هل القيم الإنسانية كذبة كبرى عملت الدول المسيطرة عالميا على ترويجها لتخدير الشعوب الضعيفة والمستضعفة ؟ – Les « Valeurs » humaines, seraient-elles un grotesque mensonge anesthésiant les peuples en quête de liberté et de justice ?


هل للسياسة أخلاق ؟؟

هل للسياسة قيم يمكن على أساسها إشادة نظام عالمي عادل ؟؟

ما أثبتته القضية الفلسطينية منذ عقود

وثورات الربيع العربي على مدى ثماني سنوات

أن الكلمة الفصل الأولى والأخيرة هي لمن يمسك بزمام الإعلام والمال والسلاح… فإلى أين ستقود معايير الدول الاستعمارية العالم برمته ؟؟

هل القيم الإنسانية كذبة عملت الأنظمة المسيطرة عالميا منذ قرون على ترويجها لتخدير الشعوب التي تبحث عن الحرية والعدالة والديمقراطية ؟

 

Opposition-2

La politique a-t-elle des valeurs morales ??
La politique a-t-elle des valeurs sur lesquelles il est possible de bâtir un ordre international équitable ?
Ce que la cause palestinienne a prouvé depuis des décennies et les révolutions du Printemps dans le monde arabe depuis huit ans, nous prouvent toujours que le premier et dernier mot appartiennent à ceux qui détiennent le contrôle des médias, de l’argent et des forces militaires dissuasives …

jusqu’à quelle gouffre les « normes politiques » de grandes puissances coloniales et impérialistes, de notre époque, guideront-elles le monde ?

Les « Valeurs » humaines, dont les régimes dominants ne cessent de nous gaver depuis les temps, seraient-elles un grotesque MENSONGE, une piqûre anesthésiante des peuples en quête de liberté d’équité et de justice ???

Advertisements

UN MESSAGE DE DÉFI AU RÉGIME D’ASSAD ET À CELUI DES MOLLAHS EN IRAN


UN MESSAGE DE DÉFI AU RÉGIME D’ASSAD ET À CELUI DES MOLLAHS EN IRAN

Créé le samedi 18 juin 2016 

Iran-et-Assad-font-partie-du-problèmatique-2015

Iran-et-Assad-font-partie-du-problèmatique -2015

 

Iran Manif – “La réunion d’aujourd’hui envoie d’abord un message de défi au régime d’Assad et à celui de mollahs disant que la résistance syrienne et la résistance iranienne viennent d’entrer dans une nouvelle phase”, a déclaré l’opposante syrienne Suheir Al-Attassi le 11 juin dans une conférence-iftar (de rupture de jeûne) au siège du CNRI.

Le Conseil national de la Résistance iranienne accueillait dans ses bureaux à Auvers-sur-Oise dans le nord de Paris une haute délégation de la coalition nationale Syrienne qui lutte contre le dictateur Bachar Assad. En cette soirée de Ramadan, nombreuses ont été les personnalités syriennes à prendre la parole, aux côtés de la dirigeante de l’opposition iranienne Maryam Radjavi.

Suheir al-Atassi a notamment déclaré:

“Je remercie vivement la présidente Mme Maryam Radjavi pour cette initiative d’une grande générosité en solidarité avec la coalition du peuple syrien et avec Alep. Naturellement aujourd’hui avec Alep et demain avec Hama, Idlib et aussi toutes les secteurs assiégés et Damas, la banlieue de Damas, Homs et Dera’a.

Nous croyons dans la révolution syrienne. Nous aimons l’appeler la Mère des révolutions, plutôt que la révolution orpheline. En fait il s’agit d’une révolution mère. Une révolution qui persévère toute seule, bien que la communauté internationale dans son ensemble n’ait pas adopté de position juste à l’égard de ce peuple. Un peuple qui fait face depuis le début à un massacre collectif par le régime d’Assad et ensuite par deux occupants, le régime iranien et le régime russe.

La réunion d’aujourd’hui envoie d’abord un message de défi au régime d’Assad et à celui de mollahs disant que la résistance syrienne et la résistance iranienne viennent d’entrer dans une nouvelle phase.

Nous sommes persuadés qu’aujourd’hui nous pouvons développer notre niveau de relations et de coordination, ce qui revient à un message d’espoir pour les deux peuples d’Iran et de Syrie. Malgré tout ce que font ces régimes, la cause des peuples pour la liberté crée une solidarité et une union pour parvenir à cette liberté.

Vous savez tous malheureusement que le régime iranien vient d’entrer pour la première fois dans le groupe des pays soi-disant amis de la Syrie, bien qu’il ne soit pas d’accord avec la Déclaration de Genève.

Evidemment, nous pensons que la communauté internationale aujourd’hui est placée dans les négociations face à une opposition modérée constituée du plus grand éventail de l’opposition, avec notamment la coalition nationale des forces révolutionnaires et de l’opposition, la délégation de coordination, les groupes mitaires favorables à la solution politique, ce qui était en soi un grand défi à relever et dont nous avons payé le prix avec notre sang.

La stratégie du régime iranien: encercler et affamer

Nous sonnons l’alarme. La crédibilité de l’ensemble du dialogue politique est confronté à une épreuve. Nous sommes convaincus que ce processus est au bord de l’effondrement et nous avons l’intention de tirer la sonnette d’alarme pour le sauver. Pas seulement pour le point principal que nous avons obtenu de la communauté internationale et de l’ONU, mais pour ensuite pouvoir parler de l’encerclement, de la méthode d’affamer les populations, des bombardements, et de la libération des prisonniers. Dans ce domaine il faut dire que la stratégie de l’encerclement et de la famine vient du régime iranien.

Le régime iranien vient combler les lacunes du régime d’Assad en matière de crimes. Ce régime est coupable de crime de guerre, et ce crime d’encerclement est le plus meurtrier au sein de la population syrienne.

Ici, quand nous parlons du symbole de la révolution syrienne, nous pensons à Daraya, où il y a quelques jours est arrivé le premier convoi de secours, qui ne répond au besoin que d’un quart des habitants. A peine quelques minutes après, le régime d’Assad a largué des barils d’explosif et tiré des obus de mortier sur la ville pour se venger de la population qui se partageait ces secours.

Nous faisons un pas vers la réconciliation. Nous demandons au peuple iranien d’exercer une forte pression dans ce domaine que Ban ki-moon a qualifié de crime de guerre. Nous voudrions qu’il y ait une pression commune pour faire cesser le processus stupide de réconciliation locale. De même la question des prisonniers. Nous voudrions ici saluer l’héroïsme des détenus de Hama qui se sont révoltés dans la prison.

Nous voulons vraiment depuis cette tribune envoyer un message au peuple iranien, aux mères iraniennes, de se dresser, de ne pas envoyer leurs enfants dans cette guerre qui ne sert qu’à maintenir Assad au pouvoir.

C’est aussi la guerre du peuple iranien

Le régime iranien vient d’envoyer encore plus d’hommes des forces spéciales en Syrie pour défendre Assad. Certes, c’est pour défendre les intérêts du régime iranien. 

Nous voulons dire qu’en aucun cas nous ne sommes prêts à voir la restauration du régime d’Assad. Parce que tant qu’Assad restera en Syrie, il ne pourra y avoir une autre Syrie. Les Syriens ont fait leur révolution et ne céderons pas. Le peuple syrien ne peut pas se rassembler autour d’un criminel de guerre. Ce n’est pas d’un simple point de vue moral que nous n’insistons sur le départ de Bachar, bien que ce soit notre droit, mais parce que logiquement la présence d’Assad, même avec des pouvoirs minimums stoppe totalement le transfert politique.

Nous sommes entrés dans une guerre qui dépasse le peuple syrien. C’est aussi la guerre du peuple iranien. C’est aussi la guerre du peuple libanais. C’est la guerre de tous les peuples épris de liberté.

http://www.iranmanif.org/index.php/integrisme/5288-un-message-de-defi-au-regime-d-assad-et-a-celui-des-mollahs-en-iran
%d bloggers like this: