A pied d’oeuvre pour équiper des centres d’isolement et d’hospitalisation dans le nord de la Syrie afin de contrer l’épidémie de « Corona – Covid 19 »


 

Virus-2

Muhammad Alaa – 14 mars 2020
Smart – Alep

Le ministre de la Santé du gouvernement intérimaire syrien, Maram al-Cheikh, a déclaré samedi que l’équipe travaillait à équiper des centres d’isolement et d’hospitalisation dans les gouvernorats d’Alep et d’Idleb, dans le nord de la Syrie, afin de faire face à la maladie “Corona – Covid 19”.

« Al-Cheikh » a déclaré dans un communiqué à “Smart” qu’ils travaillaient à la préparation de 3 unités d’isolement pour les infections graves, chacune pouvant accueillir 20 lits, en plus de 28 unités hospitalières communautaires pour les cas légers dans chacune de la ville de Darat Azza dans la campagne ouest d’Alep, dans la ville d’Al-Bab (campagne orientale d’Alep) et la ville de Salqin (Campagne d’Idleb), sans donner de date exacte pour l’achèvement des installations.

« Al-Cheikh » a ajouté : Cette étape intervient en coordination avec « l’Organisation mondiale de la santé/OMS » et le ministère turc de la Santé dans le cadre d’un ensemble de mesures préventives contre le « Coronavirus ».

« Al-Cheikh » a indiqué que le Ministère de la santé, en coopération avec « l’Unité de coordination de l’appui » de la Coalition nationale syrienne, équiperait un laboratoire du réseau d’alerte rapide équipé du matériel nécessaire pour confirmer les infections et fournir des instructions sanitaires pour prévenir ce virus dangereux dans la ville d’Idleb.

Elle a souligné, que le ministère s’emploiera à installer une tente pour détecter et enquêter sur les cas suspects pour chacun des postes frontaliers, notant également la formation d’un groupe de personnel médical en coopération avec le ministère turc de la Santé pour effectuer des analyses de laboratoire pour la détection du virus dans la capitale turque, Ankara .

« Al-Cheikh” a confirmé que l’équipe menait une campagne de stérilisation des camps et des écoles dans les zones échappant au contrôle du régime parallèlement à des campagnes de sensibilisation des déplacés.

Elle a ajouté qu’il n’y a pas de communication avec le ministère de la Santé du gouvernement syrien et qu’aucun échantillon n’a été envoyé pour examen dans ses laboratoires.

La maladie “Corona-Covid 19” s’est propagée à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019, s’étendant à la plupart des pays du monde, avec 132 000 cas confirmés enregistrés dans 123 pays, et la maladie a fait 5 000 morts dans le monde, selon un point de presse de l’organisation OMS, vendredi 13 mars 2020.

« Corona Covid 19 » est une maladie infectieuse causée par le virus corona récemment découvert, il se propage par le toucher et le contact avec des gouttelettes respiratoires. Ses symptômes les plus courants sont la douleur, les courbatures, la congestion nasale, le rhume, la douleur dans la gorge ou la diarrhée. Habituellement, ces symptômes sont légers et commencent progressivement, et certaines personnes s’infectent sans montrer de symptômes et sans se sentir malades, et la plupart des personnes (environ 80%) se remettent de la maladie sans avoir besoin d’un traitement spécial.

 

(*Clarification:
56% des patients atteints du virus corona n’ont pas de fièvre dans les premiers jours de la maladie et seulement 68% des patients toussent.

Cela signifie que vous pouvez être malade ou porteur de virus sans ressentir quoi que ce soit et récupérer sans aucun médicament, mais vous transmettrez régulièrement le virus aux personnes avec lesquelles vous avez été en contact.)

 

العمل على تجهيز مراكز عزل واستشفاء شمالي سوريا لمواجهة مرض “كورونا – كوفيد 19”

محمد علاء – 14 مارس، 2020
سمارت – حلب

قال وزير الصحة بالحكومة السورية المؤقتة مرام الشيخ السبت، إنهم يعملون على تجهيز مراكز عزل واستشفاء في محافظتي حلب وإدلب شمالي سوريا، لمواجهة مرض “كورونا – كوفيد 19”.

وأوضح “الشيخ” بتصريح إلى “سمارت” إنهم يعملون على تجهيز 3 وحدات عزل للإصابات الشديدة وكل وحدة منها تتسع لـ 20 سرير، إضافة إلى 28 وحدة استشفاء مجتمعية للحالات الخفيفة في كل من مدينة دارة عزة بريف حلب الغربي ومدينة الباب بريف حلب الشرقي وبلدة سلقين بريف إدلب، دون إعطاء موعد دقيق لانتهاء التجهيزات.

وأضاف “الشيخ” إن هذه الخطوة تأتي بالتنسيق مع “منظمة الصحة العالمية” ووزارة الصحة التركية ضمن حزمة إجراءات وقائية للتصدي لفيروس “كورونا”.

وأشار “الشيخ” أن وزارة الصحة وبالتعاون مع “وحدة تنسيق الدعم” التابعة للائتلاف الوطني السوري سيقومان على تجهيز مخبر شبكة الإنذار المبكر المجهز بالأجهزة اللازمة لتأكيد الإصابات وتقديم الإرشادات الصحية للوقاية من هذا الفيروس الخطير في مدينة إدلب.

ولفت “الشيخ” أن الوزارة ستعمل على وضع خيمة لكشف وتقصي الحالات المشتبه بها لكل معبر من المعابر الحدودية، منوها للقيام أيضا بتدريب مجموعة من الكوادر الطبية بالتعاون مع وزارة الصحة التركية على إجراء التحاليل المخبرية الخاصة بالكشف عن فيروس “كورونا” وذلك في العاصمة التركية أنقرة.

وأكد “الشيخ” أنهم يقومون بحملة تعقيم للمخيمات والمدارس في المناطق الخارجة عن سيطرة النظام بالتزامن مع حملات توعوية للنازحين.

وتابع “الشيخ” أنه لا يوجد أي تواصل مع وزارة الصحة التابعة لحكومة النظام السوري ولم يرسلوا أي عينات لفحصها بمخابرها.

وتفشى مرض “كورونا – كوفيد 19” (COVID-19) في مدينة ووهان الصينية في 31 كانون الأول 2019، لينتشر بعدها على غالبية دول العالم، إذ سجلت 132000 حالة مؤكدة في 123 بلداً وحصد المرض أرواح 5000 شخصاً حول العالم، بحسب الإحاطة الإعلامية لمنظمة الصحة العالمية الجمعة 13 آذار 2020.

و”كورونا كوفيد 19″ مرض معد يسببه فيروس كورونا المكتشف مؤخرا، وينتشر عن طريق اللمس ومن ملامسة القطيرات التنفسية، وتتمثل أعراضه الأكثر شيوعا، من الآلام والأوجاع أو احتقان الأنف أو الرشح أو ألم الحلق أو الإسهال. وعادة ما تكون هذه الأعراض خفيفة وتبدأ تدريجياً، ويصاب بعض الناس بالعدوى دون أن تظهر عليهم أي أعراض ودون أن يشعروا بالمرض، ويتعافى معظم الأشخاص (نحو 80%) من المرض دون الحاجة إلى علاج خاص.

 

توضيح

#كورونا 56% من مرضى فيروس كورونا، ليس لديهم حرارة في الأيام الأولى للمرض و 68% بالمية فقط لديهم سعال .
هذا يعني أنه ربما تكون مريض أو حامل للمرض بدون أن تشعر بشيء و أن تتعافى من دون أي دواء، لكنك ستنقل الفيروس لأشخاص انت على احتكاك بهم بشكل دوري.

 

Deir Ez-Zor: les milices iraniennes transportent des centaines de leurs membres à la bataille de Jabal Al-Zawiya à Idleb


 

L'armée-d'Assad-Libère-la-syrie-du-peuple-syrien

26/2/2020

Antakya – «Al-Quds Al-Arabi»: des sources militaires privées ont confirmé à «Al-Quds Al-Arabi» que des centaines de miliciens soutenus par les Gardiens de la révolution iraniens se préparent à quitter leurs zones de déploiement dans la campagne orientale de Deir Ez-Zor, vers les campagnes sud et est d’Idleb, en préparation d’une nouvelle tournée de batailles, dans le but de resserrer le contrôle sur la région de Jabal Al-Zawba dans le sud d’Idleb.

Elles ont expliqué qu’environ 160 combattants de la milice de la “Brigade Baqer” sont arrivés dans la campagne d’Idleb, dans la plus grande discretion sur les opérations de transport, qui se sont déroulées dans des bus destinés au transport de civils (entreprises touristiques). Des témoins ont confirmé que des éléments de la milice soutenus par l’Iran ont voyagé entre les villes syriennes par le biais de bus touristiques, où de nombreux militants syriens ont auparavant fait circuler sur les sites de médias sociaux, des photos de miliciens de l’intérieur des bus.

D’autre part, les sources ont indiqué que des centaines de combattants de la milice du “Mouvement Al-Noujaba” se sont rassemblés à la base de ‹« l’Imam Ali » près d’Albukamal, en préparation du déplacement vers les fronts d’Idleb. Les sources ont attribué la discrétion à la crainte que des combattants de la coalition ne ciblent le mouvement des combattants, ce qui indique que les combattants seront probablement transportés par avion par des hélicoptères du régime Assad à Idleb. Des sources d’informations locales ont indiqué qu’un convoi de milices iraniennes avait été visé il y a deux jours par des avions de la coalition dans la campagne orientale de Deir Ez-Zor, mais il n’y a eu aucune confirmation.

L’expert militaire, le colonel Ziyad Hajj Obaid, a confirmé cette nouvelle à Al-Quds Al-Arabi, soulignant que les milices soutenues par l’Iran prenaient grand soin des transferts de combattants à Idleb. Il a déclaré: “Les milices ont fortement participé avec les forces du régime aux récentes batailles, en particulier dans la campagne ouest et sud d’Alep, où ces fronts sont considérés comme des zones d’influence iranienne”.

Le journaliste Firas Allawi, de Deir Ez-Zor, a confirmé à “Al-Quds Al-Arabi” la participation de milices soutenues par l’Iran aux batailles d’Idleb, notant que les corps de dizaines de milices soutenues par l’Iran, qui avaient été tuées lors de leur participation aux attaques des forces Assad contre Idleb, étaient arrivés dans la ville de Deir Ez-Zor au cours des derniers jours. Il a déclaré que “Albukamal est considérée tardivement comme une base militaire et stratégique iranienne, et c’est pourquoi les milices en envoient des combattants à Idleb, en compensation des pertes humaines dans leurs rangs”.

Selon Allaoui, le recrutement d’un grand nombre de combattants des milices soutenues par l’Iran sur les fronts d’Idleb indique le développement du conflit là-bas, en référence indirecte aux renforts militaires turcs correspondants.

L’agence turque “Anatolie” a rapporté que le nombre de membres morts de la milice iranienne à Idleb, dont les corps ont été envoyés à Deir Ez-Zor, a atteint une centaine au cours de la semaine dernière. Elle a ajouté que les milices soutenues par les Gardiens de la révolution iraniens sont parmi les plus ardents partisans des forces du régime syrien, car elles comprennent des mercenaires de pays tels que l’Irak, le Liban, l’Afghanistan et le Pakistan.

Selon l’agence, les milices des «Gardiens de la révolution iranienne», de la «Brigade Al-Quds», du «Mouvement Al-Noujaba» et de la «Brigade Al-Baqer» sont parmi les milices les plus importantes qui soutiennent le régime syrien dans sa guerre contre les factions à Idleb.
Dans le même contexte, des sources locales ont signalé l’arrivée de renforts décrits comme “énormes”, de Ghouta et de Daraa, sud de la Syrie, expliquant que la majorité des combattants sont membres des « réconciliation », dont les positions ont été réglées par le biais de la Russie.
Le régime, soutenu par une couverture aérienne russe, tente de contrôler la route Alep-Lattaquié (M4), après avoir imposé son contrôle sur toutes les sections de la route internationale vers Alep – Damas (M5). Dans l’attente des résultats du sommet du Quatuor (turc, russe, français, allemand) du 5 mars prochain pour discuter de la situation à Idleb, la Turquie continuera de mobiliser davantage de ses forces, dans le but de renforcer sa position de négociation avec la Russie, dans l’espoir de parvenir à une nouvelle formule de compréhension sur Idleb.

Dimanche, le journal turc Yeni Shafak a confirmé que le contact entre Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine n’était pas positif, ajoutant que les dirigeants des deux pays n’étaient pas parvenus à un accord entre eux sur Idleb, notant que Poutine a refusé de résoudre la crise, qui a poussé des millions de Syriens à se précipiter à la frontière turque, et a rejeté la demande d’Erdogan, de mettre fin aux attaques du régime syrien dans la région et d’assurer l’arrivée de l’aide humanitaire.

Les-tantacules-des-milices-iraniennes-au-Moyen-Orient

دير الزور: الميليشيات التابعة لإيران تنقل المئات من عناصرها إلى معركة جبل الزاوية في إدلب

26/2/2020

أنطاكيا – «القدس العربي»: أكدت مصادر عسكرية خاصة لـ»القدس العربي»، أن المئات من عناصر الميليشيات المدعومة من الحرس الثوري الإيراني، يتحضرون للانتقال من مناطق انتشارهم في ريف دير الزور الشرقي، إلى ريف إدلب الجنوبي والشرقي، وذلك في إطار التحضير لجولة جديدة من المعارك، بهدف إحكام السيطرة على منطقة جبل الزاوبة جنوبي إدلب.

وأوضحت، أن حوالي 160 مقاتلاً من ميليشيا «لواء الباقر» وصلوا إلى أرياف إدلب، وسط تكتم شديد على عمليات النقل، التي تمت عبر حافلات مخصصة لنقل المدنيين (شركات سياحية). وكان شهود عيان أكدوا، انتقال عناصر الميليشيات المدعومة إيرانياً بين المدن السورية عبر الحافلات السياحية، حيث تداول العديد من النشطاء السوريين في وقت سابق، على مواقع التواصل الاجتماعي، صوراً لعناصر ميليشيات من داخل الحافلات.
في المقابل أشارت المصادر إلى تجمع المئات من مقاتلي مليشيا «حركة النجباء» في قاعدة «الإمام علي» القريبة من البوكمال، استعدادًا للانتقال إلى جبهات إدلب. المصادر عزت السرية إلى الخشية من استهداف مقاتلات التحالف لحركة المقاتلين، مبينة أن من المرجح أن يتم نقل المقاتلين جواً عبر طائرات مروحية تابعة لنظام الأسد إلى إدلب. وكانت مصادر إخبارية محلية، قد أشارت إلى تعرض رتل للميليشيات الإيرانية للاستهداف قبل يومين، من قبل طائرات التحالف، في ريف دير الزور الشرقي، لكن تأكيدات لم تصدر عن ذلك.
وأكد الخبير العسكري العقيد زياد حج عبيد هذه الأنباء لـ»القدس العربي»، مشيراً إلى تعامل الميليشيات المدعومة إيرانياً بحذر شديد مع عمليات نقل المقاتلين إلى إدلب. وقال «الميليشيات شاركت بقوة مع قوات النظام في المعارك الأخيرة، وتحديداً في ريفي حلب الغربي والجنوبي، حيث تعتبر تلك الجبهات مناطق نفوذ إيراني».

الصحافي فراس علاوي من دير الزور، أكد لـ «القدس العربي»، مشاركة الميليشيات المدعومة إيرانياً في معارك إدلب، مشيراً إلى وصول جثث العشرات من الميليشيات المدعومة من إيران، من الذين قُتلوا أثناء مشاركتهم في هجمات قوات الأسد على إدلب، إلى مدينة دير الزور خلال الأيام القليلة الماضية. وقال إن «البوكمال تعتبر قاعدة إيرانية عسكرية واستراتيجية متأخرة، ولذلك تقوم الميليشيات بإرسال المقاتلين منها إلى إدلب، تعويضاً للخسائر البشرية في صفوفها».

وحسب علاوي فإن استقدام أعداد كبيرة من المقاتلين من الميليشيات المدعومة إيرانياً إلى جبهات إدلب، يؤشر إلى تطور الصراع هناك، وذلك في إشارة غير مباشرة إلى التعزيزات العسكرية التركية المقابلة.

وكانت وكالة «الأناضول» التركية، قد ذكرت، أن عدد القتلى من عناصر الميليشيات الإيرانية في إدلب، الذين أُرسلت جثثهم إلى دير الزور حوالي وصل الـ100 قتيل، خلال الأسبوع الماضي. وأضافت أن الميليشيات المدعومة من الحرس الثوري الإيراني، تعد من أشد داعمي قوات النظام السوري، إذ تضم مرتزقة من دول مثل العراق، ولبنان، وأفغانستان، وباكستان.

وحسب الوكالة، فإن ميليشيات «الحرس الثوري الإيراني»، و»لواء القدس»، و»حركة النجباء»، و»لواء الباقر»، هي من أبزر الميليشيات التي تساند النظام السوري في حربه على الفصائل في إدلب. وفي السياق ذاته، أشارت مصادر محلية، إلى وصول تعزيزات وصفت بـ»الضخمة»، من الغوطة ومن درعا جنوبي سوريا، موضحة أن غالبية المقاتلين هم من عناصر «المصالحات»، الذين تمت تسوية أوضاعهم بوساطة روسية.

ويحاول النظام مدعوماً بغطاء جوي روسي، السيطرة على طريق حلب- اللاذقية(M4)، وذلك بعد فرض سيطرته على كامل مقاطع الطريق الدولي حلب- دمشق(M5)، ولن يتحقق للنظام مبتغاه إلا بالسيطرة على مساحات واسعة من ريفي إدلب الجنوبي واللاذقية الشمالي. وبانتظار نتائج القمة الرباعية (التركية، الروسية، الفرنسية، الألمانية)، في الخامس من شهر آذار/مارس المقبل لبحث الأوضاع في إدلب، تواصل تركيا حشد المزيد من قواتها، وذلك بهدف تقوية موقفها التفاوضي مع روسيا، أملاً في التوصل إلى صيغة جديدة لتفاهم حول إدلب.
والأحد، كانت صحيفة «يني شفق» التركية، أكدت أن الاتصال الذي جرى بين اردوغان ونظيره الروسي فلاديمير بوتين السبت، لم يكن إيجابياً، وأضافت أن زعيمي البلدين لم يتمكنا من التوصل إلى اتفاق بينهما بشأن إدلب. وأشارت إلى أن بوتين رفض حل الأزمة، التي اندفع بسببها ملايين السوريين إلى الحدود التركية، ورفض طلب اردوغان، بإيقاف هجمات النظام السوري في المنطقة، وضمان وصول المساعدات الإنسانية.

Des civils victimes des bombardements russes sur l’ouest d’Alep


 

photo_٢٠٢٠-٠٢-١٢_٢١-٤٩-٠٧_720x405

HalabToday Aleppo aujourd’hui
@HalabTodayTV
3h
Pour la première fois … un affrontement armé entre une patrouille américaine et les forces du régime dans le nord-est de la Syrie
Aujourd’hui, mercredi, les forces du régime se sont affrontées avec une patrouille américaine dans le village de Khirbet Amo dans la campagne de Hassakah, tandis que les forces aériennes américaines ont bombardé deux endroits des forces du régime dans le village, et cet affrontement est intervenu après des états d’opposition …

halabtodaytv.net
Aujourd’hui, mercredi, les forces du régime se sont affrontées avec une patrouille américaine dans le village de Khirbet Amo dans la campagne de Hassakah, tandis que des avions américains ont bombardé deux endroits des forces du régime dans le village, et cet affrontement est intervenu après plusieurs interceptions par les forces américaines contre des patrouilles russes dans le nord-est de la Syrie.
Le porte-parole militaire de la coalition internationale a déclaré que cette dernière était confrontée, lors d’une patrouille près de Qamechli, à un poste de contrôle “occupé par des forces fidèles au régime”, et après des avertissements et des tentatives de réduction de l’escalade, la patrouille a subi des tirs d’armes légères de personnes inconnues, selon le communiqué de la coalition.
Le communiqué a ajouté que les forces de la coalition ont riposté pour tenter de se défendre, et qu’un soldat américain a subi une blessure superficielle, alors qu’il utilisait un équipement, et que l’escalade du site a été réduite, mais le responsable n’a pas expliqué comment ni la manière de réagir.

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
7h
“C’est mon histoire”, Evelyn, une fillette de 6 ans, qui vit maintenant dans une école près de la frontière syro-turque, Evelyn a quitté son village de Joseph, à Jabal al-Zawiya, pour échapper aux bombardements et à la destruction laissés par l’aviation d’al-Assad et de la Russie. Evelyn voulait entrer à l’école, elle y est entrée mais pas pour étudier mais pour y vivre.
# Casques blancs

Evelyne-déplacée syrienne fév 2020

Des civils victimes des bombardements russes sur l’ouest d’Alep

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
12h
Quatre civils ont été tués et trois autres blessés, à la suite d’une frappe aérienne russe, visant le village de Kafr Amma dans la campagne occidentale d’Alep, le mercredi matin 12 février 2020.
# Casques blancs

HalabToday حلب اليوم
@HalabTodayTV
3h
للمرة الأولى.. اشتباك مسلح بين دورية أمريكية وقوات النظام شمال شرق سوريا
اشتبكت قوات النظام، اليوم الأربعاء، مع دورية أمريكية في قرية خربة عمو بريف الحسكة، في حين قصف الطيران الأمريكي موقعين لقوات النظام في القرية، وجاء هذا الاشتباك عقب حالات اعتراضٍ…
halabtodaytv.net
اشتبكت قوات النظام، اليوم الأربعاء، مع دورية أمريكية في قرية خربة عمو بريف الحسكة، في حين قصف الطيران الأمريكي موقعين لقوات النظام في القرية، وجاء هذا الاشتباك عقب حالات اعتراضٍ عدة، قامت بها القوات الأمريكية ضد دوريات روسية شمال شرق سوريا.
وقال المتحدث العسكري باسم التحالف الدولي، إن الأخير واجه أثناء القيام بدورية قرب القامشلي، نقطة تفتيش “تحتلها القوات الموالية للنظام”، وبعد تحذيراتٍ ومحاولاتِ خفض التصعيد تعرضت الدورية لنيران الأسلحة الصغيرة من أشخاص مجهولين، وفقاً لبيان التحالف.
وأضاف البيان أن قوات التحالف ردت على النيران كمحاولة للدفاع عن النفس، وأصيب جنديٌ أمريكي إصابة سطحية، أثناء تشغيل إحدى المعدات، وتم خفض تصعيد الموقع، بيد أن المسؤول لم يوضح كيفية وطريقة الرد.

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
7h
” هذه قصتي ” إيفلين طفلة تبلغ من العمر 6 سنوات، وهي تعيش الآن بمدرسة قرب الحدود السورية التركية، إيفلين تركت قريتها جوزف بجبل الزاوية، هرباً من القصف والدمار الذي يخلفه طيران الأسد وروسيا. إيفلين أمنيتها دخول المدرسة، دخلتها لكن ليس للدراسة وإنما لتعيش بها. #الخوذ_البيضاء

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
12h
مقتل أربعة مدنيين وإصابة ثلاثة آخرين، جراء قصف جوي روسي، إستهدف قرية كفرعمة بريف حلب الغربي، صباح اليوم الأربعاء / 12 / شباط / 2020.
#الخوذ_البيضاء

Syrie: Suite au retrait américain de Manbej…


ALLIÉS-DE-L'YPG-2019

Les soldats syriens ont hissé le drapeau national, à Manbej, après le retrait des soldats américains

Alexandre Lavrentiev : la Russie ne permettrait pas des combats entre les armées turque et syrienne

Washington n’avait pas “constaté à ce staded’évasion majeure” de prisonniers de l’EI

Un responsable kurde a rapporté une nouvelle tentative d’évasion de femmes et d’enfants de jihadistes du camp de déplacés d’Al-Hol,  mais ils ont été rattrapés 🙂

 

Syrie: résistance des forces kurdes, patrouilles russes après le retrait américain

AFP – 15 octobre 2019

AFP / – Les soldats syriens font le V de la victoire et brandissent des portraits du président Bachar al-Assad à la périphérie nord de la ville de Minbej dans le nord de la Syrie, le 15 octobre 2019

Les forces kurdes opposent une résistance féroce mardi aux militaires turcs dans le nord de la Syrie, où le retrait de troupes américaines a permis un déploiement de l’armée du régime syrien et de son allié russe.

En lançant le 9 octobre son offensive pour éloigner de sa frontière la milice kurde syrienne des Unités de protection du peuple (YPG), la Turquie a ouvert un nouveau front dans la guerre complexe en Syrie qui a fait plus de 370.000 morts depuis 2011.

Plusieurs pays interviennent militairement en Syrie. Les soldats américains, déployés pour aider les Kurdes face au groupe jihadiste Etat islamique (EI), ont reçu l’ordre de partir. Abandonnés face aux forces turques, les Kurdes ont appelé dimanche à l’aide le régime de Bachar al-Assad, soutenu sur le terrain par la Russie mais aussi l’Iran.

L’offensive turque a provoqué un tollé international et le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir à nouveau mercredi. Le vice-président américain Mike Pence va partir pour la Turquie “dans les prochaines 24 heures” pour négocier un cessez-le-feu.

AFP / Gal ROMA Carte du nord-est de la Syrie montrant les derniers événements sur la zone d’affrontement et les dates-clés au 15 octobre

La Turquie a toutefois assuré qu’elle poursuivrait son opération “avec ou sans le soutien” du monde, dénonçant le “sale marché” conclu entre les forces kurdes et le régime Assad.

Son objectif affiché: la création d’une “zone de sécurité” de 32 km de profondeur le long de sa frontière, qui permettra notamment de rapatrier une partie des 3,6 millions de réfugiés syriens installés en Turquie.

Depuis le 9 octobre, les forces turques et leurs supplétifs syriens ont pris le contrôle d’une bande frontalière de près de 120 km. Une ville clé reste à conquérir, celle de Ras Al-Aïn.

C’est là où les combats les plus violents se concentrent, les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les YPG, opposant une résistance acharnée en utilisant un réseau de tunnels. En soirée, les affrontements se sont poursuivis dans l’ouest de Ras al-Aïn et près de la ville de Tal Abyad conquise par les forces turques, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

– Pas de combats syro-turcs –

AFP / Ozan KOSE Photo prise le 15 octobre 2019 depuis la ville turque de Ceylanpinar, montrant de la fumée s’élever au dessus de la ville syrienne de Ras al-Aïn

A l’appel des Kurdes, les forces du régime se sont déployées dès lundi dans des secteurs du Nord, notamment à Minbej où les soldats syriens ont hissé le drapeau national, après le retrait des soldats américains.

Dans ce contexte explosif, la Russie a souligné qu’elle ne permettrait pas des combats entre les armées turque et syrienne. Ils “ne sont dans l’intérêt de personne et seraient inacceptables”, a déclaré l’émissaire russe pour la Syrie, Alexandre Lavrentiev.

La police militaire russe mène d’ailleurs “des patrouilles le long de la ligne de contact” entre les forces syriennes et turques dans le secteur de Minbej, selon Moscou.

Deux soldats turcs ont toutefois été tués selon Ankara par des obus tirés depuis la région de Minbej, où de violents combats nocturnes avaient opposé les forces d’Ankara aux Kurdes.

SYRIAN TV/AFP / – Captures écran d’images de la télévision d’Etat syrienne diffusées le 15 octobre et présentant des habitants de Minbej avec des drapeaux et des portraits de Bachar al-Assad

En sept jours, 71 civils, 158 combattants des FDS ainsi que 128 combattants proturcs ont été tués, d’après l’OSDH.

Ankara a déploré la mort de six soldats en Syrie ainsi que de 20 civils par des tirs de roquettes sur des villes turques en provenance de Syrie.

De plus, l’offensive a provoqué l’exode de 160.000 personnes d’après l’ONU.

– Pence en Turquie –

Les autorités kurdes se sont alarmées de l’arrêt des activités de “toutes” les ONG internationales et le retrait de leurs employés du secteur, qui accueille plusieurs camps de déplacés déjà sous pression.

L’ONG Médecins sans frontières a dit avoir dû “suspendre la majorité de ses activités et évacuer tout son personnel international”.

Les agences de l’ONU poursuivent elles leurs opérations, malgré la situation dangereuse.

Après avoir annoncé le départ du nord syrien de près d’un millier de soldats américains, les Etats-Unis ont adopté des sanctions contre des ministres turcs mais cherchent dans le même temps à sauver leur alliance historique avec la Turquie qui accueille des bases américaines stratégiques.

“Notre objectif numéro un est de déployer notre diplomatie pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu”, a dit un responsable américain en annonçant la visite de M. Pence en Turquie.

Suivant l’exemple de plusieurs pays occidentaux, la Grande-Bretagne a annoncé la suspension des exportations vers la Turquie d’armes “qui pourraient être utilisées” dans son offensive.

Paris et d’autres capitales européennes ont dit en outre craindre la fuite de jihadistes de l’EI détenus par les Kurdes à la faveur de cet assaut.

Mais un responsable américain a assuré que Washington n’avait pas “constaté à ce stade d’évasion majeure” de prisonniers de l’EI.

Un responsable kurde a néanmoins rapporté une nouvelle tentative d’évasion de femmes et d’enfants de jihadistes du camp de déplacés d’Al-Hol dans le nord syrien, soulignant que les fugitifs avaient été rattrapés.

« l’urgence pousse les Kurdes à se retourner vers Assad et la Russie »


YPG-et-régime-Syrien2

En Syrie, « l’urgence pousse les Kurdes à se tourner vers Assad et la Russie »

La Turquie a déclenché, le 9 octobre, une offensive militaire visant à éliminer l’influence des forces à dominante kurde dans le nord-est syrien. Dans un tchat, notre envoyé spécial, Allan Kaval, a répondu à vos questions sur le conflit et ses implications.

 

Publié 14.10.2019 

 

Des forces pro-Turques lors des combats dans la ville de Ras al-Ain, au nord-est de la Syrie.
Des forces pro-Turques lors des combats dans la ville de Ras al-Ain, au nord-est de la Syrie. NAZEER AL-KHATIB / AFP

La Turquie a lancé une offensive dans le nord-est de la Syrie, mercredi 9 octobre, après le retrait américain et malgré de vives critiques internationales. Un premier bilan fait état, lundi 14 octobre, de 104 combattants kurdes et plus de 60 civils tués, selon les Nations unies. Plus de 130 000 personnes ont déjà été déplacées. Les Kurdes de Syrie, lâchés par les Etats-Unis, ont annoncé, dimanche 13 octobre, avoir conclu un accord avec le régime de Bachar Al-Assad pour le déploiement de l’armée syrienne dans le nord du pays, afin de s’opposer à l’avancée rapide des troupes turques et de leurs alliés. Notre journaliste Allan Kaval, qui a passé plusieurs jours dans le nord-est syrien, a répondu à vos questions lors d’un tchat.

Yoann : Les forces kurdes annoncent que l’armée turque est renforcée par d’anciens soldats djihadistes. Quelles relations la Turquie entretient-elle avec Daech et les islamistes ?

Ankara soutient, depuis le début de la guerre civile syrienne, plusieurs groupes d’opposition très divers mais qui sont tous marqués par une certaine coloration islamiste. Ces groupes ont pris les armes en vue de renverser Bachar Al-Assad. Avec le renforcement du régime et l’éloignement de l’horizon révolutionnaire, elles sont maintenant des milices supplétives servant l’obsession stratégique de la Turquie depuis au moins quatre ans : affaiblir, voire éliminer toute influence des forces à dominante kurde dans le nord-est du pays.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Moscou espère pouvoir tirer profit de l’offensive turque dans le Nord syrien

KipeufRkoi ? : Suite à l’inaction américaine et du fait des incapacités européennes, quel pourrait être le rôle de la Russie ?

La Russie n’a jamais totalement coupé les ponts avec les autorités kurdes syriennes, qui ont elles-mêmes toujours entretenu des lignes de communication et de négociation avec le régime de Damas, protégé par Moscou. On ne peut douter que la Russie joue un rôle central dans la construction de la relation à venir entre les autorités à dominante kurde et le régime de Bachar Al-Assad. Toutefois, la Russie ne peut se mettre totalement Ankara à dos. Conserver de bonnes relations avec la Turquie, ne pas la contraindre dans ses plans de manière trop forte, permet à Moscou d’enfoncer encore davantage un coin entre Ankara et ses partenaires de l’OTAN.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Donald Trump retire du Nord-Est syrien la quasi-totalité des forces spéciales américaines

GN : En combien de temps la Turquie peut-elle conquérir le nord de la Syrie ? Quelle serait ensuite l’administration de cette zone ?

Le problème, c’est que les alliés occidentaux des YPG (unités de protection du peuple), qui sont la composante kurde dominante des Forces démocratiques syriennes (FDS), ont renoncé à les défendre depuis le début de l’offensive. Au contraire, ils se retirent. L’opération turque en cours n’aurait pas pu avoir lieu sans le blanc-seing donné à M. Erdogan par M. Trump.

« C’est une guerre asymétrique qui illustre un rapport de force très déséquilibré entre les belligérants et qui est favorable à la Turquie et à ses alliés. »

Malgré une frappe turque contre une implantation militaire de la coalition internationale où étaient présents des militaires français et américains – frappe qui n’a pas fait de victimes –, il n’est pas envisageable pour les principales nations membres de la coalition – qui font, comme la Turquie, partie de l’OTAN – d’avoir une posture agressive à l’égard d’Ankara. Contrairement aux milices islamistes déployées par la Turquie qui sèment la terreur dans le nord-est syrien avec l’appui de l’artillerie, de l’aviation et des moyens techniques des forces armées turques, les FDS sont parfaitement démunies. Une haute responsable kurde de Syrie me confiait encore, samedi, que les FDS avaient dû passer en « mode guérilla ». C’est une guerre asymétrique qui illustre un rapport de force très déséquilibré entre les belligérants et qui est favorable à la Turquie et à ses alliés. Reste maintenant à voir comment les forces du régime Assad, qui se déploient dans le nord du pays à l’appel des FDS, vont transformer les termes de l’équation…

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Des miliciens syriens pro-Turcs accusés d’exécutions de civils

Travailleur acharné : Cette offensive ne sacre-t-elle pas la victoire totale de Bachar Al-Assad dans cette guerre civile ?

Bachar Al-Assad boit du petit-lait. Si l’on observe la situation d’un œil cynique, on comprend qu’il a profité de l’intervention de la coalition contre l’Etat islamique avec les Forces démocratiques syriennes (FDS) pour voir le territoire syrien débarrassé de toute emprise territoriale djihadiste. Et qu’il a ensuite profité des obsessions stratégiques turques et des flottements au sein du pouvoir à Washington pour qu’une opération lancée par Ankara se traduise, en définitive, par le retrait de cette même coalition.

Avec son parrain russe, il devient alors le seul recours des FDS et investit des territoires dont il n’aurait pu reprendre le contrôle dans d’autres circonstances. L’objectif de Bachar Al-Assad est d’imposer de nouveau son autorité sur l’ensemble du territoire syrien. Prises dans leurs intérêts stratégiques irréconciliables et par l’impossibilité d’une confrontation directe entre elles, les grandes puissances qui gravitent autour de la crise syrienne font le travail pour lui.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Revirement américain sur les Kurdes syriens : « Un Munich des temps modernes »

Qwinmore : Quels sont les différents moyens de pression dont la France peut faire usage contre la Turquie pour l’inciter à renoncer à cette opération militaire ?

Paris se veut en pointe de l’opposition internationale à l’intervention turque. Face à Ankara, la France entend utiliser son influence au niveau de l’Union européenne pour pousser des prises de position fortes ou la mise en place de régimes de sanction. Elle œuvre aussi au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU pour accroître le niveau de pression internationale sur la Turquie, imposer un cessez-le-feu, une zone de non survol…

Lire aussi La France suspend les exportations vers la Turquie de « matériels de guerre susceptibles d’être employés » en Syrie

Mais ces efforts diplomatiques se déploient dans une temporalité qui n’est pas celle des évolutions sur le terrain qui, elles-mêmes, créent des situations de fait accompli sur lesquelles il sera impossible de revenir. Ankara pousse son avantage en profitant de l’incapacité des alliés des Forces démocratiques syriennes (FDS) à agir. Et ce, d’autant plus que c’est le dirigeant premier de ces alliés, le président américain Donald Trump, qui, contre l’avis de son administration, a rendu possible cette opération…

Quoi qu’il en soit, la forme que pourrait prendre une quelconque solution politique ou diplomatique portée par de tels efforts reste extrêmement floue. Il semble qu’il soit désormais trop tard et que l’urgence de la situation a poussé les FDS à cesser d’attendre quoi que ce soit de ses partenaires les plus proches pour se tourner vers la Russie et le régime syrien, quitte à perdre un large partie de leur autonomie

A Kamechliyé, un homme gravement brûlé se fait soigner à l’hôpital, le 13 octobre. Il était dans le convoi de civils bombardé par l’armée turque.
A Kamechliyé, un homme gravement brûlé se fait soigner à l’hôpital, le 13 octobre. Il était dans le convoi de civils bombardé par l’armée turque. LAURENCE GEAI POUR « LE MONDE »

Dr. Folamour : Quelle est l’intensité des combats en cours ?

Au cours des dernières heures, et d’après des sources ouvertes, les tensions montent autour de la ville de Manbij, véritable nœud entre les zones tenues par les Forces démocratiques syriennes (FDS), celles tenues par le régime syrien et celles dominées de longue date par la Turquie dans le nord de la Syrie. La reprise de Manbij est un objectif formulé par Ankara depuis 2016 et la victoire que les FDS ont obtenue face à l’Etat islamique (EI) avec le soutien de la coalition.

« Manbij qui pourrait être le théâtre d’un face-à-face dangereux entre la Turquie et le régime syrien où les FDS à dominante kurde seraient un acteur de deuxième plan. »

Or, face à la menace turque, ces dernières ont invité le régime syrien à investir la ville et ses environs. D’après les déclarations de l’exécutif turc, c’est Manbij qui pourrait être le théâtre d’un face-à-face dangereux entre la Turquie et le régime syrien où les FDS à dominante kurde seraient un acteur de deuxième plan. Par ailleurs, la ville de Ras Al-Aïn, historiquement mixte avec des populations arabe et kurde, est toujours disputée entre les supplétifs d’Ankara et les FDS. Après la frappe turque contre un convoi civil, dimanche 13 octobre, de nouveaux tirs d’artillerie ont été relevés ce lundi après-midi. Près de Tal Abyad, les forces supplétives turques accroissent leur emprise. Outre Manbij, les forces du régime syrien poursuivent leur déploiement dans le nord-est à l’invitation des FDS. Elles ont repris le contrôle de leur base d’Aïn Issa, au nord de Rakka où les unités des forces kurdes ont levé le drapeau syrien. Pour un suivi régulier des évolutions de terrain, je vous conseille de consulter ce site qui agrège les derniers développements sur une carte interactive.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Syrie : à Tel Tamer, la peur de ceux qui vont au front ou qui le fuient

Des centres situés à l’extrême est de la Syrie appartenant aux gardes de la révolution iranienne, ciblés par …


Le-Prince-Abou-Ossama-Attounsi

Unité des médias militaires du Hezbollah: Israël a bombardé l’est de la Syrie

Al-Qods Al-Arabi- 09 septembre 2019

(…)
« L’ennemi a pris pour cible un camp en construction dans lequel l’armée syrienne et ses alliés devaient loger les soldats loin des maisons des civiles », a déclaré une unité des médias (Hizbollah) citant une source de sécurité syrienne.

Il a précisé que l’incident s’est produit dans la région d’Al-boukamal.
Israël est préoccupé par l’influence croissante de l’Iran dans la région par le biais de groupes armés alliés dans des pays tels que la Syrie, l’Irak et le Liban. Il affirme avoir mené des centaines de frappes en Syrie, vouloir empêcher la présence militaire permanente de l’Iran en Syrie et avoir frappé des chargements d’armes sophistiqués en route vers le Hezbollah soutenu par l’Iran.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle n’avait aucun commentaire sur les informations externes.

وحدة الإعلام الحربي لحزب الله: إسرائيل قصفت شرق سوريا

قالت وحدة الإعلام الحربي نقلا عن مصدر أمني في سوريا “استهدف العدو معسكرا قيد الإنشاء للجيش السوري وحلفائه، لإيواء الجنود بعيدا عن بيوت المدنيين… كان المبنى خاليا وقت الاستهداف ولا توجد إصابات ابدا خلافا لما روج له إعلام العدو”.

وأضافت أن الواقعة حدثت في منطقة البوكمال.
وإسرائيل قلقة من نفوذ إيران المتنامي في المنطقة من خلال جماعات مسلحة متحالفة معها في دول منها سوريا والعراق ولبنان. وتقول إنها نفذت مئات الضربات في سوريا وتريد منع إيران من أن يكون لها وجود عسكري دائم في سوريا ووجهت ضربات لشحنات أسلحة متطورة كانت في طريقها إلى حزب الله الذي تدعمه إيران.

وقال الجيش الإسرائيلي إنه لا يعلق على التقارير الخارجية.

 

Le directeur de l’OSDH : Tous les morts sont de nationalité non syrienne, parmi lesquels des iraniens et des irakiens. Les centres ciblés à l’extrême est de la Syrie appartiennent aux gardes de la révolution iraniens, ainsi que trois quartiers généraux militaires et un dépôt de munitions.

9 septembre 2019-OSDH

Le directeur de l’OSDH: Tous les morts appartenaient à des nationalités non syriennes, parmi lesquels des iraniens et des irakiens, les centres ciblés situés à l’extrême est de la Syrie et appartenant aux gardes de la révolution iraniens, ainsi que trois quartiers généraux militaires et un dépôt de munitions. L’ouverture du point de passage (Al-Qae’m) a été reportée à la demande de la coalition internationale, les avions qui ont ciblé la région sont, jusqu’à cet instant, inconnus. Israël a bombardé auparavant, le 17 juin 2018, la région, causant la mort de plus de 50 personne dont des éléments du Hachd Chaabi irakien et certaines milices syriens pro-iraniens. La frappe est contre l’Iran sur la route Téhéran-Beyrouth en passant par Al-Boukamal, l’Iran essaie d’encourager les civils de la région en utilisant le sectarisme et tente de le mobiliser à l’intérieur des terres syriennes, en particulier dans les tribus de cette région.

مدير المرصد السوري: جميع القتلى من جنسيات غير سورية بينهم إيرانيين وعراقيين، المراكز المستهدفة أقصى شرق سوريا تابعة للحرس الثوري الإيراني بالإضافة لثلاثة مقرات عسكرية ومستودع للذخيرة

 OSDH – 9 -سبتمبر,2019

مدير المرصد السوري:: جميع القتلى من جنسيات غير سورية بينهم إيرانيين وعراقيين، المراكز المستهدفة أقصى شرق سوريا تابعة للحرس الثوري الإيراني بالإضافة لثلاثة مقرات عسكرية ومستودع للذخيرة، الاستهداف كان لإحدى النقاط بالقرب من المعبر الذي كان من المفترض أن يبدأ العمل به يوم أمس الأول إلا أن تم تأجيل افتتاح هذا المعبر بناءً على طلب من التحالف الدولي، الطائرات التي استهدفت المنطقة حتى اللحظة مجهولة، إسرائيل سابقاً قصفت تلك المنطقة في الـ 17 من شهر يونيو / حزيران من العام الفائت ما أدت لمقتل أكثر من 50 كان من بينهم عناصر من الحشد الشعبي العراقي وبعض الميليشيات السورية الموالية لإيران، الضربة موجهة لإيران على طريق طهران – بيروت مروراً بالبوكمال، إيران تحاول تشجيع المدنيين في تلك المنطقة عبر الاغرائات المالية، نحن بعيدين كل البعد عن الطائفية ولكن إيران هي التي استخدمت الطائفية وتحاول تجييش الطائفية داخل الأراضي السورية وتحديداً في العشائر بتلك المنطقة.

Syrie: au moins 40 chefs jihadistes tués par une frappe américaine près d’Idleb


 

Syrie: au moins 40 chefs jihadistes tués par une frappe américaine près d’Idleb

Par RFI

Omar HAJ KADOUR / AFP

Au moins 40 chefs jihadistes ont été tués samedi 31 août dans des tirs de missiles contre leur réunion, près de la ville d’Idleb dans le nord-ouest de la Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). L’attaque a été confirmée par le Pentagone, qui a affirmé que ses forces avaient visé « des leaders d’al-Qaïda responsables d’attaques menaçant des citoyens américains »*.

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

L’attaque, qui a eu lieu à l’est de la ville d’Idleb, chef-lieu de la province éponyme, est intervenue au premier jour d’une trêve relativement respectée, annoncée par l’armée russe.

Sept puissantes explosions ont été entendues et des colonnes de fumée se sont élevées vers les nuages.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré que des ambulances se sont rendues sur le site visé dont l’accès a été interdit aux journalistes.

La région prise pour cible est un fief de Hurras al-Dine et d’autres groupes jihadistes qui tournent dans son orbite. Ils y disposent de camps d’entraînement et d’autres infrastructures.

Hurras al-Dine, qui signifie en arabe les « Gardiens de la religion », est né en février 2018 d’une scission de Hayat Tahrir al-Cham (HTS), l’ex-branche d’al-Qaïda en Syrie.

Le groupe, qui a entraîné dans son sillage d’autres mouvements extrémistes, a été adoubé par le chef d’al-Qaïda Ayman al-Zawahiri. Il compte dans ses rangs des milliers de combattants dont de nombreux Jordaniens et Saoudiens.

Le 30 juin dernier, six commandants** de Hurras al-Dine, ont été tués dans une frappe dans la région d’Alep.

 

*Abdul Razzaq Ghafir, chef du département de documentation et d’information de l’hôpital spécialisé en chirurgie chirurgicale d’Idleb, a déclaré qu’une explosion soudaine s’était produite dans la partie nord de la province d’Idleb, probablement à cause de l’aviation internationale de la coalition.
Ghafir a ajouté à Enab Baladi que le bombardement avait tué deux personnes, dont un civil, et en avait blessé 20 autres, y compris des femmes et des enfants.

**Le bombardement de la Coalition internationale du siège de l’organisation des Gardiens de la religion a tué  “Abu Omar al-Tunisi”, ainsi que le dirigeant “Abu Dhar al-Masri”  le dirigeant “Abu Yahya al-Jazairi”, et «Abu Dujana al-Tunisi», qui a entraîné la perte de la ligne dure des «gardes de la religion» des personnalités et symboles influents

أمريكا تعلن استهداف موقع لتنظيم “القاعدة” في إدلب

دخان متصاعد من موقع تعرض لقصف لطيران التحالف في ريف إدلب - 31 من آب 2019 (عنب بلدي)

دخان متصاعد من موقع تعرض لقصف لطيران التحالف في ريف إدلب – 31 من آب 2019 (عنب بلدي) دخان متصاعد من موقع تعرض لقصف لطيران التحالف في ريف إدلب – 31 من آب 2019 (عنب بلدي)

 

أعلنت الولايات المتحدة الأمريكية استهداف موقع عسكري لتنظيم “القاعدة” في محافظة إدلب.

وقالت القيادة المركزية الأمريكية التابعة لوزارة الدفاع اليوم، السبت 31 من آب، إن “قوات أمريكية وجهت ضربة لمنشأة تابعة لتنظيم القاعدة شمالي إدلب في سوريا، يوم السبت، في هجوم استهدف قيادة التنظيم”.

ونقلت وكالة “رويترز” عن مسؤول العمليات الإعلامية في القيادة المركزية، اللفتنانت كولونيل إيرل براون، قوله “استهدفت العملية قادة تنظيم القاعدة في سوريا المسؤولين عن هجمات تهدد المواطنين الأمريكيين وشركاءنا والمدنيين الأبرياء”.

واستهدف قصف جوي منذ ساعات بناء مؤلفًا من طابقين في الريف الشمالي لإدلب بالقرب من بلدة كفريا، قالت مراصد عسكرية تابعة لفصائل المعارضة إنه من طيران يتبع للتحالف الدولي، الذي تقوده الولايات المتحدة الأمريكية.

وقال “المرصد 20″ التابع لـ”الجبهة الوطنية للتحرير” لعنب بلدي إن مدجنة الحسناوي (بناء مؤلف من طابقين) الواقعة في ريف إدلب الشمالي بالقرب من بلدة كفريا، تعرضت لقصف من طيران التحالف الدولي “أقلع من طائرة أنجرليك الواقعة في جنوب تركيا”.

فيما قال رئيس قسم التوثيق والإعلام في المشفى الجراحي التخصصي بإدلب، عبد الرزاق غفير، إن انفجار مفاجئ حدث منتصف اليوم، في النقاط الشمالية لمحافظة إدلب، يرجح أنه من طيران التحالف الدولي.

وأضاف غفير، لعنب بلدي، أن القصف أسفر عن مقتل شخصين أحدهما مدني، وإصابة 20 آخرين بينهم نساء وأطفال.

وتناقلت حسابات جهادية عبر “تلغرام” أن الموقع المستهدف هو معسكر لفصيل “أنصار التوحيد”، وتوجد فيه عائلات مقاتلين ومعهد شرعي، بالإضافة إلى عائلات نازحة من مناطق ريف إدلب الجنوبي.

وليست المرة الأولى التي تتعرض فيها محافظة إدلب لهكذا نوع من الاستهدافات، وسبق أن قصف التحالف الدولي، في 30 من حزيران الماضي، مواقع قال إنها لتنظيم “حراس الدين” (فرع تنظيم القاعدة في سوريا) في ريف حلب الغربي.

وأسفر قصف التحالف الدولي لمقر “تنظيم حراس الدين”، حينها، عن مقتل قاضي الحدود والتعزيرات “أبو عمر التونسي”، بحسب ما ذكره مصدر مطلع على شؤون الجماعة لعنب بلدي، إلى جانب القيادي “أبو ذر المصري” والقيادي “أبو يحيى الجزائري”، و”أبو دجانة التونسي”، الأمر الذي أدى إلى فقدان التيار المتشدد في “حراس الدين” أبرز شخصياته المؤثرة ورموزه

ويأتي ما سبق في ظل وقف إطلاق النار الذي أعلنت عنها روسيا وقوات النظام السوري، بدءًا من اليوم.

حاليًا، يمكن اعتبار “تنظيم حراس الدين” الممثل الوحيد لتنظيم “القاعدة” في سوريا، بعد أن كانت “جبهة النصرة” الوريث الوحيد له في الحرب السورية، والتي فكت الارتباط عنه في تموز 2016 في أثناء الإعلان عن “جبهة فتح الشام” من قبل “أبو محمد الجولاني”.

“مجموعة خراسان” كان قد تردد اسمها في عام 2014 أيضًا كتشكيل جهادي مرتبط بتنظيم “القاعدة” الأم في سوريا، والتي تعرضت لضربات بصواريخ “كروز” من بارجات أمريكية في الخليج والبحر الأحمر في شهر أيلول 2014 في منطقتين بريف حلب الغربي.

ومنذ ذلك الحين لم تتوفر سوى معلومات قليلة عن مجموعة “خراسان” الغامضة، لكن دبلوماسيين أمريكيين اطلعوا على معلومات سرية تتعلق به.

وقال مسؤولون أمريكيون، في أيلول 2014، إن مجموعة خراسان تضم حوالي 20 “متمرسًا” من عناصر تنظيم القاعدة في منطقة الشرق الأوسط وجنوب آسيا وشمال إفريقيا، والذين أرسلهم أيمن الظواهري، زعيم القاعدة في باكستان، إلى سوريا.

%d bloggers like this: