Grève de la faim des détenus de la prison de Hama: mourir de faim pour empêcher les exécutions prononcées par le régime


Résistance-du-peuple-syrien

إضراب معتقلي سجن حماة: الموت جوعاً لمنع إعدامات النظام


Ahmed Ibrahim
14 novembre 2018

La grève, annoncée mercredi par les détenus de la prison centrale de Hama, marque le troisième jour de protestation contre les condamnations à mort prononcées par le “tribunal de grande instance” contre 11 d’entre eux, contre ce que les grévistes de la faim disent : qu’ils sont des accusations liées à leur participation à des activités pacifiques contre le régime de Bashar Assad, alors qu’un responsable militaire russe et des responsables de la “réconciliation nationale” du régime devraient se rendre à la prison de Hama pour rencontrer certains des détenus qui protestaient et écouter leurs demandes.

Les détenus de la prison centrale de Hama ont annoncé mardi qu’ils poursuivraient leur grève de la faim, entamée lundi, en signe de protestation contre la décision du tribunal syrien d’exécuter 11 détenus. Lors de ses contacts quotidiens avec des détenus, Al-Arabi Al-Jadid a appris des sources juridique, en contact avec les détenus de la « prison centale de Hama », que le soi-disant « juge militaire individuel à Hama », Firas Dunya, a transmis, depuis quelques jours, la décision d’exécution annoncée en début novembre. Après l’arrivée de ces peines, les détenus se sont mis en mouvement à l’intérieur de la prison et ont annoncé, dans un communiqué lundi, une « grève de la faim ». «  Vous, peuple de la Syrie avec toutes ses affiliations, nous nous adressons à vos consciences, nous vous appelons à dissiper nos souffrances ». Nous perrissons depuis des années à l’intérieur des cellule, et nous avons eu plusieurs promesses, mais en vain ». Un autre détenu appelé Manhal Naoum, a déclaré: « Nous appelons toutes les directions et les comités nationaux à envisager un processus de règlement à la prison centrale de Hama, similaire à celui d’autres zones où qui ont vues des règlements de leur cas ». De même, Kamal Zarifa, un détenu originaire de la ville de Qardaha, a déclaré: « Nous demandons une amnistie pacifique générale ou privée pour la prison centrale de Hama ». Dans un nouvel enregistrement vidéo d’hier, les grévistes de la faim ont appelé tous les habitants de Hama à se rassembler devant l’entrée de la prison pour demander la libération des détenus.

Selon une source à l’intérieur de la prison, par un enregistrement, a dit que le chef de la police de Hama est entré dans la prison hier et s’est entretenu avec les détenus. Il a reçu plusieurs demandes, notamment la révision des condamnations à mort et le règlement de leurs situations.
Selon diverses statistiques relatives aux droits de l’homme, la prison comptait environ 630 détenus, dont 184 ont été libérés au cours de divers négociations et accords d’échange, dont le dernier est constitué de 40 détenus libérés en avril. Bien que la grève de la faim en cours, ne soit pas le premier mouvement des détenus contre les peines qu’ils jugent « injustes » à leur encontre de la part des tribunaux du régime militaire syrien. Bien que cette grève ne soit pas la première en son genre, en mais 2016 une grève, qui constituait une « désobéissance », où les détenus ont réussi de d’arrêter arrêtant deux agents pénitentiaires, dont des officiers, pour exiger l’abolition des peines de mort et des peines de longue durée prononcées à l’origine par le tribunal de terrorisme à l’encontre de détenus accusés d’avoir participé à des manifestations pacifiques Contre le régime d’Assad depuis 2011. À cette époque, les détenus avaient réussi un accord avec les autorités du régime, abandonnant les peines et les accusations portées par le « tribunal antiterroriste » contre certains détenus, libérant certains d’entre eux en quatre mois, de stopper le transfert des détenus de la prison de Hama à « Saidnaya » dans la campagne de Damas, ou dans les différentes branches de la sécurité, de garder les téléphones portables avec le détenus, le réapprovisionnement en électricité, d’eau et de nourriture, car les autorités du régime ont coupé l’eau et l’électricité et empêché la prison de fournir de la nourriture pendant les jours de « désobéissance ». Bien que les autorités du régime n’aient pas mis en œuvre par la suite toutes les réclamations qu’elles avaient promis aux prisonniers, l’état de calme a été relativement rétabli.

Advertisements

About سوريا بدا حرية
،ضد الدكتاتور، ضد الفساد، ضد القمع، ضد العصبة الأسدية الحاكمة، ضد الأحزاب العقائدية السياسية والدينية والإثنية مع حرية الرأي، مع دولة ديمقراطية علمانية مع الحقيقة، مع الإنسان Vive la Résistance Palestinienne face à l’occupation sioniste

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: