La Turquie a vivement riposté après la mort de 22 soldats turcs en Syrie


En représailles de la mort de 22 soldats turcs dans la région d’Idlib ce jeudi par des raids syriens, Ankara a frappé à son tour des positions du régime de Bachar al-Assad.

Par Le Figaro avec Reuters
TOPSHOT-SYRIA-CONFLICT-IDLIB
Des soldats syriens dans la région d’Idlib. BAKR ALKASEM / AFP

Le risque d’embrasement a rarement été aussi grand ces derniers mois au Moyen-Orient. Après que 22 soldats ont été tués ce jeudi par des frappes aériennes attribuées au régime syrien dans la région d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, Ankara a bombardé des positions du régime de Bachar al-Assad.

Dans une déclaration publiée par l’agence de presse étatique Anadolu, le directeur de la communication de la présidence, Fahrettin Altun, a par ailleurs exhorté la communauté internationale à «prendre ses responsabilités» à Idlib.

Le chef de l’État turc Recep Tayyip Erdogan menace depuis plusieurs jours de déloger par la force les forces du régime de certaines positions dans cette ville syrienne stratégique. Il a convoqué dans la soirée un conseil de sécurité extraordinaire à Ankara, en présence notamment du ministre de la Défense, du chef de l’armée et du patron des services secrets, selon la présidence.

Les lourdes pertes essuyées par Ankara ce jeudi interviennent après des semaines d’escalade à Idlib entre les forces turques et celles du régime de Bachar al-Assad, qui se sont affrontées à plusieurs reprises. Le bilan de soldats turcs tués ce jeudi pourrait encore s’alourdir, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG, ayant fait état de plus de 30 morts dans des bombardements aériens et d’artillerie du régime.

Un nouveau round de pourparlers entre Russes et Turcs visant à trouver une issue à la crise d’Idlib s’est achevé ce jeudi à Ankara, sans annonce de résultat concluant. Selon l’agence de presse étatique Anadolu, le chef de la diplomatie turque s’est entretenu jeudi soir avec le chef de l’Otan, Jens Stoltenberg.

Ville stratégique

Avec le soutien de l’aviation de Moscou, Damas a déclenché en décembre une offensive pour reprendre le dernier bastion rebelle et djihadiste d’Idlib. Le régime et son allié russe ont mis les bouchées doubles ces dernières semaines et repris plusieurs localités dans cette province frontalière de la Turquie. Cependant, les groupes rebelles, dont certains sont appuyés par Ankara, ont contre-attaqué et repris jeudi la ville stratégique de Saraqeb, selon l’OSDH. Selon un correspondant de l’AFP, les rebelles sont entrés le matin dans cette localité de l’est de la province d’Idleb. Les insurgés se sont déployés en grand nombre dans les rues de la ville en ruines et totalement vidée de ses habitants.

Saraqeb, qui avait été reconquise le 8 février par le régime, se trouve à la jonction de deux autoroutes que le pouvoir veut sécuriser pour consolider son emprise dans le nord du pays. En reprenant la ville, djihadistes et rebelles coupent l’autoroute M5 reliant la capitale Damas à la métropole d’Alep. Ce jeudi, les membres occidentaux du Conseil de sécurité de l’ONU ont réclamé un «cessez-le-feu humanitaire», resté lettre morte face au refus de la Russie.

Depuis décembre, plus de 400 civils ont été tués dans l’assaut selon l’OSDH et plus de 948.000 personnes, dont plus d’un demi-million d’enfants, ont été déplacées d’après l’ONU.

Les-civils-fuient-les-bombardements-des-régime-syrien-et-russe-dans-le-gouvernorat-d'Idleb-fév-2020

Syrie : les besoins de la population augmentent sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest (ONU)


© UNICEF/Baker Kasem
Le 12 février 2020, des familles s’abritent dans un établissement informel récemment créé qui continue de recevoir des familles nouvellement déplacées du sud d’Idlib et des gouvernorats ruraux d’Alep dans le nord-ouest de la Syrie.
27 février 2020

La cheffe adjointe de l’humanitaire des Nations Unies a prévenu jeudi le Conseil de sécurité que les besoins de la population en Syrie restaient immenses et continuaient d’augmenter sur fond de catastrophe humanitaire dans le nord-ouest du pays.

« Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a augmenté en 2019 de 1,3 million, atteignant 7,9 millions de personnes en 2020 », a expliqué Ursula Mueller, Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires, devant les membres du Conseil. « Le terrible bilan humain de la situation dans le nord-ouest de la Syrie exige l’attention et l’action de ce Conseil ».

« Je fais écho à l’appel renouvelé du Secrétaire général en faveur d’un cessez-le-feu immédiat pour mettre fin à la catastrophe humanitaire et éviter une escalade incontrôlable », a-t-elle ajouté.

Selon les dernières données dont dispose l’ONU, près de 950.000 personnes ont fui les combats dans le nord-ouest depuis le 1er décembre. La plupart se sont installées dans le nord-ouest du gouvernorat d’Idlib, une petite zone le long de la frontière syrienne avec la Turquie qui abrite déjà des centaines de milliers de personnes déplacées.

Une opération humanitaire massive est en cours dans le nord-ouest de la Syrie. En janvier, une aide alimentaire a été fournie à quelque 1,4 million de personnes via le mécanisme transfrontalier, de même que des fournitures médicales pour près d’un demi-million de personnes et des articles non alimentaires pour plus de 230.000 personnes.

« Le mécanisme transfrontalier est absolument essentiel à notre réponse dans le nord-ouest », a dit Mme Mueller.

11 martyrs civils, pour la plupart des enfants et des femmes, lors d’attaques terrestres et aériennes dans le gouvernorat d’Idleb


quartiers résidentiels de la ville de Ariha 27.2.2020
Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
5h
3 personnes ont été tuées et 5 autres blessées, ainsi que la destruction de biens civils, en raison du bombardement par les avions de guerre des forces du régime, les quartiers résidentiels de la ville de Ariha, au sud d’Idleb, le jeudi soir 27 février 2020.
# Idlib_ sous le feu
# Casques blancs
Défense civile syrienne
@SyriaCivilDefe
11h
Regarder || L’opération visant à récupérer les corps de toute une famille (un père, une mère et deux enfants) dans les décombres de la ville d’Idleb et à sauver un troisième enfant, après le pilonnage d’artillerie par les forces du régime à l’aube aujourd’hui, jeudi 27 février 2020.
# Idlib_ sous le feu
# Casques blancs

11 martyrs civils, pour la plupart des enfants et des femmes, lors d’attaques terrestres et aériennes dans le gouvernorat d’Idleb

 

27 février 2020 – OSDH

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a documenté la mort de 3 femmes et un enfant, suite au bombardement des avions de guerre du régime sur le village de Chalakh, à l’est d’Idleb.
Avec cela, le nombre de martyrs passera à 11 aujourd’hui, à savoir: un homme, sa femme et deux de leurs enfants, à la suite de frappes de missiles par les forces du régime sur la ville d’Idleb, deux à la suite de bombardements au sol par les forces du régime sur la ville de Benneche, et un enfant déplacé de Kafranbel à la suite d’attaques aériennes d’avions de guerre russes sur La périphérie de la ville d’Idleb, ainsi que 3 femmes et un enfant, en raison du bombardement de l’avion de guerre des avions de combat du régime dans le village de Chalakh, à l’est d’Idleb.

Les frappes au sol et aériennes ont également fait de graves blessés.

طائرة-حربية-مجهولة-الهوية2-780x405
١١ شهيدا مدنيا غالبيتهم من الأطفال والنساء في قصف بري وجوي على محافظة إدلب

27 فبراير,2020 – المرصد السوري لحقوق الإنسان

وثق المرصد السوري لحقوق الإنسان، استشهاد 3 نساء وطفل، جراء قصف الطائرات الحربية التابعة للنظام على قرية شلخ شرق إدلب.
وبذلك، يرتفع تعداد الشهداء خلال اليوم الخميس إلى 11، وهم: رجل وزوجته واثنان من أطفالهما جراء قصف صاروخي لقوات النظام على مدينة إدلب، واثنان جراء قصف بري من قبل قوات النظام على مدينة بنش، وطفل نازح من كفرنبل جراء قصف جوي لطائرات حربية روسية على أطراف مدينة إدلب، و3 نساء وطفل جراء قصف طائرات النظام الحربية على قرية شلخ شرق إدلب. كما أسفر القصف البري والجوي عن إصابات بعضهم بحالة خطيرة.

 

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
5h
مقتل 3 أشخاص وإصابة 5 آخرين، ودمار كبير بممتلكات المدنيين، جراء قصف الطيران الحربي التابع لقوات النظام، الأحياء السكنية بمدينة أريحا جنوب إدلب، مساء اليوم الخميس 27 شباط/2020.
#إدلب_تحت_النار
#الخوذ_البيضاء

الدفاع المدني السوري
@SyriaCivilDefe
11h
شاهد || عملية انتشال جثامين عائلة كاملة( أب وأم وطفلين) من تحت الأنقاض في مدينة إدلب وإنقاذ طفلة ثالثة، إثر القصف المدفعي من قبل قوات النظام فجر اليوم الخميس 27 شباط/2020.
#إدلب_تحت_النار
#الخوذ_البيضاء

 

Un nouvel échange de prisonniers entre le régime et l’opposition dans la campagne d’Alep


Deux-prisonniers-libérés-par-l'opposition-syrienne---centre-des-médias-d'Atareb-27-fév-2020

Les deux prisonniers libérés par l’opposition syrienne (Al-Atareb Media Center)

Enab Baladi-27/02/2020

Un échange de détenus a eu lieu entre les factions de l’opposition syrienne et le régime syrien dans la campagne orientale d’Alep.

Jeudi 27 février, le correspondant d’Enab Baladi, dans la campagne d’Alep, a déclaré que l’opération avait eu lieu au passage d’Abou Zandan, près de la ville d’Al-Bab.

Le correspondant a expliqué que l’opération avait abouti à la remise de deux combattants des forces du régime, Yasser Sattouf et le sergent Ahmed Khair Bek, en plus du corps d’un combattant, en échange de la libération d’une femme et de son enfant des prisons du régime.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’échange, alors que le chef de la division “Mu’tasim” de l ‘”Armée nationale syrienne”, Farouk Abu Bakr, était présent dans l’échange.

Pour sa part, le directeur du passage d’Abou Zandan a déclaré à Enab Baladi que le passage avait facilité le processus d’échange, sans divulguer la partie responsable.

Pour sa part, la fidèle radio pro-régime «Sham FM» a déclaré que les forces du régime avaient pu libérer les combattants capturés et récupérer le corps d’un combattant après qu’une opération d’échange eut lieu au passage de Deir Qaq dans la campagne orientale d’Alep.

Les factions de l’opposition armée ont échangé à plusieurs reprises avec les forces du régime et les milices redondantes, la plus récente étant la livraison du corps d’un iranienne appartenant à ses milices, par le « Front de libération nationale », en échange de la libération de deux de sescombattants par les forces du régime et des milices redondantes lors des récentes batailles dans la campagne sud d’Alep, la semaine dernière.

Un processus d’échange a également eu lieu au point de passage d’Abou Zandan, entre «l’armée nationale syrienne» et les forces du régime, en juillet 2019, lorsque 15 détenus ont été libérés, contre 14 détenus des prisons de «l’armée nationale».

Cela a été précédé d’un autre échange en février 2019, avec la libération de 20 détenus en échange de prisonniers des factions de l’opposition, selon un échange dans la ville d’Al-Bab dans la campagne orientale d’Alep.
L’accord a été conclu sous le parrainage turco-russe, où il y avait dix femmes parmi les détenus chez l’opposition, dont cinq de Homs et deux avec leurs enfants.

عملية تبادل جديدة بين النظام والمعارضة في ريف حلب

27/02/2020
عنب بلدي

جرت عملية تبادل معتقلين بين فصائل المعارضة السورية والنظام السوري في ريف حلب الشرقي.

وأفاد مراسل عنب بلدي في ريف حلب اليوم، الخميس 27 من شباط، أن العملية جرت في معبر أبو الزندين قرب مدينة الباب.

وأوضح المراسل أن العملية أسفرت عن تسليم مقاتلين من قوات النظام هما ياسر صطوف والرقيب أحمد خير بيك، إضافة إلى جثة مقاتل، مقابل إطلاق سراح امرأة وطفلتها من سجون النظام.

ولم تفصح أي جهة عن مسؤوليتها عن عملية التبادل، بينما كان القيادي في فرقة “المعتصم” التابعة لـ”الجيش الوطني السوري”، الفاروق أبو بكر، حاضرًا في عملية التبادل.

من جهته أكد مدير معبر أبو الزندين لعنب بلدي أن المعبر سهّل عملية التبادل، دون الإفصاح عن الجهة المسؤولة.

من جهتها، قالت إذاعة “شام إف إم” الموالية، إن قوات النظام تمكنت من إطلاق سراح مقاتلين أسيرين واسترداد جثمان مقاتل بعد عملية تبادل جرت في معبر دير قاق بريف حلب الشرقي.

وكانت فصائل المعارضة المسلحة أجرت عدة مرات تبادلًا مع قوات النظام والميليشيات الرديفة، أحدثها تسليم “الجبهة الوطنية للتحرير” جثة مقاتل من الميليشيات الإيرانية، مقابل الإفراج عن مقاتلين اثنين من عناصرها أسرتهما قوات النظام والميليشيات الرديفة، خلال المعارك الأخيرة بريف حلب الجنوبي، الأسبوع الماضي.

كما جرت عملية تبادل في معبر أبو الزندين، بين “الجيش الوطني السوري” وقوات النظام، في تموز 2019، إذ أُطلق سراح 15 معتقلًا، مقابل 14 معتقلًا من سجون “الجيش الوطني”.

سبقت ذلك عملية تبادل أخرى في شباط 2019، وذلك بإطلاق سراح 20 معتقلًا مقابل تسلّم أسرى لدى فصائل معارضة، بموجب عملية تبادل في مدينة الباب بريف حلب الشرقي.

وجرت الصفقة برعاية تركية- روسية، وكان من بين المعتقلين من طرف المعارضة في ذلك الوقت، عشر نساء، بينهن خمس من حمص واثنتان مع أبنائهما.

%d bloggers like this: