En Syrie, écoles et prisons d’Idleb réaménagées pour les déplacés


En Syrie, écoles et prisons d’Idleb réaménagées pour les déplacés

AFP-2 janv 2020

AFP / Omar HAJ KADOUR Des enfants jouent dans la cour d’une prison transformée en centre d’accueil pour les déplacés à Idleb, le 31 décembre 2019

Les enfants jouent dans la cour et des adultes aménagent la cellule où vont désormais vivre plusieurs familles. En fuyant les bombardements du régime sur le nord-ouest syrien, ces déplacés d’Idleb n’ont eu d’autres choix que de se réfugier dans une ancienne prison.

Ils sont des centaines de milliers de déplacés à commencer la nouvelle année loin de leur foyer, parfois sommairement installés dans des écoles, des mosquées ou des bâtiments en construction, réquisitionnés pour les héberger dans la région d’Idleb dominée par les jihadistes.

Rien qu’en décembre, quelque 284.000 personnes ont dû fuir le sud de la province ravagé par des combats, notamment la ville de Maaret al-Noumane et ses environs, une zone aujourd’hui quasi vidée de ses habitants selon l’ONU.

Une cinquantaine de familles, soit environ 300 personnes, ont élu domicile dans une prison désaffectée de la ville d’Idleb.

Devant les bâtiments lugubres en pierre et en béton gris, des enfants font une ronde sur l’asphalte mouillé de la cour. D’autres gigotent sur des ballons sauteurs colorés pendant que certains jouent au tir à la corde.

AFP / Omar HAJ KADOUR Un déplacé syrien accroche une bâche dans la cellule d’une prison transformée en centre d’accueil pour déplacés, à Idleb, le 31 décembre 2019

Dans une cellule sombre, où un filet de lumière passe à travers de petites lucarnes en haut du mur, un homme perché sur un escabeau tend une bâche en plastique pour diviser la pièce.

A 69 ans, Oum Hatem a fui la région de Maaret al-Noumane avec son fils célibataire. Arrivée dans la ville d’Idleb, elle a cherché un refuge. On lui a indiqué la prison.

“Nous nous y sommes installés, même si l’endroit n’est pas habitable”, raconte la sexagénaire au visage strié de rides. “Il n’y a pas d’eau, pas d’électricité, pas de lumière. Les pièces sont étroites et étouffantes”, se plaint-elle.

– Manque d’abris –

Emmitouflée dans une veste en laine, Oum Hatem aide à vider une camionnette partie récupérer quelques affaires chez elle: des provisions dans des bocaux, des seaux en plastique, un tapis de jute.

AFP / Omar HAJ KADOUR Oum Hatem, une déplacée syrienne, aide à décharger ses affaires d’un camion dans la cour d’une prison transformée en centre d’accueil pour les déplacés à Idelb, le 31 décembre 2019

“Si nous en avions les moyens, nous aurions loué une maison”, se désole-t-elle. “Mais nous n’avons même pas de quoi manger.”

Depuis plusieurs semaines, le pouvoir de Bachar al-Assad soutenu par l’aviation russe a de nouveau intensifié ses bombardements contre Idleb.

Le régime se dit déterminé à reconquérir cette région dominée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) et qui accueille aussi des groupes rebelles.

Mais malgré un cessez-le-feu annoncé fin août, de violents combats au sol continuent d’opposer les forces prorégime aux jihadistes et aux rebelles.

AFP / Omar HAJ KADOUR Des enfants syriens se rassemblent dans la cour d’une prison transformée en centre d’accueil pour les déplacés à Idleb, le 31 décembre 2019

Avec le dernier afflux de déplacés, “des bâtiments publics comme des mosquées, des garages, des salles de mariage et des écoles sont utilisés pour accueillir les familles”, a récemment indiqué le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Toutefois, les places disponibles pourraient ne pas suffire “étant donné l’ampleur des déplacements” a mis en garde l’agence onusienne.

Le nord d’Idleb est déjà envahi par les camps de déplacés informels où les civils s’entassent dans des tentes, quand ils ne sont pas tout simplement installés au milieu des champs d’oliviers.

– “Avenir devant eux” –

Dans une école visitée par un journaliste de l’AFP, le linge sèche sur des cordes dans la cour de récréation.

AFP / Omar HAJ KADOUR Une femme et son enfant devant une prison transformée en centre d’accueil pour les déplacés à Idleb, le 31 décembre 2019

Une dizaine de famille se partagent les lieux. Les classes ont été débarrassées des pupitres, remplacés par des tapis au sol et des matelas en mousse le long des murs.

“Les écoles sont transformées en centre d’accueil pour les déplacés de la région de Maaret al-Noomane ou du sud d’Idleb. L’enseignement y a été suspendu”, reconnaît Abdel Salam al-Amin, coordinateur d’une ONG humanitaire qui distribue des aides aux familles.

“Nous leur apportons des repas, des couvertures et des matelas”, ajoute-t-il.

Dans la cour de la prison, Abdel Qader Shawarghi coupe les cheveux d’un petit garçon assis sur une planche en bois.

Le coiffeur de 29 ans a fui depuis deux semaines les bombardements à Maaret al-Noomane. Installé avec sa femme et ses deux enfants dans la prison, il continue de manier le ciseau pour faire vivre sa famille.

Pour la nouvelle année, il se dit optimiste et espère que les gens pourront rentrer chez eux.

“Les enfants ont encore tout leur avenir devant eux, on ne veut pas qu’ils vivent ce que nous vivons avec la guerre”, soupire-t-il.

En près de neuf ans, le conflit déclenché en 2011 a tué plus de 370.000 personnes.

“Si Dieu le veut, cette nouvelle année sera la fin de la guerre en Syrie.”

L’Amérique et la Turquie s’accordent sur la nécessité d’arrêter l’escalade à Idleb


 

Syrie-Idleb-Opération de sauvetage d'une fillette du décombre de sa mais 2019L’image de la jeune fille piégée sous les décombres à Idleb Participe au concours de l’Agence Anatolie pour choisir les images pour l’année 2019 (Anatolie)
صورة الطفلة العالقة تحت الأنقاض في إدلب المشاركة في مسابقة وكالة الأناضول لاختيار صور العام 2019 (الأناضول)

L’Amérique et la Turquie s’accordent sur la nécessité d’arrêter l’escalade à Idleb

Enab Baladi – 03/01/2020

Les présidents américain et turc, Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan, ont convenu de la nécessité d’arrêter l’escalade dans le gouvernorat d’Idleb, dans le nord de la Syrie.

Jeudi 2 janvier, la Maison Blanche a annoncé que les présidents Trump et Erdogan étaient convenus de la nécessité de réduire les tensions à Idleb, un jour après que huit personnes aient été tuées par des frappes de missiles par les forces du régime dans la province.

“Les deux dirigeants ont convenu de la nécessité d’arrêter l’escalade à Idleb, en Syrie, afin de protéger les civils”, a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Mercredi, au moins huit civils ont été tués et plus de 15 autres blessés par des roquettes chargées de bombes à fragmentation, visant une école de quartier populaire dans la ville de Sarmine dans la campagne orientale d’Idleb, alors que la zone d’escalade militaire s’étendait sur la zone densément peuplée de civils et de personnes déplacées.

Des correspondants d’Enab Baladi ont rapporté aujourd’hui à Idleb que des missiles à longue portée chargés de bombes à fragmentation, provenant du régime syrien, visaient l’école “Martyr Abdo Salama” et le quartier résidentiel voisin de Sarmine, à l’est d’Idleb.

Le directeur du secteur de la «défense civile» à Idleb, Mustafa Haj Yousef, a déclaré à que le bombardement avait tué huit civils, dont quatre enfants, et blessé 16 autres, dans un premier décompte, s’attendant à ce que le nombre de morts augmente en raison de la taille des bombardements qui ont visé la ville.

Haj Youssef a ajouté que la plupart des victimes et des blessés sont des enfants, y compris des déplacés internes d’autres régions, “à cause de la roquette visant l’école primaire, qui est pleine d’écoliers et d’enseignants”, notant que les équipes de “défense civile” travaillent toujours pour sauver les blessés et rechercher des survivants jusqu’à l’achèvement de la détermination du type de missile et l’ampleur des pertes dans la région.

Cela a coïncidé avec d’intenses frappes de missiles sur les villes de Kafr Owayd et Kansafra dans la campagne du sud d’Idleb et une frappe aérienne sur le marché des brebis près de la ville d’Al-Deir-Charqi, précédée de 23 frappes aériennes russes sur les zones à l’ouest d’Idleb.

L’escalade d’Idleb a commencé au milieu du mois dernier, par une opération militaire lancée par le régime avec le soutien de la Russie, à travers laquelle il contrôlait 31 districts et villages dans la campagne d’Idleb au sud et à l’est, conjointement avec une campagne d’escalade aérienne sur la ville de Maarat al-Noumane et sa campagne orientale, qui a entraîné le déplacement de 264000 personnes vers les zones frontalières, selon ce que l’équipe des coordinateurs d’intervention a documenté.

أمريكا وتركيا تتفقان على ضرورة وقف التصعيد في إدلب

عنب بلدي – 03/01/2020

اتفق الرئيسان الأمريكي والتركي، دونالد ترامب ورجب طيب أردوغان، على ضرورة وقف التصعيد في محافظة إدلب شمالي سوريا.

وأعلن البيت الأبيض، الخميس 2 من كانون الثاني، أن الرئيسين ترامب وأردوغان اتفقا على ضرورة تخفيف التوتر في إدلب بعد يوم من مقتل ثمانية أشخاص جراء قصف صاروخي شنته قوات النظام على المحافظة.

وجاء في بيان للبيت الأبيض، “اتفق الزعيمان على ضرورة وقف التصعيد في إدلب بسوريا من أجل حماية المدنيين”.

وأول أمس الأربعاء، قتل ثمانية مدنيين على الأقل وأصيب أكثر من 15 آخرين، جراء صواريخ محملة بقنابل عنقودية، استهدفت مدرسة وحيًا شعبيًا في مدينة سرمين بريف إدلب الشرقي، مع توسع رقعة التصعيد العسكري على المنطقة المكتظة بالمدنيين والنازحين.

وأفاد مراسلو عنب بلدي في إدلب اليوم، أن صواريخ بعيدة المدى محملة بقنابل عنقودية ومصدرها النظام السوري، استهدفت مدرسة “الشهيد عبدو سلامة”، والحي السكني المجاور في مدينة سرمين، الواقعة شرق مدينة إدلب.

وقال مدير قطاع “الدفاع المدني” في إدلب، مصطفى حاج يوسف، لعنب بلدي، إن القصف أسفر عن مقتل ثمانية مدنيين بينهم أربعة أطفال، وإصابة 16 آخرين، في حصيلة أولية، متوقعًا ارتفاع حصيلة الضحايا نتيجة حجم القصف الذي استهدف المدينة.

وأضاف حاج يوسف، أن أكثر الضحايا والمصابين من الأطفال، ومنهم نازحون من مناطق أخرى، “بسبب استهداف الصاروخ المدرسة الابتدايئة المليئة بالطلاب والمعلمين”، مشيرًا إلى أن فرق “الدفاع المدني” ما زالت تعمل على إنقاذ المصابين والبحث عن ناجين حتى الانتهاء من تحديد نوع الصاروخ وحجم الخسائر في المنطقة.

وتزامن ذلك مع قصف صاروخي مكثف على بلدات كفرعويد وكنصفرة بريف إدلب الجنوبي وغارة جوية على سوق الغنم بالقرب من بلدة الدير الشرقي، وسبقته 23 غارة جوية روسية على المناطق الواقعة غربي مدينة إدلب.

وبدأ التصعيد على إدلب، منتصف الشهر الماضي، عبر عملية عسكرية بدأها النظام بدعم روسي، وسيطر من خلالها على 31 نطقة وقرية بريفي إدلب الجنوبي والشرقي، بالتزامن مع حملة تصعيد جوية على مدينة معرة النعمان وريفها الشرقي، أدت إلى تهجير 264 ألف شخص إلى المناطق الحدودية، بحسب ما وثقه فريق “منسقو الاستجابة”.

L’Amérique accepte de vendre des missiles à moyenne portée «AMRAM» au Maroc


Marchand-d'armes

L’Amérique accepte de vendre des missiles à moyenne portée «AMRAM» au Maroc

31 décembre 2019
Rabat – Jérusalem arabe

Le département américain de la Défense a déclaré avoir conclu un accord pour fabriquer des missiles à moyenne portée du type “AMRAM” avec 22 pays, dont le Maroc, et sera livré en février de l’année 2023, selon le site “Lakom”.
Selon le ministère, la valeur de l’accord dans son ensemble s’élevait à environ 800 millions de dollars, et la société “Raytheon”, spécialisée dans la fabrication de systèmes de défense aérienne, se chargera de fabriquer ces missiles.
L’accord prévoit la production de missiles “AMRAAM“, de missiles d’entraînement aérien, de sections de direction, d’un système de télémétrie, de pièces de rechange et d’autres dispositifs d’assistance à l’ingénierie de production.
Outre le Maroc, l’accord comprend les pays du Danemark, de l’Indonésie, du Japon, de l’Australie, de la Belgique, du Danemark, du Koweït, des Pays-Bas, de la Norvège, du Sultanat d’Oman, de la Pologne, du Qatar, de la Roumanie, de l’Arabie saoudite, de Singapour, de la Slovaquie, de la Corée du Sud, de l’Espagne, de la Thaïlande, de la Turquie et du Royaume-Uni.

أمريكا توافق على بيع المغرب صواريخ «أمرام» المتوسطة المدى

٣١ ديسمبر ٢٠١٩
الرباط-القدس العربي

قالت وزارة الدفاع الأمريكية إنها أمرمت صفقة لصناعة صواريخ متوسطة المدى من نوع «أمرام» مع ٢٢ دولة بينها المغرب، وسيتم تسليمها في شباط/فبراير من سنة ٢٠٢٣ وفق موقع «لكم».
وحسب الوزارة، فقد بلغت قيمة الصفقة ككل حوالي ٨٠٠ مليون دولار، وستتكفل شركة «ريثون» المتخصصة في تصنيع أنظمة الدفاع الجوي بمهمة صناعة هذه الصواريخ.
وتنص الصفقة على إنتاج صواريخ «أمرام» وصواريخ التدريب الجوي، وأقسام التوجيه، ونظام القياس عن بعد، وقطع الغيار وغيرها من أجهزة دعم هندسة الإنتاج.
وإلى جانب المغرب، تشمل الصفقة كلا من دول الدنمارك وأندونيسا واليابان، واستراليا، وبلجيكا، والدنمارك، والكويت وهولندا والنرويج وسلطنة عمان وبولندا وقطر ورومانيا والمملكة العربية السعودية وسنغافورة وسلوفاكيا وكوريا الجنوبية واسبانيا وتيلندا وتركيا والمملكة المتحدة.

%d bloggers like this: