Daraa: 160.000 personnes déplacées


Daraa-2018-Déplacés.jpg

Advertisements

Des arrestations et du pillage à Douma… مداهمات واعتقالات وعمليات تعفيش في مدينة دوما


سرقات-الشبيحة

قوات النظام تعمد لتنفيذ مداهمات واعتقالات وعمليات تعفيش في مدينة دوما وفي الأحياء الشرقية للعاصمة دمشق

28 يونيو,2018

علم المرصد السوري لحقوق الإنسان أن قوات النظام نفذت مداهمات جديدة في العاصمة دمشق وريفها، ضمن المناطق التي جرت فيها سابقاً اتفاقات تهجير للفصائل والمدنيين الرافضين للاتفاق، حيث أكدت المصادر الموثوقة للمرصد السوري أن قوات النظام نفذت مداهمات في حي برزة الدمشقي، واعتقلت عدداً من الشبان من الحي واقتادتهم إلى أفرعها الأمنية، فيما شهدت مدينة دوما انتشار قوات النظام مجدداً داخل مدينة دوما، وتنفيذها لمداهمات في منطقة مسجد النعسان بالمدينة، تزامنت مع قيام عناصر من قوات النظام والمسلحين الموالين لها بتعفيش منازل خالية من سكانها

وكان رصد المرصد السوري في الـ 24 من حزيران الجاري، انتشاراً لقوات النظام داخل أحياء في مدينة دوما، وقيامها باعتقالات طالت 4 شبان من شارع الجلاء في المدينة، حيث اقتيدوا إلى جهة مجهولة، وتأتي هذه الاعتقالات بعد نحو 24 ساعة من تنفيذ قوات النظام مداهمة أخرى في شارع الجلاء بمدينة دوما، حيث أغلقت قوات النظام الشارع وفتشت المنازل بواسطة أجهزة قالت مصادر أنها كانت تبحث عن أسلحة مخبأة، فيما عمد عناصر من قوات النظام إلى تعفيش ممتلكات مواطنين في بعض المنازل غير المسكونة، كما كان المرصد السوري نشر في الـ 21 من شهر حزيران / يونيو الجاري، أنه تجددت عمليات الاعتقالات والمداهمات التي تنفذها قوات النظام، في غوطة دمشق الشرقية، ضمن تجاهل متجدد للضمانات الروسية المقدمة في صفقة تهجير سكان الغوطة نحو مراكز الإيواء والشمال السوري، حيث رصد المرصد السوري لحقوق الإنسان حينها، مداهمات نفذتها قوات النظام، في المنازل القريبة من منطقة البرج الطبي في وسط مدينة دوما، التي كان يسيطر عليها جيش الإسلام قبيل خروج مقاتليه وقادته وعوائلهم منها نحو الشمال السوري، وأكدت مصادر أهلية للمرصد السوري أن عناصر النظام الذي داهموا هذه المنطقة، كانت ترافقهم مجموعة من القوات الروسية، وجرت عملية تفتيش المنطقة، بحثاً عن أسلحة على اعتبار أن المنطقة التي جرى تفتيشها ومداهمتها، كانت تضم في السابق مقرات قيادية لجيش الإسلام قبيل مغادرته للمنطقة، فيما تزامنت هذه المداهمة مع رصد سكان من دوما تحليق طائرة يرجح أنها طائرة استطلاع روسية، على علو مرتفع في فترات متقطعة خلال خمسة أيام متتالية، ولم يعرف ما الهدف وراء تحليق الطائرات، إلا أن سكان رجحوا للمرصد السوري أن يكون الطيران يعمد إلى تصوير المنطقة

أيضاً كان المرصد السوري رصد في الـ 6 من حزيران / يونيو الجاري من العام 2018، تنفيذ اعتقالات جديدة من قبل قوات النظام وأجهزتها الأمنية بحق المدنيين السوريين في المناطق التي تعرضت لتهجير في أوقات سابقة، والتي تبقى فيها عشرات آلاف المواطنين بعد تقديم ضمانات لبقائهم في مناطقهم، إذ رصد المرصد السوري لحقوق الإنسان حينها، إقدام قوات النظام وأجهزتها الأمنية على تنفيذ حملة دهم واسعة خلال الـ 48 ساعة الفائتة في مدينة التل الواقع بريف دمشق، حيث داهمت قوات النظام أكثر من 110 منازل ومحال تجارية بحثاً عن مطلوبين للخدمة الإلزامية والاحتياطية في جيش النظام، حيث طالت الاعتقالات عدة شبان واقتيدوا إلى مراكز أمنية على أن يجري سوقهم إلى خدمة التجنيد الإجباري، ورصد المرصد السوري أمس الثلاثاء، مواصلة قوات النظام مع أجهزتها الأمنية، تنفيذ المزيد من الاعتقالات بحق المواطنين في غوطة دمشق الشرقية، رغم الضمانات الروسية للمواطنين المتبقين في المنطقة، ممن قبلوا باتفاق فصائل المنطقة وممثليها مع الروس والنظام، حيث رصد المرصد تنفيذ اعتقالات بحق 4 شبان في بلدة كفربطنا، التي كان يسيطر عليها فيلق الرحمن قبيل تهجير مقاتليه وعوائلهم والمدنيين من مناطقه نحو الشمال السوري

 

Les forces du régime mènent délibérément des raids, des arrestations et du pillage dans la ville de Douma et dans les quartiers Est de Damas

28 juin 2018

L’observatoire syrien des droits de l’homme a appris que les forces du régime ont effectué de nouvelles descentes dans la capitale Damas et sa banlieue, dans les zones où, auparavant, ont eu lieu les accords de déplacement des factions et des civils qui ont rejeté la réconciliations avec le régime. Des sources fiables ont confirmé à l’OSDH que les forces du régime ont effectué des descentes dans le quartier de Barzeh à Damas, et ont arrêté un certain nombre de jeunes hommes du quartier et les ont emmenés dans les branches de la sécurité, alors que la ville de Douma était, à nouveau, la cible d’un déploiement des forces régulières et la mise en œuvre des raids dans la zone de la mosquée al-Na’ssan, qui coïncidaient avec des pillages maisons délaissées par les habitants, par les membres des forces du régime et des hommes armés fidèles.

L’Observatoire syrien a observé, le 24 juin, le déploiement des forces du régime à l’intérieur de la ville de Douma et ont procédé à l’arrestation de quatre jeunes hommes dans la rue d’al-Jala’, d’où ils ont été emmenés à une destination inconnue, ces arrestations sont intervenues après 24 heures d’un autre raid dans la même rue à Douma, où les forces du régime ont bloqué la rue et ont fouillé les maisons avec du matérielle à la recherche d’armes cachées, alors que délibérément des éléments des forces du régime ont procédé aux pillages de certaines maisons non habitées. L’OSDH a également publié le 21 Juin, que les descentes et les arrestations ont été effectués par les forces de l’ordre à la Ghouta Est de Damas, dans une ignorance renouvelée des garanties russe fournies aux citoyens, suite au déplacement de la population à la Ghouta vers les centres d’hébergement dans le nord syrien, où l’OSFH a observé des descentes sur les logements proches du cartier de la tour médical au centre ville de Douma. Des témoins ont confirmé à l’OSDH que des membres du régime accompagné d’un groupe de forces russes ont perquisitionné la région, pour effectuer une opération de fouille de la zone, à la recherche d’armes, dans le quartier qui était auparavant le QG des chefs de Jaych al-Islam.

Également, le 6 Juin de cette année 2018, l’OSDH a observé de nouvelles arrestations par les forces de sécurité du régime contre les civils syriens dans les zones touchées par le déplacement, où des dizaines de milliers de citoyens ont refusé de quitter leur région, suite aux garanties données pour leur survie, alors, que des forces de sécurité du régime ont effectué de large raid pendant les 48 heures précédentes dans la ville al-Tall située dans la campagne de Damas, où elles ont attaqué plus de 110 maisons et magasins à la recherche de jeunes réservistes ou en âge de recrutement, pour les obliger à s’engager dans l’armée régulière, plusieurs parmi les jeunes ont été emmenés dans des centres de sécurité.

Près de 66.000 civils se trouvent coincés près des frontières syro-jordanienne.


Les bombardements du régime et ses alliées, notamment russes, ont causé, récemment, une grande vague de déplacement des civils dans le sud syrien.

Près de 66.000 civils  se trouvent coincés près des frontières syro-jordanienne.

al-Hrak-Deraa-2018

Après le bombardement intensif et violent des forces du régime et ses alliés soutenus par l’aviation russe sur la ville et les villages à l’est de Daraa.

Après l’imposition de tribut sur ses barricades et en conjonction avec le bombardement de leurs villages et villes … Le régime ouvre deux passages aux personnes déplacées pour se rendre dans ses zones
27 juin 2018

Province de Daraa – L’Observatoire syrien des droits de l’homme :
L’OHDH a appris que de violents affrontements se poursuivent dans le secteur est de la campagne de Daraa entre les combattants des factions armés et islamiques, d’une part, et les forces du régime et des fidèles pro-régime, d’autre part, où l’OSDH a observé que les derniers ont pu imposer leur contrôle sur la ville de Nahtat et le village de Samma, suite à de lourds bombardements et d’attaques violentes, en poursuivant le bombardement aérien par hélicoptère et avions militaires. Les raids ont provoqué la mort de 10 victimes au moins dont une femme et 5 enfants à Saida, Karak-est, Jiza et Ghariah est, tandis que Les bombardement aux missiles et raids aériens ont causés, depuis le début des escalades,  la mort de 65 victimes, dont 9 femmes et 9 enfants, 2 secouristes civils.
au moin,s dans les villes et villages à Da’el, Jizah, Kahil, Mseifra, Gharia est, et

Des sources fiables ont confirmé à l’OSDH que le mouvement de déplacement de la population se poursuit avec l’expansion de la zone des bombardement au sol et l’air par les forces du régime et des avions russes, où le nombre de déplacés a atteint des dizaines de milliers de civils, qui ont quitté leurs maisons, leurs villages et villes loin des zones de bombardements, les sources fiables ont confirmé aussi, que les forces du régime et après avoir procédé à la fermeture des routes face aux personnes déplacées vers leurs zones de contrôle, elles ont ré-ouvert deux points de passage, l’un d’eux est le passage d’Abu Kasser, situé près de Da’el et le deuxième à Kafrchams dans la campagne Nord-Ouest, afin que les réfugiés fuyant la campagne de Deraa et souhaitant se réfugier dans les zones sous le contrôle du régime puissent échapper à l’artillerie, aux missiles et aux frappes aériennes, qui les persécuta.

Les sources fiables ont également confirmé à l’OSDH que les forces du régime empêchent les civils de pénétrer dans les zones sous son contrôle, et les empêchent de se diriger vers la capitale Damas, tandis que sur les points de passage controlés par le régime, les forces armées imposent des redevances allant de 50 mille – 300 mille livres syriennes , à ceux qui souhaitent entrer dans les zones sous contrôle du régime et de s’orienter vers des zones en dehors de la province, ce qui a provoqué le mécontentement des personnes déplacées contre l’exploitation et la traite des forces armées du régime, des personnes déplacées, par ailleur, le régime invoque que les civils ne sont pas ciblés et qu’il est « venu pour les protéger”»

بعد قصف مكثف وعنيف قوات النظام تسيطر مع حلفائها بدعم من الطيران الروسية على بلدة وقرية بشرق درعا عقب تقسيمها المنطقة إلى قسمين

بعد فرضها أتاوات على حواجزها وبالتزامن مع قصفها لقراهم وبلداتهم…قوات النظام تفتح معبرين للنازحين نحو مناطقها

Deraa: Terrorisme d’État… raids des forces prorégime sur le sud syrien


AFP – Accueil

Syrie: plus de 20 civils tués dans des raids de forces prorégime dans le sud

AFP / Mohamad ABAZEED Des nuages de fumée s’élèvent de secteurs rebelles de la ville de de Deraa, dans le sud syrien, lors de frappes aériennes du régime, le 28 juin 2018

 

Plus de 20 civils ont péri jeudi dans des raids imputés à l’aviation russe contre la province méridionale de Deraa en Syrie, la journée la plus meurtrière depuis le début d’un assaut du régime et de ses alliés pour chasser les rebelles de cette région clé.

Les puissances occidentales ont dénoncé les opérations militaires lancées le 19 juin par le régime de Bachar al-Assad et son allié russe contre cette province dominée par les insurgés, et plusieurs ONG ont dit craindre une nouvelle crise humanitaire dans le pays en guerre depuis 2011.

Après avoir consolidé son pouvoir sur la capitale Damas et ses environs en chassant rebelles et jihadistes, le pouvoir d’Assad a ouvert un nouveau front dans le sud du pays, une région sensible bordant la frontière avec la Jordanie et le plateau du Golan, en partie occupé par Israël.

Jeudi, des raids imputés à l’aviation russe ont visé plusieurs secteurs dans l’est et l’ouest de la province de Deraa, faisant 25 morts parmi les civils, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Parmi les victimes, 17 personnes dont cinq enfants, réfugiées dans le sous-sol d’une maison pour échapper aux bombardements, ont péri dans une frappe russe dans la localité d’Al-Mseifra, a précisé l’OSDH.

Il n’était pas possible de confirmer de source indépendante si l’aviation russe a mené ou non ce raid mais Moscou a toujours démenti cibler des objectifs civils.

“Le bilan de jeudi est le plus élevé depuis le 19 juin”, a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. “Depuis mercredi, les bombardements ont gagné en intensité et visent des secteurs très fortement peuplés”.

Au total en plus d’une semaine, quelque 96 civils ont péri dans les violences, selon l’ONG.

– 50.000 déplacés –

Mardi, les forces du régime ont lancé une offensive contre les quartiers insurgés de la ville de Deraa, chef-lieu de la province du même nom.

Ces districts ont été la cible jeudi de raids aériens du régime et de la Russie, et depuis plusieurs jours, des dizaines de familles fuient le secteur, selon l’OSDH.

“Tous les habitants sont partis. Il n’y a plus de civils ici” dans les quartiers rebelles de Deraa, a indiqué à l’AFP Ahmad Abou Hazem, un combattant rebelle dans la ville.

AFP / Mohamad ABAZEED Des déplacés syriens fuient les zones de combats dans la province méridionale de Deraa où le régime bombarde les zones rebelles, le 28 juin 2018

Selon l’ONU, quelque 750.000 civils vivant en zone rebelle dans le sud de la province de Deraa seraient menacés par les opérations militaires.

Et environ 50.000 civils ont déjà été déplacés, selon un nouveau chiffre communiqué jeudi par l’ONU, la majorité essayant de trouver refuge près de la frontière avec la Jordanie.

Amman néanmoins a répété à plusieurs reprises qu’elle garderait sa frontière fermée, faisant craindre aux organisations internationales une nouvelle crise humanitaire.

Les Nations unies ont annoncé jeudi avoir suspendu leurs convois humanitaires transfrontaliers depuis la Jordanie vers la province de Deraa “en raison des combats”.

“Nous exhortons la Jordanie à laisser les frontières ouvertes”, a lancé le chef du groupe de travail humanitaire de l’ONU sur la Syrie, Jan Egeland, lors d’un point de presse à Genève.

– “Violation” –

Les violences n’ont pas épargné les infrastructures médicales. Depuis le début des hostilités, cinq hôpitaux ont été mis hors service par des bombardements pour certains imputés à la Russie, selon l’OSDH.

L’ONG française l’Union des organisations de secours et soins médicaux (UOSSM) a par ailleurs annoncé la mort de trois membres de son personnel médical en moins d’une semaine dans la province de Deraa.

Le pouvoir syrien, qui enchaîne les victoires grâce à l’appui crucial de l’allié russe, mais aussi de l’Iran et du Hezbollah libanais, contrôle désormais 65% du pays.

Carte - Sud syrien Deraa et Soueida
 AFP / Omar KAMAL Syrie

Il semble plus que jamais déterminé à asseoir son pouvoir sur l’ensemble de la Syrie, ravagée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts et jeté à la rue des millions de personnes.

Depuis le début des hostilités dans le sud, les forces du régime ont conquis 15 villages et localités, principalement dans l’est et le nord-est de la province, selon l’OSDH.

Or le sud fait théoriquement l’objet depuis 2017 d’un cessez-le-feu négocié directement par Moscou, Washington et Amman.

“Les opérations militaires unilatérales du régime d’Assad et de la Russie dans le sud-ouest de la Syrie sont une violation du cessez-le-feu”, a souligné mercredi Jonathan Cohen, ambassadeur adjoint des Etats-Unis à l’ONU.

https://www.afp.com/fr/infos/334/syrie-plus-de-20-civils-tues-dans-des-raids-de-forces-proregime-dans-le-sud-doc-16s0885

 

Syrie: des milliers de personnes fuient des bombardements du régime dans le sud

Bombardement - Syrie

Rebelles, groupes armés illégaux, terroristes ou Terrorisme d’état ?


Résistance-du-peuple-syrien

تطلق روسيا على المعارضة المسلحة الوطنية تسمية «المجموعات المسلحة غير الشرعية»٠
في حين لا يزال النظام الفاشي الممثل بنظام الأسد يعتبرها، وبعد مرور  سبعة أعوام من المقاومة الوطنية السورية ضد قمع وفساد النظام، تسمية «الإرهابيين»٠

La Russie défini l’opposition armée nationale (ASL) comme étant des “groupes armés illégaux”
َTandis que le régime et malgré 7 ans de résistance face à la barbarie, les appelle “terroristes” !!

Un terroriste est quelqu’un qui tue sans distinction d’age ou de genre. Il sème la mort, la peur, et la destruction partout où il passe.

Une politique meurtrière appliquée par le régime de l’état syrien et ses alliés contre les civils en Syrie. Ceci a un nom TERRORISME D’ÉTAT CONTRE LE PEUPLE.

 

 

Bachar al-Assad: Terrorisme d’état


Statistiques-ٍRéfugiés-syrien-mars-2018

بعد حمص، وحلب، والغوطة، والقلمون، لم يكتف النظام بحجم التدمير والقتل والتهجير الهائلة التي نفذها ضد الشعب السوري وضد سوريا

ها هو الوريث المجرم يسعى لإكمال وليمة الدم الذي أعلنها تحت شعار «إما الأسد أو نحرق البلد» منذ سبعة أعوام على حساب المدنيين من أبناء الشعب السوري

ها هو يعلن قراره بتدمير وتهجير ما تبقى من مقاومة ومدن في درعا وكل الجنوب السوري

درعا يا مدينة الأحرار،

تسطرين ملحمة شعب ضد طاغية أعلن حرب رضوخ وتهجير وتهديم لما تبقى من ديار

ألا ثكلتك زوجك يا أسد الجبن والخيانة والعار

Après Homs, Alep, la Ghouta, Qosseir et le Qalamoun, le régime n’est toujours pas satisfait de l’ampleur des destructions, des tueries et  déplacements massifs perpétrés contre le peuple syrien,
Voici l’héritier  criminel cherchant à compléter la festin du sang déclarée sous le slogan “soit Assad ou nous brûlerons le pays” depuis sept ans, au détriment des civils syriens,
Il annonce sa décision d’anéantir et de déplacer la résistance et les civils à Deraa et le sud de la Syrie.


 

Pour le régime du dictateur syrien Bachar al-Assad


20180316-V.-Putin-et-B.-al-Assad-aviation

Pour le régime du dictateur Bachar al-Assad, tous les rebelles qui s’opposent à l’état de répression pratiqué par le régime, sont des terroristes !!!

Pour le dictateurs les réconciliations entre le régime et les révolutionnaires/rebelles consistent à rendre les armes, et la soumission à l’autoritarisme du pouvoir sous le contrôle de l’héritier illégitime al-Assad !!!

Pour le régime du dictateur syrien Bachar al-Assad, libérer les zones sous le contrôle des factions rebelles, se fait par le bombardement intensif des villes et villages et par le déplacement massif de la population civile par centaines de millier !!!

Pour le régime du dictateur éternel Bachar al-Assad, pas de solution autre que la destruction et la soumission de tout le peuple syrien à son pouvoir….

A bas le régime du dictateur syrien “criminel de guerre”

vive la RESISTANCE du peuple syrien face au dictateur, pour la liberté et les droits

%d bloggers like this: