Facebook bride la page de Nétanyahou après un message haineux


des-manifestants-palestiniens-courent-pour-echapper-aux-gaz-lacrymogenes-lors-d-affrontements-à Gaza-Mai 2018l

Facebook bride la page de Nétanyahou après un message haineux contre « les Arabes »

Le message s’est affiché dans la fenêtre de discussion automatique de la page Facebook du premier ministre israélien. Elle a été désactivée. Le Likoud évoque l’erreur d’un volontaire de la campagne aux élections législatives.

Publié hier à 17h13, mis à jour hier à 18h03

Facebook a temporairement privé, jeudi 12 septembre, la page officielle du premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou de sa fonctionnalité de discussion automatique (chatbot). Le réseau social a justifié cette sanction, qui doit durer vingt-quatre heures, par une infraction à ses règles en matière d’appels à la haine – ils sont, de manière générale, proscrits sur la plate-forme.

La page Facebook de Benyamin Nétanyahou avait, en effet, affiché, dans la fenêtre de discussion Messenger, un message violent : « Les Arabes veulent tous nous détruire : femmes, enfants et hommes. » Cette phrase a été écrite par un volontaire de la campagne électorale du Likoud le parti du premier ministre, pour les prochaines élections législatives, a rapidement rapporté le quotidien israélien Haaretz.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Israël, Benyamin Nétanyahou courtise l’électorat ultranationaliste

Après avoir été interrogé par la presse israélienne, le Likoud a expliqué qu’il s’agissait d’une erreur de la part de l’équipe de campagne et que le message n’avait pas été porté à la connaissance de Benyamin Nétanyahou. Le premier ministre en place, en difficulté dans les sondages, a récemment donné des gages à la droite ultranationaliste, promettant, par exemple, d’annexer une partie de la Cisjordanie.

Les règles de Facebook prohibent toutes sortes de discours haineux, notamment s’ils ciblent un groupe de personnes sur la base de certains critères (ethnique, religieux, orientation sexuelle). La manière dont le réseau social applique concrètement ces règles fait régulièrement débat.

Ce n’est pas la première fois qu’un représentant élu est visé par la modération du réseau social : en 2016, il avait supprimé un post de la page de la première ministre norvégienne pour nudité.

Advertisements
%d bloggers like this: