à l’ouest de la frontière avec l’Irak. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme, le convoi s’était retiré de la base de Sarrine, près de la ville de Kobané, à environ 200 km plus à l’ouest, et se dirigeait vers la province de Hassaké, frontalière du Kurdistan irakien.

Ces derniers jours, les Américains se sont retirés de trois autres bases en Syrie, dont celle de la ville-clé de Manbij et d’une autre située aussi près de Kobané, près de la frontière turque.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Un accord de cessez-le-feu temporaire en trompe-l’œil en Syrie

Poursuite de la lutte contre l’EI depuis l’Irak

Le secrétaire américain à la défense, Mark Esper, affirme discuter d’une option qui consisterait à maintenir une petite force militaire américaine dans le nord-est de la Syrie pour sécuriser les champs de pétrole et poursuivre la lutte contre les militants du groupe Etat islamique. Mais l’essentiel des quelque 1 000 soldats américains déployés dans le nord de la Syrie devrait rejoindre l’ouest de l’Irak au cours des prochaines semaines pour continuer de lutter contre les combattants de l’EI.

Les Etats-Unis ont actuellement 5 200 militaires postés en Irak, déployés dans le cadre de la coalition internationale antidjihadistes emmenée par Washington. Leur présence sur plusieurs bases dans le pays fait débat en Irak alors que de nombreuses forces politiques et armées chiites pro-Iran réclament régulièrement leur expulsion.

Syrie : la Turquie “prête” pour une opération, Trump assure ne pas lâcher les Kurdes


Deux véhicules turc et américain près des frontières syriennes 2019

La Turquie a affirmé mardi être prête à lancer une nouvelle offensive en Syrie contre une milice kurde, que le président américain Donald Trump a assuré ne pas lâcher après avoir laissé entendre le contraire.

Renforçant l’impression qu’une offensive contre les Unités de protection du peuple (YPG) était imminente, le ministère turc de la Défense a indiqué que “tous les préparatifs en vue d’une opération ont été achevés”.

La tension dans le nord-est de la Syrie est montée d’un cran après l’annonce par la Maison Blanche, dimanche soir dans la foulée d’un entretien téléphonique entre M. Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, que les militaires américains stationnés dans la zone seraient retirés en vue d’une opération turque.

Mais accusé jusque dans son propre camp de lâcher des alliés des Etats-Unis, le président Trump a réorienté lundi son discours en affirmant qu’il “anéantirait complètement l’économie de la Turquie” si celle-ci “dépassait les bornes”.

“Nous sommes en train de quitter la Syrie, mais nous n’avons absolument pas abandonné les Kurdes qui sont des gens formidables et de merveilleux combattants”, a-t-il renchéri mardi dans un tweet. “Nous aidons les Kurdes financièrement (et en leur fournissant des) armes”.

Mais il a aussi souligné que la Turquie était un “partenaire commercial important” des Etats-Unis et annoncé qu’il accueillerait M. Erdogan à Washington le 13 novembre.

D’après le quotidien turc Hürriyet, une opération pourrait débuter dans les prochains jours, l’état-major turc attendant que le retrait des forces américaines présentes dans cette zone soit achevé.

La Turquie envisage dans un premier temps de prendre le contrôle d’une bande de territoire longue de 120 km et profonde d’une trentaine de km allant des villes de Tal Abyad à Ras al-Aïn, selon Hürriyet.

– Espace aérien fermé –

Lundi soir, l’armée turque a dépêché des renforts, notamment des chars, à sa frontière avec la Syrie.

Un haut responsable du département d’Etat a affirmé lundi que les forces américaines, qui contrôlent l’espace aérien dans le nord-est de la Syrie, l’avaient fermé à l’aviation turque. “Nous n’avons pas l’intention de changer cela dans un proche avenir”, a-t-il indiqué.

A terme, Ankara entend créer une “zone de sécurité”, sorte de tampon de 30 km profondeur s’étirant de l’Euphrate à la frontière irakienne, soit 480 km.

Cette zone a pour vocation, selon Ankara, d’accueillir une partie des 3,6 millions de Syriens réfugiés en Turquie et de séparer la frontière turque des territoires conquis par les YPG en plein chaos syrien.

“C’est l’idée la plus folle que j’aie jamais entendue”, a affirmé le responsable américain au sujet de ce projet turc d’y installer des millions des réfugiés.

Si les pays occidentaux louent le rôle des YPG dans la défaite militaire du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, Ankara les considère comme des “terroristes” en raison de leurs liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui mène une guérilla en Turquie.

En août, les Etats-Unis avaient empêché in extremis une offensive turque contre les YPG en proposant de créer avec elle une “zone de sécurité”. Mais Ankara n’avait eu de cesse depuis de dénoncer des retards, menaçant de passer unilatéralement à l’action.

Des responsables américains se sont employés à se démarquer de toute opération militaire d’Ankara et à minimiser le départ des soldats américains, évoquant le simple redéploiement de 50 à 100 membres des forces spéciales.

– “Détruire la confiance” –

Reste que cette confusion inquiète le reste de la communauté internationale, l’ONU indiquant lundi se “préparer au pire” en cas de nouvelle crise humanitaire en Syrie, où le conflit a fait depuis 2011 des millions de déplacés et a coûté la vie à plus de 370.000 personnes.

La Russie a souligné mardi “l’importance, à l’heure actuelle, d’éviter toute action qui pourrait saper le règlement pacifique” du conflit syrien, Londres se disant “profondément préoccupé” par une intervention militaire turque et avertissant qu’une “action unilatérale” pourrait “déstabiliser la région”.

Un sujet majeur d’inquiétude en cas d’offensive turque concerne le sort des jihadistes, notamment européens, prisonniers des forces kurdes. Ces dernières ont accusé Washington de “détruire la confiance”, et ont averti qu’une opération turque entraînerait un retour de l’EI.

Le gouvernement syrien a pour sa part appelé les Kurdes à revenir dans son giron. “Nous défendrons l’ensemble du territoire syrien et nous n’accepterons aucune occupation” étrangère, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Fayçal Mekdad au quotidien al-Watan.

burs-gkg-ezz/glr

Les États-Unis réclament à Damas de libérer 128.000 Syriens


prison-2

Les États-Unis réclament à Damas de libérer 128.000 Syriens

Le régime syrien du président Bachar el-Assad «doit libérer les détenus» syriens gardés de manière «arbitraire» dans le pays, a réclamé lundi l’ambassadrice américaine à l’ONU, en estimant leur nombre à 128.000.

» LIRE AUSSI – Les États-Unis réduisent drastiquement l’accueil de réfugiés

«Près de 128.000 Syriens – sont soumis à une détention arbitraire. Cette pratique est inacceptable et le régime d’Assad doit (les) relâcher», a déclaré la diplomate américaine Kelly Craft lors d’une réunion mensuelle du Conseil de sécurité consacrée au conflit syrien. Elle a également plaidé pour qu’un accès aux centres de détention syriens soit accordé à des observateurs internationaux.

Depuis le début du conflit en 2011 qui a fait plus de 370.000 morts, le président syrien a procédé à plusieurs amnisties de prisonniers, notamment en 2014, 2018 et la dernière à la mi-septembre. Lors de la réunion de l’ONU, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Vershinin a souligné que «l’élimination des terroristes à Idleb (nord-ouest) devait se poursuivre en se souciant au maximum de la vie et de la sécurité des civils». «Le temps est venu d’encourager et non de faire obstacle au retour de la Syrie dans la famille arabe», a aussi dit le ministre russe. La Syrie a été suspendue de la Ligue arabe en 2011. La question de sa réintégration divise depuis plus d’un an les États membres de l’organisation.

Lors de la réunion, tous les États membres du Conseil ont salué la création récente sous l’égide des Nations unies d’un Comité constitutionnel entre le gouvernement et l’opposition, au terme de près de deux ans de négociations laborieuses. L’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen, a estimé que la formation du Comité représentait «le premier accord politique d’envergure entre le gouvernement et l’opposition» et qu’une Constitution révisée permettrait «un nouveau contrat social aidant à réparer un pays cassé». Une première réunion des 150 membres du Comité est prévue le 30 octobre à Genève. La révision de la Constitution est vue par l’ONU comme un préalable à la tenue d’élections en Syrie, incluant la diaspora. La semaine dernière, la Syrie avait souligné qu’aucune «date butoir» n’avait été imposée au Comité pour rendre ses travaux.

%d bloggers like this: