Syrie: Moscou échoue à l’ONU à faire réduire l’aide humanitaire transfrontalière


 

Syrie: Moscou échoue à l’ONU à faire réduire l’aide humanitaire transfrontalière

Le Conseil de sécurité de l'ONU à New York.
Le Conseil de sécurité de l’ONU à New York. Stephane LEMOUTON / POOL / AFP
Texte par : RFI

Deuxième manche du bras de fer au Conseil de sécurité ce mercredi soir 8 juillet soir sur la reconduction des points de passage transfrontaliers de l’aide humanitaire en Syrie. Russie et Chine avait refusé le renouvellement des deux points actuellement en service, par lesquels transitent l’aide vers le nord-ouest du pays, Moscou avait alors avancé une contre-proposition pour un seul point, qui a été rejetée.

Avec notre correspondante à New York, Carrie Nooten

Les vetos russe et chinois au renouvellement des deux points transfrontaliers, entre le nord-ouest de la Syrie et la Turquie, ont choqué ce mercredi soir à New York. Mais sept membres sur 15 du Conseil de sécurité ont décidé de ne pas capituler immédiatement face au cynisme russe.

Les ordres venus de leurs capitales ont été assez clairs : il fallait signaler qu’il était impossible de fermer le point d’accès vers Alep, où 300 000 civils ont été obligés de se réfugier après la dernière offensive du régime d’Assad.

Quatre pays se sont abstenus : la Tunisie, le Niger, l’Indonésie et Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Seuls le Vietnam et l’Afrique du Sud ont décidé de voter en faveur de la proposition russe.

Un peu plus tôt dans la journée, les États-Unis avaient été formels : laisser ces deux points de passage ouverts était une ligne rouge à ne pas franchir, particulièrement en ces temps de pandémie.

Le dispositif expire ce vendredi

Le Conseil s’est divisé ce mercredi et les observateurs pensent que certains pays négociant avec la Russie sur d’autres fronts n’étaient pas prêts à s’attirer ses foudres, ou que d’autres préfèrent simplement assurer au moins un point de passage d’aide humanitaire, que de voir les deux points fermés.

Le dispositif de passages transfrontaliers a été mis en place en 2014, trois ans après le début de la guerre en Syrie. Il est renouvelé régulièrement. Il expire ce vendredi 9 juillet.

À lire aussi : Syrie: le double veto russo-chinois à l’ONU, «un blocus contre la population»

La « Brigade Al-Baqer » pro-iranienne propage le chiisme et recrute des enfants dans ses rangs à Alep en Syrie


 

Non-à-l'Iran

7/1/2020
Antakya – « Al-Quds Al-Arabi »

La «brigade Al-Baqer» pro-iranienne propage le chiisme dans la ville d’Alep et recrute des enfants dans ses rangs. Fondée par Khaled Ali Al-Hussein, avec son frère Omar Al-Hussein. Khaled est l’un des cheikhs de la tribu Al-Baggara, tandis que son frère Omar est membre de l’ancienne «Assemblée populaire syrienne».
Cette brigade a été créée en 2012, après la mort du père et du frère de Khaled al-Hussein aux mains de «l’Armée syrienne libre» dans la ville d’Alep, où «Haj Khaled» a rencontré des dirigeants du Hezbollah au Liban en 2012, et lui a présenté un projet pour former une «brigade al-Baqer» dont les membres seront de la tribu « al-Baggara ». Haj Khaled a rencontré les cheikhs de Baggara à Damas et leur a présenté le projet, il a été convenu entre eux d’accepter l’offre et de former une brigade.

Le militant Hammam Al-Issa, qui appartient à la tribu « al-Baggara », explique comment certains des fils de la tribu, fidèles au régime syrien, ont été envoyés dans des camps spéciaux pour le Hezbollah au Liban, après quoi ils ont rejoint les rangs de la brigade Al-Baqer, et après leur formation, ils ont été envoyés dans la ville d’Alep, où ils ont marqué leurs point de départ. Le militant note que Haji Khaled Al-Hussein, le chef de brigade, a invité Sheikh Nawaf Al-Bashir à retourner au rang du régime, et la brigade a été élargie après le retour d’Al-Bashir, qui venait de Deir Ez-Zor, et a formé une branche de la brigade du clan al-Baggara à Deir Ez-Zor, le fief du clan.
Il raconte à Al-Quds Al-Arabi: « La brigade Al-Baqer comprend un certain nombre de bataillons militaires déployés à Alep et à Deir Ez-Zor, qui sont: les brigades d’intervention rapide, le bataillon Hajj Shiro, la brigade Haji Hamid, le bataillon Al-Ashrafiya, le bataillon de l’Est, le bataillon du nord, le bataillon Handarat, le bataillon Deir Ez-Zor, le bataillon 313 , la force d’Al-Mahdi, la brigade d’Al-Safira, et le bataillon du Turkan, dont des centaines de ses nouveaux membres ont suivi des cours de formation en Iran au cours du dernier trimestre de 2018 dans des camps spéciaux gérés par les Gardiens de la révolution, et en février dernier, diverses brigades, dont la formation d’infanterie, la guerre urbaine et les armes lourdes, ont terminé leurs entrainement à la campagne d’Al-Safira et la région d’Azan, au sud d’Alep ».
Il convient de noter que la « Brigade d’Al-Baqer » est disséminée à Alep, en particulier dans le quartier d’Al-Marjeh, Bab Al-Nairab, dans le quartier d’Al-Mayssar, Dhahrat Awad, à Al-Baloura, à Tall Shagheib dans la campagne du sud-est, dans la ville de Safira et à Tall Hassel. Des sources ont déclaré que la « Brigade Al-Baqer », qui est soutenue par l’Iran, continue de recruter des jeunes dans la ville d’Alep, au cours de la période récente, environ 300 jeunes hommes ont été recrutés dans les villes d’Alep et Deir Ez-Zor. Ces sources ont déclaré: « Les chefs du Hezbollah libanais, et les chefs des Gardiens de la révolution iraniens, et que le responsable du recrutement est le chef Abu al-Abbas, le frère de Haj Khaled, le commandant de la brigade, et le responsable de la milice de la brigade al-Baqer à Alep. Les sources ont souligné que « la Brigade Al-Baqer recrute des enfants n’ayant pas l’âge légal, et sont envoyés à des Houssayniyyats à Qom pour leur inculquer le chiisme, les entrainer militairement, et leur donner une éducation juridique de la doctrine chiite par des religieux iraniens ».

L’Iran a également utilisé la Brigade Al-Baqer pour diffuser la doctrine chiite, car elle a profité du poids du clan Baggara à Deir Ez-Zor et à Alep pour promouvoir son projet, et a confié des tâches de direction importantes de la brigade à Khaled al-Hussein et Omar al-Hussein, membre de l’Assemblée du peuple du régime syrien.
Le militant Omar Jumaa dit qu’il existe une importante coopération militaire et sécuritaire entre le Hezbollah et la brigade Al-Baqer en Syrie, et Haj Khaled, accompagné de son frère Abu al-Abbas et de Hussam al-Hussein, l’officier des relations de la brigade, qui est le frère de Khaled, le commandant de la brigade, s’est rendu au Liban plus d’une fois, le plus récemment en janvier 2020, où ils ont rencontré les dirigeants du Hezbollah, et il a été convenu entre eux de continuer à former des groupes de la Brigade d’Al-Baqer par le Hizbollah libanais, et d’envoyer des groupes du Hezbollah en Syrie travaillant avec la Brigade d’Al-Baqer, et ce dernier a contribué de manière significative à la création du siège du parti Hizbollah dans la ville d’Alep et à Deir Ez-Zor et à la campagne sud d’Alep, où ce dernier a amené ses familles dans les villages de la campagne sud d’Alep, dont les habitants ont déserté en 2015.
Il ajoute que la milice de la Brigade al-Baqer a participé aux batailles de Deir Ez-Zor contre l’État islamique, et il a eu un grand poids dans ces batailles, et il a également joué un rôle dans les batailles pour contrôler les quartiers est de la ville d’Alep avec le soutien des Gardiens de la révolution iranienne, où Haji Khaled, le responsable de la Brigade al-Baqer, est apparu sur une photo avec Qasim Soleimani à d’Ez-Zor.

3 personnes guéries et 10 nouveaux cas d’infection au coronavirus en Syrie


Coronavirus-Syrie-7

30/6/2020 – Damas

Le ministère de la Santé a annoncé l’enregistrement de 10 nouveaux cas de coronavirus en contact avec des personnes infectées par le virus et de 3 nouveaux cas de guérison.

Dans un communiqué, le ministère de la Santé a souligné que le nombre des cas du coronavirus enregistrés en Syrie a atteint jusqu’à présent 279, dont 105 ont été guéris et 9 sont décédés.

 

Alep:
Après la fermeture des places publiques, la mise en quarantaine des quartiers de Salah El-Din et Khalidiya à Alep.
Le 
correspondant du journal JesrPress à Alep a rapporté que cette mise en quarantaine a été décidée suite à la découverte de deux cas  membre des forces du régime qui se trouvaient auparavant dans la campagne d’Idleb, ainsi que des milices iraniennes, qui avaient été transportés à l’hôpital suite à des essoufflement et d’hyperthermie, car ils étaient infectés par le coronavirus.

Une hausse folle des prix des médicaments provoque la colère des habitants d’Alep


Pénurie-médicaments

 

29 juin 2020
JesrPress: Alep

Le prix des médicaments a augmenté de 300% dans toutes les pharmacies de la ville d’Alep aujourd’hui, provoquant mécontentement et colère; d’autant plus que l’augmentation comprend les médicaments destinés aux propriétaires de maladies chroniques.

Le correspondant de JesrPress dans la ville d’Alep a indiqué que les propriétaires de pharmacies mettent les prix sur les boîtes de médicaments sans respecter les prix publiés par le ministère de la Santé, tout en cachant certains types de médicaments tels que les analgésiques et les antibiotiques, en plus des médicaments pour les patients atteints de diabète, de pression et de cœur.

Notre correspondant a expliqué que certains types de médicaments ont été interrompus et ne sont plus disponibles, et que les prix des médicaments alternatifs sont très élevés et non efficaces, et que certains médicaments pédiatriques tels que Promexen, Infacon, Freesib .. et d’autres médicaments sont devenus indisponibles, et leur prix sera trois fois plus élevé.

Notre correspondant a fait part de la colère et du ressentiment de certaines des personnes qui sont maintenant confrontées à des difficultés pour obtenir des aiguilles d’insuline, des médicaments pour le cœur et de l’hypertension, et s’ils sont disponibles, les prix sont inabordable, voire lel double des prix habituels, mais les patients sont obligés de les acheter!.

Après l’arrestation d’un groupe qui prévoit de manifester … une campagne d’arrestation massive à Alep


 

Libération-des-détenus-dans-prisons-du-régime

20 juin 2020 – JesrPress

Samedi, la ville d’Alep a été le théâtre d’une vaste campagne d’arrestations à la suite de l’interpelation d’une patrouille de la branche du renseignement de l’armée de l’air dans la ville, cinq jeunes hommes accusés de planifier et d’appeler à des manifestations pour dénoncer la détérioration des conditions de vie dans la ville, comme c’est le cas dans toutes les zones contrôlées par le régime d’Assad.

Notre correspondant dans la ville d’Alep a rapporté que les arrestations concernaient les quartiers d’Al-Haidariya, Al-Sakhour, Ba’idin, Tareeq Al-Bab et Masaken Hanano, où trois femmes ont été arrêtées en plus de soixante civils, certains d’entre eux ayant des besoins spéciaux, « une patrouille de la branche du renseignement de l’Air Force a soudainement arrêté les cinq jeunes hommes alors qu’ils marchaient dans la rue, et leur a demandé de montrer leur identité personnelle, et fouillé leurs téléphones portables, pour découvrir des entretiens entre eux, et la surprise ne leur a pas laissé la possibilité de les supprimer ».

Notre correspondant a indiqué que la campagne d’arrestations est intervenue dans les heures qui ont suivi l’arrestation des cinq jeunes hommes, au cours de laquelle les quartiers ont été bouclés et les civils empêchés de pénétrer, alors qu’un grand nombre de membres des services de sécurité du régime ont été déployés, avec des attentes pour terminer la campagne.

 

 

 

Al-Souweida défie les loyalistes .. et Alep rejoint le mouvement


 

Manifestation Souweida 10 juin 2020

Al-Modon-10/06/2020

Pour la quatrième journée consécutive, la ville Al-Souweida , dans le sud de la Syrie, a poursuivi ses manifestations contre le régime, dont les loyalistes ont organisé une marche de soutien, suite à l’arrestation de ses forces de sécurité d’un militant de l’opposition, tandis que le cercle d’interaction avec le mouvement d’Al-Souweida s’est élargi, lors d’une manifestation dans la ville d’Alep, contrôlée par le régime. Mercredi.

La quatrième manifestation consécutive à Al-Souweida a vu une participation croissante des manifestants, où ils ont organisé un sit-in sur la place d’Al-Fakhar au lieu du rassemblement habituel devant le bâtiment du gouvernorat, au cours duquel des dizaines du pro-régime se sont rassemblés dans la marche à laquelle certains participants ont été forcés d’assister sous la menace.

Les manifestants de la place Al-Fakhar ont scandé des slogans appelant à la liberté et à la chute du régime, et ont demandé la libération des prisonniers d’opinion, au premier rang desquels se trouvait Hamoud Aqeel, détenu depuis le 25 mars 2013 et qui est porté disparu, ainsi que le citoyen Nasser Bondoq, détenu depuis le 17 février 2014, et Raed Al-Khatib, arrêté dans le contexte des manifestations de mardi dernier.

Des militants syriens ont diffusé un enregistrement audio sur les réseaux sociaux, dans lequel le chef de la branche du syndicat étudiant du “Parti Al-Baath” à Souweida a menacé les étudiants qui refusaient de participer à la marche « de rendre des comptes », disant: « vous êtes, forcés de participer, de force, et malgré vous, vous devez y aller ».

Selon le réseau « As-Suwayda 24 », la place du gouvernorat a été témoin de tirs à l’arme après la fin de la marche, qui a été menée par un tireur non identifié qui s’est enfui, et les militants de la ville ont considéré que c’était une action délibérée dont l’appareil de sécurité se cache derrière, pour justifier l’escalade contre le mouvement adverse plus tard.

Parallèlement au mouvement d’Al-Souweida, la ville d’Alep a assisté à une manifestation qui a blâmé le régime pour la détérioration de la situation économique et a demandé que des mesures soient prises pour y remédier.

Malgré l’étroitesse de la sécurité, la manifestation a parcouru le quartier de Jamiliyeh, jusqu’à la place Saadallah Al-Jabiri, dans le centre d’Alep, scandant des slogans appelant à une solution à la crise économique et d’éviter d’affamer les citoyens.

Une des mosquées dans le quartier de Jamiliyeh avait été témoin de grands murmures, et certains participants ont quitté la mosquée avant la fin des prières du vendredi cette semaine après qu’un fidèle s’est opposé à la prière du prêcheur de la mosquée en faveur du chef du régime, Bachar al-Assad, le décrivant comme étant plutôt un meurtrier.

Mardi, des manifestations ont eu lieu dans différentes régions de Syrie, en solidarité avec le mouvement populaire s’opposant au régime dans la ville de Souweida, où la ville de Chahba dans la campagne de Souweida a assisté à une manifestation appelant à la chute du régime et au départ de Bachar al-Assad.

Dans la ville voisine de Daraa, la ville de Tafas, dans la campagne occidentale, a poursuivi ses manifestations du soir en solidarité avec Al-Souweida, alors que les participants scandaient des slogans qui soulignaient l’unité nationale du peuple syrien.

Dans la campagne nord d’Alep, des militants ont organisé une manifestation mardi, appelant au renversement du régime, et les participants ont scandé des slogans de la révolution syrienne, exigeant la libération des détenus, et ils ont exprimé leur solidarité avec les manifestations de Souweida.

Le régime réclame aux habitants d’Alep de payer les factures de leurs maisons détruites et coupe l’eau sur Maskana


4 civils tués et 3 autres blessés suite au bombardement aérien russe sur le village de Kafraama dans la campagne d'Alep ouest - 12.2.2020

 

Jesrpress : Alep – 14 mai 2020

Les compagnies d’électricité et d’eau du régime d’Assad obligent les habitants d’Alep à payer les factures d’électricité et d’eau accumulées, même si beaucoup d’entre elles ont perdu leur maison à cause des bombardements du régime et de ses milices en essayant de contrôler les quartiers de l’est de la ville.

Un correspondant du journal a déclaré qu’un certain nombre de citoyens avaient tenté d’obtenir des compteurs d’électricité après s’être installés dans d’autres zones en dehors de leurs quartiers détruites par les bombardements, mais ils étaient choqués par leur incapacité à obtenir des compteurs en raison de l’accumulation de factures de leurs maisons détruites.

Notre journaliste a cité le citoyen « G. Hassan », un ancien résident du quartier d’Al-Mayssar, a déclaré: « Pendant que je me rendais à la compagnie d’Alep Electricié pour obtenir un compteur après avoir déménagé dans un autre quartier, ils m’ont demandé de payer les anciennes factures, en plus d’obtenir l’approbation de sécurité, et de la police et d’autres mesures impossibles ».

Il a ajouté lors de son entretien avec notre correspondant: « Il y avait des dizaines de personnes comme moi que j’ai croisé dans les compagnies d’électricité et d’eau d’Alep, nous étions obligés de payer de vieilles factures, et quand nous disions que nos maisons ont été démolies à cause des bombardements, nous n’osions même pas dire que la raison du bombardement était l’artillerie du régime parce que cela nous exposerait à l’arrestation ».

Dans le même contexte, hier, mercredi, la Water Corporation a coupé l’eau à toute la ville de Maskana et aux villages environnants dans la campagne orientale d’Alep, en raison du retard des populations à payer leurs factures accumulées au cours des dernières années.

Le régime, par le biais de ses institutions affiliées, oblige les habitants de la ville d’Alep et des zones sous son contrôle dans les campagnes à payer les anciennes factures d’eau et d’électricité et les mensualités accumulées en faveur de la « Military Housing Corporation », sous peine d’arrestation pour vol de fonds publics en cas de non-paiement.

Le nombre de personnes infectées par le “Coronavirus” en Syrie est passé à 29 personnes


 

COVID-19-Syrie

14/04/2020 – Enab Baladi

Le ministère de la Santé du gouvernement syrien a annoncé l’augmentation du nombre de personnes infectées par le “Coronavirus” (Covid 19).

Selon un communiqué du ministère, selon ses informations officielles publiées aujourd’hui, mardi 14 avril, quatre nouveaux cas ont été enregistrés en Syrie, portant le nombre total à 29 blessés.

Le ministère a noté que cinq personnes se sont complètement rétablies du virus, tandis que deux personnes sont décédées.

Ministère de la santé: quatre nouveaux cas d’infection à VIH ont été enregistrés, portant à 29 le nombre de cas enregistrés dans le pays, dont 5 ont été récupérés et 2 sont décédés
Gepostet von Ministry of Health – Bureau d’information am Dienstag, 14. avril 2020

Les médias indiquent qu’il y a plus de victimes que le nombre annoncé dans les différents gouvernorats, en particulier avec l’arrivée de personnes infectées dans d’autres pays en provenance de Syrie, comme Karbala en Iraq et au Pakistan.

Pour sa part, le ministre de la Santé du gouvernement du régime, Nizar Yazji, a confirmé la présence d’équipes spécialisées dans chaque gouvernorat de 800 personnes, qui enquêtent sur la présence de tout cas suspect pour le suivre et le traiter.

Yazji a annoncé l’envoi de dispositifs de PCR dans les gouvernorats de Damas, Homs, Alep et Lattaquié pour effectuer des tests de virus, pointant vers l’approvisionnement du reste des centres dans les autres gouvernorats avec ce dispositif à l’étape suivante.

    # Conseil des ministres # Session hebdomadaire _ Ministre de la Santé: “Grâce à la communication avec la Direction de la Santé de chaque gouvernorat, les équipes d’investigation présentent …

Gepostet von ‎رئاسة مجلس الوزراء في سورية‎ am Dienstag, 14. April 2020

Parallèlement, des mesures continuent d’empêcher la propagation du virus, telles que l’arrêt du processus éducatif, la fermeture des marchés et l’arrêt du transport.

Le gouvernement du régime a également imposé un couvre-feu complet de six heures du matin au matin, en plus d’imposer une interdiction totale le vendredi et le samedi de chaque semaine.

Localisation des centres de confinement et d'isolement - Ministrèe de la Santé Syrie-14 av 2020

21 Centres de confinement et 15 d’isolation des personnes avérées contaminées par le coronavirus, ouverts par le régime, dans certaines villes syriennes (Damas et sa campagne, Qoneitra, Daraa,Souweida, Homs, Hama, Alep, Lattaquié, Tartous, Deir Ez-Zor, Al-Hassaka).

Actualisation: Le nombre de personnes déplacées retournant dans leurs régions du nord de la Syrie continue d’augmenter…


Camps de réfugiés syrien

08/05/2020

Le « Groupe des Coordinateurs de l’action » syrien a publié une actualisation annonçant le nombre de personnes déplacées retournant dans leurs villes et villages dans le nord de la Syrie (Idleb et la campagne d’Alep) a atteint à la date d’aujourd’hui, 80 276 déplacé.e.s.

Ceci coïncide avec la poursuite du cessez-le-feu convenu entre la Turquie et la Russie dans la région au cours du mois de mars, et les dangers liés à l’épidémie de Coronavirus qui risque de faire des ravages en raison du nombres de personnes vivant dans l’insécurité sanitaire dans ces camps.

 

Coronavirus-Retour de certains déplacés dans leurs régions-8 avril 2020

Le nombre de personnes déplacées retournant dans leurs régions du nord de la Syrie augmente, à la lumière du calme relatif


 

Camps de réfugiés syrien

04/05/2020
BrocarePress – Idleb

Dimanche, la « Coordination de l’action syrienne » a déclaré dans un rapport que le nombre de personnes déplacées retournant dans leurs villes et villages du nord de la Syrie augmentait considérablement, coïncidant, ainsi, avec la poursuite du cessez-le-feu convenu entre la Turquie et la Russie dans la région.

Il a ajouté que le nombre de rapatriés dans leurs zones à Idleb et dans la campagne d’Alep a atteint 72 613 personnes (13 446 familles), dans 43 villages et villes.

Le rapport indique qu’en conjonction avec ce retour, le Programme alimentaire mondial a annoncé une réduction de la part du panier alimentaire à partir d’avril, en raison du manque de financement limité qu’il avait reçu.

L’équipe a appelé les organisations et les organismes humanitaires travaillant à Idleb à accroître davantage le travail, en particulier dans les zones connaissant le retour des personnes déplacées, et a appelé la communauté internationale à ne pas ignorer les régions du nord-ouest de la Syrie en raison des conséquences humanitaires instables et l’augmentation des craintes liées à la propagation du Coronavirus (COFED-19) dans la région .

L’équipe a précédemment averti les civils retournant dans leurs villages et villes de mines de guerre non explosés qui sont répandus dans de nombreuses régions, et d’informé les spécialistes afin de les détruire.

Il a appelé à une augmentation plus efficace du niveau du secteur de l’eau et de l’assainissement, le taux de déficit atteignant 58%, et a appelé les organisations internationales à accroître également l’efficacité de la sécurité alimentaire dans le gouvernorat d’Idleb en raison du nombre élevé de personnes ayant besoin.

Le gouvernorat d’Idleb a connu un calme relatif depuis l’annonce de l’accord de cessez-le-feu dans la capitale russe, Moscou, entre les parties russe et turque, avec la création d’une zone de passage sûre des deux côtés de la route internationale Alep – Lattaquié (M4).

Depuis l’annonce de l’accord, les avions de guerre russes et du régime syrien sont absents dans le ciel du gouvernorat d’Idleb, et les violations du régime syrien se limitent à l’artillerie et aux tentatives d’infiltration sur les fronts des campagnes d’Idleb et de Hama.

Procédures liées à Coronavirus de Damas à Alep… Couvre-feu le soir et files d’attente pendant la journée


Enab Baladi – 01/04/2020

Avec les routes exemptes de passants et de voitures, et le déploiement de  la sécurité pour l’application des couvre-feux partiel et des mesures de quarantaine en Syrie, laissent à penser que les restrictions et les mesures de prévention contre l’émergence du Coronavirus (COVID-19) sont les plus strictes et le plus efficaces dans le monde.

Mais avec les heures du matin, les files d’attente bondées devant les coopérations municipales de consommation, de boulangeries et de centres de paies pour percevoir les pensions de retraite et les salaires des fonctionnaires, nous racontent le contraire, car une seule personne infectée dans la foule signifie la propagation du virus à un grand nombre de personnes présentes aux rassemblements.

Files d'attente à Alep- Coronavirus syrie mars 2020

Files d’attente devant une boulangerie à Alep.

Enab Baladi a suivi les mesures imposées par le ministère de la Santé en Syrie depuis le début du mois de mars dernier, et nos correspondants, dans un certain nombre de zones contrôlées par le régime, ont surveillé la façon dont la population gère les mesures prises par les autorités syriennes.

Daraa .. Initiatives de sa jeunesse malgré le manque d’engagement de la population
Le gouvernement du régime a suspendu les heures de classe dans ses zones de contrôle comme l’une des mesures préventives pour empêcher la propagation du  “Coronavirus”, mais les élèves de Daraa ne sont pas restés confinés chez eux et leurs rassemblements se sont intensifiés pour jouer à l’extérieur, selon notre journaliste sur place.

Dans une interview avec Enab Baladi, un infirmier (anonyme) a déclaré que les habitants du gouvernorat sont indifférents à l’absence d’annonce de contaminés dans leur région, ajoutant: « S’il y a discrétion sur des contaminations, alors cela est très dangereux ».

Tandis que les jeunes de la ville d’Inkhil ont formé une équipe de bénévoles comprenant des médecins et des étudiants universitaires, dans le but de sensibiliser les résidents de la ville sur le danger de « coronavirus » et de mettre en œuvre les obligations sanitaires fixées par le ministère de la Santé, à travers des publications imprimées et le lancement de campagnes sur les réseaux sociaux.
La campagne a également distribué des désinfectants, de l’alcool et des fournitures médicales pour la prévention aux résidents en fonction des capacités disponibles, et au cas où la situation empirerait, l’équipe s’efforcera d’imposer une quarantaine dans la ville, selon notre correspondant.

Cela a été précédé d’une initiative dans la ville orientale de Karak, dans la campagne orientale de Daraa, lancée par les jeunes de la ville et les personnalités, qui ont convenu de la nécessité de prendre les précautions nécessaires pour prévenir le virus.

 

438

Les rues de la capitale Damas sont vides de piétons pendant le couvre-feu nocturne en raison de «Coronavirus» – 29 mars 2020 (Syrian News)

Damas et sa campagne … Les mesures resserrent les vis économiquement sur les populations

Certaines des mesures prises par le régime pour prévenir l’épidémie de «Coronavirus» ont accru les souffrances économiques des habitants de Damas et de la Ghouta orientale, notamment en forçant les propriétaires de petits magasins à fermer leurs commerces.

Les propriétaires aux revenus limités ne se sont pas conformés à la fermeture des magasins en raison des mauvaises conditions de vie, mais les forces de sécurité intérieure ont effectué des patrouilles pour fermer ces magasins et les sceller avec de la cire rouge et ont infligé des amendes aux contrevenants, ce qui a entraîné une quasi-absence de vie, en particulier dans les régions de la Ghouta orientale.

Muhannad (30 ans) de la population de Ghouta, a confirmé dans son témoignage à Enab Baladi, que sa situation financière est similaire à celle des centaines de familles à l’intérieur de la Ghouta, et il ne peut pas rester à l’intérieur de sa maison sans travail, et le régime ne contribue jamais à subvenir aux besoins de la population.

Zuhair (35 ans), l’un des propriétaires de magasins de télécommunications, a confirmé que les forces du régime ont fait une descente dans son magasin pendant son travail et lui ont infligé une amende financière, et il a également signer l’engagement de ne pas ouvrir le magasin à moins qu’une décision d’ouvrir les magasins n’ait été rendue.

Coronavirus - Rassemblement devant un four - Syrie Mars-2020-
File d’attente-Syrie mars 2020
Personnes en attente devant les caisses du paiement des pensions de retraites et salaires des fonctionnaires prof etc... Syrie mars 2020
Personnes en attente devant les caisses du paiement des pensions de retraites, et salaires des fonctionnaires, prof, etc… Syrie mars 2020

Bien qu’il n’y ait mené aucune campagne de sensibilisation sur le  « Coronavirus », le gouvernement s’est dit satisfait de la décision de fermeture et d’un couvre-feu nocturne et de la mise en place de patrouilles de nuit et de jour pour surveiller la situation sur les marchés et la violation de la décision.

Alors que les boulangeries de Douma et des quartiers de la capitale, Damas, sont très bondées, certains propriétaires de boulangeries ont profité de la situation actuelle en réduisant la vente directe pour les vendre sur des «étales» séparés et en augmentant deux fois le prix normal, dépassant ainsi les 200 livres syriennes alors qu’elles devraient être vendues à 50 livres.

La demande de produits sanitaires, médical et de désinfection a augmenté depuis que le régime a annoncé le premier cas d’infection par le virus en Syrie, ce qui a entraîné une hausse des prix des masques (de 30 à 280 livres syriennes), les désinfectants médicaux (de 200 à 3000 livres) et les gants (de 25 à 200 livres).

Situation économique faible et aucun soutien
L’imposition d’un couvre-feu et la fermeture de magasins de divertissement ou de services et de cafés, sans compensation pour les travailleurs concernés et les travailleurs quotidiens, est une crise majeure, dans un pays qui arrive en tête de la liste des pays les plus pauvres du monde, atteignant 82,5% de la population, selon les données du site international « Web World By Map ».

Le niveau de pauvreté est défini selon certaines critères comme le niveau de revenu le plus bas avec lequel un individu peut assurer un niveau de vie suffisant.

Les chiffres du site correspondent aux chiffres des Nations Unies, la proportion de Syriens sous le seuil de pauvreté étant estimée à 83%, selon son rapport annuel pour 2019, sur les besoins humanitaires les plus importants de la Syrie.

Le rapport indique que 83% de la population vit dans une pauvreté extrême et, par conséquent, a épuisé la résilience de nombreuses personnes dans les communautés les plus touchées de Syrie.

Le rapport indique que 33% de la population syrienne souffre d’insécurité alimentaire et on estime que 11,7 millions de Syriens ont besoin d’une forme d’aide humanitaire, comme de la nourriture, de l’eau, des abris, des soins de santé et de l’éducation.

Les données des Nations Unies indiquent que le plus grand nombre de personnes ayant besoin d’aide se trouve à Alep, suivie par la campagne de Damas, puis Idleb, et que plus d’un million de Syriens ont besoin d’aide mais vivant dans des endroits difficiles d’accès.

Les Nations Unies ont estimé cette année que trois millions de personnes ont besoin d’aide en Syrie pendant l’hiver.

Il est à signaler que le ministère syrien de la Santé a toujours nié tout cas avéré, infecté par le coronavirus jusqu’au 22 mars, date à laquelle il a annoncé un seul cas, puis a atteint dix cas actuellement.

Idleb: les milices iraniennes sont en quarantaine !!


 

Covid-19

Al-Modon – Lundi 30/03/2020

Les forces du régime et les milices étrangères qui leur sont fidèles ont commencé à prendre des mesures pour empêcher la propagation du nouveau virus covid-19 aux principaux points de ses rassemblements dans les régions d’Alep et d’Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie.
Les mesures préventives contre la pandémie coronavirus semblaient être actuellement plus sérieuses, après qu’un grand nombre de personnes ont été infectées, et des dizaines de cas suspects se sont apparus dans les centres médicaux développés dans les zones militaires d’Idleb et d’Alep.

Les procédures suivies par les forces du régime comprenaient des campagnes de stérilisation dans les casernes, les sites militaires et les lignes de contact avec l’opposition, ainsi que des salles d’opérations avancées et des points d’observation russes dans la région d’Idleb. Des points de soins médicaux ont été créés au sud et à l’est d’Idleb et dans la campagne sud d’Alep.

Les points médicaux les plus importants se trouvent dans la région de Jabal Azzane, où se trouve la plus grande base militaire iranienne dans le nord de la Syrie, et les casernes et sites militaires de la zone d’opérations d’Idleb ont reçu des tentes et du matériel pour la mise en quarantaine supposée des contaminés et des suspects dans chaque formation militaire.

Les forces du régime et les milices ont procédé à de nouveaux redéploiements de groupes et d’équipements militaires dans toute la zone d’opérations au nord-ouest de la Syrie, de manière à garantir l’isolement des groupes et des formations dans lesquels des contaminés ont été découverts dans des zones militaires presque complètement fermées, et la répartition des formations armées restantes dans une zone géographique plus large, c’est-à-dire dans les zones récupérées lors des opérations militaires lancées par le régime depuis mai 2019. Ce sont toujours des zones militaires semi-fermées où les civils n’ont pas été autorisés à retourner jusqu’à présent.

Les fronts d’Idleb et d’Alep sont passés, en un temps record, d’une zone de regroupement et de rassemblement des forces du régime et des milices qui lui sont fidèles, à une zone de quarantaine, où des formations sont menacées d’être envahies par l’épidémie. Les cadres de renfort militaires ont commencé à arriver dans la zone d’opérations depuis la mi-mars dans le but de reprendre les combats contre l’opposition syrienne. Les renforts militaires qui sont arrivés les deux dernières semaines étaient pour la plupart des milices iraniennes.

Les forces du régime  ont été confrontées à un problème majeur à cause du manque d’engagement des milices iraniennes à Alep et à Idleb à prendre des mesures préventives et à mettre en quarantaine les casernes militaires, et les milices soutenues par la Russie telles que la «Garde républicaine» et «la 25e Force spéciale» et «le cinquième corps» n’ont pas réussi à persuader les milices iraniennes de fermer ses points et emplacements militaires, et de répondre positivement à la campagne de mesures prises pour prévenir l’épidémie et réduire ses dangers catastrophiques pour les formations armées du régime d’Assad.

À un moment où le gouvernement du régime imposait un couvre-feu partiel et les forces du régime augmentaient les mesures de protection, les milices iraniennes organisaient en même temps des cérémonies religieuses dans leur quartier général à Alep et dans leurs nouveaux emplacements dans la campagne méridionale d’Idleb.

Les Brigades de « Hadhrat Zaynab », de « l’Imam Al-Hussein », la Brigade de « l’Imam Al-Ridha » affiliées à la « milice Fatimiyoun » ont organisé des festivals religieux et des compétitions sportives pour leurs éléments au cours des deux dernières semaines, et la « Brigade Zainabiyoun » a participé à un certain nombre d’activités sportives et de célébrations religieuses organisées par les « milices Fatimiyoun ».

Le coordinateur des médias de « l’Armée nationale », Yahya Mayo, a déclaré à notre correspondant, que l’arrivée d’un grand nombre de milices iraniennes dans la zone d’opérations dans la campagne d’Idleb et d’Alep au cours de la dernière période était suspecte, et il est supposé que le déclenchement de l’épidémie dans ses rangs aura un rôle dans le changement du cours de ses objectifs, ce qui Il est passé de la préparation d’une nouvelle série de combats contre les factions à une préparation maximale pour faire face à l’épidémie. Dans la pratique, ce sont les milices iraniennes qui ont transmis l’infection épidémique de Coronavirus au reste des formations du régime. Il a ajouté: « Le régime craint que l’épidémie ne se propage et devienne incontrôlable, et il est effectivement incapable de limiter sa propagation malgré les prétendues mesures préventives qu’il a prises dans les casernes et les points militaires”.

Les “Casques Blancs” et d’autres organisations lancent des campagnes de sensibilisation dans les zones libérées contre le Coronavirus “Reste à la maison”


Corona---Reste-chez-toi---خليك-ببيتك

 

22 mars 2020

Les cadres de l’organisation “Défense civile syrienne” ont commencé aujourd’hui, dimanche, à étendre la campagne de prévention contre le virus Corona, pour inclure Idlثb et la campagne de Hama, parallèlement à sa poursuite dans la campagne d’Alep, où des équipes de terrain travaillent pour aider les civils du nord de la Syrie à prévenir le virus, et leur éviter une catastrophe humanitaire.

Dans le cadre de la campagne “Restez chez vous”, les équipes de défense s’efforcent de limiter la prolifération humaine sur les marchés et les lieux publics, et de s’engager autant que possible dans les foyers pour éviter que le virus Corona n’atteigne les zones libérées.

Les équipes de défense et de santé et plusieurs organisations dans les zones libérées sensibilisent la communauté dans les camps, les villes et les marchés, pour alerter les familles des risques mondiaux de virus et de l’importance de respecter les mesures préventives pour prévenir la propagation de l’épidémie dans la région.

 

Corona---Reste-chez-toi---خليك-ببيتك-2

Défense civile syrienne
@ SyriaCivilDefe ·
22 mars 2020
4h
Aujourd’hui, les cadres de la défense civile ont commencé à étendre la campagne de prévention contre le Coronavirus, pour inclure la campagne d’Idleb et de Hama, parallèlement à sa poursuite dans la campagne d’Alep.
Nos équipes travaillent pleinement pour aider les civils du nord de la Syrie à prévenir le virus et à leur éviter une catastrophe humanitaire.
“Votre sécurité est notre objectif.”
Corona
# Casques blancs

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe·
4h
بدأت كوادر الدفاع المدني اليوم بالتوسع بالحملة الوقائية من فيروس كورونا، لتشمل إدلب وريف حماة، بالتوازي مع استمرارها في ريف حلب.
تعمل فرقنا بكامل طاقتها لمساعدة المدنيين في الشمال السوري على الوقاية من الفيروس، وتجنيبهم كارثة إنسانية.
“سلامتكم غايتنا”
#كورونا
#الخوذ_البيضاء

Avec les moyens disponibles les casques blancs commencent une campagne de désinfectation… dans la campagne d’Alep


Virus-2

Avec les moyens disponibles, les casques blancs (protection civile) ont commencé une campagne de prévention contre le coronavirus

Le monde a la grande responsabilité de nous aider à prévenir ce virus et empêcher une catastrophe sanitaire dans le nord de la Syrie
#الخوذ_البيضاء

https://twitter.com/hashtag/%D8%A7%D9%84%D8%AE%D9%88%D8%B0_%D8%A7%D9%84%D8%A8%D9%8A%D8%B6%D8%A7%D8%A1?src=hashtag_click

A pied d’oeuvre pour équiper des centres d’isolement et d’hospitalisation dans le nord de la Syrie afin de contrer l’épidémie de « Corona – Covid 19 »


 

Virus-2

Muhammad Alaa – 14 mars 2020
Smart – Alep

Le ministre de la Santé du gouvernement intérimaire syrien, Maram al-Cheikh, a déclaré samedi que l’équipe travaillait à équiper des centres d’isolement et d’hospitalisation dans les gouvernorats d’Alep et d’Idleb, dans le nord de la Syrie, afin de faire face à la maladie “Corona – Covid 19”.

« Al-Cheikh » a déclaré dans un communiqué à “Smart” qu’ils travaillaient à la préparation de 3 unités d’isolement pour les infections graves, chacune pouvant accueillir 20 lits, en plus de 28 unités hospitalières communautaires pour les cas légers dans chacune de la ville de Darat Azza dans la campagne ouest d’Alep, dans la ville d’Al-Bab (campagne orientale d’Alep) et la ville de Salqin (Campagne d’Idleb), sans donner de date exacte pour l’achèvement des installations.

« Al-Cheikh » a ajouté : Cette étape intervient en coordination avec « l’Organisation mondiale de la santé/OMS » et le ministère turc de la Santé dans le cadre d’un ensemble de mesures préventives contre le « Coronavirus ».

« Al-Cheikh » a indiqué que le Ministère de la santé, en coopération avec « l’Unité de coordination de l’appui » de la Coalition nationale syrienne, équiperait un laboratoire du réseau d’alerte rapide équipé du matériel nécessaire pour confirmer les infections et fournir des instructions sanitaires pour prévenir ce virus dangereux dans la ville d’Idleb.

Elle a souligné, que le ministère s’emploiera à installer une tente pour détecter et enquêter sur les cas suspects pour chacun des postes frontaliers, notant également la formation d’un groupe de personnel médical en coopération avec le ministère turc de la Santé pour effectuer des analyses de laboratoire pour la détection du virus dans la capitale turque, Ankara .

« Al-Cheikh” a confirmé que l’équipe menait une campagne de stérilisation des camps et des écoles dans les zones échappant au contrôle du régime parallèlement à des campagnes de sensibilisation des déplacés.

Elle a ajouté qu’il n’y a pas de communication avec le ministère de la Santé du gouvernement syrien et qu’aucun échantillon n’a été envoyé pour examen dans ses laboratoires.

La maladie “Corona-Covid 19” s’est propagée à Wuhan, en Chine, le 31 décembre 2019, s’étendant à la plupart des pays du monde, avec 132 000 cas confirmés enregistrés dans 123 pays, et la maladie a fait 5 000 morts dans le monde, selon un point de presse de l’organisation OMS, vendredi 13 mars 2020.

« Corona Covid 19 » est une maladie infectieuse causée par le virus corona récemment découvert, il se propage par le toucher et le contact avec des gouttelettes respiratoires. Ses symptômes les plus courants sont la douleur, les courbatures, la congestion nasale, le rhume, la douleur dans la gorge ou la diarrhée. Habituellement, ces symptômes sont légers et commencent progressivement, et certaines personnes s’infectent sans montrer de symptômes et sans se sentir malades, et la plupart des personnes (environ 80%) se remettent de la maladie sans avoir besoin d’un traitement spécial.

 

(*Clarification:
56% des patients atteints du virus corona n’ont pas de fièvre dans les premiers jours de la maladie et seulement 68% des patients toussent.

Cela signifie que vous pouvez être malade ou porteur de virus sans ressentir quoi que ce soit et récupérer sans aucun médicament, mais vous transmettrez régulièrement le virus aux personnes avec lesquelles vous avez été en contact.)

 

العمل على تجهيز مراكز عزل واستشفاء شمالي سوريا لمواجهة مرض “كورونا – كوفيد 19”

محمد علاء – 14 مارس، 2020
سمارت – حلب

قال وزير الصحة بالحكومة السورية المؤقتة مرام الشيخ السبت، إنهم يعملون على تجهيز مراكز عزل واستشفاء في محافظتي حلب وإدلب شمالي سوريا، لمواجهة مرض “كورونا – كوفيد 19”.

وأوضح “الشيخ” بتصريح إلى “سمارت” إنهم يعملون على تجهيز 3 وحدات عزل للإصابات الشديدة وكل وحدة منها تتسع لـ 20 سرير، إضافة إلى 28 وحدة استشفاء مجتمعية للحالات الخفيفة في كل من مدينة دارة عزة بريف حلب الغربي ومدينة الباب بريف حلب الشرقي وبلدة سلقين بريف إدلب، دون إعطاء موعد دقيق لانتهاء التجهيزات.

وأضاف “الشيخ” إن هذه الخطوة تأتي بالتنسيق مع “منظمة الصحة العالمية” ووزارة الصحة التركية ضمن حزمة إجراءات وقائية للتصدي لفيروس “كورونا”.

وأشار “الشيخ” أن وزارة الصحة وبالتعاون مع “وحدة تنسيق الدعم” التابعة للائتلاف الوطني السوري سيقومان على تجهيز مخبر شبكة الإنذار المبكر المجهز بالأجهزة اللازمة لتأكيد الإصابات وتقديم الإرشادات الصحية للوقاية من هذا الفيروس الخطير في مدينة إدلب.

ولفت “الشيخ” أن الوزارة ستعمل على وضع خيمة لكشف وتقصي الحالات المشتبه بها لكل معبر من المعابر الحدودية، منوها للقيام أيضا بتدريب مجموعة من الكوادر الطبية بالتعاون مع وزارة الصحة التركية على إجراء التحاليل المخبرية الخاصة بالكشف عن فيروس “كورونا” وذلك في العاصمة التركية أنقرة.

وأكد “الشيخ” أنهم يقومون بحملة تعقيم للمخيمات والمدارس في المناطق الخارجة عن سيطرة النظام بالتزامن مع حملات توعوية للنازحين.

وتابع “الشيخ” أنه لا يوجد أي تواصل مع وزارة الصحة التابعة لحكومة النظام السوري ولم يرسلوا أي عينات لفحصها بمخابرها.

وتفشى مرض “كورونا – كوفيد 19” (COVID-19) في مدينة ووهان الصينية في 31 كانون الأول 2019، لينتشر بعدها على غالبية دول العالم، إذ سجلت 132000 حالة مؤكدة في 123 بلداً وحصد المرض أرواح 5000 شخصاً حول العالم، بحسب الإحاطة الإعلامية لمنظمة الصحة العالمية الجمعة 13 آذار 2020.

و”كورونا كوفيد 19″ مرض معد يسببه فيروس كورونا المكتشف مؤخرا، وينتشر عن طريق اللمس ومن ملامسة القطيرات التنفسية، وتتمثل أعراضه الأكثر شيوعا، من الآلام والأوجاع أو احتقان الأنف أو الرشح أو ألم الحلق أو الإسهال. وعادة ما تكون هذه الأعراض خفيفة وتبدأ تدريجياً، ويصاب بعض الناس بالعدوى دون أن تظهر عليهم أي أعراض ودون أن يشعروا بالمرض، ويتعافى معظم الأشخاص (نحو 80%) من المرض دون الحاجة إلى علاج خاص.

 

توضيح

#كورونا 56% من مرضى فيروس كورونا، ليس لديهم حرارة في الأيام الأولى للمرض و 68% بالمية فقط لديهم سعال .
هذا يعني أنه ربما تكون مريض أو حامل للمرض بدون أن تشعر بشيء و أن تتعافى من دون أي دواء، لكنك ستنقل الفيروس لأشخاص انت على احتكاك بهم بشكل دوري.

 

Idleb: La trêve est fragile … et le Hezbollah est en concurrence avec le régime pour contrôler…


Cessez-le-feu

Idleb: La trêve est fragile … et le Hezbollah est en concurrence avec le régime pour contrôler

AlModon | Lundi 09/03/2020

Les forces du régime accusent l’opposition d’apporter des renforts à Idleb (Internet)

Le cessez-le-feu à Idleb ne semble pas durer longtemps, compte tenu de la mobilisation mutuelle entre les forces du régime et l’opposition syrienne en première ligne des combats. L’accord turco-russe, entré en vigueur le 6 mars, est né fragile et irréalisable au milieu d’accusations mutuelles entre les deux parties au sujet des violations répétées de l’accord.

Accusations mutuelles

L’opposition accuse les forces du régime et les milices loyales de poursuivre leurs bombardements terrestres continus des sites de l’opposition et des villes civiles près des lignes de contact, et leur tentative d’avancer sur plus d’un axe dans les fronts au sud d’Idleb. L’opposition a surveillé les mouvements massifs et les renforts importants des forces du régime sur les lignes de front, dont la majorité étaient des milices iraniennes, qui s’étaient étendues à de nouveaux endroits et leur poids militaire était devenu deux fois plus élevé qu’avant le cessez-le-feu.

Le porte-parole du « Front de libération nationale », le capitaine Naji Mustafa, a déclaré à « Al-Modon » que les forces du régime et les milices avaient commencé à violer le cessez-le-feu immédiatement après son entrée en vigueur, et avaient bombardé des dizaines de villages et villes civils dans la campagne d’Alep et d’Idleb.

Mustafa a déclaré que les violations répétées et les mouvements de milices reflètent nécessairement leurs intentions hostiles, la reprise des opérations militaires et leur évasion de tout accord de cessez-le-feu.

Des proches du régime et de la Russie accusent l’opposition syrienne et la Turquie de se préparer à un nouveau cycle de l’opération militaire « Bouclier de l’Euphrate », en raison de l’entrée continue des forces militaires turques à Idleb, qui a semblé être plus intense au cours des deux derniers jours. Les renforts turcs comprenaient plus de 500 véhicules militaires divers, dont des véhicules blindés, des lanceurs de missiles et des chars.

Omar Rakhmon, membre du comité de réconciliation proche de la Russie, a fait allusion à l’insistance du régime Assad à poursuivre les batailles à Idleb, et a souligné que l’accord de cessez-le-feu est fragile et que les affrontements s’en viennent.

Milices iraniennes

Les «Forces Radwan» du Hezbollah libanais ont récemment apporté plus de renforts militaires sur les fronts d’Idleb et d’Alep, et leur déploiement a été concentré dans plusieurs secteurs, dont les plus importants sont les fronts ouest d’Alep, les fronts sud et est d’Idleb, ainsi qu’à Kabbana et les hauteurs montagneuses du nord de la Lattaquié, et un certain nombre d’axes dans la plaine d’Al-Ghab au nord-ouest de Hama.

On suppose que les « forces de Radwan », ainsi que des groupes de forces d’élite affiliées aux « gardiens de la révolution iraniens », géreront les opérations offensives dans les axes où les milices iraniennes sont réparties en général, et qu’ils ont fait placer un grand nombre de leurs éléments sur les fronts des combats.

Les partisans des milices iraniennes et des médias proches ont fait circuler de clips vidéo montrant la propagation des groupes Al-Radwan et d’un certain nombre de formations armées soutenues par l’Iran à proximité d’un certain nombre de points militaires turcs assiégés dans les zones de contrôle des forces du régime dans la zone de désescalade.

Hisham Skef, membre du Bureau politique de la « Brigade de la paix » de l’armée nationale, a déclaré à Al-Modon que les milices iraniennes ne sont pas satisfaites de l’accord de cessez-le-feu en raison de l’absence de coordination de l’Iran dans les accords turco-russes, même s’ils ont proposé plusieurs initiatives, qui n’ont pas reçu de réponse.

Il a ajouté que les lourdes pertes subies par les milices iraniennes fin février sont nées d’un désir de vengeance et d’une poussée vers l’escalade du champ, et de la visite du successeur de Qassem Soleimani à la tête de la “Force Al-Quds” Ismail Qaani, sur les fronts de combat et dans un certain nombre de sites de milices et de casernes à Alep rentre dans le cadre d’escalade.

Le militant des médias Muhammad Rachid a déclaré à Al-Modon que les milices iraniennes appartenant à plus de 20 formations armées soutenues par les « Gardiens de la révolution » en Syrie semblaient prêtes pour une nouvelle série d’opérations militaires, et leurs mouvements et redéploiements effectués sur divers fronts d’Idleb et d’Alep ont indiqué qu’ils n’étaient pas concernés par l’accord de cessez-le-feu et attend l’occasion appropriée de retarder la mise en œuvre de l’accord.

Selon Rachid, il y a une concurrence entre les milices pour contrôler les positions avancées sur les fronts des combats, en particulier à Saraqeb, al-Talhiyah, et les fronts généraux de l’est d’Idleb, situé à la périphérie ouest de la route internationale « M5 ».

Il a indiqué que des renforts importants de la « Garde républicaine » et des « 25e missions spéciales » sont arrivés sur les fronts pour réaliser un équilibre dans l’intensité du déploiement, ce qui semblait récemment être dans l’intérêt des milices iraniennes.

Les milices iraniennes tentent d’atteindre plusieurs objectifs en se redéployant, dont le plus important est d’empêcher la conclusion de l’accord de cessez-le-feu et d’essayer de grignoter plus de zones et d’atteindre des cibles symboliques spéciales telles que les deux villes de Kafriya et al-Foua, au nord-est d’Idleb, afin de préserver leurs gains dans la campagne d’Alep et de progresser dans l’axe Kabbana et les hauts plateaux montagneux de la campagne nord de Lattaquié, qui ont coûté la vie de centaines de personnes lors des opérations infructueuses qui se sont poursuivies depuis la mi-2019, et soutiennent les opérations offensives des forces du régime pour contrôler la zone de Jabal al-Zawiya au sud d’Idleb et atteindre l’autoroute M4.

 

إدلب:الهدنة هشّة..وحزب الله ينافس النظام على السيطرة

المدن | الإثنين 09/03/2020

إدلب: الهدنة هشّة..وحزب الله ينافس النظام على السيطرة قوات النظام تتهم المعارضة باستقدام تعزيزات إلى إدلب (انترنت)
لا يبدو أن وقف إطلاق النار في إدلب سيستمر طويلاً في ظل الحشد المتبادل بين قوات النظام والمعارضة السورية في جبهات القتال. فالاتفاق التركي-الروسي الذي دخل حيز التنفيذ في 6 آذار/مارس الجاري، ولد هشاً وغير قابل للتطبيق وسط اتهامات متبادلة بين الطرفين حول الخروق المتكررة للاتفاق.

اتهامات متبادلة
وتوجه المعارضة الاتهامات لقوات النظام والمليشيات الموالية بمواصلة قصفها البري المستمر لمواقع المعارضة والبلدات المدنية القريبة من خطوط التماس، ومحاولتها التقدم في أكثر من محور في جبهات جنوبي إدلب. ورصدت المعارضة تحركات مكثفة وتعزيزات كبيرة لقوات النظام في جبهات القتال، غالبيتها من المليشيات الإيرانية والتي انتشرت في مواقع جديدة وأصبح ثقلها العسكري ضعف ما كان عليه قبل وقف إطلاق النار.

وقال الناطق الرسمي باسم “الجبهة الوطنية للتحرير” النقيب ناجي مصطفى ل”المدن”، إن قوات النظام والمليشيات بدأت بخرق وقف إطلاق النار بعد دخوله حيز التنفيذ مباشرة، وقصفت عشرات القرى والبلدات المدنية في ريفي حلب وادلب.

وأوضح مصطفى أن الخروق المتكررة وتحركات المليشيات تعكس بالضرورة نواياها العدائية واستئناف العمليات العسكرية وتهربها من تطبيق أي اتفاق يوقف النار.

ويوجه مقربون من النظام وروسيا الاتهامات للمعارضة السورية ولتركيا بأنهم يحضرون لجولة جديدة من العملية العسكرية “درع الربيع”، بسبب الدخول المتواصل للأرتال العسكرية التركية إلى ادلب والتي بدت أكثر كثافة خلال اليومين الماضيين. وضمت التعزيزات التركية أكثر من 500 آلية عسكرية متنوعة، بينها مدرعات وراجمات صواريخ ودبابات.

وألمح عضو هيئة المصالحة المقرب من روسيا، عمر رحمون، إلى إصرار نظام الأسد على مواصلة المعارك في ادلب، وأكد أن اتفاق وقف إطلاق النار هش والمواجهات قادمة لا محالة.
المليشيات الإيرانية
استقدمت “قوات الرضوان” التابعة لحزب الله اللبناني مؤخراً المزيد من التعزيزات العسكرية إلى جبهات إدلب وحلب، وتركز انتشارها في قطاعات عديدة، أهمها جبهات غرب حلب، وجبهات جنوب وشرقي إدلب، وفي كبانة والمرتفعات الجبلية في ريف اللاذقية الشمالي، وعدد من المحاور في سهل الغاب شمال غربي حماة.

ومن المفترض أن تتولى “قوات الرضوان” إلى جانب مجموعات من قوات النخبة التابعة ل”الحرس الثوري الإيراني” إدارة العمليات الهجومية في المحاور التي تنتشر فيها المليشيات الإيرانية عموماً، والتي زجت بأعداد كبيرة من عناصرها في جبهات القتال.

وتداول أنصار المليشيات الإيرانية وإعلاميون مقربون منها مقاطع فيديو توضح انتشار مجموعات الرضوان وعدد من التشكيلات المسلحة المدعومة من إيران في محيط عدد من النقاط العسكرية التركية المحاصرة داخل مناطق سيطرة قوات النظام في منطقة خفض التصعيد.

وأكد عضو المكتب السياسي في لواء السلام التابع ل”الجيش الوطني” هشام سكيف ل”المدن”، أن المليشيات الإيرانية غير راضية عن اتفاق وقف إطلاق النار بسبب غياب إيران عن التنسيق في الاتفاقات التركية-الروسية مع أنها طرحت مبادرات عديدة، وجميعها لم تلقَ إجابة.

وأضاف أن الخسائر الكبيرة التي منيت بها المليشيات الإيرانية أواخر شباط/فبراير ولد لديها رغبة في الانتقام والدفع في اتجاه التصعيد الميداني، وزيارة خليفة قاسم سليماني في قيادة “فيلق القدس” اسماعيل قاآني، إلى جبهات القتال وعدد من مواقع وثكنات المليشيات في حلب تندرج في هذا الإطار التصعيدي.

وقال الناشط الإعلامي محمد رشيد ل”المدن”، إن المليشيات الإيرانية التي تتبع لأكثر من 20 تشكيلاً مسلحاً يدعمه “الحرس الثوري” في سوريا بدت جاهزة لجولة جديدة من العمليات العسكرية، وتوحي تحركاتها وعمليات إعادة الانتشار التي تنفذها في مختلف جبهات إدلب وحلب أنها غير معنية باتفاق وقف إطلاق النار وتنتظر الفرصة المناسبة لتعطيل العمل بالاتفاق.

وبحسب رشيد، هناك منافسة بين المليشيات للسيطرة على المواقع المتقدمة في جبهات القتال، وبشكل خاص في سراقب والطلحية وعموم جبهات شرقي إدلب الواقعة على الأطراف الغربية للطريق الدولي “إم5”

وقال إن تعزيزات كبيرة من “الحرس الجمهوري” و “الفرقة 25 مهام خاصة” وصلت إلى الجبهات لتحقق توازناً في كثافة الانتشار والذي بدا مؤخراً في صالح المليشيات الإيرانية.

وتحاول المليشيات الإيرانية تحقيق أهداف عديدة من خلال إعادة انتشارها، أهمها، منع تثبيت اتفاق وقف إطلاق النار، ومحاولة قضم المزيد من المناطق والوصول إلى أهداف لها رمزية خاصة كبلدتي كفريا والفوعة شمال شرق مدينة إدلب، والحفاظ على مكاسبها في ريف حلب، ومحاولة التقدم في محور كبانة والمرتفعات الجبلية في ريف اللاذقية الشمالي والذي كلفها المئات من القتلى خلال العمليات الفاشلة التي استمرت منذ منتصف 2019، ودعم العمليات الهجومية لقوات النظام للسيطرة على منطقة جبل الزاوية جنوبي ادلب والوصول الى الطريق السريع “إم4”.

Le régime syrien est le seul gagnant de l’accord turco-russe à Idleb


Le régime syrien est le seul gagnant de l’accord turco-russe à Idleb

Ahmed Al-Ibrahim
5 mars 2020

Le président turc Recep Tayyip Erdogan et son homologue russe Vladimir Poutine ont annoncé jeudi soir la conclusion d’un accord de cessez-le-feu dans la quatrième zone de désescalade à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, et la mise en place d’un couloir sécurisé sur la route internationale “M4”.

Dans deux brefs discours lors d’une conférence de presse à Moscou, les deux présidents ont déclaré que le cessez-le-feu débutera à minuit et ont souligné la protection des civils et l’acheminement de l’aide aux déplacés.

À son tour, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a confirmé qu’il avait été convenu d’établir un passage sécurisé le long d’un tronçon de six kilomètres le long de la route M4 afin de préserver l’intégrité territoriale de la Syrie.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoglu a indiqué que des patrouilles turques et russes seront lancées le 15 mars le long de la route M4 entre Tarnaba (à l’ouest de Saraqeb) et Ain Al-Hour.

Grâce à l’accord, les lignes tracées par les forces du régime syrien restent les mêmes, car l’accord n’a pas abordé le retrait, sur la base du désir turc.

La route « M5 » qui relie le nord de la Syrie à son sud, et qui occupe un emplacement plus important que celui dont bénéficie la route « M4 », était absente dans l’accord.

L’un des points les plus importants que l’accord a négligés était la levée du siège des points d’observation turcs qui dépassait le nombre de ce que le régime a assiégé, y compris les dix, dans les gouvernorats d’Alep, de Hama et d’Idleb.

Il était également absent de l’accord les discussions autour du retrait du régime des zones de Jabal al-Zawiya, Maarat al-Noumane et Saraqeb, qui sont d’une importance stratégique, et des endroits qui bordent les routes internationales.
(…)

النظام السوري الرابح الوحيد من الاتفاق التركي الروسي في إدلب

أحمد الإبراهيم
5 مارس 2020

أعلن الرئيسان التركي رجب طيب أردوغان ونظيره الروسي فلاديمير بوتين، مساء اليوم الخميس، التوصّل لاتفاق لوقف إطلاق النار في منطقة خفض التصعيد الرابعة في إدلب، شمال غربي سورية، وإنشاء ممر آمن على الطريق الدولي “إم 4”.

وقال الرئيسان، في كلمتين مقتضبتين خلال مؤتمر صحافي بموسكو، إنّ وقف إطلاق النار سيبدأ منتصف الليلة، وأكدا على حماية المدنيين وإيصال المعونات للنازحين.

وبدوره، أكّد وزير الخارجية الروسي سيرغي لافروف، أنه تم الاتفاق على إنشاء ممر آمن على امتداد ستة كيلومترات على طول الطريق “إم 4” بهدف الحفاظ على وحدة الأراضي السورية.

وأشار وزير الخارجية التركي مولود جاووش أوغلو، إلى أنّ دوريات تركية وروسية ستنطلق في 15 مارس/ آذار على امتداد الطريق البري “إم 4” بين منطقتي ترنبة (غرب سراقب)، وعين الحور.

ومن خلال الاتفاق، تبقى الخطوط التي رسمتها قوات النظام السوري كما هي، إذ لم يتطرّق الاتفاق إلى الانسحاب منها، بناء على الرغبة التركية.

كما غاب عن الاتفاق الحديث عن طريق “إم 5” الذي يحتل موقعاً أهم من الموقع الذي يتمتع به طريق “إم 4″، وهو الذي يربط شمال سورية بجنوبها.

ومن أهم النقاط التي أغفلها الاتفاق، فك الحصار عن نقاط المراقبة التركية التي فاق عدد ما حاصره النظام منها العشر، في محافظات حلب وحماة وإدلب.

وغاب عنه أيضاً الحديث عن انسحاب النظام من مناطق جبل الزاوية ومعرة النعمان وسراقب، ذوات الأهمية الاستراتيجية، والمواقع التي تحاذي الطرقات الدولية.

Un nouvel échange de prisonniers entre le régime et l’opposition dans la campagne d’Alep


Deux-prisonniers-libérés-par-l'opposition-syrienne---centre-des-médias-d'Atareb-27-fév-2020

Les deux prisonniers libérés par l’opposition syrienne (Al-Atareb Media Center)

Enab Baladi-27/02/2020

Un échange de détenus a eu lieu entre les factions de l’opposition syrienne et le régime syrien dans la campagne orientale d’Alep.

Jeudi 27 février, le correspondant d’Enab Baladi, dans la campagne d’Alep, a déclaré que l’opération avait eu lieu au passage d’Abou Zandan, près de la ville d’Al-Bab.

Le correspondant a expliqué que l’opération avait abouti à la remise de deux combattants des forces du régime, Yasser Sattouf et le sergent Ahmed Khair Bek, en plus du corps d’un combattant, en échange de la libération d’une femme et de son enfant des prisons du régime.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’échange, alors que le chef de la division “Mu’tasim” de l ‘”Armée nationale syrienne”, Farouk Abu Bakr, était présent dans l’échange.

Pour sa part, le directeur du passage d’Abou Zandan a déclaré à Enab Baladi que le passage avait facilité le processus d’échange, sans divulguer la partie responsable.

Pour sa part, la fidèle radio pro-régime «Sham FM» a déclaré que les forces du régime avaient pu libérer les combattants capturés et récupérer le corps d’un combattant après qu’une opération d’échange eut lieu au passage de Deir Qaq dans la campagne orientale d’Alep.

Les factions de l’opposition armée ont échangé à plusieurs reprises avec les forces du régime et les milices redondantes, la plus récente étant la livraison du corps d’un iranienne appartenant à ses milices, par le « Front de libération nationale », en échange de la libération de deux de sescombattants par les forces du régime et des milices redondantes lors des récentes batailles dans la campagne sud d’Alep, la semaine dernière.

Un processus d’échange a également eu lieu au point de passage d’Abou Zandan, entre «l’armée nationale syrienne» et les forces du régime, en juillet 2019, lorsque 15 détenus ont été libérés, contre 14 détenus des prisons de «l’armée nationale».

Cela a été précédé d’un autre échange en février 2019, avec la libération de 20 détenus en échange de prisonniers des factions de l’opposition, selon un échange dans la ville d’Al-Bab dans la campagne orientale d’Alep.
L’accord a été conclu sous le parrainage turco-russe, où il y avait dix femmes parmi les détenus chez l’opposition, dont cinq de Homs et deux avec leurs enfants.

عملية تبادل جديدة بين النظام والمعارضة في ريف حلب

27/02/2020
عنب بلدي

جرت عملية تبادل معتقلين بين فصائل المعارضة السورية والنظام السوري في ريف حلب الشرقي.

وأفاد مراسل عنب بلدي في ريف حلب اليوم، الخميس 27 من شباط، أن العملية جرت في معبر أبو الزندين قرب مدينة الباب.

وأوضح المراسل أن العملية أسفرت عن تسليم مقاتلين من قوات النظام هما ياسر صطوف والرقيب أحمد خير بيك، إضافة إلى جثة مقاتل، مقابل إطلاق سراح امرأة وطفلتها من سجون النظام.

ولم تفصح أي جهة عن مسؤوليتها عن عملية التبادل، بينما كان القيادي في فرقة “المعتصم” التابعة لـ”الجيش الوطني السوري”، الفاروق أبو بكر، حاضرًا في عملية التبادل.

من جهته أكد مدير معبر أبو الزندين لعنب بلدي أن المعبر سهّل عملية التبادل، دون الإفصاح عن الجهة المسؤولة.

من جهتها، قالت إذاعة “شام إف إم” الموالية، إن قوات النظام تمكنت من إطلاق سراح مقاتلين أسيرين واسترداد جثمان مقاتل بعد عملية تبادل جرت في معبر دير قاق بريف حلب الشرقي.

وكانت فصائل المعارضة المسلحة أجرت عدة مرات تبادلًا مع قوات النظام والميليشيات الرديفة، أحدثها تسليم “الجبهة الوطنية للتحرير” جثة مقاتل من الميليشيات الإيرانية، مقابل الإفراج عن مقاتلين اثنين من عناصرها أسرتهما قوات النظام والميليشيات الرديفة، خلال المعارك الأخيرة بريف حلب الجنوبي، الأسبوع الماضي.

كما جرت عملية تبادل في معبر أبو الزندين، بين “الجيش الوطني السوري” وقوات النظام، في تموز 2019، إذ أُطلق سراح 15 معتقلًا، مقابل 14 معتقلًا من سجون “الجيش الوطني”.

سبقت ذلك عملية تبادل أخرى في شباط 2019، وذلك بإطلاق سراح 20 معتقلًا مقابل تسلّم أسرى لدى فصائل معارضة، بموجب عملية تبادل في مدينة الباب بريف حلب الشرقي.

وجرت الصفقة برعاية تركية- روسية، وكان من بين المعتقلين من طرف المعارضة في ذلك الوقت، عشر نساء، بينهن خمس من حمص واثنتان مع أبنائهما.

Les “coordinateurs d’intervention » réfutent les allégations de la Russie concernant les déplacés internes d’Idleb


Enab Baladi – 21/02/2020

Des centaines de véhicules chargés de déplacés en direction de la campagne orientale d’Idleb jusqu’à la frontière turque, 4 février 2020

L’équipe des coordinateurs d’intervention en Syrie a démenti les allégations de la Russie selon lesquelles des centaines de milliers de civils n’avaient pas été déplacés par des opérations militaires à Idleb.

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, vendredi 21 février, les « coordinateurs d’intervention » ont déclaré qu’ils rejetaient, tous les détails du rapport publié hier par le ministère russe de la Défense, niant le déplacement de centaines de milliers de civils à la suite des attaques du régime syrien à Idleb.

Il a souligné que les récentes opérations militaires du régime syrien et de son allié russe ont entraîné le déplacement d’environ un million de civils dans la campagne d’Idleb et d’Alep, depuis le début de novembre dernier jusqu’à aujourd’hui.

Le communiqué décrit les déclarations russes comme “provocantes et fausses, et met en évidence les intentions hostiles de la Russie contre les civils dans le nord de la Syrie”.

Le communiqué ajoute que les déclarations “montrent que la Russie continue de mettre en œuvre le plan élaboré avec les forces du régime, pour contrôler le nord de la Syrie et commettre des crimes contre les civils, et constitue un contournement de l’accord signé avec le gouvernement turc à Sotchi, en référence à l’accord visant à réduire l’escalade”.

La déclaration a appelé la communauté internationale à œuvrer efficacement pour mettre fin aux attaques contre les civils et à donner plus de pouvoirs aux Nations Unies pour œuvrer à mettre fin aux souffrances des Syriens, qui durent depuis neuf ans.

Les “coordinateurs d’intervention » sont une équipe composée de travailleurs d’organisations humanitaires dans le nord de la Syrie, soucieuse de documenter le nombre de déplacés et de morts et de décrire les conditions humanitaires dans la région.

Le ministère russe de la Défense a démenti les informations publiées par les Nations Unies et les organisations humanitaires sur le déplacement de milliers de civils d’Idleb et de ses campagnes vers la frontière turque, à la suite de l’opération militaire des forces du régime, soutenue par la Russie.

Le chef du Centre russe pour la réconciliation, qui est affilié au ministère russe de la Défense, Navy Oleg Goravlovov, selon l’agence “TASS” aujourd’hui, vendredi, que les informations qui parlent de l’afflux de centaines de milliers de civils à la frontière turque en raison des combats sont incorrectes.

Le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, Stephen Dujarric, a annoncé qu’il est estimé que plus de 900 000 personnes ont été déplacées dans le nord de la Syrie, en raison de l’escalade des combats depuis décembre 2019.

L’Alliance des ONG humanitaires syriennes (ANS) a confirmé le déplacement d’un million de Syriens à la suite des opérations du régime syrien et de ses alliés russes et iraniens.

Syrie : malgré l’appel à un cessez-le-feu, les hostilités continuent, déplore l’envoyé de l’ONU


20180316-V.-Putin-et-B.-al-Assad-aviation

 

Syrie : malgré l’appel à un cessez-le-feu, les hostilités continuent, déplore l’envoyé de l’ONU

19 février 2020

L’envoyé de l’ONU pour la Syrie a relayé, mercredi, au Conseil de sécurité l’appel du Secrétaire général des Nations Unies à un cessez-le-feu dans le nord-ouest du pays. Un appel qui n’a pas été entendu, a déploré le médiateur onusien.

« Depuis mon exposé il y a deux semaines, je ne peux faire part d’aucun progrès pour mettre un terme à la violence en cours dans le nord-ouest de la Syrie ou pour revenir au processus politique », a déclaré l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour le pays, Geir Pedersen, aux membres du Conseil de sécurité.

Mardi soir, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, avait appelé à un cessez-le-feu immédiat dans le nord-ouest de la Syrie où la situation humanitaire se détériore rapidement en raison des combats.

Malgré l’appel à un cessez-le-feu du chef de l’ONU, son Envoyé spécial pour la Syrie n’a pu que déplorer la poursuite des hostilités dans le nord-ouest du pays. Des hostilités qui se traduisent par de lourdes frappes aériennes et des attaques terrestres.

Près de 900.000 personnes déplacées depuis début décembre

L’offensive actuelle des forces gouvernementales syriennes a déplacé, à plusieurs reprises, près de 900.000 personnes depuis le début du mois de décembre avec des centaines de civils tués au cours de la même période.

« Ces personnes sont déplacées par des températures glaciales en quête d’une sécurité devenue de plus en plus difficile à trouver », a alerté M. Pedersen.

80% des personnes déplacées par les violences sont des femmes et des enfants, a indiqué l’envoyé de l’ONU, précisant que « de jeunes enfants meurent de froid » dans cette tragédie.

Ces derniers jours, l’émissaire onusien a souligné auprès de hauts responsables russes et turques « qu’ils peuvent et doivent » trouver un moyen d’aboutir à une désescalade de la situation dans le nord-ouest de la Syrie « maintenant ». Mais ses démarches n’ont pas abouti à ce jour.

« Ma première préoccupation porte sur les civils syriens piégés dans les combats », a souligné M. Perdersen aux membres des Conseil de sécurité, appelant ces derniers à peser de tout leur poids pour obtenir le retour à une solution politique au conflit syrien.

Les pourparlers de Moscou se terminent sans accord sur Idleb


المزيد من المدنيين يفرون من هجوم النظام(رامي السيد/فرانس برس) مباحثات موسكو تنتهي بلا اتفاق حول إدلب

Les pourparlers de Moscou se terminent sans accord sur Idleb

Adnan Ahmed
18 février 2020

Étant entendu que le régime syrien, avec le soutien de la Russie, a poursuivi sa campagne militaire dans les provinces d’Idleb et d’Alep, en échange de la poursuite de l’envoi de renforts par la Turquie dans la région, les pourparlers russo-turcs dans la capitale, Moscou, qui se sont déroulés lundi et mardi, se sont terminés sans résultats concluants, des déclarations générales ont été faites par des responsables des deux pays, qui ont confirmé l’échec d’un accord sur le dossier syrien entre les deux parties, évitant d’annoncer cet échec, mais a plutôt évoquant la possibilité de transférer ce dossier aux chefs des deux pays pour le résoudre. L’échec des pourparlers ouvre la voie au régime pour qu’il poursuive ses progrès au cas où Ankara ne prendrait aucune mesure militaire pour l’arrêter à l’approche de ses frontières, tandis que Moscou semble s’en tenir à la stratégie consistant à gagner plus de temps pour permettre au régime d’absorber des zones supplémentaires dans la région.

(…)

مباحثات موسكو تنتهي بلا اتفاق حول إدلب

عدنان أحمد

18 فبراير 2020

على وقع استمرار النظام السوري وبدعم روسي حملته العسكرية في محافظتي إدلب وحلب، مقابل مواصلة تركيا إرسال تعزيزات إلى المنطقة، انتهت المحادثات الروسية التركية في العاصمة موسكو، التي عُقدت يومي الإثنين والثلاثاء، من دون نتائج حاسمة، وجرى الاكتفاء بتصريحات عامة من مسؤولي البلدين، ما أكد تعثر التوصل إلى اتفاق حول الملف السوري بين الطرفين، اللذين تجنّبا الإعلان عن هذا الفشل، بل تحدثا عن إمكان نقل هذا الملف لرئيسي البلدين لحسمه. ويفتح فشل المباحثات المجال أمام النظام لمواصلة تقدّمه في حال لم تقدم أنقرة على تحرك عسكري لوقفه، مع اقترابه من حدودها، فيما تبدو موسكو متمسكة باستراتيجية شراء المزيد من الوقت للسماح بقضم النظام مساحات إضافية في المنطقة.

Plus de 10 martyrs et blessés par une frappe aérienne russe sur les zones de déplacement au nord d’Idleb


https://i1.wp.com/www.syriahr.com/wp-content/uploads/2019/11/%D9%85%D8%B9%D8%A7%D8%B1%D8%A9-%D8%A7%D9%84%D9%86%D8%B9%D8%B3%D8%A7%D9%86.jpg

Plus de 10 martyrs et blessés par une frappe aérienne russe sur les zones de déplacement au nord d’Idleb

18 février 2020

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a documenté, ce soir, le meurtre de 3 citoyens par le bombardement d’avions russes “garants” sur la ville de Termanine, au nord d’Idleb, et 8 autres personnes ont été blessées.
D’autre part, l’OSDH a documenté la mort d’un citoyen déplacé à Darat Azza, et une personne déplacée a été martyrisée en raison d’une frappe aérienne russe à la périphérie de Maarat al-Naassan dans la campagne d’Idleb, portant le nombre de martyrs civils à 5, au cours de la journée.

En revanche, les forces du régime poursuivent leurs bombardements sur les zones frontalières, qui étaient un refuge pour les déplacés.

Le nombre de raids d’avions de guerre russes visant Tarmanine, Ariha et Mhambal dans la campagne d’Idleb, en plus du périmètre et de la périphérie de Darat Azza et de la campagne d’Atareb dans la campagne d’Alep, est passé à 120 raids.
D’autres avions de combat ont effectué également des 12 raids ciblant des zones proches de la route “M4”.

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
1h
3 civils ont été tués et 9 autres blessés à titre préliminaire, et un incendie et des destructions massives de biens civils ont résulté de trois frappes aériennes russes qui ont visé la ville de Termanine, ce soir, mardi 18 février 2020.
# Casques blancs

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
9h
Un enfant a été blessé après avoir pris pour cible sa maison dans la ville de Mhambal dans la campagne ouest d’Idleb, à midi aujourd’hui, mardi 18 février 2020, par bombardement aérien par un avion de guerre des forces du régime syrien.
# Idleb_ sous le feu
# Casques blancs

Village de Mhambal - campagne d'Idleb-Blessure d'un enfant suite au bombardement de sa maison 18 fév 2020

أكثر من 10 شهداء وجرحى بقصف جوي روسي على مناطق النزوح شمال إدلب

وثق المرصد السوري لحقوق الإنسان، مساء اليوم، استشهاد 3 مواطنين بقصف طائرات “الضامن” الروسي على بلدة ترمانين شمال إدلب، كما أصيب 8 آخرين.
على صعيد متصل، وثق “المرصد السوري” استشهاد مواطن نازح إلى دارة عزة، كما استشهد أحد النازحين جراء قصف جوي روسي على أطراف معارة النعسان بريف إدلب، ليرتفع عدد الشهداء المدنيين إلى 5، خلال اليوم.
على صعيد متصل، تواصل قوات النظام قصفها للمناطق الحدودية والتي كانت ملجأ للنازحين.
كما ارتفع عدد غارات الطائرات الحربية الروسية التي استهدفت كل من ترمانين ومدينة أريحا ومحمبل بريف إدلب بالإضافة لمحيط وأطراف كل من دارة عزة والأتارب بريف حلب إلى 120.
كما نفذت الطائرات الحربية التابعة 12 غارة استهدفت المناطق بالقرب من طريق “M4”. 

Syrie: “Comme une résurrection”


Syrie-Bombaredement-du-régime-Darat-Azza-Alep--17-fév-2020-2

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
8h
“Comme une résurrection.”
Partout, des bombardements visent des villes et des centres de santé, dans la campagne occidentale d’Alep, par des avions de guerre russes et des forces du régime.
# Casques blancs
Vidéo ici

Syrie-Bombaredement-du-régime-du-village-de-Toqad-Alep-17-fév-2020

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
8h
“وكأنها القيامة ”
القصف في كل مكان يستهدف المدن والبلدات والمرافق الصحية، في ريف حلب الغربي، من قبل طيران الحربي الروسي وقوات النظام.
#الخوذ_البيضاء
Vidéo

Syrie-Bombaredement-du-régime-du-village-de-Toqad-Alep-17-fév-2020-3

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe

12h
Plusieurs blessés et mis hors service des hôpitaux “Al-Fardos” et “Al-Kinana” à la suite de frappes aériennes russes, qui ont visé la ville de Darat Azza lundi matin 17 février 2020.
# Casques blancs

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
17/2/2020
12h
عدة إصابات وخروج مستشفى “الفردوس” و “الكنانة” عن الخدمة نتيجة غارات جوية روسية، إستهدفت مدينة دارة عزة صباح اليوم الاثنين 17 فبراير / شباط 2020.
#الخوذ_البيضاء

Des photos d’Assad occupent la campagne d’Alep et d’Idleb


Bachar al-Assad - affichage d'images sur les signalétiques-route Alep et Idleb

Des photos d’Assad occupent la campagne d’Alep et d’Idleb

Al-Modon – 15/02/2020

Des militants syriens ont fait circuler des photos montrant l’accrochage par des soldats de l’armée du régime syrien des photos du président Bachar al-Assad, sur des panneaux de signalisation, dans les zones que le régime vient de controler récemment, dans les zones rurales d’Alep et d’Idleb.

Il semble que les photos aient été prises le long des routes internationales reliant Alep à Damas, qui étaient l’une des principales cibles du régime dans sa dernière campagne militaire qui a déplacé plus d’un demi-million de personnes, selon les statistiques des Nations Unies.

Cet accrochage, est le premier acte du régime, faisant référence à ses pratiques dans le pays au cours des dernières années, pour confirmer le rétablissement de son contrôle symbolique sur l’espace, mais la vitesse à laquelle l’opération se déroule dans la campagne d’Alep et d’Idleb semble ridicule, d’autant plus que l’opération militaire n’a pas encore pris fin dans cette zone, sachant que Le régime a republié des photos et des statues de la famille Assad dans les différentes régions qu’il contrôlait, notamment à Deir Ez-Zor, Homs et d’autres villes.

En outre, des médias officiels et médias russes, dont la chaîne d’information syrienne »al-Ikhbariya » et l’agence russe « Spoutnik », ont diffusé des vidéos montrant les forces du régime entrant dans l’entrée principale de la ville d’Alep via la route nationale M5, qui était contrôlée par les forces de l’opposition et les factions jihadistes pendant Les dernières années.
(…)

d'après-l'adoration-du-veau-F.-PICABIA

 l’adoration du veau – Picabia – عبادة العجل – بيكابيا

MSF sur Idleb: le pire reste à venir


Casque blanc-opération de sauvetage-Syrie 2020

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
15/2/2020
11h
7 civils, dont 4 enfants, ont été tués et 22 blessés, dont 4 enfants et 5 femmes, à la suite des frappes aériennes et des bombardements d’artillerie poursuivis par les forces du régime et son allié russe hier 14 février dans la campagne d’Idleb et d’Alep, et nos équipes ont documenté 13 zones ciblées, avec 25 frappes aériennes, 443 obus Artillerie et 43 lance-missiles.
# Casques blancs

Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
13h
Quatre personnes ont été tuées et un volontaire de la défense civile a été blessé par une frappe aérienne russe qui a visé la ville du Sahara dans la campagne occidentale d’Alep, ce matin, samedi 15 février 2020, lorsque notre équipe a été prise pour cible tout en récupérant les victimes et en inspectant les lieux.
# Casques blancs

SYRIA-SECURITY-IDLIB

MSF sur Idleb: le pire reste à venir

15/02/2020

Médecins Sans Frontières-Syrie a signalé que des milliers de Syriens sont arrivés dans des camps et des villes surpeuplés et confinés entre les fronts des combats d’une part et la frontière syro-turque d’autre part, notant que la situation humanitaire est critique dans la région.

L’organisation a ajouté dans une série de tweets sur son compte sur la plateforme Twitter, citant un médecin vendredi soir: «Nous ne savons pas ce qui se passera dans un avenir proche. Tout ce que les civils savent, c’est que les bombardements se poursuivent et que les forces gouvernementales (les forces du régime syrien) avancent.

À son tour, la chef de la mission de l’organisation en Syrie, Juliane Deluzan, a déclaré: “La situation humanitaire est très critique dans le gouvernorat d’Idleb. Des centaines de milliers de civils fuient des bombes et recherchent la sécurité dans les rudes conditions hivernales. Cependant, le pire reste à venir. »

En deux mois, environ 390 000 personnes ont été déplacées à cause obus, des frappes aériennes et des opérations au sol à Idleb, selon un rapport de l’OMS publié le mois dernier.

Soutenues par la Russie et l’Iran, et avec la milice multinationale, les forces du régime syrien continuent d’entrer dans la campagne d’Idleb et d’Alep, tandis que les grandes vagues de déplacements continuent de se diriger vers la frontière syro-turque.

Bien qu’il y ait plus de 8 points d’observation pour les forces turques dans les zones de contrôle du régime syrien qu’elles ont été étendues en partant de Hama, puis d’Idleb et d’Alep, un rapport russe a révélé aujourd’hui que les forces russes livraient le matériel nécessaire aux Turcs à ces points.

Le rapport, publié par une chaîne russe, a souligné que l’approvisionnement des points d’observation turcs, décrits par les médias du régime syrien comme «assiégés», arrivait par les forces russes.

Depuis août 2019, les forces du régime syrien, avec le soutien de la Russie, contrôlent Khan Cheikhoun dans la campagne d’Idleb et la campagne du nord de Hama, y compris la ville de Morek, située sur la route internationale Alep – Damas, où est stationné le neuvième poste d’observation.

Ce point reste dans la ville de Morek, mais l’arrivée continue de fournitures par le biais des Russes dément les déclarations des médias du régime concernant son blocus.

Fin août dernier, les forces russes stationnées sur la route internationale (Damas – Alep), à Morek, qui était contrôlée par le régime à la même période, devaient être, selon des militants des médias, en protection du point d’observation turc, à seulement 1 km.

Des civils ont été blessés par le bombardement des forces du régime syrien par une artillerie lourde visant les camps de déplacés dans la zone de Bab Al-Hawa à la frontière syro-turque, vendredi soir, dans le prolongement du bombardement “systématique” des camps suivi par le régime, qui a été révélé par la publication de l’un des “éléments de renseignement” les plus en vue “connu sous le nom de” Le parrain de réconciliation ».

Omar Al-Rahmon a déclaré dans un post sur son compte sur la plateforme Facebook: « A Tous les camps de Bab Al-Hawa et à l’est de Bab Al-Hawa, vous devez quitter immédiatement ».

Après environ une heure et demie, l’artillerie du régime a ciblé des camps pour personnes déplacées, près de Sarmada, dans la région de Bab al-Hawa et dans la région de Maarat Masrine.

Le bombardement a blessé 3 civils, une femme et deux hommes, selon un correspondant de Brokar Press.

Rahmon, qui a occupé des postes dans des factions militaires contre le régime et a posté parmi les officiers dans leurs camps désignés en Turquie, est une composante du renseignement du régime, selon des opposants syriens.

Rahmoun travaille actuellement en tant que «parrain des réconciliations » pour le régime, car il favorise le retour des réfugiés syriens et les met ensuite au service des forces du régime.

%d bloggers like this: