« Daech » annonce le décès de Baghdadi et nomme un nouveau chef


20140724-Daech-chauves-souris-Hachémi-al-Qourachi

« Daech » annonce le décès de Baghdadi et nomme un nouveau successeur

Enab Baladi – 31/10/2019

« Daech » (EI) a annoncé l’assassinat de son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, et la nomination d’un nouveau « Khalifa » pour le groupe, quelques jours après que l’administration américaine a annoncé l’assassinat d’Al-Baghdadi et de sa famille dans la campagne d’Idlib, dans le nord de la Syrie.

Dans une version audio publiée par la Fondation du groupe (Al-Furqan) sur Telegram, le nouveau porte-parole de l’organisation, Abou Hamza al-Qurashi, a déploré le chef de l’État islamique, Abu Bakr al-Baghdadi, et le porte-parole de l’organisation, Abou Hassan al-Mouhajer.

Le porte-parole a ajouté aujourd’hui, jeudi 31 octobre, que Baghdadi et al-Mouhajer avaient été tués ces derniers jours.

Il a également annoncé la nomination d’Aboubrahim al-Hachémi al-Qourachi, dirigeant de l’organisation de l’« Etat » et « Khalifa » de Baghdadi, à l’initiative du conseil de la choura de l’organisation et « conformément à la sounna du Prophète et au commandement de Baghdadi », comme il l’a indiqué.

Cette déclaration intervient deux jours après que le président américain Donald Trump a annoncé l’assassinat d’Al Baghdadi et de sa famille lors d’une opération aérienne dans la campagne d’Idleb, dans le nord de la Syrie.

تنظيم “الدولة الإسلامية” يعلن مقتل البغدادي ويعيّن زعيمًا جديدًا له

عنب بلدي 31/10/2019
سوريا, عنب بلدي أونلاين

أعلن تنظيم “الدولة الإسلامية” مقتل زعيمه أبو بكر البغدادي، وتعيين “خليفة” جديد للتنظيم، وذلك بعد أيام على إعلان الإدارة الأمريكية مقتل البغدادي وعائلته بريف إدلب شمالي سوريا.

وفي إصدار صوتي نشرته مؤسسة “الفرقان” التابعة للتنظيم على “تلغرام”، اطلعت عليه عنب بلدي، نعى المتحدث الجديد باسم التنظيم، أبو حمزة القرشي، زعيم تنظيم “الدولة”، أبو بكر البغدادي، والمتحدث باسم التنظيم، أبو حسن المهاجر.

وأضاف المتحدث اليوم، الخميس 31 من تشرين الأول، أن البغدادي والمهاجر، قتلا خلال الأيام الماضية.

كما أعلن القرشي تنصيب أبو إبراهيم الهاشمي القرشي، زعيمًا لتنظيم “الدولة” و”خليفة” للبغدادي، وذلك بمبادرة من مجلس الشورى التابع للتنظيم، و”عملًا بالسنة النبوية وبوصية البغدادي”، بحسب تعبيره.

إعلان التنظيم مقتل زعيمه والمتحدث الرسمي له، جاء بعد يومين على إعلان الرئيس الأمريكي، دونالد ترامب، مقتل البغدادي وعائلته بعملية إنزال جوي بريف إدلب شمالي سوريا.

 

L’EI confirme la mort de son chef al-Baghdadi et annonce un successeur

AFP-31 oct 2019

AL-FURQAN MEDIA/AFP/Archives / – Le chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, dans une vidéo publiée par le media Al Furqan le 29 avril 2019

L’organisation ultraradicale Etat islamique (EI) a confirmé jeudi la mort de son chef Abou Bakr al-Baghdadi, cinq jours après l’annonce de son décès par Donald Trump dans une opération américaine en Syrie, et nommé son successeur en menaçant les Etats-Unis de représailles.

“Ô musulmans, Ô moujahidines, soldats de l’EI (…), nous pleurons le commandeur des croyants Abou Bakr al-Baghdadi”, déclare Abou Hamza Al-Qourachi, présenté comme le nouveau porte-parole de l’organisation extrémiste, dans un message audio posté sur l’application Telegram.

Le groupe jihadiste a également confirmé la mort, dans un autre raid, de son ancien porte-parole, Abou al-Hassan al-Mouhajir, bras droit d’Abou Bakr al-Baghdadi.

L’EI a ajouté que le “Majlis al-choura (l’assemblée consultative en arabe, NDLR)” avait prêté allégeance à Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi en tant que “commandeur des croyants” et nouveau “calife des musulmans”.

Ce nom avait rarement été mentionné parmi les potentiels successeurs de Baghdadi, dont la mort a été rapportée à de multiples reprises ces dernières années.

– “Juge de l’EI” –

“Nous ne savons pas grand-chose de lui, sauf qu’il est le principal juge de l’EI et qu’il dirige l’Autorité de la charia (loi islamique)”, a indiqué à l’AFP Hicham al-Hachemi, un expert irakien de l’EI.

US Department of Defense/AFP / HO Cette image diffusée par le Pentagone montre le complexe en Syrie où se cachait Abou Bakr al-Baghdadi avant et après sa destruction par les forces américaines.

C’est le président américain Donald Trump qui avait annoncé dimanche, depuis la Maison Blanche, la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi, considéré comme responsable de multiples exactions et atrocités en Irak et en Syrie et d’attentats sanglants.

Mercredi, le Pentagone a diffusé plusieurs photos et extraits vidéos où l’on voit notamment une dizaine de soldats approcher, dans la nuit de samedi à dimanche, de l’enceinte du complexe où était caché le chef jihadiste dans le village de Baricha, dans le nord-ouest de la Syrie.

Acculé par les forces américaines, le chef de l’EI s’est fait exploser avec sa “veste” chargée d’explosifs alors qu’il s’était réfugié dans un tunnel creusé pour sa protection. “Il est mort comme un chien”, a affirmé Donald Trump.

Dans son enregistrement audio d’une durée de sept minutes, le nouveau porte-parole de l’organisation jihadiste a appelé à venger cette mort, en menaçant spécifiquement les Etats-Unis de représailles et en qualifiant son président de “vieil homme insensé”.

“Ne te réjouis pas Amérique (…)”, est-il dit. “Il est venu celui qui te fera oublier les horreurs” d’Abou Bakr al-Baghdadi et “les coupes amères (…) dont le goût te paraîtra doux”, a ajouté l’organisation en référence à son nouveau chef.

AFP / Janis LATVELS Abou Bakr al-Baghdadi

Depuis qu’il s’était autoproclamé, en 2014, “calife” d’un territoire qui a compté jusqu’à sept millions d’habitants, à cheval entre l’Irak et la Syrie, Abou Bakr al-Baghdadi était devenu l’homme le plus recherché au monde.

Sa mort a été annoncée plusieurs fois, mais toutes les tentatives pour éliminer cet Irakien de 48 ans avaient jusqu’à présent échoué, tant l’imam vivait dans l’ombre.

– “On s’attend à tout” –

Son successeur hérite d’un mouvement jihadiste qui a dû, après la chute de son “califat” en mars et d’autres défaites militaires, se dissoudre en une multitude de cellules clandestines en Syrie et en Irak, avec des communications difficiles dans des pays en plein chaos.

Le nouveau chef jihadiste pourrait être amené à commander quelque 14.000 combattants dispersés en Syrie et en Irak et se rapprocher du chef actuel d’Al-Qaïda, l’Egyptien Ayman al-Zawahiri, a affirmé mercredi Russ Travers, directeur par intérim du National Counterterrorism Center, l’organisme qui supervise la lutte antiterroriste aux Etats-Unis.

Dans le message audio diffusé jeudi, le porte-parole de l’EI a par ailleurs fait référence à l’appel de l’ex-chef du groupe jihadiste en faveur de la libération des détenus de l’EI dans des prisons et des camps contrôlés par les forces kurdes.

Celles-ci affirment détenir environ 12.000 jihadistes présumés de l’EI, dont plus de 2.000 étrangers en provenance de plus de 50 pays.

Les forces kurdes en Syrie, partenaires de Washington durant les années de lutte contre l’EI, ont dit craindre des représailles du groupe après la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi.

US Department of Defense/AFP / Jose ROMERO Image du Pentagone diffusée le 30 octobre 2019 montrant la fumée provoquée par la destruction, par les forces américaines, du complexe syrien où se terrait le chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

“On s’attend à tout, y compris des attaques contre les prisons”, a déclaré Mazloum Abdi, commandant en chef des Forces démocratiques syriennes (FDS), en référence aux centres tenus par les Kurdes qui abritent des milliers de jihadistes.

Le corps du chef de l’EI a été immergé en mer, selon un responsable du Pentagone, une décision visant à éviter qu’une éventuelle tombe ne devienne un lieu de pèlerinage.

Khamenei accuse des manifestants Irakiens et Libanais et menace


 

Non-à-lingérence-iranienne-dans-le-monde-arabe

Khamenai accuse des manifestants Irakiens et Libanais et menace

Téhéran (Reuters) – Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a accusé mercredi les Etats-Unis et l’Arabie saoudite d’alimenter les troubles au Liban et en Irak, affirmant que Téhéran était au courant de la situation dans ces pays, car il devait contrecarrer une ingérence étrangère similaire dans son pays.

Il a été transcrit sur son site internet : “Les services de renseignement américains et occidentaux provoquent des troubles, avec le soutien financier de pays réactionnaires de la région”, son intervention devant des diplômés des collèges militaires.

خامنئي يتهم متظاهري العراق ولبنان ويهدد

اتهم الزعيم الأعلى الإيراني أية الله علي خامنئي يوم الأربعاء الولايات المتحدة والسعودية بإذكاء الاضطرابات في لبنان والعراق قائلا إن طهران تدرك الوضع في هاتين الدولتين لأنها اضطرت لإحباط تدخلات أجنبية مشابهة في الداخل.

ونقل عنه موقعه الالكتروني قوله لخريجين من الكليات العسكرية ”أجهزة المخابرات الأمريكية والغربية، تثير الاضطرابات، بدعم مالي من دول رجعية في المنطقة“.

%d bloggers like this: