Les « FDS » tentent de calmer la colère des familles de Deir Ez-Zor en libérant des détenus


al-Chahil - Deir Ez-Zor

Les « FDS » tentent de calmer la colère des familles de Deir Ez-Zor en libérant des détenus

25/05/2019 – Enab Baladi

 Les Forces démocratiques de la Syrie ont libéré 89 détenus de leurs prisons à Deir Ez-Zor, qu’ils avaient précédemment arrêtées dans le cadre de sa campagne de sécurité dans l’est de la Syrie.

Selon ANHA, une agence autonome, samedi 25 mai, à la demande des dignitaires des tribus Deir Ez-Zor et leur caution, les forces de sécurité intérieure ont libéré 89 personnes qui « ne se sont pas souillées les mains avec le sang des Syriens ».

La libération des détenus faisait partie d’une cérémonie à laquelle assistaient des anciens, des dignitaires de la région et des représentants d’institutions civiles, ainsi que du comité des relations générales du conseil civil et des chefs militaires.

Cette décision intervient cinq jours après la libération de 43 détenus de ses prisons de Deir Ez-ZOr, qui avaient déjà été arrêtés pour appartenance à l’État islamique.

« Nous oeuvrons à la libération de 553 détenus et nous allons faire retourner 2 800 personnes des camps dans leurs maisons », a déclaré Cheikh Jamil Mahmood al-Hafel, porte-parole de la tribu al-Akidat.

Il a ajouté que « les demandes des parents ont reçu une réponse positive de la part des forces de sécurité internes, de sorte que la situation est plus sûre et stable ».

Des dizaines de personnes ont été arrêtées par les FDS ces derniers jours, l’accusation étant d’avoir traité avec l’organisation de l’État.

Dans le contexte des arrestations arbitraires, des quartiers de Deir Ez-Zor ont été témoins d’un état d’ébullition populaire, qui a entraîné l’organisation des manifestations par les civils, rejetant le traitement appliqué par les FDS dans la ville.

Les vieux et l’ensemble de dignitaires de la tribu Al-Akidat de la province de Deir Ez-Zor se sont rencontrés la semaine dernière dans la ville du Chahil, pour prendre position contre les « FDS ».

La réunion a débouché sur une déclaration finale appelant la coalition internationale dirigée par les États-Unis à intervenir pour mettre fin aux violations des FDS perpétrées à Deir Ez-Zor.

La déclaration accusait le groupe d’avoir « exploité » la richesse de la région orientale et d’avoir tué des civils sous le prétexte d’appartenance à l’organisation, malgré des enquêtes prouvant qu’ils n’avaient rien à voir avec aucune partie régulatrice.

 

“قسد” تحاول امتصاص غضب عشائر دير الزور بالإفراج عن معتقلين

25/05/2019

وقالت الوكالة إن الإفراج عن المعتقلين جاء ضمن مراسم بحضور شيوخ ووجهاء عشائر المنطقة وممثلين عن المؤسسات المدنية، ولجنة العلاقات العامة بالمجلس المدني وقيادات عسكرية.

وتأتي هذه الخطوة من قبل “قسد” بعد عشرة أيام من الإفراج عن 43 معتقلًا من سجونها في دير الزور، اعتقلتهم في وقت سابق بتهمة الانتماء لتنظيم “الدولة الإسلامية”.

ونقلت الوكالة عن المتحدث باسم قبيلة العكيدات، الشيخ جميل محمود الهفل قوله، “نعمل على الإفراج عن 553 معتقل كما سنعيد 2800 شخص من المخيمات إلى منازلهم”.

وأضاف أن “مطالب الأهالي تلقى تجاوب جيد من قبل قوى الأمن الداخلي، بحيث أصبح الوضع أكثر أمنًا واستقرارًا”.

وكانت “قسد” اعتقلت عشرات الأشخاص في مناطقها، في الأيام الماضية، بتهمة التعامل مع تنظيم “الدولة”، الذي أعلن انتهاء نفوذه في مناطق شرق سوريا بالكامل.

وعلى خلفية الاعتقالات العشوائية شهدت مناطق في دير الزور حالة من الغليان الشعبي، أفضت إلى خروج المدنيين بمظاهرات شعبية رافضة للأمور التي تعمل عليها “قسد”.

وكان شيوخ ووجهاء عموم قبيلة العكيدات في محافظة ديرالزور اجتمعوا، الأسبوع الماضي، في مدينة الشحيل، لاتخاذ موقف ضد “قسد”.

وخرج الاجتماع ببيان ختامي طالب التحالف الدولي الذي تقوده أمريكا بالتدخل لوقف “قسد” عن الانتهاكات التي تقوم بها في دير الزور.

واتهم البيان “قسد” باستغلال ثروات المنطقة الشرقية، ومقتل مدنيين بتهمة الانتماء للتنظيم، رغم إثبات التحقيقات أن لا علاقة لهم بأي أطراف تنظيمية.

Advertisements

La colère populaire s’intensifie contre les FDS : les arrestations continuent


 

les-bases-américaines-au-nord-est-de-la-Syrie

ِEn Syrie, la colère populaire s’intensifie contre les FDS : les arrestations continuent

16 mai 2019

Les pratiques des Forces démocratiques de la Syrie (FDS) dans les zones arabes qu’elles contrôlent, en particulier à Deir Ez-Zor, s’intensifie, suscitant de plus en plus de colère, en dépit de la tentative de calmer la situation et d’atténuer la tension après les manifestations qui ont eu lieu à son encontre en libérant plusieurs détenus qui se trouvaient dans ses centres de détention. Par ailleurs, ces forces ont mené une autre campagne d’arrestations dans la province voisine de Raqqa. En dépit de cette tension, le régime syrien est entré en ligne, essayant d’exploiter la colère populaire contre les « FDS », en se plaignant devant le Conseil de sécurité, critiquant les « massacres » de ces forces contre des civils.

Mardi matin, les « FDS » ont lancé une campagne d’arrestations dans la ville de Raqqa et ses environs, arrêtant dix jeunes hommes aux fins de la conscription dans ses rangs. Un militant de Raqqa, qui se nomme Abou Mohammed al-Jazrawi, a déclaré à al-Arab al-Jadeed que les « FDS » ont poursuivi pour la troisième journée consécutive les campagnes d’arrestations à al-Raqqa et ses campagnes. elles ont perquisitionné des dizaines de maisons, arrêté des dizaines de jeunes hommes aux fins de recrutement obligatoire dans leurs rangs », ajoutant que la campagne d’arrestations au Ferdaous coïncidait avec une deuxième campagne dans la région de Mazra’at al-Qahtaniya, au nord-ouest de Raqqa.

D’autres sources locales ont déclaré que les forces de sécurité des FDS avaient également mené une campagne d’arrestations dans la ville de Tall Abyad, dans les zones rurales de Raqqa, arrêtant des dizaines de jeunes hommes. Les FDS ont également lancé une vaste campagne d’arrestations dans plusieurs villages, y compris le village d’al-Ruwayyan et d’al-Ajaj, visant à recruter de jeunes hommes dans la région. Dimanche dernier, un amendement à sa « loi sur le recrutement » dans ses zones de contrôle, au nord-est de la Syrie, a identifié les personnes recherchées pour le recrutement, nées en 1990, et a fixé le montant de six mille dollars à ceux souhaitant être exemptés pour voyager.

Des sources locales à al-Raqqa ont ajouté « les forces de sécurité des FDS ont arrêté dimanche soir dix personnes, lors d’une campagne de rafles visant plusieurs quartiers de la ville à Karama, à l’est de l’Euphrate ». Les sources ont indiqué que la campagne avait été lancée sous le prétexte d’arrêter des « agents de l’armée syrienne libre » dans la région, soulignant que parmi les détenus trois membres de la même famille.
Les médias locaux ont rapporté, également, que des membres des FDS avaient pris d’assaut dimanche soir la région de Mansoura dans la province occidentale de Raqqa pendant la période de Suhoor et avaient lancé une campagne d’arrestation contre plusieurs jeunes hommes, dont le nombre est inconnu, à la suite du meurtre de deux membres du poste de contrôle de FDS à Mansoura, par des inconnus. Les attaques contre les habitants d’al-Raqqa s’intensifient à la suite de chaque attentat à la bombe ou assassinat dans la région, sous prétexte de « collaboration »  avec des factions de l’opposition armée ou des forces du régime ou encore de l’organisation « Daech », en plus de l’arrestation de jeunes gens dans le but de les appréhender avec une prétendue « légitime défense », ce qui est une préoccupation constante chez les parents des jeunes arrêtés.

تصاعد الغضب الشعبي ضد “قسد” في سورية: اعتقالات لا تتوقف

أحمد حمزة، ريان محمد – 16 مايو 2019

يتصاعد الغضب ضد ممارسات “قوات سورية الديمقراطية” (قسد) في المناطق العربية التي تسيطر عليها، لا سيما في دير الزور، على الرغم من محاولتها تهدئة الأوضاع وتخفيف الاحتقان بعد تظاهرات ضدها، بإطلاق عدد من المعتقلين لديها، في المقابل كانت هذه القوات تنُفذ حملة اعتقالات أخرى في محافظة الرقة المجاورة. ومع هذا التوتر القائم، دخل النظام السوري على الخط، محاولاً استغلال الغضب الشعبي ضد “قسد”، إذ رفع شكوى لمجلس الأمن بهذا الخصوص، مُنتقداً “مذابح” هذه القوات بحق المدنيين.

وشنّت “قسد”، صباح الثلاثاء الماضي، حملة اعتقالاتٍ في مدينة الرقة ومحيطها، طاولت عشرات الشبان بهدف التجنيد الإجباري في صفوفها. وقال ناشط يتحدر من الرقة، ويطلق على نفسه اسم أبو محمد الجزراوي، لـ”العربي الجديد”، إن “قسد واصلت، الثلاثاء، لليوم الثالث على التوالي، حملات الاعتقال في الرقة وريفها، وقامت بمداهمة عشرات المنازل في حي الفردوس بمدينة الرقة واعتقلت عشرات الشبان والرجال بهدف التجنيد الإجباري في صفوفها”، مضيفاً أن حملة الاعتقالات في الفردوس، تزامنت مع حملة ثانية طاولت منطقة مزرعة القحطانية الواقعة شمال غرب الرقة.

وقالت مصادر محلية أخرى لـ”العربي الجديد”، إن قوات الأمن التابعة لـ”قسد” قامت أيضاً بحملة اعتقالات في مدينة تل أبيض الواقعة في ريف الرقة، وشملت عشرات الشبان. وكانت “قسد” قد شنّت، الاثنين الماضي، حملة اعتقالات في العديد من القرى في ريف الرقة، من بينها قرى الرويان والعجاج، وذلك ضمن حملةٍ واسعة تهدف من خلالها لتجنيد شبان المنطقة ضمن صفوف قواتها، وذلك بعدما أصدرت “الإدارة الذاتية” التابعة لها، الأحد الماضي، تعديلاً على “قانون التجنيد” الخاص بها، في مناطق سيطرتها، شمال شرق سورية، وحدّدت فيه المطلوبين للتجنيد من مواليد عام 1990، وحدّدت مبلغ ستة آلاف دولار للمسافرين الذين يرغبون بالإعفاء.

كما أفادت مصادر محلية من الرقة، لـ”العربي الجديد”، بأن “قوات الأمن التابعة لقسد اعتقلت، مساء يوم الأحد الماضي، عشرة أشخاص في ريف الرقة، شمال سورية، خلال حملة مداهمات شنّتها على العديد من الأحياء في بلدة الكرامة الواقعة شرق الفرات”. وذكرت المصادر أن الحملة جاءت تحت ذريعة إلقاء القبض على “عملاء الجيش السوري الحر” في المنطقة، لافتة إلى أن من بين المعتقلين ثلاثة من عائلة واحدة تمت مداهمة منزلهم بشكل مباغت.
ونقلت تقارير إعلامية محلية أن عناصر من “قسد” اقتحمت منطقة المنصورة في ريف الرقة الغربي، ليل الأحد، أثناء فترة السحور، وشّنت حملة اعتقال بحق العديد من الشبان، لم يُعرف عددهم، وذلك بعد مقتل عنصرين يتبعان لأحد حواجز “قسد” في المنصورة على يد مجهولين. وتشتد حملات اعتقال أهالي الرقة عقب كل عملية تفجير أو اغتيال تتم في المنطقة، بتهم جاهزة مثل “العمالة” للفصائل المسلحة المعارضة أو قوات النظام أو تنظيم “داعش”، إضافة إلى اعتقال الشباب بهدف إلحاقهم بما يُطلَق عليه “الدفاع الذاتي”، الأمر الذي يثير القلق الدائم بين الأهالي.

La colère populaire contre les “FDS” en Syrie s’intensifie : les arrestations se poursuivent


Manifestations contre les FDS à Deir Ez-Zor-2019

La colère populaire contre les “FDS” en Syrie s’intensifie : les arrestations se poursuivent

16 mai 2019 –Ahmed Hamza, Ryan Mohammed

Les pratiques des Forces démocratiques de la Syrie (FDS) dans les zones arabes qu’elles contrôlent, en particulier à Deir Ez-Zor, s’intensifie, suscitant de plus en plus de colère, en dépit de la tentative de calmer la situation et d’atténuer la tension après les manifestations qui ont eu lieu à son encontre en libérant plusieurs détenus qui se trouvaient dans ses centres de détention. Par ailleurs, ces forces ont mené une autre campagne d’arrestations dans la province voisine de Raqqa. En dépit de cette tension, le régime syrien est entré en ligne, essayant d’exploiter la colère populaire contre les « FDS », en se plaignant devant le Conseil de sécurité, critiquant les « massacres » de ces forces contre des civils.

Mardi matin, les « FDS » ont lancé une campagne d’arrestations dans la ville de Raqqa et ses environs, arrêtant dix jeunes hommes aux fins de la conscription dans ses rangs. Un militant de Raqqa, qui se nomme Abou Mohammed al-Jazrawi, a déclaré à al-Arab al-Jadeed que les « FDS » a poursuivi pour la troisième journée consécutive les campagnes d’arrestations à al-Raqqa et dans ses campagnes. Il a perquisitionné des dizaines de maisons à al-Raqqa et ses environs, elles ont arrêté des dizaines de jeunes hommes et jeunes hommes aux fins de recrutement obligatoire dans leurs rangs », ajoutant que la campagne d’arrestations au Ferdaous coïncidait avec une deuxième campagne dans la région de Mazra’at al-Qahtaniya, au nord-ouest de Raqqa.

D’autres sources locales ont déclaré à al-Arab al-Jadeed que les forces de sécurité des FDS avaient également mené une campagne d’arrestations dans la ville de Tall Abyad, dans les zones rurales de Raqqa, incluannt des dizaines de jeunes hommes. Les FDS ont également lancé une campagne d’arrestations dans plusieurs villages des zones rurales d’al-Riqqa, y compris les villages d’al-Ruwayyan et d’al-Ajaj, dans le cadre d’une vaste campagne visant à recruter de jeunes hommes dans la région. Dimanche dernier, un amendement à sa « loi sur le recrutement » dans ses zones de contrôle, au nord-est de la Syrie, a identifié les personnes recherchées pour le recrutement, nées en 1990, et a fixé le montant de six mille dollars à ceux souhaitant voyager et être exemptés.

Selon des sources locales d’al-Raqqa ont ajouté « les forces de sécurité des FDS ont arrêté dimanche soir dix personnes se trouvant dans la campagne de Raqqa, dans le nord de la Syrie, lors d’une campagne de rafles visant plusieurs quartiers de la ville de Karama, à l’est de l’Euphrate » . Les sources ont indiqué que la campagne avait été lancée sous le prétexte d’arrêter des « agents de l’armée syrienne libre » dans la région, soulignant que parmi les détenus trois des membres de la même famille.
Les médias locaux ont rapporté, également, que des membres des FDS avaient pris d’assaut dimanche soir la région de Mansoura dans la province occidentale de Raqqa pendant la période de Suhoor et avaient lancé une campagne d’arrestation contre plusieurs jeunes hommes, dont le nombre est inconnu, à la suite du meurtre de deux membres du poste de contrôle de FDS à Mansoura, par des inconnus. Les attaques contre les habitants d’al-Raqqa s’intensifient à la suite de chaque attentat à la bombe ou assassinat dans la région, tels que « collaboration »  avec des factions de l’opposition armée ou des forces du régime ou de l’organisation « Daech », en plus de l’arrestation de jeunes gens dans le but de les appréhender avec une prétendue « légitime défense », ce qui est une préoccupation constante chez les parents.

 

“al-’Akidat” demande aux FDS et à la coalition internationale de « remettre les régions arabes à une administration locale


al-Chahil - Deir Ez-Zor

Réunion de la tribu d’al-Akidat – ville d’al-Chahil, Deir Ez-Zor 13/5/2019

Des représentant de la tribu “al-’Akidat” demandent aux FDS et à la coalition internationale de « remettre les régions arabes à une administration locale, libérer les détenus et la nécessité de chasser les milices iraniennes de l’Euphrate ouest

13 mai 2019 – OSDH

L’OSDH a appris qu’une réunion s’était tenue ce matin dans la ville d’Al-Chahil, à laquelle ont participé des chefs et des dignitaires de la tribu al-’Akidat à Deir Al-Zour, afin de discuter de la situation de la tribu, après les deux massacres perpétrés par les forces de la coalition internationale et les FDS. En fin de la réunion, un communiqué a été lu par (le cheikh Rachid Jamil al-Hafl) dont une copie est parvenue à l’OSDH :
« 1. Annexer la région occidentale de l’Euphrate à sa partie est, et chasser les milices iraniennes, russes et du régime.
2 – Demander aux forces de la coalition internationale de confier l’administration des régions arabes à leurs enfants, à l’instar des Kurdes dans leurs régions
3. Libération de détenus civils
4- Évacuation de femmes et d’enfants des camps du gouvernorat
5. Demander l’ouverture d’une enquête sur les massacres qui ont eu lieu à al-Chahil et confirmer que les victimes étaient que des civils »

Il a été convenu de former un comité composé de dignitaires du clan pour s’entendre et communiquer avec la coalition internationale.

L’OSDH a publié le 3 mai que le « Conseil démocratique de la Syrie » avait organisé « le Forum des tribus syriennes », dans la ville d’Ain Issa, au nord-ouest de la Syrie, dans le Rif de la province de Raqqa, où des dirigeants et des représentants du Commandement des forces démocratiques de la Syrie ont rencontré des centaines de représentants de dix tribus syriennes parmi tant d’autres, ainsi que des regroupements civils et populaires, vendredi 3 mai dans le cadre d’une coordination conjointe entre les parties, pour prévenir les risques et renoncer aux troubles, que les acteurs régionaux cherchent, par le biais de groupes, à planifier, afin d’entraîner la région dans le chaos. L’OSDH a publié également le 28 avril 2019, qu’une réunion a eu lieu dans la zone de Maamel, entre des représentants des forces démocrates de la Syrie et des dignitaires du clan al-Bakir à laquelle appartient la famille de Farhan Machhour al-Sarhan, qui a été tué par les forces de la coalition et les FDS il y a quelques jours. Les sources avait rajouté que le commandement de ces derniers a demandé la présence des représentants des manifestants, mais ils ont refusé et ont préféré envoyer des réclamations, dont ci-après le contenu:
« 1 – l’arrêt de la campagne arbitraire des services de sécurité contre les innocents
2 – libération des détenus arrêtés par le biais de rapports malveillants et des accusations (Daechi – bouclier de l’Euphrate / membres de Daech ou avec la Turquie)
3. Libération des femmes et des enfants qui sont détenus dans des camps
4 – L’arrêt de la collaboration avec le régime et de la contrebande de pétrole par les passages
5- Activer le rôle des dirigeants natifs de la région au sein des FDS
6 – Traitez les habitants de Deir Ez-Zor, al-Hassakah et al-Raqqa convenablement leur permettant de  circuler (entrer et  sortir) sans garant
7. Suppression du recrutement obligatoire pour se contenter de volontaires
8 – Abolir le rôle des cadres présents au conseil civil et activer le rôle des présidents de comités et du président du conseil civil
8. Restreinte dans le carburant et l’électricité
9- Ne pas attaquer les manifestants
10. Résoudre les problèmes causés par le commandement militaire avec des civils »

 

Deir Ez-Zor24.net obtient des informations exclusives sur l’identité des victimes du débarquement qui a eu lieu à al-Chahil

10 mai 2019
Spécial Deirezzor 24

Le réseau Deirezzor 24 a obtenu des informations exclusives sur l’identité des personnes morts au cours de l’opération de débarquement aérien menée par la Coalition internationale avec la participation des Forces démocratiques de la Syrie et des éléments des Forces spéciales américaines le 9-mai-2019 dans la ville d’al-Chahil, dans la campagne Est de Deir Ez-Zor.

Selon les informations exclusives obtenues par le réseau Deirezzor 24, deux des morts, que les Forces démocratiques de la Syrie prétendaient qu’ils étaient des cellules dormantes de l’organisation Daech, n’avaient aucun lien avec l’organisation, mais étaient des membres des FDS, tandis nos sources ont confirmé que les autres victimes étaient des civils et n’avaient aucune activité sécuritaire ou militaire, les mêmes sources nous ont confirmé que les deux éléments sont Ahmad Khleif al-Osman et son frère Mohammed ont été tués dans les affrontements qui ont suivi le débarquement aérien dans la ville de al-Chahil.

Selon les sources, les deux éléments, dont les photos ont été publiées indiquant qu’il s’agit de cellule de l’organisation Daech, étaient, en fait, deux recrutés dans les rangs de FDS, les fausses information avait pour but de dissimuler le massacre de civils dans la ville.

D’après les photographies exclusives obtenues par Deirezzor 24 montrent les deux hommes, Mohammed et Ahmed Khleif al-Osman, étaient vêtus de l’uniforme des FDS.

Les images réfutent le récit des FDS, selon lequel la totalité des morts dans l’opération du débarquement faisaient partie de l’oganisation Daech, et qu’ils étaient tués grâce à une opération de sécurité précise.
La Coalition internationale, avec la participation des FDS, avait perpétré un massacre similaire le 25 /4/2019 dans la ville de Dhaman, dans la banlieue nord de Deir Ez-Zor, tuant quatre civils qui ont été liquidés directement dans leur maison.

 

قتلى عملية الإنزال في الشحيل هم عناصر لقسد … ديرالزور24 تحصل على معلومات حصرية حول الحادثة

١٠ مايو ٢٠١٩
خاص ديرالزور24

حصلت شبكة ديرالزور24، على معلومات حصرية حول هوية القتلى الذين سقطوا في عملية الإنزال الجوي التي نفذها التحالف الدولي بمشاركة قوات سوريا الديمقراطية، وعناصر من القوات الأمريكية الخاصة، بتاريخ 9-5-2019، في مدينة الشحيل بريف ديرالزور الشرقي.

ووفق المعلومات الحصرية التي حصلت عليها شبكة ديرالزور، فإن اثنين من القتلى الذين ادعت قوات سوريا الديمقراطية أنهم خلايا لتنظيم داعش، لم يكن لهم أيّة صلة بالتنظيم، بل كانوا عناصر في قسد، فيما أكدت المصادر الحصرية أن باقي الضحايا هم مدنيون ولا يوجد لديهم أي نشاط أمني أو عسكري , كما أكدت ذات المصادر للشبكة، أن العنصرين هما أحمد خليف العصمان، وشقيقه محمد، قتلا في الاشتباكات التي تلت عملية الإنزال الجوي على مدينة الشحيل.

ووفق المصادر فإن العنصرين الذين بثت قسد صورهم على أنهم خلايا لتنظيم داعش، هم عناصر مجندين لدى قسد، وتم الترويج على أنهم خلايا للتنظيم، للتغطية على المجزرة التي ارتكبت بحق المدنيين في البلدة.
وتظهر الصور الحصرية التي حصلت عليها ديرالزور24، العنصرين محمد وأحمد خليف العصمان، وهما يرتديان زي عسكري يتبع لقوات سوريا الديمقراطية.

وتفنّد صور القتلى الرواية المقدمة من قبل قسد، على أن جميع القتلى في عملية الإنزال هم من تنظيم داعش، وأن قتلهم تم عبر عملية أمنية دقيقة.
هذا وكان التحالف الدولي بمشاركة قسد قد ارتكب مجزرة مماثلة في بلدة ضمان بريف ديرالزور الشمالي بتاريخ 25-4-2019، راح ضحيتها أربعة مدنيين تمت تصفيتهم بشكل مباشر في منزلهم.

Plus de 50 membres de “l’Etat islamique/Daech » ont été tués dans des raids …


 

baghouz-syria

Plus de 50 membres de “l’Etat islamique/Daech » ont été tués dans des raids de la Coalition internationale sur les grottes de Baghouz à l’est de l’Euphrate

28 mars 2019 – OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a suivi les frappes effectuées par des avions de l’Alliance internationale sur la région d’Al-Baghouz, dans la campagne de Deir Ez-Zor, sur les rives orientales de l’Euphrate, dans les détails fournis par l’OSDH, des avions de la coalition internationale ont bombardé avec des des roquettes et des bombes, les grottes et les tunnels dans la région de Baghouz causant un grand nombre de morts. L’observatoire syrien a documenté l’assassinat d’au moins 50 membres de l’organisation qui se cachent dans la région, après son achèvement complet dans l’Est de l’Euphrate en tant que force dominante. Ces frappes aériennes coïncident avec le maintien des forces spéciales de la Coalition internationale et des forces spéciales des FDS visant des opérations de peignage dans le secteur est dans la campagne de Deir Ez-Zor. Des sources fiables ont confirmé que les opérations comprenaient des tunnels et des grottes où des membres de l’organisation et les dirigeants de la première rang de l’organisation, dans une tentative de faire pression sur ceux qui ont refusé de se rendre, ou de sortir de la région, où la peur régnait au sujet du destin des milliers de personnes enlevées par les intégristes dont ceux qui ont été transférés de plusieurs prisons sous le contrôle de l’organisation “État islamique”, qu’ils aient été exécutés, notamment après la confirmation de ceux qui ont pu sortir dernièrement qui ont confirmé l’exécution de centaines d’enlevés par l’organisation. Durant la période de contrôle de l’organisation sur de vastes zones, qui couvraient plus de la moitié du territoire syrien, figuraient parmi les arrêtés : l’archevêque John Abraham, Paul Yazigi, le père Paolo Dallio, un journaliste britannique et d’autres journalistes, ainsi que des centaines de personnes enlevées de la région d’Ain al-Arab (Kobané)

En dépit des opérations de peignage menées dans la région d’Al-Baghouz, dans la banlieue est de Deir Ez-Zor, sous le contrôle de commandos américains et de forces spéciales de la Coalition internationale des tunnels et des grottes de Bahguoz, à la recherche des personnes enlevées et des personnes cachées, y compris des dirigeants de l’État islamique, de l’or, des fonds et de la richesse de l’organisation, mais les opérations de peignage n’ont jusqu’à présent donné aucun résultat,…

أكثر من 50 قتيل من عناصر تنظيم “الدولة الإسلامية” في غارات للتحالف الدولي على كهوف الباغوز بشرق نهر الفرات

Le contrôle de al-Baghouz ne signifie pas l’élimination totale de l’organisation


Daech l'extrémiste - عقلية داعش وأخواتها

Le contrôle de al-Baghouz par les FDS signifie la fin de l’existence d’une organisation à l’est de l’Euphrate, mais pas l’élimination totale de l’organisation, car elle contrôle toujours certaines poches dans le désert du sud de Deir Ez-Zor et dans le désert du nord-est de Homs. sans oublier des cellules dormantes à Deir Ez-zor.

وتعني سيطرة “قسد” على الباغوز إنهاء وجود تنظيم “داعش” في منطقة شرق الفرات، إلا أنها لا تعني القضاء على التنظيم بشكل كامل، إذ لا يزال مسيطراً على جيوب في بادية دير الزور الجنوبية وجيوب في بادية ريف حمص الشمالي الشرقي، فضلاً عن وجود خلايا نائمة في دير الزور٠

Washington annonce la fin de “Daech” en Syrie

واشنطن تعلن نهاية “داعش” بسورية وترامب: “بارعون بالإنترنت”

العربي الجديد – 22 مارس 2019

 

Voir aussi:

Le régime libère de nombreux éléments appartenant à Daech, ils se sont dirigés vers la Badia de Souweida

 

La Syrie du Nord apporterait un “État” ou une solution politique ? -شمال سورية يأتي بـ «دويلة» أو بحلّ سياسي؟


Rencontre Assad-Poutine à Soutchi mai 2018

La Syrie du Nord apporterait un “État” ou une solution politique ?

ABdelwahab Badrakhan- 21 février 2019.

À l’approche de la fin de toute présence géopolitique connue de l’organisation « Daech » en Syrie, Donald Trump se prépare à proclamer la « victoire finale » et à rappeler l’une des raisons les plus importantes de sa décision de se retirer.

Avant de le faire, son adjoint, Mike Bens, a déclaré que ce qui se passait en Syrie constituait « un changement de tactique et ses généraux ont souligné que la bataille avec un « Daech » n’était pas terminée. « L’étape suivante » visait ses cellules endormies et ses combattants déployés dans le désert syrien, c’est-à-dire la présence sécuritaire perdurera, afin de gérer les tâches futures des « Forces démocratiques syriennes » (FDS), que le commandant de la direction centrale, Joseph Fotel, a demandé de poursuivre l’armement « après le retrait ».

Mais si tel est le cas, pourquoi les Kurdes devraient-ils appeler les pays européens « à ne pas les abandonner » et pourquoi ils remplissent les médias de cris de peur d’une invasion turque qui a été écartée dans divers scénarios. Trump a renoncé à céder le nord-est à Recep Tayyip Erdogan, et bien que Vladimir Poutine veuille gagner Erdogan, mais la réponse de ses ambitions en est une autre.

En tout état de cause, les craintes des Kurdes ne sont plus les mêmes, ce qui signifie qu’ils ont reçu le message que les « tactiques de changement » américaines seront avec leur participation et non pas à leurs dépens, du moins dans un avenir proche. Bien qu’ils continuent à dialoguer avec Moscou, leur impulsion vers le régime n’est plus la même qu’au cours des deux derniers mois, ce qui explique le message que Bachar al-Assad a souligné dans son dernier discours que les États-Unis ne protègent pas ceux qui parient dessus, et que « vous ne serez protégés que par votre état, et vous ne serez défendus que par votre armée, l’armée arabe syrienne ». Assad ne se trompe peut-être pas dans son évaluation de la protection américaine, mais il se trompe dans l’alternative présentée par « votre État » et « votre armée », car cela n’est plus convaincant, non seulement pour les Kurdes, mais pour tous les Syriens.

Le régime a eu l’occasion de dialoguer avec les Kurdes, qui, s’ils parvenaient à un accord politique avec eux, il aurait pu gagner un point de départ pour rétablir le contrôle des provinces de Raqqa et de Deir Ez-Zor. Il était évident que le dialogue pourrait pas aboutir, même si le régime était théoriquement conforme aux exigences des Kurdes, mais sa reconnaissance semblerait être une concession sans précédent et une avancée dans la démarche d’intransigeance et d’arrogance adoptée depuis le début de la crise. Bien que les Russes comprennent ces exigences et leur besoin d’attirer les Kurdes à ce stade, mais ils n’ont pas exercé de pression sur Assad: tout accord avec les Kurdes traitera nécessairement de questions qui seront traitées ultérieurement lors des discussions de la Commission constitutionnelle, et ceux là, ils ne sont -ou ne sont pas tous- des représentants de “l’Union démocratique – le PKK”, comme c’est le cas avec ceux qui ont engagé des dialogues, maintenant, avec le régime.

Même si le dialogue se poursuit, l’occasion qu’il offre semble avoir été perdue, mais les Américains l’ont déjouée après avoir laissé l’impression qu’ils bénissaient ce dialogue et ne craignaient pas le retour des zones de « FDS » sous le contrôle du régime avec la supervision des russe. À l’approche du retrait, à la fin d’avril, l’approche des États-Unis est en train de changer pour offrir une approche sans risque qui maintiendra l’équation géographique inchangée, qu’elle soit présente ou non. Soudain, les Kurdes des FDS ont reçu un avertissement « américain » selon lequel leur alliance avec la Russie et le régime impliquait de mettre fin à leur l’aide. C’était avant que l’Envoyé spécial, James Jeffrey, ne déclare à la conférence de Munich que les États-Unis refusaient de renvoyer le régime dans le nord-est de la Syrie. Avant que le kurdes n’entende dire Paul Lakamera que la loi américaine interdisait la coopération avec la Russie et le régime d’Assad, les Kurdes étaient formés tant qu’ils restaient partenaires Amérique
À la lumière de cela, les Américains veulent que la région reste entre les mains de FDS et ils ont commencé à se coordonner avec elles le lendemain du retrait. Ils ne sont plus gênés par le fait que les principaux dirigeants de FDS soient du « parti des travailleurs de Kurdistan » (PKK) qualifié de terroriste, Washington lui a donné l’occasion de lutter contre « Daech » pour le purger de cette classification, s’il l’abandonne, il perdra tous ses privilèges militaires et politiques et ne pourra être dédommagé ni avec les russes, ni avec le régime, ni avec l’Iran. Reste la question des garanties de protection que les Américains tentent de fournir par le biais des forces françaises et britanniques et de la possibilité d’intégrer Israël sur la ligne. Mais le plus important, c’est que les Américains se sont rendus compte, également, que la situation kurde dans le nord du pays doit faire l’objet d’une normalisation interne. L’Union démocratique ne représentent pas la majorité des Kurdes syriens, raison pour laquelle le conseiller des forces de la coalition a appelé à des représentants du « Conseil national kurde/CNK ». pour rechercher une réconciliation qui pourrait aboutir à la création d’une nouvelle administration dans laquelle toutes les composantes du nord de la Syrie, tous les Arabes, les Assyriens, les Arméniens et d’autres, seront représentés. Ce n’est pas un projet facile, car le « Parti » et sa branche ont pratiqué de l’oppression flagrante contre les Kurdes qui leur sont opposés, car ils ont été renforcés par la guerre, également, parce que le CNK n’est pas seulement un parti politique, il dispose également de forces « Peshmerga » formées et entraînées au Kurdistan irakien.

On ne sait pas encore comment les Américains organiseront cette réconciliation, ni pour quel but. Cependant, Moscou pressentait une orientation vers la division de la Syrie et a accusé Washington de ne pas respecter les obligations imposées par les résolutions internationales, ce qui nécessite une clarification des intentions des États-Unis. La Russie et ses partenaires dans la formule « Sotchi-Astana », la Turquie et l’Iran, ont continué à ouvrir leurs déclarations en réaffirmant leur attachement à l’unité de la Syrie. Ils ont salué lors de son dernier sommet l’intention des États-Unis de se retirer, estimant que ce retrait ne lui serait pas une opportunité, mais probablement il nuirait les partitions réalisées et en cours. En revanche, les Russes ne peuvent pas affirmer que leurs intentions sont claires quant à la solution politique en Syrie. De nombreux envoyés américains ont fini par dire à leurs interlocuteurs Turcs et de l’Opposition syrienne que le contrôle des Russes, des Iraniens et du régime sur Idleb et le nord-est de la Syrie enterrerait la solution politique, et qu’Ankara s’était intéressée par ses intérêts et ne pouvait apporter aucun changement fondamental à la position de la Russie. Depuis le début de la crise syrienne, les Russes ont travaillé sur l’ambiguïté: il est devenu évident que leur incapacité à révéler leur vision et leur incapacité à forcer le régime à négocier une transition politique systématique et à altérer la composition des délégations, également, la composition de la délégation constitutionnelle de l’opposition, des manoeuvres qui ont ensuite conduit à une perte de temps et d’efforts et par conséquence imposer la solution du fait accompli avec le réhabilitation d’Assad sans aucune concession.

شمال سورية يأتي بـ «دويلة» أو بحلّ سياسي؟

عبدالوهاب بدرخان |

في مؤتمر ميونيخ للأمن وصف وزير الخارجية الفرنسي السياسة الأميركية في شمالي سورية بأنها «لغز»، وحين يأتي ذلك من عضو في التحالف الدولي له هو الآخر قوات على الأرض، فليس فيه أي مبالغة. ذاك أن واشنطن لم تستطع بل لم تسعَ الى جلاء أهدافها، سواء كانت تخطّط لسحب كلّ قواتها من تلك المنطقة أو لإبقاء عدد رمزي من العسكريين والمعدّات للدلالة الى «وجود سياسي» دائم. وما زاد اللغز تعقيداً أن جميع اللاعبين على الأرض السورية لم يتلقّوا أي إيضاحات من الإدارة الأميركية، سواء من «الحلفاء» كالأتراك وخصومهم الأكراد أو من الخصوم والأعداء كالروس والإيرانيين بالإضافة الى النظام السوري، أما الإسرائيليون فيبدو أنهم وحدهم مَن يعرفون «السرّ» ولم يستشكل أي أمر لديهم، كونهم ينسّقون مع الاميركيين والروس في آن.

لكن، مع انتهاء مؤتمر ميونيخ، كان بعض معالم السياسة الأميركية قد اتضح، فالاميركيون لن ينسحبوا لمصلحة أي من الأطراف بل يعتقدون أن «ظلّهم» سيكون كافياً لإبقاء «إقليم شمال سورية» خارج سيطرة روسيا وحلفائها، وربما يستعينون بقوات فرنسية وبريطانية من التحالف سواء لطمأنة الأكراد وحمايتهم أو لحراسة التركة الأميركية نظراً الى أهميتها الاستراتيجية بالنسبة الى ضمانات الحل السياسي في سورية. غير أن الترتيبات التي يدرسها الاميركيون مع الأكراد استفزّت روسيا الى حد اعلان وزيرها سيرغي لافروف أن واشنطن تعمل على تقسيم سورية وإقامة «دويلة» شرقي الفرات.

مع اقتراب نهاية كل وجود جغرافي معروف لتنظيم «الدولة» (داعش) في سورية، استعدّ دونالد ترامب لإعلان «النصر النهائي» وأيضاً للتذكير بأحد أهم أسباب قراره المتّخذ بالانسحاب.

وقبل أن يفعل كان نائبه مايك بنس يقول أن ما يجري في سورية «تغيير في التكتيك، وكان جنرالاته يشيرون الى أن المعركة مع «داعش» لم تنتهِ، فـ «المرحلة التالية» تستهدف خلاياه النائمة ومقاتليه المنتشرين في البادية السورية، أي أن الوجود الاستخباري سيستمرّ لإدارة المهمّات المقبلة لـ «قوات سورية الديموقراطية» (قسد) التي طالب قائد القيادة المركزية جوزف فوتيل بمواصلة تسليحها «بعد الانسحاب».

لكن، إذا كانت الحال كذلك، فلماذا يناشد الأكراد الدول الأوروبية «عدم التخلّي عنهم» ولماذا يملأون الاعلام صراخاً بمخاوفهم من اجتياح تركي بات مستبعداً في مختلف السيناريوات. إذ تراجع ترامب عن تسليم الشمال الشرقي الى رجب طيب اردوغان، ومع أن فلاديمير بوتين راغب في استمالة اردوغان إلا أن استجابة طموحاته مسألة أخرى.

في أي حال، لم تعد مخاوف الأكراد كما كانت، ما يعني أنهم تلقوا ما يفيد بأن «تغيير التكتيك» الاميركي سيكون بمشاركتهم وليس على حسابهم، أقلّه في المدى المنظور. ومع أنهم يواظبون على التحاور مع موسكو إلا أن اندفاعهم نحو النظام لم يعد كما بدا في الشهرين الماضيين، وهذا ما يفسر الرسالة التي خصّهم بها بشار الاسد بقوله في خطابه الأخير أن الولايات المتحدة لا تحمي من يراهنون عليها وأنه «لن يحميكم سوى دولتكم، ولن يدافع عنكم سوى الجيش العربي السوري». قد لا يكون الاسد مخطئاً في تقويمه للحماية الأميركية إلا أنه مخطئ في البديل الذي يعرضه، «دولتكم» و»جيشكم»، لأنه لم يعد مقنعاً، ليس للأكراد فحسب بل لعموم السوريين.

كانت لدى النظام فرصة في الحوار مع الأكراد، فلو توصّل معهم الى اتفاق سياسي لكان كسب نقطة يمكن أن تشكّل مدخلاً لاستعادته السيطرة على محافظتَي الرقة ودير الزور. لم يكن متوقّعاً لهذا الحوار أن ينجح، فحتى لو كان النظام موافقاً نظرياً على المطالب الكردية إلا أن الإقرار بها سيبدو تنازلاً بل سيغدو سابقة واختراقاً في نهج التعنّت والغطرسة الذي اعتمده منذ بداية الأزمة. وعلى رغم تفهّم الروس تلك المطالب وحاجتهم الى اجتذاب الأكراد في هذه المرحلة إلا أنهم لم يضغطوا على الأسد، فأي اتفاق مع الاكراد سيتناول بالضرورة مسائل ستكون موضع تجاذب لاحقاً في مناقشات اللجنة الدستورية، ويُفترض أن هناك ممثلين للأكراد في هذه اللجنة، وهؤلاء ليسوا – أو ليسوا جميعاً – ممثلين لـ «الاتحاد الديموقراطي – العمال الكردستاني» كما هي حال مَن يتحاورون الآن مع النظام.

حتى لو تواصل الحوار فإن الفرصة التي وفّرها تبدو ضائعة، إذ أحبطها الاميركيون بشكل حاسم بعدما كانوا تركوا انطباعاً بأنهم يباركون هذا الحوار ولا يمانعون عودة مناطق «قسد» الى سيطرة النظام وبإشراف روسي. تغيّر التوجه الأميركي مع اقتراب موعد الانسحاب، بنهاية نيسان (ابريل) المقبل، ليطرح مقاربة لا تخلو من المخاطر، وقوامها إبقاء المعادلة الجغرافية على حالها، بوجودهم أو بغيابهم. فجأة تلقى أكراد «قسد» انذاراً اميركياً بأن تحالفهم مع روسيا والنظام يعني وقف المساعدات عنهم. كان ذلك قبل أن يعلن المبعوث الخاص جيمس جيفري في مؤتمر ميونيخ أن اميركا ترفض عودة شمال شرقي سوريا الى النظام، وقبل أن يسمع الأكراد من الجنرال بول لاكاميرا أن القانون الأميركي يحظر التعاون مع روسيا ونظام الأسد، وبالتالي فإن تسليح الأكراد وتدريبهم يستمران طالما بقي هؤلاء شركاء لاميركا.

في ضوء ذلك يريد الاميركيون أن تبقى المنطقة في أيدي «قسد» وقد باشروا التنسيق معها لليوم التالي بعد الانسحاب، ولم يعودوا حرجين بكون القادة الرئيسيين في «قسد» من حزب العمال الكردستاني (بي كي كي)، أو لعلهم يعتبرون ذلك ميزة تعزّز ارتباط هذا الحزب، المصنّف ارهابياَ، بواشنطن التي منحته فرصة محاربة «داعش» لتطهيره من هذا التصنيف، فإذا تخلّت عنه سيفقد كل الامتيازات العسكرية والسياسية ولن يستطيع تعويضها مع الروس ولا مع النظام أو ايران. تبقى مسألة ضمانات الحماية التي يحاول الاميركيون توفيرها عبر قوات فرنسية وبريطانية واحتمال ادخال إسرائيل على الخط. لكن الأهم أن الاميركيين تنبّهوا أيضاً الى أن الوضع الكردي نفسه في الشمال يحتاج الى تطبيع داخلي، إذ أن «الكردستاني» وفرعه «الاتحاد الديموقراطي» لا يمثلان غالبية أكراد سورية، ولذلك دعا مستشار قوات التحالف ممثلين عن «المجلس الوطني الكردي» للبحث في مصالحة تفضي الى انشاء إدارة جديدة تتمثّل فيها مكوّنات الشمال السوري كافةً من عرب وسريان وأرمن وغيرهم. لا تبدو هذه المصالحة مشروعاً سهلاً، لأن «الكردستاني» وفرعه مارسا اضطهاداً قاسياً ضد الأكراد المعارضين لهم وقد زادتهما الحرب تسلّطاً، كذلك لأن «المجلس» لم يعد حزباً سياسياً فحسب بل ان لديه قوات «بيشمركة» جرى اعدادها وتدريبها في كردستان العراق.

ليس واضحاً بعد كيف سيهندس الاميركيون هذه المصالحة، ولا لأي هدف. لكن موسكو استشعرت توجّهاً نحو تقسيم سورية واتهمت واشنطن بانتهاك الالتزامات التي حددتها القرارات الدولية، ما يتطلّب ايضاحاً للنيات الاميركية. وكانت روسيا وشريكتيها في صيغة «سوتشي – استانا»، تركيا وايران، واظبت على افتتاح بياناتها بتأكيد التزامها وحدة سورية، وقد رحّبت في قمتها الأخيرة بعزم الولايات المتحدة على الانسحاب، وها هي تكتشف أن هذا الانسحاب لن يكون فرصة لها بل ربما يفسد المحاصصات التي أجرتها وتجريها. في المقابل لا يستطيع الروس الادعاء بأن نياتهم واضحة بالنسبة الى الحل السياسي في سورية، إذ انتهى مبعوثون اميركيون عديدون الى خلاصة أبلغوها الى محاوريهم من الأتراك والمعارضة السورية، وهي أن سيطرة الروس والإيرانيين والنظام على ادلب وشمال شرقي سورية من شأنها أن تدفن الحل السياسي نهائياً، وأن أنقرة اهتمّت بمصالحها ولم تستطع إحداث أي تغيير جوهري في الموقف الروسي. فمنذ بداية الأزمة السورية يلعب الروس على الغموض، وقد اتضح أن عدم كشف رؤاهم وفشلهم في دفع النظام الى التفاوض على انتقال سياسي منظّم ودأبهم على العبث بتركيبة وفود المعارضة ثم بتركيبة اللجنة الدستورية كانت مناورات لتبديد الوقت والجهد وبالتالي لفرض حلّ الأمر الواقع ببقاء الأسد من دون أي تنازلات.

%d bloggers like this: