وكالات: روسيا تقول أمريكا تقصف إدلب وتعرض وقف إطلاق النار للخطر – La Russie déclare que les Etats-Unis bombardent Idleb, mettant en danger le cessez-le-feu


شرّ البليّة ما يضحك

أصبحت السياسة والتصريحات السياسية لروسيا مهزلة رخيصة
يبدو الأمر كآنه تسجيل نقاط على رقعة الشطرنج السورية حتى لو كان ذلك يحط من المكانة السياسية للنظام الروسي

Echiquier-de-Poutine---Russie

La Russie déclare que les Etats-Unis bombardent Idleb, mettant en danger le cessez-le-feu


1 septembre 2019- Reuters

MOSCOU (Reuters) – Les Etats-Unis ont mené des frappes aériennes dans la zone de désescalade d’Idleb en Syrie, en violation des accords précédents, faisant de nombreuses victimes et mettant en danger le cessez-le-feu, ont rapporté dimanche des agences de presse russes.
L’agence de presse TASS, citant le ministère russe de la Défense, aurait déclaré que les Etats-Unis n’avaient pas informé la Russie et la Turquie de ces frappes. Il a précisé que les avions de guerre russes et syriens n’avaient pas effectué de raids dans la région récemment

وكالات: روسيا تقول أمريكا تقصف إدلب وتعرض وقف إطلاق النار للخطر

1 septembre 2019- Reuters

موسكو (رويترز) – نقلت وكالات أنباء روسية عن الجيش قوله يوم الأحد إن الولايات المتحدة نفذت ضربات جوية في منطقة خفض التصعيد في إدلب السورية في انتهاك لاتفاقيات سابقة مما تسبب في خسائر بشرية كبيرة ويشكل خطرا على وقف إطلاق النار هناك.

ونسبت وكالة تاس إلى وزارة الدفاع الروسية قولها إن الولايات المتحدة لم تخطر لا روسيا ولا تركيا بأمر الضربات. وأضافت أن الطائرات الحربية الروسية والسورية لم تنفذ غارات في المنطقة في الآونة الأخيرة.

وقالت القيادة المركزية الأمريكية يوم السبت إن القوات الأمريكية ضربت منشأة تابعة لتنظيم القاعدة شمالي إدلب في هجوم استهدف قيادة التنظيم.

وقال المرصد السوري لحقوق الإنسان إن الغارات الجوية دكت قواعد تابعة لمقاتلين متشددين في شمال غرب سوريا. وقال المرصد الذي يتخذ من لندن مقرا له إن الغارات، بالقرب من بلدة معرة مصرين في محافظة إدلب، قتلت ما يزيد على 40 مسلحا من بينهم قيادات.

ونقلت وكالة إنترفاكس الروسية للأنباء عن الجيش الروسي قوله إن الولايات المتحدة نفذت الغارات في المنطقة بين معرة مصرين وكفر حايا في إدلب يوم السبت.

واستهدفت الضربات الجوية الأمريكية عددا من قادة جبهة النصرة المرتبطة بالقاعدة في شمال غرب سوريا خلال السنوات الأخيرة.

وذكرت وزارة الدفاع الروسية يوم الجمعة أن قوات الحكومة السورية ستطبق وقفا لإطلاق النار من جانب واحد في منطقة خفض التصعيد في إدلب صباح السبت.

وقالت بثينة شعبان المستشارة السياسية والإعلامية للرئيس السوري بشار الأسد في مقابلة مع قناة الميادين التلفزيونية مساء السبت إن أي قرار لوقف النار يخدم الاستراتيجية الكبرى لتحرير كل شبر من الأراضي السورية مشيرة إلى أن قرار وقف إطلاق النار في إدلب مؤقت.

وأضافت أن ”(الرئيس التركي) أردوغان سيغادر مجبرا الأراضي السورية… هذا قرارنا وليس اختياره“.

وتوصلت تركيا، التي تدعم فصائل من المعارضة، وروسيا إلى اتفاق للحد من العنف في إدلب عام 2017. ولم يشمل الاتفاق المتشددين.

وبموجب الاتفاق مع روسيا وإيران، ينشر الجيش التركي 12 نقطة مراقبة في إدلب ومحيطها. وتدعم أنقرة كذلك فصائل معارضة تسيطر على مساحة من الأراضي شمالي إدلب بالقرب من حدودها.

وقال وزير الخارجية التركي مولود جاويش أوغلو يوم الجمعة إن الجيش سيغادر فقط بمجرد الوصول إلى حل سياسي وهو أمر ما زال صعب المنال بعد مرور أكثر من ثمانية أعوام على الحرب وجولات عديدة من محادثات السلام التي توسطت فيها الأمم المتحدة وباءت بالفشل.

إعداد محمد نبيل للنشرة العربية – تحرير محمد اليماني

Amnesty: Les autorités doivent cesser immédiatement d’expulser des réfugiés syriens


Liban-Réfugiés-Amnesty-Internationa-2019

Liban. Les autorités doivent cesser immédiatement d’expulser des réfugiés syriens


En réaction à une communication officielle obtenue par Amnesty International selon laquelle les autorités libanaises ont expulsé de force quelque 2 500 réfugiés syriens vers la Syrie au cours des trois derniers mois, Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« Nous engageons les autorités libanaises à mettre un terme à ces expulsions de toute urgence et invitons le Conseil supérieur de la Défense à annuler sa décision à ce sujet.

Nous engageons les autorités libanaises à mettre un terme à ces expulsions de toute urgence et invitons le Conseil supérieur de la Défense à annuler sa décision à ce sujet.
Lynn Maalouf, directrice des recherches sur le Moyen-Orient à Amnesty International

« Tant que des organismes de surveillance indépendants, comme la Commission d’enquête des Nations unies sur la Syrie, ne sont pas autorisés à se rendre en Syrie en vue d’évaluer la situation en termes de sécurité pour le retour des réfugiés, il est impossible de déterminer si ceux qui rentrent seront exposés à de graves violations des droits humains une fois arrivés.

« Il faut permettre cet accès et créer un mécanisme de surveillance en Syrie, une première étape en vue d’amorcer le processus des retours. En attendant, tant qu’il n’est pas possible d’évaluer les risques en cas de retour, toute tentative visant à renvoyer de force des réfugiés constitue clairement une violation du principe de non-refoulement que le Liban est tenu de respecter.

Tant qu’il n’est pas possible d’évaluer les risques en cas de retour, toute tentative visant à renvoyer de force des réfugiés constitue clairement une violation du principe de non-refoulement.
Lynn Maalouf

« Nous demandons une nouvelle fois à la communauté internationale de partager la responsabilité des réfugiés avec les pays hôtes, notamment le Liban, principalement en réactivant leurs programmes de réinstallation et en usant de leur influence pour faire en sorte que des observateurs indépendants puissent se rendre en Syrie. »

Complément d’information

Le 13 mai, la Direction de la Sûreté générale libanaise a commencé à appliquer la décision prise par le Conseil supérieur de la Défense, un organe interministériel chargé de la politique de défense nationale et dirigé par le président de la République, s’agissant d’expulser les réfugiés entrés au Liban « illégalement » après la date du 24 avril 2019. Entre cette date et le 9 août 2019, selon les chiffres de la Sûreté générale et du ministre des Affaires présidentielles, communiqués dans le cadre d’une correspondance officielle avec Amnesty International, 2 447 Syriens ont été expulsés vers la Syrie.

Au 31 juillet, 926 717 réfugiés syriens se trouvaient au Liban, enregistrés auprès du HCR, ainsi que 31 000 réfugiés palestiniens venus de Syrie, enregistrés auprès de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA). En outre, l’État libanais affirme qu’environ 550 000 réfugiés vivent sur son territoire sans être enregistrés.

Directeur de l’Observatoire syrien :: Le ciblage était destiné aux dirigeants jihadistes “les gardiens de la religion” et le groupe Les partisans de Tawhid”


Idleb-risque-catastrophe-humanitaire_2_729_541

Directeur de l’Observatoire syrien :: Le ciblage était destiné aux dirigeants jihadistes “les gardiens de la religion” et le groupe Les partisans de Tawhid”

31 août 2019 – OSDH

Directeur de l’Observatoire syrien de droit de l’homme :: Les attaques étaient dirigées contre les dirigeants jihadistes « les Partisans de Tawhid », ces factions jihadistes qui sont d’une manière ou d’une autre proches d’Al-Qaïda, dont certains ont quitté le Hayat Tahrir Al-Cham, et ont formé les « gardes de la religion » et ont formé des « partisans de Tawhid » «Sous le nom de« salle d’opération » et de « Harredh al-Mu’mineen », l’objectif était une réunion dans la région proche de la ville d’Idleb qui aurait entraîné la mort de dizaines de combattants et de chefs djihadistes. Jusqu’à présent, le nombre est supérieur à 50, mais des corps sont toujours extraits sous les décombres. Avec au moins sept roquettes explosives Ce n’est pas la première la première fois que la coalition internationale cible les dirigeants jihadistes, car il y a au moins deux mois, dans la soirée du 30 juin, les dirigeants d’Al-Qaïda ont également été pris pour cibles. Cinq des nationalités arabes égyptiennes, tunisiennes et algériennes ne savent pas aujourd’hui qui étaient les cibles, mais des chefs de file des premier et deuxième rangs figurent parmi les cibles visées par les États-Unis, qui ont admis avoir visé la région après environ 13 Heures après l’entrée en vigueur d’un cessé le Feu dans la région…

مدير المرصد السوري:: الاستهداف كان لقيادات جهادية من حراس الدين وأنصار التوحيد

OSDH -31 أغسطس,2019

مدير المرصد السوري:: الاستهداف كان لقيادات جهادية من حراس الدين وأنصار التوحيد هذه الفصائل الجهادية التي هي بصورة أو أخرى مقربة من تنظيم “القاعدة” وبعضهم كان قد انشق عن “هيئة تحرير الشام” و شكلوا تنظيم “حراس الدين” كما شكلوا “أنصار التوحيد” تحت مسمى غرفة عمليات “وحرض المؤمنين”، الاستهداف كان لاجتماع في المنطقة الواقعة بالقرب من مدينة إدلب أدى لمقتل العشرات من المقاتلين والقيادات الجهادية، إلى الآن المعلومات تفيد بأن العدد يفوق الـ 50 ولكن هناك جثث لا يزال يجري استخراجها من تحت الأنقاض، الإستهداف كان بـ 7 صواريخ على الأقل شديدة الإنفجار سمعت بالمنطقة، هذا ليس الإستهداف الأول للتحالف الدولي الذي استهدف قياديين جهاديين ، قبل شهرين على الأقل مساء الـ 30 من شهر يونيو / حزيران الفائت جرى أيضاً استهدافات لقيادات بتنظيم “القاعدة” وتحديداً حراس الدين المقربين من تنظيم “القاعدة” أدى لمقتل 8 منهم كان بينهم 5 من جنسيات عربية مصرية وتونسية وجزائرية، اليوم حتى اللحظة لا نعلم من هي الشخصيات التي جرى استهدافها، ولكن هناك قيادات من الصف الأول والثاني من بين الذين تم استهدافهم من قبل الولايات المتحدة الأمريكية التي اعترفت بأنها هي التي استهدفت تلك المنطقة، بعد مضي نحو 13 ساعة من دخول وقف إطلاق النار حيز التنفيذ

Syrie : une nouvelle trêve dans la province d’Idlib, dévastée par quatre mois de bombardements

Une précédente trêve avait été décrétée début août, mais elle n’avait duré que quelques jours et le régime, appuyé par la Russie, avait repris ses raids.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 14h00, mis à jour 31 août 2019 à 20h07

 

Quelques heures avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle trêve, le 31 août, une frappe aérienne russe a touché un établissement de santé dans la province d’Alep, selon l’OSDH. Des membres du personnel ont été blessés.
Quelques heures avant l’entrée en vigueur d’une nouvelle trêve, le 31 août, une frappe aérienne russe a touché un établissement de santé dans la province d’Alep, selon l’OSDH. Des membres du personnel ont été blessés. OMAR HAJ KADOUR / AFP

La trève aura été de courte durée. Un civil a été tué samedi dans des tirs de missiles du régime syrien sur Idleb, première « violation » d’une trêve ayant débuté en matinée et concernant uniquement l’armée syrienne, après quatre mois de bombardements sur cette région du nord-ouest de la Syrie en guerre, a affirmé à l’AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Un civil a été tué par des tirs de missiles du régime syrien sur la ville de Kafranbel, le premier martyr depuis l’entrée en vigueur de la trêve », a-t-il déclaré. Le régime syrien avait dans un premier temps cessé ses frappes aériennes, samedi 31 août, sur la région d’Idlib, au premier jour d’une trêve annoncée après quatre mois de bombardements dévastateurs sur cette région du nord-ouest du pays.

Cette trêve avait été annoncée la veille par la Russie, alliée du président syrien Bachar Al-Assad qu’elle aide dans le conflit, particulièrement dans son offensive contre les djihadistes et les rebelles dans la région d’Idlib.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Idlib, « personne ne se préoccupe de notre sort »

Damas « se réserve le droit de réagir aux violations »

Une précédente trêve décrétée début août dans cette même région a volé en éclats au bout de quelques jours, le régime ayant repris ses raids après avoir accusé ses adversaires de ne pas la respecter.

A Damas, l’agence officielle Sana avait fait savoir un peu plus tôt que l’armée syrienne avait accepté de respecter l’arrêt des hostilités mais qu’elle « se réservait le droit de réagir aux violations ».

Vendredi, le Centre russe pour la réconciliation en Syrie a affirmé qu’un accord avait été conclu pour « un cessez-le-feu unilatéral des forces gouvernementales » et appelé « les groupes armés à renoncer aux provocations ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La machine de guerre russo-syrienne à la reconquête de la province rebelle d’Idlib

Fin avril, le régime de Bachar Al-Assad aidé de Moscou a lancé une opération de bombardements aériens, appuyée par l’artillerie, contre la province d’Idlib et les secteurs limitrophes dans les provinces voisines de Hama, Lattaquié et Alep, dominés par les djihadistes de Hayat Tahrir Al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) et où des groupes rebelles sont également présents.

Le 8 août, il a commencé une offensive au sol reprenant de nombreux secteurs, dont la ville stratégique de Khan Cheikhoun au sud d’Idlib et la totalité de la province de Hama.

« Cauchemar humanitaire »

La trêve semble constituer un nouvel effort pour éviter ce que l’ONU a décrit comme l’un des pires « cauchemars humanitaires » du conflit. Depuis la fin du mois d’avril, les bombardements syriens et russes ont tué plus de 950 civils dans la région d’Idlib selon l’OSDH et plus de 400 000 personnes ont été déplacées, d’après l’ONU.

Lire l’éditorial du « Monde » : Syrie : catastrophe humanitaire à Idlib

Les attaques contre des « Syriens innocents à Idlib doivent immédiatement cesser pour que la crise humanitaire puisse prendre fin et le processus politique progresser », a déclaré vendredi le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, après une rencontre avec l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, Geir Pedersen.

Quelques heures avant l’entrée en vigueur de la nouvelle trêve, l’OSDH a signalé une frappe aérienne russe contre un établissement de santé dans la province d’Alep, qui a blessé des membres du personnel. Selon l’ONU, 43 établissements de santé ont été touchés depuis avril.

L’ensemble de la région d’Idlib, qui abrite quelque trois millions d’habitants, était censé être protégé par un accord sur une « zone démilitarisée », annoncé en 2018 par la Turquie, un allié de groupes rebelles, et la Russie pour séparer les zones gouvernementales des territoires aux mains des djihadistes et insurgés. Mais cet accord n’a pas été respecté et n’a pas empêché l’offensive.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Idlib, une bataille majeure pour les loyalistes alaouites de Syrie

Le régime d’Assad, qui a repris environ 60 % du territoire avec l’aide militaire de Moscou mais aussi de l’Iran et du Hezbollah libanais, s’est engagé à récupérer le reste du territoire, y compris Idlib. De vastes régions aux mains des forces kurdes dans l’Est syrien échappent également au contrôle du régime.

Des chefs djihadistes tués par des frappes américaines

Au moins 40 chefs djihadistes d’Al-Qaïda en Syrie (AQ-S) ont été tués dans des tirs de missiles près d’Idleb, toujours selon l’OSDH. « Des tirs de missile ont visé une réunion de chefs de groupes jihadistes de Hourras al-Din et d’Ansar al-Tawhid ainsi que d’autres groupes alliés à l’intérieur d’un camp d’entraînement, tuant au moins 40 d’entre eux » près d’Idleb, a affirmé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’ONG.

Les Etats-Unis ont indiqué samedi dans un communiqué avoir mené cette frappe : « Cette opération visait des leaders d’AQ-S responsables d’attaques menaçant des citoyens américains, nos partenaires, ainsi que des civils innocents », a indiqué le Pentagone.

%d bloggers like this: