La satisfaction et l’émotion se lisaient dans les sourires de la militante Abeer Farhood, ancienne détenue torturée dans les geôles de Bachar al-Assad, et de l’avocat Anwar al-Bunni, chasseur acharné de tortionnaires du régime syrien. Tous deux réfugiés en Allemagne, ils participaient à la visioconférence de presse organisée par le European Center for Constitutional and Human Rights (ECCHR) à la veille d’un moment historique : l’ouverture ce jeudi à la haute cour régionale de Rhénanie-Palatinat, à Coblence, du procès de deux anciens officiers des services de renseignements à Damas. Anwar Raslan, 57 ans et Eyad al-Gharib, 43 ans, arrêtés en février 2019 en Allemagne où ils avaient obtenu le droit d’asile dès 2014, sont jugés pour «crime contre l’humanité».

A lire aussi : Torture en Syrie : «Les tabassages se déroulaient deux fois par jour»

Malgré la crise du coronavirus et le confinement en Allemagne, la haute cour régionale de Rhénanie-Palatinat a décidé de maintenir le procès à la date prévue, en raison de son importance. Un dispositif de séparation sanitaire est prévu au tribunal où l’accès du public et de la presse est très restreint. «Mais cinq des huit plaignants que je représente seront présents à l’ouverture du procès», indique Patrick Kroker, l’avocat intervenant pour l’ECCHR. L’organisation défend au total seize victimes et témoins de tortures qui se retrouvent face à leurs anciens tortionnaires dans ce procès dit «Al-Khatib», du nom de la branche des services de renseignement syriens dans lesquels opéraient les deux accusés. Le plus gradé d’entre eux, Anwar R., comme préfèrent le désigner les avocats, «n’est pas un petit poisson», fait valoir Wolfgang Kaleck, secrétaire général de l’ECCHR. Le colonel est accusé de complicité de torture sur plus de 4 000 détenus. Et parmi eux, Anwar Al-Bunni, qui, en 2015 à Berlin, a repéré par hasard celui qui fut son tortionnaire pendant cinq ans, entre 2006 et 2011. Eyad A., le deuxième accusé, aurait pris part aux supplices subis par une trentaine de prisonniers.

Un système de torture méthodique

«Cet aboutissement n’est pas le fruit d’un travail, mais le combat de ma vie et celui de ma famille», dit Al-Bunni. L’avocat des droits de l’homme qui a fondé le Centre syrien pour les études et recherches légales fait partie d’une fratrie d’opposants au pouvoir des Assad en Syrie. Comme lui, ses cinq frères et sa sœur ont séjourné dans les prisons du régime, à plusieurs reprises et pendant de longues périodes, depuis les années 1980. Car c’est tout un système de torture méthodique pratiquée depuis des décennies dans les geôles syriennes qui doit être jugée au procès de Coblence. Il s’agit d’y déterminer le fonctionnement de l’appareil sécuritaire et permettre de remonter la hiérarchie des donneurs d’ordre de la machine à torturer. Des tortures jusqu’à la mort souvent, comme l’ont révélé les milliers de clichés sortis par «César», nom de code d’un ancien photographe des pénitenciers chargé d’archiver les corps numérotés des tués en prison. «Les victimes veulent que le monde entier découvre et reconnaisse aujourd’hui la vérité sur ce système criminel», insiste Patrick Kroker.

A lire aussi : Damas recrache ses listes de suppliciés

Plusieurs organisations syriennes et internationales des droits de l’homme sont mobilisées depuis 2012 pour poursuivre en justice les criminels du régime syrien. «Nous avons soutenu ces dernières années les groupes militants syriens qui ont fait un travail d’enquête formidable pour identifier les coupables après avoir retrouvé les victimes et recueilli leurs témoignages», indique Steve Kostas. L’avocat qui représente six autres anciens détenus syriens au procès de Coblence intervient pour l’Open Society Justice Initiative, une autre ONG qui a aidé à monter les dossiers contre les deux prévenus en Allemagne. Il suit par ailleurs une douzaine d’autres cas en cours en Europe. «L’important pour les Syriens est de voir comment une justice indépendante peut agir dans le cadre d’un Etat de droit, dans l’espoir qu’un jour cela puisse se faire en Syrie», affirme-t-il. Le procès «Al-Khatib» est en effet le premier du genre visant les crimes du régime de Bachar al-Assad. En France, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur le cas de deux Franco-Syriens, Mazen Dabbagh, 57 ans, et son fils Patrick, 22 ans, arrêtés à Damas en 2013 et qui seraient morts sous la torture.

A lire aussi : Paris poursuit des dignitaires syriens pour «crimes de guerre»

«C’est un petit pas sur une longue route vers la justice», dit Abeer Farhood qui s’apprête à assister au procès à Coblence. «Si l’on parvient à une condamnation des premiers coupables, on n’aura pas totalement perdu notre révolution», ajoute la jeune militante arrêtée quelques mois au début de l’année 2012 pour avoir participé à des manifestations.

A lire aussi : La machine à torturer syrienne révélée