Al-Assad ignorant Makhlouf: Le citoyen est entre deux options: la faim ou la maladie


La majorité de syriens ont un travail journalier

Enab Baladi 05/04/2020

Le chef du régime syrien, Bachar al-Assad, dans son premier discours depuis la pandémie du (Covid 19) en Syrie, a ignoré l’affaire de l’homme d’affaires et son cousin, Rami Makhlouf, qui occupent actuellement les Syriens.

La comparution d’Assad est intervenue dans un discours prononcé aujourd’hui lundi 4 mai devant l’équipe chargée du virus, dans lequel il a évoqué les raisons qui ont poussé le gouvernement à réduire les mesures sanitaires qu’il avait prises malgré la poursuite de l’épidémie du coronavirus.

Al-Assad a déclaré que l’annulation des mesures est venue parce que « les inconvénients ont augmenté, et avec le temps, il est devenu difficile de les résoudre, car cela a mis le citoyen entre deux situations: la faim, la pauvreté et le dénuement contre la maladie ».

Assad n’a pas commenté l’affaire de Rami Makhlouf, qui est apparu avec deux enregistrements vidéo, dans lesquels il appelle Assad à intervenir et à avertir d’une future catastrophe.

Le gouvernement demande à Makhlouf de payer ce qu’il dit être des taxes s’élevant à environ 125 milliards de livres sterling, alors que l’homme d’affaires le juge injustifié.

Al-Assad a ajouté: « La faim résultant de la pauvreté et du dénuement est un cas certain et n’est pas une possibilité. Quant à la maladie, c’est une probabilité incertaine, car le grand pourcentage des infectés guérirait, tandis qu’il n’existe pas des mesures de précaution contre la faim ».

Il a ajouté que le gouvernement peut demander au citoyen de mettre un masque de protection et de prendre des mesures préventives, mais qu’il n’existe aucune mesure de prévention de la faim autre que le travail et les moyens de subsistance.

Al-Assad a estimé que le monde est confronté à une option, qui s’adapte à l’existence de l’épidémie, parce que « la vie continuera avec ou sans maladie, et les gens ont des besoins et doivent acheter, travailler, éduquer et pratiquer des rites religieux ».

Al-Assad a également parlé des prix élevés des produits alimentaires, en particulier des légumes produits localement, et a demandé à l’établissement commercial d’élaborer des lois urgentes pour punir toute personne qui monopolise les produits afin d’augmenter leur prix.

Il a également demandé à l’institution coopérative d’être le principal acteur du marché, en brisant les cercles de médiation entre l’agriculteur et le consommateur.

Il est considéré comme la première apparition d’Assad depuis que le gouvernement du régime a commencé à prendre des mesures pour lutter contre le “Coronavirus”, et l’arrêt presque total du mouvement économique, au milieu du mois de mars dernier, c’est-à-dire quelques jours avant l’annonce officielle de l’émergence du premier cas de virus le 22 mars.

À ce jour, le nombre d’infections au coronavirus a atteint 44 cas, 27 personnes ont été guéries et trois personnes sont décédées, mais Assad a indiqué qu’il pourrait y avoir plus d’infections, mais elles n’ont pas été examinées.

Mais après les avertissements d’un grave ralentissement économique dû aux mesures prises, et de nombreux citoyens ont été lésés, le gouvernement du régime a commencé à assouplir les mesures, en rouvrant toutes les professions commerciales, de services et de magasins.

Et 83% des Syriens vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon les statistiques des Nations Unies.

Le coût moyen mensuel de la vie en Syrie est de 92,93 dollars (environ 110 000 livres syriennes), selon le site Internet “Numbeo” spécialisé dans le calcul du coût de la vie, cette moyenne comprend les secteurs privé et public.

Le salaire moyen des fonctionnaires est d’environ 50 000 livres seulement.

Syrie du Nord: une nouvelle formation de 40 000 combattants, soutenue par la Turquie


Boussole-بوصلة-سوريا

AlModon
Mohamed Ayoub – 04/05/2020

Le brigadier Zahir Al-Saket, l’un des premiers officiers à quitter les forces du régime syrien, a révélé les détails d’une nouvelle formation qui sera formée dans le nord syrien libéré, sous sa direction et avec le soutien direct du gouvernement turc.

Al-Saket a déclaré à Al-Modon: « Le noyau de la nouvelle formation est constitué par les factions luttant contre le régime qui étaient actives sur le terrain et ont abandonné les armes en raison des conditions auxquelles elles étaient soumises ». Il a ajouté: « Nous avons été en contact avec elles au cours des derniers mois, et nous l’avons regroupé en un bloc de plus de sept mille combattants, et c’est le bloc solide de la formation ».

Il a poursuivi: « Mais après que la nouvelle a été divulguée aux médias au sujet de l’intention d’annoncer la formation, des factions combattantes indépendantes non affiliées à l’armée nationale ou au Front de libération nationale ont commencé à nous contacter pour rejoindre la formation, et leurs demandes ont été acceptées ».

Le brigadier Al-Saket a souligné que le nombre de combattants dans la formation est désormais supérieur à 40 000. Ils seront soumis à de vrais stages et une hiérarchie militaire. Ils seront également divisés en groupes, compagnies, factions et bataillons, et il y aura un rôle majeur pour les officiers, décrivant les officiers qui sont des dissidents des forces du régime et qui sont présents en Syrie et dans les camps syriens, en plus de ceux présents en Turquie.

Al-Saket a déclaré: « La formation est une force de sécurité révolutionnaire affiliée à l’armée nationale dont la mission est de lutter contre la corruption et de protéger les civils. Elle a travaillé à jeter les bases et les plans d’un groupe d’officiers libres travaillant sur le terrain et non affilié à aucune faction ».

Il a ajouté: « Ils pensaient que le placement de toute faction appartenant à l’Armée nationale et au Front de libération nationale n’était pas envisageable au fait de ne pas compromettre leur structure militaire et de les exposer à tout défaut dans leur réponse à une attaque attendue contre les zones libérées par le régime et ses milices sectaires, en conjonction avec les informations reçues, ce qui indique que les renforts continuent d’atteindre le front de Jabal Zawiya, mais avec le temps et l’augmentation des factions au sein de la formation renforceront davantage l’armée nationale et corrigeront ses carences ».

Al-Saket a ajouté qu’« une grande importance sera accordée à la lutte contre la corruption et à la nécessité de tenir les corrompus pour responsables où qu’ils se trouvent dans la nouvelle formation ou n’importe où dans les zones libérées ». Il est dans l’intérêt des frères turcs de soutenir cette initiative pour préserver leur sécurité nationale et arrêter l’introduction d’éléments saboteurs, d’explosifs et de drogues dans les zones libérées, parce qu’il n’y a pas de discipline militaire ».

Al-Saket n’a pas révélé la date exacte pour annoncer la nouvelle formation, mais a indiqué que la date pour l’annonce était censée être proche, mais en raison de la propagation du Coronavirus, elle a été un peu ajournée.

Parallèlement à l’annonce prochaine de la nouvelle formation, le nord syrien libéré, en particulier les zones sous le contrôle de l’armée nationale, souffre d’une insécurité majeure, à la lumière des combats entre les factions au sein de l’armée nationale et du grand nombre d’atteintes à la sécurité et d’explosions dues à leur manque de discipline, qui font souvent des dizaines de morts.

%d bloggers like this: